La musique numérique en bibliothèques - 2013
Prochain SlideShare
Chargement dans... 5
×

Vous aimez ? Partagez donc ce contenu avec votre réseau

Partager

La musique numérique en bibliothèques - 2013

  • 6,363 vues
Transféré le

La Musique Numérique en Bibliothèques ...

La Musique Numérique en Bibliothèques
Présentation proposée à l'ENSSIB le 20 juin 2013.

Plus dans : Technologies
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Soyez le premier à commenter
Aucun téléchargement

Vues

Total des vues
6,363
Sur Slideshare
1,475
À partir des ajouts
4,888
Nombre d'ajouts
5

Actions

Partages
Téléchargements
28
Commentaires
0
J'aime
4

Ajouts 4,888

http://www.scoop.it 4,874
http://51y6s6.widget.uwa.netvibes.com 5
http://translate.googleusercontent.com 5
https://twitter.com 3
https://hootsuite.scoop.it 1

Signaler un contenu

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
    No notes for slide
  • 1990  - 9h du matin : L’auditeur entend une chanson qu’il aime à la radio, et n’a aucune idée de qui la chante. A 23 h 30 : L’auditeur entend à nouveau la chanson qu’il aime à la radio et n’a toujours aucune idée de qui la chante. 2010  – 9 h du matin : L’auditeur entend une chanson qu’il aime à la radio, et n’a aucune idée de qui la chante, il tape dans Google les deux lignes de texte dont il se souvient (ndlr : ou utilise son application préférée), puis regarde le vidéo clip sur Youtube (ndlr : ou sur son smartphone), puis lit la biographie complète du groupe sur Wikipédia (ndlr : devient fan sur facebook, follower sur twitter et s'abonne sur Instagram au compte du chanteur), puis télécharge illégalement l’intégralité de la discographie du groupe (ndlr : ou l'écoute grâce à son compte premium sur sa plateforme préférée), puis fait une mashup avec la chanson et une vidéo qui circule sur Internet… et l’upload sur Youtube, puis rejoue la chanson avec la guitare en plastique d’un jeu vidéo musical en établissant un nouveau record ! A 23h30, l’auditeur regarde le groupe jouer la chanson dans un show télévisé de 2ème partie de soirée, il va sur les réseaux pour dire à tout le monde à quel point le groupe est nul.
  • Création en 1982 par Sony Anecdote de Karajan – 9 ème symphonie de Beethoven version lente Suprématie du support, replaçant du vinyle avec des qualités audio et pratiques décliné (CD-R, Cédérom, etc …) Tentatives pour le remplacer ont toutes échoué Serpent de mer de la fin du CD depuis une décennie 2012 = Fin de la production de Walk-Man & Retour du vinyle Fin des autoradios CD dans les voitures neuves + Consoles de salon (PS4) incapable de lire des CD audio
  • Explosion des possibilités d’écoute parallèle à la démocratisation d’Internet Aspect éphémère des solutions Accélération de l’offre technologique Pas de monopole comme avec les supports physiques
  • Sur les 3 premiers mois de l’année 2013, le marché est en baisse de 6.7% Les ventes physiques baissent de 7.3% Les ventes numériques baissent de 5.2% Source : SNEP Musique les revenus du numérique ont augmenté de 13% l’an dernier et représentent désormais 25% des ventes de musique enregistrée"
  • Législation : DADVSI, HADOPI, extension des droits d’auteurs … Labellisation (cf. PUR) Coût des offres numériques Entrée en lice de plateformes indépendantes (Deezer, Spotify, etc …) Positionnement faible sur la toile Mythe du star-system Logique commerciale (multiplication de la production : 270 000 CD en 2003 contre 315 000 en 2010)) NiN qui s’auto-produit Radiohead qui ne fixe pas le prix : Circulation des phonogrammes (dissociation du support) sans support Diffusion sur plusieurs supports ou formats Bouleversement des modèles économiques
  • Téléchargements depuis la fin des années 1990 : le format MP3 (et autres formats) a permis cet essor Cf. Napster, Soulseek, Emule, torrents, etc … = Attaques en justice systématiques Multiplicité des sources sonores (voitures, téléphones, commerces, etc …) Offres de streaming Aspect nomade des pratiques L'appréciation d'un morceau de musique est lié pour 75% à la création, la qualité de l’oeuvre, accompagné d’un véritable rejet de la musique promotionnelle ou commerciale. Janvier 2011 : Sondage Opinion Way pour SACEM : Les Français écoutent en moyenne 1 heure 10 minutes de musique par jour -Par comparaison, le temps moyen passé par jour devant la télévision est de 3h25 minutes en 2009 (Médiamétrie), et le temps moyen de connexion quotidien à Internet est de 1h20 minutes en 2009 (Médiamétrie) Il faut ajouter que ce genre de question amène à fortement sous-estimer le temps d’écoute moyen. En effet, les répondants ne prennent en compte que l’écoute considérée comme « active » (allumer la radio, écouter un CD, un baladeur…) et omettent l’écoute qu’on peut qualifier de plus « passive » (lieux sonorisés, discothèques, télévision…). - 47% (près d’un Français sur 2) la citent comme une des activités culturelles dont ils pourraient le moins se passer (elle est donc 3ème, après la télévision avec 64% et la lecture avec 54% des réponses). Le cinéma vient ensuite (42%), tout comme le jeu vidéo (14%).
  • 2008 : La moitié des BM possèdent un fonds de phonogrammes Source : Ministère de la Culture et de la Communication Sur 100 personnes de 15 ans et plus, 5 on emprunté des phonogrammes en 1997, 7 en 2008 Le taux de rotation est > à celui des livres, mais n’est pas seulement un produit d’appel 13% des prêts en BM en 2008 (21% à Paris) Prêts en millions : 2002 = 30 millions 2008 = 25 millions Baisse de 20%. Les majors affirment que leur marché s'est réduit de moitié entre 2000 et 2008 pour eux = 50% Manifeste de l’ACIM ratifié par l’ABF en Juin 2013 « La Musique a toute sa place en bibliothèque » = sous toutes ses formes Charte de l’UNESCO : « un accès libre et illimité à la connaissance, la pensée, la culture et l’information »
  • Dilemme : Proposer du numérique pour faire venir le lecteur ou se positionner sur Internet pour proposer des offres culturelles Les bornes doivent être accompagnées de collections et de médiation sinon : Echec assuré - Bibliomédias : téléchargement de fichiers chronodégradables avec un logiciel propriétaire et sous DRM 5 écoutes sur 7 jours maximum … Pragmazic : Bornes automazic & minimazic (liées à Dogmazic) sous Creative Commons uniquement CristalZik : Numérisation des fonds de la bibliothèque et mise à disposition sur bornes Kersonic/Sonolis : Identique à CristalZik Polyphonie : Géré par Opsys, Identique à CristalZik MusicMe : Expérimentation numérique Médiathèque Départementale du Haut-Rhin avec playlists thématiques alimentées par les discothécaires dans le catalogue + page dédiée = médiation numérique Cité de la Musique : Concerts en streaming Naxos : Catalogue de musique classique Penser à Gallica / Accords de la BnF
  • http://www.bibliopedia.fr/
  • La technologie évolue à une vitesse exponentielle et le coût inhérent à ces pratiques nouvelles est important : Nous sommes encore liés à l’Industrie Les bibliothèques doivent pouvoir rendre ce service : Proposer une offre de découverte et une accessibilité favorisée Nécessité de se regrouper afin de négocier (cf. groupe de travail Musique de CAREL) Bien définir les offres : au forfait, à l’écoute, au téléchargement, etc … Proposer des services parallèles (mise à disposition de fonds spécifiques tels que scène locale, fonds spécifiques, dossiers thématiques) Coller à l’actualité musicale : festivals, concerts, évènements culturels - Conservation, Archivage - Mise en valeur, Valorisation - Transmission & Echanges - Médiation avec plus-value

Transcript

  • 1. LA MUSIQUE NUMÉRIQUEEN BIBLIOTHÈQUESENSSIB – 20 juin 2013Jonathan GarryBibliothécaire MusicalCrédit : Mike Licht
  • 2. 2LE CONTEXTE GÉNÉRALINTRODUCTION Le contexte général : une crise du disque Fin de vie d’un support Chute des ventes Manque de réactivité de l’industrie musicale Modification des pratiques culturelles Quid des bibliothèques ? Prises de conscience Expérimentations Du numérique au sein de la structure La structure positionnée sur le Web Entamer une médiation numérique Muter
  • 3. 3LE CONTEXTE TECHNOLOGIQUELA FIN D’UN SUPPORTCrédit : Ubern00b
  • 4. 4LE CONTEXTE TECHNOLOGIQUEL’ÉMERGENCE DE NOUVEAUXOUTILSCrédit : Shutterstock
  • 5. 5LE CONTEXTE ÉCONOMIQUECRISE DE L’INDUSTRIE MUSICALESource : PCInpact
  • 6. 6LE CONTEXTE ÉCONOMIQUEUNE INDUSTRIE DÉPASSÉEMichel de Souza – 26 mars 2013 lors desRencontres Nationales des BibliothécairesMusicaux de BordeauxCrédit :Kampyle
  • 7. 7LE CONTEXTE SOCIOLOGIQUEDES PRATIQUES QUI ÉVOLUENTD’après une enquête SOFRES, en 2011 :84% des français déclarent écouter de la musique tous les jours.Crédits : timtak
  • 8. 8LE CONTEXTE PROFESSIONNELDANS LES BIBLIOTHÈQUES Une prise de conscience professionnelle Baisse généralisée des prêts à partir de 2002, Mais une baisse moins importante que les ventes del’industrie musicale, Avec la moitié des BM possédant un fonds dephonogrammes en 2008, Et une stagnation voire une hausse des prêts depuis2008 dans certaines structures. Réactions : Mise en place d’expérimentations, redéfinitions des missions des bibliothécaires musicaux et position ferme sur la place de la Musique en bibliothèque
  • 9. 9LE CONTEXTE PROFESSIONNELLES EXPÉRIMENTATIONS Les offres numériques Téléchargements à distance Bibliomédias Consultation sur places Pragmazic CristalZik Kersonic Polyphonie Offres de streaming MusicMe Cité de la Musique Naxos
  • 10. 10LE CONTEXTE PROFESSIONNELLES EXPÉRIMENTATIONS Les services numériques Blogs musicaux de bibliothèques Zikarennes Amply BMOL Prêts de supports numériques Prêts de clés USB Valorisation de la musique libre Prêts d’Ipod/Ipad , de tablatures Ateliers/Fablabs Numérisations de vinyles Ateliers de Mix, Mash-ups Formations à la Musique Assisté par OrdinateurCrédit : Automazic
  • 11. 11LE CONTEXTE PROFESSIONNELLES EXPÉRIMENTATIONS, ENCORE La feuille de route Nécessité d’une veille technologique continuelle Favoriser l’accès à ces technologies nouvelles Renouveler les offres numériques Se positionner comme médiateur plutôt que commesimple fournisseur de contenus Multiplier les partenariats culturels Créer des liens sociaux avec les usagers Le bibliothécaire musical n’est plus un simplefournisseur de collections, mais un passeurmusical et technologique.
  • 12. 12 La Musique, sous toutes ses formes, a toute saplace en Bibliothèque. « En essayant continuellement, on finit parréussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chancesque ça marche » Jacques Rouxel, in Les ShadocksCrédit : swarthmore.eduCONCLUSIONWORK IN PROGRESS