Compte‐rendu de la réunion publique de l’association 
« Iles en danger » du dimanche 23 novembre 2014. 
CR fait le 24/11/2...
Ywes insiste pour dire que tout ce qui a été fait a eu un impact positif sur la prise de 
conscience de toutes les personn...
Diverses interventions font suite : 
Guy‐Paul Davigo : 
Il prône la continuité du kiosque. 
Gilles Le Menach le remercie p...
Franck Le Gurun : 
Voit à l’évidence des liens entre les diverses sociétés en présence (président identique). 
Il s’étonne...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cr reunion asso_iles-en-danger_23-11-2014

243 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
243
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cr reunion asso_iles-en-danger_23-11-2014

  1. 1. Compte‐rendu de la réunion publique de l’association « Iles en danger » du dimanche 23 novembre 2014. CR fait le 24/11/2014 Lieu : Salle des fêtes de Groix. Début de la réunion : 15h00. Salle pleine, réunion à l’initiative de l’association « Iles en danger ». Elle est animée par Ywes et Guy‐Paul. Pour l’association « Iles en danger », sont présents : ‐ Ywes Ballan (Groix) ‐ Guy‐Paul Davigo (Groix) ‐ François Péchon (Groix) ‐ Chantal Vanoni (Groix) ‐ Hervé Gallène (Belle‐Ile) ‐ Louise Courtin (Belle‐Ile). La commune est représentée par Monsieur le premier adjoint Gilles LE MENACH. Celui‐ci excuse Monsieur le maire pour son absence. Ywes prend la parole : Pourquoi cette réunion ? Une étape vient de se clore avec le vote de la DSP Il faut poursuivre ce qui a été commencé, il faut continuer l’action menée avant le vote de la DSP, mais désormais avec des objectifs et des moyens différents C’est pour cela que l’association est nécessaire. Il remercie toutes les personnes présentes à cette réunion ainsi que tous les gens qui ont participé aux différentes actions passées : ‐ le collectif « Action » (manifestations, tractage, blocage du bateau, …), ‐ la cellule « Juridique » (lobbying Conseillers Généraux, action en Justice éventuelle), ‐ la cellule « Communication » (couverture médias audiovisuels aussi bien régionaux que nationaux), Ywes souligne que tout ce qui a été entrepris a été une vraie réussite, même si le résultat (vote de la DSP) peut paraître décevant. Il explique que désormais le problème de la vie insulaire est posé au niveau national. Il justifie également la discrétion inévitable de la cellule juridique, et le peu d’informations qu’elle a diffusées. Des rendez‐vous ont été pris avec un certains nombre de Conseillers Généraux, d’autres ont été refusés. Ces rendez‐vous étaient faits pour faire basculer ‐ sans succès, hélas ‐ certains Conseillers en leur montrant que la DSP n’était pas bonne, et était incohérente.
  2. 2. Ywes insiste pour dire que tout ce qui a été fait a eu un impact positif sur la prise de conscience de toutes les personnes concernées, sur les îles et ailleurs. C’est un vrai succès. Réactivation de l’association « Iles en danger » ‐ L’Assemblée Générale a eu lieu le 3 novembre ; ‐ Le bureau : Président (Alain Jullien), Trésorier (François Péchon), Secrétaire (Ywes Ballan) ; ‐ La structure de l’association est provisoire, elle sera renouvelée dès que les adhérents seront assez nombreux ; ‐ Montant de l’adhésion : 10 €. Les membres bienfaiteurs versent un montant supérieur de leur choix. ‐ La même réunion que ce soir est d’ores et déjà programmée à Belle‐Ile dimanche 30 novembre. Ywes explique ensuite les : Buts de cette association : ‐ Fédérer les diverses composantes des populations concernées (artisans, commerçants, entrepreneurs, producteurs, résidents permanents, résidents secondaires, travailleurs « frontaliers », etc… ; ‐ Fédérer les 4 « îles du large », éventuellement au‐delà (îles du Finistère qui seront confrontés très prochainement au même problème que nous (DSP en août 2015) ; ‐ Maintenir l’intérêt et la motivation de la population, maintenir les actions et la visibilité de l’extérieur ; ‐ Communiquer largement. Les objectifs de l’association : ‐ Si possible, rechercher encore pendant deux mois les possibilités d’annulation de la DSP ; ‐ Constituer des pôles d’action / réflexion permettant à toute personne de participer ; ‐ Etre organe de réflexion ; ‐ Etre organe de concertation avec le Conseil Général ; ‐ Etre organe de communication, faire savoir. Les pôles d’action/réflexion ‐ Pôle juridique ; ‐ Pôle déstabilisation (collusions, élections…) ; ‐ Pôle communication interne/externe ; ‐ Pôles professionnels (artisans, commerçants, retraités, secondaires,…) ; ‐ Pôle lobbying local, régional, national,… ; ‐ Pôle actions (adhésions, kiosque, tracts, dons, réunions…) ; ‐ Pôles projets (concurrence, dsp, sem, spl, scop, …).
  3. 3. Diverses interventions font suite : Guy‐Paul Davigo : Il prône la continuité du kiosque. Gilles Le Menach le remercie pour le travail effectué au kiosque. Guy‐Paul explique que le kiosque a été un lieu de rencontre et de vie formidable. C’est un lieu de diffusion des informations qui a joué son rôle. Il faut maintenant se poser la question de savoir sous quelle forme ce lieu doit subsister. Il ajoute que c’est primordial que tous mes gens puissent travailler avec les différents pôles. François Péchon : Telle qu’elle a été voté, la DSP n’est pas viable. Elle va poser problème d’ici la fin de la délégation. Cette DSP est condamnée à exploser, au moins devenir conflictuelle. Le travail à faire est essentiel et il n’y a que nous, citoyens, qui pouvons chercher et trouver une solution alternative et adaptée. Guy‐Paul : C’est vrai que nous avons un sentiment d’échec mais il faut savoir positiver. Nous n’avons pas obtenu la réussite, mais cela nous laisse un espace de liberté plus vaste. Profitons‐en. Les élections Régionales sont proches (mars 2015). Les autres îles du Ponant sont bientôt concernées elles aussi par ce problème. Le débat des problèmes de transport des insulaires est ouvert. Alexandre de Roquefeuil : « L'association Iles en danger doit être la passerelle entre tous les groupes existants et à venir concernés par la desserte des îles et ses implications sur la vie insulaire. Après le vote de la DSP, force est de constater que le service public, réduit à sa plus simple expression, ne répond pas aux besoins économiques vitaux des insulaires. Il nous reste à nous, insulaires, de définir ce que doit être la desserte des îles du Morbihan, vers deux objectifs; l'intérêt général et l'intelligence économique. Cela passe par des actions à court terme, comme l'organisation de passages réguliers à tarif incitatif avec des compagnies ou des moyens différents, et des actions à long terme impliquant une réflexion approfondie sur les multiples aspects du sujet et des solutions résultant de la compatibilité des propositions. Nous entrons dans une seconde phase, ou les actions de terrain doivent entretenir la cohésion et la solidarité nées de la première ». Il rajoute que toutes les personnes se sentant concernées doivent pouvoir s’exprimer sans retenue aucune, sans censure préalable. Et puis : « [….] Depuis 14 ans [….]. Nous avons protesté, mais nous n'avons rien proposé. Il a fallu cette grille tarifaire ubuesque et l'atmosphère d'insurrection générale pour nous faire passer à l'action. Nous avons prouvé que nous sommes capables de nous regrouper pour agir, il faut que nous prouvions que nous sommes capables de nous regrouper pour réfléchir et proposer.
  4. 4. Franck Le Gurun : Voit à l’évidence des liens entre les diverses sociétés en présence (président identique). Il s’étonne de la chronologie de ces créations et du vote de la DSP. Il explique vouloir que l’on examine une procédure éventuelle sur la base de l’article 432‐14 du code pénal. Chantal Vanoni : Souhaiterait voir davantage de « jeunes » se joindre à nous. Jean‐Jacques Sartre : Vous avez dit déficit ? ou argent exfiltré… C’est peut‐être « Jean‐bonneau » … euh Gerbono l’acteur le plus directement concerné. X, résident secondaire : ‐ Déjà secrétaire d’une association de résident secondaire ‐ Participerait bien au pôle correspondant Y, résident secondaire : ‐ Est en train de monter en association un « conseil de développement du Pays de Lorient (loi Voinet) » ‐ Peut être un levier politique auprès du Conseil Régional Yann, Sarah : Mise en place prochaine (printemps) d’un système de cobaturage François Baron : Il faudrait avoir un argumentaire fort et net, lisible et mesurable, sur l’impact effectif des augmentations de tarifs. Rémi Thomas : Rappelle que le choix de l’avocat ne se fait ni au hasard ni à l’économie : il propose le cabinet de Corinne Lepage (Paris, Bruxelles, Rennes), très versé fonds public et chasse à la corruption politique et financière. Guy‐Paul demande si quelqu’un veut encore intervenir. Pas de réponse. Des adhésions à l’association sont disponibles dans le fond de la salle ainsi qu’une boîte à idées. Fin de la réunion à 16h45 Les personnes présentes étaient très réceptives et sont venues là dans un esprit constructif. Merci à toutes et à tous pour votre présence et votre implication.

×