Défilement
automatique
Djilali Bouziane
Présente:
Algérie,132 ans
Par
L’image
3ième Partie
du 1ier novembre 1954
Au 20 août 1956
Musique: Chopin's Nocturne in EbM Op.9No.2
Les massacres de Sétif, Kherrata et Guelma en mai 1945 furent le prélude et le
détonateur de ce qui allait suivre.
C’est d...
Le Groupe des 22BADJI Mokhtar
BELOUIZDAD Athman
BEN BOULAID MustaphaBENABDELMALEK Ramdane
BENAOUDA Amar
BENM’HIDI Larbi
BE...
1954
• 13/15 Juillet 1954 : Congrès Extraordinaire du MTLD
• Mars 1954 :- Création du comité Révolutionnaire pour l’unité ...
Au cours de la Toussaint Rouge ou sanglante, dans la nuit 31 octobre au 1er
novembre, plusieurs attentats sont perpétrés d...
Envoi de troupes Françaises en renfort
Du 18 au 24 Avril 1955, le FLN participe à la conférence du tiers-monde à
BANDOENG. Cette conférence exprime sa solidarité...
Répression contre le soulèvement du 20 août, dans le Constantinois.
Des milices de colons ont été formées sous l’ordre du ...
BENABDELMALEK Ramdane
Né à Constantine en mars 1928 où il
effectua ses études primaires et
secondaires avant de rejoindre ...
BOUDGHÈNE Ben Ali
dit Colonel Lotfi, est l’un des héros de la
guerre de libération nationale. Il est né le
5 mai 1934 à Tl...
1956
• 7 Janvier : L’Association des Ulémas Musulmans proclame son autodissolution et son ralliement à la
Révolution
• 19 ...
BENZERDJEB Bénaouda
Le Dr Bénaouda BENZERDJEB est né le 9
janvier 1921 à Tlemcen, dans le quartier
de Bab El Hdid (rue de ...
BENBOULAÏD Mostefa
Il est né le 5 février 1917 à Arris dans une
famille aisée des Aurès. Il accomplit le
service militaire...
FRANCIS Ahmed
Ahmed Francis naquit à Relizane en 1912. Il
effectua l'ensemble de ses études en France et
obtint son doctor...
AÏSSET Idir
Il est né en 1919 à Djamaâ Sahridj, village
situé près de Tizi-Ouzou, au sein d'une
famille paysanne de condit...
Le congrès de la Soummam
Le congrès de la Soummam acte fondateur de l'État Algérien moderne et pilier
déterminant pour la ...
Ne vous contentez pas d’effacer ce
message. Cela vous prendra une
minute pour le transmettre et
suivre la chaîne.
Taha.bou...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Guerre d algérie partie3

1 746 vues

Publié le

Un bref aperçu sur le passé de l'Algérie, depuis la colonisation française à l'indépendance. Troisième partie.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 746
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guerre d algérie partie3

  1. 1. Défilement automatique Djilali Bouziane Présente: Algérie,132 ans Par L’image
  2. 2. 3ième Partie du 1ier novembre 1954 Au 20 août 1956 Musique: Chopin's Nocturne in EbM Op.9No.2
  3. 3. Les massacres de Sétif, Kherrata et Guelma en mai 1945 furent le prélude et le détonateur de ce qui allait suivre. C’est dans la clandestinité la plus totale que 22 Algériens, militants actifs et tous issus du mouvement national, le PPA/MTLD, et l’OS, une structure paramilitaire créée en 1947 au congrès de Zeddine et chargée de préparer la lutte armée, préparaient ce qui allait donner naissance, le 1er novembre 1954 à un soulèvement généralisé. Vingt-deux hommes qui allaient se mesurer, à l’époque, à la troisième puissance militaire mondiale et tenter de mettre fin à 125 années de domination coloniale. Les «22» passent à l’action et créent, dans la foulée, le FLN qui allait devenir le bras politique de leur mouvement. Ils décident de choisir la date du 1er novembre, correspondant à la fête de la Toussaint. Le 1er novembre 1954, à 01h précisément, des attentats sont perpétrés simultanément dans toute l’Algérie. Trente au total, d’Oran jusqu’à la frontière tunisienne. À Alger, des bombes explosent à l’usine de gaz et à la maison de la Radio.
  4. 4. Le Groupe des 22BADJI Mokhtar BELOUIZDAD Athman BEN BOULAID MustaphaBENABDELMALEK Ramdane BENAOUDA Amar BENM’HIDI Larbi BENTOBBAL Lakhdar BITAT Rabah BOUADJADJ Zoubir BOUALI Saïd BOUCHAIB Ahmed BOUDIAF Mohamed BOUSSOUF Abdelhafid DIDOUCHE Mourad DERRICHE Elias HABACHI Abdesslam LAMOUDI Abdelkader MECHATI Mohamed MELLAH Rachid MERZOUGUI Mohamed SOUIDANI Boudjema ZIGHOUD Youcef
  5. 5. 1954 • 13/15 Juillet 1954 : Congrès Extraordinaire du MTLD • Mars 1954 :- Création du comité Révolutionnaire pour l’unité et l’action. • 17/18 Juin 1954 : Mendès France est nommé premier Ministre. • 25 Juillet 1954 : Réunion des 22 • 10 Octobre 1954 : Décision de l’organisation spéciale de structurer le Territoire National. • 24 Octobre1954 : Création du Front de libération nationale. • 1er novembre : Déclenchement de la Révolution • 03 Novembre : Réactions françaises au déclenchement de la Révolution. • 05 Novembre : Mort au champ d'honneur de Benabdelmalek Ramdane près de Mostaganem. • 05 Novembre : Réactions politiques françaises • 18 Novembre : Mort au champ d'honneur de Badji Mokhtar près de Souk Ahras. • 29 Novembre : Mort au champ d'honneur de Belgacem Grine dans les Aurès. • 23 Décembre : Début des opérations militaires 1955 • 14 Janvier : Mort au champ d'honneur de Di douche Mourad, Chef de la zone II, dans la bataille de Boukarkar. • 13 Juin : Parmi les batailles de l’ALN : Première bataille d'El Ha mima dans la wilaya I. • 24 Juin : Arrestation de Lamine Debaghine. • 16 Juillet : Naissance de l'Union Générale des Étudiants Musulmans Algériens. • 20 Août : Début des attaques dans le Nord Constantinois. • 22 Septembre : Batailles de l’ALN dans la wilaya I : Bataille d’El Djorf 1. • 01 Octobre : Début des attaques de l’ALN dans l’Ouest Algérien. • 27 Octobre : Boudghine Ben Ali (Lotfi) rejoint les rangs de l’ALN. • 30 Octobre : Mort au champ d'honneur de Chihani Bachir, Chef de la wilaya I. • 10 Décembre : Soutien à l’effort de guerre français : Arrivée de 180 mille soldats en Algérie.
  6. 6. Au cours de la Toussaint Rouge ou sanglante, dans la nuit 31 octobre au 1er novembre, plusieurs attentats sont perpétrés dans une trentaine de points du pays. La guerre d'Algérie a commencé...
  7. 7. Envoi de troupes Françaises en renfort
  8. 8. Du 18 au 24 Avril 1955, le FLN participe à la conférence du tiers-monde à BANDOENG. Cette conférence exprime sa solidarité avec l’Algérie combattante.
  9. 9. Répression contre le soulèvement du 20 août, dans le Constantinois. Des milices de colons ont été formées sous l’ordre du préfet de Philippeville (Skikda) Benquet-Crevaux qui a tenu plusieurs discours incitant au meurtre et à la vengeance. À partir du 23 août, une totale liberté d’action pour réprimer ainsi qu’un ordre de conduire les opérations avec rigueur fut donné à l’armée par le général Lorillot, commandant militaire de l’ensemble de l’Algérie. Des milliers de prisonniers formés d'hommes âgés de 14 à 70 ans sont capturés et emmenés au stade municipal de la ville qui fut transformé en véritable camp pour interrogatoire. Malgré les efforts de Dupuch, préfet de Constantine, pour leur éviter une mort certaine, ces prisonniers ont été massacrés à la mitrailleuse, et enterrés dans une fosse commune. Selon un soldat français présent : « Toutes les mitraillettes et les mitrailleuses étaient alignées devant la foule de prisonniers qui se mirent immédiatement à hurler. Mais nous avons ouvert le feu ; dix minutes plus tard, c’était pratiquement fini. Il y en avait tellement qu’il a fallu les enterrer au bulldozer. ». Le nombre des victimes algériennes dans la ville de Skikda est estimé à 2000. Un rapport officiel des autorités françaises de l’époque avance 1273 algériens victimes de la répression, alors que le FLN recensa 12 000 morts et disparus. D'autres sources estiment le nombre de victimes à près 20 000 Stade de Skikda (Philippeville )
  10. 10. BENABDELMALEK Ramdane Né à Constantine en mars 1928 où il effectua ses études primaires et secondaires avant de rejoindre les cellules clandestines du Parti du Peuple Algérien à la fin de la deuxième guerre mondiale. Il participa en juin 1954 à la réunion des 22, considérée par les nationalistes comme étant le premier jalon sur la voie du soulèvement contre le système colonial par le biais de la lutte armée. Il fut tué le 4 novembre 1954 près de Sidi Ali au cours d'un accrochage entre son groupe et les forces d'occupation. Il fut ainsi le premier chef militaire de la Révolution à tomber au champ d'honneur. Son nom fut donné à la commune sur le sol de laquelle il tomba au champ d'honneur. BADJI Mokhtar Né à Annaba le 17 avril 1919, effectua ses études primaires et secondaires à Souk-Ahras. Jeune scout, il créa à Souk- Ahras la toute première cellule des jeunes activant sous la bannière du Parti du Peuple Algérien (PPA) avant de poursuivre son militantisme politique dans les rangs du Mouvement des Amis du Manifeste et de la Liberté, puis au sein du Mouvement pour le Triomphe des Libertés et de la Démocratie après sa création en 1946. Il fut arrêté et torturé en 1950 avant d’être condamné à 3 années de prison. Il dirigera les premières opérations militaires contre les intérêts coloniaux au cours de la nuit du 1er Novembre 1954. Il tomba au champ d’honneur dans la région de Medjaz Sfaa en janvier 1955. Lamine DEBAGHINE Né le 24 janvier 1917 à Hussein-Dey dans la banlieue d’Alger. Lettré en arabe, après des études secondaires, il obtient une bourse lui permettant de s’inscrire en faculté de médecine. A la faculté d’Alger, il devint l’un des organisateurs de l’Association des Étudiants Musulmans Nord-Africains [AEMNA] et adhéra au Parti du Peuple Algérien [PPA] en 1939.
  11. 11. BOUDGHÈNE Ben Ali dit Colonel Lotfi, est l’un des héros de la guerre de libération nationale. Il est né le 5 mai 1934 à Tlemcen. En octobre 1955, il rejoint les rangs de l’Armée de Libération Nationale (ALN) dans la zone V en qualité de secrétaire particulier de Si Jaber au même titre que son épouse qui l’a rejoint au maquis. Il tombe au champ d’honneur le 27 mars 1960 à Djebel Béchar après avoir livré une bataille féroce contre l’armée française qui a employé l’aviation et l’artillerie lourde. CHIBANI Bachir Bachir Chihani est né le 22 avril en 1929 dans la région de Constantine dans une famille moyenne. En février 1946, il adhère à la cellule estudiantine de l’école Jules Ferry connue sous le nom de l’école des indigènes. Il rejoint peu après l’Organisation Spéciale (OS) et fut connu sous le surnom de Si Tahar. Il est nommé à la tête de la circonscription du parti en février 1953 dans la région de Béchar et prend le nom de Si El Houari. Il revient dans les Aurès à la fin de l’année sous le nom de Si Messaoud. Il est chargé de préparer le déclenchement de la guerre de libération au côté de Mostefa Benboulaïd puis nommé commandant adjoint de la wilaya I. Il tombe au champ d’honneur le 2 octobre 1955 dans les Aurès après avoir dirigé et livrer la célèbre bataille d’El Djorf avec courage et bravoure.
  12. 12. 1956 • 7 Janvier : L’Association des Ulémas Musulmans proclame son autodissolution et son ralliement à la Révolution • 19 Janvier : Assassinat du Dr Benzerdjeb à Tlemcen. • 24 Février : Création de l’Union Générale des Travailleurs Algériens • 22 Mars : Mort au champ d’honneur de Mustapha Benboulaïd. • 05 Avril : Désertion de Maillot déserte et rejoint les rangs de la Révolution avec une quantité d’armes • 16 Avril : Mort au champ d’honneur de Souidani Boudjemaâ aux environs de Koléa • 22 Avril : Ferhat Abbès dissout l’UDMA. • 22 Avril : Ahmed Francis rejoint les rangs de la Révolution. • 28 Avril : L’ALN fait face à une opération de ratissage nommée « L’espoir et le fusil » • 06 Mai : Batailles de l’ALN à la wilaya I : Bataille de Djebel Boutaleb • 19 Mai : Grève de l’Union Générale des Étudiants Musulmans Algériens qui rejoignent les rangs de la Révolution. • 23 Mai : Arrestation de Aïssat Idir • 07 Juillet : Batailles de l’ALN à la wilaya IV : Bataille de l’Ouarsenis • 20 Août : Tenue du Congrès de la Soummam
  13. 13. BENZERDJEB Bénaouda Le Dr Bénaouda BENZERDJEB est né le 9 janvier 1921 à Tlemcen, dans le quartier de Bab El Hdid (rue de Paris). Il est mort, assassiné par l’armée française, le 19 janvier 1956 (le gardien du cimetière Sidi Senouci informa les parents du chahid qu'il avait été enterré par l'armée vers 5 h du matin, ce jour-là).
  14. 14. BENBOULAÏD Mostefa Il est né le 5 février 1917 à Arris dans une famille aisée des Aurès. Il accomplit le service militaire obligatoire en 1939 et est mobilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale. Il obtient la médaille militaire et la croix de guerre en récompense à son courage. Il est responsable du déclenchement de la guerre le 1er novembre 1954 dans les Aurès. Suite à la détonation d’un poste radio piégé par les militaires française, Mostefa Ben Boulaïd trouve la mort avec Abdelhamid Lamrani le 22 mars 1956 dans le maquis.
  15. 15. FRANCIS Ahmed Ahmed Francis naquit à Relizane en 1912. Il effectua l'ensemble de ses études en France et obtint son doctorat en médecine à l'Université de Paris. De retour en Algérie, il exerça sa profession à Sétif en 1942. Il participa à la création du Mouvement des Amis du Manifeste et de la Liberté. Après les massacres du 8 mai 1945, il fut arrêté et transféré vers les camps d'internement du Sahara. En 1946, il contribua à la création du Part de l’U.D.M.A et fut désigné comme délégué du parti auprès de l'Assemblée Algérienne où il poursuivit son activité politique jusqu'au déclenchement de la lutte de libération. Il devint ministre des finances dans la 1ière et 2ième formation du G.P.R.A., présidé par Ferhat Abbés (1958-1961). Il participa aux premières négociations d'Évian. Il fut démis de ses fonctions après la destitution de Ferhat Abbés et quitta la scène politique jusqu'à l'indépendance. Après l'indépendance, il fut nommé député dans la première assemblée constituante, puis ministre des finances le 27 septembre 1962.
  16. 16. AÏSSET Idir Il est né en 1919 à Djamaâ Sahridj, village situé près de Tizi-Ouzou, au sein d'une famille paysanne de condition modeste. Les efforts d'Aissat Idir ainsi que ses démarches eurent une influence considérable sur la création en février 1956 de la première organisation syndicale algérienne, représentée par l'Union Générale des Travailleurs Algériens dont il fut nommé secrétaire général. Aissat Idir mourut le 26 juillet 1959 des suites des tortures qu'il avait subies.
  17. 17. Le congrès de la Soummam Le congrès de la Soummam acte fondateur de l'État Algérien moderne et pilier déterminant pour la réussite de la révolution Algérienne a eu lieu le 20 août 1956 aux villages Ighbane et Ifri dans la commune d'Ouzellaguen Le Conseil National de la révolution algérienne (CNRA) désigné par le congrès de la Soummam se composait de 34 membres : 17 titulaires et 17 suppléants. Après le congrès de la Soummam, l'Algérie a été divisée en six « wilayas » ou états-majors. Une wilaya est divisée en quatre zones. Chaque zone est divisée en quatre régions. La région est divisée en quatre secteurs. Elle possède une katiba de 120 hommes armés. Chaque secteur dispose de 40 mousseblins. Chaque division est contrôlée par un comité comprenant :  un responsable politico-militaire ;  un adjoint politique ;  un adjoint militaire ;  un responsable du renseignement et de la liaison ;  un service de santé et d'intendance.
  18. 18. Ne vous contentez pas d’effacer ce message. Cela vous prendra une minute pour le transmettre et suivre la chaîne. Taha.bouziane@gmail.coml A Suivre …..

×