Une idéologie incarnée par 1
chef et par 1 parti et exaltée
par la propagande face à un
ennemi commun
 Pages 214 et 215

...
Une idéologie incarnée par 1
chef et par 1 parti et exaltée
par la propagande face à un
ennemi commun
 Pages 214 et 215

...
Histoire thème 3 :
Le siècle des totalitarismes
Chapitre 1 :
Genèse et affirmation des régimes totalitaires
(soviétique, fasciste, nazi)
Le XXème siècle a été marqué par l’apparition d’un nouveau type
de régime autoritaire qualifié par Hannah Arendt de
totali...
I ) Fascisme et nazisme : des ressemblances
fortes mais des totalitarismes inégalement
aboutis
A) Une mise en place décalé...
-Mussolini crée son
parti, les Faisceaux
de Combat
- Hitler crée le parti
nazi
11/1922 : Mussolini au pouvoir, fascisation progressive du pouvoir
01/1933 : Hitler au pouvoir, nazification très rapide d...
1) De grandes similitudes dans l’arrivée au pouvoir
 Organisez votre trace écrite en 2 colonnes, une colonne Italie
et un...
Italie
•Formation

-« faisceaux de combat»
-chef unique : Mussolini
- organisation paramilitaire : les Chemises
noires, re...
•Un contexte bien valorisé : voir doc 1 p 219
-Sentiment nationaliste alimenté par l’idée d’une victoire « mutilée ». Mili...
•Un pouvoir qui est séduit et qui cède
Mussolini réclame le pouvoir et
organise une « marche sur
Rome ». C’est un coup de
...
Allemagne
•formation

- NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs
allemands)
- symbole : croix gammée (signe indie...
•Un contexte
bien valorisé

-Les nationalistes sont excédés par le Traité de
Versailles par lequel l’armée est réduite à
p...
•Un pouvoir Elections de 1932 : nazis ont 37% des voix. Hitler
qui est séduit refuse de faire alliance avec la droite si i...
Dans les 2 cas :
 La bourgeoisie utilise l’extrême droite pour briser la gauche.
Elle est persuadée de pouvoir continuer ...
2) La mise en place des dictatures
Italie
•Installation

•Écrasement
définitif de
l’opposition

-Mussolini commence par conserver les apparences
: seulement ...
• En Allemagne :
- Hitler va beaucoup plus vite :
le 27/02/1933, le Reichstag
est brûlé, Hitler en profite
pour supprimer ...
- Août 1934, le président Hindenburg meurt, Hitler est élu président à 90%
B) Un achèvement totalitaire inégal
1) Des pratiques totalitaires très comparables
Voir tableau
Défilé des Balilas (pour les enfants de 8 à 14 ans) à Milan dans les 1930’
Cérémonie fasciste à Turin en mai 1939 : sur l’estrade en
forme d’aigle on peut lire « Turin, place forte de la
révolution...
Affiche pour le concours de la
Bataille du blé, organisé par le
ministère de l’Economie, il
récompense les meilleurs
produ...
Hitler, Portrait officiel, 1938
Affiche pour
les Jeunesses
Hitlériennes
datant de 1936

Jeunesses Hitlériennes au
congrès du NSDAP en
septembre 1937
Affiche Kraft durch Freude, 1938
: « Toi aussi, tu peux voyager »
Congrès du parti nazi à Nuremberg en 1939
2) L’Italie : un totalitarisme nationaliste inachevé
-

-

« tout est dans l’Etat » : volonté de rallier le peuple à la gr...
• L’Eglise catholique dans un 1er temps, soutient le régime qui
lui a rendu la souveraineté sur le Vatican (accords de Lat...
• L’armée et l’administration, sans s’opposer à Mussolini, ne
sont pas aux mains des fascistes.
• Dans son ensemble, la po...
3) L’inquiétante adhésion allemande au totalitarisme nazi
- Efficacité totale du parti nazi dans le contrôle de
l’administ...
• Succès diplomatiques : le traité de Versailles est bafoué à
plusieurs reprises sans conflit (voir C) :
 immense popular...
• Succès économiques : quasi plein-emploi et quasi maintien du
niveau de vie grâce à un programme de grands travaux et au
...
• Indifférence voire adhésion massive à l’idéologie raciste et
antisémite :
- 1933 : boycott des magasins juifs
- 1935 : l...
II) La spécificité du totalitarisme soviétique sous
Staline
Dans quelle mesure cette spécificité le
rend-il particulièreme...
Pour permettre au pays de se relever, Lénine lance la NEP
(nouvelle politique économique) : c’est une pause dans la
social...
2) La prise de pouvoir par Staline
21/01/1924 : mort de Lénine
Deux hommes peuvent lui succéder :
- Trotski qui a dirigé
l’insurrection d’octobre
1917 aux côtés de Lénine,
et qui a organisé l’Armée
rouge .
- Staline, rôle mineur au cours de
la révolution mais a su s’imposer
comme Secrétaire Général du
PCUS. C’est en utilisant ...
Le corps de Lénine est
embaumé et installé
dans un cercueil de
cristal, construction d’un
mausolée à sa gloire

De plus, S...
Trotski ne peut pas contester, sauf à commettre un sacrilège
(diminuer le rôle de Lénine), il perd donc ses atouts pour êt...
• Une fois au
pouvoir, Staline
écrase les
contestations :
- l’opposition est
réprimée
- Staline met fin à
la NEP et
déchaî...
- l’agriculture est collectivisée de force (mise en place des
kolkhozes : coopératives placées sous la tutelle du PC qui
r...
- Les minorités récalcitrantes sont mises au pas : Staline laisse la
famine de 1932 tuer 5 millions de personnes en Ukrain...
B) Des pratiques caractéristiques du totalitarisme (voir
tableau)
Merci cher Staline pour notre jeunesse heureuse(1936)
Staline au milieu des délégués kolkhoziens lors du 1er congrès des kolkhoziens
à Moscou en 1933
1935 : Congrès des kolkhoziens de choc de l'U.R.S.S. Au nombre des
délégués se trouvaient de nombreuses femmes, militantes...
Parade des pionniers en l’honneur de Staline, 1930

Affiche : vive la journée du gymnaste
dans toute l’Union, vers 1940
Grande parade sportive sur la place Rouge, Moscou, 1935
Déportés du Goulag travaillant sur le chantier du canal mer Blanche-Baltique,
1934
Document :

« En mai 1933, un convoi de 6 000 «éléments déclassés» (des paysans) est
amené dans une île sur le fleuve Ob, ...
C) Une efficacité reposant sur un mensonge généralisé
1) Des procès truqués
Dans les années 1930, le monde entier découvre...
Qui est l’accusé ? De quoi est-il accusé ?
Méthode pour le faire avouer ?

Des militants de la première heure avouent en p...
2) L’histoire récente réécrite
Les dirigeants éliminés doivent disparaître aussi des mémoires
« Le passé est aussi incerta...
Photo prise en avril 1925, elle réunit des hauts responsables du PCUS :
un seul des camarades de Staline présent sur cette...
La « même » photo
publiée en 1939,
retouchée et
réorganisée : 4
personnages au lieu
de 9, l’image a été
retouchée et
réorg...
Kamenev
Lénine

Trotski

Khalkov
(un
dignitaire
de second
rang)
Photo prise au cours du VIIIe congrès du parti bolchevik
en 1919

Trois exploitations différentes
de cette image pendant l...
3) Le mensonge démocratique
Illusion d’une démocratie locale et décentralisée où le
chef résulterait d’un grand consensus national…

Moins de 1% de la...
4) Un mensonge qui dépasse les frontières de l’URSS
Exemple : la famine en Ukraine est non seulement cachée,
, mais en plus l’URSS organise des visites guidées pour rendre le
mensonge plus solide.
Le totalitarisme soviétique sous Staline a une incontestable
spécificité :
-idéologie apparemment sympathique, un peu utop...
Attention : tout ce qui suit n’est plus au programme, mais il faut
le lire pour faire le « lien » avec la Seconde Guerre m...
Lien Youtube vers « de Nuremberg à Nuremberg, tome 1 »
www.youtube.com/watch?v=KVd0KuFtjQ4
De 2’20’’ à 25’ : Revendication...
A) Des régimes opposés aux démocraties
Les régimes totalitaires partagent une même haine de la
démocratie :
• Pour les com...
• De leur côté, les démocraties sont fragilisées par de puissants
mouvements antiparlementaires (ici : défilés de Croix de...
B) Les atteintes à « l’ordre de Versailles »
• En 1919, le traité de Versailles avait voulu créer un nouvel
ordre internat...
C) La marche à la guerre : les démocraties
impuissantes
• La guerre d’Espagne : les démocraties absentes
En Espagne, le gé...
Guernica après le bombardement
De leur côté les républicains reçoivent du matériel militaire de
l’URSS, mais ils sont finalement vaincus.
Robert Capa, Mort d'un milicien espagnol (front de Cordoue), 5 septembre 1936.

Une des photos les plus dramatiques de Rob...
La photographie est publiée pour la première fois
le 23 septembre 1936 dans un numéro spécial du
magazine Vu consacré à la...
• L’humiliation de Munich (1938) : les démocraties
abandonnent une démocratie alliée
 Pages 216 et 217

 Comment Hitler ...
-Hitler exige le rattachement à l’Allemagne d’une région tchèque
peuplée d’Allemands : les Sudètes. La Tchécoslovaquie est...
Daladier est acclamé à son retour à Paris : l’opinion publique
française est très pacifiste et ne se sent pas concernée pa...
Scène de fête dans un atelier de couture à l’annonce des
accords de Munich
De cette conférence, Churchill a dit « Vous aviez le choix entre le
déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneu...
• La réaction tardive des démocraties face à l’attaque de la
Pologne
-Staline est déçu par la tiédeur des démocraties à so...
Conclusion
La notion de totalitarisme permet bien de regrouper ces 3
régimes même s’ils sont différents.
Dans tous les cas...
Histoire thème 3 : le siècle des totalitarismes

Chapitre 2 : la fin des totalitarismes
(Sorte d’)intro :
Le totalitarisme...
I) La dénazification en Allemagne et le procès
de Nuremberg
 L’effondrement du régime nazi est brutal et lié à la défaite...
La question de la dénazification de l’Allemagne est une
préoccupation importante pour les Alliés, et ils commencent à y
ré...
Ce sont les accords de Potsdam du 2 aout 1945 qui précisent les
modalités d’épuration de la société allemande (2 p 253)
A) Punir les coupables
http://www.youtube.com/watch?v=NvatBqYrt10
À partir de 1h05 : procès de Nuremberg
1) le procès de Nuremberg (fin 45 à début 46) juge les principaux
responsables (pages 242 et 243)
Ils y sont jugés pour 3 types de crimes :
-crimes contre la paix : guerre d’agression ou violation de traités

-crimes de guerre : crime inutile au déroulement des ...
-crimes contre l’humanité : crime commis pour des motifs politiques,
idéologiques, raciaux ou religieux
24 responsables nazis sont jugés, sur la foi d’une abondante
documentation (archives, films, témoignages) 12 sont
condamné...
2) De nombreux procès jugent d’autres protagonistes du régime
nazi
• 12 « procès successeurs » complètent le procès de
Nur...
Un exemple : le procès Krupp, industriel accusé d’avoir approvisionné
l’armée et utilisé la main d’œuvre des camps : il es...
• D’autres procès ont lieu à travers l’Allemagne
 Ces procès se soldent par 5000 condamnations, dont 486
exécutions, mais...
B) Les difficultés de l’épuration
Pages 244 et 245 : Quels aspects et quelles limites de la
dénazification ?
1) Une volonté d’épuration systématique…
Les Alliés veulent au départ purger la société allemande de tous
les nazis… mais ...
Cela débouche sur des procès peu efficaces : les plus compromis se
retrouvent noyés dans la masse et obtiennent facilement...
Caricature parue dans un
journal autrichien en 1946

« mais je n’ai fait qu’obéir
à ses ordres ! »
2) …qui est rapidement abandonnée
• Le nouveau contexte…
L’Allemagne est rapidement au centre de la guerre froide
naissant...
• …et conduit aux lois d’amnistie
Le chancelier Adenauer, pourtant ancien opposant ayant souffert
du nazisme, fait voter l...
 Bilan : si la dénazification était indispensable, son interruption
l’était sans doute aussi, pour stabiliser la jeune dé...
II) Gorbatchev et la fin de l’URSS
Attention : Tout ce qui est en italique est désormais hors
programme
Le régime soviétiq...
1953 : mort de Staline
La propagande exploite
l'émotion suscitée chez tous
les communistes par la mort
du "petit père des ...
1) l’avènement d’un courant réformateur sous l’impulsion de
Khrouchtchev
Document 2 p 255
• Dans le rapport secret présenté au XXème congrès du PCUS,
Khrouchtchev dénonce :
-le culte de la personnalité,
-les dépo...
• Khrouchtchev manœuvre habilement car en accusant Staline :
-Il se blanchit (alors qu’il a été complice de Staline),
-Il ...
2) Les changements de cap consécutifs
• La liquidation du Goulag
Doc 1 p 246 et 3 p 246
Pour le régime soviétique, les camps sont un gouffre financier et
source de révoltes. Khrouchtchev réduit considérablement...
3) Les limites de ces changements
• Khrouchtchev ne remet pas en cause le caractère répressif du
régime
En Hongrie : doc 3 p 255
En Hongrie, des manifestations éclatent
La situation devient vite insurrectionnelle. Des Soviétiq...
Imre Nagy (communiste antistalinien) est dépassé par le
mouvement, il
-autorise les partis à se constituer,
-proclame la n...
Le 4 novembre 1956, Khrouchtchev
fait intervenir l'armée.
.
La répression à Budapest
Lorsque Imre Nagy, Premier ministre hongrois revenu au pouvoir à l'automne 1956, rejette le systè...
• La violente répression (2700 morts) contre l’émancipation de
la Hongrie en 1956 montre que Khrouchtchev n’accepte pas
qu...
•Khrouchtchev décide aussi la construction
du Mur…
• Il est finalement destitué de ses fonctions par le Comité
central en octobre 1964. Son successeur Brejnev qui reste en
p...
B) Gorbatchev, de la Glasnost à la disparition de l’URSS
A la fin de l’ère Brejnev (17 ans), la situation de l’URSS est
pr...
• Les réformes de Gorbatchev
Lorsqu’il accède au pouvoir en 1985, Gorbatchev est face à une
situation critique. Il engage ...
Dans quel esprit sont envisagées les réformes de Gorbatchev ?
Ces réformes prévoient
-une libéralisation économique (perestroïka)
-une libéralisation politique (glasnost)
En fait, elle...
… mais sont censées s’inscrire dans l’héritage du système
communiste.
• L’effondrement de l’URSS
Gorbatchev n’avait pas prévu que sans son « armature
totalitaire » l’URSS ne pourrait pas vivre...
Bilan : en URSS, le démantèlement du totalitarisme a été voulu
par Gorbatchev, mais la dynamique qu’il a impulsée s’est
em...
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
H 3 chap 1 et 2 totalitarismes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

H 3 chap 1 et 2 totalitarismes

3 260 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 260
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

H 3 chap 1 et 2 totalitarismes

  1. 1. Une idéologie incarnée par 1 chef et par 1 parti et exaltée par la propagande face à un ennemi commun  Pages 214 et 215 Italie fasciste de Mussolini Allemagne nazie de Hitler URSS communiste sous Staline Encadrement des masses à grand Une mobilisation éco Un système de répression renfort de propagande (utilisation soumise aux impératifs de féroce permettant une exclusion efficace des nouveaux médias : radio la propagande et des meurtres de masse et cinéma) avec un but : créer un « homme nouveau »  Pages 210 à 213
  2. 2. Une idéologie incarnée par 1 chef et par 1 parti et exaltée par la propagande face à un ennemi commun  Pages 214 et 215 Italie fasciste de Mussolini Allemagne nazie de Hitler URSS communiste sous Staline Encadrement des masses à grand Une mobilisation éco Un système de répression renfort de propagande (utilisation soumise aux impératifs de féroce permettant une exclusion efficace des nouveaux médias : radio la propagande et des meurtres de masse et cinéma) avec un but : créer un « homme nouveau »  Pages 210 à 213 Doctrine : « tout est dans l’Etat » 3 p 223 Chef : Mussolini est le Duce (guide), il a « toujours raison » Représentation : attitude martiale avec une certaine modernité artistique Parti : parti fasciste Ennemi commun : les communistes Jeunesse : encadrée par classe d’âge de 6 à 18 ans (ex : les Balilla), Monde du travail : corporations de métiers contrôlées par les fascistes Loisirs : « dopolavoro » valorisation du sport Grandes cérémonies patriotiques (4 p 211) Arts exaltent le passé antique, création de Cinecitta pour le cinéma Grands travaux : autoroutes, assèchement des marais Pontins « Bataille du blé » pour assurer l’autarcie 1933 : IRI empêche la faillite des banques et encourage les concentrations industrielles  Appauvrissement de la population Police secrète : OVRA « Bagne de feu » des îles Lipari Assassinats à l’étranger commis par la « Cagoule » Doctrine : « l’Etat racial : nationalisme et racisme (Deutschland über alles) idée que les « Aryens » sont supérieurs aux autres races » Chef : Hitler est le Führer (conducteur), devise « ein Volk, ein Reich, ein Führer » Représentation : attitude autoritaire, art très académique Parti : parti nazi Ennemi commun : les Juifs et les communistes, soi-disant alliés dans le « judéo-bolchevisme » 4 p 223 Jeunesse : encadrée de 10 à 18 ans (ex : Hitlerjugend, de 14 à 18 ans) Monde du travail : « front du travail » Loisirs : « Kraft durch Freude » (la force par la joie) : promotion des loisirs populaires et projet de la voiture pour tous (sert en fait à financer la guerre) Immenses cérémonies patriotiques (ex : congrès du parti nazi, 1 p 204) Sport utilisé comme argument de propagande raciale aux J.O. de 1936 Arts glorifient la « race aryenne » (2b p 223), la famille, le chef et écrasent les Juifs Cinéma : Leni Riefenstahl « le triomphe de la volonté » Grands travaux : autoroutes, reboisement Réarmement Autarcie : recherche d’ersatz stimule la chimie  Efficacité éco, baisse du chômage, mais le niveau de vie stagne Police secrète : Gestapo, torture et assassinats Elimination de la « vieille garde » des SA au profit des SS Camps de concentration : 1 M de détenus dès 1939 2 p 205 Organisation du génocide des juifs et des tsiganes durant la 2ème Guerre mondiale Crimes de guerre (prisonniers, civils) surtout en URSS Doctrine : « la société sans classe », but ultime d’une société communiste épanouie Chef : Staline « petit père des peuples » Représentation : attitude bienveillante, expression modeste et souriante Parti : parti communiste Ennemi commun : les « capitalistes » réels et supposés, vagues successives d’opposants supposés pour asseoir le pouvoir de Staline Jeunesse : encadrée de 9 à 28 ans, (« komsomols » de 15 à 28 ans) Monde du travail et loisirs : syndicats, outils de contrôle (!) des travailleurs, adhésion indispensable pour pouvoir pratiquer du sport, partir en vacances Immenses cérémonies à la gloire du socialisme et de son dirigeant (qui se trouve glorifié comme automatiquement, dans la joie générale) (ex : cérémonies du 1er mai) Arts entièrement au service de l’idéologie : 2a p 223 Cinéma : Eisenstein : « la ligne générale », « le cuirassé Potemkine » Grands travaux effectués par les détenus* (canaux, voies ferrées) Priorité à l’industrie lourde, plans quinquennaux aux objectifs démesurés, mobilisation militaire de la population : propagande exalte les plus méritants (Stakhanov) Mais chiffres truqués (sinon statisticiens exécutés) Agriculture sacrifiée, famines dissimulées  Quotidien très dur Police secrète : Tchéka, puis GPU, puis NKVD traque opposants réels et supposés Elimination par vagues de : -tous les cadres du PC issus de la révolution et qui ne participent pas activement à la glorification de Staline : 1 et 3 p 218 Ils disparaissent aussi de l’histoire : 3 p 225 -tous les cadres de l’armée (800 généraux, 30000 officiers) purges de 1936-37 : 700000 morts + les *internements en camps, gérés par le Goulag : 2 p 207, 2 p 227 Holodomor : famine en 1932 dont les effets sont amplifiés par le pouvoir communiste pour punir l’Ukraine de sa « tiédeur » (2.6 à 5 M de morts)
  3. 3. Histoire thème 3 : Le siècle des totalitarismes
  4. 4. Chapitre 1 : Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste, nazi)
  5. 5. Le XXème siècle a été marqué par l’apparition d’un nouveau type de régime autoritaire qualifié par Hannah Arendt de totalitaire. Un régime totalitaire est un régime à parti unique, n’admettant aucune opposition organisée, dans lequel le pouvoir politique contrôle la société au nom d’une idéologie. Ces régimes totalitaires se mettent en place dans trois pays européens à partir des années 1920, c’est-à-dire au lendemain de la 1ère GM. Dans quelle mesure la notion de totalitarisme permet-elle de regrouper 3 régimes aussi différents ?
  6. 6. I ) Fascisme et nazisme : des ressemblances fortes mais des totalitarismes inégalement aboutis A) Une mise en place décalée mais similaire 1919 :
  7. 7. -Mussolini crée son parti, les Faisceaux de Combat
  8. 8. - Hitler crée le parti nazi
  9. 9. 11/1922 : Mussolini au pouvoir, fascisation progressive du pouvoir 01/1933 : Hitler au pouvoir, nazification très rapide du régime
  10. 10. 1) De grandes similitudes dans l’arrivée au pouvoir  Organisez votre trace écrite en 2 colonnes, une colonne Italie et une colonne Allemagne
  11. 11. Italie •Formation -« faisceaux de combat» -chef unique : Mussolini - organisation paramilitaire : les Chemises noires, regroupées en squadre (17 000 fin 1919, 700 000 en 1922) Symbole romain du fagot de branchages : la force à travers l’unité
  12. 12. •Un contexte bien valorisé : voir doc 1 p 219 -Sentiment nationaliste alimenté par l’idée d’une victoire « mutilée ». Militaires mécontents -Importante agitation sociale, les chemises noires se mettent au service du patronat pour briser les grèves (coups de bâtons, huile de ricin (provoque diarrhée, y ajoutaient souvent de l’essence pour que l’humiliation soit mortelle), incendies) -En 1922, grève générale brisée par les fascistes qui se posent en garants de l’ordre
  13. 13. •Un pouvoir qui est séduit et qui cède Mussolini réclame le pouvoir et organise une « marche sur Rome ». C’est un coup de bluff mais il réussit à impressionner le pouvoir. Le roi Victor Emmanuel III cède et nomme Mussolini 1er ministre alors que les fascistes n’ont que 32 députés
  14. 14. Allemagne •formation - NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands) - symbole : croix gammée (signe indien, auquel les nazis donnent une signification raciste) -Chef unique : Hitler - organisation paramilitaire : les SA (Sections d’Assaut) puis SS (escadrons de protection) après 1928
  15. 15. •Un contexte bien valorisé -Les nationalistes sont excédés par le Traité de Versailles par lequel l’armée est réduite à presque rien -Le parti a une faible audience dans les 1920’, mais Hitler organise son parti et met en place la doctrine nazie (Mein Kampf, 1925) - seule la crise économique permet aux nazis de décoller : en 1932 il y a 6 M de chômeurs, et la population est séduite par le programme démagogique et raciste
  16. 16. •Un pouvoir Elections de 1932 : nazis ont 37% des voix. Hitler qui est séduit refuse de faire alliance avec la droite si il n’est pas et qui cède chancelier. Le système est bloqué. La peur des communistes amène le président Hindenburg à nommer Hitler chancelier en janvier 1933
  17. 17. Dans les 2 cas :  La bourgeoisie utilise l’extrême droite pour briser la gauche. Elle est persuadée de pouvoir continuer à la contrôler facilement.  L’armée est séduite par le caractère militaire et ultranationaliste de ces partis.
  18. 18. 2) La mise en place des dictatures
  19. 19. Italie •Installation •Écrasement définitif de l’opposition -Mussolini commence par conserver les apparences : seulement 4 ministres fascistes sur 13 -Les Chemises noires sont intégrées à des milices officielles -Trucage des élections de 1924 dénoncé par le député socialiste Matteotti, il est enlevé et assassiné : vague d’indignation dans tout le pays : -Mussolini assume ce meurtre, la police écrase l’opposition qui refusait de siéger à l’Assemblée -1925 : Mussolini s’empare de tous les pouvoirs
  20. 20. • En Allemagne : - Hitler va beaucoup plus vite : le 27/02/1933, le Reichstag est brûlé, Hitler en profite pour supprimer le parti communiste qui est accusé d’avoir organisé l’incendie - loi du 29/03/1933 supprime les libertés, répression extrême menée par les SA intégrés à la police - 06/1934 : nuit des Longs Couteaux : Hitler fait assassiner la composante anti-capitaliste de son parti (en particulier les SA et leur chef E. Röhm qui voulait une révolution sociale) et divers opposants : cette purge rassure les riches industriels
  21. 21. - Août 1934, le président Hindenburg meurt, Hitler est élu président à 90%
  22. 22. B) Un achèvement totalitaire inégal 1) Des pratiques totalitaires très comparables Voir tableau
  23. 23. Défilé des Balilas (pour les enfants de 8 à 14 ans) à Milan dans les 1930’
  24. 24. Cérémonie fasciste à Turin en mai 1939 : sur l’estrade en forme d’aigle on peut lire « Turin, place forte de la révolution fasciste te salue, B. Mussolini, guide de notre peuple et fondateur de l’Empire »
  25. 25. Affiche pour le concours de la Bataille du blé, organisé par le ministère de l’Economie, il récompense les meilleurs producteurs
  26. 26. Hitler, Portrait officiel, 1938
  27. 27. Affiche pour les Jeunesses Hitlériennes datant de 1936 Jeunesses Hitlériennes au congrès du NSDAP en septembre 1937
  28. 28. Affiche Kraft durch Freude, 1938 : « Toi aussi, tu peux voyager »
  29. 29. Congrès du parti nazi à Nuremberg en 1939
  30. 30. 2) L’Italie : un totalitarisme nationaliste inachevé - - « tout est dans l’Etat » : volonté de rallier le peuple à la grandeur italienne. La conquête de l’Ethiopie en 1936 permet à Mussolini de proclamer l’Empire. Pourtant des oppositions existent :
  31. 31. • L’Eglise catholique dans un 1er temps, soutient le régime qui lui a rendu la souveraineté sur le Vatican (accords de Latran en 1929). Pie XI dit que Mussolini est « l’homme que nous a envoyé la Providence ». Pourtant, l’Eglise condamne l’embrigadement des masses et garde une forte influence sur la société.
  32. 32. • L’armée et l’administration, sans s’opposer à Mussolini, ne sont pas aux mains des fascistes. • Dans son ensemble, la population est indifférente. Dans un pays appauvri par l’autarcie, ce qui compte c’est de pouvoir vivre à peu près correctement, l’adhésion au parti fasciste est plus souvent lié à la nécessité qu’à de véritables convictions. Il n’y a pas d’adhésion massive à l’idéologie raciste développée après 1938 et la population voit venir la guerre avec inquiétude.
  33. 33. 3) L’inquiétante adhésion allemande au totalitarisme nazi - Efficacité totale du parti nazi dans le contrôle de l’administration (armée, police, justice). - Epuration culturelle avec de nombreux autodafés.
  34. 34. • Succès diplomatiques : le traité de Versailles est bafoué à plusieurs reprises sans conflit (voir C) :  immense popularité, Hitler séduit même les sceptiques ( comme les grands généraux)
  35. 35. • Succès économiques : quasi plein-emploi et quasi maintien du niveau de vie grâce à un programme de grands travaux et au réarmement. Ce qui est vécu alors comme un « miracle » est en fait lié à un fort endettement et à des privations croissantes de libertés. C’est aussi une vision à très court terme, avec la guerre pour seule issue.
  36. 36. • Indifférence voire adhésion massive à l’idéologie raciste et antisémite : - 1933 : boycott des magasins juifs - 1935 : lois de Nuremberg interdisent les relations et mariages « mixtes » et privent les juifs de la nationalité allemande - 1938 : nuit de Cristal : 7 000 magasins et toutes les synagogues détruits, de plus la communauté juive doit payer une importante amende (!) Pourtant, l’abandon de la politique d’assassinat des handicapés suite aux protestations de la société civile montre qu’une opposition même passive était possible et utile.
  37. 37. II) La spécificité du totalitarisme soviétique sous Staline Dans quelle mesure cette spécificité le rend-il particulièrement efficace ? A) Staline adapte le système existant à son profit 1) L’URSS au début des années 1920 Les communistes ont pris facilement le pouvoir dans un pays sans culture démocratique, en crise, épuisé par la guerre. Pour garder le pouvoir, ils mènent une longue guerre civile pendant laquelle le caractère dictatorial du régime s’affirme.
  38. 38. Pour permettre au pays de se relever, Lénine lance la NEP (nouvelle politique économique) : c’est une pause dans la socialisation de l’économie, pendant laquelle de petits entrepreneurs (nepmen) et paysans dynamiques (koulaks) redressent l’économie.
  39. 39. 2) La prise de pouvoir par Staline 21/01/1924 : mort de Lénine Deux hommes peuvent lui succéder :
  40. 40. - Trotski qui a dirigé l’insurrection d’octobre 1917 aux côtés de Lénine, et qui a organisé l’Armée rouge .
  41. 41. - Staline, rôle mineur au cours de la révolution mais a su s’imposer comme Secrétaire Général du PCUS. C’est en utilisant ce poste qu’il organise le culte de Lénine tout en se posant en successeur
  42. 42. Le corps de Lénine est embaumé et installé dans un cercueil de cristal, construction d’un mausolée à sa gloire De plus, Staline exagère le rôle de Lénine dans la Révolution et la guerre civile au détriment de Trotski.
  43. 43. Trotski ne peut pas contester, sauf à commettre un sacrilège (diminuer le rôle de Lénine), il perd donc ses atouts pour être le successeur. Peu à peu il est marginalisé et exclu de l’URSS en 1929.
  44. 44. • Une fois au pouvoir, Staline écrase les contestations : - l’opposition est réprimée - Staline met fin à la NEP et déchaîne la propagande contre les « ennemis du peuple » que sont les Koulaks et les nepmen
  45. 45. - l’agriculture est collectivisée de force (mise en place des kolkhozes : coopératives placées sous la tutelle du PC qui regroupe le bétail et les terres qui sont alors cultivées en commun par les paysans), 1.8 millions de paysans déportés, 300 000 morts)
  46. 46. - Les minorités récalcitrantes sont mises au pas : Staline laisse la famine de 1932 tuer 5 millions de personnes en Ukraine alors que le pays exporte 1.7 millions de tonnes de céréales et en garde 3 millions en cas de guerre…
  47. 47. B) Des pratiques caractéristiques du totalitarisme (voir tableau)
  48. 48. Merci cher Staline pour notre jeunesse heureuse(1936)
  49. 49. Staline au milieu des délégués kolkhoziens lors du 1er congrès des kolkhoziens à Moscou en 1933
  50. 50. 1935 : Congrès des kolkhoziens de choc de l'U.R.S.S. Au nombre des délégués se trouvaient de nombreuses femmes, militantes actives de l'édification des kolkhozes. Sur le cliché : Staline entouré des déléguées au Congrès.
  51. 51. Parade des pionniers en l’honneur de Staline, 1930 Affiche : vive la journée du gymnaste dans toute l’Union, vers 1940
  52. 52. Grande parade sportive sur la place Rouge, Moscou, 1935
  53. 53. Déportés du Goulag travaillant sur le chantier du canal mer Blanche-Baltique, 1934
  54. 54. Document : « En mai 1933, un convoi de 6 000 «éléments déclassés» (des paysans) est amené dans une île sur le fleuve Ob, en Sibérie occidentale. Alors que la neige commence à tomber, on les y laisse sans nourriture, ni abri, ni outils. Trois mois plus tard, 4000 d'entre eux sont morts, les autres ont survécu en mangeant leurs dépouilles. Quelques survivants seront aperçus plus tard, à l'état de «cadavres ambulants», à la prison de Tomsk. Ils avaient été arrêtés pour cannibalisme. » Extrait d’un rapport remis à Staline
  55. 55. C) Une efficacité reposant sur un mensonge généralisé 1) Des procès truqués Dans les années 1930, le monde entier découvre des procès comme celui-ci :
  56. 56. Qui est l’accusé ? De quoi est-il accusé ? Méthode pour le faire avouer ? Des militants de la première heure avouent en public qu’ils sont des traîtres, des complices de Trotski. En fait, les détenus sont soumis pendant des mois aux lavages de cerveaux, à la torture, aux menaces contre leur famille…
  57. 57. 2) L’histoire récente réécrite Les dirigeants éliminés doivent disparaître aussi des mémoires « Le passé est aussi incertain que l’avenir »
  58. 58. Photo prise en avril 1925, elle réunit des hauts responsables du PCUS : un seul des camarades de Staline présent sur cette photo mourut de mort naturelle (sinon : suicide, crime médical, exécution à la suite d’un procès, mort au goulag)
  59. 59. La « même » photo publiée en 1939, retouchée et réorganisée : 4 personnages au lieu de 9, l’image a été retouchée et réorganisée
  60. 60. Kamenev Lénine Trotski Khalkov (un dignitaire de second rang)
  61. 61. Photo prise au cours du VIIIe congrès du parti bolchevik en 1919 Trois exploitations différentes de cette image pendant la période stalinienne
  62. 62. 3) Le mensonge démocratique
  63. 63. Illusion d’une démocratie locale et décentralisée où le chef résulterait d’un grand consensus national… Moins de 1% de la population totale à la fin des années 1930 Mais les candidats sont désignés par le PC, de plus les instances élues n’ont aucun pouvoir… Même le Bureau Politique n’a aucun pouvoir, en 1939, il ne s’est réuni que 2 fois…
  64. 64. 4) Un mensonge qui dépasse les frontières de l’URSS
  65. 65. Exemple : la famine en Ukraine est non seulement cachée,
  66. 66. , mais en plus l’URSS organise des visites guidées pour rendre le mensonge plus solide.
  67. 67. Le totalitarisme soviétique sous Staline a une incontestable spécificité : -idéologie apparemment sympathique, un peu utopiste -remarquable capacité à dissimuler à la face du monde la férocité de la répression  arrive à donner une bonne image de lui à tous ceux qui ont foi en l’idéologie communiste dans le monde
  68. 68. Attention : tout ce qui suit n’est plus au programme, mais il faut le lire pour faire le « lien » avec la Seconde Guerre mondiale RDV à la CONCLUSION III) Les totalitarismes face aux démocraties dans les années 30
  69. 69. Lien Youtube vers « de Nuremberg à Nuremberg, tome 1 » www.youtube.com/watch?v=KVd0KuFtjQ4 De 2’20’’ à 25’ : Revendication des Sudètes, conférence de Munich, invasion de la Bohème
  70. 70. A) Des régimes opposés aux démocraties Les régimes totalitaires partagent une même haine de la démocratie : • Pour les communistes, c’est un régime bourgeois à renverser. • Pour les fascistes et les nazis, c’est régime faible et décadent
  71. 71. • De leur côté, les démocraties sont fragilisées par de puissants mouvements antiparlementaires (ici : défilés de Croix de Feu et de Francistes dans les années 30)
  72. 72. B) Les atteintes à « l’ordre de Versailles » • En 1919, le traité de Versailles avait voulu créer un nouvel ordre international reposant sur la SDN (voir fiche sur la SDN). Les régimes totalitaires la quittent ou en sont exclus • Hitler bafoue le traité à plusieurs reprises : -réarmement de l’Allemagne -1936 : remilitarisation de la Rhénanie -1938 : annexion de l’Autriche (ou « Anschluss ») • Face à ces actes, France et Royaume-Uni refusent d’intervenir au nom de la politique « d’apaisement »
  73. 73. C) La marche à la guerre : les démocraties impuissantes • La guerre d’Espagne : les démocraties absentes En Espagne, le général Franco déclenche une guerre civile contre le régime républicain. La France et l’Angleterre refusent d’intervenir. Franco est soutenu par l’Italie et l’Allemagne, qui peut « tester » son nouveau matériel militaire, comme à Guernica
  74. 74. Guernica après le bombardement
  75. 75. De leur côté les républicains reçoivent du matériel militaire de l’URSS, mais ils sont finalement vaincus.
  76. 76. Robert Capa, Mort d'un milicien espagnol (front de Cordoue), 5 septembre 1936. Une des photos les plus dramatiques de Robert Capa, a été prise à l’instant où un soldat républicain fut frappé d’une balle en pleine tête pendant la bataille livrée au début de la guerre d’Espagne pour défendre Cadix encerclée par les troupes insurgées.
  77. 77. La photographie est publiée pour la première fois le 23 septembre 1936 dans un numéro spécial du magazine Vu consacré à la guerre d’Espagne. Lucien Vogel, créateur et directeur de Vu depuis 1928, sera d’ailleurs licencié en raison de l’orientation du journal, favorable à la cause des républicains. L’image y apparaît sur une double page, accompagnée d’un texte, mais sans indication sur les circonstances de la prise de vue. Elle se trouve au-dessus d’un autre cliché de Robert Capa représentant un républicain gisant au sol, avec pour même sous-titre « Comment ils sont tombés ». Deux journalistes anglais, dans les années 70, ont mis en doute l’authenticité de ces clichés, soupçonnant Robert Capa d’avoir procédé à une mise en scène ou à un montage à des fins de propagande. La controverse subsiste, le négatif de cette image ayant été perdu, de même que le tirage original. Il semble néanmoins que le combattant ait été identifié comme Federico Borell Garcia, milicien de vingt-quatre ans, né à Alcoy, près d’Alicante, mort sur le front d’Andalousie lors d’une attaque près du village de Cerro Muriano à une douzaine de kilomètres de Cordoue, le 5 septembre 1936.
  78. 78. • L’humiliation de Munich (1938) : les démocraties abandonnent une démocratie alliée  Pages 216 et 217  Comment Hitler manoeuvre-t-il pour obtenir l’annexion des Sudètes puis le protectorat sur la Bohème ?  Quelles sont les relations qui apparaissent entre les démocraties libérales, l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste à propos de la crise tchèque de septembre 1938 ?
  79. 79. -Hitler exige le rattachement à l’Allemagne d’une région tchèque peuplée d’Allemands : les Sudètes. La Tchécoslovaquie est alliée de la France et du Royaume-Uni, il y a donc risque de guerre. -Mussolini organise une « conférence de la dernière chance » à Munich -France et Royaume-Uni cèdent et lâchent leur allié, au nom de la politique « d’apaisement » qui vise à tout faire pour éviter la guerre, et aussi parce qu’elles ne s’estiment pas prêtes pour une guerre. Déstabilisée et en voie d’éclatement, le reste de la Tchécoslovaquie est envahi 6 mois plus tard
  80. 80. Daladier est acclamé à son retour à Paris : l’opinion publique française est très pacifiste et ne se sent pas concernée par la menace nazie. Sur la route entre l’aérodrome du Bourget et Paris
  81. 81. Scène de fête dans un atelier de couture à l’annonce des accords de Munich
  82. 82. De cette conférence, Churchill a dit « Vous aviez le choix entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez la guerre ». Et en effet… :
  83. 83. • La réaction tardive des démocraties face à l’attaque de la Pologne -Staline est déçu par la tiédeur des démocraties à son égard : le 23 aout 1939, il signe un pacte avec Hitler -le 1er septembre 1939, Hitler attaque la Pologne qu’il se partage avec l’URSS, mais cette fois les démocraties lui déclarent la guerre -cependant, ils misent sur une stratégie défensive qui profite à Hitler et à sa « Blitzkrieg », ensuite c’est un autre sujet dont on a déjà un peu parlé…
  84. 84. Conclusion La notion de totalitarisme permet bien de regrouper ces 3 régimes même s’ils sont différents. Dans tous les cas, il y a l’idée de l’accomplissement d’une « mission » purificatrice visant à permettre une « renaissance » du pays. Le fait qu’ils aient pu se mettre en place et prospérer continue aujourd’hui d’interpeler les historiens, et doit nous inciter à toujours être méfiant vis-à-vis de ceux qui prétendent résoudre tous les problèmes par des solutions globales et radicales, et notamment en stigmatisant une catégorie, quelle qu’elle soit…
  85. 85. Histoire thème 3 : le siècle des totalitarismes Chapitre 2 : la fin des totalitarismes (Sorte d’)intro : Le totalitarisme s’effondre en 1945, mais il faut attendre plus de 40 ans pour que disparaisse le totalitarisme soviétique. Il s’agit de deux processus très différents, mais en plus les angles d’analyse choisis par le programme sont différents : sur la fin du nazisme, on mettra plus l’accent sur la dénazification, alors que dans le cas de l’URSS, on mettra plus l’accent sur les mécanismes progressifs de sortie du totalitarisme… On peut tout de même essayer de les regrouper à travers une question : Dans quelle mesure l’influence extérieure explique-t-elle la fin de ces 2 régimes totalitaires ?
  86. 86. I) La dénazification en Allemagne et le procès de Nuremberg  L’effondrement du régime nazi est brutal et lié à la défaite militaire. Les puissance alliées sont d’accord pour éradiquer le nazisme, mais quelles sont les réalités de cette éradication dans les différentes zones d’occupation ? Quel est l’impact de la guerre froide naissante sur le processus de dénazification ?
  87. 87. La question de la dénazification de l’Allemagne est une préoccupation importante pour les Alliés, et ils commencent à y réfléchir bien avant la fin de la guerre.
  88. 88. Ce sont les accords de Potsdam du 2 aout 1945 qui précisent les modalités d’épuration de la société allemande (2 p 253)
  89. 89. A) Punir les coupables http://www.youtube.com/watch?v=NvatBqYrt10 À partir de 1h05 : procès de Nuremberg
  90. 90. 1) le procès de Nuremberg (fin 45 à début 46) juge les principaux responsables (pages 242 et 243)
  91. 91. Ils y sont jugés pour 3 types de crimes :
  92. 92. -crimes contre la paix : guerre d’agression ou violation de traités -crimes de guerre : crime inutile au déroulement des combats (meurtre de prisonniers ou de civils)
  93. 93. -crimes contre l’humanité : crime commis pour des motifs politiques, idéologiques, raciaux ou religieux
  94. 94. 24 responsables nazis sont jugés, sur la foi d’une abondante documentation (archives, films, témoignages) 12 sont condamnés à mort et exécutés. (doc 5 p 243)
  95. 95. 2) De nombreux procès jugent d’autres protagonistes du régime nazi • 12 « procès successeurs » complètent le procès de Nuremberg  Doc 4 p 253
  96. 96. Un exemple : le procès Krupp, industriel accusé d’avoir approvisionné l’armée et utilisé la main d’œuvre des camps : il est condamné à 12 ans de prison et ses biens sont confisqués
  97. 97. • D’autres procès ont lieu à travers l’Allemagne  Ces procès se soldent par 5000 condamnations, dont 486 exécutions, mais dans le contexte troublé de l’après guerre, de nombreux criminels passent entre les mailles du filet.  Certains seront jugés beaucoup plus tard, comme Eichmann en Israël en 1961
  98. 98. B) Les difficultés de l’épuration Pages 244 et 245 : Quels aspects et quelles limites de la dénazification ?
  99. 99. 1) Une volonté d’épuration systématique… Les Alliés veulent au départ purger la société allemande de tous les nazis… mais ils sont 8 millions en 1945 ! • Les Soviétiques lancent des purges arbitraires • Les Occidentaux font répondre à des questionnaires qui permettent d’établir le niveau de compromission.  Doc 5 p 245
  100. 100. Cela débouche sur des procès peu efficaces : les plus compromis se retrouvent noyés dans la masse et obtiennent facilement un certificat de bonne conduite…
  101. 101. Caricature parue dans un journal autrichien en 1946 « mais je n’ai fait qu’obéir à ses ordres ! »
  102. 102. 2) …qui est rapidement abandonnée • Le nouveau contexte… L’Allemagne est rapidement au centre de la guerre froide naissante. Pour les Soviétiques comme pour les Occidentaux, il faut faire des Allemands des alliés solides. En 1948, l'épuration est officiellement terminée. • …nécessite toutes les compétences… Pour reconstruire le pays, il y a besoin de main d’œuvre qualifiée. Or par exemple, à Bonn, 102 des 112 médecins de la ville étaient nazis…
  103. 103. • …et conduit aux lois d’amnistie Le chancelier Adenauer, pourtant ancien opposant ayant souffert du nazisme, fait voter les lois de 1949 et 1954, au nom de la cohésion nationale : elles atténuent de nombreuses condamnations, notamment celles ayant frappé des Allemands dont les compétences sont considérées comme indispensables. Krupp sort ainsi de prison au bout de 2 ans et demie et retrouve sa fortune…
  104. 104.  Bilan : si la dénazification était indispensable, son interruption l’était sans doute aussi, pour stabiliser la jeune démocratie allemande à l’Ouest.
  105. 105. II) Gorbatchev et la fin de l’URSS Attention : Tout ce qui est en italique est désormais hors programme Le régime soviétique est au contraire auréolé par la victoire Aucune remise en question n’intervient avant la mort de Staline en 1953. A) Khrouchtchev : la déstalinisation et ses limites
  106. 106. 1953 : mort de Staline La propagande exploite l'émotion suscitée chez tous les communistes par la mort du "petit père des peuples". En France : journal l'Humanité en deuil et minute de silence debout à l’Assemblée nationale (2 refus seulement)
  107. 107. 1) l’avènement d’un courant réformateur sous l’impulsion de Khrouchtchev Document 2 p 255
  108. 108. • Dans le rapport secret présenté au XXème congrès du PCUS, Khrouchtchev dénonce : -le culte de la personnalité, -les déportations massives, -les procès truqués.
  109. 109. • Khrouchtchev manœuvre habilement car en accusant Staline : -Il se blanchit (alors qu’il a été complice de Staline), -Il remet l’idéologie communiste (et donc son poste de premier secrétaire du PC) au premier plan, au détriment de la police politique -Il écarte ainsi ses adversaires « en douceur ».
  110. 110. 2) Les changements de cap consécutifs • La liquidation du Goulag Doc 1 p 246 et 3 p 246
  111. 111. Pour le régime soviétique, les camps sont un gouffre financier et source de révoltes. Khrouchtchev réduit considérablement le nombre de prisonniers politiques. • L’apparition d’une certaine vie intellectuelle : doc 1 p 254
  112. 112. 3) Les limites de ces changements
  113. 113. • Khrouchtchev ne remet pas en cause le caractère répressif du régime
  114. 114. En Hongrie : doc 3 p 255 En Hongrie, des manifestations éclatent La situation devient vite insurrectionnelle. Des Soviétiques sont lynchés
  115. 115. Imre Nagy (communiste antistalinien) est dépassé par le mouvement, il -autorise les partis à se constituer, -proclame la neutralité de la Hongrie et son retrait du Pacte de Varsovie (début novembre 1956)
  116. 116. Le 4 novembre 1956, Khrouchtchev fait intervenir l'armée. .
  117. 117. La répression à Budapest Lorsque Imre Nagy, Premier ministre hongrois revenu au pouvoir à l'automne 1956, rejette le système du parti unique et crée un nouveau parti, annonce des élections libres et proclame la neutralité hongroise et la sortie du pacte de Varsovie, l'URSS intervient militairement. « Ce combat est le combat pour la liberté du peuple hongrois contre l'intervention soviétique, et je ne serai peut-être plus à mon poste d'ici une à deux heures. Le monde entier va voir comment les forces armées soviétiques, en violation de tous les traités et accords internationaux, sont en train d'écraser la résistance du peuple hongrois. Il va aussi voir comment ils vont kidnapper le Premier ministre d'un pays membre des Nations unies, en l'emmenant hors de sa capitale et ceci ne permet pas de douter qu'il s'agit ici de la forme la plus brutale d'intervention. Je voudrais demander en ces derniers instants aux chefs de la révolution de quitter le pays, s'ils le peuvent. Je demande que tout ce que j'ai dit à la radio, avec l'accord des membres du parlement, soit enregistré dans un mémorandum et que les chefs se tournent vers les peuples du monde entier pour demander de l'aide et expliquer qu'aujourd'hui, c'est le tour de la Hongrie, demain, ou après-demain, ce sera le tour d'autres pays, parce que l'impérialisme de Moscou ne connaît pas de frontières et ne fait que gagner du temps. » Dernier message radiodiffusé d'imre Nagy, 4 novembre 1956. Le 4 novembre, Nagy est arrêté et déporté en Roumanie, avant d'être ramené à Budapest, où il est condamné à mort pour haute trahison. Les chars soviétiques entrent dans Budapest et font 2 700 morts. 200 000 Hongrois s’exilent.
  118. 118. • La violente répression (2700 morts) contre l’émancipation de la Hongrie en 1956 montre que Khrouchtchev n’accepte pas que les démocraties populaires puissent cesser d’être dans le bloc soviétique. Doc 3 p 256.
  119. 119. •Khrouchtchev décide aussi la construction du Mur…
  120. 120. • Il est finalement destitué de ses fonctions par le Comité central en octobre 1964. Son successeur Brejnev qui reste en place jusqu'en 1982 ne fera aucune réforme, on parle parfois de « glaciation brejnevienne ».  doc 1 p 248
  121. 121. B) Gorbatchev, de la Glasnost à la disparition de l’URSS A la fin de l’ère Brejnev (17 ans), la situation de l’URSS est problématique : -l’explosion de la part des dépenses militaires dans le budget (15 à 20 %) à cause de la course aux armements, à la guerre en Afghanistan, et au coûteux soutien à tous les « pays frères » dans le contexte de la guerre froide -la montée des pénuries alors que l’élite (la « nomenklatura ») ne manque de rien -une société qui est résignée et où l’alcoolisme progresse
  122. 122. • Les réformes de Gorbatchev Lorsqu’il accède au pouvoir en 1985, Gorbatchev est face à une situation critique. Il engage des réformes importantes.
  123. 123. Dans quel esprit sont envisagées les réformes de Gorbatchev ?
  124. 124. Ces réformes prévoient -une libéralisation économique (perestroïka) -une libéralisation politique (glasnost) En fait, elles liquident ce qui rend l’URSS totalitaire… NB : ce tableau est à connaître en détail
  125. 125. … mais sont censées s’inscrire dans l’héritage du système communiste.
  126. 126. • L’effondrement de l’URSS Gorbatchev n’avait pas prévu que sans son « armature totalitaire » l’URSS ne pourrait pas vivre. Le vide idéologique est occupé par les revendications nationalistes et l’URSS éclate à partir de 1990. En 1991, les communistes tentent un coup d’état pour inverser la tendance, mais c’est un échec, et l’URSS est dissoute fin 1991.
  127. 127. Bilan : en URSS, le démantèlement du totalitarisme a été voulu par Gorbatchev, mais la dynamique qu’il a impulsée s’est emballée. Hormis dans les pays baltes, il n’y a pas aujourd’hui de vraie démocratie dans les pays de l’ex-URSS, et la situation dans la Russie de Poutine n’est pas mieux que du temps de l’URSS en matière de droits de l’homme…

×