Allergies Naso - sinusiennesAllergies Naso - sinusiennes
ALLERGIE NASO-SINUSIENEALLERGIE NASO-SINUSIENE
I. DEFINITION
II. RAPPEL 
ANATOMIQUE
PHYSIOLOGOQUE
HITOLOGIQUE
III. PHYSIOP...
Définition
La rhinite allergique correspond à l’ensemble des
manifestations fonctionnelles nasales engendrées
par le dével...
Rappel AnatomiqueRappel Anatomique    
Les FN : cadre ostèo – cartilagineuxLes FN : cadre ostèo – cartilagineux
(paroi méd...
Rappel HistologiqueRappel Histologique
La muqueuse nasale est une muqueuse respiratoire qui comprend un
épithélium pseudos...
Rappel PhysiologiqueRappel Physiologique  
Les Fosses nasales ont 3 fonctionsLes Fosses nasales ont 3 fonctions::
--respir...
PhysiopathologiePhysiopathologie  ::
L’allergie naso sinusienne est une réponse immunitaire inappropriée et excessive à un...
EtiopathogenieEtiopathogenie  ::
EpidémiologieEpidémiologie :                                                             ...
Facteurs de risquesFacteurs de risques  ::
- F. génétique- F. génétique : :
            il existe une composante héréditai...
Etude CliniqueEtude Clinique  ::
TDDTDD  ::RHINITERHINITE INTERMITTENTEINTERMITTENTE DEDE
LL’’ADULTEADULTE JEUNEJEUNE NONN...
Examen clinique
 l’examen clinique est indispensable pour éliminer les autres pathologies 
Nasosinusiennes 
L’examen ORL:
...
L’endoscopie nasale est plus précise mais elle reste un 
examine de spécialité, 
L’endoscopie nasale est  indispensable en...
ExamensExamens complémentairescomplémentaires::
Certains examens sont inutilesCertains examens sont inutiles :  : 
  numér...
  Dosage des IgE spécifiques sériquesDosage des IgE spécifiques sériques
  Ce dosage est un complément de grande valeur   ...
  Tests multi-allergéniques de dépistageTests multi-allergéniques de dépistage::
  Ce sont des tests sériques basés sur un...
    AutreAutre  examenexamen
    radiologiqueradiologique : : radiologie des sinus radiologie des sinus : :
..son absence ...
Formes CliniquesFormes Cliniques  ::
Selon symptomatologieSelon symptomatologie
la rhinite légèrela rhinite légère : :
si ...
Selon la nature de l’allergèneSelon la nature de l’allergène::
Rhinite intermittenteRhinite intermittente::
Rhinite persis...
Selon lSelon l’’association dassociation d’’autres maladiesautres maladies  
-- l’asthme bronchique +++l’asthme bronchique...
Diagnostic positif
Le diagnostic doit être évoqué dès l’interrogatoire. Comme
pour toute pathologie allergique, la recherc...
DiaDiagnostic Différencielgnostic Différenciel::
Rhinite non allergiqueRhinite non allergique
1/Rhinite inflammatoire1/Rhi...
2/Rhinite non2/Rhinite non inflammatoireinflammatoire
Rhinites d’origine intrinsèque
Rhinite hormonale
La rhinite de la gr...
Rhinite vasomotrice primitive
Elle est souvent proposée comme diagnostic de recours. Elle
n’est pas incluse dans les rhini...
Rhinite atrophique
Elle se traduit par une sensation d’obstruction nasale et de
nez sec, associée à la présence de nombreu...
Rhinites d’origine extrinsèque
Rhinite médicamenteuse
Le diagnostic est surtout porté devant l’usage
répétitif et pluriquo...
Évolution et ComplicationÉvolution et Complication
lala rhiniterhinite intermittenteintermittente::
en dehors de l'exposit...
Le traitement
Le traitement de la rhinite allergique fait l’objet de
plusieurs consensus dont le principal est celui de
l’...
Classification des rhinites allergiques
selon Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma
(ARIA(.
Intermittente
±4jours par...
But:But:
Amélioration de la symptomatologieAmélioration de la symptomatologie
Prévention des accès et complications.Préven...
MoyMoyens médicauxens médicaux
Désensibilisation spécifiqueDésensibilisation spécifique ::
injection en s/c de l'allergène...
Les traitements symptomatique locauxLes traitements symptomatique locaux::
corticoïdescorticoïdes ::
forte action anti-inf...
VasoconstricteursVasoconstricteurs::
proposés pour une période de 3 à 4 j en début du trt carproposés pour une période de ...
TrTraitement par voie généraleaitement par voie générale::
CorticoïdeCorticoïde
Il peut être intéressant d’initier le trai...
MoyensMoyens instrumentaux
-- Ils ne s’adressent qu’au versant obstructif de la
symptomatologie après échec du traitement ...
IndicationsIndications
dqns les formes de rhinite allergique intermittente légère, on a
le choix,entre un antihistaminique...
conclusionconclusion
L’interrogatoire et l’examen de la cavité nasale sont
les deux étapes clés du diagnostic des rhinites...
Allergies nasosunisiennes
Allergies nasosunisiennes
Allergies nasosunisiennes
Allergies nasosunisiennes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Allergies nasosunisiennes

384 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
384
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Allergies nasosunisiennes

  1. 1. Allergies Naso - sinusiennesAllergies Naso - sinusiennes
  2. 2. ALLERGIE NASO-SINUSIENEALLERGIE NASO-SINUSIENE I. DEFINITION II. RAPPEL  ANATOMIQUE PHYSIOLOGOQUE HITOLOGIQUE III. PHYSIOPATHOLOGIE IV. ETIOPHATHOGENIE EPIDEMIOLOGIE FACTEUR DES RISQUE V. ETUDE CLINIQUE. TDD : RHINITE ALLERGIQUE INTERMITANTE NON COMPLIQUEE DE L’ADULTE JEUNE VI. FORMES CLINIQUES VII. DIAGNOSTIC POSITIF ET DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VIII. EVOLUTION ET COMPLICATION IX. TRAITEMENT : BUTS MOYENS INDICATIONS X CONCLUSION
  3. 3. Définition La rhinite allergique correspond à l’ensemble des manifestations fonctionnelles nasales engendrées par le développement d’une inflammation immunoglobuline E (IgE)-dépendante de la muqueuse nasale en réponse à l’exposition à différents types d’allergènes . Ces manifestations fonctionnelles ne sont toutefois pas spécifiques et peuvent être observées dans de nombreuses autres circonstances (irritation, environnement,etc
  4. 4. Rappel AnatomiqueRappel Anatomique     Les FN : cadre ostèo – cartilagineuxLes FN : cadre ostèo – cartilagineux (paroi médiale ,paroi sup, paroi inf. ,paroi latérale)(paroi médiale ,paroi sup, paroi inf. ,paroi latérale)
  5. 5. Rappel HistologiqueRappel Histologique La muqueuse nasale est une muqueuse respiratoire qui comprend un épithélium pseudostratifié cilié recouvert de mucus, des glandes à mucus s’abouchent à ce niveau. Région vestibulaireRégion vestibulaire :: la partie postérieure de cette région correspond àla partie postérieure de cette région correspond à une zone deune zone de transition entre la peau et muqueuse resp.transition entre la peau et muqueuse resp. Région olfactiveRégion olfactive :: représentée par la fossette olfactive, elle comprend la partie sup de lareprésentée par la fossette olfactive, elle comprend la partie sup de la Cavitee nasaleCavitee nasale Micro : epith cylindrique stratifie= cellules olfactives deMicro : epith cylindrique stratifie= cellules olfactives de SCHULTZE+C de soutien+C basales.SCHULTZE+C de soutien+C basales. --Région respiratoireRégion respiratoire :: s’étend sur une surface très importantes’étend sur une surface très importante Micro : epith cylindrique cilié :C ciliés+C mucipares +C basales.Micro : epith cylindrique cilié :C ciliés+C mucipares +C basales. Chorion : elmts vasculaires, réseaux veineux.Chorion : elmts vasculaires, réseaux veineux.
  6. 6. Rappel PhysiologiqueRappel Physiologique   Les Fosses nasales ont 3 fonctionsLes Fosses nasales ont 3 fonctions:: --respiratoirerespiratoire --conditionnement de l’airconditionnement de l’air --épurationépuration Les sinus ont pour rôleLes sinus ont pour rôle:: --résonnancerésonnance;; --aérationaération;; --amortisseur de chocamortisseur de choc
  7. 7. PhysiopathologiePhysiopathologie  :: L’allergie naso sinusienne est une réponse immunitaire inappropriée et excessive à unL’allergie naso sinusienne est une réponse immunitaire inappropriée et excessive à un allergène (aéroporté; haut PM)allergène (aéroporté; haut PM) c’est une réaction allergique ,immédiate de type 1 qui comporte.c’est une réaction allergique ,immédiate de type 1 qui comporte. Deux phasesDeux phases:: - une phase de sensibilisation silencieuse- une phase de sensibilisation silencieuse présentation aux TH2 des allergéns par les cellules présentatrice de l’AGprésentation aux TH2 des allergéns par les cellules présentatrice de l’AG TH2 activé IL5; IL12 ;IL4: synthétiser les IGE ; qui vont se fixer sur les mastocytesTH2 activé IL5; IL12 ;IL4: synthétiser les IGE ; qui vont se fixer sur les mastocytes - une phase clinique active- une phase clinique active Caractérisé par l’apparition de symptômes lors d’un nouveau contacte avecCaractérisé par l’apparition de symptômes lors d’un nouveau contacte avec l’allergènel’allergène elle est divisée en deux:elle est divisée en deux: Phases précocePhases précoce.. Au cours de laquelle; l’allergène est rapidement reconnu par les IGE fixes surAu cours de laquelle; l’allergène est rapidement reconnu par les IGE fixes sur les mastocytes ce qui permet leurs dégranullation et une libération deles mastocytes ce qui permet leurs dégranullation et une libération de l’histaminel’histamine quiqui exerce ses effets sur les différentes structures de la muqueuse à l’origine de :exerce ses effets sur les différentes structures de la muqueuse à l’origine de : rhinorrhée, prurit nasal, éternuements et obstruction nasale.rhinorrhée, prurit nasal, éternuements et obstruction nasale. Phases retardéePhases retardée caractérisée par la libération de médiateur néoformée: les leucotrienes qui exercecaractérisée par la libération de médiateur néoformée: les leucotrienes qui exerce un effet chemotactique sur les différentes cellules en particulier les cellulesun effet chemotactique sur les différentes cellules en particulier les cellules eosinophiles ces cellules contribuent a amplifier le phénomène inflammatoireeosinophiles ces cellules contribuent a amplifier le phénomène inflammatoire
  8. 8. EtiopathogenieEtiopathogenie  :: EpidémiologieEpidémiologie :                                                               :                                                               la sphère ORL est le premier rempart de la maladie la sphère ORL est le premier rempart de la maladie  allergique qui constitue avec les maladies CVx et le allergique qui constitue avec les maladies CVx et le  cancer les maladies du siècle ;cancer les maladies du siècle ;       En Europe la prévalence est de 10-20%En Europe la prévalence est de 10-20%       3x plus fréquente chez les garçons ; cette prévalence 3x plus fréquente chez les garçons ; cette prévalence  est en augmentation dans le monde ;est en augmentation dans le monde ; L’incidence des pollinoses (rhinites intermittentes) a L’incidence des pollinoses (rhinites intermittentes) a  été multipliée par 4 en 30 ans été multipliée par 4 en 30 ans 
  9. 9. Facteurs de risquesFacteurs de risques  :: - F. génétique- F. génétique : :             il existe une composante héréditaire nette avec transmission dominante il existe une composante héréditaire nette avec transmission dominante            Si les 2  parents ne sont pas allergiques,    Si les 2  parents ne sont pas allergiques,    5-15% 5-15%            Si un des parents est allergique               Si un des parents est allergique               20-40%  20-40%             Si les 2 parents sont allergiques             Si les 2 parents sont allergiques             40-60%40-60% AllergènesAllergènes :  :            principalement les pneumallergènes; ils peuvent être perannuelle ou saisonnier :principalement les pneumallergènes; ils peuvent être perannuelle ou saisonnier :                                                                   A. saisonier : polliniqueA. saisonier : pollinique                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          A;A; perannuelle; non polliniqueperannuelle; non pollinique                                                                                                                                                                 acariens et blattes                                acariens et blattes                                                                                                                   moisissure                                                                                                                      moisissure                                                                                                                      phanères d’animaux                                                                                 phanères d’animaux                     favorisée par l’humidité et la température élevéefavorisée par l’humidité et la température élevée                                                                           A;A; professionnelsprofessionnels : :                                                                                                                                                           farine; latex; fibre de boisfarine; latex; fibre de bois                       Autres facteursAutres facteurs    :                                      tabagisme/ pollution atmosphérique    :                                      tabagisme/ pollution atmosphérique..
  10. 10. Etude CliniqueEtude Clinique  :: TDDTDD  ::RHINITERHINITE INTERMITTENTEINTERMITTENTE DEDE LL’’ADULTEADULTE JEUNEJEUNE NONNON COMPLIQUEECOMPLIQUEE : :   SFSF  ::             triade survenant de fatriade survenant de faççon brutale au momenton brutale au moment de la saisonde la saison  ::   ObstructionObstruction nasalenasale ++ rhinorrhrhinorrhééee ++ééternuementternuement +/- +/- conjonctivite,prurit nasal,picotement pharyngconjonctivite,prurit nasal,picotement pharyngéé;; éévoluant de Maivoluant de Mai àà Juin ,disparaissant aprJuin ,disparaissant aprèèss. . 
  11. 11. Examen clinique  l’examen clinique est indispensable pour éliminer les autres pathologies  Nasosinusiennes  L’examen ORL:  comprend l’examen des fosses nasales  à l’aide d’un spéculum :  Il n’existe aucune anomalie significative  en dehors d’un oedème bilatéral  des cornets inférieur et moyen, recouvert de sécrétions claires  lors de l’exposition allergénique.
  12. 12. L’endoscopie nasale est plus précise mais elle reste un  examine de spécialité,  L’endoscopie nasale est  indispensable en cas de doute  diagnostique.  De symptômes unilatéraux ou atypiques (algies de la face,  épistaxis) et si le sujet exerce une profession à risque de  cancer  Un examen normal en dehors des périodes symptomatiques n’est pas rare et ne doit pas faire rejeter le diagnostic.  À l’inverse, la rhinite allergique peut être associée à une   polypose, elle-même fréquemment associée à un asthme ou  à une hypertrophie des végétations adénoïdes chez le jeune  adolescent.  Cela souligne l’intérêt de l’examen endonasal en particulier  dans les formes rebelles au traitement.
  13. 13. ExamensExamens complémentairescomplémentaires:: Certains examens sont inutilesCertains examens sont inutiles :  :    numération de formule Sanguine et dosage des IgE totalesnumération de formule Sanguine et dosage des IgE totales. .  Les plus contributifs sont les tests cutanés, le dosage des IgE spécifiques, Les plus contributifs sont les tests cutanés, le dosage des IgE spécifiques,  les tests multi-allergéniques de dépistageles tests multi-allergéniques de dépistage..   Les tests cutanés d’allergie: Prick testeLes tests cutanés d’allergie: Prick teste   Ils sont l'élément de base et le premier temps du bilan allérgologiqueIls sont l'élément de base et le premier temps du bilan allérgologique . .   Dans la pollinose isolée, ils ne sont pas obligatoiresDans la pollinose isolée, ils ne sont pas obligatoires..   Dans toutes les autres circonstances, ils doivent être systématiques pour Dans toutes les autres circonstances, ils doivent être systématiques pour  l’établissement du diagnosticl’établissement du diagnostic;;   Les antihistaminiques doivent être arrêtés quelques jours avant la Les antihistaminiques doivent être arrêtés quelques jours avant la  réalisation des testsréalisation des tests..   Une papule au dépôt de l’extrait allergénique,d’au moins 3mm avec un Une papule au dépôt de l’extrait allergénique,d’au moins 3mm avec un  témoin négatif est a considère commetémoin négatif est a considère comme +  +    Il faut récuser l'équation tests cutanés positifs = allergie car plus de 25% Il faut récuser l'équation tests cutanés positifs = allergie car plus de 25%  des sujets ont des tests cutanés positifs sans aucune symptomatologie des sujets ont des tests cutanés positifs sans aucune symptomatologie  clinique (intret de l`interrogatoireclinique (intret de l`interrogatoire ) )
  14. 14.   Dosage des IgE spécifiques sériquesDosage des IgE spécifiques sériques   Ce dosage est un complément de grande valeur      Ce dosage est un complément de grande valeur       (non influencé par les médicaments) qui ne saurait (non influencé par les médicaments) qui ne saurait  cependant remplacer les tests cutanés d’allergie, ni cependant remplacer les tests cutanés d’allergie, ni  être réalisé en première intention ou même être réalisé en première intention ou même  systématiquementsystématiquement.. Sa sensibilité varie de 70 à 90% selon les allergènes et Sa sensibilité varie de 70 à 90% selon les allergènes et  les étudesles études. . 
  15. 15.   Tests multi-allergéniques de dépistageTests multi-allergéniques de dépistage::   Ce sont des tests sériques basés sur une technique Radio-Ce sont des tests sériques basés sur une technique Radio- immunologique ou immuno -enzymologique dont la immunologique ou immuno -enzymologique dont la  réponse est soit non qualitative et binaire, soit semi-réponse est soit non qualitative et binaire, soit semi- qualitativequalitative. .    La spécificité et la sensibilité de ces tests sont supérieures à La spécificité et la sensibilité de ces tests sont supérieures à  80-90%80-90%..                                        LaLa  rhinorhino  manométriemanométrie     c’est un teste de provocation nasale utiles pour le c’est un teste de provocation nasale utiles pour le  diagnostique des rhinites professionnellesdiagnostique des rhinites professionnelles     c est un dédoublement de la résistance nasale avec présence c est un dédoublement de la résistance nasale avec présence  de signes clinique lors de l’introduction contrôle du diluant  de signes clinique lors de l’introduction contrôle du diluant   de ces allergènede ces allergène..   
  16. 16.     AutreAutre  examenexamen     radiologiqueradiologique : : radiologie des sinus radiologie des sinus : : ..son absence de sensibilité et de spécificité en font un son absence de sensibilité et de spécificité en font un  examen inutile en dehors des complicationsexamen inutile en dehors des complications   Seul TDM garde un intérêt si l endoscopie nasale Seul TDM garde un intérêt si l endoscopie nasale  objective lésion atypiqueobjective lésion atypique       cytologie  nasalecytologie  nasale     l’eosinophilie sécrétoire qu’elle peut révéler ne l’eosinophilie sécrétoire qu’elle peut révéler ne  témoigne pas toujours d’allergietémoigne pas toujours d’allergie  
  17. 17. Formes CliniquesFormes Cliniques  :: Selon symptomatologieSelon symptomatologie la rhinite légèrela rhinite légère : : si le patient ne ressent aucun des symptômes suivants : si le patient ne ressent aucun des symptômes suivants :  troubles du sommeil, gêne entraînant une diminution troubles du sommeil, gêne entraînant une diminution  des activités sociales, sportives, professionnelles ou des activités sociales, sportives, professionnelles ou  scolaires, symptômes invalidants. scolaires, symptômes invalidants.  la rhinite est modérée à sévèrela rhinite est modérée à sévère   lorsque le patient souffre d'au moins un des troubles lorsque le patient souffre d'au moins un des troubles  cités plus hautcités plus haut  
  18. 18. Selon la nature de l’allergèneSelon la nature de l’allergène:: Rhinite intermittenteRhinite intermittente:: Rhinite persistanteRhinite persistante : triade incste, l'ON domine le: triade incste, l'ON domine le tableau cliniquetableau clinique.. les allergènes les plus important :acariens ,phanèresles allergènes les plus important :acariens ,phanères d’animaux ;avec prédominance des symptôme lad’animaux ;avec prédominance des symptôme la nuit pour les phanères et le matin pour les acariensnuit pour les phanères et le matin pour les acariens
  19. 19. Selon lSelon l’’association dassociation d’’autres maladiesautres maladies   -- l’asthme bronchique +++l’asthme bronchique +++ :: Association fréquente ,Association fréquente , 2323 aa 44%44% des sujets ont undes sujets ont un syndrome d’hyperréactivité bronchique,syndrome d’hyperréactivité bronchique, La rhinite allergique non seulement augmente le risque d’apparition de l’asthme d’un facteur de 8 Mais leur traitement améliore l’hyperréactivitéMais leur traitement améliore l’hyperréactivité bronchique.bronchique. --Urticaire , eczémaUrticaire , eczéma……  .
  20. 20. Diagnostic positif Le diagnostic doit être évoqué dès l’interrogatoire. Comme pour toute pathologie allergique, la recherche de l’unité de lieu et de temps dans le déclenchement des symptômes est essentielle. La classique association de symptômes évocateurs comprend les salves d’éternuements, la rhinorrhée aqueuse et l’obstruction nasale bilatérale, survenant lors de l’exposition aux allergènes. La confirmation du diagnostic, la recherche de comorbidités et notamment d’un asthme associé doit être systématique.
  21. 21. DiaDiagnostic Différencielgnostic Différenciel:: Rhinite non allergiqueRhinite non allergique 1/Rhinite inflammatoire1/Rhinite inflammatoire Rhinite non allergique à éosinophile (NARES)Rhinite non allergique à éosinophile (NARES) Elle n’est pour certains qu’une rhinite inflammatoireElle n’est pour certains qu’une rhinite inflammatoire sans spécificité ou une polypose au début de son évolution .sans spécificité ou une polypose au début de son évolution . L’incidence de cette pathologie est inconnue. C’est uneL’incidence de cette pathologie est inconnue. C’est une rhinite persistante dont l’évolution s’effectue parrhinite persistante dont l’évolution s’effectue par paroxysmes, qui groupe des patients ayant un mucus richeparoxysmes, qui groupe des patients ayant un mucus riche en éosinophiles.en éosinophiles. Le mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnu.Le mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnu.
  22. 22. 2/Rhinite non2/Rhinite non inflammatoireinflammatoire Rhinites d’origine intrinsèque Rhinite hormonale La rhinite de la grossesse survient en général après le 1er trimestre, s’aggrave pendant le 3e trimestre, et disparaît le plus souvent dans les deux semaines qui suivent l’accouchement Rhinite liée au vieillissement Elle serait due à un trouble de la sensibilité trigéminé. Elle se traduit par une rhinorrhée séreuse bilatérale, Rhinite positionnelle L’obstruction nasale est bilatérale ou à bascule, sans anomalie olfactive. Le facteur positionnel dans le déclenchement ou l’entretien de l’obstruction sont des éléments déterminants.
  23. 23. Rhinite vasomotrice primitive Elle est souvent proposée comme diagnostic de recours. Elle n’est pas incluse dans les rhinites inflammatoires puisqu’aucun trouble de l’inflammation n’est identifiable actuellement dans cette pathologie. C’est en fait un diagnostic d’élimination lorsque toutes les étiologies précédentes ont été éliminées.
  24. 24. Rhinite atrophique Elle se traduit par une sensation d’obstruction nasale et de nez sec, associée à la présence de nombreuses croûtes. La cacosmie est fréquente . se traduit par une atrophie de toutes les structures nasosinusiennes . L’examen de la cavité nasale met en évidence une cavité croûteuse, avec des secrétions purulentes nauséabondes. Ce type de lésions peut s’observer également après une radiothérapie pendant plusieurs mois. Il faut toujours s’interroger lors de formes croûteuses sur une éventuelle pathologie granulomateuse telle que le syndrome de Wegener par exemple.
  25. 25. Rhinites d’origine extrinsèque Rhinite médicamenteuse Le diagnostic est surtout porté devant l’usage répétitif et pluriquotidien du vasoconstricteur local. On peut citer les atropiniques, l’aspirine, les vasodilatateurs et certains antihypertenseurs. Rhinite liée à l’alimentation Le mode de déclenchement est souvent l’élément déterminant L’éviction, lorsqu’elle est possible, est à la fois un test diagnostique et une approche thérapeutique.
  26. 26. Évolution et ComplicationÉvolution et Complication lala rhiniterhinite intermittenteintermittente:: en dehors de l'exposition aux allergènes, rémission.en dehors de l'exposition aux allergènes, rémission. Taux de guérison est faible.Taux de guérison est faible. LaLa rhiniterhinite persistantepersistante:: taux de guérison reste faible.taux de guérison reste faible. Dans tout les cas en l'absence de traitementDans tout les cas en l'absence de traitement l'évolution se fait vers la rhino-sinusite chronique.l'évolution se fait vers la rhino-sinusite chronique.
  27. 27. Le traitement Le traitement de la rhinite allergique fait l’objet de plusieurs consensus dont le principal est celui de l’OMS (ARIA), qui propose une classification de la rhinite allergique à la fois sur des critères temporels: rhinites intermittente, persistantes mais aussi fonctionnels: qui évaluent Le retentissement de la rhinite allergique sur la qualité de vie
  28. 28. Classification des rhinites allergiques selon Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma (ARIA(. Intermittente ±4jours par semaine ou ± 4 semaines Légère Sommeil normal Activités sociales et loisirs normaux Activités professionnelles et/ou scolaires normales, Symptômes peu gênants Persistante 4jours par semaine et > 4 semaines Modérée à sévère Sommeil perturbé et/ou activités sociales et loisirs perturbés activités professionnelles et/ou activité scolaires perturbées symptômes gênants
  29. 29. But:But: Amélioration de la symptomatologieAmélioration de la symptomatologie Prévention des accès et complications.Prévention des accès et complications. Moyens:Moyens: Éviction de l'allergène : le plus souvent difficile aÉviction de l'allergène : le plus souvent difficile a réaliseréalise Moyens médicauxMoyens médicaux Moyens instrumentauxMoyens instrumentaux
  30. 30. MoyMoyens médicauxens médicaux Désensibilisation spécifiqueDésensibilisation spécifique :: injection en s/c de l'allergène responsable ,injection en s/c de l'allergène responsable , une fois/semaine, à dose croissante pendantune fois/semaine, à dose croissante pendant plusieurs années constitue avec l'éviction deplusieurs années constitue avec l'éviction de l'allergène est le seul traitement étiologique.l'allergène est le seul traitement étiologique.
  31. 31. Les traitements symptomatique locauxLes traitements symptomatique locaux:: corticoïdescorticoïdes :: forte action anti-inflammatoire localeforte action anti-inflammatoire locale délai d’action est rapide, mais leur efficacité n’est maximale qu’après plusieurs jours de traitement Au long cours,il faux dégraisser les doses chez l'enfant;Au long cours,il faux dégraisser les doses chez l'enfant; antihistaminiquesantihistaminiques locauxlocaux :: un seul antihistaminique local pour la rhinite allergique :un seul antihistaminique local pour la rhinite allergique : l’azelastinel’azelastine antianti degranulantsdegranulants :: le chromoglycate de sodium, inhibe la dégranulation desle chromoglycate de sodium, inhibe la dégranulation des mastocyte, efficace (enfant++)mastocyte, efficace (enfant++)
  32. 32. VasoconstricteursVasoconstricteurs:: proposés pour une période de 3 à 4 j en début du trt carproposés pour une période de 3 à 4 j en début du trt car risque de rhinite médicamenteuse à long courtrisque de rhinite médicamenteuse à long court.. ((diminue l'O N ,sans effets sur le prurit, l'éternuement et ladiminue l'O N ,sans effets sur le prurit, l'éternuement et la rhinorrhéerhinorrhée).). Les anticholinergiques: Ipratropiom nasalLes anticholinergiques: Ipratropiom nasal:: active sur la rhinorrhèe,active sur la rhinorrhèe, donne une sécheresse de la muqueuse buccale et nasaledonne une sécheresse de la muqueuse buccale et nasale.. Sérum physiologique, solutés hypertoniques: •Les solutés hypertoniques ont une action supérieure aux solutés isotoniques. •Ils permettent une hygiène nasale toujours nécessaire dans la stratégie thérapeutique
  33. 33. TrTraitement par voie généraleaitement par voie générale:: CorticoïdeCorticoïde Il peut être intéressant d’initier le traitement,Il peut être intéressant d’initier le traitement, dans les formes sévères, par une corticothérapiedans les formes sévères, par une corticothérapie générale de courte durée (<10 jours)générale de courte durée (<10 jours) AntihistaminiqueAntihistaminique :: bloc les récepteurs H1;bloc les récepteurs H1; ils constituent un traitement efficace des rhinites allergiques , sur tous les symptômes nasaux, y compris l’obstruction nasale Antileucotriènes strictement limitée aux rhinites allergiques saisonnières associées à un asthme léger ou modéré
  34. 34. MoyensMoyens instrumentaux -- Ils ne s’adressent qu’au versant obstructif de la symptomatologie après échec du traitement médical. Leur place est réduite dans la prise en charge de la rhinite allergique même si de nombreuses techniques ont été proposées: laser, radiofréquence, cautérisation, cryothérapie, turbinectomies, turbinoplastie.
  35. 35. IndicationsIndications dqns les formes de rhinite allergique intermittente légère, on a le choix,entre un antihistaminique oral, ou un antihistaminique locale En cas d’une rhinite allergique persistante légère ou modérée à sévère, d’une rhinite allergique intermittente modérée ou sévère, le choix est entre les médicaments précédemment cités ou sur les corticoïdes par voie nasale Le patient doit être réévalué quelque semaines (4 ) plus tard: si son état s’améliore, le traitement est poursuivi s’il ne s’améliore pas, on peut augmenter la posologie des corticoïdes par voie nasale En cas d’obstruction nasale persistante, une cure courte de quelques jours de vasoconstricteurs peut être utilisée.
  36. 36. conclusionconclusion L’interrogatoire et l’examen de la cavité nasale sont les deux étapes clés du diagnostic des rhinites inflammatoires. L’imagerie est trop peu spécifique et n’a d’intérêt qu’en cas de doute diagnostique après un examen endoscopique des cavités nasales. La stratégie thérapeutique s’appuie sur les recommandations disponibles (ARIA)

×