Livre blanc RSE

3 269 vues

Publié le

Les meilleurs pratiques de responsabilité sociale d'entreprise des acteurs de la banque, de l'assurance et de la protection sociale.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 269
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
111
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Livre blanc RSE

  1. 1. LIVRE BLANCLES MEILLEURES PRATIQUES DE RESPONSABILITE SOCIALE D’ENTREPRISE DES ACTEURS DE LA BANQUE, DE L’ASSURANCE ET DE LA PROTECTION SOCIALEANALYSE BASEE SUR LA NORME DE RECOMMANDATION ISO 26000 JUILLET 2011
  2. 2. ETRE RESPONSABLE, C’EST RENTABLELa démarche de Responsabilité Sociale des Entreprises sera le paradigmemanagérial des années 2010 au même titre que les Nouvelles Technologies del’Information et de la Communication dans les années 2000 ou les normesqualité dans les années 90.L’exigence des « consom’acteurs », le renforcement du cadre réglementaire etlégislatif, la demande accrue de transparence et de bonne gouvernance par lesrégulateurs, agences de notation et analystes financiers et la pénurie de talentsconduiront nos entreprises à définir leurs politiques, leurs actes et leurscomportements au regard de leur responsabilité sociale.Des forces positives accentuent également ce nécessaire virage stratégique : lapossibilité de vendre un produit ou un service labellisée RSE (garantie dequalité sociale et environnementale) pour résister aux pays émergents, voireaux compagnies low cost, et le formidable potentiel d’innovation et dedifférenciation offert par une meilleure interaction avec l’environnement.In Fine, c’est la capacité de développement et de rentabilité des entreprises quisera directement impactée par la complétude et l’efficacité de la politique RSEdéployée.Car être socialement responsable, conduit nécessairement à accroître et / oupérenniser la performance financière. Les sociétés agissant dans le domainedes services financiers (Banques, Assureurs, Mutuelles, Institutions dePrévoyance, Courtiers), de par leur position centrale dans l’économie,profiteront à plein des effets positifs d’une démarche RSE globale et continue.Que ce soit en termes de création de produits innovants et performants, demobilisation et d’implication des collaborateurs, de fidélisation et derentabilisation du portefeuille clients, d’image et de notoriété ou encore deréduction des frais généraux, la démarche RSE apporte des réponses durableset pertinentes. A terme, nous pensons que le niveau d’engagement RSEdifférenciera les acteurs et permettra aux meilleurs de prendre une longueurd’avance. 2
  3. 3. Contrairement à l’opinion publique généralement répandue, les acteurs desservices financiers se sont engagés depuis longtemps dans une démarche RSE…Mais souvent de manière parcellaire, selon la sensibilité du dirigeant,discontinue en fonction des priorités budgétaires et sans ligne directriceclairement affirmée. De plus, ces entreprises ont souvent cherché à biendissocier ce qui relève du social de ce qui relève de l’économique. Or, il ne peuty avoir d’action durable et pérenne dans le domaine social sans retour surinvestissement… Et la performance économique se nourrit à court, moyen etlong terme des décisions prises en matière de comportement socialementresponsable.L’enquête que nous avons menée démontre clairement que les acteurs étudiéssont réellement engagés dans une démarche RSE mais qu’ils doivent laglobaliser, la pérenniser et surtout en faire un axe majeur de développement.Nous espérons que ce livre blanc participera à valoriser l’action du secteur dansce domaine et donnera envie aux firmes d’aller plus loin et d’en faire unvéritable enjeu stratégique. Olivier ARROUA Associé Selenis olivier.arroua@selenis.fr 01 74 70 48 72 http://www.selenis.fr 3
  4. 4. TABLE DES MATIERES32 ENTREPRISES ETUDIEES ................................................................................................................................................. 8LES PRATIQUES RSE SELECTIONNEES PAR SELENIS.............................................................................................................. 9LES 10 MEILLEURES PRATIQUES RSE ................................................................................................................................. 12AXE 1. GOUVERNANCE DE L’ORGANISATION ........................................................................................................... 13RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 15RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 15QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 15ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 16 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 16 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 18 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 20AXE 2. DROITS DE L’HOMME ....................................................................................................................................... 23RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 25RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 25QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 25ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 26DOMAINE D’ACTION 3. PREVENTION DE LA COMPLICITE ................................................................................................. 26 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 26DOMAINE D’ACTION 8. PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DROITS AU TRAVAIL .................................................................. 27 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 27AXE 3. RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL ....................................................................................................... 29RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 31RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 31QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 31ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 32DOMAINE D’ACTION 1. EMPLOI ET RELATIONS EMPLOYEUR/EMPLOYE ........................................................................... 32 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 32 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 37 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 38DOMAINE D’ACTION 2. CONDITIONS DE TRAVAIL ET PROTECTION SOCIALE ..................................................................... 40 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 40 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 41 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 42DOMAINE D’ACTION 3. DIALOGUE SOCIALE ..................................................................................................................... 43 4
  5. 5. PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 43DOMAINE D’ACTION 4. SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL ................................................................................................. 44 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 44 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 45DOMAINE D’ACTION 5. DEVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN...................................................................................... 46 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 46AXE 4. L’ENVIRONNEMENT .......................................................................................................................................... 49RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 51RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 51QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 51ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 52DOMAINE D’ACTION 2. UTILISATION DURABLE DES RESSOURCES .................................................................................... 52 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 52 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 61 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 63DOMAINE D’ACTION 3. ATTENUATION DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET ADAPTATION............................................ 64 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 64 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 67 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 69DOMAINE D’ACTION 4. PROTECTION DE LENVIRONNEMENT, BIODIVERSITE ET REHABILITATION DES HABITATS NATURELS........................................................................................................................................................................................ 71 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 71AXE 5. LOYAUTE DES PRATIQUES ................................................................................................................................ 73RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 75RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 75QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 75ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 76DOMAINE D’ACTION 1. LUTTE CONTRE LA CORRUPTION.................................................................................................. 76 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 76DOMAINE D’ACTION 2. ENGAGEMENT POLITIQUE RESPONSABLE .................................................................................... 77 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 77DOMAINE D’ACTION 4. PROMOTION DE LA RESPONSABILITE SOCIETALE DANS LA CHAINE DE VALEUR ........................... 78 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 78 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 79 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 80 5
  6. 6. AXE 6. QUESTIONS RELATIVES AUX CONSOMMATEURS.......................................................................................... 81RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................... 83RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS ............................................................................................................................ 83QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ..................................................................................................... 83ETUDE DETAILLEE ............................................................................................................................................................. 84DOMAINE D’ACTION 1. PRATIQUES LOYALES EN MATIERE DE COMMERCIALISATION, DINFORMATIONS ET DE CONTRATS........................................................................................................................................................................................ 84 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 84 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 85DOMAINE D’ACTION 2. PROTECTION DE LA SANTE ET DE LA SECURITE DES CONSOMMATEURS ....................................... 86 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 86 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 87DOMAINE D’ACTION 3. CONSOMMATION DURABLE ........................................................................................................ 88 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 88 PRATIQUES ORIGINALES.............................................................................................................................................................. 90 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 92DOMAINE D’ACTION 4. SERVICE APRES VENTE, ASSISTANCE ET RESOLUTION DES RECLAMATIONS ET LITIGES POUR LESCONSOMMATEURS .......................................................................................................................................................... 93 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 93 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ........................................................................................................................................... 95DOMAINE D’ACTION 5. PROTECTION DES DONNEES DE LA VIE PRIVEE DES CONSOMMATEURS ....................................... 96 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 96DOMAINE D’ACTION 7. EDUCATION ET SENSIBILISATION ................................................................................................. 97 PRATIQUES COURANTES ............................................................................................................................................................. 97 PRATIQUES ORIGINALES............................................................................................................................................................ 100 PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS ......................................................................................................................................... 102AXE 7. COMMUNAUTES ET DEVELOPPEMENT LOCAL ............................................................................................ 103RESUME DE LA NORME .................................................................................................................................................. 105RESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUS .......................................................................................................................... 105QUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEES ................................................................................................... 105ETUDE DETAILLEE ........................................................................................................................................................... 106DOMAINE D’ACTION 1. IMPLICATION AUPRES DES COMMUNAUTES ............................................................................. 106 PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 106 PRATIQUES ORIGINALES............................................................................................................................................................ 107DOMAINE D’ACTION 2. EDUCATION ET CULTURE ........................................................................................................... 108 PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 108 PRATIQUES ORIGINALES............................................................................................................................................................ 109DOMAINE D’ACTION 3. CREATION DEMPLOI ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ................................................. 110 PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 110DOMAINE D’ACTION 5. CREATION DE RICHESSES ET DE REVENUS .................................................................................. 111 6
  7. 7. PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 111DOMAINE D’ACTION 6. LA SANTE .................................................................................................................................. 112 PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 112DOMAINE D’ACTION 7. INVESTISSEMENT DANS LA SOCIETE .......................................................................................... 113 PRATIQUES COURANTES ........................................................................................................................................................... 113ANNEXES ...................................................................................................................................................................... 115AXE 1. GOUVERNANCE DE L’ORGANISATION .................................................................................................................. 116AXE 2. DROITS DE L’HOMME .......................................................................................................................................... 117AXE 3. RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL ............................................................................................................. 118AXE 4. L’ENVIRONNEMENT ............................................................................................................................................ 119AXE 5. LOYAUTE DES PRATIQUES ................................................................................................................................... 120AXE 6. QUESTIONS RELATIVES AUX CONSOMMATEURS ................................................................................................. 121AXE 7. COMMUNAUTES ET DEVELOPPEMENT LOCAL ..................................................................................................... 122A PROPOS DE SELENIS .................................................................................................................................................... 123 7
  8. 8. 32 ENTREPRISES ETUDIEES 8
  9. 9. LES PRATIQUES RSE SELECTIONNEES PAR SELENIS VOUS ÊTES DÉJÀ ENGAGÉ DANS UNE DÉMARCHE RSE ET CHERCHEZ VOUS SOUHAITEZ METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE RSE ? DES IDÉES ORIGINALES ? POUR COMMENCER… DÉCOUVREZ LES PRATIQUES SÉLECTIONNÉES PAR SELENIS …  Engagez-vous à respecter les Accords et les Chartes existants en matière de RSE. Ex . : Pacte Mondial des Nations Unies, Charte de  Sollicitez une évaluation indépendante extra financière. Ex. : Vigeo, Innovest, Ethifinance.GOUVERNANCE DE Développement Durable de l’Association Française de l’Assurance …L’ORGANISATION  Créez des structures internes dédiées aux questions de  Inculquez une véritable culture RSE au sein de votre organisation : AXE 1 Responsabilité Sociétale et de Développement Durable. l’axe RSE doit être présent dans chaque prise de décision stratégique.  Sensibilisez vos collaborateurs aux suje ts du développement  Mettez en place un tableau de bord pour mesurer et piloter vos durable et de la citoyenneté. Ex. : création d’un espace intranet RSE, indicateurs RSE : engagements auprès des clients, égalité et diversité, mise en œuvre d’une formation spécifique, organisation de concours environnement. internes récompensant les initiatives écologiques …  Menez une politique de gouvernance en faveur de la diversité et deD ROITS DEL’HOMME  Instaurez une entité de contrôle des relations contractuelles avec AXE 2 la non discrimination. Ex. : signature de la Charte de la Diversité, vos prestataires afin d’assurer le respect des Droits de l’Homme et des d’accords internes en faveur de l’emploi, de l’insertion et de la conventions de l’Organisation International du Travail. formation des personnes handicapées, des jeunes et des seniors.  Aménagez la transition entre la vie active e t la retraite de vos collaborateurs. Ex : accompagnement psychologique, stage de préparation.  Encouragez les principes de la non discrimination et de l’égalité des chances via l’anonymisation des CV reçus par Internet.RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL  Participez à des projets nationaux d’insertion des jeunes. Ex. : « Nos  Agissez en faveur de l’égalité hommes / fe mmes, notamment Quartiers ont des Talents », Le Plan Espoir Banlieue » … auprès de la population cadre, et réduisez l’écart salarial.  Veillez au bien-être de vos collaborateurs e t à la réduction du stress au travail. Ex. : mesure du climat social interne et du stress, instauration de  Menez des enquêtes de satisfaction auprès de vos collaborateurs. AXE 3 services d’entraide ou d’un numéro vert anonyme pour les salariés rencontrant des difficultés, organisation de sorties culturelles ou sportives, proposition de produits bio pour les cantines d’entreprise.  Favorisez un équilibre entre la vie professionnelle et personnelle des collaborateurs. Ex. : création d’un réseau de prestataires afin d’alléger les contraintes domestiques des collaborateurs (garde d’enfants, recherche d’un logement, pressing), introduction d’un dispositif de télétravail.  Renforcez la prévention des risques de santé de vos collaborateurs. Ex. : accompagnement individuel en nutrition, sevrage tabagique … 9
  10. 10. VOUS ÊTES DÉJÀ ENGAGÉ DANS UNE DÉMARCHE RSE ET CHERCHEZ VOUS SOUHAITEZ METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE RSE ? DES IDÉES ORIGINALES ? POUR COMMENCER… DÉCOUVREZ LES PRATIQUES SÉLECTIONNÉES PAR SELENIS …  Utilisez du papier 100 % recyclé pour l’usage bureautique, la communication clients et la réalisation des cartes de visite.  Optimisez la consommation d’énergie. Ex. : installation d’ampoules basse consommation, rénovation des systèmes de climatisation e t de  Adhérez aux organismes de retraitement du papier et des machines chauffage. informatiques. Ex. : Emmaüs, Elise, EcoFolio.  Réduisez la consommation d’eau. Ex. : robinets mousseurs, chasses  Optez pour des produits issus du commerce équitable pour les d’eau plus économiques. cantines d’entreprise et les distributeurs de café.  Optimisez l’utilisation de papier. Ex. : photocopies recto-verso,  Mettez en place des systèmes de récupération des déchets des salles d’impression collectives, relevés de comptes en ligne pour les restaurants d’entreprise permettant de produire du biodiesel.L’ENVIRONNEMENT clients.  Recyclez les bâches publicitaires utilisées lors de travaux de rénovation. AXE 4  Recyclez les déchets. Ex. : bacs poubelle sélectifs, systèmes de collecte de papier, de cartouches et de piles.  Adoptez les normes Energy Star ou EPEAT pour le matériel  Respectez les principes HQE lors des travaux de rénovation ou de informatique. construction.  Compensez les émissions de CO2 via le financement des projets  Rationnalisez le nombre de commandes d’achat. environnementaux ou l’achat de certificats verts.  Réalisez un Bilan Carbone permettant de mesurer les émissions de  Renouvelez le parc de véhicules d’entreprise par des voitures CO2. électriques ou émettant moins de 149 grammes de CO2/km.  Pratiquez la visioconférence et établissez un Plan de Déplacement  Créez un site internet destiné à faciliter le covoiturage de vos d’Entreprise. collaborateurs et installez un parc de stationnement pour les vélos près de l’entreprise.  Effectuez une partie du transport de courriers et de petits colis à vélo.  Créez des dispositifs de lutte contre la corruption. Ex. : intégration  Créez un espace en ligne dédié aux fournisseurs, leur permettant deLOYAUTÉ DES PRATIQUES dans le règlement intérieur de clauses de prévention du blanchiment renseigner un questionnaire sur leurs pratiques RSE et de fournir toute des capitaux, de lutte contre la corruption des salariés. information complémentaire (résultats de notation extra-financière …).  Mettez en place une politique de non-investissement ou de AXE 5  Intégrez des clauses RSE dans les contrats avec les prestataires. désinvestissement dans les entreprises impliquées dans la production ou la commercialisation d’armes controversées.  Sensibilisez vos partenaires et fournisseurs à la dé marche RSE. Ex. : organisation de concours récompensant les meilleures initiatives …  Instaurez des Chartes et Codes d’Achats en interne, promouvant  Accompagnez les prestataires dans la définition d’un plan de progrès les principes de RSE dans la chaîne de valeur. en matière de RSE. 10
  11. 11. VOUS ÊTES DÉJÀ ENGAGÉ DANS UNE DÉMARCHE RSE ET CHERCHEZ VOUS SOUHAITEZ METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE RSE ? DES IDÉES ORIGINALES ? POUR COMMENCER… DÉCOUVREZ LES PRATIQUES SÉLECTIONNÉES PAR SELENIS …  Développez un système « d’étiquetage » des produits et services : un code barre pour informer les consommateurs sur les risques financiers, l’intégration de critères sociétaux et environnementaux, l’empreinte  Créez un espace en ligne offrant l’accès à toute informationQUESTIONS RELATIVES AUX CONSOMMATEURS écologique. contractuelle sur vos produits et services proposés et une plate-forme  Développez une offre de produits destinée aux groupes vulnérables. d’échange avec vos clients. Ex. : bilan d’autonomie et service de télé vigilance pour les personnes en  Assurez la protection des données personnelles de vos clients. situation de dépendance, garanties supplémentaires dans les contrats  Mesurez la satisfaction de vos clients et mettez à leur disposition d’assurance destinés aux jeunes … AXE 6 un service de réclamations et de médiation.  Proposez des services d’évaluation, de diagnostic ou  Créez des fonds financiers intégrant des principes d’accompagne ment pour les clients professionnels souhaitant s’engager d’Investissements Socialement Responsables (ISR). dans une démarche RSE.  Développez une offre de produits intégrant une dimension  Menez des actions de prévention des risques de la vie courante et des environnementale ou sociétale. Ex. : contrats d’assurance auto, des risques routiers auprès des clients et sensibilisez-les aux sujets RSE. habitation et construction, crédits destinés au financement des travaux Ex. : publication de guides, mise à disposition d’applications gratuites, d’économie d’énergie, cartes bancaires caritatives … organisation de campagnes de communication média, création de sites internet pédagogiques ou d’information…  Aménagez les points d’accueil et les moyens de communication aux personnes en situation de handicap.COMMUNAUTÉS ET DÉVELOPPEMENT LOCAL  Sponsorisez des projets environnementaux et écologiques. Ex. : expéditions, projets de reforestation …  Encouragez vos collaborateurs à faire du bénévolat au service des  Participez à des projets philanthropiques, visant le soutien des communautés. Ex. : organisation des congés solidaires, accompagnement personnes handicapées, la création d’emplois locaux, la promotion de et soutien des groupes vulnérables dans leurs démarches de scolarisation, AXE 7 l’éducation, de la santé, de la culture et du sport. de recherche d’emploi ...  Favorisez la création de richesses et de revenus. Ex. : participation aux projets dédiés à la création d’entreprises, offres de microcrédit et de micro-assurance destinées aux créateurs d’entreprise …  Développez des contrats d’assurance adaptés aux groupes issus de zones défavorisées au faible revenu. 11
  12. 12. LES 10 MEILLEURES PRATIQUES RSE VOUS ÊTES NOVICE VOUS ÊTES DÉJÀ ENGAGÉ DANS UNE DÉMARCHE RSE Engagez-vous à respecter les Accords et les Chartes existants en matière de RSE et création1 1 Sollicitez une évaluation indépendante extra de structures internes dédiées aux questions de Responsabilité Sociétale et de Développement financière en matière de RSE (Vigeo, Innovest ...). Durable. Instaurez une entité de contrôle des relations Agissez en faveur de l’égalité hommes / femmes,2 2 contractuelles avec les prestataires afin d’assurer le notamment auprès de la population cadre, et respect des Droits de l’Homme et des conventions de réduisez les écarts salariaux. l’Organisation Internationale du Travail. Menez des enquêtes de satisfaction auprès de Encouragez les principes de l’égalité des chances et de3 vos collaborateurs (conditions de travail, 3 la non-discrimination via l’anonymisation des CV reçus traitement du personnel, climat social …). par Internet. Créez un réseau de partenaires (conciergerie) afin4 Développez des programmes de formation 4 d’alléger les contraintes domestiques des destinés à l’ensemble des salariés. collaborateurs et favorisez ainsi un équilibre entre la vie personnelle et professionnelle. Veillez à la réduction du stress au travail et au bien-5 Installez des points de collecte des déchets 5 être des salariés via des services de médiation, (papier, cartouches, piles). d’entraide, la création d’un numéro vert anonyme, des sorties culturelles ou sportives... Réduisez les émissions de CO2 : remplacement du Réduisez la consommation de papier (impression parc de véhicules par des modèles électriques ou6 recto-verso, salles d’impression collectives, 6 émettant moins de CO2, création d’un site internet relevé de comptes et sui vi des remboursements destiné à faciliter le covoiturage des salariés, en ligne …) . installation d’un parc de stationnement à vélos près de l’entreprise. Réalisez un Bilan Carbone permettant de mesurer Sensibilisez les prestataires au sujet du7 les émissions de gaz à effet de serre. 7 développement durable et intégrez des clauses RSE dans les contrats. Développez une offre de produits destinée aux Pratiquez la visioconférence afin de réduire les groupes vulnérables (bilan d’autonomie et service8 déplacements du personnel. 8 de télé vigilance pour les personnes en situation de dépendance, garanties supplémentaires dans les contrats d’assurance destinés aux jeunes … ). Instaurez des Chartes et Code d’Achats en interne9 Sponsorisez des projets environnementaux et promouvant les principes de la RSE dans la chaîne 9 écologiques (expéditions, projets de reforestation). de valeur. Développez une offre de produits intégrant une Favorisez la création de richesses et de revenus via10 dimension environnementale ou sociétale : 10 des projets dédiés à la création d’entreprises, offres contrats d’assurance auto, habitation et de microcrédits et de micro-assurances destinées aux construction, crédits destinés au financement des créateurs d’entreprise … travaux d’économie d’énergie, cartes bancaires caritatives, micro-assurance … 12
  13. 13. LES MEILLEURES PRATIQUES DE RSE DES ENTREPRISES DES SECTEURS DE LA BANQUE DE L’ASSURANCE ET DE LA PROTECTION SOCIALE AXE 1. GOUVERNANCE DE L’ORGANISATION 13
  14. 14. AXE 1. GOUVERNANCE DE L’ORGANSATIONRESUME DE LA NORMERESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUSQUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEESETUDE DETAILLEE PRATIQUES COURANTES PRATIQUES ORIGINALES PRATIQUES DISTINGUEES PAS SELENIS 14
  15. 15. Résumé de la norme « La gouvernance de l’organisation est le système par lequel une organisation prend des décisions et les appliqueen vue d’atteindre ses objectifs. » Le système de gouvernance d’une organisation, qui s’engage dans la responsabilité sociale et environnementale,se base sur l’application et la surveillance des principes tels que :  La redevabilité, soit la prise en compte des impacts de ses décisions et activités sur l’économie, la société ou l’environnement ;  La transparence de l’information communiquée concernant ses politiques, décisions et activités, sans qu’elle soit nécessairement confidentielle ou exclusive ;  Le comportement éthique, bâti sur les valeurs de l’honnêteté, de l’équité et de l’intégrité ;  La reconnaissance des intérêts des parties prenantes internes (actionnaires, salariés) et externes (clients, fournisseurs, sous-traitants, partenaires, pouvoirs publics, collectivités territoriales, investisseurs, associations, ONG, etc.) ;  Le respect du principe de l’égalité, qui implique la conformité de l’organisation aux réglementations et législations en vigueur ;  La prise en compte des normes internationales de comportement ;  Le respect des Droits de l’Homme ;  Le développement de la culture de responsabilité sociétale et environnementale au sein de l’entreprise.Résultats économiques attendus  Consolider l’image d’une organisation engagée dans une démarche de responsabilité sociétale et environnementale ;  Sensibiliser les collaborateurs aux sujets de développement durable et de solidarité. Quelques chiffres sur les entreprises étudiées 2/3 des entreprises organisent des actions de sensibilisation de leurs collaborateurs aux questions de développement durable et de diversité. Rassurant 1 entreprise sur 2 s’engage à 1 entreprise sur 2 a créé au moins respecter les initiatives une structure spécifique destinée internationales en matière de au développement et au suivi de développement durable et de la politique RSE. Satisfaisant responsabilité sociétale. 1/3 des entreprises sollicitent une notation extra financière auprès des agences indépendantes. Peut mieux faire 15
  16. 16. Etude détaillée AXE 1. Gouvernance de l’organisation. PRATIQUES COURANTES1. Création de structures internes dédiées aux questions de Responsabilité Sociétale et de Développement Durable. Entreprises impliquées : Allianz, AG2R la Mondiale, AXA, BNP Paribas, BPCE, CNP Assurances, Crédit Agricole, Crédit Mutuelle, Groupama, HSBC, La Banque Postale, MAAF, Macif, Maif, Malakoff Médéric, Pro BTP, Société Générale. Exemples :  En 2007, Allianz France a créé une Direction RSE – Diversité et en 2010, une Direction du Développement Durable.  En 2003, HSBC France a instauré un Comité Développement Durable et en 2008, une Direction du Développement Durable.  Groupama a mis en place une Direction Ethique et Développement Durable.  La Macif s’est dotée d’une Direction de la Responsabilité Sociétale et Environnementale ainsi que d’un Comité de pilotage RSE.  En 2009, Pro BTP a créé un Comité de la Diversité.2. Signature d’Accords et de Chartes internationaux et nationaux en matière de RSE. I. 2000 - Pacte Mondial des Nations Unies Expose les 10 principes universels en matière de droits humains, de conditions de travail, de protection de lenvironnement et de lutte contre la corruption. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale (2003), Allianz (2002), AXA (2003), BNP Paribas (2003), BPCE (Les Caisses d’Epargne en 2003, la Banque Populaire depuis 2007), CNP Assurances (2003), Crédit Agricole (2003), Crédit Mutuel (2003), Générali (2004), Groupama (2007), HSBC, Maif (2006), La Banque Postale (La Poste en 2003), Société Générale (2003). II. 2002 - Déclaration dEuresa « Nos valeurs nous engagent » Affirme la volonté des sociétés de mettre leurs valeurs en action. Entreprises adhérentes : Maif, Macif. III. 2006 - Principes de l’investissement responsable (PRI) de l’Organisation des Nations Unies Intègrent les problématiques environnementale, sociale et de gouvernance dans la gestion des portefeuilles d’investissement. Entreprises adhérentes : Allianz Global Investors, AXA (Axa Investment Managers, Axa Private Equity), BNP Paribas Investment Partners, Crédit Africole (CA Private Equity, CA Assurances, Amundi, Cheuvreux), filiales de Groupama Asset Management, HSBC Global Asset Management, La Banque Postale Asset Management, Macif Gestion, Maif, Malakoff Médéric (Fédéris Gestion d’Actif). IV. 2007 - « Caring for Climate, The Business Leadership Platform » « Protégeons le climat, plate-forme des leaders d’entreprises » est un engagement volontaire pour les entreprises qui souhaitent lutter contre le changement climatique. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale, Allianz, AXA. 16
  17. 17. V. 2007 - La Charte UDA (Union des Annonceurs) pour une communication responsable Promeut une communication responsable. Entreprises adhérentes : AXA, CNP Assurances. VI. 2009 - Déclaration de Kyoto de lAssociation de Genève sur le changement climatique Témoigne de la prise de conscience des compagnies dassurance de limportance du changement climatique, de ses conséquences pour léconomie et la société ainsi que leur engagement à mener des actions contre le changement climatique. Entreprises adhérentes : AXA (2009), CNP Assurances (2009). VII. 2009 - Charte du Développement Durable de l’Association Française de l’Assurance Confirme l’engagement des assureurs dans la politique. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale, AXA, CNP Assurances, MAAF, Maif, MMA. VIII. 2010 - Charte de la Médiation du crédit et de la Compagnie des dirigeants et des acheteurs de France Engage les signataires à respecter les 10 principes des achats responsables parmi lesquels : assurer une égalité financière vis-à-vis des fournisseurs, réduire les risques de dépendances réciproques, veiller à la responsabilité territoriale de l’entreprise et intégrer la problématique environnementale. Entreprises adhérentes : BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole S.A., Groupama, La Banque Postale (La Poste), Société Générale.3. Signature de Chartes et d’Accords en interne. Entreprises impliquées : AXA, BNP Paribas, CNP Assurances, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Générali, Groupama, HSBC, Pro BTP, SMABTP, Société Générale. Exemples :  AXA : le Code de Déontologie Professionnelle (2006) qui intègre des principes tels que la qualité de conseil, la transparence, la confidentialité de linformation client, léquité et la lutte contre la fraude et le blanchiment dargent.  CNP Assurances : le Code de bonne conduite et déontologie (1994).  Le Crédit Agricole : la Charte des droits humains RESPECT (2009), qui reprend l’ensemble des engagements du Groupe en matière de : Reconnaissance, Égalité, Sécurité, Participation, Équité, Cohérence et Territoires.  Générali : le Code éthique (renouvelé en 2010) exposant les principes directeurs à respecter par l’ensemble des collaborateurs en matière de protection de l’environnement et de compatibilité avec les initiatives économiques.4. Participation à des manifestations d’ordre public : Semaine Nationale du Développement Durable, Semaine Européenne de la Mobilité, Semaine Nationale de la Sécurité Routière, Semaine du Handicap. Entreprises impliquées : AG2R la Mondiale, Allianz, AXA, Audiens, BNP Paribas, BPCE, CNP Assurances, Crédit Agricole, Générali, Groupama, MAAF, Maif, Macif, MMA, Société Générale. Exemples :  Lors de la semaine de la mobilité, la Maif a proposé à ses collaborateurs un challenge par équipe dont le but était de parcourir le moins de kilomètres possible seul en voiture pour venir travailler.  Lors de la semaine européenne de la mobilité en 2007, plus de 8 000 salariés de la Macif ont été invités à tester des vélos électriques et à faire connaître leurs modes de déplacement pour se rendre sur leur lieu de travail.  Lors de la semaine du Développement Durable, le Crédit Agricole S.A. a projeté à ses salariés un film documentaire « Une vérité sur le risque du réchauffement climatique ». 17
  18. 18. AXE 1. Gouvernance de l’organisation. PRATIQUES ORIGINALES1. Sollicitation d’une évaluation indépendante extra financière (ex. Vigeo, Innovest, Ethifinance). Entreprises impliquées : AXA, Allianz, BNP Paribas, BPCE (les Caisses d’Epargne), CNP Assurances, Crédit Agricole, Société Générale, La Banque Postale, Macif, Maif. À savoir : Créée en 2002, l’agence Vigeo se spécialise dans l’analyse, la notation et l’audit-conseil des organisations, en matière de démarches, pratiques et résultats liés aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance. L’analyse se construit sur la base de 38 critères, répartis en 6 domaines : 1. Ressources Humaines (relations professionnelles, relations à l’emploi et conditions de travail) ; 2. Droits humains sur les lieux de travail (liberté syndicale, promotion de l’égalité, prévention des traitements inhumains, protection des données personnelles) ; 3. Environnement (protection de lenvironnement et de la biodiversité, éco-conception, maîtrise des impacts environnementaux liés au fonctionnement) ; 4. Comportements sur les marchés (respect des droits des clients et des fournisseurs, prévention de la corruption, pratique de la concurrence loyale) ; 5. Gouvernement d’entreprise (indépendance du Conseil d’Administration, mécanismes d’audit et de contrôle , respect des droits des actionnaires, transparence de la rémunération des dirigeants) ; 6. Engagement sociétal (contribution au développement économique et social des territoires, engagements dans la maîtrise des impacts sociétaux des produits et des services). Pour en savoir plus : www.vigeo.com Signification des ratings Vigeo -- entreprises les moins avancées du secteur - entreprises en dessous de la moyenne du secteur = entreprises dans la moyenne du secteur + entreprises actives ++ entreprises les plus engagées du secteur Source : Rapports sociaux et sites Internet des entreprises 18
  19. 19. 2. Création d’un espace intranet dédié au sujet de la RSE. Entreprises impliquées : April, BNP Paribas, Société Générale. Exemples :  April a créé en 2009 l’espace handicap sur l’intranet du groupe.  La Société Générale a créé un site intranet « Planethic@ » dédié au développement durable.  BNP Paribas a créé « P’tit Mémo buro » accessible sur l’Intranet du groupe consacré aux gestes écologiques à adopter au bureau.3. Publication de guides et distribution de kits aux collaborateurs, exposant des conseils de développement durable. Entreprises impliquées : Allianz, Crédit Agricole, Groupama, La Banque Postale, Société Générale. Exemples :  Les Caisses Régionales de Groupama ont distribué des sets de table et ont divulgué un conseil de développement durable par jour : « éteignez les lumières », « n’imprimez pas systématiquement », etc. Par ailleurs, Groupama a édité en 2007 et diffusé à l’ensemble des acheteurs du groupe un « Guide des achats éco responsables ».  Le Crédit Agricole, à l’occasion des fêtes de fin d’année 2008, a offert à ses collaborateurs un calendrier exposant des astuces et recettes autour des fruits et légumes.  La Société Générale a réalisé la publication de guides sur la dématérialisation du papier, ainsi qu’une bande dessinée « Y’a pas de malaise » sensibilisant le personnel au handicap.  Allianz a publié la brochure «10 questions sur nos engagements durables », exposant les engagements du groupe en matière de développement durable autour de 4 enjeux : changements climatique et démographique, financement responsable et lutte contre la pauvreté.4. Actions diverses de sensibilisation des collaborateurs au sujet de la RSE. Entreprises impliquées : April, HSBC, MAAF, Société Générale. Exemples :  April organise des petits déjeuners au sein de différentes filiales et a diffusé un film « April, Entreprise Citoyenne » pour sensibiliser l’ensemble des collaborateurs aux questions du handicap et les informer sur les actions menées par l’entreprise.  Les collaborateurs de HSBC reçoivent un e-mail mensuel « Je m’implique » les alertant sur les nouvelles missions de bénévolat proposées. En 2009, 2 430 collaborateurs du groupe ont consacré plus de 14 000 heures de leur temps personnel à des actions de bénévolat.  La MAAF a mis en ligne en 2010 un jeu « Working Green », permettant à chaque collaborateur de tester ses connaissances sur l’empreinte carbone, d’apprendre les origines des émissions de CO2, des moyens de comportement environnemental au bureau et en dehors et de comparer l’impact carbone des solutions alternatives.  La Société Générale a créé un espace dédié au développement durable dans la tour de l’entreprise située à la Défense. 19
  20. 20. AXE 1. Gouvernance de l’organisation. PRATIQUES DISTINGUEES PAR SELENIS1. Elaboration d’outils de mesure de la RSE. Entreprises impliquées : BNP Paribas, La Banque Postale, Société Générale. Exemples :  BNP Paribas a introduit en 2004 une méthodologie d’audit de la RSE du Groupe et a créé en 2007 un service interne de gestion de l’environnement Technologies&Processus (ITP), dont la mission est de fournir aux entités des services en matière de processus, d’informatique, d’achats pour améliorer l’efficacité du Groupe.  La Société Générale a créé un outil de reporting et de pilotage de la politique RSE du groupe « Planethic@Reporting » qui contient 31 indicateurs métiers, 9 indicateurs environnementaux et 17 indicateurs sociaux. Par ailleurs, l’entreprise a mis en œuvre un outil d’auto-évaluation Responsibility Performance Survey (RPS) à destination des entités du groupe, permettant d’évaluer le niveau de RSE et d’élaborer des plans d’action de progrès.  En 2006, La Banque Postale a mis en place un reporting sur le développement durable selon les indicateurs regroupés en 3 grandes familles : qualité/engagements clients, environnement, diversité.2. Mise en œuvre d’une formation au sujet du développement durable destinée aux collaborateurs. Entreprises impliquées : Audiens, BNP Paribas, La Banque Postale, Société Générale. Exemples :  BNP Paribas offre aux collaborateurs qui le souhaitent une formation à l’éco-conduite.  La Société Générale a développé en 2008 deux modules de formation RSE présentant le concept de développement durable et les enjeux de la RSE pour l’entreprise et pour le secteur financier.  La Banque Postale propose à ses collaborateurs des programmes de formation à la RSE et au handicap.  Audiens a mis en œuvre en 2008 des formations pour les managers et les cadres sur « l’environnement de l’économie sociale et ses enjeux », près de 129 salariés sont formés en 2009.3. Organisation de concours internes, récompensant les initiatives prises par les collaborateurs. Entreprises impliquées : BNP Paribas, HSBC. Exemples :  HSBC organise un concours « HSBC agence verte » et « les Trophées Développement Durable » qui récompensent les meilleures initiatives et projets écologiques de ses agences bancaires. En 2009, 37 dossiers ont été reçus mobilisant 82 collaborateurs. Exemples des pratiques élaborées par les agences : l’agence de Biarritz a mis en place un « vendredi vert » lors duquel les collaborateurs sont encouragés à utiliser les transports en commun ; l’agence HSBC Chessy-Val d’Europe a mis à la disposition de ses collaborateurs un calculateur interne Ecocharte créé par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) permettant de mesurer leur empreinte environnementale. Suite à cette action un plan visant à réduire les émissions de CO2 a été élaboré. 20
  21. 21.  BNP Paribas a lancé en 2006 « Les Prix de l’Innovation » comprenant 9 catégories (développement durable, marque, performance des processus, pratique managériale favorisant l’innovation, produits et services, « re- use », satisfaction clients, satisfactions collaborateurs et ventes croisées) aussi bien que le prix « Développement Durable », afin de récompenser les initiatives prises par les salariés.À savoir : Le Groupe Crédit Agricole a reçu en 2007 le prix décerné par The Banker comme « Banque de l’année au niveau mondial » pour sa politique Développement Durable et sa démarche de responsabilité sociale et environnementale. En juillet 2009, Audiens a reçu le label QualEthique, décerné par le Cercle d’Ethique des Affaires, pour son engagement environnemental et sociétal. 21
  22. 22. 22
  23. 23. LES MEILLEURES PRATIQUES DE RSE DES ENTREPRISES DES SECTEURS DE LA BANQUE DE L’ASSURANCE ET DE LA PROTECTION SOCIALE AXE 2. DROITS DE L’HOMME 23
  24. 24. AXE 2. DROITS DE L’HOMMERESUME DE LA NORMERESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUSQUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEESETUDE DETAILLEE DOMAINE D’ACTION 3. PREVENTION DE LA COMPLICITE PRATIQUES ORIGINALES DOMAINE D’ACTION 8. PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DROITS AU TRAVAIL PRATIQUES COURANTES 24
  25. 25. Résumé de la norme « Les Droits de l’Homme sont les droits fondamentaux, universels et inaliénables comprenant la catégorie desdroits civils et politiques (le droit à la vie, liberté, égalité face à la loi) et la catégorie des droits économiques, sociaux etculturels (le droit au travail, nourriture, santé, éducation, sécurité sociale) auxquels tous les êtres humains ont droit. » Les organisations socialement responsables sont tenues de respecter les Droits de l’Homme dans leur intégralité,d’être vigilantes et veiller à ne pas contribuer activement ou passivement à leur violation. Bien que les organisations quinous occupent œuvrent aujourd’hui au-delà de la défense des Droits de l’Homme, elles doivent néanmoins veiller aurespect de leurs principes via les collaborations qu’elles entretiennent avec leurs parties prenantes (fournisseurs,actionnaires, …). Pour cette raison, nous développerons ici les 2 domaines d’action, sur les 8 que propose la norme, qu’ilnous semble pertinent, encore aujourd’hui, de garder à l’esprit et de respecter ou faire respecter dans la chaîne de valeurs :Domaine d’action 3. Prévention de la complicité, Domaine d’action 8. Principes fondamentaux et droit au travail. L’axe 2 de la norme regroupe les 8 domaines d’action suivants : Domaine d’action 1. Devoir de vigilance Domaine d’action 2. Situations présentant un risque pour les droits de l’Homme Domaine d’action 3. Prévention de la complicité Domaine d’action 4. Remédier aux atteintes aux droits de l’Homme Domaine d’action 5. Discrimination et groupes vulnérables Domaine d’action 6. Droits civils et politiques Domaine d’action 7. Droits économiques, sociaux et culturels Domaine d’action 8. Principes fondamentaux et droits au travailRésultats économiques attendus  Se positionner en tant qu’organisation socialement responsable, engagée dans le respect et la promotion des Droits de l’Homme dans la chaîne de valeur ;  Améliorer l’image de l’organisation. Quelques chiffres sur les entreprises étudiées 2/3 des entreprises confirment leur engagement dans le développement et la promotion d’une politique de diversité via la signature de chartes Rassurant et accords en interne. 2 entreprises sur 5 ont signé la Charte de la Diversité (2004) qui condamne les discriminations dans le domaine de l’emploi et promeut la diversité. Peut mieux faire 25
  26. 26. Etude détaillée DOMAINE D’ACTION 3. PREVENTION DE LA COMPLICITE « En terme juridique, la complicité est le fait passivement dans la réalisation d’une action ayant des d’agir ou de ne pas agir lors de la réalisation d’un crime, incidences négatives sur la société, l’environnement ou et ce en connaissance de cause ou avec l’intention d’y l’économie. Afin d’éviter la complicité, une organisation contribuer. En terme non juridique, la complicité est censée respecter les conditions sociales et s’interprète comme une atteinte sociale en matière de environnementales de prestation de services et de biens, comportement. » ne pas nouer de relations contractuelles avec des partenaires qui portent atteinte aux Droits de l’Homme Une organisation est donc considérée comme et faire connaitre qu’elle est engagée dans la lutte complice lorsqu’elle aide autrui activement ou contre la violation de ces droits. AXE 2. Droits de l’Homme. D.A. 3. Prévention de la complicité. PRATIQUES ORIGINALES1. Examen du respect des Droits de l’Homme lors des relations contractuelles. La fonction Achats du Groupe BNP Paribas collecte et audite les contrats de sous-traitance signés par les entités du Groupe afin d’assurer le respect des conventions fondamentales de l’Organisation Internationale du Travail. 26
  27. 27. DOMAINE D’ACTION 8. PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DROITS AU TRAVAIL « Les droits fondamentaux au travail identifiés la discrimination en matière d’emploi fondée sur la race, par l’Organisation International du Travail (OIT) la couleur, le genre, l’origine sociale, etc. » comprennent les principes suivants : la liberté d’association, l’élimination de toute forme de travail L’organisation socialement responsable intègre forcé, l’abolition du travail des enfants et l’élimination de les principes exposés dans sa politique de gouvernance et assure leur respect. AXE 2. Droits de l’Homme. D.A. 8. Principes fondamentaux et droits au travail. PRATIQUES COURANTES1. Politique de l’entreprise en faveur de la diversité et de la non discrimination. I. Signature de la Charte de la Diversité (2004). Incite les entreprises à lutter contre toute forme de discrimination et à mettre en place une démarche de diversité. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale (2007), Allianz (2006), April (2010), AXA (2004), Audiens (2006), BNP Paribas (2004), BPCE (2010), CNP Assurances (2006), Crédit Agricole S.A. (2008), Groupama (2007), HSBC (2004), Macif (2006), Pro BTP (2007), Société Générale (2004). II. Signature d’accords internes relatifs à légalité professionnelle entre hommes et femmes. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale, Allianz, BNP Paribas, CNP Assurances, Crédit Agricole, HSBC, La Banque Postale, MMA, SMABTP, Société Générale. III. Signature d’accords en faveur de l’emploi, de l’insertion et de la formation des personnes en situation de handicap. Entreprises adhérentes : AG2R la Mondiale (2007 et 2009), Allianz (2007), April (convention avec l’Agefiphen 2008 - Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées créée en 1987), BNP Paribas (convention avec l’Agefiph en 2008), BPCE (la Banque Populaire en 2007, les Caisses d’Epargne en 2006), CNP Assurances (3 accords depuis 1995), Crédit Agricole (2007), Crédit Mutuel, D&O (convention avec l’Agefiph en 2010), Générali (2004 et 2007), HSBC (2004 et 2007), La Banque Postale (2008, 2010), MAAF (convention avec l’Agefiph en 2006), Maif (2004), Macif (2006 et 2009), Malakoff Médéric (2009), Mornay (convention avec l’Agefiph en 2009), Pro BTP, Société Générale. IV. Signature d’accords internes relatifs à l’emploi des seniors. Entreprises adhérentes : Allianz, April, Audiens, AXA, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Groupama, HSBC, La Banque Postale, Macif, MMA, Mornay, Pro BTP, SMABTP, Société Générale. 27
  28. 28. À savoir : Les entreprises titulaires d’un label Diversité Les entreprises titulaires d’un label Egalité Professionnelle AXA en septembre 2009 BNP Personal Finance en 2005 BNP Paribas en 2009 AXA en 2006, 2009 CNP Assurances en janvier 2009 Société Générale en 2007 D&O en avril 2010 Crédit Mutuel de Normandie à la fin 2008 Audiens en février 2011 GIE BNP Paribas Assurances en 2008 Le label Diversité et le label Egalité Professionnelle sont délivrés par l’AFNOR Certification (Association Française de Normalisation) pour une durée de 3 ans. Le label Diversité témoigne de l’engagement d’une organisation dans l’égalité, la prévention des discriminations lors de la gestion des ressources humaines. Domaines évalués : 1. Etat des lieux de la diversité au sein de l’organisation ; 2. Politique diversité ; 3. Communication interne, sensibilisation et formation du personnel sur la diversité et la lutte contre la discrimination ; 4. Diversité dans les activités de l’organisation (recrutement, gestion des carrières, partenariats, fournisseurs). Le label Egalité Professionnelle est accordé à une organisation faisant preuve de son engagement en matière d’égalité professionnelle et salariale entre femmes et hommes. Domaines évalués : 1. Actions en faveur de l’égalité professionnelle (accords d’entreprise, sensibilisation du personnel, communication interne et externe) ; 2. Gestion des ressources humaines (accessibilité des postes, égalité salariale) ; 3. Conciliation de la vie professionnelle et personnelle (horaires et conditions de travail, congés de maternité, soutien à la garde des enfants). Chaque 18 mois, l’AFNOR Certification effectue une évaluation de suivi pour s’assurer que l’organisation reste toujours conforme aux critères de la certification. Pour en savoir plus : www.boutique-certification.afnor.org En 2011, selon les résultats du Baromètre annuel Capitalcom sur la mixité (6ème édition), BNP Paribas est parmi le top 3 des groupes du CAC 40 pour la qualité de ses pratiques en matière de la diversité et le groupe AXA figure parmi les plus fortes remontées depuis 2009. Le baromètre est réalisé annuellement depuis 2005 et tient compte d’une trentaine de critères (stratégie d’entreprise, engagements signés, fixation d’objectifs chiffrés, indicateurs, organisation interne, égalité professionnelle dans la gestion des ressources humaines). Pour en savoir plus : www.capitalcom.fr 28
  29. 29. LES MEILLEURES PRATIQUES DE RSE DES ENTREPRISES DES SECTEURS DE LA BANQUE DE L’ASSURANCE ET DE LA PROTECTION SOCIALE AXE 3. RELATIONS ET CONDITIONS DE TRAVAIL 29
  30. 30. AXE 3. RELATION ET CONDITIONS DE TRAVAILRESUME DE LA NORMERESULTATS ECONOMIQUES ATTENDUSQUELQUES CHIFFRES SUR LES ENTREPRISES ETUDIEESETUDE DETAILLEE DOMAINE D’ACTION 1. EMPLOI ET RELATIONS EMPLOYEUR/EMPLOYE PRATIQUES COURANTES PRATIQUES ORIGINALES PRATIQUES DISTINGUEES PAS SELENIS DOMAINE D’ACTION 2. CONDITIONS DE TRAVAIL ET PROTECTION SOCIALE PRATIQUES COURANTES PRATIQUES ORIGINALES PRATIQUES DISTINGUEES PAS SELENIS DOMAINE D’ACTION 3. DIALOGUE SOCIALE PRATIQUES ORIGINALES DOMAINE D’ACTION 4. SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL PRATIQUES ORIGINALES PRATIQUES DISTINGUEES PAS SELENIS DOMAINE D’ACTION 5. DEVELOPPEMENT DU CAPITAL HUMAIN PRATIQUES ORIGINALES 30
  31. 31. Résumé de la norme « Les relations et conditions de travail englobent toutes les politiques et pratiques liées au travail réalisé au seind’une organisation : le processus de recrutement et de promotion, la formation et le développement des compétences, lasanté, la sécurité, l’hygiène au travail et le dialogue social. » Les relations et conditions de travail constituent un des piliers de la RSE, englobant plus génériquement tout cequi a attrait aux ressources humaines et au levier économique qu’elles représentent. Il s’agit d’un véritable axe stratégique,créateur de valeur ajoutée, à considérer sous l’angle des nouvelles générations et des rapports au travail : recherche desens, de conciliation avec la vie privée, de bien-être au travail. L’axe 3 de la norme présente les 5 domaines d’action suivants : Domaine d’action 1. Emploi et relations employeur/employé Domaine d’action 2. Conditions de travail et protection sociale Domaine d’action 3. Dialogue social Domaine d’action 4. Santé et sécurité au travail Domaine d’action 5. Développement du capital humainRésultats économiques attendus  Réduire le turn-over et l’absentéisme ;  Attirer les profils à haut potentiel ;  Fidéliser les meilleures compétences ;  Développer la marque « Employeur » ;  Développer un climat social favorable. Quelques chiffres sur les entreprises étudiées 2/3 des entreprises favorisent 2/3 des entreprises mesurent le l’emploi et l’insertion des jeunes niveau de satisfaction des et des personnes en situation de salariés et veillent au bien-être handicap. au travail. Rassurant 1/3 des entreprises mettent en place des actions visant à 1/4 des entreprises étudiées maintenir un équilibre entre la créent des centres spécialisés ou vie professionnelle et des universités dédiés à la personnelle de leurs formation. Satisfaisant collaborateurs. 2/5 des entreprises ont entrepris une démarche de lutte contre le stress au travail. Peut mieux faire 31
  32. 32. Etude détaillée DOMAINE D’ACTION 1. EMPLOI ET RELATIONS EMPLOYEUR/EMPLOYE Dans la réalisation de ses activités, une discrimination et promeut les principes de la diversité. organisation socialement engagée respecte le cadre En accomplissant son rôle d’employeur socialement juridique imposant des obligations et des droits, favorise responsable, une organisation contribue à l’amélioration la stabilité de l’emploi via la planification des effectifs, du niveau de vie via le plein emploi, le travail décent et protège les données personnelles des collaborateurs, la stabilité. garantit l’égalité des chances, n’exerce aucune AXE 3. Relations et conditions de travail. D.A. 1. Emploi et relations employeur/employé. PRATIQUES COURANTES Pratiques courantes1. Promotion de l’égalité entre hommes et femmes cadres. Entreprises impliquées : AG2R la Mondiale, Allianz, AXA, BNP Paribas, BPCE, CNP Assurances, Crédit Mutuel, Groupama, HSBC, La Banque Postale, Macif, Société Générale. Exemple :  En 2002, la Macif a mis en œuvre un programme « Mutu’Elles » afin de facilité l’accès des femmes à des postes d’encadrement. À savoir : Au niveau national en 2010, la part de femmes parmi les cadres est de 34%. Source : Apec, Femmes cadres et hommes cadres : des inégalités professionnelles qui persistent, Mars 2011. La part des femmes parmi les cadres dans le secteur de l’assurance est de 42%. Source : L’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance, Rapport 2010. moyenne du secteur Entre 2002 et 2009 la part de femmes Au-dessus de la cadres a augmenté de 46% au sein de la Macif et de 23,2 % au sein de BNP Paribas. Entre 2008 et 2009 la part de femmes cadres a augmenté de 13% chez AXA, de 11 % chez Crédit Mutuel et de 10% chez BPCE. Source : Rapports sociaux sites, Internet des entreprises CONSTAT La part des femmes cadres dans le secteur de la banque et de l’assurance est de 8 points plus élevée que la moyenne nationale, ce qui signifie un moindre degré de discrimination hommes/femmes et une meilleure accessibilité pour les postes de top management. 32
  33. 33. 2. Engagement en faveur des séniors en matière de recrutement, d’évolution de carrière, de formation et d’aménagement de fins de carrière. Entreprises impliquées : AG2R la Mondiale, April, Audiens, BNP Paribas, CNP Assurances, Crédit Agricole, Crédit Mutuel, Groupama, HSBC, la Banque Postale, Macif, MMA, Mornay, SMABTP, Société Générale. Exemple :  CNP Assurances se fixe pour objectif de maintenir un taux de recrutement de 6% pour les salariés âgés de 50 ans et plus. À savoir : En France, la part des personnes âgées de 50 ans et plus dans l’emploi total est de 23% en 2008. Source : RSE news - Portail dédié à la responsabilité moyenne nationale sociale et environnementale de l’entreprise. Au-dessus de la Le taux des collaborateurs de 50 ans et + est passé de 10% en 2003 à 21% en 2009 au sein de BNP Paribas.Source : Rapports sociaux, sites Internet des entreprises Répartition par âge de la population active en France Répartition par âge des salariés dans le secteur de la en 2008 (en %) banque et de l’assurance en 2001 et 2006 (en %) 50 ans et 35,8% plus 25,1% 50 et plus 31,3% 25 à 49 30 à 49 44,3% ans 65,3% ans 53,6% 19,9% 2006 < 25 ans 9,6% < 30 ans 2001 15,1% Source : Insee, Enquête Emploi 2008. Source : Association Française des Banques, « Evolution de l’emploi dans les banques : embauches et métier », 2007. La pyramide des âges telle qu’elle est représentée pour le secteur de la Banque et de l’Assurance est globalement représentative de la population française, avec néanmoins une part de séniors et de jeunes plus CONSTAT affirmée. Ceci traduit une volonté certaine d’attirer les jeunes dans ce secteur tout en maintenant l’expertise qu’apportent les salariés les plus anciens. Cette répartition est propice à la création d’une dynamique, encourageant les innovations pertinentes et pérennes. 33
  34. 34. Répartition par âge des salariés auprès de quelques entreprises étudiées : BNP Paribas et Crédit Mutuel (chiffres 2009). 40,8 % 50 et plus 32,4 % 43,8 % 30 à 49 ans 44,8 % Femmes 15,7 % < 30 ans 19,7 % Hommes Source : Bilan Social 2009, BNP Paribas. 33% 50 et plus 19% 54% 30 à 49 ans 56% Femmes 13% < 30 ans 24% HommesSource : RSE Rapport Annuel 2009, Crédit Mutuel.Répartition par âge de la population active en France (chiffres 2008, en %). 24,7% 50 ans et plus 25,5% 65,2% 25 à 49 ans 65,5% POPULATION ACTIVE FRANCE Femmes 10,1% < 25 ans 9% HommesSource : Insee, Enquête Emploi 2008. 34

×