Veille documentaire et outils du web 2.0

2 599 vues

Publié le

Support de formation au PAF de l'Académie de Nantes sur le thème de la veille documentaire et des outils du web 2.0 à destination d'un public de professeurs documentalistes.

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 599
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 358
Actions
Partages
0
Téléchargements
41
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Veille documentaire et outils du web 2.0

  1. 1. La gestion pédagogique de l'information numérique Veille documentaire et outils du web 2.0 Académie de Nantes - Formation PAF - Claire Chignard - Professeur documentaliste – Mars 2016
  2. 2. Présentation Qui suis-je ? http://profdocalouest.wordpress.com/ Vous pouvez me retrouver sur : ● https://twitter.com/cdelune ● http://fr.slideshare.net/ClaireDelune2 ● http://www.pearltrees.com/clairedelune ● http://www.scoop.it/t/portail-e-sidoc ● https://fr.pinterest.com/cchignard/ … Professeur documentaliste 2.0 : Acteur et veilleur du web social !
  3. 3. Objectifs de la formation
  4. 4. Plan de la formation I – Veille et information 1 – Définitions et concept 2 – Objectifs et fonctions du veilleur 3 – Mettre en place un dispositif de veille II – Veille et outils du web 2.0 1 – Les outils de communication 2 – Les outils d'agrégation 3 – Les outils de curation III- Veille et EPLE 1 – Veille, curation et communication 2 –Veille, curation et enseignement 3 – Intégrer la veille et la curation à son écosystème informationnel
  5. 5. Exercice : je dessine ma veille Exercice de représentation de sa veille, les questions à se poser : ● Je veille sur quoi (quels sujets ?) ? ● Je veille avec quels outils (le papier, les carnets, outils numériques ?) ? ● Comment j’archive et comment je trie mes résultats ? ● Je veille pour qui ? ● Quels outils de diffusion j'utilise pour communiquer ma veille ? Source : https://docabrest.wordpress.com/2016/01/26/je-dessine-ma-veille-compte-rendu-et -photos/
  6. 6. Brainstorming – mise en commun Réflexion cartographique sur la veille documentaire et informationnelle ● http://fr.padlet.com/ ● http://groupzap.com/ ● http://en.linoit.com/ Pour vous, qu'est-ce que la veille documentaire et informationnelle ? Pourquoi faire de la veille ? Pour qui faire de la veille ? Quand faire de la veille ? Où faire de la veille ? Comment faire de la veille ?
  7. 7. I – Veille et information 1 – Définitions et concept 2 – Objectifs et fonctions du veilleur 3 – Mettre en place un dispositif de veille
  8. 8. Qu'est-ce que la veille ? (1) Définition de l'Afnor : « La veille est un état de vigilance permettant la collecte, l'exploitation et la diffusion sélective et permanente d'informations sur l'environnement d'une organisation sous tous ses aspects. »
  9. 9. Qu'est-ce que la veille ? (2) « Veiller, c'est (...) être à l'affût des transformations techniques, documentaires et  culturelles  pour  permettre  à  l'école  de  garder  un  lien  avec  le  monde  en  évolution  constante.  (...)  La  veille  n'a  de  sens  qu'à  condition  d'en  trier,  d'en  stocker et d'en diffuser les résultats (...).* »  *Source : Dompnier, Nicolas « Le  guide  de  l'enseignant  documentaliste  de  la  politique  documentaire  aux  environnements  numériques » CRDP Franche-Comté, 2006. « Née  dans  le  monde  de  l’entreprise  dans  les  années  quatre-vingt,  aujourd’hui  déclinée  en  de  multiples  variantes  (veille  technologique,  scientifique,  commerciale, marketing, financière, environnementale, juridique, etc.), la veille  reste  avant  tout  dominée  par  sa  finalité  originelle  :  la  surveillance  de  l’environnement (..). Veiller, c’est chercher à prévoir, à anticiper, c’est déceler  les « signaux faibles », annonciateurs de nouvelles tendances.**» ** Source : Serres, Alexandre « Évaluation  de  l’information  et  veille  :  quelles  articulations,  quelles  didactiques  ? » Mediadoc, Octobre 2012, http://www.fadben.asso.fr/Evaluation-de-l-information-et.html
  10. 10. Donner du sens à l'information
  11. 11. Donner du sens à l'information en EPLE La veille informationnelle donne du sens au système d’information notamment en matière : – De choix de produits documentaires complémentaires au fonds existant (politique d'achat...) ; – De spécificités thématiques à développer à l’échelle de l’EPLE (projets pédagogiques...) ; – De conditions de diffusion de l’information (droit, législation...). Le professeur documentaliste doit : « Maîtriser les connaissances et les compétences  bibliothéconomiques :  gestion  d'une  organisation  documentaire  et  d'un  système  d'information  (…),  politique  d'acquisition,  veille  stratégique,  (…),  animation  et  formation, politique de lecture, évaluation ».  Source : « Référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l'éducation » BO n°30 du 25 juillet 2013.
  12. 12. Trois types de veille ● « Educationnelle* » : publications, manifestations professionnelles et culturelles, tendances éducatives... ● Technologique : évolutions techniques et numériques ; ● Juridique : documentation officielle, législative ; * Vincent Liquiète – ESPE Aquitaine http://gccpa.espe-aquitaine.fr/index.php/equipe-et-contacts/88-fiche-de-vincent-liquete
  13. 13. Contexte : du web 2.0 au web sémantique Le web 2.0 permet aux usagers de créer et de partager des contenus Web. L'usager est à la fois consommateur et producteur de contenu. La surinformation peut alors parfois chasser l’information et sa hiérarchisation. Enjeux : l'infobésité, la sérendipité, la veille sociale dans le contexte de la société de l'information L’idée du web sémantique est de parvenir à un Web intelligent, où les informations seraient comprises par les ordinateurs, pour apporter à l’utilisateur ce qu’il cherche vraiment, et permettre un meilleur échange grâce à une structuration des données en langage naturel. Sources : Web 2.0 http://conceptart.ca/index.cfm?voir=blogue&id=10709&M=599&item= 10707&Repertoire_No=936652501 Things that happen on Internet every 60 seconds - 2011 http://www.businessinsider.com/incredible-things-that-happen-every-60-s econds-on-the-internet-2011-12
  14. 14. Le rôle du veilleur (1) Fonctions ● Il est le responsable de la collecte d'informations ; ● Il est l'animateur de la veille ; ● Il est le formateur de la veille. Qualités du veilleur ● Paresse : Qui a déjà bien pu créer une liste des sources d’informations utiles pour moi ? ● Curiosité : « A l’origine de toute connaissance nous rencontrons la curiosité. Elle est une condition essentielle du progrès. » A. David-Neel ● Imagination : Allier le goût de la découverte et celui de se laisser surprendre. Actions ● Il recherche, repère et sélectionne les informations. ● Il analyse et traite les données. ● Il coordonne les résultats et les communique. ● Il peut apprendre à maîtriser les nouveaux modes de lecture et d'écriture liés aux écrans numériques et aux réseaux ; ● Il sensibilise aux droits et aux devoirs liés aux usages du numérique. Source : http://www.outilsfroids.net/2010/12/les-3-qualites-du-ve illeur
  15. 15. Le rôle du veilleur (2) Le professeur documentaliste doit être acteur de la veille. ● Faire preuve de curiosité constante (pour la communauté scolaire). ● Être en éveil et à l’affût. ● Faire le lien, mettre en relation, en perspective les individus. ● Comprendre les enjeux professionnels de la personne qui a exprimé un besoin. ● Accepter de rendre service (dans l’ombre). Le veilleur a un rôle « d'aide à la décision ». Le veilleur en image Source : http://www.blueboat.fr/charge-de-veille-en-image
  16. 16. Les compétences du veilleur « La  pratique  de  l’évaluation  des  sources  est  à  la  fois  au  cœur  de  la  veille (avec la phase dite du sourcingsourcing),  et  de  l’évaluation  de  l’information  (avec  l’identification  des  sources  dans  les  résultats  d’une  recherche  et  l’évaluation de leur crédibilité). » « La  veille  pour  quelques  uns,  l’évaluation  de  l’information  pour  tous.» « La veille est un travail au long cours,  (...), l’évaluation de l’information reste  une tâche ponctuelle. » Cf. Tableau : Alexandre Serres – Évaluation  de  l’information  et  veille  :  quelles  articulations,  quelles  didactiques ? Mediadoc – FADBEN - Octobre 2012 : http://www.fadben.asso.fr/Evaluation-de-l-information-e t.html
  17. 17. Mettre en place un dispositif de veille 1) Définir les objectifs de la veille en fonction des demandes du public (cerner les projets des élèves, les événements pédagogiques...) ; 2) Définir la durée de chaque veille en fonction des objectifs de celle-ci ; 3) Sélectionner les sources d'information (sites Internet, blogs...) ; 4) Définir les méthodes de captation des informations en fonction des outils et des services de veille ; utiliser de manière optimum les outils informatiques tels que la messagerie, les navigateurs en les paramétrant au mieux ; 5) Définir avec le public les modes et la fréquence de diffusion des résultats de la veille (communication par courrier électronique tous les mois, par dossier papier toutes les semaines...) ; 6) Définir la politique de conservation au CDI des informations recueillies par la veille ; 7) Définir le mode d'évaluation de chaque type de veille (feedback). Source : « Les professeurs documentalistes » CRPP Orléans-Tours, 2006 (collection Livre Bleu).
  18. 18. Deux méthodes de veille ● La méthode classique pull, qui consiste à se rendre directement et régulièrement sur Internet pour en « tirer » les informations les plus récentes dans un domaine précis. ● La méthode push, qui consiste à apporter à l’utilisateur ou à “pousser” vers lui, de manière directe et automatique, des informations qui appartiennent à des sujets préalablement sélectionnés. Cela revient à choisir judicieusement des bulletins d’informations (newsletters), des listes de diffusion (mailing lists) et autres services d’alertes qui envoient régulièrement des courriels dans la messagerie du veilleur ou des fils d’informations par le biais de la technologie RSS. Source : http://docsdocs.free.fr/spip.php?rubrique140
  19. 19. Les principales sources d'information Repérer ses sources, ses prescripteurs ● La « valise documentaire » de chaque professionnel ● Les réseaux – Professionnels : collègues de travail, partenaires spécialisés... – Personnels, amicaux… : réseaux d’anciens étudiants, réseaux des pairs, secteurs associatifs... etc. ● Les centres de ressources : Centres de documentation et bibliothèques environnants. ● Les sites Internet spécialisés : – Sites institutionnels, fédérateurs dans un domaine (sites ministériels, sites académiques, Canopé, Educnet, Educasource…) ; – Sites institutionnels diffusant des produits à « valeur ajoutée » (bulletins, rubriques, notes de lecture…/ URFIST, le Café Pédagogique, Educavox, Ludovia, SavoirsCDI...) ;
  20. 20. Exercice pratique : surveiller ses sources Liste collaborative de ressources à surveiller : ● https://lite5.framapad.org/p/Sources_%C3%A0_surveiller Organiser ses sources, ses prescripteurs Nom de la ressource Nom du site Adresse URL Date de consultation Type d'information Généraliste Thématique (à préciser) Educationnelle Juridique Technologique... Degré de fiabilité Faible – Moyen – Variable – Fiable – Expert – Maximal - Chercheur Moyen de récupération des données Newsletter Flux Rss Agrégateur Bookmark Médias sociaux ...
  21. 21. Infographie récapitulative
  22. 22. II – Veille et outils du web 2.0 Préalable : s'inscrire sur des outils du web 2.0 1 – Les outils de communication : messageries, listes de diffusion, newsletters, média sociaux et bibliothèques en ligne 2 – Les outils d'agrégation : flux rss et social bookmarking 3 – Les outils de curation : format presse, storytelling et visual web
  23. 23. Panorama général Moteurs de recherche Messageries Newsletters et listes de diffusion Médias sociaux Bibliothèques en ligne Flux Rss et agrégateurs de flux Social bookmarking Outils de curation ... Outils de classification des données Suites bureautiques Mind-mapping ... ENT – E-lyco Portails documentaires – E-sidoc Plates-formes de travail collaboratif Blogs, sites, wikis Outils de gestion de newsletters ... Collecte Analyse Diffusion Outils de Veille
  24. 24. Les outils de surveillance du web Il existe sur Internet une gamme d'outils très vaste avec des critères très variés. Pour effectuer un choix il faut donc définir ses besoins, ses attentes. Mais également le contexte dans lequel on mène la veille, et les personnes impliquées. Les fonctions de l'outil doivent répondre à un besoin et/ou à un objectif.
  25. 25. Les critères de choix ● Gérer l'identité numérique de l'individu et/ou du service. ● Multiplier les outils ou se concentrer sur une seule offre ? ● Choisir un outil ergonomique. ● Repérer les contraintes techniques spécifiques. ● Prendre en compte les contraintes de temps liés à l'outil. ● Choisir les fonctionnalités collaboratives, mono ou multi-auteurs ? ● Penser à l'interactivité : les outils du web 2.0 réclament l'implication des utilisateurs. ● Réfléchir aux fonctionnalités d'édition et de partage : Quelles possibilités de publication ? ● Choisir un outil en ligne ou à installer ? ● Prendre en compte le coût éventuel.
  26. 26. « Open source » versus propriétaire « On entend par standard ouvert tout protocole de communication, d'interconnexion ou d'échange et tout format de données interopérables et dont les spécifications techniques sont publiques et sans restriction d'accès ni de mise en œuvre.» Source : Journal Officiel  Logiciel libre et gratuitLogiciel libre et gratuit A l'opposé : les formats propriétaires qui contiennent des données dont les spécifications relèvent du domaine privé et qui sont généralement protégés par des brevets : Logiciel gratuicielLogiciel gratuiciel Logiciel freemiumLogiciel freemium Source : http://fenetresur.wordpress.com/2012/12/05/cartes-heuristiques-quels-outils-pour-un-usage-pedagogique/
  27. 27. La messagerie électronique ● L'application la plus ancienne d'Internet ; ● L'application qui est la plus utilisée ; ● C’est le moyen de communication électronique privilégié par la plupart des travailleurs ; ● C'est un moyen de communication asynchrone ; ● Elle charrie un flot ininterrompu de données à collecter, analyser, trier puis à diffuser. Source : http://www.canalu.tv/video/centre_d_enseignement_multimedia_universi taire_c_e_m_u/culture_numerique_04_la_messagerie_electronique.8394
  28. 28. Les fonctions de la messagerie Les différents champs ● To : le destinataire officiel ● Cc : Copie Carbone = adresses publiques ● Bcc/Cci : Blind Carbon Copie / Copie Carbone Invisible = copie cachée ● Reply et Reply-All = répondre et répondre à tous ● Forward/Transfert Le point sur les adresses mails ● Adresse(s) professionnelle(s) ● Adresse(s) personnelle(s) Le point sur les mots de passe ● Favoriser + de 8 caractères, mélangeant majuscules, minuscules, lettres, chiffres et ponctuation. ● Ajouter un ou plusieurs caractères spécifiques au site sur lequel vous êtes connecté.
  29. 29. Gérer sa messagerie Méthode GTD (Getting things done = Faire avancer les choses, l'art de la productivité sans stress), technique mise au point par David Allen, un consultant américain en 2001 http://fr.wikipedia.org/wiki/Getting_Things_Done ● Si la réponse à l’e-mail prend moins de deux minutes, répondez tout de suite. ● Répartissez les autres e-mails présents dans votre boîte de réception dans différents dossiers : - Actions : il contiendra tous les e-mails qui prennent plus de deux minutes pour répondre ; - En attente : il contiendra tous les e-mails qui attendent une réponse et permettra d’assurer un suivi ; - Archives : plutôt que d’organiser votre messagerie en arborescence de dossiers en fonctions de vos projets, regroupez tous les autres e-mails dans un dossier unique. D’une part nous retournons rarement dans chaque e-mail, d’autre part vous pourrez vous fier au moteur de recherche interne de votre messagerie. Forcez-vous à faire un tri (mensuel ? annuel ?) pour optimiser la recherche via ce moteur interne.
  30. 30. Listes de diffusion et Newsletters ● La liste de diffusion est une utilisation spécifique du courrier électronique qui permet le publipostage d'informations aux utilisateurs qui y sont inscrits. Le principe est que l'auteur d'un courrier électronique envoie un message à une seule adresse, celle de la liste de diffusion, et que le serveur distribue celui-ci à tous les abonnés. Exemples création de listes de diffusion  : http://www.sympa.org/ http://www.gnu.org/software/mailman/ Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_diffusion ● Une newsletter est un document d'information envoyé de manière périodique par courrier électronique à une liste de diffusion regroupant l'ensemble des personnes qui y sont inscrites. Exemple : outil de création d'une newsletter http://mailchimp.com/ Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Newsletter ● Un forum est un espace de discussion publique. Les discussions y sont archivées ce qui permet une communication asynchrone. Exemple : http://www.neoprofs.org/ Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Forum
  31. 31. Avantages ● Régularité de la périodicité ; ● Identification du produit par son nom ; ● Fourniture de l’information brute et/ou réécriture documentaire des contenus ; ● Liens avec des documents dynamiques ou textes statiques ; ● Cibles clairement énoncées ; ● Conditions de diffusion et/ou d’accès ; ● Archivage ou pas des produits plus anciens ; ● Ajout d’espaces de communication (ex : Forum).
  32. 32. Ressources (non exhaustives) ● Tic'Edu Documentation (Eduscol – Le numérique en Documentation) http://eduscol.education.fr/cdi/ticedu ● Veille sur l’Éducation Numérique (Eduscol - DGESCO ) http://eduscol.education.fr/numerique/actualites/veille-education-numerique ● Infodoc (Bulletin d'information de la documentation du Clemi) http://www.clemi.org/fr/centre-de-documentation/infodoc/ ● Educ-Hebdo (Canopé de Bordeaux, veille juridique et administrative hebdomadaire) http://www.educ-hebdo.fr/ ● Le Café pédagogique (Liste documentation – CDI) http://www.cafepedagogique.net ● Liste des Professeurs documentalistes des Pays de la Loire http://listes.ac-nantes.fr/wws/info/profdocpdl ● Liste Cdidoc (CRDP de Rennes) https://listes.cru.fr/sympa/info/cdidoc-fr ● Liste Edoc https://listes.cru.fr/sympa/info/enseignants-documentalistes ● Liste ADBS (Association des Professionnels de l'Information et de la Documentation) https://listes.adbs.fr/sympa/info/adbs-info ● Liste Culture numérique (Usages du numérique- Universitaire) http://culture.numerique.free.fr/index.php/le-reseau ...
  33. 33. Les alertes mails Lancer une alerte thématique ● Google Alert http://www.google.fr/alerts?t=3&hl=fr ● Talkwalkeralerts http://www.talkwalker.com/fr/alerts/ ● Google Scholar http://scholar.google.fr/schhp?hl=fr ● Alerte Press http://alertespresse.relay.com/fr/relay_index.asp Suivre un site web ● Change Dectection http://www.changedetection.com ● Follow That Page https://www.followthatpage.com/
  34. 34. A l'origine des médias ou des réseaux sociaux ● Le web social, avec l'essor des blogs dans les années 2000, a favorisé la démocratisation de la publication de contenus ; ● L'utilisation exponentielle des outils nomades (tablettes, smartphones) encourage la publication et le partage immédiats. Source : http://an-2000.blogs.liberation.fr/2015/09/08/le-blog-est-mort/?xtor=rs s-450
  35. 35. Médias ou réseaux sociaux ? (1) Les médias sociaux désignent l’ensemble des sites et plates-formes web qui proposent des fonctionnalités dites « sociales » aux utilisateurs, c'est-à-dire qui permettent de relier des groupes d'individus par différents moyens : ● Création collaborative de contenus (wikis) ; ● Échange d’information entre individus (forums, blogs ouverts aux commentaires…) ; ● Partage de contenus (articles, photos, vidéos, messages…). Source de l'image : http://www.fredcavazza.net/2015/05/29/panorama-des-medias-sociaux-2015/
  36. 36. Typologie des médias sociaux Les principales familles de médias sociaux ● Les médias sociaux de publication : blogs et sites participatifs comme les wikis. Ils touchent généralement une communauté de lecteurs étendue. ● Les médias sociaux de partage de contenu : ils ont pour vocation de proposer un contenu (texte, photo, vidéo...) destiné à être partagé par une communauté. ● Les médias sociaux de réseautage : les internautes qui s’y connectent souhaitent interagir directement avec d’autres utilisateurs, et élargir leurs cercles de connaissances selon des objectifs personnels ou professionnels. ● Les médias sociaux de discussion : comptent notamment dans leurs rangs les forums de discussion et les messageries instantanées. Les conversations s’organisent généralement autour d’affinités personnelles ou à des fins professionnelles. Source : http://blog.kinoa.com/2013/08/05/reseaux-sociaux-et-medias-sociaux-quelle-difference
  37. 37. Médias ou réseaux sociaux ? (2) ● Les réseaux sociaux ne constituent qu’une partie des médias sociaux. ● Un réseau social désigne donc un site dont la vocation première est la mise en relation des utilisateurs entre eux. Il propose : un espace de présentation (profil), un moteur de recherche interne, des outils pour échanger, partager des informations sur différents supports. ● La nature des liens entre les individus dépend du média social qui va servir de support au réseau : amis Facebook, followers Twitter, cercles G+,relations LinkedIn… ● La tendance actuelle : la spécialisation des réseaux sociaux (l'hyperlocal se développe).
  38. 38. Les médias sociaux en une infographie
  39. 39. Médias sociaux et veille collaborative (1) Les médias sociaux peuvent-ils être des outils de veille ? Différentes fonctions des médias sociaux : ● Fonction pratique = créer et garder le lien social ; ● Fonction professionnelle = CV, identité numérique visible, promotion d'un service, auto-promotion ; ● Fonction informative = prendre des renseignements, informations factuelles, alertes sur le « vif » ; ● Fonction ludique = jeux, nouvelles pratiques numériques.
  40. 40. Médias sociaux et veille collaborative (2) Sur le web 2.0 se développe un concept : ● Le crowdsourcing qui est l'utilisation de la créativité, de l'intelligence et du savoir-faire d'un grand nombre de personnes, en sous-traitance, pour réaliser certaines tâches. Par exemple : les bibliothèques, les archives et les musées recourent également au crowdsourcing pour enrichir leurs catalogues et ajouter des métadonnées aux documents numérisés. ● Ce nouveau modèle économique peut être collaboratif, c'est-à-dire que de nombreuses personnes échangent grâce aux technologies de l'information et de la communication. ● Collaborer, c'est travailler en groupe sur un même projet, en décidant collectivement des orientations à prendre et en partageant la responsabilité du résultat. On développe ainsi l'intelligence collective. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Crowdsourcing
  41. 41. Médias sociaux et veille collaborative (3) ● Faire de la veille collaborative signifie que toutes les étapes de la veille sont mises en œuvre en travail de groupe. ● Les membres du groupe se concertent à chaque étape du cycle, décident ensemble de ce qu'il convient de surveiller, de l'organisation de la veille, ...etc. ● A distance, les échanges se font via l'utilisation des fonctionnalités du web 2.0. ● Sur les médias sociaux, il s'agit alors de se créer une communauté réunie autour d'intérêt(s) commun(s). Source : http://formation-e-reputation.fr/isabellegonon/v eille_web.publi.old/web/co/veille_collaborative. html
  42. 42. Facebook Enquête de : L’Observatoire MGEN / Sociovision « Le monde des enseignants a changé » met les jeunes enseignants en perspective – Octobre 2014 https://www.mgen.fr/le-groupe-mgen/actualites-et-presse/toutes-nos-actualites/detail-dune-actualite/article /lobservatoire-mgen-sociovision-le-monde-des-enseignants-a-change-met-les-jeunes-enseig/
  43. 43. Facebook ● Pourquoi utiliser Facebook ? http://bibliomancienne.wordpress.com/2011/01/16/pourquoi-ilselles-utilisent-facebook-en-2011/ Le « cadre privéssionnel » de cet outil selon Lionel Dujol, Responsable Médiation numérique des collections et service multimédia à la Médiathèque du Pays de Romans. ● Facebook, outil de veille ? ✔ Repérer les prescripteurs : Académie de Nantes, Cahiers pédagogiques, Café pédagogique ainsi que tous les médias d'information... ✔ Se créer une ou des communautés d'intérêts : Tu sais que tu es professeur documentaliste quand... ✔ Sauvegarder des liens et/ou les partager en un clic. ● Facebook, outil de communication ? Exemples de page CDI : https://www.facebook.com/pages/CDI-du-Coll%C3%A8ge-Libert%C3%A9-ANNEZIN/111790588866603 https://www.facebook.com/superdoc.saintquentin https://www.facebook.com/pages/CDI-du-Lyc%C3%A9e-Jules-Fil-Carcassonne/186165121489461 http://0750692v.esidoc.fr/record/view/id/226580 ● Facebook le réseau social des vieux ? http://www.liberation.fr/video/2014/02/04/facebook-c-est-le-reseau-social-des-vieux_977904
  44. 44. Twitter Twitter est un outil de réseau social et de microblogging qui permet à l’utilisateur d’envoyer gratuitement des messages brefs, appelés tweets, par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS. Il permet aux utilisateurs de communiquer grâce à des messages courts (140 caractères maximum) avec une insertion possible de liens ou d'images. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Twitter Trois logiques du flux d'information Twitter : ● Je repère l'information, je la signale  ; ● Ce que je partage est visible par tous  ; ● Je choisis qui je suis. Illustration : Martin Vidberg - http://vidberg.blog.lemonde.fr/
  45. 45. Twitter – Le hashtag ? Source : http://creative.arte.tv/fr/episode/ploup-540-expliquer-le-hashtag
  46. 46. Twitter Source : http://editoile.fr/infographie-comment-rediger-le-tweet-parfait/
  47. 47. Twitter Tutoriels Twitter ● http://calameo.com/books/000017682505e378e3a9d ● http://www.education-et-numerique.org/bien-demarrer-twitter-tutoriel/ ● http://www.memoclic.com/1855-social/18494-guide-debutant-twitter.html Twitter comme outil de veille  ● http://cdi.ac-dijon.fr/spip.php?article64 ● http://docsdocs.free.fr/spip.php?article408 ● http://www.cafepedagogique.net/lemensuel/lenseignant/documentation/Pages/2013/1 39_CDI_Twitter.aspx Usage pédagogique de Twitter ● http://twittezvous.fr/ ● http://frompennylane.blogspace.fr/1916517/Pourquoi-Twitter-et-pas-un-autre/ ● http://maonziemeannee.wordpress.com/ Twitter au CDI ● http://canope.ac-besancon.fr/blog/formation-utiliser-twitter-au-cdi-atelier-canope-b esancon-14042015/ Intégrer Twitter à E-sidoc : ● http://crdp.ac-besancon.fr/formation/esidoc2/intgrer_une_tl_twitter.html
  48. 48. Twitter et outils annexes ● Infomous : met en avant les grandes tendances sur un sujet donné. Permet de cartographier sa veille documentaire et de mener une réflexion sur les mots-clés. Trouve les Tweets générés par les spécialistes ce qui est utile pour repérer des sources intéressantes qui pourraient échapper lors de l'interrogation sur les moteurs de recherche. Permet une première approche bibliographique. http://infomous.com/news#tab=search/we b_search ● Créer une alerte sur un sujet via Twitter et recevoir une notification par mail. http://www.twilert.com/ http://www.tweetalarm.com/ ● Scanner votre compte (timeline) et catégoriser les informations qu’il contient en photos, vidéos, audio, liens, textes et hashtags. http://twitlamp.com/ https://tweetdeck.twitter.com/ ● Storify : cet outil permet de construire du story-telling, c’est à dire de raconter des histoires, notamment à partir des tweets. https://storify.com/ Pour une utilisation pédagogique : http://www.cddp91.ac-versailles.fr/spip.php?ar ticle858 ● Moteurs de recherche spécifiques à Twitter : http://www.docteur-tweety.com/ https://tagboard.com/
  49. 49. Bibliothèques en ligne Espaces communautaires qui proposent de partager ses lectures. ● Booktubing Exemple : https://www.youtube.com/watch?v=OKsfw2IsJUI ● Médiathèque en ligne http://www.senscritique.com/ Echange de critiques de livres, cd, films... etc. ● Bibliothèques en ligne http://booknode.com/ Permet d'être alerté lorsque de nouveaux livres sont publiés. http://www.libfly.com/ Dispose de listes de recommandations. http://www.agoradeslivres.com/ Service destiné aux bibliothèques. http://www.librarything.fr/ Grand choix d'ouvrages au niveau international. http://www.babelio.com/ Catalogue le plus important, présentation vidéo de livres. ● Editions en ligne http://www.netgalley.com Permet de recevoir des services de presse numériques
  50. 50. Focus sur Babelio Type : média social thématique / littérature Objectifs : Créer et organiser une bibliothèque virtuelle personnelle, commenter les livres et communiquer avec d'autres utilisateurs. Fonctionnalités : création d'un compte gratuit, qui peut s'effectuer à partir d'un compte Facebook avec lequel il fonctionne en interconnexion. Un moteur intégré permet d'organiser sa collection personnelle. Chaque élément peut être commenté et partagé. Utilisation pédagogique : http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/documentation/enseignement/sequences/utilis er-un-reseau-social-pour-inciter-a-la-lecture-684821.kjsp?RH=1159790233359 Défi Babelio : ● http://www.docpourdocs.fr/spip.php?article496 ● https://sites.google.com/site/defibabelio/ Concours de Book trailers : http://defibabelio81.blogspot.fr/p/bienvenue-sur-le-blog-du-concours-de.html
  51. 51. Les fils ou flux RSS Ne pas perdre le fil... ● Ce sont des fichiers dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour d’un site web. ● Le terme RSS signifie que le contenu du fichier est informatiquement codé selon le standard RSS qui s'appuie lui-même sur le langage informatique XML. ● L'utilisation de flux RSS permet une collecte programmée et automatisée de l'information, l'outil agit en lieu et place de l'individu dans l'objectif d'améliorer l'accès à l'information. ● Comment les récupérer ? Sur les sites Internet, les blogs, les portails... en cliquant sur le logo. Annuaire thématique de flux : http://fluxrss.fr/ Moteur de recherche de flux : http://ctrlq.org/rss/ Portail sur les flux : http://www.lamoooche.com/
  52. 52. Agrégateurs de flux Un logiciel d'agrégateur de flux prévient de la mise à jour d'un site web ou des actualités qu'il publie (par notification sonore, visuelle, etc.). Il importe le contenu nouveau en question et il le fait pour un ensemble de sites choisis. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Agr%C3%A9gateur ● Une question de mode ? 2013 : fin de Google Reader, fin de Igoogle = fin des agrégateurs ? ● Les raisons de la fermeture de Google Reader (juin 2013) : http://www.presse-citron.net/google-donne-enfin-les-vraies-raisons-de-la- fermeture-de-google-reader/ ● Non, les flux Rss ne sont pas morts, ils permettent encore de s'informer (janvier 2016) : http://www.francoismagnan.info/?p=1014
  53. 53. Agrégateurs de flux en ligne Feedly : https://feedly.com Tutoriels : ● http://cdi.ac-dijon.fr/spip.php?article407 ● http://www.commentcamarche.net/faq/37786-veille-d-inform ations-bien-utiliser-feedly Symbaloo : http://www.symbaloo.com/ Guide pédagogique : ● http://www.docpourdocs.fr/spip.php?breve465 Exemple : ● http://www.symbaloo.com/mix/moyen-age-videos
  54. 54. Focus sur Netvibes Type : Netvibes est un portail Web français personnalisable. Objectifs : Il offre à ses utilisateurs un site web personnel constitué par des pages onglets. Netvibes ne propose aucun contenu propre mais agrège le contenu en provenance d'autres sites. Fonctionnalités : Il s'appuie sur les standards que sont RSS, Atom et iCal, ce qui permet d'agréger le contenu de tout site publiant des informations dans ces formats. Des modules spécialisés ont été développés pour augmenter l'intégration des sites particulièrement populaires (Gmail, Twitter, Flickr, Myspace, Facebook, etc...). On peut aussi y ajouter des modules pré-programmés tels que la météo, un compte mail ou ses favoris. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Netvibes Exemples : ●http://www.netvibes.com/docacad ●http://www.netvibes.com/docs_20#Accueil ●http://www.netvibes.com/constantinople#a_propos ●http://www.netvibes.com/docsdocs#Page_d%27accueil ●http://www.netvibes.com/julesferrymontaigu#Informations_generales_college ●http://www.netvibes.com/cdilumiere#J%27ecris_mon_journal
  55. 55. Agrégateurs de flux à installer Ce sont des logiciels ou extensions à intégrer à un navigateur. De fait, ils s'installent donc en local. Ils permettent de travailler sur les flux sélectionnés en fonction de ses besoins. ● Sage-Too – Extension Firefox http://www.clubic.com/telecharger-fiche15135-sage.html ● Posh : http://www.ericmathieu.net/portaneo/ Guide d'utilisation : http://doctice.free.fr/spip.php?article134 ● Rss Owl :http://www.clubic.com/telecharger-fiche13660-rssowl.html ● Feed-garner : http://www.clubic.com/telecharger-fiche14843-feed-garner.html ● Tadaweb : http://eduveille.hypotheses.org/5638
  56. 56. Conseils pratiques Quatre règles pour ne pas se sentir submergé par les flux : ● Dotez-vous d’un lecteur adapté à vos besoins ; ● Classez vos Flux RSS par catégories/sujets/dossiers/thèmes ; ● Supprimez les flux que vous jugez inutiles : ne suivez pas systématiquement votre instinct de conservation et vérifiez régulièrement vos flux RSS ; ● Résistez à la tentation de consulter systématiquement vos flux RSS. Comme pour les e-mails consultez-les au maximum deux fois par jour.
  57. 57. Marque-page - Bookmark – Favori - Signet Sur Internet le terme marque-page est employé de façon similaire aux marque-pages utilisés avec les livres pour retrouver la page à laquelle la lecture avait été interrompue. Ce terme est également connu sous les noms de bookmark, favori ou signet. Tous les navigateurs Internet permettent ainsi de sauvegarder une adresse web afin de pouvoir y revenir ultérieurement. Ainsi les fonctions les plus appréciables du navigateur Mozilla Firefox sont : ● La gestion des marque-pages (organisés en dossiers/sous-dossiers). ● L'affichage des flux RSS dans les signets, les "live bookmarks". ● Si ces signets deviennent collaboratifs, on parle de « Social Bookmarking ».
  58. 58. Social bookmarking (1) Le social bookmarking (en français « marque-page social », « navigation sociale » ou «  partage de signets ») est une façon pour les internautes de stocker, de classer, de chercher et de partager leurs liens favoris. Dans un système ou réseau de bookmarking social, les utilisateurs enregistrent des listes de ressources Web qu’ils trouvent utiles. Ces listes sont accessibles aux utilisateurs d'un réseau ou site web. D’autres utilisateurs ayant les mêmes centres d’intérêt peuvent consulter les liens par sujet, catégorie, étiquette ou même de façon aléatoire. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Social_bookmarking
  59. 59. Social bookmarking (2) La folksonomie désigne un système de classification collaborative basé sur une indexation des documents numériques effectuée par l'usager. L’architecte de l’information Thomas Vander Wal a forgé ce terme en combinant la taxinomie (règles de classification, taxonomy en anglais) et les usagers (folk). Le concept de folksonomie est considéré comme faisant partie intégrante du Web 2.0. Source : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-04-0066-002 Un tag (ou étiquette, marqueur, libellé) est un mot-clé associé à de l'information (une image, un article, ou une vidéo), qui décrit une caractéristique de l'objet et permet donc un regroupement facile des informations contenant les mêmes mots-clés. Les tags sont choisis de façon personnelle par l'auteur/créateur ou l'utilisateur de l'objet ; ils ne font souvent pas partie d'un schéma de classification prédéfini. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tag_%28m%C3%A9ta donn%C3%A9e%29 Deux notions au cœur du social bookmarking 
  60. 60. Social bookmarking (3) Avantages du social bookmarking ● Pratique nomade ; ● Permet de sélectionner, stocker et organiser des données ; ● Offre la possibilité d'indexer et d'annoter des données ; ● Accroît la sérendipité dans les pratiques de veille ; ● Favorise le partage de données via les réseaux sociaux et professionnels ; ● Encourage le travail collaboratif et développe l'intelligence collective. Inconvénients du social bookmarking ● Le manque de cohérence dans le choix des termes d'indexation (erreurs d'orthographe, polysémie, ambiguïté..) ; ● Développe l'infobésité.
  61. 61. Exercice pratique : tableau de tags Se mettre d'accord avec soi-même : Exemple : taguer le terme « Réseaux sociaux » Reseaux sociaux ou Reseauxsociaux ou ReseauxSociaux ou Reseaux-sociaux ou Reseaux_sociaux... Conseil : réaliser un tableau de tags personnel : Source : Silvère Mercier, « Un jour sans veille est un jour sans lendemain », 19 février 2015 : http://fr.slideshare.net/Furer/un-jour-sans-veille-est-un-jour-sans-lendemain-mercier-06022015
  62. 62. Social bookmarking et veille ● Ces outils permettent de découvrir facilement des sites proches de nos centres d’intérêt, mais aussi les personnes qui sont derrière cette veille. ● On peut collaborer entre veilleurs : commenter, échanger et enrichir mutuellement ses ressources. On parle alors de veille sociale ou collaborative. ● L'idée est de se créer une communauté réunie autour d'intérêt(s) commun(s). Exemple d'utilisation de Pearltrees par des professeurs documentalistes : http://www.ac-nice.fr/docazur/spip.php?article721 Exemple d'utilisation de Diigo par des professeurs documentalistes : https://groups.diigo.com/group/documentation-crdp ● Les outils de Social Bookmarking font partie de l’environnement numérique du professeur documentaliste. Cf. Enquête de Savoirs CDI sur Les réseaux sociaux et vous de mai 2014 : http://www.cndp.fr/savoirscdi/metier/ reflexion-regards-pluriels-sur-le-met ier-de-documentaliste-de-cdi/lenquete -2013/tous-les-resultats/les-reseaux- sociaux-et-vous.html
  63. 63. X-marks Module de gestion des favoris/bookmarks qui fonctionne avec plusieurs navigateurs dont Firefox et Chrome. Il permet de conserver et d'organiser ses marque-pages mais surtout de les retrouver d’un ordinateur à un autre (personnel/professionnel ou sur smartphone/tablette numérique). http://download.xmarks.com/download
  64. 64. Zotero Zotero est une extension destinée au navigateur Mozilla Firefox qui propose un système de gestion bibliographique (collecte, gestion, export de références). Intégrée au navigateur, cette extension permet d'extraire les métadonnées des pages consultées. ● Site officiel : http://www.zotero.org/ ● Utilisation de Zotero par le professeur documentaliste : http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/tic-et-documentatio n/boite-a-outils/faire-de-la-veille/zotero-et-le-professeur-documentalist e.html ● Tutoriel réalisé pour des étudiants : http://fr.slideshare.net/ClaireDelune2/zotero-pour-grer-sa-bibliographiev 6
  65. 65. Delicious et Diigo Delicious et Diigo sont des sites du web social permettant de sauvegarder et de partager ses marque-pages Internet et de les classer selon le principe de folksonomie par des mots-clés (ou tags). Les tags sont choisis par l'utilisateur lui-même, ce qui lui permet de gérer entièrement ses marque-pages. L'interface des sites repose sur du HTML simple, ce qui les rend faciles d'utilisation. http://delicious.com http://www.diigo.com https://delicious.com/cdi_lpolonne https://delicious.com/emiledubois https://delicious.com/jpthomas https://www.diigo.com/profile/annedelannoy https://www.diigo.com/user/ndugas https://www.diigo.com/user/cdimontbareil Delicious : le pionnier Diigo : annoter ses sources
  66. 66. Focus sur Pearltrees (1) Type : partage de favoris en ligne. Objectifs : bibliothèque digitale qui permet de mémoriser, d'organiser, de classer et de partager des pages, sites et collections de liens.
  67. 67. Focus sur Pearltrees (2) Historique : service en ligne créé en 2009 par Broceliand qui est la société française, située à Paris, chargée de concevoir, réaliser et exploiter Pearltrees. A l'origine, le nom de Pearltrees résumait bien la représentation visuelle des marque-pages constitués par des perles rassemblées en arbre. Fonctionnant par arborescence, l’arbre entier était le dossier/centre d’intérêt et chaque perle une page web qui s’y rattache, pouvant elle- même s’ouvrir vers d’autres perles organisées entre elles en arbre et constituant au final une sorte de carte heuristique. Source : http://www.docpourdocs.fr/spip.php?breve579
  68. 68. Focus sur Pearltrees (3) Depuis novembre 2014 la version 1.6 de Pearltrees, dite en arbre n'est plus disponible. La version 2.1, en HTML5, avec son classement par dossier, permet de créer des sections et des groupes dans des collections. Elle permet également d'importer des ressources depuis un Google Drive ou une Dropbox. Enfin, elle est compatible avec les outils nomades (tablettes et smartphones). Source : http://www.docpourdocs.fr/spip.php?breve579
  69. 69. Focus sur Pearltrees (4) Fonctionnalités : La création d'un compte est gratuite, elle peut se faire soit directement via le site, soit via Facebook ou Twitter. Pour disposer de fonctionnalités plus complètes, le logiciel propose plusieurs versions payantes. Chaque utilisateur dispose d'un espace sur lequel il peut publier des perles qui sont reliées entre elles par un lien hiérarchique. Une perle peut être une page web, une image, un fichier, ou une note. On peut également importer des ressources personnelles. Attention : Pearltrees ne gère pas les flux Rss. Il est possible d'appliquer à chaque dossier de perles des avatars différents afin de les différencier visuellement.
  70. 70. Focus sur Pearltrees (5) Fonctionnalités : Un perleur est disponible sous la forme d'une extension pour navigateur, il est destiné à faciliter le travail de collecte. Le travail collaboratif est favorisé par une présentation très visuelle. Il est possible de travailler par équipe pour collecter « des perles » mais il est également possible de profiter des collections publiques déjà mises en place par d’autres utilisateurs. L’algorithme interne propose une rubrique « Mes intérêts » en fonction des sujets abordés dans vos propres collections.
  71. 71. Focus sur Pearltrees (6) Exemples : ● Pearltrees du Clemi : http://www.pearltrees.com/clemi_mediadoc ● Pearltrees sur des sites canulars : http://www.pearltrees.com/#/N-s=1_7492566&N-f=1_7492566&N-pw =-1&N-u=1_319309&N-p=71762794&N-fa=3019635 Tutoriel : http://www.slideshare.net/ClaireDelune2/tutoriel-pearltrees-54576279 Blog Pearltrees : ● Espace à destination des enseignants : http://blog.pearltrees.com/?page_id=16535 ● Pour suivre toutes les nouveautés de Pearltrees : http://blog.pearltrees.com/
  72. 72. Tagmmer Lancé en 2015, par une start-up française, Tagmmer permet de sauvegarder, organiser et partager facilement tous vos liens et fichiers. http://tagmmer.com Il permet de conserver liens et fichiers quels qu’ils soient (30 Go max. en version gratuite), de les organiser visuellement sous la forme de tableaux ou de collections et de les commenter. Enfin, l'outil rend possible le partage ou la mise à disposition de ressources de manière très simple. Source image : http://outilstice.com/2015/09/tagmmer-stocker-organiser-et-partager-tous-ses-fichiers/
  73. 73. Conseils pratiques ● Ciblez précisément le sujet ou les sujets de votre recherche ; ● Vérifiez l'information avant de l'enregistrer ; ● Citez vos sources ; ● Hiérarchisez vos données, la mise en page doit faciliter la lecture des informations ; ● Mettez en valeur vos ressources en ajoutant des commentaires, des notes, votre point de vue : ils apportent une valeur ajoutée à l’accumulation de données ; ● Partagez vos ressources avec un public, une communauté d’intérêts sur les médias sociaux notamment, afin de donner une visibilité à votre travail.
  74. 74. La curation ? (1) ● La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné. ● La curation est utilisée et revendiquée par des sites qui souhaitent donner une plus grande visibilité et une meilleure lisibilité à des contenus (textes, documents, images, vidéos, sons...) qu'ils jugent utiles aux internautes et dont le partage peut aider ou intéresser ceux-ci. La curation de contenu s'inscrit dans la mouvance du Web sémantique. * ● Le bookmarking se réduit aux deux premières étapes de la curation : définition d'un périmètre de recherche et agrégation de contenu. Autrement dit, tout curateur qui n'éditorialise pas ses contenus ne fait que de l'agrégation. ** Sources :* http://fr.wikipedia.org/wiki/Curation_de_contenu **http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/21288/curation-contenu-quoi-agit/#.UxXXYrT41b7
  75. 75. Le cycle de curation Définir son sujet de recherche Agréger du contenu Sélectionner les données Editorialiser les informations  Partager son travail
  76. 76. La curation ? (2) Veille et Curation : convergences et différences Diaporama de l'Urfist de Rennes : « La curation comme dernière étape du cycle de veille ? » Veilleur vs Curateur Source : http://fr.slideshare.net/UrfistRennes/stage-outils-curation20141203 Veilleur Curateur Objectifs Répondre à des demandes précises de sa hiérarchie Chercher des informations sur ses centres d'intérêts, les valoriser au sein de sa communauté Pratique de la recherche d'information Objective et balisée Subjective et sociale Transmission des informations Par voie hiérarchique Directement à sa communauté Temporalité de l'information Longue durée Instantanée Expertise Méthodologique Thématique Statut Institutionnalisé Amateur Qualités Paresse, curiosité, imagination Réactivité, curiosité, créativité
  77. 77. La curation ? (3) Avant de choisir un outil, ne pas oublier que : ● L'objectif principal de la curation est de rendre l'information la plus attractive possible pour un public donné ; ● La curation est une activité humaine ; ● Les choix de contenus sont guidés par la subjectivité du curateur ; ● Les motivations sont le partage et la diffusion ; ● La curation n’est pas (encore) un métier mais une passion. Source : http://bfmbusiness.bfmtv.com/01-business-forum/le-guide-de-la-curation-%281%29-les-concepts-529624.html
  78. 78. Les outils de curation Éditer les informations au format presse : Paper.li, Flipboard, Scoop-it... ● http://paper.li/ Agrège automatiquement les contenus partagés sur les réseaux sociaux de manière à en faciliter la lecture. Exemples : Une professeur documentaliste : http://paper.li/twittendoc/ Un lycée : http://paper.li/cdijulesfil/1318228462 ● https://about.flipboard.com/ Flipboard est un agrégateur de réseaux sociaux. L’application permet à chaque utilisateur de sélectionner les flux qui l’intéressent sur les sites d’information ou ses propres réseaux sociaux, et de confectionner son propre magazine. Exemple de Flipboard réalisé par le Canopé de Beauvais : https://flipboard.com/@canopebeauvais/tuicnumerique-0dgro0o8z Séance pédagogique « Réaliser une revue de presse avec Flipboard » : https://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/reflexion/la-curati on/les-pratiques-des-professeurs-documentalistes-en-matiere-de-curation/la-curation -avec-des-lyceens-realiser-une-revue-de-presse-avec-flipboard.html
  79. 79. Focus sur Scoop-it Type : plate-forme de curation au format presse Objectif : Permettre la création d'une revue de presse évolutive autour d'un thème. La curation ajoute une sélection plus fine des liens, des possibilités avancées de tri, des commentaires enrichis et des recommandations autour des ressources mises en ligne. Fonctionnalités : inscription gratuite, création d'un premier sujet auquel on peut ajouter des ressources et rédiger un court article. Le sujet est complété par des sources et une sélection de mots clés qui serviront à effectuer une veille qui débouchera sur des suggestions automatiques de nouvelles ressources. Des interactions avec Facebook et Twitter sont proposées. http://www.scoop.it/ ● Exemples : http://www.scoop.it/t/professeur-documentaliste http://www.scoop.it/t/portail-e-sidoc ● Tutoriel et usage pédagogique sur le site de l'Académie de Nantes : http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/documentation/transversalite/entretenir-une-veille -documentaire-sur-le-web-grace-a-scoop-it-753836.kjsp?RH=1162654424937
  80. 80. Le storytelling Le storytelling signifie littéralement « action de raconter une histoire » : story (histoire) + telling (raconter). L'expression désigne une méthode utilisée en communication fondée sur une structure narrative du discours qui s'apparente à celle des contes, des récits. Lorsque l'on fait du storytelling les informations ne sont pas simplement agrégées les unes à la suite des autres. Des annotations ou du texte peuvent être ajoutés sur les différents éléments pour renforcer l'argumentation de l'histoire construite. Dans le cadre d’une recherche d’information, le recours au storytelling est un moyen de reconstruire du sens à partir d’une prise de notes souvent déstructurée. La scénarisation d’une recherche contraint l’élève à organiser les informations collectées en vue d’une meilleure synthèse. Source : http://www.docpourdocs.fr/spip.php?article536
  81. 81. Focus sur Storify Type : plate-forme de curation sous la forme d'une histoire Objectifs : Permettre d'agréger et de diffuser des contenus issus des réseaux sociaux. Il permet en outre de construire du storytelling, c'est-à-dire de raconter des histoires. L'utilisateur peut décider de l'ordre dans lequel il souhaite insérer les différents éléments et construire ainsi un discours cohérent. Fonctionnalités : Une inscription est nécessaire. Vous pouvez soit vous inscrire directement sur le site soit vous authentifier avec votre compte Twitter ou Facebook. De plus, il existe une extension Storify sous Google Chrome qui peut être ajoutée à votre navigateur. Celle-ci s’avère très utile pour ajouter en un seul clic un élément dans l’histoire que vous êtes en train de construire. Pour les utilisateurs de smartphones et tablettes, il n’existe pas encore d’applications dédiées. ● Tutoriel : http://www.cddp91.ac-versailles.fr/spip.php?article858 ● Usage pédagogique : http://maonziemeannee.wordpress.com/2011/12/09/un-nouvel-outil-au-service-de-ma -pedagogie-storify/ ● Exemple de Storify : https://storify.com/fontste/expliquer-aux-eleves-les-attentats-de-paris?utm_ca mpaign=website&utm_source=email&utm_medium=email
  82. 82. Le web visuel Intégrer des images, des infographies ou des vidéos dans un espace web est essentiel pour développer sa visibilité, capter l’attention, faire passer des émotions ou rendre viral son partage de données sur les médias sociaux. De nombreuses études montrent que les photos sont les éléments les plus partagés sur les réseaux sociaux. Les visuels captent l’attention et donnent envie d’en savoir plus. Pinterest est l'outil du web 2.0 le plus connu. Il participe pleinement à l'émergence de ce qu'on appelle le Visual Web au même titre que d'autres outils de partage de photos comme Snapchat, Instagram, voire dans une certaine mesure Tumblr ou encore Scisssorsfly.
  83. 83. Focus sur Pinterest Type : plate-forme de curation visuelle Objectif : permettre de partager ses centres d'intérêt et ses passions, à travers des albums de photographies glanées sur l'Internet. Pour un CDI, donne la possibilité de créer des tableaux de recommandations, de rendre visibles des collections et des services. Fonctionnalités : inscription gratuite, on épingle (pin it) sur un mur virtuel (board ou tableau) des images, photos et autres liens glanés sur Internet ou enregistrés sur poste de travail. http://pinterest.com/ ● Pinterest au CDI : http://fr.slideshare.net/fabifi/pinterest-au-cdi-pour-quoi-faire ● Exemples de CDI connectés : http://pinterest.com/cditaravo/ http://www.pinterest.com/cdiauneuil/ http://www.pinterest.com/annedelannoy/que-faire-apres-un-desherbage-intensif/ ● Exemple en bibliothèque : http://www.vagabondages.org/post/2013/09/10/Alors%2C-ce-Pinterest-en-biblioth%C3 %A8que
  84. 84. Google + Collections Type : plate-forme de curation visuelle Objectif : nouvelle fonctionnalité du réseau social Google +, active depuis mai 2015, outil de publication de contenus regroupés par thématiques, centres d'intérêts. Pour un CDI, donne la possibilité de créer des collections de recommandations, de rendre visibles des ressources en interconnectant les services Google. Fonctionnalités : inscription gratuite, nécessite la création d'un compte sur Google. Publication possible de textes, de photos commentées, de liens, de vidéos, de sondages… Les collections constituées sont paramétrables : publiques, privées ou uniquement accessibles pour certains cercles ou contacts. Les internautes peuvent s'abonner à toutes vos collections publiques ou seulement à celles qui les intéressent. Possibilités de personnalisation limitées à la couleur de la page et à la couverture de la Collection. https://plus.google.com/collections/welcome
  85. 85. Tableau comparatif Les + Les - Paper.li L'information présentée comme la Une d'un journal. Attention au bruit documentaire si l'on n'opère pas un minimum de tri. Flipboard Une présentation de type magazine, avec de belles images. Impossible de donner son avis ou de mettre des commentaires. Scoop-it Données de l'outil bien indexées par Google. Seulement deux thèmes gratuits par compte. Storify Collecte de données facilitée sur les réseaux sociaux. Pas de personnalisation de l'interface. Pinterest Outil visuel. Attractif pour les élèves. Pour éviter la saturation d'images : pas plus de 30 épingles par tableau Google + Collections Gratuit. Univers connu et ergonomique de Google. Nécessite un compte Google. Personnalisations limitées. Pas de collaboration possible entre utilisateurs.
  86. 86. Conseils pratiques ● Dotez-vous d’un outil correspondant à vos besoins ; faites le choix d'un outil avec une présentation : textuelle, visuelle ou un mélange des deux ; soyez vigilant sur la capacité de l'outil choisi à être collaboratif et sur ses possibilités d'éditorialisation ; ● Ciblez précisément vos thèmes de travail afin d'éviter le bruit documentaire pour vos abonnés ; ● Identifiez les experts que vous jugez utiles et partagez ce qui vous semble pertinent ; ● Vérifiez l'information avant de la partager ! ● Commentez, contextualisez : ajoutez de la valeur à vos liens. Sources : http://format30.com/2014/11/06/curation-et-si-on-parlait-un-peu-strategie/ http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/reflexion/la-curation/des-outils-de-curation-aux-visage s-multiples.html#c10593
  87. 87. III – Veille et EPLE Préalable : et si on parlait du droit d'auteur ? 1 – Veille, curation et communication : traitement et diffusion sélective de l'information 2 – Veille, curation et enseignement 3 – Intégrer la veille et la curation à son écosystème informationnel
  88. 88. Veille, curation et droit d'auteur (1) En rediffusant de l’information dont ils ne se sont pas propriétaires, les veilleurs ne contreviennent-ils pas au droit de la propriété intellectuelle ? *Sources : ● http://eduscol.education.fr/cdi/culture-de-l-information/veille-curation/curation-veille-droit ● http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/reflexion/la-curation/la-curation-source-d e-problemes.html ● http://scinfolex.com/2011/04/10/vous-reprendrez-bien-un-peu-de-curation-a-la-sauce-juridique/ - Hyperliens : aucun problème, cela est (à l'heure actuelle) légal ; - Contenu de l’information : il est interdit de copier une œuvre mais on peut la citer ; la citation «doit être brève, mentionner la source, et être utilisée pour étayer une analyse* ». - Les images : les conditions générales d’utilisation des plates-formes de veille et de curation indiquent que l'utilisateur concède le droit d’utiliser l’information qu’il dépose tout en n’étant pas titulaire de celle-ci. En cas de reproduction illégale d'image c'est l'utilisateur qui est responsable, non la plate-forme.
  89. 89. Veille, curation et droit d'auteur (2) Deux dispositifs à connaître : Le code du bon curator : il met en avant le respect de l’auteur. Il préconise que soient indiqués dans toute publication le nom de l’auteur ainsi que le lien vers le document. http://curatorscode.org/ Les licences creatives commons : qui permettent de partager les œuvres en toute légalité. Leurs partisans estiment que les biens sur la toile sont publics. De fait, lorsqu’ils créent une production, ils peuvent accorder aux autres internautes la possibilité d’utiliser cette production. La restriction d’utilisation sera plus ou moins grande selon le type de licence choisi. http://creativecommons.fr/ ● Quizz juridiques, réalisés par l'ADBS, sur le droit de l'information, pour tester ses connaissances : http://www.netpublic.fr/formation/4-quizz-juridiques-droit-de-l-information-par-l-adbs/
  90. 90. Veille, curation et droit d'auteur (3) En règle générale, lorsque l'on utilise une ressource en ligne il faut : ● Respecter l’auteur du contenu en le citant ; ● Respecter la source, en indiquant clairement son URL ; ● Ne pas modifier le contenu, ni la source ; ● Ne pas tenir de propos racistes ou diffamatoires ; ● Donner un point de vue qui enrichit le contenu existant.
  91. 91. Information et communication (1) L'économie de l'attention L'un des premiers chercheurs à formuler ce concept est Herbert Simon* : « Dans un monde riche en information, l'abondance d'information entraîne la pénurie d'une autre ressource : la rareté devient ce qui est consommé par l'information. Ce que l'information consomme est assez évident : c'est l'attention de ses receveurs. Donc une abondance d'information crée une rareté d'attention et le besoin de répartir efficacement cette attention parmi la surabondance des sources d'informations qui peuvent la consommer » *Économiste et sociologue américain (1916-2001), Prix Nobel d'économie en 1978. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l'attention
  92. 92. Information et communication (2) La viralité de l'information La viralité est une offre de promotion d'une information reposant sur le mode de la recommandation d'un usager pour un autre usager. La viralité s’apparente au principe du bouche à oreille. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Viralit%C3%A9 Source : « Image viralité » par Ju'LG03 — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons -
  93. 93. Information et communication (3) Viralité vs véracité (1) Comment manipule-t-on l'information à l'heure du web 2.0 ? ● Photos retouchées, recadrées, sorties de leur contexte, ... ● Vidéos ne correspondant pas à la période citée ou au pays mentionné, montage... ● Faux comptes, identité falsifiée... ● Absence de sources… Source image : http://www.liberation.fr/photographie/2014/09/09/quand-hollande-regarde-le-ciel-l-internaute-re garde-le-cadrage_1096715
  94. 94. Information et communication (4) Viralité vs véracité (2) Avec le web social chaque internaute devient journaliste et peut diffuser n'importe quelle information. Pour rappel, il existe une charte concernant les droits et devoirs des journalistes : la charte de Munich signée par la Fédération européenne des journalistes le 24 novembre 1971. On y retrouve 5 droits et 10 devoirs dont : ● Respecter la vérité ; ● Publier seulement les informations dont l’origine est connue ; ● Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte ; ● S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement. Proposition d'outils pour vérifier une information : http://veille-digitale.com/la-manipula tion-de-linformation-a-lere-des-medias -sociaux/
  95. 95. Traiter et transmettre sa veille Objectifs Productions d’information à valeur ajoutée (fond) Types de support (forme) Diffuser sa veille Étude comparative, Note de synthèse, Dossier documentaire, Brève, Revue de presse, Lettre d’actualité/ Newsletter, Liste de diffusion, Compte-rendu... Intranet / ENT / Portail documentaire / Site web / Blog Papier (journal interne, affichage/ en ligne), E-mail, Alerte personnalisée, Oral (reunion)... Proposer des ressources Bibliographie, sitographie Intranet / ENT / Portail documentaire / Site web / Blog Papier (journal interne, affichage/ en ligne)... Animer des espaces collaboratifs Veille collaborative avec une communauté d'intérêt Wiki, social bookmarking, page et/ou groupe Facebook, Interconnecter ses données avec Evernote, E-mail, Pad... Disséminer sa veille Curation sociale Médias sociaux (Facebook, Twitter…), Interconnecter ses différents comptes (IFTTT)...
  96. 96. Interconnecter sa veille avec IFTTT IFTTT « If This Then That » (Si Ceci Alors Cela) est un service né en 2010 aux États-Unis. https://ifttt.com C'est une sorte d'assistant pour automatiser diverses tâches quotidiennes entre différents services Web, applications mobiles, et objets connectés. IFTTT a pour objectif de simplifier les interactions entre les différents comptes et services auxquels un internaute est connecté. A l'heure actuelle, IFTTT fonctionne avec la plupart des outils de veille vu précédemment Le principe est simple : en fonction d'une condition déterminée dans un premier canal (« If This » : si ceci), le service déclenche automatiquement une action dans le second (« Then That » : alors cela). Chaque internaute peut trouver une « recette » qui lui convient. Exemple : si une nouvelle ressource est sauvegardée sur votre compte Diigo, alors celle-ci se sauvegarde automatiquement sur Google Drive.
  97. 97. Interconnecter sa veille avec Evernote Evernote est un logiciel qui permet d’enregistrer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages web. https://evernote.com Les notes peuvent être triées dans des carnets de notes, être taguées, annotées, éditées, commentées et retrouvées via un module de recherche. Le travail sur Evernote est collaboratif puisque chaque note peut être partagée avec un autre utilisateur, il est également possible de rédiger une note à plusieurs via l'usage du Work Chat d'Evernote. Exemple d'utilisation : écrire une recette sur IFTTT type « Toute ressource sauvegardée sur Diigo est enregistrée sur Evernote », puis travailler ces ressources (analyse, mise en page sommaire) directement sur Evernote avant publication, diffusion ou partage.
  98. 98. Les outils de diffusion du professeur documentaliste Un ENT : E-lyco Veille sur le portail : http://www.e-lyco.fr/ Kit de déploiement – Cahier 6 : publication sur les portails – préconisations : http://www.e-lyco.fr/actualites/kit-de-de ploiement-5541.htm ● Créer un comité de pilotage : « Qui fait quoi ? » afin d'animer le site ; ● Se positionner en webmestre ; ● Toutes les publications se font sous la responsabilité du chef d'établissement. E-sidoc Outil développé par le Canopé de Poitiers qui permet de créer un portail de ressources documentaires en ligne : ● Présentation de Poitiers : http://www.crdp2-poitiers.org/soldoc/e-sidoc/intro-sec.p hp ● Liens vers des CDI interconnectés : http://0850639h.esidoc.fr/ http://0110007y.esidoc.fr / http://0250030x.esidoc.fr/ http://0130093f.esidoc.fr/ ● Intégrer des flux Rss dans E-sidoc : http://crdp.ac-besancon.fr/formation/esidoc2/intgrer_de s_flux_rss.html ● Insérer Pearlrees dans E-sidoc : https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/upload/docs/a pplication/pdf/2014-06/repertoire_insertions_portail_e- sidoc.pdf ● Intégrer Scoop-it dans E-sidoc : http://crdp.ac-besancon.fr/formation/esidoc2/intgrer_le s_rsultats_dune_veille_faite_avec_scoopit_.html
  99. 99. Pérenniser sa démarche de veille et de curation ● Les missions de veille et de la curation doivent être inscrites dans la politique documentaire de l’EPLE et doivent faire l’objet d’une évaluation régulière. ● Les objectifs de la veille et de la curation doivent être sans cesse redéfinis en fonction de l’évolution des contextes (nouveaux produits, nouveaux dispositifs, découvertes pédagogiques, nouvelles options dans l’EPLE...) ● Les résultats de la veille et de la curation doivent être accessibles par tous les acteurs de la communauté scolaire. ● Ne pas hésiter à solliciter les « feed-back » des décideurs, des utilisateurs finaux des produits de la veille afin d'améliorer sa démarche.
  100. 100. Enseigner la veille et la curation ? (1) ● Cadre général : « Loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République du 8 juillet 2013 » et le « Référentiel de compétences des métiers du professorat et de l'éducation » de 2013. ● « Faire entrer l'école dans l'ère du numérique » http://www.education.gouv.fr/pid29064/ecole-numerique.html « La formation à l'utilisation des outils et des ressources numériques est dispensée dans les écoles et les établissements d'enseignement (…). Elle comporte une sensibilisation aux droits et aux devoirs liés à l'usage de l'internet et des réseaux, dont la protection de la vie privée et le respect de la propriété intellectuelle. » Portail Eduthèque : http://www.edutheque.fr/presentation.html ● Conseil National du Numérique : http://www.cnnumerique.fr/education-2/ ● La veille une compétence à acquérir : ✔ EMI - Collège Cycle 4 (2016) : http://eduscol.education.fr/cid98422/l-education-aux-medias-et-a-l-information-et-les-nouv eaux-programmes-cycle-4.html ✔ B2i-Lycée Domaine 4 (2013) : http://eduscol.education.fr/numerique/textes/reglementaires/competences/b2i/lycee/referentiel
  101. 101. Enseigner la veille et la curation ? (2) Dans un processus d'enseignement, il faut voir la veille et la curation comme : ● Des procédés innovants qui peuvent permettre d’emmener un élève à comprendre la structuration et l'organisation de contenus, et les stratégies de mise en valeur d'une information ; ● Des activités qui permettent de travailler sur le concept de veille, collaborative ou non ; ● Des outils de production, de communication de ressources et de fait des moyens pour travailler sur le concept de réseau social d'apprentissage, d'identité et/ou de traces numériques ; ● Des moyens de développer l'esprit de synthèse et d'organisation de données ; ● Des processus qui favorisent le partage de l'information et invite à la découverte, à la connaissance.
  102. 102. Enseigner la veille ? ● La place de la veille dans les apprentissages : La formation à la veille doit répondre à un besoin d'information des élèves, suivi et continu, dans un domaine ciblé. Ainsi, la veille trouve-t-elle sa place aussi bien dans l'éducation à l'orientation que dans la préparation aux études supérieures. ✔ « Enseigner la veille technologique en Lycée des Métiers deux notions préalables : le document technique et la validation de l’information » publié le 01 Novembre 2012 http://www.fadben.asso.fr/Enseigner-la-veille-technologique.html ✔ Synthèse de travaux sur la veille réalisée par l'Académie de Rouen : http://documentation.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article398 ✔ Synthèse de travaux sur la veille réalisée par l'Académie de Versailles : http://www.documentation.ac-versailles.fr/spip.php?article180 ● Ressources pédagogiques sur l'enseignement de la veille : http://eduscol.education.fr/bd/urtic/documentation/ http://idbase.esmeree.fr/?notion[]=Veille+documentaire&texte=
  103. 103. Enseigner la curation ? ● La place de la curation dans les apprentissages : La formation à la curation doit répondre à un besoin d'information des élèves, dans un domaine ciblé, ainsi qu'à une communication de ses données à un public tiers. Ainsi, la curation trouve-t-elle sa place aussi bien dans l'éducation à l'orientation, la constitution d'une revue de presse que dans la préparation aux études supérieures. ● Ressources pédagogiques sur l'enseignement de la curation : ✔ Ressources disponibles sur Eduscol : http://eduscol.education.fr/bd/urtic/documentation/index.php?id_etab=0&id_niveau=0&id_b2icol lege=0&id_competence=0&id_cadre=0&id_rip=0&id_logiciel=0&id_autredisc=0&id_aca=0&rpt=curatio n&commande=chercher&ok=Chercher ✔ Ressources disponibles sur Savoirs CDI : http://www.cndp.fr/savoirscdi/societe-de-linformation/reflexion/la-curation/les-pratiques-des-professeu rs-documentalistes-en-matiere-de-curation/la-curation-avec-des-lyceens-realiser-une-revue-de-presse-ave c-flipboard.html
  104. 104. Compétences et objectifs Compétences info-documentaires : ● Rechercher de l’information ; ● Lire, sélectionner, reformuler et diffuser une information ; ● Identifier une source, citer une source ; ● Diffuser une information construite et réfléchie. Compétences médiatiques : ● Développer l’esprit critique. Compétences numériques : ● S'approprier un environnement informatique de travail ; ● Adopter une attitude responsable ; ● Créer / produire / traiter et exploiter des données numériques ; ● Communiquer / échanger. *Source : Serres, A., « Dans le labyrinthe : évaluer l'information sur Internet », Caen : C&F éd., 2012 Objectifs pédagogiques : ● Travailler sur la fiabilité et la crédibilité des sources ; ● Savoir chercher et traiter une information ; ● Maîtriser un outil issu du web 2.0 ; ● Valoriser son travail en le partageant avec d'autres ; ● Hiérarchiser l'information ; organiser ses ressources à dessein ; ● Diffuser de l'information sur des réseaux dédiés.
  105. 105. Typologie des usages pédagogiques des médias sociaux Usages Exemples d'activités d'apprentissages Outils Réseautage ● Communauté d'apprentissages ● Communauté de pratiques Réseaux sociaux Partage de contenus ● Récit d'expérience ● Métacognition ● Défis littéraires Blogs, wikis, micro-blogs Construction de sens ● Veille ● Structuration et organisation de contenus Agrégateurs de flux, Social Bookmarking Production collaborative Projets multimédias Sites de partages de contenus Base de connaissance collaborative Construction de sens ● Communication avec des experts ● « Learning by doing » Mooc, visioconférences Source : http://www.netpublic.fr/2012/03/typologie-des-reseaux-sociaux-et-usages-pedagogiques-des-reseaux-sociaux/
  106. 106. Écosystème informationnel (1) Un système d'information personnel performant comprend : ● Un navigateur web ● Une messagerie ● Un lecteur de flux Rss ● Un gestionnaire de favoris ● Une suite bureautique Se créer un écosystème informationnel personnel qui permet de : ● Rechercher ● Naviguer ● Filtrer, organiser, hiérarchiser ● Traiter ● Veiller Source : http://fr.slideshare.net/domivarl/form aliser-son-cosysteme-informationnel-ep i-epa
  107. 107. Écosystème informationnel (2) Exercice : créer son Environnement Personnel d'Apprentissages ● Lister les outils dont on se sert ; ● Les hiérarchiser en fonction de leur utilisation ; ● Faire le point sur leurs lacunes et leurs réussites. ● Exemples d'EPA (MoocDocTice) : http://www.pinterest.com/caroalbertini/moocdoctice-environnements-person nels-dapprentissa/ ● Mon EPA (Version 2014) : http://www.mindomo.com/fr/mindmap/epa-novembre-2014-083332f09da0 41c9bafbec8f948136cd Votre EPA à créer !Votre EPA à créer !
  108. 108. Axes majeurs à considérer (1) ● Définissez vos objectifs et mettez en place un plan de veille ; Organisez-vous à partir de : - Une analyse des besoins ; - Un cahier des charges. ● N'hésitez pas à vous appuyer sur un groupe d’enseignants experts ; ● Budgétisez et étudiez tôt les conditions de faisabilité ; ● Fédérez ce qui se fait déjà dans votre EPLE plutôt que remettre l’organisation existante à plat ; ● Inscrivez cette mission dans la politique documentaire de l’EPLE ;
  109. 109. Axes majeurs à considérer (2) ● Interrogez efficacement les divers moteurs de recherche et explorez les sites, la blogosphère, pistez les experts et suivez les tendances du web ; ● Personnalisez vos recherches et filtrez les informations ; ● Automatisez votre veille grâce aux flux et aux agrégateurs ; ● Évaluez l’information ; ● Classez et représentez visuellement vos trouvailles ; ● Respectez le droit de l’information : – Citation des sources ; – Autorisation des éditeurs/auteurs ; – Diffusion de produits à des usagers appartenant à la base du CDI ou à l’annuaire de l’EPLE (http://www.cnil.fr/) ; – Dépôt légal des productions ; publication sous Licences CC.
  110. 110. Axes majeurs à considérer (3) ● Organisez et partagez votre travail ; Commencez par une (des) production(s) modeste(s) ; Pensez les modalités de réception (côté récepteur) et non pas documentaliste ; ● Diffusez votre veille ; Acceptez la visibilité réelle et virtuelle du CDI. Privilégiez la simplicité et la méthode ; Acceptez que les productions aient des cycles de vie courts ; ● Retenez des modalités de communication et un bilan sur cette même communication ; ● Variez les types de produits documentaires : Dossiers documentaires (numérisés), Revues de presse, Bulletins, Newsletters, Bibliographies spécialisées, Notes d’informations, Référencement-analyse de sites, de blogs... ● Pensez au réajustement ; ● Surprenez ponctuellement ;
  111. 111. Glossaire ● Cloud Computing : consiste à stocker des données numériques à distance par l'intermédiaire du réseau Internet. ● Folksonomie : terme désignant un système de classification collaborative décentralisée spontanée, basé sur une indexation effectuée par des non- spécialistes. ● Social Bookmarking : c'est une façon pour les internautes de stocker, de classer, de chercher et de partager leurs liens favoris. ● Storytelling : désigne une méthode utilisée en communication fondée sur une structure narrative du discours qui s'apparente à celle des contes, des récits. ● Tag : c'est un mot-clé (signifiant) assigné à de l'information qui décrit ainsi l'objet et permet une classification des informations basée sur les mots-clés. ● Widget : c'est un petit outil qui permet d'obtenir des informations (météo, actualité, dictionnaire, carte routière, pense-bête...) automatiquement.
  112. 112. Bibliographie (1) Livres documentaires ● Accart, J.-P, « Le métier de documentaliste », Paris : Éd. du Cercle de la Librairie, 2015. ● Amar, M et Mesguish, V, (dir.), «  Le web 2.0 en bibliothèques : quels services ? quels usages ? », Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2009. ● Anderruthy, J.-N., « Techniques de veille et e-réputation : comment exploiter les outils Internet ? », Éd. ENI, 2009. ● Axa Prévention, « Internet sans danger : le guide du bon sens numérique », Paris : Bayard, 2013. ● Collectif, « Les professeurs documentalistes », Scéren CRDP Orléans-Tours, 2006. Collection Livre Bleu.[Réed 2011] ● Collectif « Vivre le CDI », « C'est de plus en plus fou tout ce qu'on peut encore faire au CDI ! », Paris : l'Harmattan, 2012. ● Delengaigne, X., « Organiser sa Veille sur Internet : au delà de Google... », Paris : Eyrolles, 2e édition, 2014. ● Dompnier, N. « Le guide de l'enseignant documentaliste : de la politique documentaire aux environnements numériques », Scéren CRDP Franche-Comté, 2006. ● Guéguen, E., « Guide pratique des médias sociaux à l'usage des bibliothèques & centres de documentation », Éd. Klog, 2012. ● Le Deuff, O, « Du tag au like : la pratique des folksonomies pour améliorer ses méthodes d'organisation de l'information », Éditions FYP, 2012 ● Mesguich, V., Thomas, A., « Net recherche 2009 : le guide pratique pour mieux trouver l'information utile et surveiller le web », ADBS Editions, 2009. Collection Sciences et Techniques de l'Information. [Réed 2010] ● Tuchais, D et Véran J.P., « Guide TICE pour le professeur-documentaliste : Enjeux numériques », Scéren-CNDP, 2012. Collection Repères pour Agir, Disciplines & Compétences. ● Serres, A., « Dans le labyrinthe : évaluer l'information sur Internet », Caen : C&F éd., 2012.
  113. 113. Bibliographie (2) Périodiques ● Cahiers pédagogiques «  Apprendre à chercher, chercher pour apprendre » n°508, novembre 2013. ● Cahier pédagogiques « Apprendre avec le numérique » n°498, juin 2012. ● Cahiers pédagogiques « Le web 2.0 et l'école » n°482, juin 2010. ● Cahiers pédagogiques « Les élèves et la documentation » n°470, février 2009. ● Echanger « La culture numérique » avril 2009, n° 87. ● Cassaigne, C. « Vers une identité numérique des CDI » InterCDI, mars-avril 2012, p. 62-64. ● Delarue, V. «  Repérer, choisir, sélectionner, évaluer... » InterCDI, novembre-décembre 2012, p. 65-66. ● Delarue, V. « Veille et curation » InterCDI, mars-avril 2014, p. 61-64. ● Giacomotto, G. « Cyberdocs » InterCDI, janvier-février 2012, p. 75-76. ● Jourdain, T. «  Profs docs sur le web », InterCDI, janvier-février 2014, p. 80-82. ● Leturcq, S. « Créer une page Netvibes » InterCDI, janvier-février 2010, p.80. ● Leturcq, S. « Utiliser Facebook » InterCDI, novembre-décembre 2013, p.70-71. ● TDC «  La révolution Internet » n°1042, 15 octobre 2012.
  114. 114. Bibliographie (3) Sites Internet ● Cassaigne, C., « De la dissémination à l’identité numérique des CDI : enjeux pédagogiques et identitaires des CDI virtuels » http://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00671748 mise à jour le 11/09/2011. ● Chaimbault, T., « Outils en ligne pour la veille informationnelle », Enssib : http://fr.slideshare.net/Faerim/outils-veille mise à jour le 31/01/2014. ● Ducournau J. (CRDP d'Aquitaine), Liquete, V. (IUFM d'Aquitaine), « Veille », http://crdp.ac-bordeaux.fr/documentalistes/formation/veille/veille.asp, mise à jour le 01/2012. ● Enssib, « Ressources électroniques pour les Etudiants, la Recherche et l'enseignement », http://repere.enssib.fr/ mise à jour 2011. ● Gonon, I., « La veille », Le CNAM http://formation-e-reputation.fr/isabellegonon/veille_site_web_2012/co/veille_web.html mise à jour 2012. ● Lachiver, D., « TP Se constituer et organiser des ressources – Pratiquer une veille », http://lachiver.fr/?page_id=1222, mise à jour le 10/12/13. ● Les Infostratèges «  Veille » http://www.les-infostrateges.com/rubrique/veille mise à jour 2007. ● Serres A., « Évaluation de l’information et veille : quelles articulations, quelles didactiques ? » http://www.fadben.asso.fr/Evaluation-de-l-information-et.html Article paru dans le Mediadoc N°8 en Juin 2012. ● Stalder, A., « Enseigner la veille technologique en Lycée des Métiers », http://www.fadben.asso.fr/Enseigner-la-veille-technologique.html , Article paru dans le Mediadoc N°8 juin 2012. ● Urfist Rennes, « Maîtrise de l'information, Usages des ressources et des outils numériques », http://www.sites.univ-rennes2.fr/urfist/, mise à jour 2015. ● Ressources iconographiques du diaporama : https://www.iconfinder.com/ mise à jour 2015.
  115. 115. Pour s'évaluer et s'évader... Un mini-quiz sur la veille... http://www.uclouvain.be/sites/infosphere/sciences_humaines/module0/quiz9.html Le métier de veilleur dans 50 ans... http://www.outilsfroids.net/news/paris-2063 Portail d'outils du web 2.0... https://outils-20-en-francais.zeef.com/fr/isabelle.dremeau

×