La Systémique en action

Didier BAUDOIS
Ingénieur en génie logiciel HES
Chemin de l'Ouche-Dessus 54
CH-1616 Attalens
Email...
La Systémique en action
Page 2 / 5
Bene curris sed extra viam
La sagesse populaire est formelle: il ne faut ni comparer ni...
La Systémique en action
Page 3 / 5
Dans le cas de la votation sur les minarets, ces questions sont traduites de la manière...
La Systémique en action
Page 4 / 5

Même si certains groupes entretiennent actuellement de bons rapports, il ne faudrait p...
La Systémique en action
Page 5 / 5
Le cas échéant, les initiants auraient atteint leur but, à savoir protéger la Suisse et...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La systemique 27 cartesienne de systeme

266 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
266
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La systemique 27 cartesienne de systeme

  1. 1. La Systémique en action Didier BAUDOIS Ingénieur en génie logiciel HES Chemin de l'Ouche-Dessus 54 CH-1616 Attalens Email: d.baudois@sunrise.ch Page 1 / 5 Vingt-septième billet Bonjour, Dans cette nouvelle série de billets, nous examinerons la systémique en action. Les exemples sont basés sur des situations se déroulant en Suisse mais les leçons à en tirer sont universelles. Le billet de ce jour est consacré à la démonstration des dangers liés à l'usage de l'analyse cartésienne de système. Cette démonstration est basée sur l'étude de la politique implicite d'exclusion des minorités religieuses, en particulier la minorité musulmane, par l'utilisation des droits démocratiques à des fins électoralistes et populistes. La situation qui sert de support à cette analyse est l'initiative populaire fédérale contre la construction de minarets en Suisse (lien: http://www.admin.ch/ch/f/pore/vi/vis353.html ). Selon la Constitution Suisse, tout individu ou groupe d'individus ayant le droit de vote est habilité à proposer une modification de la Constitution et à demander la soumission de cette proposition au corps électoral. Dans le cas de l'initiative contre les minarets, le comité d'initiative a réuni 113'500 soutiens valables et a déposé sa proposition le 28 juillet 2008 à la Chancellerie fédérale. Après examen par le Conseil fédéral et par l'Assemblée fédérale, la recommandation politique officielle est le rejet de la proposition. Soumise au vote populaire le 29 novembre 2009, la proposition est acceptée par 1'535'010 approbations contre 1'134'440 rejets, soit 57.50% contre 42.50% pour un taux de participation de 53.76%. Wikipedia consacre une page à cette situation. Le lien est: http://fr.wikipedia.org/wiki/Initiative_populaire_«_Contre_la_construction_de_minarets_» Méthode analytique utilisée par les initiants La méthode utilisée par les initiants est l'analyse cartésienne. Les initiants ont créé un ensemble basé sur la population suisse, ensemble qu'ils ont fractionné en deux sous-ensembles: les résidents en Suisse nonmusulmans opposés aux résidents musulmans. Suisse Résidents non musulmans Résidents musulmans Sur la base de ces ensembles, les initiants ont établi des profils représentatifs de chaque groupe et ont mis en confrontation les profils concernés. Résidents non musulmans Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue. Praesent egestas leo in pede. Praesent blandit odio eu enim. Pellentesque sed dui ut augue blandit sodales. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Aliquam nibh. Mauris ac mauris sed pede pellentesque fermentum. Maecenas adipiscing ante non diam sodales Match No-match Résidents musulmans Ut velit mauris, egestas sed, gravida nec, ornare ut, mi. Aenean ut orci vel massa suscipit pulvinar. Nulla sollicitudin. Fusce varius, ligula non tempus aliquam, nunc turpis ullamcorper nibh, in tempus sapien eros vitae ligula. Pellentesque rhoncus nunc et augue. Integer id felis. Curabitur aliquet pellentesque diam. Integer quis metus vitae elit lobortis egestas. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Morbi vel erat non mauris convallis vehicula. Nulla et sapien. Integer tortor tellus, aliquam faucibus, convallis id, congue eu, quam. Mauris ullamcorper felis vitae erat. Proin feugiat, augue non elementum posuere, metus purus iaculis lectus, et tristique ligula justo vitae magna. Aliquam convallis sollicitudin purus. Praesent aliquam, enim at fermentum mollis, ligula massa Les profils choisis par les initiants pour leur communication correspondent plus à des fantasmes qu'à des personas réelles. Les non-musulmans correspondent à des avatars de Guillaume Tell au XXIème siècle, braves Suisses, bons citoyens respectueux des usages sociaux et des lois. Les musulmans correspondent à des jihadistes, couteau entre les dents et Coran en bandoulière.
  2. 2. La Systémique en action Page 2 / 5 Bene curris sed extra viam La sagesse populaire est formelle: il ne faut ni comparer ni confondre pomme et poire. Pourtant, c'est ce que n'hésitent pas à faire les initiants. D'un point de vue purement technique, il est difficile de leur reprocher cette erreur: l'analyse cartésienne est un point de départ obligé pour comprendre la situation et identifier correctement les intervenants. Par contre, le fait de procéder à une comparaison d'éléments ou de groupes à l'intérieur d'un ensemble est clairement une erreur car cette action est indubitablement en dehors du champ d'utilisation de cette méthode. Lorsque l'analyse cartésienne est appliquée à l'étude d'un système ou d'un ensemble conformément à ses paradigmes, elle ne peut être mise en œuvre que pour des appariements de caractéristiques, appariement réalisé (match) si les caractéristiques des éléments examinés autorisent une telle mise en relation, appariement rejeté (no-match) lorsque les caractéristiques n'offrent aucun point commun de comparaison. Or, ce qui est en cause dans cette situation, ce ne sont pas les caractéristiques propres des musulmans ou des non-musulmans, mais les relations entre ces deux groupes. Par conséquent, l'étude des caractéristiques en lieu et place de l'étude des relations ne peut qu'égarer celui qui s'y fie. Il s'agit d'une erreur, non d'une faute, l'appel à l'analyse cartésienne pour une telle tâche est commun. Ceci est dû autant à la rareté des spécialistes en systémique qu'à l'ignorance de l'existence de l'analyse systémique, outil dédié à ce genre de tâche, corollaire logique de la pénurie de systémiciens. Ainsi que le déclarait Augustin d’Hippone: "Bene Curris Sed Extra Viam", le travail est conforme aux usages mais ses bases sont erronées. Pour de plus amples informations sur les méthodes d'analyse, prière de consulter les billets N° 2 à 5. Dans le cas de cette étude, l'analyse présente de plus un grave manque d'objectivité étant donné que les personas choisies ne sont pas représentatives de la diversité de chaque groupe. A cette première faute très importante, s'ajoute le fait que l'analyse cartésienne est exclusive, elle isole l'élément observé de son environnement. Elle autorise de ce fait la création d'une confrontation biaisée bien que possédant l'apparence d'une analyse correcte. La sélection volontaire de personas aussi caricaturales est une faute crasse qui permet d'orienter le discours dans une opposition "eux" contre "nous", les braves Suisses contre les méchants musulmans, les minarets guerriers contre les églises douces et tranquilles, les femmes libérées contre les fantômes en burqa, etc. L'utilisation de la méthode cartésienne est conforme aux habitudes (même si cette utilisation est erronée), par contre, la dérive qui oriente le discours dans un sens contraire à la déontologie est clairement intentionnelle. Cette dérive est d'autant plus facile à mettre en œuvre que les appariements effectués sont manifestement frauduleux de par leur caractère absolu et excessif (tous les non-musulmans ne sont pas forcément braves, tous les musulmans ne sont pas forcément des guerriers). Une alternative: l'analyse systémique Contrairement à l'analyse cartésienne, l'analyse systémique est l'outil idéal pour l'étude d'éléments en relation puisque cette analyse a été développée spécifiquement dans ce but. Par contre, cette analyse ne peut pas être mise en œuvre ex nihilo, elle doit prendre appui sur les descriptions issues de l'analyse cartésienne afin d'avoir accès aux caractéristiques des éléments concernés. Les relations entre les éléments analysés seront définies sur la base de ces caractéristiques. L'analyse systémique est inclusive. Par le fait qu'elle étudie la relation existant entre deux éléments, elle contraint les analystes, en particulier lorsque l'analyse traite des rapports humains, à s'impliquer dans l'étude, à porter un intérêt réel et sincère aux personnes, aux éléments du champ de l'étude. L'approche systémique est basée sur trois questionnements: - Qu'est-ce qu'on fait ? - Dans quel contexte ? - Pour quel gain ? Ces trois questions correspondent à trois attitudes: - L'action. - La perception de l'effet de l'action. - La justification de l'action, la réflexion sur l'action.
  3. 3. La Systémique en action Page 3 / 5 Dans le cas de la votation sur les minarets, ces questions sont traduites de la manière suivante: - Comment nous les voyons ? - Comment nous voient-ils? Plus précisément, comment croyons-nous qu'ils nous voient ? - Comment nous voyons-nous les voir ? Des analyses intrinsèques Il est à noter que chacune de ces analyses est intrinsèque, c'est-à-dire qu'elle ne se préoccupe que des points de vue des uns par rapport à leurs propres actions, perceptions et réflexions. Il n'est à aucun moment demandé aux personnes en présence de se poser des questions par rapport à ce que disent, pensent ou font "ceux d'en-face". Dans une deuxième étape, nous sommes censés répéter l'étude de ces trois questionnements en fonction des actions et réflexions de l'autre partie. Ceci fait, nous serions en mesure d'analyser en parallèle l'action des uns par rapport à l'action des autres, la perception des uns par rapport à la perception des autres, la justification des uns par rapport à la justification des autres. Nous allons maintenant analyser les relations en jeu dans l'initiative contre les minarets et, comme nous l'avons écrit plus haut, nous devons nous impliquer dans l'analyse et choisir un camp. Étant donné l'abondance de documents disponibles concernant les prises de position des partisans de l'initiative, nous choisissons d'étudier la communication issue des trois questionnements reflétant le point de vue des initiants, ce qui constituera la première étape du processus. La deuxième étape est impossible à réaliser ici et maintenant car nous n'avons pas accès à l'information concernant l'opinion des musulmans sur ces trois questions. Comment le groupe de référence voit le groupe cible ? Un groupe démarre cette partie de l'introspection en examinant ses propres croyances par rapport à un autre des groupes impliquées dans la problématique. Un point de départ possible est l'historique des relations passées entre ces groupes, aussi bien les relations ayant réellement eu lieu, pour autant qu'existent des témoignages fiables, que les croyances actuelles relatives à ces relations passées, quelle que soit la fiabilité de ces croyances. Une deuxième étape consiste à étudier les relations actuelles dans leur évolution et signification par rapport aux connaissances réelles et fantasmées issues des circonstances passées. Finalement, le groupe qui effectue l'analyse détermine ses attentes par rapport au groupe cible de l'étude en cours. Le cas échéant, le groupe examine également les tabous, les points non-négociables susceptibles de surgir lors des discussions avec l'autre groupe. Au besoin, le groupe prépare une argumentation circonstanciée destinée à expliquer à l'autre groupe le pourquoi de ces tabous. Comment les initiants voient-ils les musulmans ? Il ressort de la communication des initiants que ceux-ci considèrent les musulmans comme des terroristes en puissance, des missionnaires en pleine crise prosélyte et des soldats prêts à tout pour étendre le territoire psychologique, légal et religieux soumis à la foi islamique. Le fait que de nombreux musulmans rejettent ces étiquettes n'a pour effet que de rendre les initiants plus méfiants envers les musulmans, prêtant à ceux-ci des intentions cachées les rendant à leurs yeux encore plus dangereux, si cela était possible, car cela signifie pour les initiants que les musulmans sont prêts à se transformer en loups cachés sous des peaux d'agneau pour mieux parvenir à leurs fins. Comment le groupe de référence croit-il que le groupe cible le voit ? Cette partie de l'étude doit être menée en parallèle de la précédente car elle doit servir à vider les placards de tous leurs cadavres, à mettre à plat toutes les anciennes querelles et les non-dits. Ces deux premières parties sont très importantes et doivent être menées avec la plus grande honnêteté et sincérité. Le résultat de ces analyses sera ensuite transmis au groupe concerné en échange de leurs propres analyses.
  4. 4. La Systémique en action Page 4 / 5 Même si certains groupes entretiennent actuellement de bons rapports, il ne faudrait pas oublier que cela n'a pas forcément toujours été le cas. Et il ne faut pas non plus négliger le fait que les bonnes relations sont peutêtre le fait de la personnalité des leaders d'opinion actuels de ces groupes. Le cas échéant, le retrait d'un ou de plusieurs de ces leaders d'opinion actuels serait susceptible de tout remettre en question. Comment les initiants croient-ils que les musulmans les voient ? Il ressort de la communication des initiants que ceux-ci considèrent que les musulmans ne voient dans les nonmusulmans que de futurs serfs taillables et corvéables à merci, des faibles incapables et non-désireux de s'opposer à la marche victorieuse de l'Islam conquérant, des brebis galeuses qu'il s'agit de convertir et d'assujettir à la loi islamique. Le fait que de nombreux musulmans déclarent vouloir seulement vivre en paix dans le respect des lois et usages suisses, tout en gardant leurs coutumes et usages liés à leur foi islamique dans le cadre de l'expression de cette foi à l'intérieur de leur vie privée n'a pour effet que de les rendre plu suspects aux yeux des initiants qui considèrent que ces arguments ne sont que de douces et vaines promesses destinées à les endormir avant de mieux les conquérir. Comment le groupe de référence se voit voyant le groupe cible ? Après avoir nettoyé la communication entre les groupes concernés de ses scories ou en parallèle de cette tâche, il convient également pour chaque groupe de s'interroger sur la signification des croyances relatives à lui-même et à ses croyances par rapport aux autres groupes. En d'autres termes, sommes-nous prêts à remettre en cause nos croyances ? Sommes-nous prêts à négocier, partager et adapter nos dogmes intangibles avec les dogmes intangibles des autres groupes ? Suivant l'importance de ces dogmes dans la stabilité de la psyché du groupe, une telle remise en question peut être interdite de facto. Comment les initiants se voient-ils voyant les musulmans ? Il ressort de la communication des initiants que ceux-ci considèrent que leur combat les grandit et témoigne de leur clairvoyance et de leur amour pour la patrie. À les entendre, cette nouvelle croisade les rendra égaux aux héros mythiques de la Suisse, les Guillaume Tell, Arnold von Melchtal, Werner Stauffacher et autres Walter Fürst des temps glorieux de la Suisse originelle. Le fait que, tant la population suisse non-musulmane qui vit en paix avec les musulmans, que les musulmans eux-mêmes les assurent qu'il n'existe aucun danger de la sorte n'est pas de nature à les rassurer. Ces tentatives destinées à leur faire prendre conscience de l'inanité de leur lutte a, paradoxalement, l'effet inverse et rend les initiants encore plus certains de la justesse de leur combat et de l'imminence du danger. Avantage de l'approche systémique De même que la colère appelle la colère et qu'elle ne mène à rien, la systémique appelle la systémique et mène à l'ouverture d'esprit. Les opposants aux initiants ont échoué à prévenir l'acceptation de l'initiative car ils n'ont opposé que des arguments cartésiens face aux arguments également cartésiens des initiants. Dans ces circonstances, les arguments cartésiens de chaque bord ayant l'apparence de la plausibilité et chacun étant en position de prétendre à la logique de son raisonnement, les votants n'ont pas été en mesure de facilement discerner le caractère fallacieux de certains de ces arguments, assurant de ce fait la victoire des initiants. Si des arguments systémiques avaient été opposés aux arguments cartésiens des initiants, le caractère fallacieux et partial de leur raisonnement aurait été facilement mis en évidence. Face à de tels arguments, les initiants auraient eu, soit le choix de les nier, levant le voile sur leur incapacité à percevoir correctement la réalité, soit le choix de renforcer leur argumentation cartésienne, ce qui aurait également eu pour effet de démontrer leur absence de maitrise de la réalité, soit le choix d'affronter leurs contradicteurs sur le terrain systémique. Le recadrage entrainé par le glissement vers une approche systémique aurait naturellement mis à jour le caractère absurde de leur revendication. Mais il est également possible qu'une telle étude systémique ait révélé au grand jour les menaces réelles que la foi islamique ferait éventuellement peser sur la cohésion sociale et l'avenir du pays.
  5. 5. La Systémique en action Page 5 / 5 Le cas échéant, les initiants auraient atteint leur but, à savoir protéger la Suisse et le peuple suisse contre une telle menace, à la différence toutefois que la menace ainsi identifiée serait bien réelle et appellerait une réponse tout aussi réelle. Pour autant, naturellement, que l'existence d'une telle menace soit avérée… Conclusion La réalisation éventuelle d'une telle étude systémique ne laisse en rien présager de son résultat. L'étude pourrait aussi bien confirmer qu'infirmer la justesse de la décision du corps électoral suisse. La différence est qu'après une telle étude, l'opinion exprimée sera d'une valeur bien supérieure à celle précédemment obtenue dans le cadre de la votation dont il semble qu'elle soit une réponse mal formulée à une question mal posée. Le prochain billet sera consacré à l'organisation du système judiciaire et le moyen de mettre à profit ses contraintes systémiques pour mieux encadrer son fonctionnement. Au plaisir de vous retrouver ici ! Ce texte est soumis aux conditions Creative Commons CC-BY-NC-SA.

×