Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
TANGER (MAROC): UNE VILLE EN PLEINE EXPANSION
DE OLIVEIRA SILVA, A.W.
BEN...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Figure 1 : Vue panoramique sur la ville de Tanger (1956)
Source : HCP(200...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
pays. La région compte plus de 2 500 000 habitants avec une densité de 21...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Figure 4 : Pyramide des âges de Tanger
Pyramide des âges de Tanger
<5
5-9...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
stratégique de la région de Tanger Tétouan sur les deux côtes Méditerrané...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
technologies de l’information et de communication ainsi que l’agro-indust...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
2.2.3 Le secteur des services et commerces
Suite au manque de données sta...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
inter-régionaux, le nombre de km de route par 1000 habitants (densité soc...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Tanger Med I. Conception et construction du nouveau port commercial de Ta...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Figure nº4: Port Tanger-Med : Un Projet Local Pour Un Rayonnement Interco...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Fig n° 5 : Implantation Economique Au Profit Du Développement Durable
La ...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Fig. n°6 : Gestion durable de l’habitat
Le port de Tanger Med est un proj...
Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano.
Le choix de la localisation de ces nouveaux centres « urbains » répond au...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dialnet tanger maroc-3244116

469 vues

Publié le

Dialnet tanger maroc-3244116

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
469
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dialnet tanger maroc-3244116

  1. 1. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. TANGER (MAROC): UNE VILLE EN PLEINE EXPANSION DE OLIVEIRA SILVA, A.W. BEN SALEM, M. MARTIN, C. SAADI, S. Université Paul Cézanne, France. email: aulan22@gmail.com 1. INTRODUCTION La présente étude porte sur l’analyse démo spatiale de la ville de Tanger (Maroc) et sur le rôle de ces éléments dans la configuration territoriale à l'échelle locale et régionale. Tanger est une ville marocaine de 670.000 habitants qui s’étend sur une superficie de 1.195km². Elle est située au Nord Ouest du Maroc à 14km du détroit du Gibraltar, ce qui lui procure une situation stratégique qui lui permet d’avoir une ouverture à la fois sur la méditerranée et sur l’Europe. Notre travail s’articule autour de deux grandes parties, la première partie consiste à présenter des données statistiques sur les différents aspects démographiques, sociaux, économiques, infrastructures et projets afin de dresser un état de fait de la situation de la ville et la deuxième partie de cette analyse s’intéresse essentiellement à la définition des différents aspects socio économiques, démographiques et spatiales de la ville de Tanger, surtout les corrélations qui peuvent exister entre eux et qui vont composer le territoire et le paysage de cette ville. 1. HISTOIRE DE LA VILLE DE TANGER La ville de Tanger a été créée au IVe siècle avant J.C, elle fut convoitée de part sa situation stratégique par de nombreuses civilisations dont les Carthaginois, Romains, Phéniciens, Berbères, Vandales, Espagnols, Portugais, Français et Anglais qui se la sont âprement disputés. Au cours de la première moitié du XXe siècle, Tanger fut gouvernée par une "autorité internationale" dirigée par une dizaine de diplomates européens. Donc la ville avait sa propre administration et ses propres lois, sa grande liberté fiscale attira banques et entreprises et contribua à la richesse de Tanger. En parallèle, de nombreuses activités frauduleuses s'organisaient : contrebande, blanchiment d'argent et prostitution... Après son intégration définitive au royaume du Maroc en 1956, le statut particulier de la ville disparut et la ville est redevenue marocaine, Tanger gardera à jamais les traces de cette incroyable histoire avec pour héritage cette ambiance cosmopolite si particulière (Figure nº 1). 23
  2. 2. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Figure 1 : Vue panoramique sur la ville de Tanger (1956) Source : HCP(2004). 2. CARACTERISTIQUES GEOGRAPHIQUES ET PHYSIQUES DE LA VILLE DE TANGER Le Maroc, pays du Nord-Ouest du continent africain, s'étale sur une superficie de 710 850 km². Le Maroc est baigné par la mer Méditerranée au Nord et l'océan Atlantique sur sa façade ouest (Figure nº2). La province de Tanger est située au Nord-Ouest du pays. Elle est délimitée par la mer Méditerranée et par le détroit de Gibraltar au Nord, au Sud il y a la province de Larache, à l’Est celle de Tétouan et à l’Ouest elle est bordée par l’océan Atlantique. La superficie de la Province de Tanger est de 1.195 km² (dont 332 km² pour la préfecture d'El Fahs - Béni Makada, créée en avril 1997). Figure 2 : La situation géographique de Tanger par rapport au Maroc et au monde Source : Tanger expo 2012 La région de Tanger-Tétouan regroupe 5 provinces : Tétouan, Larache, Chefchaouen, Tanger- Assilah et Fahs Bni Makada. Sa superficie est de 11 570 km2 , soit 1,6 % de la superficie totale du 24
  3. 3. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. pays. La région compte plus de 2 500 000 habitants avec une densité de 210 habitants par km2 , soit cinq fois plus que la moyenne nationale (Figure nº3). Figure 3 : les provinces de la région Tanger Tétouan Source : HCP(2004). 2.1. La population Selon le dernier recensement général de 2004, la Ville de Tanger compte 669 685 habitants. Elle en comptait 497.147 habitants en 1994. Ce potentiel humain représente 27,1 % de la population de la région Tanger Tétouan qui est l’une des régions les plus peuplées du Maroc (Tableau nº1). Tableau 1: Les données sur la population tangéroise en 1994 et 2004 1994 2004 Population 497 147 669 685 Menages 96 694 2244 Superficie (km2) 129,50 129,50 Densité hab/km2 3839 5171,3 Source : Direction des statistiques. Tanger a continué sa progression exponentielle. Elle a enregistré la plus forte évolution avec près de 3 % d’accroissement chaque année, soit deux fois plus que la moyenne nationale, confirmant ainsi sa forte attractivité vis-à-vis de la population nationale. La population tangéroise a été quadruplée en 50 ans, passant de 150.000 habitants en 1930 à 670.000 habitants en 2004. Cette croissance est due aux flux migratoires, notamment dans l’arrondissement de Beni Makada où la population est passée de 144 154 habitants en 1994 à 238 382 habitants en 2004 avec un taux d’accroissement de 5,2%. En revanche dans les autres arrondissements de Tanger, cette croissance a été moindre, voir même faible en comparaison avec Beni Makada: 2,7 % pour Charf Mghogha, 2,3% pour Tanger-Medina et 0,9% pour Charf El Souani. 2.1.1 Structure de la population Au Maroc, le taux brut de natalité est passé de 24,2‰ en 1994 à 19,8‰ en 2006, soit une réduction de plus de 4 points pour l'ensemble du pays. Cette baisse est de 3,1 points en milieu urbain pour la même période où ce taux est passé de 20,9‰ à 17,8‰, et atteint 5,5 points en milieu rural où il est passé de 27,8‰ à 22,3‰. Le taux brut de mortalité est passé de 6,7‰ en 1994 à 5,8‰ en 2006. 25
  4. 4. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Figure 4 : Pyramide des âges de Tanger Pyramide des âges de Tanger <5 5-9 10-14 15-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65-74 75-84 85 et + hommes femmes Il est, respectivement pour les mêmes années, de l'ordre de 4,9‰ et 4,7‰ en milieu urbain, et de 8,6‰ et 7,3‰ en milieu rural. L’espérance de vie à la naissance a connu une amélioration notable, passant, entre 1994 et 2006, de 69,5 ans à 73,5 ans pour les femmes, et de 66,3 ans à 71 pour les hommes En milieu urbain, l'espérance de vie à la naissance atteint 75,5 ans en 2006 (77,5 ans pour les femmes et 73,5 ans pour les hommes). La population de Tanger est très jeune, elle représente 12% pour les personnes âgées de 5 à 9 ans et 10,4% pour celles âgées de 20 à 24 ans. En effet, c’est à partir de 40 ans que l’on constate une nette diminution de la population par âge. 2.2. Aspects économiques Le secteur économique de la ville de Tanger est assez diversifié, à cette échelle là, nous avons pu ressortir toutes les activités économiques (sources) afin de pouvoir établir des corrélations entre différentes dimensions à la fois sociale, économique, démographique ou même environnementale. Afin de présenter le secteur économique, nous allons définir en premier lieu les différentes activités économiques de base (agriculture, industrie, services et commerces, tourisme…) au sein de la région Tanger Tétouan. 2.2.1. Agriculture Depuis des décennies, le secteur agricole présentait une part importante de l’économie marocaine, en effet le développement économique et social du pays s’est basé essentiellement sur l’agriculture en tant que source d’accumulation des capitaux afin de pouvoir développer le secteur industriel qui doit fournir par la suite de l’emploi et la technologie. Cependant, les régions du Maroc n’ont pas les mêmes caractéristiques physiques et géographiques pour permettre un développement agricole important. L’activité agricole se situe essentiellement à l’Ouest et à l’Est de la région Tanger Tétouan. La présence des plaines qui sont souvent marécageuses et imbibés de sel suite à la pénétration de la mer sont des contraintes pour la production agricole dans cette région. 2.2.2. Présentation des unités industrielles par préfecture Après l’indépendance, la région de Tanger Tétouan n’a pas développé son secteur industriel puisqu’elle n’était qu’un centre commercial de renommée mondiale. Le développement de l’industrie s’est effectué ultérieurement mais grâce à plusieurs facteurs tel que la situation 26
  5. 5. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. stratégique de la région de Tanger Tétouan sur les deux côtes Méditerranéennes et Atlantiques et surtout la proximité de l’Europe. En effet, il y a eu un développement de l’activité industrielle, en projetant plusieurs zones industrielles dans cette région ainsi que des zones franches. De ce fait, Tanger connait depuis cette période des changements significatifs qui lui ont permis d'être l’une des régions importantes du pays qui jouent un rôle dynamique dans son industrialisation. Dans ce qui suit nous allons vous présenter les données statistiques sur le secteur industriel dans chaque préfecture. - Le secteur industriel dans la préfecture de Tanger Assilah Les industries de transformations sont considérées les plus importantes dans la préfecture de Tanger Assilah vu le rôle joué par celles-ci dans l'économie de la région et l'emploi de la main d'œuvre. Dans ce cadre, la branche de textile et confection accapare la grande partie (60%) de l'ensemble des unités constituant le tissu industriel tangérois. Les unités industrielles implantées dans la préfecture ont atteint à la fin de l'année 1997 environ 650 avec approximativement 35.000 mains d'œuvres. Le nombre d'unités industrielles représente 6,5% du nombre total à l'échelle nationale. La main d'œuvre représente de sont côté 7%. La production de ces unités représente environ 4% du volume de la production nationale. En ce qui concerne l'exportation du secteur industriel, l'importance de celle-ci se traduit par une valeur de plus de 1,200 millions de DHS, soit 5% de celles enregistrées à l'échelle nationale. En dehors de la zone industrielle "A" qui abrite 132 unités et employant 18.000 personnes, il existe d'autres unités essentiellement de textile et confection qui sont éparpillées dans différents quartiers de la ville, il s'agit notamment : • Quartier de la plage • Quartier Moulay Ismail • Hay Lalla Chafia • Avenue Moulay Youssef • Avenue Youssef Ben tachfine • Route de l'aviation • Docks monopole • Route de Rabat - Le secteur industriel dans la préfecture de Fahs-Béni Makada La création récente de la zone industrielle "B" à Béni Makada et le projet des locaux professionnels pour les jeunes promoteurs ont permis de répondre aux aspirations des milieux d'affaires et susciter l'intérêt de plusieurs opérateurs économiques nationaux et étrangers, Ces derniers ont déjà manifesté leur volonté de s'y installer, garantissant sans doute à la préfecture Fahs-Béni Makada un avenir florissant dans les domaines de l'industrialisation et du commerce. A côté des zones, la préfecture abrite 37 unités industrielles opérant essentiellement dans les secteurs des matériaux de construction et confection disséminées le long de la route e Tétouan et de Rabat. A partir de ce qui précède, on peut comprendre que non seulement l’activité industrielle est présente dans la région Tanger Tétouan mais aussi que cette dernière connait une très forte croissance, en effet cette région est devenue le deuxième pôle industriel au Maroc. D’autre part, grâce aux nouveaux projets industriels, on assiste actuellement à une forte implantation des secteurs émergents tels que les composants automobiles et aéronautiques, les nouvelles 27
  6. 6. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. technologies de l’information et de communication ainsi que l’agro-industrie. Donc l’activité industrielle ne repose plus sur l’activité du textile comme source importante pour l’économie de la région. De plus, à partir des données concernant le secteur industriel, nous avons constaté que la région de Tanger Tétouan a deux zones franches et projettent trois autres zones. La zone franche de Tanger Il s’agit d’une zone franche industrielle dont l’activité est principalement orientée vers l’export. Cette zone est dotée d’une superficie de 350 ha opérationnelle depuis l’année 2000. Une extension de 150 ha est prévue à l’horizon fin 2008. À ce jour, 379 entreprises industrielles y sont installées créant plus de 42.000 emplois et totalisant un chiffre d’affaire 2007 de plus de 1 milliard d’euros. La zone franche logistique du port Cet espace comprend la zone décrétée d’une superficie de 250 ha dont la première tranche de 30 ha sera opérationnelle en octobre 2008. Une extension de cette zone a été mise à l’étude, suite au lancement de Tanger Med II. La zone franche logistique à Oued R’mel Une zone franche logistique de 127 ha destinée à l’entreposage des marchandises et une transformation/contrôle de qualité. La zone franche de Melloussa I et II A Melloussa I, un pôle, comprenant la zone franche et ses extensions, se développera, un centre satellite capable d’accueillir un noyau administratif et des activités de service, des zones d’habitat et des zones industrielles ainsi qu’une réserve stratégique. Ce pôle urbain sera desservi par l’échangeur autoroutier et une gare routière. La zone franche de Melloussa II comprendra des manufactures industrielles, des entrepôts ainsi que des bureaux (Figure nº6). 28
  7. 7. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. 2.2.3 Le secteur des services et commerces Suite au manque de données statistiques concernant les commerces et services, nous n’avons pas pu analyser ce secteur économique. Or nous allons monter dans ce qui suit le projet de la zone franche commerciale projetée dans la région de Tanger Tétouan. L’implantation de la zone franche commerciale (ZFC) est projetée sur 200 Ha au nord de Fnidq sur un site accidenté qui domine le littoral. L’accessibilité est assurée par la rocade provenant de l’est de Tanger. Les niveaux de service des liaisons routières vont s’améliorer considérablement avec le dédoublement de la RN 13, déjà réalisé, et de la RN 16, programmé. Les dynamiques de développement liées au Port Tanger-Med et la zone franche commerciale ouvrent de nouvelles perspectives économiques plus stables pour Fnidq (actuellement, l’emploi s’appuie sur le commerce illicite) (Figure nº7). 2.2.4. Le tourisme La situation privilégiée de la région de Tanger-Tétouan avec ses deux façades maritimes, donnant sur l’Atlantique et la Méditerranée, constituent des atouts majeurs pour le développement des activités touristiques nationales. L’activité touristique se base essentiellement sur l’activité balnéaire, apparait aussi l’importance des sites historiques de la ville de la région de Tanger Tétouan tels que les grottes d’Hercule, la Cité Gotta, les tombeaux romains, les vestiges phéniciens et portugais d’Assilah, les côtes d’Assilah jusqu’à Ksar Sghir et les espaces naturels constitués de forêts sur les deux côtes. Ces différents sites naturels et historiques ainsi que l’importante part du littoral ont permis le développement de l’activité touristique qui se définit comme étant un important pilier de l’économie régionale au même titre que l’industrie. En plus, la forte concentration d’équipements hôteliers et de résidences secondaires implantés dans la région et plus particulièrement sur la côte méditerranéenne fait du tourisme une activité omniprésente. La province de Tanger est considérée comme étant le pôle touristique le plus attractif de la région grâce à sa situation géographique qui lui offre des atouts indiscutables dans ce domaine. En effet, c’est une zone charnière entre deux espaces maritimes: l’océan atlantique et la méditerranée. Elle se caractérise par son détroit qui assure 30% du trafic maritime mondial, par ses sites pittoresques et enfin par son caractère cosmopolite. Le tableau présente le type d’établissements hôteliers, leurs nombre ainsi que leurs capacités en lits en 2000 qui est égale à 9 526 lits ; or ce nombre d’unités d’aménagement touristique a augmenté depuis, en 2008 la capacité d’accueil est de l’ordre de 13 000 lits. Cette capacité va encore augmenter à l’horizon de 2012 jusqu’à 42 000 lits, ceci grâce à la projection de nouvelles zones touristiques dans la zone du Détroit et tout au long de la côte atlantique. 3. LES INFRASTRUCTURES 3.1. Autoroutes Etant donné sa position géographique sur un axe routier des plus fréquentés (liaison avec l’Europe), la région est reliée au réseau national des autoroutes: Autoroute Tanger-Marrakech, Rocade Méditerranéenne, Autoroute Tanger-Port Tanger-Med, Autoroute Tétouan-Fnideq, etc. Le réseau routier classé de la région est d'une longueur de 1.912 km se répartissant entre les routes nationales, régionales et provinciales à raison de 22%, 26% et 52% respectivement. Cependant, il est inégalement réparti dans l’espace puisque, plusieurs douars et localités restent encore isolés, dans l’attente de l’achèvement du tronçon autoroutier Tanger-Sidi Yamani et de la rocade méditerranéenne Tanger-Saidia, qui auront des répercussions positives sur les échanges 29
  8. 8. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. inter-régionaux, le nombre de km de route par 1000 habitants (densité sociale) est de loin inférieur à celui atteint au niveau national (respectivement 0,88 et 2,1) 3.2. Voies ferrées La région est dotée d'une infrastructure ferroviaire moderne sur une longueur de 113 km, mais qui est concentrée dans le flanc ouest de la région. En effet, elle est équipée de 9 gares ferroviaires dont 5 au niveau de la Wilaya de Tanger. 3.3. Ports La région dispose de trois ports principaux (Tanger,Larache et M’diq) et de cinq ports secondaires et de plaisance (Jebha, Ksar Sghir, Assilah, Restinga et Kabila).Le port de Tanger se distingue par sa position stratégique privilégiée qui fait de lui un passage obligé vers ou en provenance de l’Europe, il est ainsi le premier port national quant au trafic des passagers mais n’intervient que pour 4,5% dans le trafic national des marchandises. La région de Tanger- Tétouan dispose de : - Ports principaux: Tanger, Larache et M’diq - Ports secondaires et de plaisance: Jebha, Assilah, Restinga et Kabila 3.4. Aéroports La région dispose de deux aéroports internationaux: l’aéroport IBN. BATTOUTA à Tanger et l’aéroport de SANIAT RMEL à Tétouan, les mouvements annuels enregistrés dans ces aéroports, durant les cinq dernières années, sont en moyenne de l'ordre de 5.908 vols et 283.440 voyageurs, ce qui représente respectivement 8% et 7% de l'ensemble des mouvements au niveau national. L’aéroport de Tanger domine de loin ces activités en s’accaparant 89% et 96% respectivement des mouvements des avions et des voyageurs de la région 3.5. L'énergie et l'eau Sur le plan énergétique, la région abrite deux connexions qui présentent une importance capitale pour le développement régional et national. Il s’agit de l’interconnexion des réseaux électriques de l’Espagne et du Maroc à travers le détroit de Gibraltar, et du gazoduc Maghreb-Europe qui peut servir dans l’alimentation de plusieurs projets industriels ou énergétiques en gaz naturel. En énergie électrique, la région abrite deux usines hydrauliques et deux centrales thermiques, le réseau électrique régional est d’une longueur de 3.991 km permettant la couverture de 60% des ménages. L’activité pétrolière dans la région se limite à l’emplissage des gaz de pétrole liquéfiés dans trois centres emplisseurs installés à Tanger, Tétouan et Larache en vue de satisfaire la demande locale en butane et propane. En matière d’eau, l’importance des cours d’eau qui parcourent la région (20% du potentiel national) ainsi que le niveau élevé de la pluviométrie (entre 600 et plus de 1.000 mm/an) confèrent à la région un potentiel hydraulique de premier ordre. La capacité de retenue des dix barrages de la région s’élève à 1.199 millions de m3 , ce qui représente 8,6% de la capacité totale nationale. Ainsi, le secteur de la production de l’eau potable a connu un essor important dans la région, grâce à la disponibilité de quatre stations de traitement des eaux superficielles. 3.6. Les projets Dans cette partie, nous allons présenter les projets existants et les projets projetés dans la région de Tanger Tétouan. 30
  9. 9. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Tanger Med I. Conception et construction du nouveau port commercial de Tanger par l’entreprise Bouygues d’après la volonté du roi Mohammed VI. Situé sur la côte méditerranéenne, à 35 km à l’est de Tanger, ce port en eaux profondes et la zone franche qui y est associée vise à encrer le pays dans l’espace euro-méditerranéen et à faire de la zone un modèle de développement régional intégré. Cette première phase du port offre des installations modernes pour répondre à des besoins variés Composantes du complexe Tanger Med. Port de Tanger Med Zones Franches logistique, industrielle Zones industrielle et commerciale Infrastructures d Infrastructures d’’appui Tronçon de 53 km don d’’autoroute reliant le port à l’axe autoroutier Casablanca Tanger Voie express reliant le port à Fnideq––Section ferroviaire de 45 km reliant le port à Tanger et au réseau Tanger national Dédoublement de RN 2 Tanger doublement Tanger-. Mise à niveau des espaces publics de la ville. Fruit d’une importante consultation partenariale, ce programme vise à l’amélioration de l’espace urbain et au repositionnement de la ville au rang des principales destinations touristiques. Dans un esprit de globalité et de vision générale touchant l’ensemble de la population, et notamment les quartiers périphériques et sous-équipés, il s’inscrit dans la complémentarité d’autres programmes. Villes nouvelles. Situé à 15 km au Sud-Est de Tanger et à 30 km du complexe portuaire Tanger Med, le pôle urbain Melloussa-Jouamaa à été identifié, au même titre que deux autres sites, comme périmètre d’accueil d’une ville nouvelle. La zone couvre un superficie de 2000 ha et permet l’intégration rationnelle de la ville nouvelle dans l’armature urbaine régionale, ainsi que la répartition optimale des fonctions. Le lancement de l’appel d’offre relatif à l’élaboration du Plan d’Aménagement débute en 2008. Tanger Med II. Le 26 avril 2007, SM le roi Mohammed VI a donné l’impulsion au projet de développement de Tanger Med II, un nouveau port à conteneurs au flanc ouest de Tanger Med I. Ce projet va conduire à la réalisation de nouveaux terminaux à conteneurs en eaux profondes, qui offriront une capacité accrue de 5 millions de conteneurs, s’ajoutant aux 3,5 millions du premier port. Cette extension confirme l’avantage compétitif de Tanger Med et sa région. 4. ANALYSE CONTEXTUELLE DE LA VILLE DE TANGER Après avoir dressé la situation démographique, sociale et économique de la ville et dans certain cas de la région, notre problématique de début était de poser la question de Tanger ville frontière et de voir les conséquences de cela sur l’évolution de la ville et de la région, mais on a été confronté au problème de disponibilité et fiabilité de données sur la région c’est pour cela l’analyse a été réorienté vers une nouvelle problématique et qui est celle de Tanger Med un projet de relance dans tous les secteurs, qui va générer des transformations territoriales et paysagères. 31
  10. 10. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Figure nº4: Port Tanger-Med : Un Projet Local Pour Un Rayonnement Intercontinental Cette carte représente la situation du port de Tanger et son aire d’influence, on a choisi comme nos recherches de données statistiques même titre Port Tanger Med : Un projet local pour un rayonnement intercontinental si on veut expliquer le choix de ce titre: Premièrement, c’est un projet local parce que le choix du site du port, était une décision prise par le roi Mohammed VI par rapport à la position stratégique dont bénéficie la ville. Deuxièmement, c’est un projet intercontinental car il va permettre à la ville, ainsi qu’à tout le Maroc, d’être en connexion avec les autres continents. Le port va être un espace de transit pour tous les bateaux vers leurs différentes destinations en passant de la mer méditerranée à l’océan atlantique. L’agrandissement représente l’importance du projet sur le niveau national en partant de la ville passant par la région puis tout le Maroc. Le dégradé de couleur représente la diffusion des différentes variables économique, sociale et environnementale. Dans les cartes suivantes, nous avons essayé de représenter l’influence économique, sociale et l’influence sur l’habitat, tout en intégrant la notion de développement durable. Par le biais de trois cartes schématiques, nous avons voulu mettre en évidence les situations et les nouvelles localisations que créera l’implantation d’un projet d’une telle envergure (Figure 5 et 6). 32
  11. 11. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Fig n° 5 : Implantation Economique Au Profit Du Développement Durable La localisation de ces zones d’activités commerciales et industrielles au niveau de cette espace a été favorisée par la disponibilité des terrains. En effet, les zones franches on été prévu dans le but d’accueillir les différentes entreprises et industries qui sont en lien direct avec l’activité portuaire. Ces nouvelles infrastructures vont engendrer la saturation du réseau, et principalement au niveau de ces nœuds de communication que nous venons de citer. En effet, la saturation va engendrer de graves problèmes de pollution de type visuel, atmosphérique et sonore. Le littorale et les zones agricoles de la ville de Tanger et aussi de la région sont les espaces plus affecté pour le processus d’expansion urbanistique. Bien que négative sur le plan environnemental, ces nouvelles infrastructures présente aussi des aspects positifs, comme la garantie d’une meilleure desserte entre les communes ainsi que toute la région. La structure du réseau favorise l’implantation des industries à proximité de ces nœuds, ce qui vient une fois de plus renforcer les pollutions. 33
  12. 12. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Fig. n°6 : Gestion durable de l’habitat Le port de Tanger Med est un projet qui a des enjeux importants qui doivent entrer en compte dans la planification stratégique de la région. En effet, l’arrivée de nouvelles populations en grande quantité nécessite un certain nombre d’équipement et de logements. La région et plus particulièrement les zones urbaines sont affectées par la pénurie de logement et l’insalubrité de certains. En effet, l’exode rural qui a eu lieu ces dernières décennies a provoqué l’installation de nombreuses personnes en périphérie de Tanger, venant petit à petit agrandir considérablement la ville, sous la forme d’habitat informel, donnant naissance à des quartiers bidonvilles, comme c’est le cas dans l’arrondissement de Beni Makada. C’est pourquoi, profitant de la création du port Tanger Med, les urbanistes travaillant sur ce projet, ont décidé de renforcer l’offre de logement, ainsi que de réhabiliter certains quartiers en zone urbaine déjà existants (Tanger, Tétouan, et Ksar el Sghir). Afin de répondre à une demande en logement de plus en plus grande, il a été aussi décidé de créer de nouveaux logements dans de nouvelles zones. C’est à Melloussa, où sont présentes deux zones franche, qui sont sources d’emploi et donc ayant une attractivité toute particulière pour les chercheurs d’emplois, que se sont construits ces nouveaux logements. De plus, deux villes nouvelles vont être créé avec une capacité de 30.000 logements, pouvant accueillir 150.000 personnes chacune. Une se trouve dans les environs de Ksar El Sghir, et l’autre à proximité du pôle de Melloussa. Pour chaque nouvelle création de logements, l’optique est de retenir les notions du développement durable. Sur la carte, on peut voir une schématisation de l’idée du développement durable au niveau de l’habitat. Il y aurait une zone centrale où se concentrerait l’habitat. Une ceinture verte qui viendrait s’installer autour de cette zone d’habitat afin de créer une coupure verte entre la zone d’habitat et la zone industrielle. 34
  13. 13. Primer bloque: La ciudad como ecosistema urbano. Le choix de la localisation de ces nouveaux centres « urbains » répond aux mêmes logiques que celles de la variable économique, comme nous l’avons vu précédemment, c’est-à-dire, un emplacement stratégique à proximité des grandes infrastructures, mais aussi au désir de limitation du phénomène de littoralisation. L’aspect paysager : Les différents projets de développement territorial sont à l’origine d’importantes transformations paysagères sur l’ensemble du territoire tangérois. L’implantation du nouveau port a apporté de nouveaux changements dans les différents domaines qu’elle a redynamisés, cela s’est manifesté à différentes échelles. Du point de vue infrastructurel, les nouvelles connexions (autoroutes…) viennent profondément modifier le paysage rural de la région. Le renforcement des zones franches dans l’intérieur des terres a engendré la création des villes nouvelles dans leurs alentours; ce qui par des nouvelles formes urbaines vient modifier le paysage de Tanger. Mais c’est aussi toute la zone côtière qui subit des transformations, que seules des mesures protectrices de l’environnement permettront de préserver un paysage côtier en bon état. Toutes ces mutations vont faire de Tanger un pôle de croissance et d’attraction à l’échelle internationale, ce qui se manifeste déjà par le tourisme balnéaire et les diverses transformations qu’il a apporté (les aménagements de la côte), sans oublier qu’un développement touristique de masse est, comme il a été déjà vu dans de nombreuses expériences dans d’autres pays, néfaste du point de vue environnemental et paysager. 5. BIBLIOGRAPHIE BÉDARD, M (2009). Le Paysage: Un Projet Politique. Presses de l’Université du Québec. BRUNET, R. (1997) Territoires de France et d’Europe. Raison de géographe. Paris, Berlin. Collection Mappemonde CORRÊA, R.L. (1995) O espaço Urbano nº 3. Ed. São Paulo: Ática. DOMENACH, H et PICOUET, F. (1995) Les migrations. Presses Universitaire de France. Edition que sais-je ? MIEGE, J.L. (1992) TANGER : Porte Entre Deux Mondes. Ed. ACR ART-CREATION- REALISATION 35

×