LINGWAY - Opinion mining: exemples d'applications

1 324 vues

Publié le

Conférence LINGWAY au salon Documation 2011
Commandez votre badge visiteur gratuit pour l'édition 2012: http://bit.ly/vZlsN4

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 324
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

LINGWAY - Opinion mining: exemples d'applications

  1. 1. LINGWAY e-Reputation Donnez du sens à votre réputation DOCUMATION, 23-24 Mars 2011www.lingway.com
  2. 2. > LINGWAY e-reputationUne nouvelle offre commerciale Lancée au Semo en novembre 2010Avantage compétitif : Analyse linguistique et sémantique Se base sur une technologie qui compte déjà 200 clientsS’appuyant sur un projet de R&D Cap Digital iPinion, budget 1,5 M€, avec Science Po-Medialab et Pikko
  3. 3. > Clients et PartenairesDirect ou indirect Direct : Grands comptes, Administrations, etc. Agences Marketing / Communication / Etudes • Qui ajoutent leurs prestations spécifiquesPlusieurs clients et partenaires déjà opérationnels Toyota, Ministère de la Culture, Expancion, LA Worldwide, Logdirect, Image & Dialogue, Valtech + nombreux prototypes / évaluations en cours
  4. 4. > ApplicationsEtudes marketing / communication Web-mining : Production mensuelle d’un rapport d’analyse de notoriété (quanti) et de réputation (quali) Analyse de blogs de panelistes (analyse quali ciblée)Veille Surveillance « temps réél » Bouquet de sources sous surveillance« Community management » Suivi de la « conversation Internet » Identification des thématiques abordées, des tonalités Intervention dans ce dialogue entre les internautes et la marque
  5. 5. > Ne pas confondre …e-Notoriétée-Réputatione-Opinion
  6. 6. > e-NotoriétéDe qui parle-ton ? Des personnes, des entreprises, des marques, des partis, etc.Qui parle ? Un site de presse, twitter, un blog, un forum, etc.A quel propos ? D’autres personnes, d’autres marques, d’autres partis De sujets déjà connus ou émergentsQuand ? L’évolution dans le temps est importanteOù? Depuis quel pays, région, parle t-on ?
  7. 7. Qui parle ? Volumes de citations « cantonales »
  8. 8. De qui, de quoi ? 20 Juin 2010
  9. 9. L’indexation sémantique 20 Juin 2010
  10. 10. Quels acteurs politiques ? 20 Juin 2010
  11. 11. Comment ça évolue dans le temps ?
  12. 12. Quelles marques associées à «Japon» ? 20 Juin 2010
  13. 13. > Ne pas confondre …e-Notoriétée-Réputatione-Opinion
  14. 14. De quoi parlent t-ils ?Ce qu’il ne faut pas faire … Des tags clouds de chaines de caractères Tout ce qui entre 2 blancs est vu comme un mot !
  15. 15. Passer de la chaine de caractère au motUn nom, un adjectif, un verbe n’ont pas la même importanceExemple : Les adjectifs négatifs… (sur une entreprise X)
  16. 16. Sur quoi porte ce qualificatif ?…Autour de trompeur…
  17. 17. Enseigner l’anglais aux enfants de 3 ans ?
  18. 18. Enseigner l’anglais aux enfants de 3 ans ?
  19. 19. Tag clouds colorisés selon la nature du tag
  20. 20. > Ne pas confondre …e-Notoriétée-Réputatione-Opinion
  21. 21. « Bag of words » insuffisantOpinion = Evaluation + thème Les frais d’ouverture de compte sont trop élevés J’ai remarqué un effort d’amabilité de la hot-line Le service n’est pourtant pas totalement déshumaniséImportance des « petits mots » Depuis que je suis chez X, je rencontre plein de soucis Depuis que je suis chez X, je ne connais plus les soucis d’une agence classique
  22. 22. Analyse des tonalités (exemple social)Un verbatim = un objet (ici caché), un thème que l’on veutsuivre (en jaune), des marquages de tonalités
  23. 23. « sentiment analysis » 20 Juin 2010
  24. 24. Mise en Oeuvre
  25. 25. Processus d’analyse de l’e-Réputation 25
  26. 26. Gestion des bouquets de sources 20 Juin 2010
  27. 27. Methodologie pour définir le bouquet1- Faire une photo de la situation (stock) Construire le stock de départ de pages existantes sur le sujet Visibles par Google, Yahoo, Facebook, Twitter, etc. Mesurer le volume Repérer les sources intéressantes à suivre Tâche initiale réalisée par Lingway2- Parallèlement, faire un film sur l’évolution (flux) Identifier en temps réél les nouvelles pages publiées sur Internet Pour mesurer le flux, et ses variations Tâche initialisée par Lingway puis suivie par le client3- Constituer le bouquet pour l’application En choisissant les sources dans les ressources existantes En ajoutant progressivement des sources à partir des flux observés
  28. 28. > LINGUISTIQUE ? DICTIONNAIRES + MORPHOLOGIE + SYNTAXE + SEMANTIQUE
  29. 29. Notre secret de fabrication: le dictionnairePetit déjeuner, 20 Mai 2010
  30. 30. Les dictionnaires LingwayDictionnaire standard 150 000 concepts Allemand, anglais, espagnol, français, néerlandais, portugais En cours : italien et russe Mise à jour et extensions régulières par une équipe de linguistesDictionnaires « métiers » Complètent le dictionnaire standard Banques Assurances, Automobile, Luxe, etc…Ces dictionnaires permettent d’aborder la plupart desapplications sans adaptation préalable D’autres solutions commencent par dire « il n’y a plus qu’à faire le dictionnaire» au moment de la mise en service… 30
  31. 31. LINGWAY e-ReputationIndexation temps réélRecherche avec expansion sémantique multilingueExtraction de métadonnées, entités nommées, thèmesAnalyse linguistique des tonalités et avisOutils de classement automatique ou assistéAide à la lectureAlertes, Annotations, taggingCartographieExports multi-formats, listes de diffusionGestion des dictionnaires 31
  32. 32. 100 clients directs et 200 via nos partenaires 20 Juin 2010 32
  33. 33. Merciwww.lingway.com

×