Assourdissement en
audiométrie
Plan du cours
 Définition – généralités
 Physiologie du transfert
 Assourdissement de l’oreille opposée
 Assourdisseme...
Définition- généralités
 L’audiométrie est un examen très contributif lors de l’exploration d’un
mal entendant, sa techni...
Physiologie du transfert
 L’assourdissement est nécessaire dans de nombreux cas afin
d’éliminer l’audition controlatérale...
Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille
testée
 moyens de l’assourdissement:
• L’assourdissement doit toujours ê...
Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille
testée
1. 4 Le bruit blanc : consiste à émettre ,en même temps et à inten...
Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille
testée
 Une maxima de non retentissement :
Un son introduit dans l’oreil...
Cas pratique
Assourdissement de l’oreille testée
épreuve de Rainville
 Lorsque l’intensité minimum efficace pour assourdir l’oreille o...
Assourdissement de l’oreille testée
épreuve de Rainville
 Limites :
-être sur que le seuil aérien correspond réellement à...
Assourdissement de l’oreille testée
épreuve de Rainville
 Remarque :
Si l’on ne peut pas obtenir la disparition du son pu...
Cas pratique
Conclusion
 L’assourdissement en audiométrie est le garant de l’obtention de
courbes correspondantes ou s’approchant au m...
Assourdissement en audiométrie
Assourdissement en audiométrie
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Assourdissement en audiométrie

828 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
828
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Diffé assour=nombre de dB nécessaires pour faire disparaitre le seuil d’un son test pris par voie osseuse
  • Assourdissement en audiométrie

    1. 1. Assourdissement en audiométrie
    2. 2. Plan du cours  Définition – généralités  Physiologie du transfert  Assourdissement de l’oreille opposée  Assourdissement de l’oreille testée  Conclusion
    3. 3. Définition- généralités  L’audiométrie est un examen très contributif lors de l’exploration d’un mal entendant, sa technique est bien codifiée, mais un problème de taille reste posé, et constitue un piège à éviter: c’est l’enregistrement d’une courbe fantôme qui ne correspond pas à la sensation auditive de l’oreille testée mais à : • Soit la perception tactile, • Soit à la perception auditive de l’oreille controlatérale, c’est le transfert trans –crânien.  L’assourdissement correspond à la technique d’élimination de ce transfert afin d’obtenir la véritable courbe audiométrique de l’oreille interrogée,  Malgré de nombreuses évolutions technique ce procédé reste imparfait
    4. 4. Physiologie du transfert  L’assourdissement est nécessaire dans de nombreux cas afin d’éliminer l’audition controlatérale correspondant au transfert du son via la base du crâne par conduction osseuse trans crânienne.  Ce transfert ce produit: • En conduction aérienne dés qu’un écart de plus de 60 dB existe entre la voie aérienne du coté testé et la voie osseuse du coté opposé, cette latéralisation se fait par voie osseuse, • En conduction osseuse le transfert se fait pour des écarts plus bas( et en théorie sans aucune différence un transfert existe) , l’assourdissement de l’oreille opposée est nécessaire dés qu’un écart de 5 à 10 dB existe entre les deux oreilles . Par fois il est fait de façon systématique ou alors lorsque les tests de Schwabach , Rinne, Bing Aubry et Weber sont disharmonieux
    5. 5. Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille testée  moyens de l’assourdissement: • L’assourdissement doit toujours être présenté au malade par voie osseuse, • Différent procèdes sont décrits: 1. La bande de fréquence: cette technique utilise un son émis à une bande de fréquence à cheval sur celle testée ,qui est elle ôtée de cette bande assourdissante, cette méthode donne de bons résultats mais nécessite un appareillage spécial, 2. Le jet de gaz :cette technique consiste à émettre un gaz comprimé et détendu à une pression de 15 bar sur la région ombilicale du tympan de l’oreille à assourdir, cette technique est facile , efficace, ne nécessitant pas d’appareil spécifique mais dont le réglage est difficile , 3. Fréquence inférieure au son testé : consiste à utiliser pour assourdir un son pur ou pourvu d’harmoniques à une fréquence inférieure à celle utilisée dans l’oreille à testée, exemple assourdir avec 500 Hz lorsqu’on test les 1000 Hz, c’est une très bonne technique,
    6. 6. Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille testée 1. 4 Le bruit blanc : consiste à émettre ,en même temps et à intensité égale, toutes les fréquences du spectre sonore, c’est la méthode la plus utilisée. • Deux condition à l’assourdissement: 1. L’intensité doit être suffisante pour masquer l’oreille à assourdir, 2. L’intensité ne doit pas induire une latéralisation du son à l’origine de l’assourdissement de l’oreille à interrogée, Donc deux valeurs encadrent celle de l’intensité de l’assourdissement:  Une minima d’efficacité : Cette intensité doit abaisser la seuil d’audition osseuse de l’oreille à masquée, elle est égale à la somme de : -différence d’assourdissement spécifique du son masquant, est dont la valeur est de 15 dB pour le bruit blanc , -l’intensité du son avec lequel on test l’autre oreille, -la valeur du Rinne négatif lorsqu’il existe,
    7. 7. Assourdissement de l’oreille opposée à l’oreille testée  Une maxima de non retentissement : Un son introduit dans l’oreille par voie aérienne est susceptible de se latéralisé dés que son intensité atteint les 60 dB , L’intensité maximale de non retentissement est égale à la somme : -énergie de transfert trans crânien d’un son émis par voie aérienne soit 60 dB -intensité du son test utilisé sur l’oreille opposée,
    8. 8. Cas pratique
    9. 9. Assourdissement de l’oreille testée épreuve de Rainville  Lorsque l’intensité minimum efficace pour assourdir l’oreille opposée à celle testée est supérieure à l’intensité maximale de non retentissement, ce qui est possible lors de surdité de transmission très importante avec Rinne très négatif du côte à assourdir, on a recours, lorsque cela est possible(voie aérienne réelle de cette oreille) à l’assourdissement de l’oreille testée,  L’épreuve de Rainville consiste à chercher sur une oreille le seuil d’assourdissement par voie osseuse de la perception aérienne sur cette même oreille,  Elle se fait préférentiellement a l’aide d’un bruit blanc de bande étroite, voisin du son de stimulation aérienne qui se fait par un bruit pulsé ( 2 à 3 par seconde)  Avantages: -ce test permet de tester une oreille sans s’occuper de l’autre, et de determiner le seuil osseux de l’oreille, -ne nécessite qu’une légère modification des audiomètres cliniques
    10. 10. Assourdissement de l’oreille testée épreuve de Rainville  Limites : -être sur que le seuil aérien correspond réellement à celui de l’oreille testée, -impossibilité de réaliser ce test pour de fortes intensités,  Technique : -on place écouteur et vibreur sur la même oreille à testée, -par l’écouteur on envoi à la fréquence testée un son pulsée (2 à3 par seconde) -par le vibreur on envoi un bruit blanc ou bande de fréquences à une intensité faible, puis on augmente cette dernière de 5 en 5 dB jusqu’à disparition pour le patient de la perception du son pulsé sur cette même oreille, -on note la valeur de l’intensité du son émis par voie osseuse et qui masque la conduction aérienne, -le seuil osseux véritable sera égal à la somme de cette valeur avec celle du masque caractéristique de chaque appareil et pour chaque fréquence, -
    11. 11. Assourdissement de l’oreille testée épreuve de Rainville  Remarque : Si l’on ne peut pas obtenir la disparition du son pulsée c’est que celui-ci était fantôme et en fait controlatéral.
    12. 12. Cas pratique
    13. 13. Conclusion  L’assourdissement en audiométrie est le garant de l’obtention de courbes correspondantes ou s’approchant au maximum des seuils réels d’audition du malade,  Il permet d’éviter le bais lié au transfert trans crânien,  Il est utilisé, pour la conduction aérienne ,dés que la différence entre la conduction aérienne de l’oreille testée est de 60 dB par rapport à la conduction osseuse de l’oreille opposée,  Il est en pratique courante utilisé systématiquement pour la conduction osseuse,  Le plus souvent on utilise un bruit blanc,  Deux impératifs: -respect du seuil minimal d’efficacité, -respect du seuil maximal de non retentissement,

    ×