θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψ 
υιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδ 
φγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζ 
ξχϖβνμθωερτψυιοπασ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
2 
INTRODUCTION 
MODALITES 
PRATIQUES 
Ø ICHECCAMPUS 
-­‐ 
diapositives 
Ø...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
3 
CHAPITRE 
1 
: 
LA 
RSE 
ET 
LE 
DEVELOPPEMENT 
DURABLE 
1. 
RSE 
ð Conc...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
4 
S 
– 
SOCIAL/SOCIETAL? 
Social/sociétal 
: 
peut 
être 
sujet 
à 
deux 
i...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Ensuite, 
nous 
sommes 
passées 
à 
une 
étape 
supérieure, 
à 
savoir 
l’él...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
La 
RSE 
correspond 
à 
un 
ensemble 
de 
mécanismes 
destinés 
à 
aligner 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
(ex 
: 
minimiser 
l’utilisation 
de 
sa 
voiture…). 
Certaines 
personnes 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
favoriser 
au 
sein 
de 
son 
entreprise 
la 
formation 
permanente 
des 
pe...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
9 
Une 
entreprise 
qui 
fait 
de 
la 
RSE 
peut 
le 
faire 
dans 
7 
catégo...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
10 
2. 
DE 
LA 
RESPONSABILITE 
A 
LA 
DURABILITE 
: 
LE 
DEVELOPPEMENT 
DUR...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
11 
2010 
: 
Tim 
Jackson 
(économiste 
britannique) 
: 
livre 
: 
« 
La 
pr...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Représentation 
valable 
au 
niveau 
macroéconomique 
comme 
sur 
le 
plan 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Le 
4ème 
modèle 
va 
encore 
plus 
loin 
que 
le 
précédent 
(les 
3 
pilie...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
14 
• Objectif 
= 
pilier 
social 
puisque 
économie 
au 
service 
de 
l’hom...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
L’éthique 
est 
l’ensemble 
des 
savoirs 
(principalement 
philosophiques), ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
16 
C’est 
une 
posture 
d’existence, 
une 
manière 
d’être, 
un 
mode 
de 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
17 
« 
questionnante 
», 
sans 
certitude 
absolue 
ou 
rigide 
: 
elle 
bou...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
18 
Piège 
n°1 
: 
les 
impératifs 
hypothétiques 
qui 
désignent 
les 
moye...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
19 
La 
question 
de 
la 
vérité 
préoccupe 
la 
démarche 
scientifique. 
Ju...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
20 
3 
types 
de 
savoir-­‐faire 
correspondent 
aux 
3 
types 
de 
savoir. ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
21 
Qu’est 
ce 
qui 
peut 
être 
éthique 
? 
• Les 
personnes 
: 
les 
pensé...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Les 
3 
niveaux 
sont 
importants. 
C’est 
important 
que 
les 
projets 
ind...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
23 
D’autres 
personnes 
estiment 
que 
l’éthique 
c’est 
fondamentalement 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
24 
CHAPITRE 
3 
: 
LES 
TROIS 
PREMIERES 
FIGURES 
DE 
L’ETHIQUE 
Objectif ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
25 
• L’idéal 
d’écoute 
et 
d’accueil 
(une 
forme 
spécifique 
de 
généros...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
26 
LA 
FIGURE 
DE 
L’ETHIQUE 
COMME 
JUSTICE 
Etre 
éthique 
c’est 
être 
j...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
27 
ð Ces 
formes 
sont 
naturellement 
divergentes… 
§ Véritable 
questio...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
28 
• L’idéal 
de 
liberté 
intérieure 
o par 
exemple 
sans 
« 
transfert 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
29 
• L’idéal 
de 
singularité, 
de 
vie 
extraordinaire. 
Etre 
intérieurem...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
qui 
souhaite 
faire 
cela 
c’est 
quelqu’un 
qui 
n’est 
pas 
en 
harmonie ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
31 
4 
ACCENTS 
Rappel 
: 
3 
ou 
4 
dimensions 
distinctes 
de 
l’éthique 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
32 
CHAPITRE 
4 
: 
L’UTILITARISME 
QU’EST-­‐CE 
QUE 
« 
L’INTERET 
DE 
LA 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Fondateurs 
de 
cette 
fondation 
éthique 
considérée 
comme 
un 
grand 
mod...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
34 
Etapes 
: 
• Identifier 
les 
parties 
prenantes. 
(Cf. 
exercice 
dans ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
35 
TELEOLOGISME 
ET 
DEONTOLOGISME 
Forme 
d’éthique 
« 
téléologique 
» 
e...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
36 
Option 
1 
: 
(1,4,4): 
Dans 
cette 
option, 
on 
a 
3 
parties 
prenant...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Les 
animaux 
aussi 
sont 
pris 
en 
compte, 
pas 
uniquement 
les 
êtres 
h...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
38 
LE 
CAS 
JIRAU 
– 
J. 
SPELKENS 
Identification 
de 
4 
parties 
prenant...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
39 
On 
élargit 
de 
plus 
en 
plus 
de 
bas 
en 
haut. 
TROISIEME 
SPECIFIC...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
40 
Difficulté 
morale 
: 
L’instrumentalisation 
des 
droits 
et 
des 
libe...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
41 
On 
oppose 
à 
l’individualisme 
le 
holisme. 
LE 
HOLISME 
Si 
on 
défe...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Si 
on 
est 
un 
utilitariste, 
on 
peut 
décider 
à 
l’examen 
de 
retirer ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
43 
• L’instauration 
d’une 
politique 
de 
discrimination. 
Est 
il 
éthiqu...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
44 
• Identifier 
les 
parties 
prenantes. 
• Évaluer 
l’évolution 
de 
leur...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
45 
CHAPITRE 
5 
: 
LE 
LIBERALISME 
DES 
« 
LIBERTARIENS 
» 
PROJET 
GENERA...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
Ce 
qui 
caractérise 
les 
libertariens, 
c’est 
qu’on 
peut 
considérer 
le...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
47 
Définition 
« 
propriétariste 
» 
de 
la 
liberté 
: 
Etre 
libre 
pour ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
danger. 
Or 
pour 
un 
libertarien, 
le 
droit 
au 
suicide 
et 
le 
droit 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
de 
cet 
éclair, 
ce 
qui 
justifie 
que 
monsieur 
peut 
se 
retourner 
con...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
d’intérêt 
entre 
monsieur 
et 
moi 
par 
rapport 
à 
l’éclair 
par 
exemple...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
D’un 
point 
de 
vue 
théorique 
la 
philosophie 
libertarienne 
n’est 
pas ...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
« 
Le 
titulaire 
initial 
d’un 
droit 
de 
propriété 
sur 
un 
objet 
est 
...
Ethique 
& 
RSE 
2012-­‐2013 
Manon 
Cuylits 
gauche. 
2ème 
option 
: 
chaque 
personne 
possède 
un 
droit 
égal 
à 
la ...
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Ethique & RSE
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ethique & RSE

1 384 vues

Publié le

Ethique et Responsabilité Sociale des Entreprises

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 384
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
51
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ethique & RSE

  1. 1. θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψ υιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδ φγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζ ξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμ Ethique et RSE θωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψ Fr. KUPPER υιοπασδφγηϕκτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβν Manon Cuylits μθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτ ψυιοπασδφγηϕκϕκλζξχϖβνμθωερτψυιο πασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγη ϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχ ϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμρτ ψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπα σδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκ λζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβ ϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχ ϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθω ερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιο πασδφγηϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγη 2012-­‐2013 ϕκλζξχϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχ ϖβνμθωερτψυιοπασδφγηϕκλζξχϖβνμθω
  2. 2. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 2 INTRODUCTION MODALITES PRATIQUES Ø ICHECCAMPUS -­‐ diapositives Ø Livre de référence -­‐ « Ethique économique & sociale » pas obligatoire, complément d’information. Ø Cours à deux voix : un philosophe (Kupper) et un manager (Spelkens): point de vue théorique et point de vue pratique Ø Les questions sont les bienvenues – idéalement pas par email. Ø Examen écrit o Des QCM (normalement 10, sur 10 points), deux questions ouvertes d’application pratique (sur 5 points chacune). QCM : 0 si non réponse, -­‐0,5 si mauvaise réponse, +1 si bonne réponse. 5 QCM pour chaque propre et 1 question ouverte pour chaque aussi. o L’examen recouvre l’ensemble des cours (théoriques et pratiques) o Economie de mots et de temps (nombre limité de mots pour les questions ouvertes). SEANCES Anjou : le lundi de 14h à 16h DATE PROF -­‐ COURS 24/09 Spelkens « Stratégie et outils de RSE » 1/10 Kupper « Ethique, RSE et DD » 8/10 Spelkens « Le cas Jirau » 15/10 Kupper « Outils d’aide à la décision éthique et exercices » 22/10 Kupper « idem » 5/11 Spelkens « Le cas Energia » 12/11 Spelkens « le cas de monsieur X »/ « World Café » (petit jeu interactif) 19/11 Kupper « Outils d’aide à la décision éthique et exercices » 26/11 Kupper « Idem » 03/12 Kupper « Q/R » 10/12 Spelkens – Cours de 14h à 17h15 « Panorama des dilemmes éthiques en entreprises » / « Q/R » 17/12 Pas cours
  3. 3. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 3 CHAPITRE 1 : LA RSE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE 1. RSE ð Concept philosophiquement assez flou ð R ?S ?E ? o Responsabilité o Social OU Sociétal o Entreprise ð Effort de délimitation R -­‐ RESPONSABILITE Concept au coeur de l’éthique. La responsabilité consiste à « Répondre de », « rendre des comptes » C’est l’idée de quelque chose qu’il faut « porter » (risques, conséquences, coûts, dangers, héritages) : exemple : « le poids des responsabilités ». On porte par exemple un risque. Par exemple, quand on est investisseur on porte le risque de notre investissement. On peut également porter des conséquences, des coûts (si on fait un accident de voiture et qu’on est responsable). Il faut rester associé, ne pas se décharger de cette chose que l’on porte. Démarche philosophique : poser la question : « qui, de quoi et par rapport à qui ? » Limite entre responsabilité individuelle et collective. Pose la question du champ de la liberté humaine. Suppose que l’être humain est libre. Jusqu’ou ? Jusqu’ou est on libre de nos actes et responsable ? L’important est de se poser la question et d’y répondre personnellement
  4. 4. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 4 S – SOCIAL/SOCIETAL? Social/sociétal : peut être sujet à deux interprétations différentes. En général on parle de sociétal maintenant (avant : social). Ø Au sens de « éthique » ? Ø Au sens de « à l’égard de la société ». Ø Qu’est ce que la société, de quoi parle t on ? De la localité ? La région ? L’Europe ? Le Sud ? Les vivants ? Les générations futures ? Cette notion peut être extrêmement large ! E -­‐ ENTREPRISE? Quand on parle d’entreprise, il existe différents types d’entreprises. On ne parle pas que des entreprises classiques ! Est ce qu’on inclut les ASBL ? (l’ICHEC est une ASBL par exemple), les ONG, ou autres formes d’entreprises très variées ? Ø Entreprise classique ? Moyennes, petites, entreprises individuelles ? Administrations publiques ? A.S.B.L. ? Entreprises sociales ? O.N.G. ? RSO ? Certaines personnes ont montré une volonté de rebaptiser la RSE en RSO, Responsabilité Sociale des Organisations. Le terme organisation serait plus neutre que celui d’entreprise. RSE : HISTORIQUE RAPIDE Le concept de RSE a une histoire différente en Europe et aux USA. Il a émergé dans les années ’60-­‐’70 aux USA et uniquement dans les années ’90 en Europe. Les origines de ce concept sont issues de deux courants du 19e siècle. D’une part, le paternalisme (= attitude qui consiste à se conduire comme un père) des chefs d’entreprise (fin 19e – début 20e). D’autre part, les associations religieuses et philanthropiques qui aidaient les plus démunis.
  5. 5. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Ensuite, nous sommes passées à une étape supérieure, à savoir l’élaboration d’une doctrine, c’est-­‐à-­‐dire la formalisation par des hommes d’affaires. Vers les années ’50-­‐’60, on a commencé à débattre de cette doctrine dans les universités jusqu’à une intégration de plus en plus intense dans les écoles de gestion. Par exemple, les cours d’éthique que nous suivons à l’heure actuelle n’existaient pas au départ. Nous pouvons résumé ce bref historique par le schéma suivant : 5 1 1 Philanthropie : Phil = l’ami, l’amitié à l’égard de Anthropos = les êtres humains Fin 19ème Siècle • Naissance des grandes entreprises • Développement progressif d’une certaine éthique dans le chef des dirigeants : philanthropie souvent teintée de religiosité.. Milieu du 20ème siècle • L’entreprise est critiquée (crise de 1929) et doit répondre aux injonctions de l’État (New Deal). Après la guerre • Après la guerre les entreprises restaurent leur prestige. 2ème moitié du 20ème siècle • la RSE pénètre le monde académique : Howard Bowen écrit « Social Responsibility of the Businessman » en 1953. Début du 21ème siècle • développement des thématiques de RSE dans le monde académique et des stratégies et des mises en oeuvre de la RSE dans les entreprises. • Ponts intercontinentaux, ponts entre l’Entreprise et l’Université.
  6. 6. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits La RSE correspond à un ensemble de mécanismes destinés à aligner les comportements et/ou les objectifs de l’entreprise aux intérêts plus larges de la société Responsabilité d’une organisation vis-­‐à-­‐vis des impacts de ses décisions et de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique qui contribue au développement durable y compris à la santé et au bien-­‐être de la société, prend en compte les attentes des parties prenantes, respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes internationales, est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en oeuvre dans ses relations 6 DEFINITIONS PROVENANT DE LA GESTION Ces définitions sont floues et mériteraient d’être discutées d’avantage. « » (Deakin et Whittaker, 2007). Le terme souligné soulève une question. Qu’entends t on par la ? « » (ISO26000). ISO26000 est la première grande norme fabriquée pour la RSE de manière participative. C’est la première fois qu’un ensemble d’acteurs sont mis ensemble pour créer des notions. LES INTERETS PLUS LARGES DE LA SOCIETE « La RSE correspond à un ensemble de mécanismes destinés à aligner les comportements et/ou les objectifs de l’entreprise sur les intérêts plus larges de la société » (Deakin et Whittaker, 2007). Quels sont ces intérêts sociétaux plus larges, plus vastes, plus amples ? à Cadre général de respect des droits et des libertés fondamentales ? à Une plus vaste classe moyenne ? Une entreprise qui participe à la diminution de personnes extrêmement riche/pauvre => transfert des richesses des personnes plus riches aux personnes plus pauvres et donc il en résulte une plus vaste classe moyenne. à D’avantage de services publics (enseignement, culture, aide à la famille, à la formation, etc.) ? => à un prix relativement bas. à La décroissance ? La croissance zéro ? Dans une perspective de limitation des ressources naturelles, des militants/économistes/etc. défendent l’idée d’une décroissance. Il faut vivre de manière plus économe au niveau énergétique etc., utiliser moins de ressources
  7. 7. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits (ex : minimiser l’utilisation de sa voiture…). Certaines personnes estiment qu’on atteint actuellement un pic au niveau technologique (appareils photos de plus en plus performants etc.) et que d’ici quelques années il n’y aura plus d’évolutions technologiques majeures. 7 à La croissance ? Une entreprise qui crée des emplois (à la base d’une relancée économique…) à La paix ? Le prix Nobel de la paix a été attribué à l’Union Européenne, on a participé à la construction d’une région ou il n’y a plus de guerres depuis 60-­‐70 ans. C’est la première fois depuis des millénaires que cela arrive. à D’avantage de fondations, de charité ? Certaines entreprises créent des fondations, humanitaire, etc. DANGER Il y a un danger si un bien particulier se fait passer pour un bien commun. C’est la définition générale qu’on pourrait donner de l’intégrisme ! Définir une forme de biens particuliers (ex : respecter certaines règles, manger ou non certaines choses, faire certaines activités pas d’autres,…) => défendre des idées de ce que c’est de vivre bien et l’étendre à la société, en faire un bien commun. Ex : Une religion, une manière de vivre, etc. L’étape suivante est d’exclure les personnes qui ne croient pas a ce bien commun. Ces personnes la sont dans le mal et il faut les condamner si ils ne veulent pas être redressés ! DE MANIERE CONCRETE Un acteur individuel ou collectif sera socialement responsable s’il fait plus que répondre au cadre légal existant. On ne fait pas encore de la RSE quand on respecte des lois en cours. Il ne faut pas seulement être adaptatif mais proactif. Être proactif c’est le contraire d’être adaptatif, c’est anticiper et non attendre. Initier des actions ou des règles qui s’inscriront dans un cadre public ou, du moins, anticiper ces actions et ces règles. Par exemple, il y a 50 ans, dans certaines régions du monde il n’était pas encore considéré comme illégal de faire travailler des enfants de moins de 15 ans. Faire de la RSE c’est, à un moment donné, anticiper que le travail des enfants va être interdit au niveau légal. (Première manière d’être proactif, de faire plus que le cadre légal). S’il initie des actions ou des règles organisationnelles qui ne pourront jamais faire partie du cadre légal, en raison de leur caractère particulier mais qui améliorent le bien de certains qui ne font pas partie des plus favorisés. Exemple : une entreprise qui décide de
  8. 8. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits favoriser au sein de son entreprise la formation permanente des personnes qui la composent. Cela ne sera jamais imposé légalement. (Deuxième manière de faire de la RSE) 8 EXISTANCE DE DEUX GRANDES VISIONS -­‐ la vision anglo saxonne -­‐ la vision continentale VISION ANGLO-­‐SAXONNE DE LA RSE VISION CONTINENTALE DE LA RSE Société plus individualiste. Société où l’État et les pouvoirs publics ont une plus grande importance. L’entreprise est une aventure humaine.2 On s’intéresse davantage aux règles socio-­‐ économiques et aux institutions. Centrage sur la valeur de liberté, de volonté. Être éthique implique le respect d’une contrainte morale.3 L’éthique relève du choix des acteurs (parties prenantes). On met l’accent sur la philanthropie.4 On est davantage attentifs à la redistribution des richesses. Au niveau global, on préfère les procédures générales. On met davantage l’accent sur l’intégration structurelle de l’éthique et l’accompagnement des stratégies. LES 7 CHANTIERS CLASSIQUES 2 L’entreprise est considérée comme une aventure humaine, individuelle. Cela vient de l’histoire des USA. On pourrait synthétiser l’histoire des USA comme celle d’une série de personnes qui arrivent et créent des Etats sur base de rien. On part de rien on construit tout. 3 Respect d’une contrainte, d’une loi ! (Intervention des pouvoirs publics etc.) La vision Anglo-­‐Saxonne mettait d’avantage en lumière l’aspect de liberté etc. 4 Cette vision impliquera que faire de la RSE c’est avoir beaucoup d’argent et avec cet argent créer une fondation ou investir dans une fondation.
  9. 9. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 9 Une entreprise qui fait de la RSE peut le faire dans 7 catégories spécifiques : 1. Les relations et les conditions de travail : Améliorer les conditions de travail des employés. En favorisant un déplacement dans les fonctions pour ne pas que les personnes s’ennuient, etc. 2. La gouvernance de l’organisation : Tout ce qui concerne la clarté et transparence de la procédure de circulation de l’information et des décisions. 3. Les questions relatives aux consommateurs. 4. L’éthique des affaires : Concurrents, sous-­‐traitants, fournisseurs, etc. 5. L’environnement : Isolation, gestion des déchets, parcs automobiles, etc. 6. L’engagement sociétal : Fait d’avoir un ancrage local. On peut faire de la RSE en faisant un ancrage plus local (créer plus d’emploi dans la région ou on fonctionne par exemple). 7. Les droits de l’homme. Les deux premiers points concernent la RSE en interne et les 5 suivants concernent plutôt la RSE en externe. LA « PROCEDURE » RSE : J. SPELKENS TYPOLOGIES DES OUTILS RSE Les outils sont extrêmement nombreux. Ø Origine : organisme public, organisme privé ; dont c’est le métier principal, dont ce n’est pas le métier principal. Ø Degré de contrainte : élevé ou faible contrainte légale, certification, audit, charte, déclaration. Ø Objet de l’application : le produit, le processus, l’entreprise, le marché.
  10. 10. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 10 2. DE LA RESPONSABILITE A LA DURABILITE : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Développement Durable (DD) = un horizon socio-­‐économique, un horizon de civilisation qui peut être un objectif vers lequel tendre pour un acteur « responsable », individuel, collectif ou public. Moyens : pensées, actions, dispositifs organisationnels ou institutionnels (règles, procédures, indicateurs et tableaux de bord). BREF HISTORIQUE 1968 : Création du club de Rome (club de personnalités occupant des postes relativement dans leurs pays : problème de l’évolution du monde pris dans sa globalité). Club de personnes intéressées par des enjeux globaux, par l’évolution du monde. 1972 : Publication du rapport : « Les limites à la croissance », rédigé à la demande du club par une équipe de MIT : pollution, appauvrissement des sols, raréfaction des énergies fossiles. 1972 : Première conférence internationale à Stockholm sous l’égide de l’O.N.U. : premier sommet de la Terre. Première grande conférence organisée par l’organisation des nations unies. 1979 : H. Jonas : philosophe qui a écrit un livre : « Le principe responsabilité ». Ce livre a eu énormément d’influence. 1980 : apparition du terme DD dans un rapport « La stratégie mondiale pour la conservation ». 1987 : Commission mondiale sur l’environnement et le développement : rapport Brundtland: concept. La première définition du mot DD apparaît. 1990 : Premier rapport du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) 1992 : Somment de la Terre à Rio d’ou découle l’Agenda 21 (rapport assez important): tournant : théorie des trois piliers. On décrit tous les acteurs qui peuvent participer à l’élaboration du DD, d’un nouveau projet de société. 1997 : Protocole de Kyoto (entrée en vigueur en 2005). 2002 : Johannesburg. (Sommet) 2009 : Copenhague (climat). (Sommet) 2010 : Cancún (climat). (Sommet)
  11. 11. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 11 2010 : Tim Jackson (économiste britannique) : livre : « La prospérité sans croissance » DEFINITION BRUNDTLAND La définition du « développement durable » peut faire l’objet de nombreuses discussions. Définition historique et contingente : « Développement qui tienne compte des besoins de la génération présente sans compromettre ceux des générations futures (ni celle d’autres régions du monde), en commençant par les plus démunis » (rapport Brundtland 1987). Solidarité inter et intra-­‐générationnelle. DEFINITION COMPLEMENTAIRE Développement qui pense l’articulation de trois piliers. Le Développement Durable serait le fait d’organiser un développement en fonction d’un équilibre de 3 piliers. 1ER MODELE : UN SEUL PILIER Pilier économique : besoins illimités et croissance indéfinie. C’est le Pilier de base ! Produire plus avec moins. C’est ce qu’on étudie ici à l’ICHEC. Ce pilier économique n’est pas suffisant puisqu’il s’appuie sur l’idée de besoins illimités (l’être humain veut toujours plus), à laquelle on articule une idée de croissance indéfinie (augmentation de la richesse) 2EME MODELE : LES TROIS PILIERS SEPARES On s’est rendu compte qu’il y avait d’autres piliers, d’autres valeurs importantes dans une entreprise : le pilier environnemental et le pilier social. Le pilier économique : progrès économique et technologique. Le pilier environnemental : préservation. Le pilier social : justice, santé, besoins primaires.
  12. 12. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Représentation valable au niveau macroéconomique comme sur le plan microéconomique de l’entreprise. 12 3EME MODELE : LES TROIS PILIERS RELIES Aujourd’hui, les 3 piliers sont présentés sous forme de 3 piliers reliés et non plus séparés. Les problèmes économiques vont avec ceux sociaux et environnementaux, ils ne sont pas séparés. 4EME MODELE : L’INTEGRATION DES PILIERS
  13. 13. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Le 4ème modèle va encore plus loin que le précédent (les 3 piliers reliés). On réfléchit sous forme de 13 piliers intégrés. Il n’existe pas quelque chose de purement économique, purement social, etc. La société est incrustée dans un environnement et l’économie est incrustée dans une société. D’AUTRES PILIERS ? Pilier participation : Est ce qu’il existe d’autres piliers que ces 3 piliers ? Certains ajoutent le pilier « participation ». Faire en sorte que la réalisation d’un projet se fasse ensemble, de manière participative. Pilier du sens : N’existe t il pas également un 5ème pilier ? Celui du sens ? Quel est le sens des B&S fournis ? N’y a t il pas à réfléchir sur le sens des B&S produits par l’entreprise ? Ou bien sur le sens du travail qu’on est en train de faire dans l’entreprise pour laquelle on bosse… Sens de la vie qu’on mène (de plus en plus général), et des valeurs qui sont les nôtres ? Etc. COMPLEXITE ET NECESSITE D’UNE DEFINITION PLUS DETAILLEE Sur base de ce socle commun, on peut défendre plusieurs projets, plusieurs versions, plusieurs conceptions spécifiques du développement durable. Derrière le consensus sourd le différent. Objectifs Social Economie Environnement Condition Environnement Economie Environnement Social Economie Social Moyen Economie Environnement Social Environnement Social Economie Postures types Humanisme raisonné Progressisme productiviste Productivisme éclairé Utilitarisme pragmatique Ecologisme radical Environnementalisme social Caractéristiques L’économie est au service de l’homme en tenant compte des limitations de ressources naturelles L’utilisation des ressources naturelles est au service de l’homme dans des conditions économiques imposées et non maitrisées Le travail des hommes doit servir au développement économique tout en tenant compte de la limitation des ressources naturelles Les ressources naturelles sont au service du développement économique en respectant les conditions sociales de l’époque L’humain se donne pour priorité de protéger la nature dans des conditions économiques données L’activité économique est au service de la sauvegarde de l’environnement en respectant des conditions sociales données NB : pour l’examen : Pas retenir le nom exacte des postures types, mais on pourrait avoir « comment s’articule les 3 piliers dans cette définition « … » ? »
  14. 14. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 14 • Objectif = pilier social puisque économie au service de l’homme • Moyen = pilier économique • Cadre dans lequel on fonctionne : Condition = pilier environnemental SYNTHESE ET PROLONGEMENT Ø Rapport à l’espèce et à la vie. Ø Solidarité au Nord et vis-­‐à-­‐vis du Sud. Le DD nous ouvre à d’autres cultures, d’autres manières de penser, d’autres valeurs. Ø Sensibilité par rapport aux dimensions globales : les institutions. Ø Sensibilité par rapport à la Nature, au Cosmos. Ø Rapport au temps et à l’espace Ø Rapport au travail, à nos existences, à l’existence, au sens.
  15. 15. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits L’éthique est l’ensemble des savoirs (principalement philosophiques), des savoir-­‐faire (pratiques, actions, règles) et des savoir-­‐être, « éclairés », en rapport avec les valeurs du Bien et/ou du Juste, dans des champs d’application et des dimensions 15 CHAPITRE 2 : L’ETHIQUE PROPOSITION DE DEFINITION « divers. » « Être éthique = agir ou s’organiser en fonction de l’idéal du Bien et/ou du Juste. » DES SAVOIRS ? On parle principalement des savoirs philosophiques ici. L’éthique n’est pas seulement un ensemble d’actions, de savoir-­‐faire, c’est aussi des savoirs. Avoir des savoirs dans le domaine de l’éthique est important : • Aide au choix dans des situations complexes : • Beaucoup de variables. • Conflits de valeur. 2 valeurs différentes sont importantes et il faut faire un arbitrage entre ces valeurs, ce qui crée une tension pour nous. • Émotionnelles. On est émotionnellement tellement pris dans la situation qu’on ne parvient pas à savoir quelle décision prendre. • Solidifie et renforce la légitimité grâce à une argumentation. Essentiel dans la gestion des relations entre personnes, et donc très important dans le management. Prendre des décisions et les argumenter c’est ce qui va nous rendre crédible vis à vis des autres dans le long terme ! Prendre une décision et que quelques mois après prendre une autre décision qui paraît contradictoire est la pire chose qu’il pourrait arriver, les gens ne vont plus avoir confiance en nous. La cohérence nous rend légitime en tant que manager. Conclusion : le savoir, l’intelligence, la réflexion, sont des soutiens « logistiques » à l’action éthique. Il faut réfléchir avant d’agir pour agir de manière éclairée. DES SAVOIR-­‐ETRE ?
  16. 16. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 16 C’est une posture d’existence, une manière d’être, un mode de vie. L’éthique c’est aussi être éthique, être une personne éthique, c’est donc aussi une manière d’être, un mode d’existence. C’est quelque chose qui s’apprend tous les jours, on doit s’améliorer au fur et à mesure du temps qui passe. ECLAIRES? Le grec « ethos » a été traduit en latin « mos, mores ». La civilisation romaine a succédé à la civilisation grecque en europe, avec une autre langue, le latin. « mos, mores » a donné en français la morale. On considère que les termes éthique et morale sont un peu équivalents en français. Ce qui a trait aux moeurs, aux coutumes et, de manière plus générale, à la conduite humaine. Aujourd’hui on traduit mos, mores par ce qui a attrait aux moeurs. D’où, la morale : ensemble des règles de conduite admises à une époque ou par un groupe de personnes (on parle de morale chrétienne, « droit-­‐de-­‐l’hommiste », etc.). LA DISTANCIATION CONCEPTUELLE DE LA MORALE ET DE L’ETHIQUE Aujourd’hui, le terme « éthique » inclut une dimension réflexive, une prise de distance, une attitude critique à l’égard de l’opinion populaire et de la morale. Vis à vis des moeurs, des valeurs, autrement dit, de la morale en place. L’éthique est caractérisée par le fait qu’elle poursuit l’idéal d’autonomie individuelle par rapport à la « morale » de groupe. L’ETHIQUE ET LA MORALE Distinction inspirée de la philosophie de Spinoza5. Ethique >< Morale L’éthique La morale L’éthique est une démarche réflexive et Remplie de certitude et peu « bousculante » 5 philosophe du XVΙΙ siècle
  17. 17. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 17 « questionnante », sans certitude absolue ou rigide : elle bouscule notre intuition commune. Elle est argumentée. Pas ou peu argumentée. Elle fait l’objet d’une discussion respectueuse de l’autre. Peu respectueuse de l’autre. Tendance à exclure des personnes qui ne pensent pas comme nous/ juger les personnes en fonction de leurs valeurs. LA QUETE ETHIQUE Recherche d’un équilibre entre son intuition et la réflexion. Être proche de ses propres intuitions tout en les formulant de manière rationnelle (claire et cohérente + argumentée). L’intuition et l’intelligence ne sont pas deux choses différentes sans rapports. DES VALEURS ? LA DEMARCHE ETHIQUE Les questions ont trait à ce qui pourrait (version large) ou devrait être (version plus étroite). Les réponses sont des jugements de valeur ou évaluatifs, des énoncés prescriptifs ou normatifs. Verbes indicatifs : falloir, pouvoir, devoir. Pour repérer quand quelqu’un parle dans une démarche de type éthique, les verbes indicatifs sont ceux qui précèdent. >< LA DEMARCHE SCIENTIFIQUE On différencie la démarche éthique de la scientifique Traite de ce qui est (>< de ce qui pourrait être), jugements de fait, énoncés descriptifs. Elle émet des jugements de faits/énoncés descriptifs et non pas de jugements de valeurs. Si on dit « la terre est carrée » c’est un jugement de fait, pas de valeurs, même si c’est faux.
  18. 18. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 18 Piège n°1 : les impératifs hypothétiques qui désignent les moyens les plus appropriés pour atteindre des fins prédéterminées. Exemple : Si on veut augmenter nos chances de survie dans le désert, il serait bon de nous équiper de quelques bouteilles d’eau. Cette proposition est une proposition scientifique qui apparaît comme une proposition éthique. C’est un faux ami parce qu’on utilise un verbe indicatif. Ici : fin prédéterminée : survivre => moyens les plus appropriés pour ce : prendre des bouteilles d’eau avec nous. On appelle cela un impératif hypothétique et ca c’est un cas particulier d’énoncé descriptif. Pour devenir un grand musicien vous devriez jouer de la guitare au moins tous les 2 jours. C’est aussi un impératif hypothétique. Si on ne joue pas de la guitare tous les deux jours minimum on a aucune chance de devenir un guitariste majeur, tout le monde peut le dire. Pour réussir un examen vous devriez vous abstenir de boire 50 litres de bière avant. Aussi une forme d’impératif hypothétique. On a peu de chances de réussir notre examen en ayant bu pleins de bières avant. Piège n°2 : les énoncés « moralisateurs ». Implique un jugement de valeur. On va voir un film et on dit que ce film est mauvais en le présentat comme une vérité « ce film est mauvais ». Ou alors on dit « cette personne est égoiste », ca paraît comme un jugement descriptif alors qu’en fait c’est un jugement de valeur. Exam : surement une question de QCM : « la terre tourne autour du soleil », est ce une proposition éthique ? scientifique ? … Réponse : proposition scientifique qui est fausse. LA COMPLEMENTARITE Avant de prendre une position d’ordre éthique, il est souvent judicieux de tout d’abord analyser correctement la situation de manière purement factuelle. Rétablir les faits avant d’établir des jugements de valeur. LES 3 DOMAINES DE PENSEE 3 types de savoirs :
  19. 19. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 19 La question de la vérité préoccupe la démarche scientifique. Jugements de faits. Dans la démarche éthique, ce qui préoccupe c’est une valeur particulière : le bien et/ou le juste. Finalement, pour faire le bien faut il ou non faire « ceci » ? Est-­‐ce juste de tenir compte de …. ? Habituellement on distingue également un troisième domaine : la démarche esthétique : se préoccupe des questions de valeur, tout comme l’éthique (dans la même sous-­‐division). Ici on s’intéresse aux critères esthétiques. S’occupe d’un type de valeurs particulières : la question du beau. LA METAPHYSIQUE Ces trois domaines sont entourés par la métaphysique ou la science de l’être. C’est donc un 4ème domaine qui entoure les 3 précédents. LES 3 DOMAINES PRATIQUES 3 types de savoir-­‐faire :
  20. 20. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 20 3 types de savoir-­‐faire correspondent aux 3 types de savoir. ð Esthétique : Arts & lettres ð Ethique : Actions & règles : savoir ce qui est bon/juste => actions & règles. Ex : interdiction aux enfants de moins de 15 ans de travailler dans mon entreprise (règle) ð Science : Technologies, Techniques… DES CHAMPS D’APPLICATION DIVERS ? Les problèmes éthiques peuvent se poser dans des domaines très divers, se posent à différents niveaux : • La politique (accord du droit de vote aux jeunes, aux femmes,… ?), • la société (légalisation du dopage, droit de se marier pour les homosexuels,…), • l’économie (problème de l’annulation de la dette pour les pays du tiers monde,…), • les organisations (promotions, rémunération au sein des entreprises,…), • les familles (comment partage t on les biens familiaux ? même part pour chaque enfants ou bien l’ainé a d’avantage de droits que les autres ?,…). Ex : faut il coter de la même manière un étudiant qui est Erasmus qu’un étudiant qui ne l’est pas ? DES DIMENSIONS DIVERSES ?
  21. 21. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 21 Qu’est ce qui peut être éthique ? • Les personnes : les pensées, les paroles, les gestes, les comportements. Quelqu’un peut avoir des paroles, gestes, comportements plus ou moins éthiques. Injurier quelqu’un n’est pas vraiment considéré comme des paroles éthiques • Les relations entre personnes. • Les règles organisationnelles : les processus de décision stratégique, de transmission d’information, les manières de recruter, de produire, l’image fabriquée, les codes, etc. Règles organisationnelles : au sein des entreprises. • Les règles de vie en société : les « normes » en général imposée par les Etats, respect des lois. Ex : une entreprise doit présenter sa comptabilité en respectant des normes, des lois. DES DIMENSIONS DIVERSES ? LES 3 NIVEAUX DE L’ACTION ETHIQUE On peut dire qu’il y a 3 niveaux de l’action éthique : -­‐ Au niveau individuelle -­‐ Au niveau collectif (dans une entreprise,…) -­‐ Au niveau publique LE COLLECTIVISME ET LE COMMUNISME ETHIQUES
  22. 22. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Les 3 niveaux sont importants. C’est important que les projets individuels soient agrégés dans des formes d’actions collectives au sein de l’entreprise etc. Certaines personnes défendent l’idée que la seule vraie idée de l’éthique c’est celle 22 véhiculée par l’Etat, le reste n’est pas vraiment considéré comme de l’éthique pour ces gens là, c’est plus du blabla. La véritable éthique doit se faire au niveau des grosses entités, publiques. LE SENTIMENTALISME ETHIQUE
  23. 23. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 23 D’autres personnes estiment que l’éthique c’est fondamentalement individuel et à la limite ca se passe au niveau des entreprises mais ca ne va pas plus haut. Les grandes règles créées par les Etats c’est qqch dont on se méfie. Il faut se méfier de ces 2 attitudes ci-­‐dessus. Il faut prendre de la distance, ces attitudes sont contestables. Les personnes qui travaillent au niveau des pouvoirs publics défendront souvent la première vision, etc. Il faut avoir une vue beaucoup plus globale qui permet d’englober les 3 visions. Il faut même imaginer une harmonie à ces 3 niveaux. L’HARMONIE DES TROIS NIVEAUX • L’action publique est essentielle car c’est à ce niveau que s’inscrivent les valeurs les plus importantes d’une société. • L’action collective est essentielle car c’est dans ses interactions individuelles que les personnes construisent leurs systèmes de valeurs personnels ; et c’est grâce à l’action collective que les pouvoirs publics modifient les lois. • L’action des acteurs individuels est essentielle car, en dernière analyse, c’est sur eux que retombent et pour eux que sont élaborées les décisions liées aux niveaux collectifs et publics.
  24. 24. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 24 CHAPITRE 3 : LES TROIS PREMIERES FIGURES DE L’ETHIQUE Objectif : présenter quelques conceptions différentes de l’éthique. => Il y a plusieurs manières de faire le bien. PROPOSITION DE DEFINITION L’éthique est l’ensemble des savoirs (principalement philosophiques), des savoir-­‐faire (pratiques, actions, règles) et des savoir-­‐être, « éclairés », en rapport avec les valeurs du Bien et/ou du Juste, dans des champs d’application et des dimensions divers. FAIRE LE BIEN ? ETRE JUSTE ? SE COMPORTER DE MANIERE ETHIQUE ? Il existe beaucoup de manières de répondre LA FIGURE DE L’ETHIQUE COMME ALTRUISME E. Lévinas (1906-­‐1995). Philosophe français qui met en avant la figure de l’Autre. Ø Une conduite réfléchie qui tienne compte de l’autre en tant qu’autre. Ø Les autres ne sont pas des Mêmes mais des Autres. Les autres ne sont pas des alter ego, ils ne sont pas des autres « MOI ». Ø Être éthique c’est reconnaître que l’autre est un autre radical et qu’il possède un système de valeur différent du notre. Tout faire pour ne pas réduire l’autre à un autre moi dans mes relations concrètes avec l’autre. L’ALTRUISME Qu’est ce que ca signifie « être altruiste « ?
  25. 25. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 25 • L’idéal d’écoute et d’accueil (une forme spécifique de générosité). Être capable d’écouter et d’accueillir l’autre. On dit parfois de certaines personnes qu’elles ont une grande capacité d’écoute, elles ne sont pas dans le jugement, elles sont dans une posture d’accueil par rapport à l’autre, elles sont capables de tout entendre. On peut être à l’écoute de l’autre soit de manière passive (entendre qqn sans le juger, sans éprouver aucune forme d’énervement), soit de manière active (àpd moment ou on devient capable de reformuler ce que l’autre a dit de manière à ce que l’autre se reconnaisse parfaitement.) • L’idéal de véritable générosité. Certaines personnes sont plus généreuses par rapport à leur temps, par rapport aux cadeaux,… Il y a différentes formes de générosité. • L’idéal de philanthropie. Quand on est généreux on l’est par rapport à quelqu’un de particulier (amis, famille, …). La philanthropie c’est une sorte de générosité par rapport à l’être humain en général: ex: envoyer 15.000 euros au Téléthon. C’est une sorte de générosité anonyme, abstraite générale. Ex : on finance un projet d’aide en Afrique du Sud mais on n’ira jamais là bas… On peut être quelqu’un de très généreux dans ses relations proches mais qui ne donnerait jamais d’argent à une oeuvre de charité, une fondation, etc. et inversement. • L’idéal éducatif. Soit on fait de la RSE ou on donne de l’argent, soit on participe de manière beaucoup plus structurelle à la manière dont cet argent est investit etc. GDF Suez envoie de l’argent à l’ICHEC mais également un expert de la RSE pour former les élèves, ca c’est éducatif, pas uniquement philanthropique. • L’idéal de médiation. La personne qui est capable de faire en sorte que les gens se réconcilient. Toutes ces formes différentes que peut prendre l’altruisme ne sont pas nécessairement convergentes. C’est possible d’être à l’écoute des autres, très accueillant, sans être nécessairement généreux. On peut être quelqu’un qui fait attention de ne pas payer le verre quand on va boire un verre avec quelqu’un, ou ne pas être généreux dans la vie, ne pas donner plus d’argent qu’on en reçoit, MAIS être quelqu’un de très attentif ! Et inversement, on peut être quelqu’un d’extrêmement généreux mais ne pas être attentif, à l’écoute…
  26. 26. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 26 LA FIGURE DE L’ETHIQUE COMME JUSTICE Etre éthique c’est être juste (ce n’est plus être altruiste dans ce cas-­‐ci). Être juste c’est tout à fait différent d’être altruiste, on peut être l’un sans être l’autre. • En son coeur, l’idéal d’égalité. On donne 0,50 cent à chaque employé, on est juste mais on n’est pas du tout généreux, altruiste. Au contraire, on peut donner facilement beaucoup d’argent mais de manière tout à fait inéquitables. • « OEil pour oeil » : la recherche de l’équilibre. Rechercher un équilibre entre ce que l’on donne et ce que l’on reçoit. Donner autant qu’on reçoit et ne pas donner plus ou moins. Ne pas dépenser plus que ce que les autres dépensent (ni moins). • Égalité de traitement. On applique les mêmes règles à tout le monde quelles que soient les circonstances, la situation. Il faut 60% pour réussir, quelqu’un qui a 59,9%, l’égalité de traitement c’est dire qu’il n’a pas réussi. • Égalité des chances. On oppose ce point à l’égalité de traitement. Ici on tient compte des circonstances particulières dans lesquelles les personnes se trouvent. L’égalité des chances c’est dire « les étudiants Erasmus ont plus de difficultés donc on va leur rajouter quelques points, des cours particuliers de français,… ». On améliore les conditions pour que les personnes soient dans des conditions de départ similaires. Création d’une sorte de nivellement. • Égalité des résultats. Dire : « ce qui compte c’est l’égalité finale ». Je donne le même salaire à toutes les personnes qui travaillent dans mon entreprise. Egalité des résultats, égalité des salaires. • Etc.
  27. 27. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 27 ð Ces formes sont naturellement divergentes… § Véritable question : égalité de quoi ? La question n’est pas réellement l’égalité mais l’égalité de quoi ? § Egalité (A) => Inégalité (B) Défendre une égalité de type A implique une inégalité d’un type B. Défendre l’égalité des chances implique une forme d’inégalité de traitement. On donne plus de revenus aux personnes qui ont moins de chance dans l’existence. Nous reviendrons plus loin sur cet idéal éthique de justice en étudiant une des oeuvres les plus importantes concernant cet idéal : J. RAWLS. L’égalité (a) implique des inégalités (b) sur une autre variable. On donne la même rémunération à tout le monde, cette forme d’inégalité implique une inégalité en terme de mérite. Des personnes qui travaillent 2 fois plus sont aussi bien payées que les autres. Une forme d’égalité sur une variable A implique toujours une inégalité sur une autre variable B. REMARQUE Être altruiste sans être juste OU Être juste sans être altruiste. (cf. avant) LA FIGURE DE L’ETHIQUE COMME HARMONIE INTERIEURE Poursuivre une harmonie intérieure, être éthique fondamentalement c’est être soi-­‐même : être en harmonie avec soi même, en harmonie avec soi même. Suivre un bien réellement et authentiquement personnel. Une meilleure appréciation de, et une meilleure harmonie à soi-­‐même. LES FORMES SPECIFIQUES
  28. 28. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 28 • L’idéal de liberté intérieure o par exemple sans « transfert », sans « projection » : Ø Faire plaisir, être aimé, être reconnu : Quelqu’un qui est intérieurement libre. On peut être extérieurement non libre (en prison par exemple), mais être intérieurement libre. Et inversement, on peut être extérieurement libre, être libre de se mouvoir tant qu’on respecte les règles sans être intérieurement libre. Libre intérieurement c’est une forme de liberté sans transfert ou sans projection. On est intérieurement libre lorsqu’on ne projette pas, qu’on ne transfère pas. Vivre en projetant/transférant = par exemple si on fait une action pour avant tout faire plaisir à quelqu’un, on pose une action uniquement dans le but de plaire à quelqu’un d’autre, a ce moment là on projette, ca part du regard de l’autre, on n’est donc pas intérieurement libre. Par exemple on veut faire des études de gestion et nos parents veulent qu’on fasse la médecine. Si on fait la médecine on n’aura pas posé une action intérieurement libre, on aura abandonné notre liberté pour faire plaisir à quelqu’un d’autre. En dehors de faire plaisir ca peut être le fait du besoin d’être aimé. On dit quelque chose qu’on ne pense pas juste pour plaire et satisfaire ce besoin d’être aimé par quelqu’un. Quelqu’un dit qu’il aime bien Barack Obama parce qu’il est face à quelqu’un qui l’aime bien, et qui va dire 10 minutes après qu’il n’aime pas Barack Obama. C’est un discour adaptatif à l’autre. Besoin d’être reconnu. On achète par exemple une voiture dernier cri parce qu’on a besoin d’être reconnu par nos amis comme quelqu’un à la mode, qui a beaucoup d’argent, etc. Ø Se distinguer ou contredire : Aimer se distinguer des autres de manière permanente, contredire les autres à tout moment, s’opposer. Peu importe la personne, prendre un malin plaisir à contredire. Impression que pour exister il faut s’opposer à ce qui est dit. Cela ne signifie pas qu’on ne peut pas contredire les gens (ou vouloir être aimé), mais il faut un équilibre. Ø S’identifier (importer une souffrance qui ne nous appartient pas) : S’identifier. On ne parvient pas à faire la distinction entre nous et l’autre. Phénomène d’hystérie à des concerts par exemple. Personnes qui s’habillent comme Johnny Halliday, qui chantent comme lui etc. On renie notre propre personne. o Assumer sa propre personnalité singulière
  29. 29. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 29 • L’idéal de singularité, de vie extraordinaire. Etre intérieurement libre c’est distinct d’un autre type de projet qui consisterait à vivre une vie extraordinaire. Certaines personnes ont pour projet de vie de faire qqch d’extraordinaire (Steve Jobs, Justine Henin etc. ont peut être des projets de vie de faire qqch d’extraordinaire). • L’idéal du challenge, du mouvement, du « devenir » constant. Certaines personnes ont comme idéal de vie d’avoir toujours du challenge. Un peu différent de l’idéal de liberté intérieure • L’idéal de pleine conscience, d’immobilité. >< du précédent. Certaines personnes ont pour projet de vie d’être pleinement conscient, il existe des techniques pour cela. Etre pleinement conscient de ses émotions etc. LE SENS DU COLLECTIF Est ce qu’on peut vraiment dire que c’est de l’éthique quand on se recentre sur soi ? N’est ce pas plutôt une forme d’égoisme,… C’est tout à fait compatible avec l’éthique en fait. Dans cet idéal, le principe de base est de se dire que pour être/pour parvenir à être en harmonie avec les autres il y a une importance de se recentrer sur soi-­‐même pour commencer. Autrement dit, dans cette conception de l’éthique comme harmonie intérieure, il y a cette idée que pour avoir des relations aux autres plus harmonieuses, plus éthiques etc, il faut commencer par être en harmonie avec soi même. • Et la dimension relationnelle ou collective ? La construction lente mais durable d’une relation à l’autre et au collectif, par en bas. La racine du Mal, c’est l’inadéquation à soi-­‐même. En comparaison avec le fait qu’avant d’être en harmonie avec les autres il faut être en harmonie avec soi même. Les tyrans vis à vis des autres sont des personnes tyranniques vis à vis d’elles même et c’est pour cela qu’elles le sont envers les autres ensuite. Pas d’incompatibilité. • Et l’existence de normes de vie en société ? Le respect des droits et des libertés de base. (Norme de vie en société). Etre en harmonie avec soi même ce n’est pas passer son temps à détruire les autres par exemple. La personne
  30. 30. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits qui souhaite faire cela c’est quelqu’un qui n’est pas en harmonie avec lui même, qui n’a pas fait un travail sur lui pour l’être. La liberté extérieure réciproque et limitée. Pas d’incompatibilité. 30 LE TRAVAIL DE L’ETHIQUE Peu importe le type d’éthique (3 types vu ci au dessus), l’éthique implique une forme de travail. Ce n’est pas qqch qui est donné, c’est qqch qui se travaille, qui implique une certaine remise en question. Ex : Altruisme : éviter de réduire l’autre à un autre moi • Aller à l’encontre d’une pente facile et immédiate. • Cela engage un certain travail, une certaine remise en question, un certain sacrifice. DE QUOI ? Contre quoi faut il lutter pour être qqn d’éthique ? • L’instinct. Ex : considérer l’autre comme un rival, un ennemi, et ce d’instinct. La guerre est l’expression parfaite de l’instinct, l’autre n’est pas d’accord avec moi, je rentre en guerre avec lui. • Le plaisir immédiat ou la satisfaction immédiate. • Le grégarisme : la culture contraignante (la conformité à des principes non critiqués), les représentations sociales (richesse, statut, etc.). L’éthique : Ø attitude réfléchie Ø Elle ne se mesure pas à sa conformité à un principe, par exemple religieux, sans questionnement réel permanent (mise à distance, écart).
  31. 31. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 31 4 ACCENTS Rappel : 3 ou 4 dimensions distinctes de l’éthique : personnelle/ interpersonnelle/ collective (famille, organisations, communautés,…) Si on reprend cette grille c’est pour montrer que les différentes conceptions de l’éthique vues au dessus vont mettre l’accent sur certaines dimensions. Mettre l’accent ne signifie pas que ca n’a aucun impact collectif ! • Dimension personnelle : l’harmonie à soi. • Dimension interpersonnelle : l’altruisme. • Dimension collective : • L’action d’entreprise (les familles, les associations, les organisations, les communautés (religieuses, linguistiques)). • L’action publique (justice). Ensemble des règles et lois fondamentales qui font ensemble qu’une communauté peut vivre en commun.
  32. 32. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 32 CHAPITRE 4 : L’UTILITARISME QU’EST-­‐CE QUE « L’INTERET DE LA SOCIETE » DONT PARLE LA DEFINITION DE LA RSE ? Exemple : le cas « Jirau ». Une réponse possible : le Bien commun est ce qui satisfait tout le monde. Réponse un peu intuitive. Le bien commun c’est une option, qqch qui satisfait tout le monde Problème de cette définition un peu intuitive: dans une société plurielle, diverse comme la nôtre, les préférences de chacune et de chacun sont différentes. On possède tous des préférences différentes (ou plus ou moins différentes). Comment savoir ce qui pourrait satisfaire tout le monde dans une telle société. Solution ? Une base commune minimaliste ? L’intérêt de la société serait une espèce de base commune minimaliste à tout le monde. Plus les préférences seront différentes, plus les accords difficiles et la base commune très mince. UNE IDEE : LA SOLUTION « UTILITARISTE ». Comment définir ce qu’est cet intérêt de la société. ð La satisfaction globale. C’est le coeur du projet de l’utilitarisme. ð L’objectif de cet idéal n’est pas que chacun maximise sa satisfaction individuelle mais que chacun (ou en tous cas certaines personnes) sacrifie sa satisfaction à la satisfaction de tous. La satisfaction globale ne résulte absolument pas de la maximisation des satisfactions personnelles. LES FONDATEURS
  33. 33. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Fondateurs de cette fondation éthique considérée comme un grand modèle dans le domaine de l’éthique : J. Bentham (XVΙΙΙème siècle), J.S. Mill (XΙXème siècle) et Sidgwick (XΙXème siècle), J. Harsanyi (Xxème siècle). Idée fondamentale de tous ces auteurs : Ils s’opposent à toute forme d’autorité suprême : dogme, religion, autorité politique, morale, droit naturel, etc. Ces auteurs du 17, 18 et 19ème siècle arrivent juste après la révolution française qui symbolise le passage de l’ancien au nouveau régime. Ancien régime : importance de la religion de l’autorité politique et morale, des droits naturels etc. Ces auteurs s’opposent à tout cela. De ce point de vue ils sont éminemment modernes. 33 LE PRINCIPE DE DECISION Projet des utilitaristes de manière plus précise : Augmenter le plus possible le niveau global de satisfaction. Idéalement le maximaliser. Formulation technique : maximiser la somme des niveaux de satisfaction individuelle. La satisfaction est représentée par une fonction d’utilité individuelle. En science économique, les préférences d’une personne entre diverses options sont représentées mathématiquement par une fonction d’utilité individuelle. TECHNIQUE Choisir entre 2 options : évaluer le niveau de satisfaction de chacun des acteurs dans les 2 options possibles. Dans l’option ou on passe d’un examen classique à un examen ou tout le monde a 14/20. Le niveau de satisfaction de tout le monde va augmenter. Si perte de satisfaction du coté du professeur (parce qu’il est sadique par exemple) et que cette perte de satisfaction fait plus que compenser le gain de satisfaction des élèves, dans ce cas là on organisera un examen classique. Ce qui est en balance c’est d’un coté la satisfaction des étudiants : privilégient l’examen non classique et de l’autre coté le professeur qui privilégie l’examen classique. On tient compte de la satisfaction des étudiants et cette dernière l’emportera si il est démontré que la satisfaction globale des étudiants fait plus que compenser la satisfaction du professeur ou de l’institution ICHEC (qui pourrait ne pas voir d’un bon oeil le fait que tous les étudiants réussissent).
  34. 34. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 34 Etapes : • Identifier les parties prenantes. (Cf. exercice dans le cas Jirau) : ici étudiants, professeur, direction de l’ICHEC. • Évaluer l’évolution de leur satisfaction selon les différentes options possibles. Construire ou non un barrage OU construire un barrage selon telles modalités. • L’option choisie sera celle dont les « gains globaux en satisfaction » compensent le plus les « pertes globales en satisfaction ». Quelle que soit l’option des personnes vont voir leur satisfaction augmenter et d’autres au contraire vont la voir diminuer. C’est toujours le cas, dans tous choix. « CONSEQUENTIALISME » ET « PROCEDURALISME » On dit de l’utilitarisme que c’est une conception de l’éthique conséquentialiste. C’est une conception qui s’oppose à ce qu’on appelle le procéduralisme. Une éthique « conséquentialiste » se centre sur les conséquences et, le plus souvent, sur les conséquences en termes de résultats, des options ou des actions. Mise en avance des conséquences : éthique qui se centre sur les conséquences et en particulier au niveau des résultats de différentes actions... Ethique qui s’intéresse à l’aval d’une décision. À l’inverse une éthique « procédurale » se contente d’établir des règles générales et ne se soucie pas des conséquences et des résultats. Ethiques procédurales se contente d’établir des règles générales et ne s’intéresse pas spécialement aux conséquences, aux effets. Ethique qui s’intéresse à l’amont d’une décision, à ce qui se passe avant, aux principes. « Éthique de l’aval » et « éthique de l’amont ». Dans un cas, On condamne le dopage. Dans le cas de l’éthique conséquentialiste, Si plusieurs coureurs se sont dopés est ce qu’il n’y a pas une conséquence globale et est ce que ca ne pourrait pas mettre en péril « le sport » si on condamne qqn ?
  35. 35. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 35 TELEOLOGISME ET DEONTOLOGISME Forme d’éthique « téléologique » et forme d’éthique « déontologique ». Vision téléologique : évaluation éthique d’une action en fonction du but, du résultat ou des conséquences. Vision téléologique, on s’intéresse à la logique du téléos, c’est à dire de la finalité, du but. On évalue un comportement ou une action en fonction d’une finalité, d’un but. Conséquentialisme = forme spécifique de vision téléologique. On y oppose la vision déontologique. Vision déontologique : conformité et obéissance a priori à une loi, à une règle, une contrainte ; à un principe, une procédure. (déonto : devoir et logique => la logique du devoir). On évalue une action en fonction de sa conformité à un devoir. Tu ne tueras pas est un principe éthique déontologique. On évalue une action en fonction de sa conformité à un devoir. « Il est interdit de mentir » pour être éthique est également un bon exemple de vision déontologique. 3 SPECIFICATIONS DU MODELE On peut spécifier ce modèle de plusieurs manières. PREMIERE SPECIFICATIONS DU MODELE : MANIERE DE FAIRE LA SOMME L’utilitarisme classique et l’utilitarisme moyen. Utilitarisme classique : consiste à faire la somme des niveaux d’utilité individuels Utilitarisme moyen : somme pondérée des différents niveaux de satisfaction individuels. • Exemple : Il y a une action qu’on peut opérer, par exemple construire ou non un barrage à Jirau. Comment choisir entre les deux options ?
  36. 36. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 36 Option 1 : (1,4,4): Dans cette option, on a 3 parties prenantes qui vont être impactées. Si on choisit cette option les 3 parties prenantes auront des niveaux de satisfaction de 1, 4 et 4. Option 2 : (3,2,2,3) Ici 4 parties prenantes impactées. Les niveaux de satisfaction de ces parties prenantes seront de 2,2,3 et 3. Si on est un utilitariste classique, quelle option va t on choisir ? L’option 2 ! L’utilitarisme classique fait la somme des différentes options. Si on est un utilitariste moyen on va choisir l’option 1 par contre, parce que la moyenne est supérieure. Il compare le niveau de satisfaction moyen de la première option (=3) et de la deuxième (+ou-­‐ 2,8). Examen : on risque d’avoir un cas comme ca. Le professeur décrira le cas en donnant des indications et nous demandera quelle option on choisirait en fonction du type d’utilitariste. DEUXIEME SPECIFICATIONS DU MODELE : LA BASE INDIVIDUELLE Question qui se pose pour un utilitariste : La définition des individus concernés, dont on juge pertinent de tenir compte du point de vue de la manière dont ils sont impactés par une action ou une option. Quels sont les individus impactés concernant le choix qu’on a à opérer ? Vais je faire un examen au mérite ou un classique ? On va tenir compte du professeur et des étudiants. Les étudiants en anglais vont peut être se sentir injustement traités… On peut décider d’aussi tenir compte de la direction de l’ICHEC parce que c’est un choix qui aura indirectement un impact sur l’image de l’ICHEC. Ca pourrait aussi avoir un impact sur les gens en dehors de l’ICHEC (futurs étudiants, sponsors, etc.). La question qui se pose toujours pour un utilitariste c’est donc les personnes impactées par une décision. • De la petite communauté à la planète entière. Une petite modification à un endroit de la planète peut avoir un impact sur l’ensemble de la planète (effet papillon). Si on croit à cet effet papillon et qu’on veut être un utilitariste total, on tiendra compte de l’impact sur l’ensemble de la planète. Techniquement ce n’est pas possible mais l’idéal est celui la. • De l’utilitarisme humain à l’utilitarisme interspécifique de P. Singer.
  37. 37. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Les animaux aussi sont pris en compte, pas uniquement les êtres humains. Est ce qu’on considère les animaux comme des parties prenantes, comme des individus impactés ? Ex : consommer moins de viande : on consomme moins de vaches, on en tue moins. Si on les considère comme acteurs dans nos décisions, on en tiendra compte. 37 VERS UN MODELE A LA BASE DE PLUS EN PLUS LARGE On peut commencer par un noyau de l’utilitarisme qui consisterait à regarder l’impact sur une communauté d’individus et d’élargir cette vision jusqu’à arriver à l’impact SUR le monde entier. LA FORCE DU MODELE La présomption en faveur d’un élargissement de plus en plus large des « parties dont on décide de tenir compte » (parties prenantes) avant de prendre une décision. Ø C’est une véritable philosophie des parties prenantes. Deux cas d’application : -­‐ Jirau -­‐ Les 7 chantiers classiques Groupe d’individus Communauté plus large Région, Monde
  38. 38. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 38 LE CAS JIRAU – J. SPELKENS Identification de 4 parties prenantes (cf. ci dessus) Dans ce modèle on va chercher, on est sensible dans notre choix éthique on décide de tenir compte d’acteurs de plus en plus éloignés mais qui ont quand même une relation avec notre décision parce qu’ils sont impactés d’une certaine manière. LES 7 CHANTIERS CLASSIQUES 1. Les relations et les conditions de travail : Améliorer les conditions de travail des employés. En favorisant un déplacement dans les fonctions pour ne pas que les personnes s’ennuient, etc. 2. La gouvernance de l’organisation : Tout ce qui concerne la clarté et transparence de la procédure de circulation de l’information et des décisions. 3. Les questions relatives aux consommateurs. 4. L’éthique des affaires : Concurrents, sous-­‐traitants, fournisseurs, etc. 5. L’environnement : Isolation, gestion des déchets, parcs automobiles, etc. 6. L’engagement sociétal : Fait d’avoir un ancrage local. On peut faire de la RSE en faisant un ancrage plus local (créer plus d’emploi dans la région où on fonctionne par exemple). La localité, la région 7. Les droits de l’Homme. PP observatrices PP consultatives PP participatives PP décisionnelles
  39. 39. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 39 On élargit de plus en plus de bas en haut. TROISIEME SPECIFICATION DU MODELE : EN FONCTION DE L’HORIZON TEMPOREL DES IMPACTS 3ème manière de spécifier le modèle : en fonction de l’horizon temporel des impacts : Court terme, moyen terme, long terme. EXEMPLE Souhaitable d’annuler la dette des pays du tiers monde (si on est utilitariste) ? A court terme on pourrait l’envisager Sur le long terme on doit tenir compte du fait que si on l’annule, ca risque d’avoir des impacts indirects sur les autres personnes qui font des prets qui risqueraient d’avoir peur. Les personnes dont on a annulé les créances ne vont pas être remboursés. Ca génère qu’on ne prête plus d’argent. Ca ralentit donc les investissements qui sont entre autre financés par les dettes AUTRE EXEMPLE : CELUI DE L’EXAMEN Long Terme: aussi un impact sur la réputation de l’ICHEC etc. A Court Terme ca n’aura pas d’impact mais à LT la nouvelle va se diffuser etc. les entreprises à plus LT vont se dire « tout le monde réussit donc je n’ai pas de garantie de l’expertise de cette personne ». DEUX DIFFICULTES Critiques qu’on peut adresser à ce modèle : Difficulté technique : Comparaison interpersonnelle sur base d’une information cardinale de la satisfaction. Comment peut on comparer la satisfaction de deux personnes différentes ? Implique que la satisfaction soit homogène. Cette difficulté s’accroît à mesure de l’agrandissement des bases individuelles et temporelles.
  40. 40. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 40 Difficulté morale : L’instrumentalisation des droits et des libertés fondamentales, même dans un modèle intergénérationnel : le retour d’une forme d’autorité : la masse populaire ? Etre en dehors de tout cadre déontologique. Pour un utilitariste il n’y a pas de devoir absolu. EXEMPLE Dans une entreprise on a deux choix possible : faire de la discrimination raciale ou non (et donner 40% de salaire en moins aux gens de couleur). On va se dire que c’est choquant et qu’être éthique, intuitivement c’est ne PAS en faire. Ce n’est pas du tout une vision utilitariste. Le raisonnement des utilitaristes va être le suivant : analyser la satisfaction. SI les gains des 10% racistes font plus que compenser les pertes de satisfaction des autres personnes qui sont non racistes, alors l’utilitariste dira que l’éthique l’oblige à choisir une politique de discrimination au sein de l’entreprise. L’éthique utilitariste n’est donc pas déontologique ! Attention, par définition les utilitaristes ne sont pas spécialement favorables à une politique de discrimination. Ils pourraient défendre une politique de non discrimination. DEUX VISIONS DU MONDE Il existe 2 visions du monde, manières de classifier les visions du monde qui suit cette distinction : une vision du monde individualiste et une holiste. L’INDIVIDUALISME Les individus ont plus de réalité / sont plus importants que les ensembles (groupes, associations, cultures, traditions, nations, appartenances linguistiques, religieuses, etc.) Les individus sont au coeur de cette vision. Dans cette vision on considère que les individus ont plus de réalité et qu’ils ont plus d’importance que les ensembles auxquels ils appartiennent (des groupes différents, des associations, des entreprises, des cultures, des traditions, des nations, des légions… tout ce qui dépasse les individus en somme.) Si on défend une vision individualiste cela signifie que pour nous les individus ont plus d’importance que tous ces ensembles.
  41. 41. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 41 On oppose à l’individualisme le holisme. LE HOLISME Si on défend une conception holiste, cela veut dire qu’on considère que les différents ensembles sont plus importants que les individus. Autrement dit, que les individus se définissent par les ensembles auxquels ils appartiennent. Si on est utilitariste, est ce qu’on défend une vision individualiste ou holistique ? La réponse est complexe, c’est un peu des deux. L’utilitariste n’est ni une vision entièrement individualiste ou holistique. En quoi l’utilitarisme est une vision individualiste ? LE HOLISME INDIVIDUALISTE Éthique extrêmement « individualiste », d’un point de vue: la société n’a aucune valeur ajoutée par rapport aux individus. La société, ou le bien commun, ce n’est jamais que la somme des individus, des niveaux de satisfaction individuels. Le concept de société n’ajoute rien aux individus. Le tout n’est que la somme de ces parties. De ce point de vue là on peut considérer que l’utilitarisme est une philosophie individualiste. La satisfaction globale n’est pas quelque chose de mystique, ce n’est que la somme des niveaux de satisfaction individuels. Éthique extrêmement « holistique », d’un autre point de vue: ce qui importe est la satisfaction globale = la somme des niveaux de satisfaction. Le critère du choix des utilitaristes sera toujours l’augmentation de la satisfaction globale, autrement dit, de l’agrégat composé des différentes satisfactions individuelles. C’est la satisfaction globale qui prime sur les libertés individuelles, sur les satisfactions individuelles. Si, par exemple, j’estime que poser une action améliore la satisfaction globale (somme des niveaux de satisfaction individuelle), si je suis utilitariste, je poserai cette action, même si cela fait en sorte que cela détériore la satisfaction d’une ou plusieurs personnes. Ce qui compte c’est la satisfaction globale. Son holisme implique une dimension sacrificielle forte. EXEMPLE
  42. 42. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Si on est un utilitariste, on peut décider à l’examen de retirer un point à tous les élèves qui portent des lunettes, ces derniers ne seront pas satisfaits mais cela augmentera la satisfaction globale, donc on le fera. Si on porte nous même des lunettes, c’est un sacrifice que l’on fait. 42 UNE METHODOLOGIE GENERALE C’est la méthodologie qui importe, la manière dont un utilitariste s’y prend pour résoudre les dilemmes éthiques. Résolution des tous les dilemmes selon la même méthodologie, le même esprit. La philosophie utilitariste, devant n’importe quel dilemme, utilise toujours le même critère de décision : l’option qui améliore le plus la satisfaction globale mesurée comme simple somme pondérée des niveaux de satisfaction individuelle. (idéal : la maximiser) CASUS • La délocalisation. Est il éthique de délocaliser ses activités même si elle engendre une amélioration de l’emploi dans le pays d’accueil ? Faut il délocaliser une activité (diminuer emploi dans une région pour améliorer dans une autre). Si on est utilitariste on évalue les différentes PP qui gagne/perde en satisfaction en fonction des 2 options. On évalue l’impact au niveau de la satisfaction. On fait la somme. On évalue globalement. L’utilitariste ne prendra jamais de position, il évaluera des situations concrètes, dans des régions concrètes, dans des entreprises concrètes, dans des secteurs concrets etc. • L’investissement dans un pays qui viole les droits de l’homme. Est il problématique de s’installer dans un pays qui viole les droits de l’Homme, et ce en sachant que si ce n’est pas nous qui le faisons, d’autres entreprises moins éthiques que nous le feront de toute façon, prendront la place vacante. Si on est utilitariste il faut raisonner comme dans le cas de la délocalisation. • La qualité. Une entreprise éthique doit-­‐elle s’astreindre à centrer toute sa stratégie sur la qualité de ses produits (qualité du matériau, qualité de la mise en forme, etc.) ?
  43. 43. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 43 • L’instauration d’une politique de discrimination. Est il éthique de faire de la discrimination positive ou négative au sein d’une entreprise ? • Le traitement des fournisseurs ou des clients peu rentables. • Etc. 3 DIFFICULTES DIFFICULTE TECHNIQUE Comment comparer le gain de satisfaction d’une personne avec la perte de satisfaction d’une autre personne? DIFFICULTE MORALE Ce qui importe est la satisfaction de la masse, la satisfaction du groupe. Les personnes n’ont aucun domaine réserve, aucun droit ni aucune liberté inaliénable ð C’est le retour d’une forme d’autorité: la masse populaire DIFFICULTE MIXTE Tentative d’homogénéiser les personnes en les réduisant à un indicateur commun mesurable. TECHNIQUE
  44. 44. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 44 • Identifier les parties prenantes. • Évaluer l’évolution de leur satisfaction selon les différentes options possibles. • L’option choisie sera celle dont les « gains globaux en satisfaction » compensent le plus les « pertes globales en satisfaction ».
  45. 45. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 45 CHAPITRE 5 : LE LIBERALISME DES « LIBERTARIENS » PROJET GENERAL DE LA PHILOSOPHIE LIBERALE Les conceptions du Bien étant diverses l’intérêt général de la société consistera en la création d’un cadre de coexistence pacifique des différentes conceptions de la vie. Être libéral c’est reconnaître la diversité des points de vue sur le bien. Créer des règles qui font en sorte qu’il y ait la paix entre les personnes. REACTION CONTRE L’UTILITARISME L’utilitarisme : la satisfaction globale qui est l’indicateur central. Problèmes : • Le non-­‐respect des droits et des libertés individuelles fondamentales. • « Grégarisme utilitariste » ? Ce qui importe c’est toujours l’existence d’un désir homogène et le fait de subordonner des individus. Le libéralisme s’est opposé à l’utilitarisme. La vision libérale est opposée à celle utilitariste et d’une certaine manière le libéralisme s’est créé « contre » l’utilitarisme. QUELQUES NOMS Les fondateurs : J. Locke (ХVІІ) et W. Von Humboldt (ХVІІІ et ХІХ). LES LIBERTARIENS Courant qui radicale le libéralisme : les « libertariens ». ХХ siècle : L. Von Mises, F. Hayek, R. Nozick et D. Friedman.
  46. 46. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits Ce qui caractérise les libertariens, c’est qu’on peut considérer le courant libertarien comme une forme de libéralisme radical. Tout individu mentalement capable a un droit absolu à disposer de sa personne, y compris les talents qu’il a reçus et cultivés, pour autant qu’il n’utilise pas ce droit pour renoncer à sa propre liberté [ou s’attaquer à la liberté des autres] 46 ROBERT NOZICK « Anarchie, Etat et Utopie », 1974 (1988 pour l’édition française). On va se centrer sur lui dans ce chapitre. PRINCIPES DE BASE Agir de manière telle qu’un ensemble de trois principes soient respectés. Faire le choix éthique de manière qu’un ensemble de 3 principes soit respecté. Principe ou valeur de base : la liberté. Les libertariens, considère que la valeur centrale est la liberté >< Valeur centrale de l’utilitarisme : l’utilité, la maximisation de la satisfaction, de l’utilité globale. 3 grands principes dans cette liberté : -­‐ la propriété de soi universelle -­‐ la juste circulation des biens et des choses -­‐ L’appropriation originelle PRINCIPE 1 : PROPRIETE DE SOI UNIVERSELLE « » (Arnsperger et Van Parijs, p.34) REMARQUES
  47. 47. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits 47 Définition « propriétariste » de la liberté : Etre libre pour les libertariens c’est être propriétaire de soi. Etre propriétaire de soi c’est être propriétaire de son corps et de ses facultés, que ce soit des facultés génétiques (on est intelligent parce qu’on nait comme ca, on est beau parce que nos parents sont beaux), ou des facultés acquises. L’exercice de la liberté pour les libertariens suppose des capacités cognitives et psychologiques : le cas des enfants, des « fous ». Pour exercer sa liberté il faut avoir certaines facultés psycho-­‐cognitive. Tout individu mentalement capable => une personne majeure normale. Une personne qui ne l’est pas ce sont soit les enfants qui ne sont pas majeurs, ou des adultes qui ont des gros déficits, genre des personnes handicapées ou des personnes folles. On ne peut aliéner sa liberté auprès d’une autre personne : contre l’esclavagisme. Une seule limite : le fait qu’on ne peut pas perdre sa liberté (l’aliéner) auprès d’une autre personne. Le libertarisme condamne l’esclavage, même volontaire. Si qqn devient volontairement de devenir esclave de qqn d’autre, c’est condamné par le libertarisme. Inclusion d’un principe élémentaire de précaution concernant les personnes dangereuses. Quelqu’un qui est extrêmement dangereux (genre un terroriste) peut être emprisonné au nom de l’éthique libertarienne (écartée de la société de manière contrainte et obligatoire) si elle constitue un danger pour les autres personnes. CONSEQUENCES DE CE PREMIER PRINCIPE On nous propose de modifier la législation belge : permettre à chaque être humain de vendre ses organes. EXEMPLE On n’a pas assez d’argent pour financer nos années d’études et on décide créer un cadre légal qui permet de vendre un de nos poumons. Pour un libertarien, si il est mentalement capable (adulte, consentant), chaque personne peut vendre ses organes. La prostitution n’est pas un problème pour les libertariens. En Belgique, a t on le droit de se suicider ? On ne peut pas se suicider comme on veut. La meilleure preuve : si quelqu’un menace de se tuer devant nous, en se jetant par la fenêtre devant nous, et si on dit à cette personne « fais comme tu le sens » devant témoin, et que la personne se jette par la fenêtre, on peut être inculpé pour non assistance à personne en
  48. 48. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits danger. Or pour un libertarien, le droit au suicide et le droit de permettre aux autres de se suicider est un droit absolu. Le premier principe règle tous les problèmes liés au corps de chaque personne et aux libertés de chaque personne, mais il ne règle pas tous les problèmes. Donc on a un deuxième principe. 48 PRINCIPE 2 : LA JUSTE CIRCULATION DES BIENS ET DES CHOSES « La justice d’un droit de propriété est établie lorsque celui-­‐ci a été obtenu par un transfert volontaire, tacite ou explicite, avec ou sans contrepartie matérielle ou monétaire, avec la personne qui en était auparavant le propriétaire légitime » (Arnsperger et Van Parijs, p.34) Ø Choses (≠ corps et facultés). EXEMPLE On arrive à la pause du cours, on a faim, on voit un truc à manger trop bon devant nous, on le prend, on se casse avec. Que se passe t il ? Le propriétaire va dire que cela lui appartient. Comment va t on résoudre le problème ? Qui est le propriétaire légitime ? On utilise le deuxième principe. Le GB a vendu un éclair contre de l’argent, et donc monsieur X en est devenu le propriétaire légitime. Transfert volontaire. Si on donne l’éclair, sans contrepartie, c’est un don. La personne qui a reçu l’éclair en est le propriétaire légitime. Idem si il y a une contrepartie, même si non monétaire. REMARQUES Un transfert « volontaire » suppose une certaine qualité d’information concernant la nature du bien échangé. EXEMPLE J’essaye de manger l’éclair de monsieur, il veut le récupérer, il mange l’éclair et puis tombe malade parce que l’éclair était avarié depuis plusieurs mois, alors qu’il l’a acheté aujourd’hui au GB, que va t il se passer pour un libertarien ? Monsieur va pouvoir se retourner contre le GB dans le cas de la position libertarienne car la qualité annoncée ne correspondait en rien à la qualité du bien, mauvaise information. Dés lors il y a une rupture de contrat dans la vente
  49. 49. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits de cet éclair, ce qui justifie que monsieur peut se retourner contre GB qui l’a empoisonné. Qui dit accord volontaire dit donc à un moment une certaine qualité d’information. 49 • Prix juste ou équitable ? Accord des deux parties. Qu’est ce que cela pour un libertarien ? Si on est investisseur, on décide d’aller ouvrir une industrie dans un village en Chine et on propose aux habitants de travailler pour 25 cents par mois, si les personnes du village acceptent, alors c’est un prix juste/équitable. La justesse d’un prix c’est le simple fait qu’il y ait accord volontaire des 2 parties. A partir de ce moment là (accord), il n’y a pas de problème éthique qui se pose. • Les enfants ne sont pas assimilables à des biens ou des choses. Un enfant c’est avant tout un être qui est propriétaire de lui même. En tant qu’être humain il est propriétaire de lui même mais comme il n’est pas encore majeur il ne peut pas exercer cette propriété. On ne peut donc pas considérer un enfant comme un objet ou une chose. Un enfant ne peut pas être vendu même si il est produit par 2 personnes responsables etc. En cas de conflits, priorité de (1) sur (2) Pour les libertariens, il y a une hiérarchie des principes. Lorsqu’il y a un conflit entre les 2 premiers principes, c’est toujours le premier principe qui l’emporte. Parfois selon le premier principe, il va nous dire de choisir l’option A et le deuxième va nous dire de choisir l’option B, on choisira l’option A. Le principe 2 ne peut être appliqué qu’à partir du moment ou le principe 1 est lui même respecté. L’ETAT VEILLEUR DE NUIT On a donc vu les 2 principes de base de la philosophie libertarienne. Fonction exclusive de l’État comme protecteur des principes. La question qui se pose au sein du cadre libertarien : les libertariens ont une conception particulière de l’Etat, pour eux l’Etat est ce qu’on appelle un Etat veilleur de nuit. La fonction exclusive de l’Etat pour les libertariens c’est une fonction de protection des 2 principes mentionnés ci-­‐dessus. Le seul rôle de l’Etat est de protéger ces 2 principes, rôle de l’Etat policier. Le rôle doit se contenter de protéger la propriété (de soi et des choses) telle qu’elle est définie dans les 2 premiers principes. Protéger c’est payer des juges qui en cas de conflit
  50. 50. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits d’intérêt entre monsieur et moi par rapport à l’éclair par exemple, vont juger, établir à un moment donné qui est le légitime propriétaire du bien concerné. Sanctionner les personnes qui contreviennent au respect des principes. 50 Pour le financement, deux solutions : Comment financer cet Etat (juges, prisons, etc.) 1) Polices et milices privées faisant respecter l’universalité des droits susmentionnés. On s’associe, on donne chacun une part d’argent et avec on paye des personnes, services spéciaux chargés de protéger notre propriété. Si une personne s’attaque à un de nos biens, on demande à cette agence de venir et d’aller poursuivre les personnes, les juger, etc. 2) Taxe vraisemblablement fixe et unique pour couvrir les frais de protection des principes. De manière plus raisonnable, établissement d’une taxe qui serait vraisemblablement fixe et unique. Ex : chaque citoyen paye 5000 euros et cela va financer un Etat chargé de recruter des personnes en tant que policiers, etc. et construire des prisons. Ce ne serait pas une taxe par tranche ni une taxe proportionnelle. Etat veilleur de nuit = Etat minimal. La seule forme d’Etat que défend le libertarisme. DE QUEL GENRE D’ECONOMIE LE LIBERTARISME EST-­‐IL LE NOM ? A quel type de régime économique correspond la mise en oeuvre des 2 principes du libertarisme qu’on vient de voir ? ECONOMIE CAPITALISTE ? Forte présomption en faveur de l’économie de marché combinée avec un système de droits privés : définition du capitalisme. Certainement ! Economie de marché privé : combinaison d’une économie de marché avec les droits privés. C’est certainement la forme d’économie qui serait défendue par les libertaristes. Elle est compatible avec les principes libertariens. ECONOMIE DU DON ?
  51. 51. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits D’un point de vue théorique la philosophie libertarienne n’est pas incompatible avec une économie du don tant qu’il s’agit d’une volonté « libre » des acteurs. Par ailleurs, les libertariens affirment que c’est la trop grande présence de l’État qui a contribué à l’extinction des sentiments d’altruisme et des attitudes de générosité des individus. Relations entre les personnes : uniquement dons et contre-­‐dons. C’est le principe. Compatible avec la philosophie libertarienne. Les gens sont libres d’entrer et sortir etc. pourtant cela paraît tout à fait opposé. Théoriquement on peut être libertarien sans être capitaliste et donc défendre une économie du don. 51 ECONOMIE INFLUENCEE PAR L’ETAT ? Non. Diminuer la présence de l’Etat et on verra resurgir des attitudes de générosité, de philanthropie etc. Une économie influencée par l’Etat est incompatible avec le projet des libertariens, pour eux : prôner une intervention minimaliste de l’Etat. UN LIBERTARISME DE GAUCHE ? C’est possible… PRINCIPE 3 : L’APPROPRIATION ORIGINELLE Dans la ligne des 2 principes précédent : cela va donner le libertarisme de droite, cohérent avec les principes précédents. Mise en avant de la liberté individuelle. On oppose une libertarisme de gauche qui va atténuer les 2 premiers principes. Principe de l’appropriation originelle : Que se passe t il si il n’y a pas de propriétaire antérieur légitime ? Exemple : je découvre une ile, il n’y a pas de propriétaire antérieur légitime comme dans le cas de l’éclair au chocolat. Cela pose le problème de l’appropriation originelle.
  52. 52. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits « Le titulaire initial d’un droit de propriété sur un objet est le premier à en avoir revendiqué la propriété, éventuellement à condition de s’être acquitté d’une taxe dont le montant est fixé -­‐ soit par la clause lockéenne (droit de tous à un sort au moins équivalent à ce qu’il 52 aurait été dans l’état de nature), -­‐ soit par le critère de justice painéen (droit égal de tous à la valeur des produits de la terre) » (Arnsperger et Van Parijs, p.34) « éventuellement à condition de s’être acquitté d’une taxe dont le montant est fixé » corrige le principe « Le titulaire initial d’un droit de propriété sur un objet est le premier à en avoir revendiqué la propriété,… » (Libertarisme de droite) Libertarisme de droite : le premier à revendiquer la propriété d’un bien est le propriétaire de ce bien. Premier arrivé, premier servi. LE CAS DE LA SOURCE D’EAU Illustration des 3 principes. Marche dans le désert du Sahara pendant 1 mois pour les personnes ayant réussi l’examen d’éthique. Problème : coup mal calculé et on se rend compte qu’on manque d’eau. On commence à avoir très soif, à ce moment là, quelqu’un découvre une source d’eau (Monsieur X). • Libertarisme « de droite » de KIRZNER : le premier arrivé est le premier servi. Si monsieur X est un libertarien de droite, je deviens propriétaire de cette ressource car pas de propriétaire antérieur. Les autres ont soif aussi, et monsieur X est tenté de commercialiser cette source : il propose un contrat dans lequel il autorise à consommer un peu d’eau à condition qu’au retour, les personnes ayant reçu de l’eau acceptent de rentrer dans son entreprise pour une durée de 20 ans pour un salaire de 750 euros par mois, non indexable, etc. pour une durée de 60 heures par semaine. On accepte ou non (mais si non on meurt de soif). • Libertarisme « intermédiaire » de Fourier et Nozick : clause lockéenne. Hypothèse dans laquelle cette source d’eau n’est le propriété de personne, tout le monde va boire à cette source jusqu’à être rassasié, et le propriétaire ne peut pas l’empêcher de le faire, par contre il en reste le propriétaire. Si il décide de la redistribuer à d’autres villages à un moment donné, ou autre, il en est le légitime propriétaire. Il peut utiliser cette source d’eau au delà du seuil qui remplit les conditions de vie… 1 ère option du libertarisme de
  53. 53. Ethique & RSE 2012-­‐2013 Manon Cuylits gauche. 2ème option : chaque personne possède un droit égal à la valeur des produits de la terre 53 • Libertarisme « de gauche » de Paine et Steiner : partage égal de la rente foncière. Défend l’idée d’un partage égal de la rente foncière. Critère qu’on va mettre en avant : chaque être humain est propriétaire de l’ensemble des ressources naturelles, autrement dit quand on se ballade ensemble dans le désert, on est tous à égalité. Même si monsieur X découvre la source d’eau en premier, on est tous propriétaires légitimes de ce bien commun. Tout le monde est propriétaire de tous les biens communs, ressources naturelles, etc. LE LIBERTARISME DE GAUCHE Défendre les 2 principes qu’on a vu + le 3ème en défendant le critère de Paine qui établit que chaque être humain est propriétaire égal avec les autres des ressources de la terre. Ces libertariens là (Paine) : • Ils justifient une fiscalité au-­‐delà du seuil minimal en avançant l’idée que tout être humain est propriétaire d’une part égale de la terre. • Or cette terre est un facteur de production, comme le travail et le capital. (tout comme le travail sous toutes ses formes, et le capital sous toutes ses formes). • Ce facteur génère des revenus : le revenu du capital. Si on donne de l’argent à une entreprise, du capital, on est propriétaire du revenu de ce capital. Nom du revenu du travail : le salaire. L’idée des libertariens de gauche : la terre génère des revenus : les revenus de la terre. • Chaque personne est donc la légitime propriétaire d’un revenu, provenant d’une rente foncière, même sans travailler et sans détenir du capital. En tant que propriétaire d’une partie des ressources naturelles, il est propriétaire d’une partie de la rente foncière qui est le revenu de la terre. Chaque être humain doit percevoir un revenu blablabla. Justifie que l’Etat redistribue les richesses des personnes les plus riches aux plus pauvre. D’ou justification d’une fiscalité au delà du seuil minimum (c’est à dire que l’Etat peut redistribuer les richesses au nom de l’argument que chaque personne est légitime propriétaire) Exam : Retenir le libertarisme de Gauche et de Droite. Qqn comme Nozick lui, défend une sorte de libertarisme intermédiaire, ne pas retenir la clause lockéenne en détail.

×