« L’amour est
enfant de
Bohème, il n’a
jamais jamais
connu de loi. »
« Oui, dans tes bras
j’ai connu l’ivresse. »
« On est...
Trivox
Louis-Michel
Taillefer
Virgo
Michèle Chappaz
« Paroles, paroles, paroles... »Unevingtaine
d’extraitsmusicaux
Except...
Vingt-septpersonnages
La caméra glisse d’un visage à l’autre, d’un sourire
à un regard, d’une voix à une main, dans une ch...
mem-dossierpresse-fr
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

mem-dossierpresse-fr

317 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
317
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

mem-dossierpresse-fr

  1. 1. « L’amour est enfant de Bohème, il n’a jamais jamais connu de loi. » « Oui, dans tes bras j’ai connu l’ivresse. » « On est tou-jours fière dese montrer au bras d’un homme. » Stéphane Duquette David Boisclair « ...timidement dis-moi Michèle je t’aime,amoureusement je suis restée la même. » Après l’obtention d’un baccalauréat en production cinématographique à l’Université Concordia à Montréal, David a déjà produit, réalisé et scénarisé cinq courts métrages. Son film À quoi penses-tu? (2002) a été sélectionné au Festival des films du monde de Montréal et au Toronto World of Comedy International Film Festival. Ayant œuvré dans le domaine des relations médiatiques et de la rédac- tion, il s’est joint à l’équipe de l’Office national du film du Canada, à la mise en marché et au marketing, pour ensuite créer sa propre boîte, Hysterico Productions. Pour sa part, Stéphane a à son crédit plu- sieurs réalisations artistiques touchant la mise en scène, le chant, le théâtre et la créa- tion de décors et de costumes. Véritable amoureux des arts, il conjugue habilement cette passion avec les bases de sa profes- sion, définissant ainsi les orientations de sa pédagogie. Il est de ceux qui croient que les expériences artistiques influencent positi- vement le cheminement scolaire des enfants à qui il enseigne. Il s’organise donc pour suivre les enfants de la première à la deuxième année en présentant le projet à la Commission scolaire. Il monte un programme sur deux ans à partir de ce film, en touchant, entre autres, aux arts, à l’expression, à la langue et à l’histoire. L’époque du film est étudiée : les chansons, l’origine, la vie et le pays de chaque chanteur. D’aborddeuxamisetuneidée Un enseignant à la Commission scolaire des Grandes- Seigneuriesdepuis1994,StéphaneDuquette,téléphone à David Boisclair, réalisateur, un jour de révélation, pour lui annoncer qu’il a la classe de sa vie, une première année du primaire. Il veut faire un projet sortant de l’ordinaire avec ses élèves : un film. David, animé d’une passion créatrice depuis toujours, accepte immédiatement d’en faire la réalisation. David, de son côté, se concentre sur la réalisation, mettant tout en marche pour concrétiser ce projet. Son imaginaire déborde d’images, d’idées, de pro- jets, qu’il finit toujours par réaliser. Il adore souligner l’absurde et la beauté de la vie, avec un souci de l’esthétique extrêmement poussé, un sens de l’humour aux multiples clins d’œil et une précision chirurgi- cale dans les petits détails qui font craquer. Très visuel et toujours concret dans les idées qu’il avance, David rassemble très facilement, par son enthou- siasme communicatif, une équipe prête à soulever des montagnes pour ce film. Mobiliser d’autres éner- gies créatrices autour de lui est une de ses forces. Ambiance tamisée. Glissements feutrés. Mots chuchotés. Soirée endimanchée. Bulles de cham- pagne prêtes à s’envoler. Conversations éparpillées. Regards croisés. Sourires accordés. Silences échangés. Mesdames et Messieurs, ça va commencer! Des couples se rencontrent et se racon- tent au rythme de voix a cappella chantant l’amour. Les couples sont des enfants. La musique : Plamondon, Kaas, Piaf, Lenorman, Ferland et les autres, interprétés par des voix d’adultes. L’amour joue sur tous les tableaux, faisant sourire, rêver, danser, pleurer, rager et aimer encore. D’un souffle, les voix se répondent, s’interpellent et s’entremêlent au fil de cette soirée croquée sur le vif, un soir d’été.
  2. 2. Trivox Louis-Michel Taillefer Virgo Michèle Chappaz « Paroles, paroles, paroles... »Unevingtaine d’extraitsmusicaux Exceptionnellement, le découpage technique est une chorégraphie sur un collage musical. La trame sonore a servi de matériel de base pour tout le film. Stéphane croit que les chansons ouvrent les portes de l’humanité, car souvent les mots transportent des pensées, des idées, des sentiments, des façons de dire et de voir les choses. Elles diffusent des mes- sages, des philosophies, des histoires qui donnent un sens à ce que nous lisons. Pour lui, les arts pous- sent l’enfant à sortir de sa coquille, à prendre sa place sur la scène de la vie. Ils offrent, à qui s’y adonnent, la possibilité de laisser sa trace. David et Stéphane ont fouillé parmi leurs disques, dans les grands classiques de l’amour qu’ils chérissent. Les paroles découpées sur le tapis du salon de Stéphaneformentlalignenarrativedel’histoire,ledia- logue, le scénario. Une vingtaine d’extraits musicaux choisis un à un et montés bout à bout détermine- ront chaque scène, chaque mouvement. La réalisation en fera un ballet d’une précision méthodique, arti- culéparDavid,surchacunedesparolespréenregistrées. Les extraits s’enchaîneront les uns à la suite des autres pour nous faire vivre un moment, une soirée. Les années 30, cabaret chic, ambiance tamisée. Des glissements feutrés, chuchotements d’une soi- rée endimanchée. Des bulles de champagne prêtes à s’envoler. Les conversations s’éparpillent. Les regards se croisent sur des sourires et des silences échangés. Mesdames et Messieurs, ça va com- mencer! Les enfants jouent aux adultes, avec des airs de grands. Le ton est donné. L’amour n’a rien de facile. Sur scène, une chanteuse de cabaret entame Carmen, le refrain bien connu : « Si je t’aime, prends garde à toi! ». Carmen sera un motif, ponctuant l’intrigue, des pieds de nez à la continuité et aux conventions avec les trois choristes, personnages métaphoriques, prolongement de cette chanteuse trônant sur scène, regar- dant l’amour avec un sourire en coin. Et les couples évoluent au rythme des thèmes : Mon mec à moi, C’est beau un homme, Cœur de rocker, Aimer d’amour, L’amour est un oiseau rebelle. L’amour amuse, trahit, déçoit, emporte, confronte, inspire, limite, transcende, grince, illu- mine. Les voix s’entremêlent, les regards attendent tant, les gestes disent tout, et les extraits défilent : Emmène-moi danser ce soir, T’es mon amour t’es ma maîtresse, Michèle, Paroles, paroles, Si j’étais un homme...Tous finissent en chœur, levant leur verre et leur voix à l’amour, à la vie, à la chanson et au cinéma. Uneclassededeuxièmeannéeduprimaire Stéphane se laisse inspirer par les enfants qui croi- sent son chemin et stimulent sa créativité. Et cette classe l’a inspiré. Il a suivi ces élèves pendant deux ans. Les a guidés tout au long de la route jusqu’au tournage. Il a voulu donner la possibilité à ces vingt- six enfants de laisser leur trace en devenant porteurs de culture plutôt que d’en être de simples témoins. Il nous faut devenir acteurs de nos jours et metteurs en scène de nos heures. C’est ce qu’il leur a appris pendant deux ans en les faisant participer à toutes les étapes de production d’un film, de la recherche à la distribution. Stéphane voulait que son rôle d’en- seignant dépasse le programme, pour devenir un stimulant à la prise en charge personnelle de sa vie auprès de ses élèves. Il leur a permis de se réali- ser, de se dépasser, de s’épater. Vingt-sixélèvesdeseptans Tous les élèves de la classe sont à l’écran. Ilsonttousparticipé,sansexception.Certains sont plus au premier plan, c’était leur choix. De plusieurs, cependant, on ne voit que le sourire dans le film. Mais quelle présence! Leur professionnalisme, leur talent et leur charme crèvent l’écran. Ils ont trouvé la préparation fascinante, les cinq jours de tournage exigeants et ils sont fiers du résultat. Troisvoix Les trois voix s’appellent Trivox. S’étant rencontrés au hasard des chemins, en 2002, Michèle Chappaz, Louis-Michel Taillefer et Virgo ont découvert qu’ils avaient le même élan de création ludique. Issus de milieux divers, ils se stimulent et s’enrichissent les uns les autres en puisant dans leurs cultures musi- cales pour créer et interpréter des chansons. Ils rencontrent David et Stéphane. Coup de foudre pour le projet. Ils interprètent avec délice les extraits musicaux choisis. Le désir de chanter prend nais- sance au plus profond de l’être. Cette exaltation se cultive et s’épanouit dans un climat de confiance où la créativité demeure au premier plan. Trivox est né d’un tel désir d’expression. Au fil du film, les trois voix se répondent, s’interpellent, se multiplient, se dédoublent, se complètent, s’amusent et courent sur les extraits des chansons. Cette collaboration donne des interprétations surprenantes et origi- nales sur des airs connus que tous ont un jour sifflotés. Gabrielle Archambault Samuel Aubé Alexis Belleville Claudia Benoît Mathieu Bilodeau Marianne Bleau Christophe Defoy Rosalie Dumais Jessica Ferreira Annie Gagnon-Mercier Guillaume Gervais Jérémie Guerrier Mélodie Langelier Élizabeth Leone Jasmin Leroux Myriam Letendre James Midouin Benjamin Morissette Catherine Pelletier Julien Petit Laurence Proulx Antoine Richard Jordane Sénécal Marc-Antoine Simard Amélie Vallerand Xavier Vanasse-Piché « Mon amour, tu es ma vie. »
  3. 3. Vingt-septpersonnages La caméra glisse d’un visage à l’autre, d’un sourire à un regard, d’une voix à une main, dans une cho- régraphie de chaque mouvement. Une esthétique visuelle se dégage de l’ensemble, un soin soucieux de présenter chacun des personnages sous son meilleur éclairage à l’intérieur des quinze minutes. Un des rôles est gracieusement interprété par la comédienne Sylvie Moreau. Seule figure adulte du court métrage, elle apparaît dans ce cabaret pour nous parler d’amour, le temps d’une chanson, appa- rition clin d’œil à titre d’amoureuse du barman. « Dès que David et Stéphane m’ont proposé un rôle dans le film, j’ai accepté, confie-t-elle. C’est fascinant de regarder travailler des enfants en tant qu’actrice. Ils ne s’analysent pas, ne se jugent pas, ils jouent en se croyant, et ça, c’est impressionnant. Ce sont exactement ces qualités que l’on nous demande en état de jeu. » Ensuite,unfilm « Les belles mélodies ne meurent jamais, elles tra- versent le temps et sont éternelles. » Dans ce film, des airs connus revivent. Dans un cabaret chic, des enfants chantent l’amour. Ils sont vêtus avec l’élé- gance des années 30. Pour cette grande soirée, on leur prête des voix d’adultes. A cappella, ils chan- teront la vie, l’amour, comme Tell, Dalida, Piaf, Lenorman et les autres l’ont fait. Le cabaret scin- tillant de tous ses feux illumine ces couples qui se forment et se défont au rythme des voix. L’amour les fait sourire, rêver, danser, pleurer, rager et aimer encore. D’un souffle, les voix se répondent, s’inter- pellent et s’entremêlent au fil de cette soirée croquée sur le vif, un soir de grands frissons. RÉALISATION David Boisclair IDÉE ORIGINALE ET SCÉNARIO David Boisclair Stéphane Duquette CHORÉGRAPHIES Stéphane Duquette RECHERCHE David Boisclair Geneviève Boulay Stéphane Duquette Isabelle Morissette PREMIÈRE ASSISTANTE À LA RÉALISATION Lisa Sfriso DEUXIÈME ASSISTANTE À LA RÉALISATION Sylvie Duquette SCRIPTE Virginie Jaffredo COORDONNATRICE DE PRODUCTION Ginette Racine IMAGE Claudine Sauvé PREMIÈRE ASSISTANTE À LA CAMÉRA Ina Lopez CHEF ÉCLAIRAGISTE Yves Arseneau ÉCLAIRAGISTES Jean-François Abran Luc Dupont Marie-Ève Lamarche CHEF MACHINISTE Dominic Thibault MACHINISTE Christophe Taets ÉLECTRICIEN Rémy Vallière MONTEUR IMAGE Guillaume Millet INGÉNIEUR DU SON ET MIXAGE DES VOIX Marc Provençal PIANISTE Marie-Claude Audet TROMPETTISTE Stéphane Boulanger ENREGISTREMENT DE LA MUSIQUE Rémi-Israël Lanciault PLAYBACK Mélodie-Geneviève Racine MAKING OF, CAMÉRA DV Isabelle Morissette PHOTOGRAPHE DE PLATEAU Simon Du Sablon CHEF COIFFEUSE Stéphanie Tremblay COIFFEUSES Dominique Dupras Stéphanie Larochelle Josée Lemelin ASSISTANTS COIFFEURS Stéphane Desjardins Binita Sow COSTUMIÈRE Geneviève Boulay COUTURIÈRES Isabelle Chopin Lina Chopin CHEF MAQUILLEUSE Suzie Sareault MAQUILLEUSES Erika Brindel Kim Julien Christelle Proulx Josiane Trempe DIRECTRICE ARTISTIQUE Valérie Seers ASSISTÉE DE Claude Duquette Stéphane Duquette Sylvie Duquette Philippe Langlois MENUISIER Claude Duquette ACCESSOIRISTE DE PLATEAU Isabelle Chopin LABORATOIRE Vision Globale Citélab COORDONNATEUR DE POSTPRODUCTION Jean-François Laprise j. ÉTALONNEUR ET TRANSFERT VIDÉO Richard Lanoue INFOGRAPHISTE Guillaume Millet SOUTIEN TECHNIQUE AU MONTAGE Martine Forget GRAPHISTE Karl Rowley ADMINISTRATRICES Louise Lamarre Carole Harvey Ginette Racine DESSINS (découpage technique) Jeff Hughes RÉDACTRICE Florence François TYPOGRAPHIE ET GÉNÉRIQUE Ginette Racine SOUS-TITRAGE ANGLAIS Louis-Michel Taillefer NÉGOCIATION DES DROITS DE SYNCHRONISATION David Boisclair ATTACHÉE DE PRESSE (Canada) Manon Gagnon MISE EN MARCHÉ David Boisclair Stéphane Duquette PRODUCTEURS David Boisclair (Hysterico Productions) Stéphane Duquette (Didaduq) AVEC LA PARTICIPATION FINANCIÈRE DE : Ministère de l’Éducation Ministère des Affaires municipales, du Sport et du Loisir Ministère de la Culture et des Communications Jean Dubuc, Député provincial du Comté de La Prairie Uneéquipedecinquantepersonnes « Aimer d’amour, c’est aimer comme moi je t’aime. » « C’est beau un homme, c’est si beau un homme. » « C’est vrai que j’étais pas très fidèle,mais j’étais totalement fou d’elle. » Photographies : Simon Du Sablon Graphisme : Krafix – Karl Rowley Impression : Gracieuseté de Litho Mille-Îles ltée EN COLLABORATION AVEC :

×