Point 
1.3 
: 
La 
régulation 
des 
institutions 
financières 
en 
matière 
de 
risque 
Manon 
Cuylits 
ICHEC 
2012 
-­‐ 
...
1. 
Capital 
& 
réglementation 
Les 
banques 
n’ont 
structurellement 
pas 
besoin 
de 
capital 
pour 
fonctionner 
: 
ell...
Bâle 
1 
Approches 
imposées 
Règle 
1 
: 
Ø POINT 
1 
: 
Cooke 
Ratio 
: 
les 
Fonds 
Propres 
doivent 
être 
≥ 
8% 
des...
Règle 
2 
: 
푻풐풖풔 풍풆풔 풂풄풕풊풇풔 
푪풂풑풊풕풂풍 
< ퟐퟎ 
Où 
푭풐풏풅풔 푷풓풐풑풓풆풔 
푨풄풕풊풇풔 
> ퟓ% 
Les 
actifs 
ne 
sont 
pas 
pondérés 
par 
l...
Amendements 
1996 
Première 
réaction 
à 
Bâle 
1 
= 
G3O 
Policy 
Recommandations 
G30 
= 
Directeurs 
de 
banques, 
deal...
Bâle 
2 
Objectifs 
de 
Bâle 
2 
: 
Ø Renforcer 
la 
stabilité 
du 
système 
bancaire 
(Bâle 
1) 
Ø Abandonner 
le 
syst...
è 
Quand 
le 
revenu 
de 
la 
banque 
ì, 
le 
risque 
opérationnel 
ì 
car 
l’activité 
a 
ì 
Ø Approche 
standard 
(...
Coût 
du 
crédit 
: 
coût 
auquel 
la 
banque 
achète 
l’argent 
+ 
coût 
qu’elle 
doit 
supporter 
sur 
ses 
FP 
+ 
prime...
Bâle 
2,5 
Implémentés 
le 
31 
décembre 
2011 
Bâle 
3 
Réponse 
à 
la 
récente 
crise 
financière 
Banques 
plus 
libres...
5. 
Ratio 
de 
liquidité 
Le 
Comité 
de 
Bâle 
propose 
la 
mise 
en 
place 
de 
2 
ratios 
de 
liquidité 
en 
+ 
du 
rat...
Dodd 
Frank 
Act 
AIFMD 
Directive 
Dodd-­‐Frank 
Wall 
Street 
Reform 
and 
Consumer 
Protection 
Act 
: 
(signé 
par 
Ob...
3. 
Solvency 
1 
& 
2 
(= 
solvabilité 
1 
& 
2) 
Réglementation 
des 
compagnies 
d’assurance 
(>< 
Bâle 
: 
réglementati...
4. 
Capital 
économique 
et 
RAROC 
Capital 
Economique 
En 
comparaison 
au 
capital 
réglementaire, 
le 
capital 
économ...
Interaction 
des 
risques 
Les 
banques 
calculent 
le 
capital 
économique 
pour 
chaque 
risque 
et 
chaque 
business 
u...
RAROC 
(Risk 
Adjusted 
Return 
On 
Capital) 
RAROC 
= 
return 
on 
economic 
capital 
pour 
une 
business 
unit 
ou 
un 
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La régulation des institutions financières en matière de risque

873 vues

Publié le

Institutions financières

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
873
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La régulation des institutions financières en matière de risque

  1. 1. Point 1.3 : La régulation des institutions financières en matière de risque Manon Cuylits ICHEC 2012 -­‐ 2013
  2. 2. 1. Capital & réglementation Les banques n’ont structurellement pas besoin de capital pour fonctionner : elles récoltent des fonds par leur activité d’intermédiation (BFR négatif). Mais elles ont besoin de capital à cause des risques qu’elles prennent (risque de change, de taux, de crédit, d’options implicites, systémiques, de solvabilité, opérationnels, de liquidité, etc. è Risques de marché, risques financiers & autres risques). 1. Fonction du capital bancaire : Ø Fournir un rendement intéressant aux actionnaires (pour qu’ils déposent du K) Ø Eviter l’incitation à prendre trop de risques (si K trop petit) Ø Absorber les pertes de la banque Ø Protéger les dépôts Ø Satisfaire la réglementation Pour cela, le capital bancaire doit être permanent, ne pas comporter de charges fixes (qui peuvent provoquer la faillite si non effectués) et être subordonné aux déposants. Intérêts des actionnaires Intérêts des déposants et/ou managers Minimiser la quantité de capital (car cela coute cher) Maximiser la quantité de capital (coussin de sécurité) Maximiser l’effet de levier Maximiser les réserves Maximiser le rendement Minimiser le risque …d’où l’intérêt de la réglementation 2. Définitions du capital bancaire : Ø Capital propre = capital disponible apporté par les actionnaires è pas suffisant, on a ajouté d’autres postes du passif LT aux FP. Ø Capital réglementaire = capital minimum qu’une banque doit détenir pour couvrir les éventuelles pertes Ø Capital économique = capital que la banque devrait avoir en fonction des risques pris et de la volatilité des recettes (cf. RAROC è !"#$%&'(!!!!"#$%!!"#$"% !""#$%&#' !"#$%"& é!"#"$%&'( ) 3. Contraintes du capital bancaire : Ø Contrainte 1 : capital réglementaire Les régulateurs imposent un montant de capital bancaire minimum pour couvrir les risques pris. Plusieurs passifs peuvent être considérés comme du capital bancaire è Tier1 (ex : les actions ordinaires = equity) et Tier2 (ex : les dettes subordonnées à LT). + Modèle utilisé par les régulateurs : cf. page 5 Ø Contrainte 2 : Dépôt de garantie La plupart des pays ont un programme de dépôt de garantie afin de protéger les déposants contre les pertes jusqu’à un certain niveau. Sans assurance dépôt, les déposants effectueraient un monitoring étroit de la banque et en cas de doute ils retireraient leurs fonds è offrir des dépôts de garantie encourage les banques à prendre des risques. Elles offrent des dépôts à taux élevé et investissent à risque, les déposants sont attirés car ils se savent protégés. 2. Les accords de Bâle et autre réglementations Objectif des accords de Bâle : améliorer la stabilité du système financier international par l’introduction d’exigences de Fonds Propres applicables à toutes les banques. Au départ, Bâle = recommandation. Maintenant, elle a été rendue obligatoire en Europe à travers une directive, mais dans certains pays ca reste une recommandation. Avant 1988: régulation nationale (FP/actifs) 1988: BIS Accord (Bale 1) 1996: Amendement Bale 1 (introduction risque de marché) 1999: Bâle 2 proposé pour la 1ère fois 2008: Adoption de Bâle 2 dans l'UE 2009: Bâle 3 en réponse à la crise 2013: Implémentation Bâle 3, phase 1
  3. 3. Bâle 1 Approches imposées Règle 1 : Ø POINT 1 : Cooke Ratio : les Fonds Propres doivent être ≥ 8% des actifs (= crédits) pondérés par le risque (=RWA) 푪풂풑풊풕풂풍 풓é품풍풆풎풆풏풕풂풊풓풆 푺풐풎풎풆 풅풆풔 풄풓é풅풊풕풔 풑풐풏풅é풓é풔 ≥ ퟖ% Capital réglementaire = Tier1 + Tier2 • Tier1 = actions + primes d’émission + bénéfices reportés – pertes de l’année en cours • Tier2 = réserves de réévaluation + fonds pour risques bancaires généraux + dettes subordonnées – goodwill & immobilisations corporelles – participations dans d’autres activités financières RWA = somme des crédits pondérés (dans le bilan) & somme des équivalents de crédit (hors bilan). La banque fait du hors bilan, Bâle 1 réglemente aussi cela. Les FP doivent également couvrir les risques hors bilan selon une approche forfaitaire. • La somme des actifs « dans le bilan » pondérés par le risque : le ratio dépend de l’ensemble des risques de crédit pris à l’actif. Tous les risques de crédit n’ont pas la même intensité. On va prendre en compte la nature de la contrepartie dans le calcul du ratio. (Pondération forfaitairement imposée sous Bâle 1) (+ cf. page 11) o Obligations d’Etat de l’OCDE : 0% è FP réglementaires = 0% * 8% = 0 o Crédits interbancaires, aux secteurs publics de l'OCDE, aux états hors OCDE : 20% è FP réglementaires = 20% * 8% = 1,6% * Encours o Garanties bancaires, prêts hypothécaires : 50% è FP réglementaires = 50% * 8% = 4% * Encours o Crédits au secteur privé (ex : entreprises) : 100% è FP réglementaires = 100% * 8% = 8% * Encours • La somme des « credit equivalent amount », des actifs « hors bilan » pondérés par le risque : pour chaque actif hors bilan, on calcule un « credit equivalent amount » (CEA) sur lequel on appliquera une pondération. Le CEA est calculé comme le cout de remplacement (si positif) auquel on ajoute un « add-­‐on factor » qui varie d’un instrument à l’autre (cf. page 12). Ø POINT 2 : Au moins 50% du capital doit être Tier1 Les FP sont des ressources sures, non remboursables aux actionnaires en cas de perte à l’actif, permettant de rembourser les déposants. Ils doivent être proportionnels aux risques pris à l’actif. Ce sont des ressources chères è ROE = coût des FP = ± 12% >< coût des dépôts = ± 4-­‐5%
  4. 4. Règle 2 : 푻풐풖풔 풍풆풔 풂풄풕풊풇풔 푪풂풑풊풕풂풍 < ퟐퟎ Où 푭풐풏풅풔 푷풓풐풑풓풆풔 푨풄풕풊풇풔 > ퟓ% Les actifs ne sont pas pondérés par le risque ici, et comprennent les substituts directs de crédit qui sont hors bilan. è on veut contrôler la taille de l’actif par rapport aux Fonds Propres. Critique des accords de Bâle 1 : Le fait d’intégrer le risque de marché n’a pas annulé le problème de l’uniformité des crédits. La prise en compte des différences de risque de crédit est insuffisante (0%, 20%, 50% et 100%) Rapport incohérent entre les FP réglementaires et les FP économiques è incite les banques à prendre des risques. Autres faiblesses de Bâle 1 : Ø Couvre uniquement le risque de crédit Ø Ne considère pas les effets de diversification du portefeuille Ø Ne considère pas les différentes maturités Ø Prise en compte très limitée des effets réducteurs de risque (garantie, titrisation, netting, etc.) è nécessité de revoir les accords de Bâle 1
  5. 5. Amendements 1996 Première réaction à Bâle 1 = G3O Policy Recommandations G30 = Directeurs de banques, dealers en dérivés, utilisateurs de produits, professeurs, comptables et avocats. Ils publient 20 recommandations en 1993 car ils estiment que Bâle 1 est mal fait. (cf. page 13) Suite à la réaction du G30, premier amendement de Bâle 1 en 1996. Implémenté en 1998. On constate que les banques n’ont pas que le risque de crédit mais toute une série d’autres risques également. Règle 1 : En plus de la règle de Bâle 1 concernant le capital pour le risque de crédit, les banques doivent mesurer et garder du capital pour le risque de marché pour tous les instruments dans le trading book, y compris ceux hors bilan. è On va imposer aux banques de mesurer le risque de marché en + du risque de crédit, et de couvrir ces deux risques avec leur capital. Risque de marché = risque de perte ou de dévaluation sur les positions prises suite à des variations des prix (cours, taux) sur le marché. Le capital exigé est : La banque va pouvoir calculer elle-­‐même une VaR è m = facteur de correction, il est fonction du back test è si le test n’est pas bon, si trop d’exceptions, on doit affecter un facteur au capital, si le test est bon, le m est plus petit. Il y a une correction du capital pour la correction du modèle celle de la veille + la VaR moyenne sur les 60 derniers jours, on prendra la meilleure des deux (max). & SCR = charge de risque spécifique à l’entreprise. (cf. point 2.1. le risque de marché) Règle 2 : Les banques doivent prévoir du capital pour le risque de crédit pour tous les postes du bilan sauf les positions dans le trading book suivantes : les dettes et capitaux propres en titres négociés, les matières premières et les devises. Capital total après l’amendement de 1996 : On prend 8% d’un plus gros paquet è 8% du RWA pour le risque de crédit + du RWA pour le risque de marché. On a augmenté le capital pour intégrer un deuxième risque.
  6. 6. Bâle 2 Objectifs de Bâle 2 : Ø Renforcer la stabilité du système bancaire (Bâle 1) Ø Abandonner le système de couverture forfaitaire Moyens d’action : Ø Prise en compte différenciée du risque des opérations = principale révolution de Bâle 2. è Les banques peuvent calculer elles-­‐mêmes le risque, on abandonne le système forfaitaire de pondération mais il y a des contraintes : le régulateur doit accepter (ou non). Ø Utilisation de modèles plus précis d’évaluation du risque Ø Le capital est toujours fonction du profil de risque propre à chaque banque MAIS … Ø … les banques ont le choix entre plusieurs approches pour définir le capital réglementaire Finalité: le volume du capital réglementaire du système bancaire reste inchangé. Eléments du nouvel accord : 3 piliers Pilier 2 : Surveillance par les autorités prudentielles Pilier 1 : Exigences minimales de FP Pilier 3 : Transparence et discipline de marché Ø Evaluation : Evaluation des risques et du capital spécifique à chaque banque Ø Communication : Communication plus soutenue & régulière avec les banques Ø Sanctions Couverture de 3 risques via FP : 1) risque de crédit è nouvelle approche interne de calcul peut être utilisée 2) risque opérationnel è nouveau 3) risque de marché è même approche (1996) Obligation accrue de publication sur : Ø structure du capital Ø méthodes d’évaluation des risques Ø exposition au risque Ø etc. + Nouveau ratio de solvabilité On doit instaurer le pilier de surveillance car on autorise les banques à utiliser des approches internes pour le calcul du RWA. En outre, les banques doivent communiquer sur leurs actions, c’est contrôlé et cela peut être sanctionné si elles trichent. è Bâle 2 a renforcé le ratio, le contrôle, etc. mais cela n’a pas forcément changé les choses. On a ajouté un risque (opérationnel) et laissé un peu plus de liberté dans le calcul du RWA. Capital requis sous Bâle 2 : 푪풂풑풊풕풂풍 풓é품풍풆풎풆풏풕풂풊풓풆 (푻풊풆풓ퟏ + 푻풊풆풓ퟐ) 푹풊풔풒풖풆 풅풆 풄풓é풅풊풕 + 푹풊풔풒풖풆 풐풑é풓풂풕풊풐풏풏풆풍 + 푹풊풔풒풖풆 풅풆 풎풂풓풄풉é ≥ ퟖ% Nouveau : Ø Méthodes de mesure du risque de crédit Ø Méthodes de mesure du risque opérationnel Inchangé : Ø Définition du capital réglementaire Ø Capital minimum requis = 8% des actifs pondérés par le risque Ø Méthode de mesure du risque de marché Risque opérationnel = risques de pertes résultant d’une défaillance attribuable aux personnes, aux systèmes, aux processus ou aux évènements extérieurs. Il regroupe les catégories d’évènements suivantes : Ø Fraude interne ou externe Ø Sécurité des installations, des systèmes informatiques, des personnes Ø Erreurs de processus, d’encodage (ex : hairy fingers è encoder 5 zéros au lieu de 4), de transmission des données, d’information aux clients Mesure et calcul des exigences de FP pour le risque opérationnel : Ø Approche de l’indicateur de base : 푭푷풐풑é풓풂풕풊풐풏풏풆풍풔 = ퟏퟓ% ∗ 푷풓풐풅풖풊풕 푵풆풕 푩풂풏풄풂풊풓풆푻푶푻푨푳 Produit Net Bancaire (PNB) = Revenus de la banque.
  7. 7. è Quand le revenu de la banque ì, le risque opérationnel ì car l’activité a ì Ø Approche standard (par ligne de produit) : è pour chaque ligne de métier (i), un indicateur d’exposition unique est multiplié par un facteur de pondération reflétant le risque de l’activité (cf. page 18) 푭푷풐풑é풓풂풕풊풐풏풏풆풍풔 = 휷풊 ∗ 푷푵푩풊 Approche interne : « mesures avancées » : Les exigences en FP sont calculées en interne par les banques sous respect de plusieurs critères (+ cf. page 19) Critère général : Ø approbation d’un réviseur Critères qualitatifs : Ø Fonction de gestion du risque opérationnel indépendante Ø Implication des dirigeants Ø Intégration dans la gestion des risques quotidiens Ø Reporting régulier Ø Etc. Critères quantitatifs : Ø Prise en compte des pertes sévères Ø Système de base de données cohérent et fiable Ø Procédures pour le traitement de données externes Ø Historique de données de 5 ans Implémentation Aux USA En Europe (Union Européenne) Bâle 2 : uniquement pour les grandes banques internationales Basel 1A (// Bâle 1) : pour les petites banques régionales Bâle 2 : imposé aux sociétés de bourses et à toutes les banques Conséquences des accords de Bâle 2 Conséquences sur la gestion interne : Ø Intensification de la gestion des risques Ø Développement des compétences en matière de rating Ø Meilleure allocation des FP (pas de gaspillage des ressources) Conséquences sur l’activité de crédit : Ø Approche + sélective du risque de crédit et meilleure prise en compte du risque dans la décision d’octroi Ø Gestion active du portefeuille de crédits Ø Tarification des crédits Tarification de crédit : La probabilité de défaillance incite à définir une tarification adaptée au risque. Dans l’ancienne approche, la banque devait mettre le même montant de capital peu importe le risque è tarification fixe. Maintenant elle doit mettre du capital en fonction de son risque. è Si elle décide de prendre moins de risque, elle peut mettre moins de capital et donc demander des taux d’intérêt moins élevés.
  8. 8. Coût du crédit : coût auquel la banque achète l’argent + coût qu’elle doit supporter sur ses FP + prime de risque sur le crédit. Sous Bâle 2, les FP ne sont plus une couche uniforme (≠ 8%), si on garde la même prime de risque, la courbe se redresse. Les bons clients payent leurs crédits moins cher qu’avant et les mauvais payent plus cher.
  9. 9. Bâle 2,5 Implémentés le 31 décembre 2011 Bâle 3 Réponse à la récente crise financière Banques plus libres mais avec des contraintes Règle 1 : Stressed VaR for market risk (calculée sur une période de marchés stressés d’un an) On rajoute un montant en capital, fonction de la stressed VaR. Ø VaR = sur base de l’estimation de la distribution des pertes et gains sur un horizon temporel, on calcule la perte au delà d’un certain intervalle de confiance. Ø Stressed VaR = calculée sur un autre horizon temporel (stressé), on va se baser sur une série de données sur 1 an ou il y a eu beaucoup de stress (forte volatilité) – scénarios extrêmes Généralement, on essayera de prendre une période avec le moins de stress possible, sinon cela augmente le montant qu’on doit mettre en capital. NB : si mc = ms, le capital double. Objectifs de Bâle 3 : L’idée du comité est de pouvoir comparer la solidité des banques les unes avec les autres et s’assurer qu’elles pourront absorber des montants de pertes importants afin d’éviter de nouvelles faillites. 6 mesures de Bâle 3 : 1. Nouvelle définition du capital + exigences du capital 2. Buffers de sécurité 3. Buffers contre-­‐cycliques 4. Ratio de levier (leverage ratio) 5. Ratio de liquidité 6. Capital pour le CVA risk Règle 2 : Incremental Risk Charge (IRC) Il faut s’assurer que les produits tels que les obligations ou les dérivés de crédit du trading book ont la même exigence en capital que si ils avaient été dans le banking book. Même dans le trading book on doit calculer le risque de crédit. Sous Bâle 2, le capital pour une obligation soumise au risque de crédit a tendance à être plus faible dans le trading book que dans le banking book. L’objectif ici est qu’un instrument soumis au risque de crédit dans le trading book donne lieu à un capital au moins égal à celui qu’il aurait généré si il avait été dans le banking book 1. Renforcement des FP Selon le comité, il existe des FP de meilleure qualité que d’autres dans leur capacité d’absorption des pertes. Il s’agit ici d’améliorer la qualité du « noyau dur » des capitaux des banques, le Core Tier1 Il existe 3 types de FP : le Common equity Tier1, l’Additional Tier1 et le Tier2 (implémentation en janvier 2015) On va mettre en place des nouvelles définitions restrictives de ces 3 types de FP (janvier 2018) et imposer des limites : Ø Common equity > 4,5% du RWA (avant : 2%) Ø Tier1 > 6% du RWA Ø Tier1 + Tier2 > 8% du RWA Règle 3 : Comprehensive Risk Measure (CRM) è remplace IRC Ces mesures ont été créées pour s’assurer qu’il y a suffisamment de capital pour les instruments du trading book qui dépendent des corrélations de défaut de crédit (ABS et CDO) (cf. page 22) 2. Capital Conservation Buffer (entre janvier 2016 et janvier 2019) 2,5% de Common Equity supplémentaires exigés en temps normal pour absorber les pertes en période de stress. Les banques doivent se recapitaliser. Si le Common Equity total < 7% (4,5% + 2,5%), les dividendes sont limités. 3. Création de « coussins contracycliques » (entre janvier 2016 et janvier 2019) En haut de cycle (quand ça va bien), les banques doivent créer des coussins contracycliques en mettant en réserve leurs résultats, afin de créer un buffer, utilisé en cas de crise (quand ça va mal) et reconstitué en cas de période faste. Ce sont des FP supplémentaires pour faire face à la cyclicité du business des banques. (>2,5% du RWA). Si le capital est en dessous du niveau requis, dividendes limités. 4. Modification du ratio d’effet de levier (janvier 2018) 푅푎푡푖표 푑푒 푙푒푣푖푒푟 = 푇푖푒푟 1 푇표푡푎푙 퐸푥푝표푠푢푟푒 (푛표푡 푟푖푠푘 푤푒푖푔ℎ푡푒푑) > 3% (푠표푢푠 퐵â푙푒 2:5%) L’exposition totale inclut tous les éléments au bilan et certains hors bilan.
  10. 10. 5. Ratio de liquidité Le Comité de Bâle propose la mise en place de 2 ratios de liquidité en + du ratio de solvabilité (= ratio des FP). Ø Le « liquidity coverage ratio » (janvier 2015) : ratio CT qui exigerait des banques internationales de détenir un stock d’actifs sans risque, facilement négociables, afin de résister pendant 30 jours à une crise. 퐿퐶푅 = 퐻푖푔ℎ 푄푢푎푙푖푡푦 퐿푖푞푢푖푑 퐴푠푠푒푡푠 푁푒푡 퐶푎푠ℎ 푂푢푡푓푙표푤푠 푓표푟 30 푑푎푦푠 푝푒푟푖표푑 ≥ 100% Ø Le « net stable funding ratio » (janvier 2018) : ratio LT ayant le même objectif mais sur 1 an. L’idée de ce ratio est que les établissements de crédit doivent investir dans des actifs à LT (ex : immobilier) qu’avec des ressources à LT. (// actifs CT) 푁푆퐹푅 = 퐴푚표푢푛푡 표푓 푆푡푎푏푙푒 퐹푢푛푑푖푛푔 푅푒푞푢푖푟푒푑 퐴푚표푢푛푡 표푓 푆푡푎푏푙푒 퐹푢푛푑푖푛푔 ≥ 100% + cf. pages 26 -­‐ 27 6. Capital for CVA risk CVA = ajustement de valeur d’une transaction avec une contrepartie afin de prendre en compte le « counterparty credit risk ». Bâle 3 veut inclure dans le calcul de market-­‐risk VaR le risque de contrepartie « CVA risk » provenant de changement de spread de crédit. Résumé : Tier1 va augmenter jusque 4,5% On va y ajouter 2,5% de conservation buffer et les coussins contracycliques. Les FP vont ì et les résultats vont î parce qu’on diminue l’activité, la prise de risque, et que d’autres facteurs rentrent en compte: le ROE va î et il sera encore + difficile de trouver du K Une des conséquences : émergence des Contingent Convertible Bonds (COCO) et des Equity Swaps COCOs = obligations automatiquement converties dés que le capital descend sous les 7% requis du RWA
  11. 11. Dodd Frank Act AIFMD Directive Dodd-­‐Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act : (signé par Obama le 21/07/10) Volet législatif de la réforme du marché financier engagée par l’administration Obama suite à la crise des subprimes et la crise financière. Il est considéré comme l’un des plus gros changements du cadre réglementaire depuis le New Deal, inversant le mouvement de déréglementation et de déréglementation financière engagé depuis Reagan (au moins partiellement). AIFMD = Alternative Investment Fund Managers Directive : proposition de loi de l’UE Supervision des Hedge Funds et des Private Equity Funds (=Fonds de Placement Privés) par l’organisme de régulation de l’UE. Objectifs : Ø Promouvoir la stabilité financière des Etats-­‐Unis en améliorant l’accountability (la responsabilisation) et la transparence dans le système financier, Ø Mettre fin au too big to fail, Ø Protéger le contribuable américain en mettant fin aux sauvetages financiers (ending bailouts) Ø Protéger le consommateur des pratiques de services financiers abusifs Ø Etc. Ø Un Private Equity Fund doit nommer un expert /évaluateur indépendant et un dépositaire indépendant Ø Un Private Equity Fund avec des investisseurs de l’UE doit divulguer son business plan pour une entreprise en portefeuille (dans laquelle le PEF investit) à cette entreprise, aux autres actionnaires et employés et doit rendre cette information publique Ø Les investisseurs ne peuvent pas investir hors UE sauf si sous un régime équivalent Ø Limites imposées au levier : 1x le montant Dispositions majeures de la loi : de capital dans le fond Ø La création de nouvelles agences de réglementation (en particulier le FSOC : Financial Stability Oversight Council è surveillance du risque systématique) Ø Les pouvoirs des agences existantes sont modifiés et renforcés (ex : pouvoirs de la SEC : Securities and Exchange Commission, chargée de la surveillance de Wall Street) Ø La réforme du Federal Reserve Act de 1913 créant la Réserve Fédérale è elle devient entre autre responsable de la supervision de la supervision des non-­‐bank financial institutions (= les institutions financières engagées dans certaines activités bancaires sans être formellement enregistrées comme banques) Ø La limitation importante de l’investissement des banques dans des fonds de pension ou de capital-­‐risque (règle Volcker) Ø Une modification majeure du régime des produits dérivés financiers, créés à l’issue de la vague de déréglementation des marchés (ex : central clearing for OTC derivatives, originators of ABS must keep « skin in the game »). Ø Des protections renforcées pour le consommateur et l’actionnaire (ex : + de K pour les SIFIs) Ø Des protections renforcées pour les demandeurs de crédit, notamment en matière immobilière è leur manque fut la cause immédiate et plus apparente de la crise des subprimes. (Ex : plus d’utilisation des ratings externes)
  12. 12. 3. Solvency 1 & 2 (= solvabilité 1 & 2) Réglementation des compagnies d’assurance (>< Bâle : réglementation des banques) è USA : surtout au niveau de l’Etat >< Europe : Surtout au niveau de l’UE. Solvency 1 Solvency 2 Directive votée en 2009 & appliquée fin 2012 (+ cf. page 35 : actu) Objectifs : Moderniser et harmoniser les règles de solvabilité applicables aux entreprises d’assurance et de réassurance afin de : Ø Renforcer la protection des assurés Ø Inciter à l’amélioration de la gestion du risque Ø Harmoniser les règles au niveau Européen Pilier 1 : Exigence de Capital Exigence de FP pour le risque d’investissement, le risque de souscription et le risque opérationnel. Approche Standard vs. Approche Interne (è pour les modèles internes : confiance de 99,5% sur une année) Spécifie le Minimum Capital Requirement (MCR) et le Solvency Capital Requirement (SCR). Ø Si le capital tombe en dessous du SCR, la compagnie d’assurance doit soumettre un plan pour le ramener au dessus du SCR Ø Si le capital tombe en dessous du MCR, les superviseurs vont probablement empêcher la compagnie d’assurance de prendre de nouvelles activités Moyens d’action : Exigences quantitatives et qualitatives au travers de 3 piliers : Ø Capital minimal (MCR et SCR) et réserves techniques suffisantes Ø Evaluation qualitative de la gestion des risques Ø Transparence et information Pilier 2 : Cadre du contrôle Complète le pilier 1 et permet à l’autorité de contrôle d’évaluer : Ø Le contrôle interne Ø La gestion des risques Ø La gouvernance d’entreprise En cas d’insuffisance è augmentation de SCR Pilier 3 : Discipline de marché Harmonisation des reportings et obligations de publication vis-­‐à-­‐vis des : Ø Assurés Ø Investisseurs Ø Autorités de marché Accessibilité, transparence et comparabilité européenne Tier1 : Tier2 : Capital Social + Bénéfices mis en réserves Prêts subordonnés aux assurés, avec des critères Tier3 : Prêts subordonnés, sans exigence de critères Comparaison « One model fits all » è solvabilité mesurée sur base du volume d’affaires souscrites « Entity specific requirements » è risque qde marché, de crédit et opérationnel Centré sur le passif Centré sur l’actif & le passif è Une exigence de capital de solvabilité est déterminée afin de préserver la solvabilité sur un horizon d’1 an dans 99,5% des cas
  13. 13. 4. Capital économique et RAROC Capital Economique En comparaison au capital réglementaire, le capital économique est évalué par la banque elle-­‐même. Choix des paramètres Ø Le choix des paramètres dépend du rating qu’on veut avoir. Ex : Si une banque veut maintenir un rating AA, elle va choisir son niveau de capital de telle manière que X soit à 99,5% sur un horizon d’1 an è Cela provient des statistiques des agences de notation selon lesquelles une société notée AA a une probabilité de défaut de 0,05% sur 1 an Distribution des gains/pertes du risque de marché sur 1 an Distribution des gains/pertes du risque de crédit sur 1 an Distribution des gains/pertes du risque opérationnel sur 1 an Importance des risques Ø Pour les banques commerciales, le risque le plus important est celui de crédit Ø Pour les banques d’investissement et de commerce, le s risques les plus importants sont ceux de marché et de crédit Ø Pour la gestion d’actifs, le risque le plus important est le risque opérationnel 1. La banque détermine la distribution de ses pertes et gains 2. La banque détermine la moyenne è expected loss 3. La banque détermine son seuil, son écart type è worst case loss 4. La banque détermine son capital économique Ø La perte moyenne (Expected Loss) est couverte par les primes de risques demandées par la banque Ø La perte maximale (Worst Case Loss) c’est l’incertitude autour de cette moyenne (= écart type), elle sera couverte par le capital économique VaR = unexpected loss è = probabilité de défaut Capital économique = expected loss -­‐ VaR
  14. 14. Interaction des risques Les banques calculent le capital économique pour chaque risque et chaque business unit, elles doivent ensuite les aggréger en tenant compte des corrélations Exemple: estimation du capital économique Capital économique total: Ø Business unit 1: 100,00 Ø Business unit 2: 153,70 Ø Capital économique de la banque calculé: 203,20 Ø Bénéfice de diversification: 253,70 – 203,20 = 50,50 Comment allouer le bénéfice de diversification entre les business units? Et comment allouer le capital économique total? è Solution voir livre LGD (=Loss Given Default) = perte en cas de défault PD = Probabilité de défaut è LGD et PD dépendent de la valeur de marché Les risques opérationnels peuvent être subordonnés aux évolutions du marché et aux évènements de crédit. Corrélations entre les risques: Ø Le risque de marché et le risque de crédit dans une même business unit: 0,5 Ø Le risque de marché et le risque opérationnel dans une même business unit: 0,2 Ø Le risque de crédit et le risque opérationnel dans une même business unit: 0,2 Ø Le risque de marché dans les 2 business units: 0,4 Ø Le risque de crédit dans les 2 business units: 0,6 Ø Le risque opérationnel dans les 2 business units: / (0)
  15. 15. RAROC (Risk Adjusted Return On Capital) RAROC = return on economic capital pour une business unit ou un produit 푅퐴푅푂퐶 = 퐸(푅) 퐸퐶 = 푝푟표푓푖푡 푎푡푡푒푛푑푢 푎푣푎푛푡 표푢 푎푝푟è푠 푡푎푥푒푠 (푟푒푡푢푟푛 − 푒푥푝푒푐푡푒푑 푙표푠푠) 푐푎푝푖푡푎푙 é푐표푛표푚푖푞푢푒 푎푙푙표푢é à 푐푒푡푡푒 푏푢푠푖푛푒푠푠 푢푛푖푡 표푢 푎푢 푝푟표푑푢푖푡 Le RAROC constitue un outil essentiel dans l’allocation de capital, l’analyse des performances et la gestion du risque. Exemple: Ø Quand une banque AA prête dans une certaine région du monde, elle estime ses pertes moyennes de défaut à 1% de l’encours de crédits par an Ø VaR: Les 99,9% worst case loss = 5% de l’encours de crédit Ø Le capital économique par 100$ de prêts est donc de 4$ Ø Le spread de la banque entre le coût de financement et les intérêts facturés = 2,5% & les coûts administratifs = 0,7% 푅퐴푅푂퐶 = 푅푒푡푢푟푛 − 퐸푥푝푒푐푡푒푑 퐿표푠푠 − 퐶표푠푡푠 퐸푐표푛표푚푖푐 퐶푎푝푖푡푎푙 = (0,025 ∗ 100) − (0,01 ∗ 100) − (0,007 ∗ 100) 4,0 = 20% Utilisation Ex-­‐ante ou Ex-­‐post: Ø Le RAROC peut être utilisé sur une base Ex-­‐ante è suppose que l’on dispose de prévisions des pertes (EL – Expected Loss) Ø Actuellement, le RAROC est surtout utilisé pour allouer le capital aux business units les plus rentables Ø Le RAROC est aussi utilisé sur une base Ex-­‐post pour évaluer les performances des business units de la banque. On utilise alors les pertes réalisées plutôt que les pertes attendues

×