Un sol vivant3

6 007 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 007
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
111
Actions
Partages
0
Téléchargements
245
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Les résidus et les plantes : limitent les pertes d’eau, filtre épurateur, protection du sol, inhibent la germination des adventices. Successions culturales : contrôle des ravageurs, effets des différents enracinements, contrôle des maladies.
  • Un sol vivant3

    1. 1. Construire un sol vivant L’expérience du jardin L’expérience des champs Pourquoi? Comment?
    2. 2. “ Une nation qui détruit ses sols, se détruit elle-même.” “F.ROOSEVELT,1937” Pourquoi?
    3. 3. SCHEMA DE FONCTIONNEMENT DE L’ECOSYSTEME Sol/plante So ciété Environ nement
    4. 4. Paysage sympa mais où l’on voit un étang de couleur marron malgré la prairie autour
    5. 5. Cette couleur provient de l’érosion de ce champ
    6. 7. Autre exemple d’érosion par l’eau, que l’on voit couramment dans nos campagnes
    7. 8. Photo prise le 1er juin 2008 Dust blow des années 30 aux USA Dust blow des années 30 aux USA L’érosion peut aussi être « éolienne »
    8. 9. Le sol a besoin d’une couverture Pour se protéger des agressions climatiques Pour son activité biologique
    9. 10. L’expérience du jardin…
    10. 11. POURQUOI NE PLUS TRAVAILLER LE SOL ?
    11. 12. Des travailleurs infatiguables Des travailleurs infatigables !... Nourrissons-les ! Ces vers de terre
    12. 13. <ul><li>Des fabricants d’HUMUS </li></ul><ul><li>Des épurateurs du sol et de l’eau </li></ul><ul><li>Des constructeurs de galeries </li></ul>Une population de vers de terre est capable de digérer la totalité de la couche arable en cinq ans!
    13. 14. Ce réseau interconnecté permet la circulation rapide de l’eau excédentaire dans le sol <ul><li>MAIS POURQUOI DONC DETRUIRE CE RESEAU EN BÊCHANT? </li></ul>Ils créent dans le sol un réseau de galeries à l’image d’un réseau routier : des voies communales, des départementales, des autoroutes… Il permet aussi la circulation de l’air
    14. 15. Les vers de terre ne sont pas les seuls responsables de l’amélioration du sol mais ils sont les meilleurs guides pour nous jardiniers <ul><li>Les vers de terre ne sont pas les seuls responsables de l’amélioration du sol </li></ul><ul><li>mais ils sont les meilleurs guides pour les jardiniers </li></ul>
    15. 17. Une cabane à ver de terre…
    16. 18. Qui abrite une belle galerie d’un anécique
    17. 19. Des turricules Des cabanes
    18. 20. L’écosystème-sol : une chaîne complexe
    19. 21. <ul><li>Plus on agit en faveur des vers de terre, </li></ul><ul><li>plus notre sol s’améliore dans tous les domaines: </li></ul><ul><li>Matière organique </li></ul><ul><li>Stockage de l’eau utile </li></ul><ul><li>Pas besoin d’engrais </li></ul><ul><li>Une vie biologique globale diversifiée et équilibrée </li></ul><ul><li>Zéro produit chimique </li></ul>MAIS QUE FAUT-IL FAIRE ?
    20. 22. <ul><li>paille </li></ul>COUVRIR LE SOL EN PERMANENCE - Par des résidus végétaux ( paille, feuilles, compost…) - Par des cultures intermédiaires non récoltées - Par des déchets de bois déchiquetés ( B ois R améal F ragmenté)… Bois déchiqueté compost Couvert végétal de nyger Créer un cercle vertueux d’amélioration
    21. 23. POUR : Nourrir en permanence la faune du sol Etouffer les herbes indésirables Protéger la terre contre les agressions climatiques ( orage, gel, forte chaleur…) On ne devrait jamais voir la terre !
    22. 24. On broie les branches,… Que l’on épand sur le sol permet de fabriquer de l’humus donc d’économiser de l’eau, et de nourrir la vie biologique LE BRF B ois R améal F ragmenté
    23. 25. AMENAGER des sentiers pour ne plus marcher sur son semis Les vers de terre n’aiment pas qu’on abîme leurs cabanes !!
    24. 26. Et les produits, on s’en passe comment? <ul><li>Problèmes à résoudre : </li></ul><ul><ul><li>Les maladies </li></ul></ul><ul><ul><li>Les insectes et ravageurs nuisibles </li></ul></ul><ul><ul><li>Les mauvaises herbes </li></ul></ul>
    25. 27. <ul><li>DEVELOPPER l’activité biologique </li></ul><ul><li>Dans le sol et sur le sol </li></ul><ul><li>COMMENT ? </li></ul>Contre les maladies et les ravageurs :
    26. 28. Beaucoup de résidus et les plus variés possibles Un environnement favorable à l’habitat des auxiliaires Des mélanges de plantes les plus divers possibles Des zones qui attirent les insectes pollinisateurs En mettant en place
    27. 29. <ul><li>Rééquilibrage </li></ul><ul><li>de la vie biologique </li></ul><ul><li>C oncurrence </li></ul><ul><li>entre organismes vivants </li></ul><ul><li>dans et sur le sol </li></ul>En mélangeant les plantes cultivées… Limitation du développement des maladies
    28. 30. Dans le sol Même diversité dans le sol qu’au dessus
    29. 31. N’oubliez pas non plus de semer ! Vie biologique équilibrée  = moins d’interventions Radis et carottes semés dans le compost Choux et navets dans de la paille Choux et navets dans de la paille
    30. 32. Et je fais quoi contre les mauvaises herbes? <ul><li>Trois façons de faire sans produit : </li></ul><ul><li>- A la main ou à la « binoche » </li></ul><ul><li>- Avec de l’eau bouillante( de cuisson de préférence) </li></ul><ul><li>- En couvrant en permanence son sol </li></ul>
    31. 33. Quand on plante… Paillage : protecteur et nourricier
    32. 34. Quand on sème… Le compost : - outil de semis, - protecteur - et nourricier
    33. 35. Résultat sur compost rapporté Résultat sur mulch présent
    34. 36. Radis noir sur sol non travaillé
    35. 37. <ul><li>Les oiseaux se nourrissent de la vie biologique… </li></ul><ul><li>mais on peut protéger momentanément </li></ul><ul><li>ses jeunes pousses avec un filet </li></ul>
    36. 38. <ul><li>Quatre principes à retenir : </li></ul>La patience est l’outil du jardinier Il faut faire confiance à son sol Le sol était présent avant nous 2 - Ne plus travailler la terre pour laisser tranquillement bosser tout ce beau monde qui est sous nos pieds. 3 - Mélanger intelligemment les plantes. 1 - Couvrir son sol par des résidus les plus variés possibles 4- Aménager des zones pour l’habitat des auxiliaires
    37. 40. Construisez un sol vivant… Il vous le rendra
    38. 41. <ul><li>22 Juillet 2006 vers 17h30 </li></ul><ul><li>33 mm en une heure trente ! </li></ul>
    39. 42. 18H05 Un jardin travaillé voisin
    40. 43. Exemple des bienfaits de ces méthodes sur l’infiltration de l’eau dans le sol 18H06 Le jardin sans travail du sol et couvert
    41. 44. <ul><li>Guy a osé changer ses méthodes </li></ul><ul><li>et donc nous prouve </li></ul><ul><li>que même les jardiniers </li></ul><ul><li>peuvent avoir des pratiques positives </li></ul><ul><li>pour le milieu naturel </li></ul>Photos issues de son jardin
    42. 45. <ul><li>Voici quelques liens et documents très utiles pour progresser et compléter ce diaporama « jardin » et vos connaissances: </li></ul><ul><li>http://www.soltner.fr : vous pouvez commander sur ce site un document complet avec photos sur le jardin sans travail du sol. </li></ul><ul><li>Il existe aussi un dvd d’un reportage sur ces jardins très complet et pédagogique : http://www.agrovideo.fr/ </li></ul>Pour en savoir plus :
    43. 46. Et dans les champs?
    44. 47. Le langage usuel : des termes génériques Les TCS : Techniques Culturales Simplifiées (Presse & grand public ) Le non labour : Abandon de la charrue (INRA) Les TCSL : Techniques Culturales Sans Labour (ARVALIS) Le SCV ou SD : Semis-direct sous Couverture Végétale Les pratiquants utilisent les abréviations suivantes : Les TCS : Techniques de Conservation des Sols L’ A GRICULTURE DE C ONSERVATION
    45. 48. Pour résumer la mise en œuvre de la simplification En trois techniques Le travail superficiel Avec outils conventionnels Avec outils spécialisés Le semis direct
    46. 49. Les Principes du semis-direct : <ul><li>Déranger le moins possible le sol </li></ul><ul><li>Ecarter les résidus ou les couper afin de positionner la graine au mieux </li></ul><ul><li>Appuyer celle-ci pour un bon contact sol/graine </li></ul>
    47. 51. Les semoirs à disques
    48. 52. Les semoirs à dents
    49. 53. Les semoirs en ligne à disque
    50. 57. Un mulch protecteur et nourricier pour la vie du sol
    51. 58. Double culture, après blé dur, de sarrasin dans la même année culturale
    52. 60. Après broyage, un mulch de paille qui servira surtout à limiter l’évaporation
    53. 61. S’il ne pleut pas il faut arroser
    54. 62. Une graine de sarrasin au contact du sol, avec son paillage protecteur au dessus
    55. 66. Autre technique de semis: le semis « à la volée » avec un épandeur à rampe
    56. 67. Semis de blé à la volée derrière maïs grain
    57. 69. Féveroles semées à la volée
    58. 70. Deux modes de semis de colza Semis en ligne Semis à la volée
    59. 72. A griculture de C onservation Agriculture conventionnelle sur labour Deux modes de conduite d’une culture de féveroles Temps de travail : 1h30/ha Fuel : 35l/ha Temps passé : semis (à la volée) 5mn! Broyage résidus 15 mn Fuel : 6 l/ha
    60. 73. Association de plantes : Lentille noire et tournesol
    61. 74. Vers la Biodiversité végétale
    62. 75. Semis d’un couvert d’avoine avant récolte de maïs
    63. 77. Les couverts végétaux! Pourquoi? Vie biologique Racines & résidus Agrégation du sol Structurer le sol
    64. 78. La couverture du sol <ul><li>Utilisation des plantes </li></ul><ul><li>De cultures </li></ul><ul><li>D’intercultures </li></ul><ul><li>Protection face au climat (pluviométrie, température) </li></ul><ul><li>Création de Matière Organique </li></ul><ul><li>Allélopathie (concurrence entre plantes) </li></ul><ul><li>Recyclage des minéraux du sol par la biomasse </li></ul><ul><li>Maintient d’une continuité biologique sol/plante </li></ul>
    65. 79. Couverts d’été récoltés : Tournesol précoce Caméline Soja précoce Moha graine Sarrasin Etc.….
    66. 80. Couverts d’inter-culture Nyger Mélange mellifère Phacélie/nyger Lentille noire après récolte du tournesol double culture Féverole/avoine Gesse Etc.…
    67. 81. Œuvrer pour un meilleur environnement sol/plante Retrouver une structuration profonde et régulière <ul><li>suppression « semelle de labour » </li></ul><ul><li>structure continue et profonde </li></ul><ul><li>bonne porosité organisée en réseau </li></ul><ul><li>couverture végétale en surface </li></ul>
    68. 82. Le sol s’alimente grâce à l’activité biologique
    69. 83. L’ A griculture de C onservation Principales composantes       M aintien d’une couverture végétale permanente à la surface du sol (résidus de cultures, plantes dédiées, paillage,…)       Construction de rotations intelligentes pour favoriser la synergie entre les cultures   Aller vers la suppression de tout travail du sol : pratiquer le Semis-direct ( déranger le moins possible la vie biologique sous nos pieds) préserver améliorer Ressources naturelles
    70. 84. Agriculture de Conservation = Gestion Positive du Carbone <ul><li>Réduction de la minéralisation de la matière organique (Transpiration) </li></ul><ul><li>Augmentation des retours de Carbone organique (couverts, effluents organiques) </li></ul><ul><li>Limitation des émissions (moins de carburant) </li></ul><ul><li>Diminution de consommations induites (fertilisants : azote) </li></ul><ul><li>Amélioration de l’efficience des énergies renouvelables d’origine agricole </li></ul>
    71. 85. Le carbone est le pivot des fonctions du sol et de la vie +de capacité de rétention + CEC - d’érosion - de ruissellement +d’ infiltration - de pollution de l’air + structure du sol +d’adsorbtion de pesticides + de stockage d’éléments et de recyclage + d’activité biologique C Une forme de cycle vertueux qui conduit à la durabilité
    72. 87. Un sol vivant = un grand pas vers une société durable Agriculture Durable = Société durable Les problèmes environnementaux ne peuvent se résoudre qu’avec une approche systémique
    73. 88. 2. Les Lombriciens Diversité de lombriciens (%) Parcelle 1 – Labour et Monoculture 85 13 2 petits moyens gros
    74. 89. 2. Les Lombriciens Diversité de lombriciens (%) Parcelle 2 – Labour et Rotation
    75. 90. 2. Les Lombriciens Diversité de lombriciens (%) Parcelle 3 – TCS (pseudolabour) et Rotation
    76. 91. 2. Les Lombriciens Diversité de lombriciens (%) Parcelle 4 – TCS (CRAHSI) et Rotation
    77. 92. MERCI DE VOTRE ATTENTION Conception montage : Jacky BERLAND Saint martin de fraigneau [email_address]
    78. 93. Pour en savoir plus : <ul><li>Agriculture de conservation </li></ul><ul><li>IAD (Institut de l’Agriculture Durable) </li></ul><ul><li>Asso-BASE (Bretagne Agriculture Sol Environnement) </li></ul><ul><li>Agrovideo.com </li></ul><ul><li>Semis-direct </li></ul><ul><li>Jacky berland </li></ul>

    ×