Evolution du technicentre de Romilly en Champagne-Ardenne

1 251 vues

Publié le

SNCF est confrontée à une baisse d’environ 50 % de la charge de transformation/rénovation de l’ensemble de ses matériels roulants. C’est la conséquence d’un achat massif de trains neufs réalisé ces dernières années par les autorités organisatrices et SNCF (14 milliards d’euros en 10 ans). A l’horizon 2019, l’atelier de rénovation des TGV à Romilly deviendrait un Centre d’excellence de réparation des pièces.

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 251
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
361
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Evolution du technicentre de Romilly en Champagne-Ardenne

  1. 1. EVOLUTION DU TECHNICENTRE INDUSTRIEL DE ROMILLY DOSSIER DE PRESSE DIRECTION RÉGIONALE CHAMPAGNE – ARDENNE JEUDI 16 AVRIL 2015
  2. 2. SOMMAIRE 1. LA MAINTENANCE SNCF 3. L’ÉVOLUTION DE CHARGE DES TGV 4. LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DES TGV 5. LE CHALLENGE DU TECHNICENTRE 2. LE TECHNICENTRE DE ROMILLY 2
  3. 3. LE TECHNICENTRE DE ROMILLY 1. 3
  4. 4. 1.1 MAINTENANCE SNCF : ACTIVITÉS ET LOCALISATION Hellemmes Béziers Nîmes Périgueux Nevers BischheimRomilly Tergnier Quatre-Mares Rennes Tours Saintes Oullins MAINTENANCE COURANTE MAINTENANCE INDUSTRIELLE Niveaux dits « 4 et 5 » Matériel Roulant Pièces Réparables du Matériel Maintenance du matériel ferroviaire Opérations de vérification du bon fonctionnement du matériel et de maintenance fréquentes, relativement légères Opérations lourdes et spécifiques (rénovations et transformations) Niveau 1 Niveau 3 Niveau 2 4
  5. 5. + La maintenance industrielle est assurée dans 13 établissements. + Suite à l’achat de matériels neufs (automoteurs régionaux et Transilien, TGV 2 Niveaux), la charge de travail baisse drastiquement. + L’activité « opérations de niveaux 4 et 5 » concerne les rénovations techniques: opérations industrielles lourdes, réalisées à échéance « mi-vie » après 15 à 20 ans de circulation. + L’activité « pièces réparables du matériel » concerne les pièces de train qui doivent être remises à niveau (Ex: essieux, moteurs …), vérifiées périodiquement (Ex: équipements de freinage, attelages …), ou améliorées (Ex: cartes et fonctions électroniques…), tout au long de la vie de l’engin. 5 1.2 LA MAINTENANCE SNCF Maintenance du matériel ferroviaire ©Thomas Simonin
  6. 6. LE TECHNICENTRE DE ROMILLY + A l’origine propriété de la compagnie de l’Est, l’atelier de Romilly a contribué à l’épopée ferroviaire du 20ème siècle, en mettant en service les voitures à bogies. Ils ont ensuite pendant une longue période contribué à la révision des voitures Corail. + Depuis 2005, il a aussi pris en charge la rénovation des rames TGV Atlantique puis Sud Est. Avec la baisse du nombre de trains Corail en circulation, c’est devenu sa principale mission. Elle a occupé en 2014 2/3 des effectifs de l’établissement (530 compagnons). Ingénierie 30 compagnons Pièces 50 compagnons Matériel Roulant 450 compagnons 6 Une composante importante du dispositif industriel de maintenance du matériel roulant + Les deux autres activités du technicentre sont: • La maintenance de pièces de rechange sur tous types d’engins : Romilly est spécialisé dans la réparation des batteries et des composants électrotechniques d’anciennes générations (50 compagnons). • Une activité d’ingénierie de maintenance (30 compagnons).
  7. 7. + Au sein du dispositif industriel, l’établissement de Romilly a une bonne réputation, qui est justifiée: • Il a su continuellement s’adapter à l’évolution des charges industrielles. La plus emblématique est celle qui l’a vu accueillir la charge de réparation TGV. • La qualité des prestations issues du technicentre est reconnue. + Cet établissement est, comme plusieurs des 12 autres sites, affecté par une baisse de la charge de rénovation / transformation des rames TGV, engendrée par l’arrivée de rames neuves. + Depuis quelques années, l’Atelier de Romilly ressent durement ce manque de perspective de charges, et les salariés sont conscients que la charge industrielle TGV se réduit fortement. TGV Sud-Est rénové à Romilly sur Seine 7 1.2 LE TECHNICENTRE DE ROMILLY
  8. 8. L’EVOLUTION DE CHARGE DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE DES TGV 3. 8
  9. 9. AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES, LE PROFIL DE LA FLOTTE TGV DE SNCF A ÉVOLUÉ POUR 2 RAISONS. + Un investissement massif dans des matériels plus capacitaires, plus modernes, plus performants: • TGV Duplex nouvelle génération : 95 trains Alstom commandés dont la livraison s’étale de 2011 à 2020 • Eurostar : livraison prévue de 17 rames Velaro entre 2014-2017. + L’utilisation journalière de la flotte a été optimisée en augmentant le nombre d’heures moyen de circulation (+18% en 4 ans), ce qui a conduit à la radiation des matériels TGV anciens (140 rames entre 2013 et 2020). 9 Rame Eurostar Velaro ©Eurostar
  10. 10. + Cette évolution de la flotte induit une forte baisse de la charge de maintenance industrielle de TGV : de -40 % à horizon 2020. + La décroissance sera significative dès 2016 avec la fin de la chaîne de modernisation TGV Sud Est à Romilly. Initialement dimensionnée à hauteur de 60 rames en 2010, la rénovation des anciennes rames Sud-Est a été réduite à 35 rames en 2013, en raison de l’achat de matériels neufs, d’une meilleure gestion du parc, et d’une radiation des rames plus anciennes. + Cette baisse importante de charge concerne également les matériel TER, Transilien, Fret et Intercités : -60 % à horizon 2020. LA BAISSE DURABLE DE CHARGES REND INDISPENSABLE L'ADAPTATION DE L’OUTIL INDUSTRIEL SNCF 10
  11. 11. LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE DES TGV 4. 11
  12. 12. LE DISPOSITIF ACTUEL DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE DES TGV + Bischheim, établissement historique, « berceau » du TGV, et adapté à la charge des TGV Duplex à 2 niveaux. + Hellemmes, qui traite depuis 1995 des TGV 1 niveau. + Romilly, qui complète depuis 2005 le traitement des TGV 1 niveau, ainsi que des voitures voyageurs Corail TER et Intercités. 12 Effectif : 530 compagnons Effectif : 950 compagnons Effectif : 975 compagnons
  13. 13. 1. Aucun site ne ferme, et le site de Romilly est conservé. 2. La charge de travail pérenne totale (matériel roulant et pièces) est répartie entre les 3 ateliers TGV. 3. Les sites industriels sont modernisés. Ces principes permettent de proposer le schéma suivant: + Bischheim et Hellemmes se concentrent sur la maintenance industrielle des matériels TGV. + Romilly capitalise sur les compétences techniques acquises en développant une activité de réparation de pièces technologiques : • Le site sera spécialisé dans la réparation de pièces électro-mécaniques, avec des missions d’ingénierie. • Ces charges de réparation sont pérennes pour SNCF et correspondent à des métiers d’avenir. EVOLUTION DU DISPOSITIF TGV SELON TROIS PRINCIPES 13 Maintenance du matériel ferroviaire ©Thomas Simonin
  14. 14. LE CHALLENGE DU TECHNICENTRE 5. 14
  15. 15. CONSTRUIRE UN NOUVEL ATELIER A ROMILLY + L’activité de réparation des pièces est un levier d’innovation et de développement stratégique. + SNCF souhaite investir dans un nouvel atelier industriel d’excellence avec : • une meilleure performance technique • de meilleures conditions de travail • une meilleure compétitivité économique Ce nouvel atelier a un coût total de 25 M€. Cela lui permettra de s’inscrire comme acteur clé de la maintenance ferroviaire en Europe. Cette proposition permet de conforter le rôle industriel de Romilly, et le niveau de qualification atteint par cet atelier. + SNCF proposera aux collectivités de l’accompagner dans cette opération, qui vise à pérenniser 200 emplois Matériel SNCF sur le site. 15
  16. 16. UN EXEMPLE: LE NOUVEAU TECHNICENTRE DE RÉPARATION DES PIÈCES DE RENNES Le technicentre de Rennes a déménagé son activité de réparation de pièces en janvier 2015 dans une nouvelle usine : + Les flux de pièces sont optimisés, avec un train logistique dédié, et concourent à la performance industrielle du site. + Les chantiers de production ont été repensés. Les compagnons ont activement contribué à la réflexion. + L’excellence opérationnelle a été intégrée dès la phase de conception du nouveau bâtiment. 16 ©SNCF
  17. 17. CHAQUE SALARIÉ DU SITE TROUVERA AU SEIN DE SNCF UN AVENIR PROFESSIONNEL + Les compagnons affectés aux nouvelles activités du site suivront un cursus de formation approfondi afin qu’ils maitrisent parfaitement les nouvelles technologies. + Avec la mise en œuvre des dispositions du Statut cheminot dans le cadre de la réforme ferroviaire, il n’y aura aucun départ contraint de SNCF. Tous les cheminots se verront proposer une évolution professionnelle, soit dans la Région, soit dans leur métier. + Chaque salarié du technicentre industriel de Romilly bénéficiera d’un accompagnement personnalisé, avec un effort particulier sur les volets compétences et formation professionnelle. + Point essentiel: les bassins Ile de France et Est bénéficient d’une dynamique d’emploi favorable, dans tous les métiers du groupe SNCF. Technicentre industriel de Rennes ©SNCF 17
  18. 18. SNCF INVESTIRA POUR LE MAINTIEN DU VOLUME D’EMPLOIS SUR LE BASSIN DE ROMILLY ET LE DEPARTEMENT DE L’AUBE + Un centre de déconstruction du matériel ferroviaire sera créé sur le site actuel de Romilly, en utilisant les installations ferroviaires existantes.  création d’environ 50 emplois. + SNCF s’engage vis-à-vis des élus locaux sur l’intervention de sa filiale « SNCF Développement », spécialisée dans les actions de développement économique.  à l’image de ce qui a été fait avec succès à Chalindrey, où SNCF s’était engagé à recréer plus de 200 emplois, SNCF se donnera pour ambition d’accompagner la création d’environ 150 emplois. SNCF prend ainsi l’engagement de contribuer à la création de 200 emplois sur le bassin de Romilly, et le département de l’Aube. 18
  19. 19. CALENDRIER PREVISIONNEL + 2014 : premières réflexions, face à 40% de baisse de charge prévisible. + 2015 : propositions SNCF d’évolution du site de Romilly, et concertation avec les élus. Examen par les instances représentatives du personnel. + 2016 : approbation de la construction du nouvel atelier et procédures administratives. Engagement des projets d’évolution professionnelle d’une partie des salariés. + 2017 : construction du nouvel atelier et démarrage de l’activité de déconstruction. / 2018 Evolution professionnelle des salariés. + 2019 : ouverture du nouvel atelier (début) 19

×