DECLARATION DE CANDIDATURE DU PROFESSEUR       DIONCOUNDA TRAORE, PRESIDENT DU COMITE EXECUTIF                       DE L’...
Toumani	   Touré	   de	   2002	   à	   2012.	   	   Nul	   n’est	   plus	   habilité	   pour	   cela	   que	   nous	   mêm...
Ø Nos	  compatriotes	  femmes	  demeurent	  défavorisées	  dans	  un	  monde	  façonné	  tout	  au	            long	  de	...
une	  détermination	  sans	  faille	  à	  	  conduire	  le	  projet	  de	  l’Adema	  PASJ	  si	  votre	  confiance	  m’éta...
 	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	  	...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Declaration de candidature Présidentielle 2012 Dioncounda Traore

503 vues

Publié le

Declaration de candidature de Dioncounda Traore à l'élection présidentielle du Mali en 2012

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
503
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Declaration de candidature Présidentielle 2012 Dioncounda Traore

  1. 1. DECLARATION DE CANDIDATURE DU PROFESSEUR DIONCOUNDA TRAORE, PRESIDENT DU COMITE EXECUTIF DE L’ADEMA-PASJEn   tant   que   citoyen,   j’ai   été   témoin   privilégié   des   évolutions   sociales,   économiques,  culturelles   et   politiques   de   notre   très   cher   pays.   Témoin   des   luttes   héroïques   pour  l’indépendance,  mais  aussi  contre  la  dictature  des  partis  uniques,  jusqu’à  la  conquête  de  la  démocratie   pluraliste   fondée   sur   l’Etat   de   droit,   le   respect   des   libertés   publiques   et   le  respect  de  la  diversité  comme  fondement  de  l’unité  de  notre  Nation.  Le  devoir  de  mémoire  Depuis  le  22  septembre  1960,  nous  nous  sommes  engagés  aux  côtés  de  tous  les  camarades  étudiants  et  travailleurs  à  l’intérieur  comme  à  l’extérieur  du  pays  pour  la  sauvegarde  de  la  liberté  acquise    de  haute  lutte  par  nos  pères,  mères  et  aînés  qui  n’ont  ménagé  aucun  effort  pour  l’émancipation  de  notre  peuple.  Mais,   très   vite,   après   l’accession   à   la   souveraineté   nationale,   aussi   bien   le   régime   du   Parti  unique   de   fait   «  d’option   socialiste  »,   (Article   3   de   la   Constitution   du   22   septembre   1960)  que  de  celui  du  Parti  unique  de  droit  (Article  5  de  la  Constitution  du  4  juin  1974),  ont  voulu  tenir  en  laisse  les  citoyens  à  travers  brimades  et  embrigadement.  Les  privations  de  libertés,  la   répression   brutale   de   toutes   velléités   d’expression   d’une   opinion   différente   ont   fini   par  étouffer   dans   l’œuf   toute   initiative   citoyenne.   C’est   au   prix   de   larmes,   de   détention   dans   les  bagnes,   du   sang   et   parfois   même   de   la   mort   que   mes   camarades   et   moi   avons   mené   la   lutte  contre   les   régimes   monolithiques,   liberticides   et   dictatoriaux.   Nous   avons   dit   alors,   plus  jamais  ça  au  Mali  !    Il  faut  sauvegarder  la  démocratie  et  retrouver  les  valeurs  fondatrices  de  l’Adema  PASJ  Avec  le  peuple  malien  debout,  nous  avons  été  les  artisans  de  l’avènement  de  la  démocratie  pluraliste  au  Mali  à  travers  nos  associations  démocratiques,  nos  organisations  syndicales  et  professionnelles  et    nos  partis  politiques  clandestins.    Avec   l’avènement   de   la   démocratie   pluraliste,   le   peuple   malien   est   enfin   entré   dans   une  phase   de   son   histoire   où   tous   les   espoirs   étaient   permis.   Le   multipartisme   a   libéré   les  énergies   et   nous   avons,   en   quelques   années,     engagé   de   grandes   reformes,   accompli   de  grandes   performances   économiques   et   sociales   et   réalisé   des   infrastructures   de   base   de  qualité.   Tout   cela   par   le   travail   acharné   du   peuple   malien   à   travers   les   organisations  démocratiques,   dont   l’ADEMA-­‐PASJ.   Les   militantes   et   les   militants   du   Parti   qui   ont   porté  pendant   dix   ans   nos   camarades,   avec   à   leur   tête   le   camarade   Alpha   Oumar   Konaré,   au  sommet   du   pouvoir   de   1992   à   2002   ont   contribué   indubitablement   aux   succès   reconnus   par  l’opinion  nationale  et  internationale.  Nous  sommes  fiers  de  ces  acquis  et  conscients  de  notre  devoir   de   les   protéger.   Ce   qui   justifie   également   notre   soutien   loyal   au   président   Amadou     1  
  2. 2. Toumani   Touré   de   2002   à   2012.     Nul   n’est   plus   habilité   pour   cela   que   nous   même,   chers  Camarades.  Mais  la  pratique  démocratique  est  un  exercice  d’équilibre  entre  autorité  et  liberté.  Il  ne  faut  jamais  éluder  cette  assertion  au  risque  de  compromettre  tous  les  acquis  engrangés  depuis  1991.  C’est  là  le  défi  qui  est  lancé  au  Peuple  de  l’ADEMA-­‐PASJ,  qui  gagnerait  à  retrouver  les  valeurs   fondatrices   qui   ont   fait   sa   force  :   la   réflexion   et   la   prospection   pour   une   économie  solidaire,   la   solidarité,   la   justice   en   protégeant   les   franges   les   plus   faibles   de   la   société,  notamment  les  femmes  et  les  enfants.  Tout  cela  dans  une  approche  fraternelle  fondée  sur  le  respect  strict  des  lois  républicaines.  Mais  n’oublions  pas  de  prospecter    l’avenir  Aujourd’hui,   les   défis   sont   nombreux   et   exigent   de   notre   Parti   de   scruter   l’avenir,   de  procéder   à   une   lecture   holistique   des   évolutions   en   cours   de   la   société   malienne,   afin  d’identifier   les   grands   chantiers   de   l’avenir.   Seule   une   vision   prospective   peut   nous  permettre   de   poser   un   diagnostique   correct   et   de   proposer   des   thérapies   efficaces   et  pérennes.  Ma   réflexion   porte   sur   l’état   de   la   nation.  Majoritairement,   les   citoyens   conviennent   que  nous   sommes   dans   un   Etat   démocratique   où   les   institutions   fonctionnent   normalement  et  où  les  différents  pouvoirs  jouent  leur  rôle.  Mais  les  préoccupations  demeurent  nombreuses  :   Ø Les   citoyens   participent   faiblement   aux   élections   même   si   cette   faible   participation   provient  de  causes  que  nous  connaissons  et  auxquelles  nous  pouvons  remédier.   Ø Le   problème   des   jeunes   et   l’approfondissement   de   la   réflexion   pour   la   création   d’emplois   car   le   chômage   est   devenu   une   vraie   gangrène   du   tissu   social   et   un   risque   de  déstabilisation  pour  notre  pays.     Le  corollaire  au  manque  d’emploi  est  l’insécurité  notamment  urbaine.  En  effet,  on  ne   peut  passer  sous  silence  les  graves  déficits  sécuritaires  que    nous  connaissons  dans  le   septentrion,  dans  le  sahel  occidental  et  en  zone  urbaine.  Ce  déficit    frise  la  déficience,   tant  nos  frontières  sont  poreuses  et  les  moyens  en  deçà  des  défis.  Il  faut  y  remédier   par  des  mesures  hardies  en  sortant  des  sentiers  battus.     Le  vecteur  principal  du  chômage  que  nous  incriminons,  est  le  système  éducatif  et  de   formation   qui   perdure   dans   ses   crises   récurrentes.   En   effet,   bien   que   le   pays   tout   entier  se  soit  mobilisé  autour  des  autorités,  notamment  à  travers  les  nombreux  états   généraux   et   forums   sur   l’éducation,   et   investi   plus   que   dans   tous   autres   secteurs,   l’école  reste  toujours  malade.  Ce  défi,  nous  devons  le  relever  sans  attendre.   Ø La  couverture  sanitaire  du  pays  reste  encore  en  deçà  des  attentes  du  peuple,  tel  est   le  diagnostic  de  ce  secteur  vital  du  pays  :  Or  sans  santé  il  n’y  a  pas  de  développement   possible.     2  
  3. 3. Ø Nos  compatriotes  femmes  demeurent  défavorisées  dans  un  monde  façonné  tout  au   long  de  l’histoire  par  les  hommes.  Elles  feront  l’objet  d’une  attention  particulière.   Je   m’attaquerai   résolument   à   toutes   les   causes   de   ce   phénomène   aussi   bien   au   niveau  de  la  protection  de  leur  santé  et  de  celle  de  leurs  enfants,  qu’à  celui  de  leur   scolarisation  et  de  leur  maintien  à  l’école.   Ø Nos   compatriotes   handicapés   et   toutes   les   couches   défavorisées   de   notre   pays   ne   bénéficient   toujours   pas   de   toute   la   solidarité   requise.   Ils   feront   eux   aussi   l’objet   d’une  attention  soutenue.   Ø Nos   compatriotes   qui   vivent   à   l’étranger   demeurent   l’une   de   nos   préoccupations   majeures   tant   par   rapport   à   leur   protection   dans   leurs   pays   d’accueil   qu’à   leur   insertion  dans  notre  espace  économique  et  social  au  retour  dans  leur  patrie.   Ø La  justice  est  mal  distribuée,  la  corruption  bat  son  plein  et  globalement  la  pauvreté   persiste.  Je  m’emploierai  avec  toutes  mes  forces  à  les  corriger  ou  à  les  atténuer.  Pour   autant,   nous   demeurons   optimistes   car   notre   parti   a   des   femmes   et   des   hommes  capables   de   trouver   les   réponses   appropriées   aux   nombreuses   préoccupations   et   défis   de  notre  cher  Mali.  Beaucoup  de  maliennes  et  de  maliens  dans  le  parti  et  en  dehors  sont  prêts  à  nous  accompagner  dans  ce  délicat,  mais  exaltant  combat.  C’est  fort  de  ces  constats  et  de  ma  conviction  que  des  solutions  sont  possibles  que  j’ai  décidé  de   répondre   à   l’appel   pressant   de   nos   militants   et   sympathisants   en   me   portant   candidat  pour   l’élection   présidentielle   de   2012   en   vertu   des   articles   51,   52,   53   et   54   des   statuts   du  Parti,  que  j’ai  l’honneur  de  présider  depuis  dix  années  grâce  à  votre  confiance.  Je  pose  un  acte  militant  C’est  convaincu  que  ma  candidature  à  l’élection  présidentielle  2012  est  un  acte  militant  et  non   l’expression   d’une   quelconque   ambition   personnelle   que   je   me   suis   engagé.   Il   s’agit  pour   moi   de   me   mettre   au   service   des   militants,   des   sympathisants   de   mon   Parti,   mais   aussi  de  nombreux  autres  citoyens  de  notre  pays  qui  croient  en  mes  qualités  de  rassembleur  et  d’homme  engagé  au  service  de  la  nation.  Tout  mon  parcours  politique  est  émaillé  d’engagements  militants  pour  les  causes  justes,    la  solidarité   et   la   transparence.   Malgré   les   dissensions   au   sein   du   parti   en   1994,   en   2000,   en  2002,   je   suis   demeuré   fidèle   à   la   ligne   du   Parti  ;   j’ai   été   exigeant   avec   moi-­‐même   et   mes  camarades   et   j’ai   inlassablement   œuvré   à   éviter   les   dérives   et   l’éclatement   du   Parti.   C’est  cette  foi  en  des  valeurs  de  partage,  de  solidarité,  d’échanges  et  de  responsabilité,  qui    m’a  amené   à   tout   faire   pour   que   le   Parti   Africain   pour   la   Solidarité   et   la   Justice   aille   uni   aux  élections  de  2002.    En   cette   phase   grave   de   décision,   je   suis   sûr   que   les   uns   et   les   autres   comprendrons   que   ma  démarche   est   dépourvue   de   tout   narcissisme  ;   je   la   veux   de   toute   humilité,     mais   fondée   sur     3  
  4. 4. une  détermination  sans  faille  à    conduire  le  projet  de  l’Adema  PASJ  si  votre  confiance  m’était  accordée  et  si  les  suffrages  des  maliennes  et  des  maliens  m’étaient  favorables.    Mon  credo  est  l’action,  le  consensus  et  l’ouverture  politique  pour  gagner  Une   de   mes   convictions   est   que   le   temps   n’est   plus   aux   déclarations   tonitruantes,   ni   aux  discours  amphigouriques  et  encore  moins  à  l’invective  médiatique,    mais  bien  à  l’action  de  tous  dans  la  concertation  et  une  dynamique  de    cohésion,  de  discipline  et  de  travail.  Aussi,     suis-­‐je   convaincu   que   les   camarades   seront   sensibles   à   mon   invitation   à   se  remémorer   que   «  Chaque   fois   que   nous   sommes   restés   unis   nous   avons     gagné  »   et   que  «  chaque   fois   que   nous   nous   sommes   divisés   nous   avons   perdu  ».   Je   pense   que   le   syndrome  de   2002   cest-­‐à-­‐dire   la   convention   et   son   principe   des   primaires   puis   les   divisions   internes  qui  en  ont  résulté  de  même  que  l’expérience  de  2007  doivent  nous  édifier  pour  le  choix  de  l’avenir.  Je  pense  aussi  que  le  choix  du  candidat  du  parti  doit  être  opéré  en  considération  des  valeurs  nourricières  de  notre  famille  politique  et  de  nos  valeurs  sociétales  et  spirituelles.  Il  doit  aussi  s’opérer   en   intégrant   une   autre   dimension  :   celle   de   la   nécessaire   alliance   avec   d’autres  formations  politiques  partageant  ces  mêmes  valeurs.      Dans   moins   d’un   an   les   maliennes   et   les   maliens   vont   choisir   le   3ème   premier   magistrat   de   la  3ème  République  ;  j’en  appelle  à  tous  pour  soutenir  ma  candidature.  Je  suis  convaincu  qu’elle  agrègera   les   énergies   et   constituera   un   levain   pour   la   refondation   de   l’espoir   dans   notre  pays.  Ainsi,  pourra-­‐t-­‐on  relever  les  défis  majeurs  que  j’avais  évoqués  plus  haut,  cest-­‐à-­‐dire    renforcer   davantage   la   démocratie,   sauvegarder   les   acquis   économiques   et   sociaux,   veiller   à  un  équilibre  des  instituions  dans  leurs  relations,  procurer  plus  d’emplois,  assainir  les  finances  publiques,   réhabiliter   l’école,   assurer   une   couverture   sanitaire   à   l’ensemble   des   maliens,  dans   la   sécurité   retrouvée   partout   aussi   bien   dans   le   septentrion   qu’au   sahel   occidental,  mais  aussi  dans  les  milieux  urbains.  Toutes  ces  actions  seront  menées  en  respectant  le  projet  de   société   de   l’Adema-­‐PASJ   dans   un   Etat   fort   et   décentralisé   et   soucieux   de   promouvoir  davantage  l’intégration  sous  régionale  et  régionale.  C’est  ensemble,  toujours  ensemble  et  encore  ensemble  que  nous  relèverons  les  plus  grands  défis   et   gagnerons   les   élections   présidentielles   de   2012,     au     bénéfice   de   tous   les   enfants   du  Mali.  Vous   m’avez   fait   confiance   pendant   dix   ans   pour   préserver   et   consolider   le   parti   Africain  pour   la   Solidarité   et   la   Justice.   Continuez   à   me   faire   confiance,   je   vous   conduirai   à   la  victoire  !  Dieu  bénisse  l’Adema  PASJ,  le  Mali  et  l’Afrique.                                                                                                                                                                                 Bamako  le  17  Juin  2011     4  
  5. 5.                                                                                                                                                                                                        Professeur  Dioncounda  TRAORE,             Président  du  Comité  Exécutif  de  l’Adema-­‐PASJ                                                                                           Commandeur  de  l’Ordre  National           5  

×