Allergies Naso - sinusiennesAllergies Naso - sinusiennes
ALLERGIE NASO-SINUSIENEALLERGIE NASO-SINUSIENE
I. DEFINITION – GENERALITES
II. RAPPEL :
EMBROYOLOGIQUE
ANATOMIQUE
PHYSIOLO...
Definition; Généralités :Definition; Généralités :
l’allergie naso - sinusienne est une maladie inflammatoirel’allergie na...
Rappel embryologique:Rappel embryologique:
Mésoblaste----- les os de la paroi latéraleMésoblaste----- les os de la paroi l...
Rappel AnatomiqueRappel Anatomique
Les FN : cadre ostèo - cartilagineux(paroiLes FN : cadre ostèo - cartilagineux(paroi
mé...
Rappel HistologiqueRappel Histologique
La muqueuse des FN se continue avec la muqueuse des sinus etLa muqueuse des FN se c...
Rappel PhysiologiqueRappel Physiologique
Les FN ont 3 fonction : -respLes FN ont 3 fonction : -resp
--conditionnement de l...
PhysiopathologiePhysiopathologie::
L’ANS est considérée comme étant une réponseL’ANS est considérée comme étant une répons...
EtiopathogenieEtiopathogenie : :
EpidémiologieEpidémiologie :                                                        :    ...
Facteurs de risquesFacteurs de risques : :
-F. génétique :il existe une composante héréditaire nette avec        -F. génét...
Etude Clinique : Etude Clinique : TDD :TDD :RHINITE RHINITE 
SAISONNIERE DE L’ADULTE JEUNE NON SAISONNIERE DE L’ADULTE JEU...
Examens complémentairesExamens complémentaires : :
Certains examens sont inutiles : numération formule Certains examens so...
b. Dosage des IgE spécifiques sériquesb. Dosage des IgE spécifiques sériques
Ce dosage est un complément de grande valeur ...
c. Tests multi-allergéniques de dépistagec. Tests multi-allergéniques de dépistage::
Ce sont des tests sériques basés sur ...
Formes CliniquesFormes Cliniques : :
Une rhinite est légère si le patient ne ressent Une rhinite est légère si le patient ...
Selon la nature de l’allergèneSelon la nature de l’allergène::
Rhinite saisonnière :TDDRhinite saisonnière :TDD
Rhinite pe...
Selon l’association d’autres maladiesSelon l’association d’autres maladies  
  - l’asthme bronchique : association fréquen...
Diagnostic positifDiagnostic positif  :  :
-l’interrogatoire (+++)l’interrogatoire (+++) : : recherche la triade 
d’hyperr...
--EX. complémentaires :EX. complémentaires :
Test cutanés Test cutanés ; 1ere ligne, sensible, non ; 1ere ligne, sensible,...
Teste de provocation nasale:Teste de provocation nasale: mesure lesmesure les
variation de la résistance nasale (rhinovari...
EFR:EFR: vu l'association de la asthmevu l'association de la asthme
((Rhino manométrie ant et post:Rhino manométrie ant et...
Diagnostic DifférencielDiagnostic Différenciel::
Rhinite non allergique à éosinophile (NARES)Rhinite non allergique à éosi...
Rhinite liée à l’alimentationRhinite liée à l’alimentation
C’est une rhinite déclenchée lors ou au décours deC’est une rhi...
Rhinite vasomotrice primitiveRhinite vasomotrice primitive
On désigne sous ce terme un groupe de rhinites,On désigne sous ...
Evolution/ComplicationEvolution/Complication::
la rhinite périodiquela rhinite périodique: en dehors de l'exposition au: e...
TraitementTraitement::
But:But: Amélioration de la symptomatologieAmélioration de la symptomatologie
Prévention des accès ...
Moyens médicauxMoyens médicaux
Désensibilisation spécifique :Désensibilisation spécifique : injection en s/cinjection en s...
Les traitements locauxLes traitements locaux::
Les corticoïdes :Les corticoïdes :
forte action anti-inflammatoire localefo...
VasoconstricteursVasoconstricteurs::
proposés pour une période de 3 à 4 j en débutproposés pour une période de 3 à 4 j en ...
Traitement / voie généraleTraitement / voie générale::
Les CTC/ voie gle:Les CTC/ voie gle:
Il peut être intéressant d’ini...
Moyens chirurgicauxMoyens chirurgicaux
Dans les O N persistantes et en fonction deDans les O N persistantes et en fonction...
IndicationIndication
Rhinite saisonnière:Rhinite saisonnière: - bénigne: antiH1- bénigne: antiH1
-modérée: antiH1+ctc loca...
Indication de la désensibilisation spécifiqueIndication de la désensibilisation spécifique (acariens,(acariens,
graminées)...
Rhinite allergique avec polype nasalRhinite allergique avec polype nasal
Muqueuse nasale lors de rhiniteMuqueuse nasale lors de rhinite
allergique saisonnièreallergique saisonnière
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Allergies nasosinusiennes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Allergies nasosinusiennes

513 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
513
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Allergies nasosinusiennes

  1. 1. Allergies Naso - sinusiennesAllergies Naso - sinusiennes
  2. 2. ALLERGIE NASO-SINUSIENEALLERGIE NASO-SINUSIENE I. DEFINITION – GENERALITES II. RAPPEL : EMBROYOLOGIQUE ANATOMIQUE PHYSIOLOGOQUE HITOLOGIQUE IMMUNOLGIQUE III. PHYSIOPATHOLOGIE IV. ETIOPHATHOGENIE EPIDEMIOLOGIE FACTEUR DES RISQUE V. ETUDE CLINIQUE. TDD : RHINITE ALLERGIQUE SAISONNIERE NON COMPLIQUEE DE L’ADULTE JEUNE VI. FORMES CLINIQUES VII. DIAGNOSTIC POSITIF ET DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VIII. EVOLUTION ET COMPLICATION IX. TRAITEMENT : BUTS MOYENS INDICATIONS
  3. 3. Definition; Généralités :Definition; Généralités : l’allergie naso - sinusienne est une maladie inflammatoirel’allergie naso - sinusienne est une maladie inflammatoire chronique de la muqueuse des fosses nasale et deschronique de la muqueuse des fosses nasale et des sinus(cause par le contact entre la muqueuse et des allergènessinus(cause par le contact entre la muqueuse et des allergènes auxquels le malade est sensibilise)auxquels le malade est sensibilise) D’un commun accord, les rhinites chroniques sont définis commeD’un commun accord, les rhinites chroniques sont définis comme des atteintes chroniques non mécaniques des structuresdes atteintes chroniques non mécaniques des structures nasales (muqueuse et éléments associés) à l’exclusion desnasales (muqueuse et éléments associés) à l’exclusion des atteintes infectieuses des structures sinusiennes. La durée deatteintes infectieuses des structures sinusiennes. La durée de l’atteinte chronique a été établie à une période d’au moins 12l’atteinte chronique a été établie à une période d’au moins 12 semaines consécutives ou non par an .semaines consécutives ou non par an . Elle est très fréquente dans la population gle,son incidence est enElle est très fréquente dans la population gle,son incidence est en croissance .croissance . Le dc repose sur la clinique, l’interrogatoire (+++) ; confirme parLe dc repose sur la clinique, l’interrogatoire (+++) ; confirme par des examens compl bio ou des tests cutanés.des examens compl bio ou des tests cutanés. Le trt est essentiellement médical.Le trt est essentiellement médical.
  4. 4. Rappel embryologique:Rappel embryologique: Mésoblaste----- les os de la paroi latéraleMésoblaste----- les os de la paroi latérale 2mois, la plaque basilaire donne des prolongements-- la2mois, la plaque basilaire donne des prolongements-- la placode olfactive,placode olfactive, la capsule nasale------masses latérales de l’éthmoïde,la capsule nasale------masses latérales de l’éthmoïde, cartilage alaire, cornet inf.( a vérifier)cartilage alaire, cornet inf.( a vérifier) 4mois------- ébauche des cornets.4mois------- ébauche des cornets. 6mois------- ossification des masses latérales de6mois------- ossification des masses latérales de l’éthmoïde.l’éthmoïde. Le sinus maxillaire provient d’une évagination de laLe sinus maxillaire provient d’une évagination de la région de l’infundibulum embryonnaire du méat moyenrégion de l’infundibulum embryonnaire du méat moyen puis continu son dvpt après la naissance, visible :puis continu son dvpt après la naissance, visible : 2 à 9 ans ;2 à 9 ans ;
  5. 5. Rappel AnatomiqueRappel Anatomique Les FN : cadre ostèo - cartilagineux(paroiLes FN : cadre ostèo - cartilagineux(paroi médiale ,paroi sup, paroi inf. ,paroi latérale)médiale ,paroi sup, paroi inf. ,paroi latérale)
  6. 6. Rappel HistologiqueRappel Histologique La muqueuse des FN se continue avec la muqueuse des sinus etLa muqueuse des FN se continue avec la muqueuse des sinus et du canal lacrymo-nasal : chorion+ epith dont l’aspect varie avecdu canal lacrymo-nasal : chorion+ epith dont l’aspect varie avec les régions :les régions : --Région vestibulaireRégion vestibulaire :il existe une zone de transition entre la peau:il existe une zone de transition entre la peau et muqueuse resp, cette zone s’étend en arc jusqu’à la tête deset muqueuse resp, cette zone s’étend en arc jusqu’à la tête des cornets moyen et inf. ;absence de glandes .cornets moyen et inf. ;absence de glandes . --Région olfactiveRégion olfactive : représentée par la fossette olfactive, elle: représentée par la fossette olfactive, elle comprend tte la partie sup de la CN, délimitée par le bord inf ducomprend tte la partie sup de la CN, délimitée par le bord inf du cornet moyen en dehors, le tubercule du septum en dedans.cornet moyen en dehors, le tubercule du septum en dedans. Macro : lisse, jaune, brunâtre.Macro : lisse, jaune, brunâtre. Micro : epith cylindrique stratifie= cellules olfactives deMicro : epith cylindrique stratifie= cellules olfactives de SCHULTZE+C de soutien+C basales.SCHULTZE+C de soutien+C basales. Chorion=glande tubuloacineuse de BOWMANChorion=glande tubuloacineuse de BOWMAN Muqueuse mince pauvre en glande à mucusMuqueuse mince pauvre en glande à mucus --Région respRégion resp : s’étend sur une surface très importante :: s’étend sur une surface très importante : Macro : rouge vifMacro : rouge vif micro : epith cylindrique cilié :C ciliés+C mucipares +C basales.micro : epith cylindrique cilié :C ciliés+C mucipares +C basales. Chorion : elmts vasculaires, réseaux veineux.Chorion : elmts vasculaires, réseaux veineux.
  7. 7. Rappel PhysiologiqueRappel Physiologique Les FN ont 3 fonction : -respLes FN ont 3 fonction : -resp --conditionnement de l’airconditionnement de l’air --épurationépuration Les sinus ont pour rôle :-résonnanceLes sinus ont pour rôle :-résonnance;; --aérationaération;; --drainagedrainage;; --amortisseur de chocamortisseur de choc
  8. 8. PhysiopathologiePhysiopathologie:: L’ANS est considérée comme étant une réponseL’ANS est considérée comme étant une réponse immunitaire inappropriée et excessive à un Ag(le plusimmunitaire inappropriée et excessive à un Ag(le plus svt aéroporté et de haut PM) réaction allergique IgE-svt aéroporté et de haut PM) réaction allergique IgE- dépendante qui comporte.dépendante qui comporte. Deux phasesDeux phases:: - une phase de sensibilisation- une phase de sensibilisation - une phase clinique elle-même divisée en deux:- une phase clinique elle-même divisée en deux: Phases : immédiate et retardéePhases : immédiate et retardée.. Au cours de la réaction immédiate, l’histamine exerceAu cours de la réaction immédiate, l’histamine exerce ses effets à l’origine de : rhinorrhée, prurit nasal,ses effets à l’origine de : rhinorrhée, prurit nasal, éternuements et obstruction nasale.éternuements et obstruction nasale. La réaction retardée est caractérisée par l’apparitionLa réaction retardée est caractérisée par l’apparition d’un infiltrat cellulaire polymorphe : mastocytes,d’un infiltrat cellulaire polymorphe : mastocytes,
  9. 9. EtiopathogenieEtiopathogenie : : EpidémiologieEpidémiologie :                                                        :                                                        la sphère ORL est le premier rempart de la la sphère ORL est le premier rempart de la  maladie allergique qui constitue avec les maladie allergique qui constitue avec les  maladies CVx et le cancer les maladies du maladies CVx et le cancer les maladies du  siècle ;siècle ;       En Europe la prévalence est de 10-20%En Europe la prévalence est de 10-20%       3x plus fréquente chez les garçons ; cette 3x plus fréquente chez les garçons ; cette  prévalence est en augmentation dans le prévalence est en augmentation dans le  monde ;monde ; L’incidence des pollinoses (rhinites saisonnières) L’incidence des pollinoses (rhinites saisonnières)  a été multipliée par 4 en 30 ans a été multipliée par 4 en 30 ans 
  10. 10. Facteurs de risquesFacteurs de risques : : -F. génétique :il existe une composante héréditaire nette avec        -F. génétique :il existe une composante héréditaire nette avec                                                     transmission dominante: Si un des                                             transmission dominante: Si un des  parents est allergique, le risque pour l’enfant est de 20-40%  parents est allergique, le risque pour l’enfant est de 20-40%           Si les 2 parents sont allergiques,le risque est de 40-60%Si les 2 parents sont allergiques,le risque est de 40-60%         Si les 2 parents ne sont pas allergiques,le risque est 5-15% Si les 2 parents ne sont pas allergiques,le risque est 5-15%  -Allergènes : principalement les pneumallergènes qui peuvent        -Allergènes : principalement les pneumallergènes qui peuvent              être polliniques ou nom :     être polliniques ou nom :         A. Polliniques : Rhinite saisonnièreA. Polliniques : Rhinite saisonnière : :                                                                                                                       pollens d’arbre ---2au 4pollens d’arbre ---2au 4                                                                                                                         Pollens de graminées –5au7Pollens de graminées –5au7                                                                                                                       Pollens d’herbacés—8au10Pollens d’herbacés—8au10           A.non polliniques : Rhinite per annuelle (acariens et poussière   A.non polliniques : Rhinite per annuelle (acariens et poussière       de maison, favorisée par l’humidité et la température                  de maison, favorisée par l’humidité et la température                  élevée/moisissure, phanères d’animaux, blattes  élevée/moisissure, phanères d’animaux, blattes….)   ….)              Allergies professionnelles : boulanger, menuisier, coiffeur.        Allergies professionnelles : boulanger, menuisier, coiffeur.         -autres facteurs : tabagisme/ pollution atmosphérique-autres facteurs : tabagisme/ pollution atmosphérique..
  11. 11. Etude Clinique : Etude Clinique : TDD :TDD :RHINITE RHINITE  SAISONNIERE DE L’ADULTE JEUNE NON SAISONNIERE DE L’ADULTE JEUNE NON  COMPLIQUEE (RHUME DE FOINSCOMPLIQUEE (RHUME DE FOINS) :) :   SFSF  : triade survenant de façon brutale au : triade survenant de façon brutale au  moment de la saison : ON+ rhinorrhée moment de la saison : ON+ rhinorrhée  +éternuements+/- conjonctivite+/- prurit +éternuements+/- conjonctivite+/- prurit  nasal+/-picotement pharyngé ; évoluant de nasal+/-picotement pharyngé ; évoluant de  Mai à Juin ,disparaissant aprèsMai à Juin ,disparaissant après.. RARA : aspect divers : aspect divers : : - œdème de la muqueuse des cornets inf de œdème de la muqueuse des cornets inf de  coloration variable avec des sécrétions coloration variable avec des sécrétions  séreuses tapissant la muqueuse. séreuses tapissant la muqueuse. 
  12. 12. Examens complémentairesExamens complémentaires : : Certains examens sont inutiles : numération formule Certains examens sont inutiles : numération formule  Sanguine et dosage des IgE totales. Les plus Sanguine et dosage des IgE totales. Les plus  contributifs sont les tests cutanés, le dosage des IgE contributifs sont les tests cutanés, le dosage des IgE  spécifiques, les tests multi-allergéniques de spécifiques, les tests multi-allergéniques de  dépistagedépistage.. a. Les tests cutanés d’allergiea. Les tests cutanés d’allergie Ils sont l'élément de base et le premier temps du bilan Ils sont l'élément de base et le premier temps du bilan  allérgologique . Dans la pollinose isolée typique, ils ne allérgologique . Dans la pollinose isolée typique, ils ne  sont pas obligatoires. Dans toutes les autres sont pas obligatoires. Dans toutes les autres  circonstances, ils doivent être systématiques pour circonstances, ils doivent être systématiques pour  l’établissement du diagnosticl’établissement du diagnostic;; Les antihistaminiques doivent être arrêtés quelques Les antihistaminiques doivent être arrêtés quelques  jours (5 pour les plus récents) avant la réalisation des jours (5 pour les plus récents) avant la réalisation des  tests. Il faut récuser l'équation tests cutanés positifs = tests. Il faut récuser l'équation tests cutanés positifs =  allergie car plus de 25% des sujets (d’une population allergie car plus de 25% des sujets (d’une population  générale) ont des tests cutanés positifs sans aucune générale) ont des tests cutanés positifs sans aucune 
  13. 13. b. Dosage des IgE spécifiques sériquesb. Dosage des IgE spécifiques sériques Ce dosage est un complément de grande valeur Ce dosage est un complément de grande valeur  (non influencé par les médicaments) qui ne (non influencé par les médicaments) qui ne  saurait cependant remplacer les tests cutanés saurait cependant remplacer les tests cutanés  d’allergie, ni être réalisé en première intention d’allergie, ni être réalisé en première intention  ou même systématiquementou même systématiquement.. Sa sensibilité varie de 70 à 90% selon les Sa sensibilité varie de 70 à 90% selon les  allergènes et les étudesallergènes et les études. . 
  14. 14. c. Tests multi-allergéniques de dépistagec. Tests multi-allergéniques de dépistage:: Ce sont des tests sériques basés sur une technique Ce sont des tests sériques basés sur une technique  Radio-immunologique ou immuno -enzymologique Radio-immunologique ou immuno -enzymologique  dont la réponse est soit non qualitative et binaire dont la réponse est soit non qualitative et binaire  (Positif / négatif), soit semi-qualitative. La spécificité et (Positif / négatif), soit semi-qualitative. La spécificité et  la sensibilité de ces tests sont supérieures à 80-90%la sensibilité de ces tests sont supérieures à 80-90%.. Ces tests ont des limites car certains allergènes Ces tests ont des limites car certains allergènes  régionaux peuvent ne pas être présents dans le kit régionaux peuvent ne pas être présents dans le kit  utiliséutilisé.. d. rhino manométrie :d. rhino manométrie : dédoublement de la résistance  dédoublement de la résistance  nasale avec présence de signes clinique lors de nasale avec présence de signes clinique lors de  l’introduction de l’allergènel’introduction de l’allergène.. e. examen radiologique :e. examen radiologique : radiologie des sinus radiologie des sinus : :   peu d’intérêts---- TDMpeu d’intérêts---- TDM . .
  15. 15. Formes CliniquesFormes Cliniques : : Une rhinite est légère si le patient ne ressent Une rhinite est légère si le patient ne ressent  aucun des symptômes suivants : troubles du aucun des symptômes suivants : troubles du  sommeil, gêne entraînant une diminution des sommeil, gêne entraînant une diminution des  activités sociales, sportives, professionnelles activités sociales, sportives, professionnelles  ou scolaires, symptômes invalidants. ou scolaires, symptômes invalidants.  A contrario, une rhinite est modérée à sévère A contrario, une rhinite est modérée à sévère  lorsque le patient souffre d'au moins un des lorsque le patient souffre d'au moins un des  troubles cités plus hauttroubles cités plus haut  
  16. 16. Selon la nature de l’allergèneSelon la nature de l’allergène:: Rhinite saisonnière :TDDRhinite saisonnière :TDD Rhinite per annuelle : triade incste, l'ON domine Rhinite per annuelle : triade incste, l'ON domine  le tableau clinique .les allergènes les plus le tableau clinique .les allergènes les plus  important :acariens ,phanères d’animaux ;avec important :acariens ,phanères d’animaux ;avec  prédominance des symptôme la nuit pour les prédominance des symptôme la nuit pour les  phanères et le matin pour les acariensphanères et le matin pour les acariens
  17. 17. Selon l’association d’autres maladiesSelon l’association d’autres maladies     - l’asthme bronchique : association fréquente ,     - l’asthme bronchique : association fréquente ,      23 à 44% des sujets ont un syndrome  23 à 44% des sujets ont un syndrome   d’hyperréactivité bronchique, avec comme  d’hyperréactivité bronchique, avec comme   donnée récente qu’une PEC thérapeutique de  donnée récente qu’une PEC thérapeutique de   l’allergie N .S améliore l’hyperréactivité  l’allergie N .S améliore l’hyperréactivité   bronchique.bronchique.  -  - Urticaire , eczémaUrticaire , eczéma……
  18. 18. Diagnostic positifDiagnostic positif  :  : -l’interrogatoire (+++)l’interrogatoire (+++) : : recherche la triade  d’hyperréactivité/ recherche de l’allergène --examen cliniqueexamen clinique : : l’inspection de la pyramide nasale chez l’enfant : pli  nasal caractéristique horizontal, perpendiculaire à  l’arrête nasale lié au frottement et au jetage ant. RA : hypertrophie de la muqueuse et du cornet inf,  sécrétion séreuses tapissant la paroi, coloration  variable :nle,lilas,rouge. En dehors des crises, la muqueuse redevient nle. RP :+/- jetage post. L’issue de l’examen---- forte présomption  ---EX.complementaires 
  19. 19. --EX. complémentaires :EX. complémentaires : Test cutanés Test cutanés ; 1ere ligne, sensible, non ; 1ere ligne, sensible, non  couteuxcouteux.. Ex .bio Ex .bio :- FNS : hyper-éosinophilie sup :- FNS : hyper-éosinophilie sup  à400/MM3 non spécifiqueà400/MM3 non spécifique IgE totales sup à 150 ui chez l'adulte, non IgE totales sup à 150 ui chez l'adulte, non  spécifiquespécifique 50%50%  des allergiques ont un taux d'IgE totale des allergiques ont un taux d'IgE totale  NleNle..
  20. 20. Teste de provocation nasale:Teste de provocation nasale: mesure lesmesure les variation de la résistance nasale (rhinovariation de la résistance nasale (rhino manométrie) avt et après l'introduction demanométrie) avt et après l'introduction de l'allergène.(réservé au situation de polyl'allergène.(réservé au situation de poly sensibilisation) .en cas de doublement de lasensibilisation) .en cas de doublement de la résistance nasale---le test est positif.résistance nasale---le test est positif. Dosage des IgE spécifiques sériquesDosage des IgE spécifiques sériques Tests multi-allergéniques de dépistageTests multi-allergéniques de dépistage EX. Radiologique:EX. Radiologique: -la radio des sinus: peu d'intérêt-la radio des sinus: peu d'intérêt -TDM: si échec du trt ou avant une cure-TDM: si échec du trt ou avant une cure chirurgicalechirurgicale..
  21. 21. EFR:EFR: vu l'association de la asthmevu l'association de la asthme ((Rhino manométrie ant et post:Rhino manométrie ant et post: Elle consiste àElle consiste à mesurer le débit d’air et les résistances nasalesmesurer le débit d’air et les résistances nasales lors de la respiration nasale. La techniquelors de la respiration nasale. La technique disponible pour le clinicien est ladisponible pour le clinicien est la rhinomanométrie antérieure active. normalerhinomanométrie antérieure active. normale est comprise entre 0.3 et 0.6 (Pasqual/cm3/s)est comprise entre 0.3 et 0.6 (Pasqual/cm3/s) avec un débit de150cm3/seconde)à supprimeravec un débit de150cm3/seconde)à supprimer
  22. 22. Diagnostic DifférencielDiagnostic Différenciel:: Rhinite non allergique à éosinophile (NARES)Rhinite non allergique à éosinophile (NARES) Elle n’est pour certains qu’une rhinite inflammatoireElle n’est pour certains qu’une rhinite inflammatoire sans spécificité ou une polypose au début de sonsans spécificité ou une polypose au début de son évolution . L’incidence de cette pathologie estévolution . L’incidence de cette pathologie est inconnue. C’est une rhinite per annuelle dontinconnue. C’est une rhinite per annuelle dont l’évolution s’effectue par paroxysmes, qui groupe desl’évolution s’effectue par paroxysmes, qui groupe des patients ayant un mucus riche en éosinophiles. Lepatients ayant un mucus riche en éosinophiles. Le mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnu.mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnu. Rhinite médicamenteuseRhinite médicamenteuse L’apparition de signes de rhinite est induite par laL’apparition de signes de rhinite est induite par la prise de médicaments, par voie générale ou nasale. Ilprise de médicaments, par voie générale ou nasale. Il s’agit parfois d’un effet secondaire d’un traitements’agit parfois d’un effet secondaire d’un traitement institué pour une autre pathologie (cocaïne,institué pour une autre pathologie (cocaïne, AINS,IEC…)AINS,IEC…)
  23. 23. Rhinite liée à l’alimentationRhinite liée à l’alimentation C’est une rhinite déclenchée lors ou au décours deC’est une rhinite déclenchée lors ou au décours de L’ingestion d’aliments. On décrit des rhinitesL’ingestion d’aliments. On décrit des rhinites Liées à l’ingestion d’éthanol, des rhinites parLiées à l’ingestion d’éthanol, des rhinites par histaminolibération (Poisson, chocolat…).histaminolibération (Poisson, chocolat…). Rhinite hormonaleRhinite hormonale C’est une rhinite liée aux modifications hormonalesC’est une rhinite liée aux modifications hormonales physiologiques ou pathologiques. Il semble que 20 àphysiologiques ou pathologiques. Il semble que 20 à 30% des femmes enceintes rapportent des30% des femmes enceintes rapportent des symptômes rhinologiques au cours de la grossesse.symptômes rhinologiques au cours de la grossesse. Les mécanismes physiopathologiques sontLes mécanismes physiopathologiques sont controversés : modifications hormonales, stress oucontroversés : modifications hormonales, stress ou facteurs psychosomatiques, augmentation du volumefacteurs psychosomatiques, augmentation du volume sanguin, tabac. Cette rhinite serait due à unsanguin, tabac. Cette rhinite serait due à un mécanisme non inflammatoiremécanisme non inflammatoire
  24. 24. Rhinite vasomotrice primitiveRhinite vasomotrice primitive On désigne sous ce terme un groupe de rhinites,On désigne sous ce terme un groupe de rhinites, probablement hétérogènes,elle est classiquement perprobablement hétérogènes,elle est classiquement per annuelle , non allergique ( idiopathiques ) àannuelle , non allergique ( idiopathiques ) à prédominance féminine;et ces rhinites apparaîtraientprédominance féminine;et ces rhinites apparaîtraient après l’âge de 20 ans. Sa physiopathologie est malaprès l’âge de 20 ans. Sa physiopathologie est mal connue, cependant, une dysrégulationconnue, cependant, une dysrégulation neurovégétative est mise en avant avec une hypotonieneurovégétative est mise en avant avec une hypotonie sympathique et une hypertonie parasympathiquesympathique et une hypertonie parasympathique.. polyposes nasales:polyposes nasales: ON + hyposmie (intérêt de l'endoscopie et de la TDM)ON + hyposmie (intérêt de l'endoscopie et de la TDM)
  25. 25. Evolution/ComplicationEvolution/Complication:: la rhinite périodiquela rhinite périodique: en dehors de l'exposition au: en dehors de l'exposition au allergènes---- rémission. Taux de guérison faible.allergènes---- rémission. Taux de guérison faible. La rhinite perannuelleLa rhinite perannuelle: taux de guérison faible.: taux de guérison faible. Dans tt les cas en l'absence de traitement l'évolutionDans tt les cas en l'absence de traitement l'évolution se fait vers la rhino-sinusite chronique.se fait vers la rhino-sinusite chronique. A long termes---------- polypose naso -sinusienne.A long termes---------- polypose naso -sinusienne. Surinfection------------- sinusites infectieuses.Surinfection------------- sinusites infectieuses. Asthme 20 à 40% ---- 4 à 10 fois plus que laAsthme 20 à 40% ---- 4 à 10 fois plus que la population Gle.population Gle.
  26. 26. TraitementTraitement:: But:But: Amélioration de la symptomatologieAmélioration de la symptomatologie Prévention des accès et complications.Prévention des accès et complications. Moyens:Moyens: Eviction de l'allergène :le plus svt impossible.Eviction de l'allergène :le plus svt impossible. Moyens médicauxMoyens médicaux Moyens chirurgicauxMoyens chirurgicaux
  27. 27. Moyens médicauxMoyens médicaux Désensibilisation spécifique :Désensibilisation spécifique : injection en s/cinjection en s/c de l'allergène responsable , en gle unede l'allergène responsable , en gle une fois/semaine, à dose croissante pendantfois/semaine, à dose croissante pendant plusieurs années constitue avec l'éviction deplusieurs années constitue avec l'éviction de l'allergène le seul traitement étiologique.l'allergène le seul traitement étiologique.
  28. 28. Les traitements locauxLes traitements locaux:: Les corticoïdes :Les corticoïdes : forte action anti-inflammatoire localeforte action anti-inflammatoire locale Effets secondaires faiblesEffets secondaires faibles Au long cours--- dégraisser les dose chez l'enfant;Au long cours--- dégraisser les dose chez l'enfant; Efficace sur: l'o. Nasale, éternuement, rinorrhèeEfficace sur: l'o. Nasale, éternuement, rinorrhèe les antihistaminiques :les antihistaminiques : un seul antihistaminique local pour la rhiniteun seul antihistaminique local pour la rhinite allergique: l’azelastineallergique: l’azelastine Les anti degranulants :Les anti degranulants : le chromoglycate dele chromoglycate de sodium, inhibe la dégranulation des mastocytessodium, inhibe la dégranulation des mastocytes avec activité stabilisatrice sur les fibres sensitivesavec activité stabilisatrice sur les fibres sensitives (responsable de prurit), efficace (enfant++)(responsable de prurit), efficace (enfant++) Durée d'action:4-6H------ prises répétéesDurée d'action:4-6H------ prises répétées Prescrit en association avec les antihistaminiques.Prescrit en association avec les antihistaminiques.
  29. 29. VasoconstricteursVasoconstricteurs:: proposés pour une période de 3 à 4 j en débutproposés pour une période de 3 à 4 j en début du trt car risque de rhinite médicamenteuse àdu trt car risque de rhinite médicamenteuse à long court.(diminue l'O N ,sans effets sur lelong court.(diminue l'O N ,sans effets sur le prurit, l'éternuement et la rhinorrhéeprurit, l'éternuement et la rhinorrhée.. Les anticholinergiques:Les anticholinergiques: (Atrovent nasal):active sur la rinorrhèe, donne(Atrovent nasal):active sur la rinorrhèe, donne une sécheresse de la muqueuse buccale etune sécheresse de la muqueuse buccale et nasale.nasale.
  30. 30. Traitement / voie généraleTraitement / voie générale:: Les CTC/ voie gle:Les CTC/ voie gle: Il peut être intéressant d’initier le traitement,Il peut être intéressant d’initier le traitement, dans les formes sévères, par une corticothérapiedans les formes sévères, par une corticothérapie générale de courte durée (<10 jours)générale de courte durée (<10 jours) Les antihistaminique :Les antihistaminique : -bloc les récepteurs H1;diminution de-bloc les récepteurs H1;diminution de l'éternuement et de la rinorrhèe avec un léger effetl'éternuement et de la rinorrhèe avec un léger effet sur l'O N;sur l'O N; -Les antiH1 de 1ere génération--- effet sédatif-Les antiH1 de 1ere génération--- effet sédatif (traverse la BHE)(traverse la BHE) -Les antiH1 de 2eme génération--- moins d'effet-Les antiH1 de 2eme génération--- moins d'effet sédatif Ex: Zirtec, Claritine, telfast.sédatif Ex: Zirtec, Claritine, telfast.
  31. 31. Moyens chirurgicauxMoyens chirurgicaux Dans les O N persistantes et en fonction deDans les O N persistantes et en fonction de l'examen des F.N:l'examen des F.N: - septoplastie en cas de DCN- septoplastie en cas de DCN - cautérisation du cornet inf- cautérisation du cornet inf - turbinectomie inf .- turbinectomie inf .
  32. 32. IndicationIndication Rhinite saisonnière:Rhinite saisonnière: - bénigne: antiH1- bénigne: antiH1 -modérée: antiH1+ctc local-modérée: antiH1+ctc local - sévère :ctc gle en cure courte- sévère :ctc gle en cure courte Si trt insuffisant ou asthme, passer à la désensibilisation.Si trt insuffisant ou asthme, passer à la désensibilisation. Rhinite perannuelle:Rhinite perannuelle: Eviction de l'allergène(difficile)Eviction de l'allergène(difficile) En 1ere intention: ctc locaux au long court si l'O NEn 1ere intention: ctc locaux au long court si l'O N predomine;antiH1 locaux ou par voie gle en 2emepredomine;antiH1 locaux ou par voie gle en 2eme intention ou si asthme associe.intention ou si asthme associe. Ctc par voie gle et désensibilisation.Ctc par voie gle et désensibilisation. Chez l'enfant:Chez l'enfant: éviction de l'agent irritant, on commenceéviction de l'agent irritant, on commence par les antiH1,les ctc locaux indiques en cas depar les antiH1,les ctc locaux indiques en cas de résistance aux antiH1résistance aux antiH1
  33. 33. Indication de la désensibilisation spécifiqueIndication de la désensibilisation spécifique (acariens,(acariens, graminées) : vu l'efficacité du TM et des accidentsgraminées) : vu l'efficacité du TM et des accidents qu'elle peut entrainer son indication s'estqu'elle peut entrainer son indication s'est considérablement réduite au cas ou :considérablement réduite au cas ou : -il faut s'assurer que la pathologie soit allergique IgE-il faut s'assurer que la pathologie soit allergique IgE dépendante avec allergène clairement établie.dépendante avec allergène clairement établie. -Dans la rhinite saisonnière sévère, ou mal contrôlée-Dans la rhinite saisonnière sévère, ou mal contrôlée et/ou quand le TM entraine des effets secondaireset/ou quand le TM entraine des effets secondaires importants.importants. -Dans la rhinite perannuelle s'il ya un asthme associe.-Dans la rhinite perannuelle s'il ya un asthme associe. Contre indications :maladies immunologiqueContre indications :maladies immunologique ,cancer , maladie psychique sévère ,cardiopathie,cancer , maladie psychique sévère ,cardiopathie contre indiquant l'emploie d'adrénaline ,asthmecontre indiquant l'emploie d'adrénaline ,asthme sévère.sévère.
  34. 34. Rhinite allergique avec polype nasalRhinite allergique avec polype nasal
  35. 35. Muqueuse nasale lors de rhiniteMuqueuse nasale lors de rhinite allergique saisonnièreallergique saisonnière

×