Audiométrie tonaleAudiométrie tonale
liminaire (ATL)liminaire (ATL)
 DéfinitionDéfinition
 ButsButs
 Rappels physiologiquesRappels physiologiques
 Rappels psychacoustiquesRappels psychac...
DéfinitionDéfinition
 L'utilisation d'appareil de stimulation acoustique calibré permetL'utilisation d'appareil de stimul...
ButsButs
 Quantifier l’importance d’une perte auditiveQuantifier l’importance d’une perte auditive
 Analyser le mécanism...
Rappels physiologiques (1)Rappels physiologiques (1)
La transmission des sons par voie aérienneLa transmission des sons pa...
Rappels physiologiques (2)Rappels physiologiques (2)
La transmission des sons par voie osseuseLa transmission des sons par...
Rappels physiologiques (3)Rappels physiologiques (3)
Les paramètres physiques des sonsLes paramètres physiques des sons
Le...
Rappels physiologiques (4)Rappels physiologiques (4)
L'intensité est exprimée enL'intensité est exprimée en Décibel (dBDéc...
Rappels physiologiques (5)Rappels physiologiques (5)
Rappels psychoacoustiques (1)Rappels psychoacoustiques (1)
Le champ auditifLe champ auditif
La représentation graphique du...
Rappels psychoacoustiques (2)Rappels psychoacoustiques (2)
De façon artificielle, on a construitDe façon artificielle, on ...
Champ auditif normalChamp auditif normal
parole
musique
champ
d’audibilité
1000010 20 50 100 200 500 1000 2000 5000
0
20
4...
Définitions des surditésDéfinitions des surdités
 Une surdité de transmission est définie par son origine auUne surdité d...
Classification du BIAP (BureauClassification du BIAP (Bureau
International d’audiophonologie)International d’audiophonolog...
Principes de base de l’ATL (1)Principes de base de l’ATL (1)
1-débuter par la meilleure oreille en conduction aérienne1-dé...
Principes de base de l’ATL (2)Principes de base de l’ATL (2)
Les différents paramètres sont consignés sur un diagramme qui...
Principes du masquagePrincipes du masquage
Intensité minimum nécessaire
lors de l’étude de la CA :
Ist-Ttc-Rom+Δa
Lors de ...
ExempleExemple
 Oreille Dte testée 1000 Hz 80 dB, seuil osseux à 40 dBOreille Dte testée 1000 Hz 80 dB, seuil osseux à 40...
Concordance TONALE /Concordance TONALE /
VOCALEVOCALE
0
20
40
120
90
70
(dB)
250 500 1000 2000 4000 (Hz)
0 10 20 30 40 50 ...
Concordance Tonale/vocale :Concordance Tonale/vocale :
applicationapplication
Toujours s'assurer de laToujours s'assurer d...
RésultatsRésultats
L'audiogramme tonal
a. audiogramme normal
b. surdité de transmission
c. surdité de perception
d. surdit...
0
20
40
120
90
70
(dB)
250 500 1000 2000 4000 (Hz)
Audition normale : audiogramme normalAudition normale : audiogramme nor...
0
20
40
120
90
70
(dB)
250 500 1000 2000 4000 (Hz)
La tonale en CA est abaissée
Elle ne peut pas dépasser 50 dB de perte
L...
0
20
40
120
90
70
(dB)
250 500 1000 2000 4000 (Hz)
Surdité de perceptionSurdité de perception
Les tonales en CA et CO
sont...
0
20
40
120
90
70
(dB)
250 500 1000 2000 4000 (Hz)
Surdité mixte : audiogrammeSurdité mixte : audiogramme
La tonale en CA ...
ConclusionConclusion
L’audiométrie tonale liminaire apporte au clinicien deL’audiométrie tonale liminaire apporte au clini...
Audiométrie tonale liminaire
Audiométrie tonale liminaire
Audiométrie tonale liminaire
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Audiométrie tonale liminaire

702 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
702
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Audiométrie tonale liminaire

  1. 1. Audiométrie tonaleAudiométrie tonale liminaire (ATL)liminaire (ATL)
  2. 2.  DéfinitionDéfinition  ButsButs  Rappels physiologiquesRappels physiologiques  Rappels psychacoustiquesRappels psychacoustiques  Définitions des surditésDéfinitions des surdités  Classification du BIAPClassification du BIAP  Principes de base de l’ATLPrincipes de base de l’ATL  Principes du masquagePrincipes du masquage  Concordance tonale/vocaleConcordance tonale/vocale  RésultatsRésultats  ConclusionConclusion
  3. 3. DéfinitionDéfinition  L'utilisation d'appareil de stimulation acoustique calibré permetL'utilisation d'appareil de stimulation acoustique calibré permet d'explorer le champ auditif oreille par oreille, d'octave en octave (elled'explorer le champ auditif oreille par oreille, d'octave en octave (elle est tonale), pour établir des seuils auditifs (elle est liminaire). Elle doitest tonale), pour établir des seuils auditifs (elle est liminaire). Elle doit être réalisée en cabine insonorisée.être réalisée en cabine insonorisée.  Les seuils sont recherchés en conduction aérienne, l'écouteur (typeLes seuils sont recherchés en conduction aérienne, l'écouteur (type TDH 39) d'un casque est placé sur le pavillon de l'oreille, et enTDH 39) d'un casque est placé sur le pavillon de l'oreille, et en conduction aérienne, l’ossivibraeur (type B71) est placé sur laconduction aérienne, l’ossivibraeur (type B71) est placé sur la surface externe de la mastoïde.surface externe de la mastoïde.
  4. 4. ButsButs  Quantifier l’importance d’une perte auditiveQuantifier l’importance d’une perte auditive  Analyser le mécanisme de la surditéAnalyser le mécanisme de la surdité  Suivi post-thérapeutiqueSuivi post-thérapeutique
  5. 5. Rappels physiologiques (1)Rappels physiologiques (1) La transmission des sons par voie aérienneLa transmission des sons par voie aérienne est le mode habituelest le mode habituel comprenant la transmission des sons dans l’air jusqu’à l’oreillecomprenant la transmission des sons dans l’air jusqu’à l’oreille interne :interne : L'oreille externeL'oreille externe: pavillon et conduit auditif externe: pavillon et conduit auditif externe L'oreille moyenneL'oreille moyenne : tympan et chaine ossiculaire. Ce système joue un: tympan et chaine ossiculaire. Ce système joue un rôle d'adaptation d'impédance qui assure le passage de la vibrationrôle d'adaptation d'impédance qui assure le passage de la vibration sonore de l'air vers le milieu liquide de l'oreille interne avec unsonore de l'air vers le milieu liquide de l'oreille interne avec un minimum de déperdition énergétique. L'amplification liée à ceminimum de déperdition énergétique. L'amplification liée à ce système est de l'ordre de 35 à 40 dB.système est de l'ordre de 35 à 40 dB. L'oreille interneL'oreille interne : aux phénomènes mécaniques succèdent des: aux phénomènes mécaniques succèdent des phénomènes électrophysiologiques.phénomènes électrophysiologiques. Le nerf auditif et la voie auditive centraleLe nerf auditif et la voie auditive centrale: noyau cochléaire, olive: noyau cochléaire, olive protubérentielle, noyau du lemnisque latéral, colliculus inférieur,protubérentielle, noyau du lemnisque latéral, colliculus inférieur, corps genouillé médian, cortex auditif.corps genouillé médian, cortex auditif.
  6. 6. Rappels physiologiques (2)Rappels physiologiques (2) La transmission des sons par voie osseuseLa transmission des sons par voie osseuse utilisée dansutilisée dans un but diagnostique, met en jeu :un but diagnostique, met en jeu : L'oreille interne :L'oreille interne : la vibration sonore est transmise directement àla vibration sonore est transmise directement à la cochlée et donc aux liquides labyrinthiques.la cochlée et donc aux liquides labyrinthiques. L’oreille moyenne et l’oreille externe sont aussi mis en jeu maisL’oreille moyenne et l’oreille externe sont aussi mis en jeu mais plutôt comme déperdition d’énergie.plutôt comme déperdition d’énergie.
  7. 7. Rappels physiologiques (3)Rappels physiologiques (3) Les paramètres physiques des sonsLes paramètres physiques des sons Les sons audibles sont des phénomènes vibratoires. En audiométrie onLes sons audibles sont des phénomènes vibratoires. En audiométrie on teste habituellement des sons sinusoïdaux mais qui ne sont pasteste habituellement des sons sinusoïdaux mais qui ne sont pas réellement rencontrés en situation courante.réellement rencontrés en situation courante. Une sinusoïde est définie par sa fréquence (ou hauteur) et son intensité.Une sinusoïde est définie par sa fréquence (ou hauteur) et son intensité. La fréquence de la vibration est exprimée en période par seconde ouLa fréquence de la vibration est exprimée en période par seconde ou Hertz (Hz). L'octave se définit comme une suite logarithmique à baseHertz (Hz). L'octave se définit comme une suite logarithmique à base 2 de la fréquence : 128 Hz (ut2), 256 Hz (ut3), 512 Hz (ut4), 1028 Hz2 de la fréquence : 128 Hz (ut2), 256 Hz (ut3), 512 Hz (ut4), 1028 Hz (ut5), 2048 Hz (ut6), 4096 Hz (ut7), 8192 Hz (ut8)(ut5), 2048 Hz (ut6), 4096 Hz (ut7), 8192 Hz (ut8) En audiométrie on utilise plutôt 125, 250,500,1000, 2000, 4000, 8000En audiométrie on utilise plutôt 125, 250,500,1000, 2000, 4000, 8000 Hz.Hz.
  8. 8. Rappels physiologiques (4)Rappels physiologiques (4) L'intensité est exprimée enL'intensité est exprimée en Décibel (dBDécibel (dB).). Par définition, l’intensité de référence Io représente le seuilPar définition, l’intensité de référence Io représente le seuil d'audition binaurale normal à 1000 Hzd'audition binaurale normal à 1000 Hz   IIoo = 10= 10-12-12 W / mW / m 22 Ainsi l'intensité en décibel (dB SPL) d'un son de puissance I est de:Ainsi l'intensité en décibel (dB SPL) d'un son de puissance I est de:   dB SPL = 10 log I / IdB SPL = 10 log I / Ioo De la même façon on peut exprimer ces valeurs en fonction de laDe la même façon on peut exprimer ces valeurs en fonction de la pression acoustique Ppression acoustique Poo avec Pavec Poo = 2 . 10= 2 . 10-5-5 Pascal (ou 20 µPa)Pascal (ou 20 µPa)   dB SPL = 20 log P / PdB SPL = 20 log P / P oo Où : POù : Poo = pression de référence ; P = pression à mesurer= pression de référence ; P = pression à mesurer dB SPL = Sound Pressure LeveldB SPL = Sound Pressure Level
  9. 9. Rappels physiologiques (5)Rappels physiologiques (5)
  10. 10. Rappels psychoacoustiques (1)Rappels psychoacoustiques (1) Le champ auditifLe champ auditif La représentation graphique duLa représentation graphique du champ auditif normal se heurtechamp auditif normal se heurte au fait que l'oreille n'a pas laau fait que l'oreille n'a pas la même sensibilité auxmême sensibilité aux différentes fréquences, le seuildifférentes fréquences, le seuil absolu n'est pas linéaireabsolu n'est pas linéaire (Diagramme de WEGEL).(Diagramme de WEGEL). L'oreilleL'oreille perçoit mieux les sons deperçoit mieux les sons de fréquence moyenne, que lesfréquence moyenne, que les graves ou les aigusgraves ou les aigus..
  11. 11. Rappels psychoacoustiques (2)Rappels psychoacoustiques (2) De façon artificielle, on a construitDe façon artificielle, on a construit le diagramme clinique quele diagramme clinique que nous utilisons actuellement ; ilnous utilisons actuellement ; il procède d'une notationprocède d'une notation négative en décibel de pertenégative en décibel de perte auditive.auditive. Le seuil minimum normal estLe seuil minimum normal est linéairelinéaire du fait du calibragedu fait du calibrage des appareils de mesuredes appareils de mesure (audiomètres) en décibel relatif(audiomètres) en décibel relatif à la fréquence. (Le seuilà la fréquence. (Le seuil maximum n'est pas utilisé enmaximum n'est pas utilisé en pratique courante.)pratique courante.)
  12. 12. Champ auditif normalChamp auditif normal parole musique champ d’audibilité 1000010 20 50 100 200 500 1000 2000 5000 0 20 40 60 80 100 120 Hz dB SPL LANGAGE 125 8000 champ exploré par l’audiogramme
  13. 13. Définitions des surditésDéfinitions des surdités  Une surdité de transmission est définie par son origine auUne surdité de transmission est définie par son origine au niveau de l'oreille externe ou de l'oreille moyenne.niveau de l'oreille externe ou de l'oreille moyenne.  Une surdité de perception est définie par son origine auUne surdité de perception est définie par son origine au niveau de l'oreille interne, du nerf auditif ou de la voie auditiveniveau de l'oreille interne, du nerf auditif ou de la voie auditive centrale.centrale.
  14. 14. Classification du BIAP (BureauClassification du BIAP (Bureau International d’audiophonologie)International d’audiophonologie) Perte moyenne : moyenne des pertesPerte moyenne : moyenne des pertes sur 500, 1000, 2000 et 4000 Hzsur 500, 1000, 2000 et 4000 Hz Audition normale ou subnormale :Audition normale ou subnormale : perteperte <= 20 dB<= 20 dB Surdité légère :Surdité légère : perte entre 21 dB et 40 dB.perte entre 21 dB et 40 dB. Surdité moyenne :Surdité moyenne : Premier degré : perte entre 41 et 55 dB.Premier degré : perte entre 41 et 55 dB. Deuxième degré : perte entre 56 et 70 dB.Deuxième degré : perte entre 56 et 70 dB. Surdité sévère :Surdité sévère : Premier degré : perte entre 71 et 80 dB.Premier degré : perte entre 71 et 80 dB. Deuxième degré : perte entre 81 et 90 dB.Deuxième degré : perte entre 81 et 90 dB. Surdité profonde :Surdité profonde : Premier degré : perte entre 91 et 100 dB.Premier degré : perte entre 91 et 100 dB. Deuxième degré : perte entre 101 et 110 dB.Deuxième degré : perte entre 101 et 110 dB. Troisième degré : perte entre 111 et 119 dB.Troisième degré : perte entre 111 et 119 dB. Déficience auditive totaleDéficience auditive totale : perte de 120: perte de 120 dBdB
  15. 15. Principes de base de l’ATL (1)Principes de base de l’ATL (1) 1-débuter par la meilleure oreille en conduction aérienne1-débuter par la meilleure oreille en conduction aérienne 2-débuter à un niveau sonore de confort à 1000 Hz, puis en descendant2-débuter à un niveau sonore de confort à 1000 Hz, puis en descendant progressivement jusqu’au seuil ou alors débuter par des intensitésprogressivement jusqu’au seuil ou alors débuter par des intensités faibles puis augmenter par pallier de 5 dBfaibles puis augmenter par pallier de 5 dB 3-passer ensuite aux fréquences plus aiguës (2000, 4000 et 8000 Hz)3-passer ensuite aux fréquences plus aiguës (2000, 4000 et 8000 Hz) puis passer aux graves (500, 250 et 125 Hz)puis passer aux graves (500, 250 et 125 Hz) 4-s’il existe une différence de 50 dB ou plus, il faut absolument utiliser4-s’il existe une différence de 50 dB ou plus, il faut absolument utiliser une technique d’assourdissement+++une technique d’assourdissement+++ 5-ensuite passer aux tests en conduction osseuse, vibreur placé sur la5-ensuite passer aux tests en conduction osseuse, vibreur placé sur la mastoïde mais toujours avec masquage controlatéral, du 250 aumastoïde mais toujours avec masquage controlatéral, du 250 au 4000 Hz4000 Hz 6-terminer par une épreuve de Weber pratiquée systématiquement 306-terminer par une épreuve de Weber pratiquée systématiquement 30 dB au-dessus du niveau de seuil. Ce test est effectué de 250 àdB au-dessus du niveau de seuil. Ce test est effectué de 250 à 4000 Hz4000 Hz
  16. 16. Principes de base de l’ATL (2)Principes de base de l’ATL (2) Les différents paramètres sont consignés sur un diagramme quiLes différents paramètres sont consignés sur un diagramme qui estest l’audiogrammel’audiogramme.. Chez un sujet normal les seuils en conduction osseuse etChez un sujet normal les seuils en conduction osseuse et aérienne sont au même niveau et compris entre 0 et 15 dB.aérienne sont au même niveau et compris entre 0 et 15 dB. Chez un sujet normal, les courbes en CO et en CA sontChez un sujet normal, les courbes en CO et en CA sont accolées, entre 0 et 10 dB.accolées, entre 0 et 10 dB. Au cours d'un surdité de perception, les courbes en CO et en CAAu cours d'un surdité de perception, les courbes en CO et en CA sont accolées, mais abaissées.sont accolées, mais abaissées. Au cours d'un surdité de transmission, les courbes en CO et enAu cours d'un surdité de transmission, les courbes en CO et en CA sont dissociées.CA sont dissociées. LeLe delta d’assourdissementdelta d’assourdissement est en moyenne de 15 dB, c’est leest en moyenne de 15 dB, c’est le nombre de dB nécessaires à faire disparaître un son présenténombre de dB nécessaires à faire disparaître un son présenté par voie osseusepar voie osseuse
  17. 17. Principes du masquagePrincipes du masquage Intensité minimum nécessaire lors de l’étude de la CA : Ist-Ttc-Rom+Δa Lors de l’étude de la CO : Ist+Rom+ Δa Intensité maximum autorisée lors de l’étude de la CA : Sot+Ttc+ Δa Lors de l’étude de la CO : Ist+Ttc+ Δa Masquage inefficace Masquage efficace et non retentissant Masquage retentissant Valeurs d’intensité du masquage : Ist = intensité du son test, Ttc = valeur du transfert trans-crânien (~50 dB) Δa = delta d’assourdissement ou valeur de masque (~15 dB) Rom = valeur du rinne de l’ oreille masquée (seuil aérien-seuil osseux), Sot = valeur du seuil osseux de l’oreille testée
  18. 18. ExempleExemple  Oreille Dte testée 1000 Hz 80 dB, seuil osseux à 40 dBOreille Dte testée 1000 Hz 80 dB, seuil osseux à 40 dB  Oreille Gche à masquer : Seuil osseux 10 dB, Seuil aérien 40Oreille Gche à masquer : Seuil osseux 10 dB, Seuil aérien 40 dB à 1000 HzdB à 1000 Hz  Résultat :Résultat : – le son qui parvient à gauche : 80-50 = 30 dBle son qui parvient à gauche : 80-50 = 30 dB – La cochlée gauche ne perçoit que : 30-10 = 20 dBLa cochlée gauche ne perçoit que : 30-10 = 20 dB – Pour masquer 20 dB : 80-50+30+15 (delta) soit 75 dB au minimumPour masquer 20 dB : 80-50+30+15 (delta) soit 75 dB au minimum – Au maximum : 50+40+15 (delta) = 105 dBAu maximum : 50+40+15 (delta) = 105 dB
  19. 19. Concordance TONALE /Concordance TONALE / VOCALEVOCALE 0 20 40 120 90 70 (dB) 250 500 1000 2000 4000 (Hz) 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 nombre de mots répétés dB 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 50% d'intelligibilité à 70 dB en vocale  seuil présumé en tonale = 60 dB sur la zone du 2000 Hzseuil présumé en tonale = 60 dB sur la zone du 2000 Hz 60
  20. 20. Concordance Tonale/vocale :Concordance Tonale/vocale : applicationapplication Toujours s'assurer de laToujours s'assurer de la bonne concordancebonne concordance de la tonale etde la tonale et de la vocale (à 5 dB près) :de la vocale (à 5 dB près) : – seuil à 50 dB en tonale avec "seuil en vocale" à 30 dBseuil à 50 dB en tonale avec "seuil en vocale" à 30 dB  soit l'enfant a triché ou simulésoit l'enfant a triché ou simulé  soit l'enfant n'a pas compris la consigne en TONALEsoit l'enfant n'a pas compris la consigne en TONALE – seuil à 20 dB en tonale et 45 dB en vocale :seuil à 20 dB en tonale et 45 dB en vocale : l'enfant n'a pas compris la consigne en TONALEl'enfant n'a pas compris la consigne en TONALE CHEZ L'ENFANT, LA VOCALE (plus facile) EST TOUJOURS PLUS FIABLE QUE LA TONALE
  21. 21. RésultatsRésultats L'audiogramme tonal a. audiogramme normal b. surdité de transmission c. surdité de perception d. surdité mixte
  22. 22. 0 20 40 120 90 70 (dB) 250 500 1000 2000 4000 (Hz) Audition normale : audiogramme normalAudition normale : audiogramme normal TONALE en CA : La courbe en CA (casque) est plate TONALE en CO : La courbe en CO (vibrateur) est plate et collée à celle de CA
  23. 23. 0 20 40 120 90 70 (dB) 250 500 1000 2000 4000 (Hz) La tonale en CA est abaissée Elle ne peut pas dépasser 50 dB de perte L'atteinte prédomine en général sur les BF La tonale en CO est normale, "décollée" de celle en CA Surdité de transmission : audiogrammeSurdité de transmission : audiogramme
  24. 24. 0 20 40 120 90 70 (dB) 250 500 1000 2000 4000 (Hz) Surdité de perceptionSurdité de perception Les tonales en CA et CO sont abaissées
  25. 25. 0 20 40 120 90 70 (dB) 250 500 1000 2000 4000 (Hz) Surdité mixte : audiogrammeSurdité mixte : audiogramme La tonale en CA est abaissée La perte auditive va de légère à totale Atteinte des BF ou HF ou de toutes les F La courbe en CO est décollée de CA (surtout sur BF)
  26. 26. ConclusionConclusion L’audiométrie tonale liminaire apporte au clinicien deL’audiométrie tonale liminaire apporte au clinicien de nombreux renseignements sur l’importance de lanombreux renseignements sur l’importance de la perte, sur la répartition fréquentielle, sur laperte, sur la répartition fréquentielle, sur la localisation. Aidée des techniques d’audiométrielocalisation. Aidée des techniques d’audiométrie vocale et d’acoumétrie classique, elle atteint un hautvocale et d’acoumétrie classique, elle atteint un haut degré de précision.degré de précision.

×