Blue ocean strategy 05 analyses comparees

709 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
709
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Blue ocean strategy 05 analyses comparees

  1. 1. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Didier BAUDOIS Ingénieur en génie logiciel HES Chemin de l'Ouche-Dessus 54 CH-1616 Attalens Email: d.baudois@sunrise.ch Page 1 / 5 Cinquième billet Bonjour, Dans les billets précédents nous avons présenté les analyses cartésiennes et systémiques et nous avons expliqué comment elles filtrent notre perception du monde en fonction de leurs caractéristiques propres. Nous allons examiner dans ce billet quelques cas de figure et l'interprétation qui en découle en fonction de l'analyse choisie. Analyse cartésienne, analyse systémique et vie de couple Examinons la situation d'un couple lambda à 20, 40 et 60 ans. Analyse cartésienne Situation à 20 ans  Catégorie Situation à 40 ans Évaluation Caractère  Physique  Poids Eval. Catégorie globale   Catégorie Évaluation Caractère  Poids  Évaluation Caractère   Eval. Catégorie globale Évaluation Caractère  Eval. globale  Physique Poids   Physique Situation à 60 ans  Poids  Évaluation Caractère Eval. globale   Catégorie Évaluation Caractère  Eval. globale  Physique Poids   Physique Catégorie  Poids Eval. globale  Physique    Commentaires A 20 ans, c'est bien connu, aussi bien l'homme que la femme sont joyeux (caractère ), en pleine forme physique et le poids est aussi léger que les soucis qu'on a à cet âge. A 40 ans, la vie est encore belle mais la routine influence le moral (); la libido, le physique s'assagissent et le poids augmente en fonction inverse du désir. A 60 ans, chacun devient grognon (), la routine a sclérosé les habitudes, la libido pointe en bas comme pour compenser l'augmentation du poids. La conséquence de la mise en évidence des éléments compris dans le champ de l'analyse transforme chacun en monade, c'est-à-dire en élément isolé, sorti de son contexte et dont chaque caractéristique sera analysée indépendamment. L'analyse cartésienne est incapable de comprendre la notion de couple, elle ne connaît que des individus. A la lumière d'une analyse cartésienne bien menée, la conclusion logique de la constatation de l'impact du vieillissement sur l'appréciation globale est qu'un homme de 40 ans est légitimé à échanger une femme de son âge contre 2 de 20 ans, a fortiori s'il effectue cette analyse à 60 ans. Et depuis la banalisation des cougars, la réciproque est également valable pour les femmes. Analyse systémique Situation au début de la relation Situation après Situation après Commentaires un laps de un laps de temps X temps 2X Plus le temps passe et plus la relation se renforce, sans que cette observation permette d'établir quoi que ce soit sur la qualité de la relation ou la nature des sentiments qui la composent. L'analyse systémique ne connaît pas la notion d'élément isolé, elle ne peut examiner que des groupes d'éléments réunis en un système lié par des règles explicites et implicites. Même si une comparaison met en évidence une évolution de la situation entre deux analyses effectuées à des instants donnés, chacune de ces deux analyses ne peut pas être sortie du contexte global de l'évolution du système. En l'occurrence, l'analyse établit une corrélation entre l'écoulement du temps dans le cadre de la
  2. 2. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 2 / 5 relation entre les éléments concernés et le renforcement du lien qui les unit. Contrairement à l'analyse cartésienne, l'analyse systémique n'est pas liée à des bornes temporelles précises mais à des circonstances (création d'un système lors de l'entame de la relation entre les éléments concernés et examen cyclique de l'évolution du système en observant les modifications intervenant dans la relation qui lie les éléments concernés). Les leçons issues de l'analyse systémique sont neutres et ne peuvent être utilisées pour enlever la décision après un examen sommaire. Les réponses systémiques mettent souvent en évidence une propriété aisément discernable mais également son corollaire logique. L'analyse ci-dessus peut donner lieu à plusieurs interprétations: - Plus la relation est longue et plus elle est susceptible de valoir la peine d'être préservée, ainsi que son corollaire logique: plus la relation est longue et plus la perte en cas de rupture est élevée. - Plus la relation est longue et plus le coût de l'énergie nécessaire à son maintien est faible parce que le nombre d'éléments liant les partenaires est important, ainsi que son corollaire logique: plus la relation est récente et plus elle repose sur un nombre réduit d'éléments de liaison. La rupture d'un seul élément a donc une importance relative plus forte, impliquant une dépense énergétique nécessaire à son entretien proportionnellement plus élevée. - Plus la relation est longue et plus le coût moyen d'ajout d'un élément de liaison supplémentaire est faible car les caractéristiques de la relation sont toujours mieux connus et maîtrisés, diminuant d'autant le coût de la maintenance. Le corollaire logique est que plus la relation est récente et plus le risque qu'un élément de liaison nouvellement créé provoque une crise est élevé; laquelle crise peut éventuellement entraîner la rupture de la relation. Cet état de fait implique une forte contrainte d'autocontrôle avant l'ajout d'un élément à la relation. Cet autocontrôle augmente fortement le TCO au début de la relation. - Lorsqu'un des partenaires de la relation demande un changement du mode de relation, il est évident que, plus celle-ci est longue et plus il sera difficile de modifier le mode d'action du partenaire sollicité. Le principe d'économie veut que plus la relation est établie et plus l'ajout est économique car les circonstances de l'ajout sont de mieux en mieux maitrisées. Si un des partenaires doit modifier son comportement sous la pression d'un nouveau paradigme, il devra investir une énergie importante à désapprendre les anciennes habitudes tout en mémorisant les nouvelles normes. En tant que méthode basée sur l'évolution du système, la systémique est à même de percevoir le coût du changement et de modéliser sa probabilité de succès. Comparaison des analyses Selon l'analyse cartésienne, briser une relation insatisfaisante pour la remplacer par une nouvelle relation avec un/e partenaire plus jeune fait sens car les caractéristiques du/de la nouvel/le partenaire seront a priori globalement meilleures. L'analyse systémique met en évidence la perte provoquée par la rupture mais également le coût de la recherche d'un autre partenaire ainsi que le coût de la construction de la nouvelle relation, rendant l'opération nettement plus difficile à justifier. La pesée des intérêts en jeu ne peut être effectuée sommairement et doit être soigneusement pondérée. Analyses et éthique L'éthique examinant les conséquences du comportement par rapport à son auteur et aux autres individus concernés, son domaine d'étude est celui des relations humaines, domaine qui échappe à l'analyse cartésienne. L'analyse systémique traitant des relations en général, elle est apte à traiter du cas particulier des relations humaines et des implications éthiques. Nous examinerons ci-après la question de la fidélité dans le couple lambda sous l'angle de l'analyse systémique. Un couple est la mise en relation de deux individus. La fidélité est un engagement d'exclusivité entre les deux individus. Mais, contrairement, par exemple, au taux d'alcoolémie, la fidélité ne peut être mesurée ou contrôlée par un quelconque instrument. La vérification directe de son respect par l'autre partenaire est donc impossible. Par contre, chaque partenaire sait pertinemment quelle est son attitude à ce sujet et peut ainsi être tenu pour responsable de son respect de l'engagement.
  3. 3. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 3 / 5 Dès lors, chaque partenaire peut être tenu de s'engager par rapport à lui-même à jurer fidélité sur la relation qu'il a établie avec son/sa partenaire. Il ne s'agit plus d'être fidèle par rapport à l'autre mais par rapport à soi et à sa capacité à tenir un engagement. Dans cette configuration, chacun devient son propre gardien, son juge et, éventuellement, son bourreau… Le partenaire volage est ipso facto discrédité, sauf dans l'hypothétique cas où il n'aurait pas connaissance d'avoir trompé ! Les notions de partenaire trompé et d'honneur bafoué n'existent plus puisque le partenaire n'est plus le vérificateur de la validité du serment. Tout au plus peut-il être la victime d'un mensonge susceptible d'entrainer une rupture de la confiance, éventuellement dégénérant en rupture de la relation. Accessoirement, les amateurs de casse-têtes auront reconnu une variante de la malle aux 2 cadenas. Dans l'énigme de la malle aux 2 cadenas, deux personnes, possédant chacune 1 cadenas doté d'une unique clé, désirent échanger des objets au moyen d'une malle postale. Or les facteurs ouvrent tous les colis non verrouillés et en volent le contenu. La difficulté vient du fait que chacun ne possède qu'une clé pour son cadenas et ne peut ni la copier ni la transmettre à son destinataire. La solution consiste à ce que chaque expéditeur ferme son cadenas sur une boucle de la malle ainsi que dans la boucle du cadenas verrouillé par son partenaire. Aux yeux de chacun, le cadenas de l'autre devient une prolongation de la boucle de fermeture de la malle. Lorsque l'autre reçoit la malle, il peut ouvrir son cadenas avec sa clé sans se soucier du cadenas de son correspondant et vice-versa. La confidentialité de la correspondance est assurée aussi longtemps que chaque correspondant est en mesure de garantir la solidité de son propre cadenas. De telles réflexions sont également utiles en cryptologie, par exemple, dans le cas de l'encryptage au moyen de clés publiques et privées. Analyse comparée d'un grand bureau ouvert Un open space, ou bureau ouvert, est un espace de travail dont la zone attribuée à un collaborateur donné, ou à un groupe de quelques collaborateurs, n'est pas séparé physiquement des zones de travail d'autres collaborateurs ou d'autres groupes de travail, un espace où les bureaux ne sont pas séparés par des cloisons. En conséquence, les personnes se voient et s'entendent mutuellement. Les promoteurs des espaces ouverts affirment que ces aménagements présentent les avantages suivants : - Gain de place : la suppression des murs et cloisons entraine une économie de surface pouvant atteindre 30%. - Meilleure communication : la suppression des obstacles physiques est censée faciliter la communication informelle entre les employés. - Suivi de l'activité de l'entreprise : la possibilité d'écouter passivement les conversations des autres employés est censée permettre à chacun de se tenir au courant de la marche des affaires. - Surveillance mutuelle : même si cette réalité n'est pas explicitement décrite, le travail en espace ouvert favorise la possibilité d'une surveillance mutuelle des faits et gestes.
  4. 4. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 4 / 5 Les détracteurs de l'espace ouvert formulent les reproches suivants : - Le bruit ambiant est un problème à cause de l'absence de cloisons entre les espaces de travail individuels. - L'intimité est également un problème à cause des perspectives ouvertes susceptibles de provoquer un sentiment de paranoïa. - Dans le cas d'emplacements de type workbench (grands bancs communs pour 4 à 10 collaborateurs), il existe un risque d'envahissement par les effets personnels ou les dossiers du voisin ; - L'anonymat des grands bureaux favorise les petits larcins, il n'y a plus de surveillance mutuelle entre collègues. Toutes ces critiques sont le fait d'une analyse cartésienne et décrivent des états plus ou moins plausibles. - Le gain de place est réel. L'absence de murs ou de cloisons permet de supprimer les espaces inutilisés. - La communication est censée être favorisée par le fait que chacun peut voir les autres et est plus susceptible d'adresser la parole à qui de droit. Il est tout autant plausible que le bruit ambiant constitue une gêne susceptible de nuire à la communication. - Le suivi de l'activité de l'entreprise est censé être amélioré par le fait qu'un employé lambda a la possibilité d'écouter passivement les conversations autour de lui ou de bénéficier d'informations qui lui parviendront par le biais de la communication améliorée. Si les employés sont concentrés sur leur travail, ils n'ont pas la possibilité de surveiller leurs collègues et les questions de perte d'intimité ou de sentiment d'être observé perdent toute valeur. Nous parlons ici d'états car tout indique que les caractéristiques mises en évidence par l'analyse cartésienne sont présentées comme immuables et pérennes. Nous qualifions cette analyse d'instantanée car les caractéristiques mises en évidence sont indépendantes de la notion d'évolution, c’est-à-dire que les caractéristiques sont celles constatées durant le bref instant qu'a duré l'analyse et ces caractéristiques sont implicitement définies comme ayant toujours existé sous la forme actuellement définie de même qu'elles sont censées rester stables jusqu'à la fin de l'éternité. Si ces caractéristiques sont fluctuantes, leur variance est censée suivre une loi immuable. - Nous examinerons maintenant les arguments selon une approche systémique. - Le gain de place est réel. L'absence de murs ou de cloisons permet de supprimer les espaces inutilisés. - Qualité de la communication: notre expérience des bureaux d'ingénieur de tailles diverses nous a montré que le nombre optimal de collaborateurs dans un espace de travail fermé est compris entre 4 et 7. En dessous de 4 personnes, les canaux de communication sont exagérément mis à contribution, les mêmes personnes étant souvent sollicitées pour des sujets très similaires. En dessus de 7 personnes, il sera de plus en plus difficile de maintenir la sollicitation de chaque canal de communication à un niveau suffisant. Par conséquent, le groupe se sédimentera et des sous-groupes apparaitront, réduisant l'efficience de la communication. - Echange d'information: l'échange d'information ne peut pas être résumé à un simple dialogue sans contrainte. L'échange d'information obéit à des règles implicites dépendant de l'importance accordée à l'information échangée. Plus l'information sera signifiante et plus les interlocuteurs auront tendance à exercer un fort contrôle sur les circonstances de l'échange. La signifiance d'une information n'est pas forcément lié à son caractère professionnel, une personne qui raconte à ses collègues ses frasques du samedi soir peut attacher une grande importance à ce que ces récits restent confinés à l'intérieur de son cercle proche. Par conséquent, plus le nombre de personnes susceptibles d'entendre les conversations augmente et plus la probabilité que ces conversations aient lieu dans le cadre du bureau de travail est faible, quel que soit le type d'information, professionnel ou non. A cela s'ajoute le fait que les conversations professionnelles des uns peuvent devenir les rumeurs des autres. Dans de telles circonstances, toute conversation dans un tel environnement ouvert doit être considérée comme potentiellement risquée et devant être évitée. Ceci explique pourquoi de nombreux collaborateurs, parfois situés à quelques mètres de distance, préfèrent communiquer par courriel, de manière à supprimer tout risque d'interception de l'échange. En conclusion, alors que l'espace ouvert est censé favoriser l'échange d'information grâce à la présence de très nombreuses personnes en un seul lieu, c'est la présence de nombreuses personnes en un seul lieu qui interdit tout échange d'information autre que triviale.
  5. 5. Blue Ocean, Sweet Blue Ocean Strategy Page 5 / 5 - Suivi de l'activité de l'entreprise: le suivi de l'activité de l'entreprise est un échange d'information au même titre que les autres. Il est régi par les mêmes contraintes. Il présente toutefois une contrainte supplémentaire. Celui qui transmet des informations concernant la marche de l'entreprise s'expose à des rétorsions diverses si ces informations se révèlent fausses. L'échange d'informations concernant l'activité de l'entreprise est par conséquent soumis à un embargo encore plus strict que les autres types d'information. Ici également, l'espace ouvert se révèle le pire ennemi de l'échange d'informations. - Bruit et productivité: il est admis qu'une personne est incapable de maintenir une concentration soutenue durant une journée entière. Les chiffres usuellement avancés font mention d'une concentration intense durant 20 à 25 minutes, une concentration soutenue s'effondrant après 50 minutes environ. Dans un bureau occupé par moins de 6 personnes, il est facile de synchroniser ses périodes de concentration sur celles de ses collègues et obtenir ainsi une productivité élevée. Dans un espace ouvert, les sollicitations et le bruit ambiant ne permettent pas d'atteindre cette concentration. Ceci explique pourquoi de nombreux collaborateurs s'isolent sous perfusion musicale ou demandent à travailler en mode mixte, alternant les journées de travail au bureau avec les journées à la maison. - Intimité, surveillance et motivation: même si cette réalité n'est pas explicitement décrite, le travail en espace ouvert favorise l'émergence d'un sentiment de paranoïa. La probabilité d'être effectivement surveillé est faible. Par contre, du fait de l'absence de cloisons et autres séparations physiques, le sentiment d'être soumis au regard des autres est réel. L'absence d'intimité, parfois liée à l'interdiction de personnaliser son espace de travail, et la sensation d'être en permanence sous la surveillance potentielle de ses collègues fait que chaque collaborateur refusera de prendre le moindre risque ni ne prendra la moindre initiative ou ne proposera la moindre innovation afin d'afficher un profil aussi neutre que possible afin de réduire le risque de surexposition. - Cette impossibilité de laisser s'exprimer ses propres qualités provoque une baisse de motivation, ce qui conduit naturellement à une baisse de productivité ; Contrairement aux analyses cartésiennes effectuées autant pour justifier que pour diaboliser les espaces ouverts, nos analyses systémiques n'ont pas cherché à déterminer les caractéristiques des éléments en cause mais à observer l'évolution des relations humaines dans le cadre d'un espace de travail ouvert. Notre travail peut sembler donner l'impression d'être une diatribe contre l'espace ouvert. Il n'en est rien. Nous avons décrit, dans le cadre de notre travail dans des bureaux d'ingénieur, l'influence que l'espace ouvert impose aux relations humaines. Il est probable que les contraintes du métier d'ingénieur, par exemple, en termes d'accès à des informations confidentielles, ainsi que la personnalité moyenne des membres de cette corporation apportent une coloration marquée aux situations décrites. Le cas échéant, une étude ergonomique de l'activité dans différents départements devrait apporter un éclairage adapté à chaque communauté . Notre conclusion sera une interrogation: le réel gain de place justifie-t-il l'éventuelle péjoration des autres conditions de travail ? Analyse systémique et relations L'analyse systémique étant capable de modéliser tout type de relation, que ce soit les relations entre les acteurs économiques tels que les entreprises, leurs fournisseurs ou leurs canaux de distribution, les relations entre les acteurs humains tels que les employés de l'entreprise ou les clients de l'entreprise et même les relations émotionnelles et logiques au sein de la psyché humaine, elle se révèle être un outil stratégique dont la maîtrise est cruciale pour tout gestionnaire. Mais l'analyse systémique, pas plus que l'analyse cartésienne, ne saurait être une panacée. De même qu'il existe des longues focales et des grands-angles, des souliers pour le pied gauche et des souliers pour le pied droit, il est crucial d'utiliser la bonne analyse dans le bon contexte afin d'obtenir des résultats signifiants. Dans le prochain billet, nous allons mettre en œuvre ces deux types d'analyse et nous examinerons les leçons qui éclaireront notre compréhension des océans bleus. Au plaisir de vous retrouver ici ! Ce texte est soumis aux conditions Creative Commons CC-BY-NC-SA.

×