Cancer du larynx

1 192 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 192
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cancer du larynx

  1. 1. Cancer du larynx
  2. 2. Plan: I-Définition II-Rappel • III-Ethiopathogénie IV- Anatomie pathologie V-Clinique :TDD carcinome epidermoide des cordes vocales VI-Formes cliniques *Topographique *histologique VII-Diagnostic positif VIII-Diagnostic différentiel IX-Evolution- complications X -TRT XI-Conclusion.
  3. 3. I- Définition: • tumeurs malignes qui se développent au dépend de la muqueuse laryngée • C’est le 1 cancer des VADS affectant principalement l’homme , lié directement à l’intoxication alcoolo-tabagique • La forme histologique la plus fréquente: carcinome épidermoide • La prise en charge elle est lourde (Dg+thérapeutique ) • Le pronostic est relativement bon au stade précoce
  4. 4. II- ETIOPAHTOGENIE a)Épidémiologie:  3% des cancers masculins o,2% des cancers féminins 25% des cancers des VADS Sexe : homme 90% Age : 45- 70 ans L’étage sus glottique 60% Cancer sous glottique relativement rare <12%
  5. 5. b)Facteur favorisants: • Le tabagisme est le facteur étiologique essentiel • L'intoxication alcoolique chronique, lorsqu’elle est ancienne et importante, retrouvée dans 90% des cancers sus-glottiques et 50% des cancers glottiques • Tabac et alcool agissant en synergie, plus de 90% des cancers du larynx peuvent leur être attribués • Le rôle des autres facteurs, exposition professionnelle en particulier (métiers exposés au nickel, au chrome, à l'amiante, au charbon, aux hydrocarbures ) • Les états précancéreux (leucoplasie,laryngite chronique, kératose, papillomatose) • Facteurs génétiques, irradiation cervicale antérieur, carence vitaminique, RGO et le surmenage vocal
  6. 6. III- RAPPEL: 1- Embryologique: • Le dévloppement du larynx se fait par l’évolution simultanée de: - La lame épitheliale laryngée d’origine entodermique qui forme la cavité laryngée - Les 3°,4°,5° arcs branchiax, mésenchymateux qui forment le squelette, les muscles et les ébauches nerveuses du larynx
  7. 7. 2- ANATOMIQUE: • Le larynx est constitué de pièces cartilagineuses reliées par des articulations et des liaisons musculo – ligamentaires. • 03 ETAGES: *Étage glottique: espace compris entre les 2 cv+Commissure Antérieure *étage sus glottique: épiglotte+bandes ventriculaires+ventricules de morgani +repli aryepiglottique *Étage sous glottique: face < des cordes vocales+face interne du cricoide zones de résistance: ou barrière anat à l’extension tumorale • Barrière a l’extension extra laryngée= cartilage thyroïde(-CA) Cartilage cricoïde, membrane thyrohyoïdienne , membrane hyoepiglottique • Barrière a l’extension intra laryngée =membrane crico –vocale ou cone élastique qui s’oppose à la propagation tumorale du l’étage sus glottique+l’espace paraglottiqque à l’étage sous glottique zones de faiblesse: • Extensions extra laryngée= membrane cricothyroidiren ,CA • Extensions intra laryngée: épiglotte, ligament thyro-epiglottique, espace para glottique
  8. 8. Lymphatiques:  étage sus glottique= réseau riche , croisé se draine dans la chaîne jugulaire interne - Gg sous digastrique - Gg omohyoidien  Étage glottique = pauvre en lymphatique  Étage sous glottique = - Pédicule ant :- gg jugulaires - gg pré trachéaux - Pédicule latéraux : chaîne recurentielle Innervations:  N laryngé supérieure=  sensitive du vestibule laryngé (reflex de toux dès qu’ un corps étranger touche la muqueuse laryngé)  Innerve le muscle crico - thyroidien  N laryngé inf (récurrent) =mobilité de l’articulation crico aryténoïdienne  Innerve tous les muscles du larynx sauf le crico thyroidien 3- physiologique: • Le larynx assure 03 rôles Respiration – phonation – déglutition
  9. 9. 4- histologique: Les structures laryngées sont recouvertes d’une muqueuse de type respiratoire: - adhérante au niveau de la face post de l’epiglotte et des cordes vocales - et facilement décollable au niveau de la face ant de l’epiglotte, des replis ary epiglottiques et la sous glotte ( topographie des oedèmes)
  10. 10. IV- ANATOMIE PATHOLOGIQUE : • Carcinomes epidermoides invasif 90% ( bien ou modérément différenciés , Carcinome verruqueux, à extension locale, siège surtout: glotte carcinome à cellules fusiformes: siège souvent :glotte • Tumeurs glandulaire rare : *adénocarcinomes :02% *carcinome adénoïdes kystique, les carcinomes muco- epidermoides et les adénomes pléomorphes sont exceptionnels • Les sarcomes et les lymphomes sont exceptionnels • Les tumeurs secondairement localisées sont rare :l’adénocarcinome rénal ,mélanome cutané ,carcinomes du sein ,poumon tractus G-I , GU
  11. 11. V. Étude clinique: • TDD : carcinome épidermoide de la corde vocale: 1/Signes d’appel: • La dysphonie est le signe majeur de diagnostic puisqu’elle est présente dans 95 % des cas. Toute dysphonie persistant plus de 3 semaines chez un patient tabagique nécessite un examen laryngé. * Toux irritative *Crachats hémoptoiques jamais isolés * la dysphagie traduit l’extension vers l’étage sus- glottique *La dyspnée traduit souvent un cancer laryngé évolué. • l’otalgie réflexe ou une adénopathie cervicale métastatique sont plus rares 2/Interrogatoire: Précise la date , le mode de début des symptômes , les ATCD pathologiques et les habitudes alcoolo-tabagiques
  12. 12. 2/Examen clinique : • Inspection: mobilité du larynx à la deglutition • Palpation :l’os hyoïde , trachée, cartilage thyroïde et les crépitations laryngées. Aire GG: ADP en géneral absentes. • LID: temps principal, au miroir ,si patient coopérant, apprécie l’aspect macroscopique de la tumeur (bourgeonnante, ulcérante, infiltrante), la forme, siège, extension et mobilité des éléments laryngés. *Nasofibroscopie souple :analyse du larynx dans les conditions physiologiques *Optique rigide 90° ou 70°: qualité d’image meilleur  Le reste de l’examen ORL notamment la rhinoscopie post devra rechercher une autre localisation; ainsi que l’examen général à la recherche de métastases
  13. 13. cancer de l’étage glottique
  14. 14. 3/ examen complémentaire *L’imagerie: préconisée avant la biopsie pour les tumeurs de petite taille(les phénomènes inflammatoires dus aux biopsies modifient le signal radiologique ) TDM: plus sensible pour évaluer l’extension initiale du Kc (Loge thyro-hyo- épiglottique, espace paraglottique, Commissure antérieure ,Cartilage, Extension extralaryngée ) IRM: montre avec précision les différentes structures, en particulier les tissus mous, intérêt pour détecter les extensions minimes. *Endoscopie sous AG :LDS *permet un accès direct sur le larynx Précise les limites de la tumeur,la mobilité du larynx; un bilan d’extension +biopsie • Étude anapath: pose le diagnostic de certitude: carcinome malpighien bien ou modérément différencies • Tomographie par émission de positons (TEP): intérêt pour détecter les métastases ganglionnaires et les récidives. *bilan d’extension général : TLT, echo abdominale et la scinti osseuse si signes d’appel.
  15. 15. Classification TNM (UICC 2002)  Étage glottique: T1: Tm limité a 1 ou 2 cordes vocales ( pouvant envahir la CA ou CP)avec mobilité NL *T1a:Tm limité a 1 corde vocale *T1b :Tm envahissant les 2 corde V T2:Tm envahissant l’étage sus glottique ou sous glottique, et/ou diminution de la mobilité glottique T3 :Tm limité au larynx avec fixité de la corde vocale et/ou envahissant l’espace para glottique et/ou avec lyse minima du cartilage thyroïde(corticale interne ) T4a: Tm envahissant le cartilage thyroïde ou les structures extralaryngée (trachée , tissu mous du cou dont les muscles profonds ou extrinsèques de la langue ,les muscles sous hyoidiens , G thyroïde , œsophage T4b:Tm envahissant l’espace prévertébrale les structures médiastinales ou englobant l’artère carotide
  16. 16.  Classification N: • N0: pas de signe d’ atteinte des GG régionaux • N1: métastase dans 1 seul GG homolatéral <ou= 3cm • N2: métastase unique dans 1 gg homolatéral >3et </= a 6cm ou métastase GG homolatéral multiple <ou= 6cm *N2a: N2:métastase dans 1 gg >3et </= a 6cm *N2b: métastase GG homolatéral multiple <ou= 6cm *N2c: meta bilatérales ou controlatérales<ou=6cm • N3: meta dans 1 gg>6cm les GG médians sont considérés comme homolatéraux  Classification M: M0: - M1:+
  17. 17. VI /Formes cliniques : A/Formes topographique: 1/KC de l’étage sus glottique: A)KC du vestibule laryngé: • Siége : face laryngée de l’épiglotte , Bondes V, échancrure inter aryténoidienne • SF : réduits et tardifs : dysphonie modéré , dysphagie +/- otalgie. • ADP dans 65% des cas • LI : Tm au niveau de la face laryngée de l’épiglotte rarement BV. • LDS : extension- vers le bas au niveau du pied de l’épiglotte+ CA - Vers l’avant =>l’espace hyo-thyro epiglottique • TDM : étude de l’espace HTE B)KC du ventricule: • SF : tardifs :la dysphonie • LI: peu sensible mais parfois: fixité ou diminution de la mobilité des CV. • ADP cervicales dans 30%. • LDS : déplisser et refouler les BV à l’aide d’un ecarteurDG +biopsie ( difficiles) • Évolution : vers l’espace para glottique + s/glottique
  18. 18. Classification TNM (UICC 2002): etage sus-glottique TX: renseignement insuffisante. T0:pas de signe de tumeur primitive. Tis: carcinome in situ. T1: Tm limitée à une sous localisation de l’étage sus- glottique avec mobilité normale des cordes vocales. T2: Tm envahissant plus d’une sous localisation de l’étage sus glottique ou glottique ou extra glottique ( muqueuse de la base de la langue , vallécule, paroi interne du sinus piriforme) avec mobilité nle des cordes vocales. T3: Tm limité au larynx avec fixation glottique et / ou envahissement de la région rétrocricoidienne , de la paroi interne du sinus piriforme , de l’espace pré-épiglottique , paraglottique , ou de la base profonde de la langue. T4a:Tm envahaissant le cartilage thyroïde et /ou le tissus extra laryngé (trachée,tissus mou du cou dont les muscles profonds ou extrinsèques de la langue , les muscles sous hyoïdiens ,thyroïde, œsophage. T4b: Tm envahissant l’espace l’espace pré-vertébral, structures médiastinales ou englobant l’artère carotide .
  19. 19. 2- KC de l’étage sous glottique: • Très rare , se limite dans les formes classiques sur la muqueuse de recouvrement de la face interne du cricoïde • SF: dyspnée progressive(1er ). • EX :ADP dans 25% des cas . • LI: non contributive. • LDS: Tm le + svt infiltrante ou ulcéro-infiltrante . Mobilité de l’hémilarynx est diminuée. Évolution : bilatéralité+ extension vers la trachée cervicale 3- KC étendu au 03 étages : -Glotto-s/glottique o,95% - Glotto-sus glottique 1,9% -03 étage 30% • SF: présence depuis plusieurs mois: dysphonie+dysphagie+dyspnée • LI: processus svt ulcéro infiltrant ou bourgeonnant étendu avec diminution de la mobilité. • ADP cervicales 40% des cas . • LDS :précis l’extension extra laryngée: Vers la margelle parois latérale du l’hypo pharynx, sinus piriforme , vallécule , base de la langue. • TDM + IRM : espace HTE , espace para glottique
  20. 20. Classification TNM (UICC 2002): l’étage sous-glottique T1:Tm limitée à la sous glotte. T2:Tm étendue au plan glottique avec mobilité Nle ou diminuée. T 3: Tm limitée au larynx avec fixation glottique. T4a:Tm envahissant le cartilage cricoïde ou le cartilage thyroïde et/ ou les tissus extra laryngés (trachée, tissus mou du cou , les muscles sous hyoidiens , glande thyroïde et l’œsophage . T4b:Tm envahissant l’espace pré-vertébral, les structures médiastinales ou englobant l’artère carotide.
  21. 21. B/Formes histologique: 1/carcinome verruqueux: se présente comme un papillome a large implantation *Le DG microscopique est difficile( biopsies superficielles Dg faussement rassurant. *Ces Tm =extension locale importante avec distraction des structures adjacents. = pas de métastase . 2/ carcinome a cellule fusiforme : *aspect polypoide. *carcinome associe=Cellules épithélialesmalignes +c de type mésenchymateux *Haut risque métastatique. 3/KC développé sur laryngocèle: *c’est une entité anatomo-clinique particulière , fréquente qui pose des problèmes de DG entre un laryngocèle et KC * Dg clinique , radiologique difficile *il faut savoir que le KC du ventricule peut se manifester par un laryngocèle interne .
  22. 22. VII/DG+: • L’interrogatoire recherche des signes d’appels ( dysphonie persistante évoluant depuis plus de 3 semaines chez un malade de 40ans fumeur) • LI : met en évidence la tumeur , son siège , extension locale , mobilité des cordes vocales. • LDS: précise le siège et l’envahissement locale et permet de pratiquer une biopsie dont l’étude anapath permet de poser le diagnostic de certitude et la nature de cette néoformation • TDM + IRM: bilan d’extension.
  23. 23. VIII/Diagnostic différentiel: 1. Avec le cancer des régions voisines (margelle laryngée): n’appartenant pas à l’endolarynx, est précisé par l’endoscopie. 2. Devant une laryngite chronique: En particulier hypertrophique blanche, lésion pré-cancéreuse par excellence, la difficulté est de dépister sa transformation maligne. Interet d’une biopsie parfois répétée des cordes vocales en microchirurgie laryngée si la réponse histologique révèle des foyers de dysplasie modérée ou sévère. 3. La tuberculose laryngée: réalise parfois des formes très voisines et trompeuses d’où l’impérative nécessité de faire une biopsie avant d’entreprendre le traitement d’un cancer. 4. Le papillome corné.: Est une lésion pré-cancéreuse qui a un aspect verruqueux et blanchâtre. 5. Devant une corde vocale fixée: paralysie reccurentielle ( CV amincies et raccourcies) 6- Les laryngocèles: sont des diverticules situés dans l’épaisseur de la bande ventriculaire. L’association laryngocèle-cancer est classique 7-syphilis : lésion diffuse et symétrique + mobilité conservée * La serologie confirme le DG mais n’elimine pas un KC .
  24. 24. Laryngite dysplasique hypertrophique
  25. 25. Lésions bénignes congénitales kyste pont muqueux
  26. 26. IX/Évolution et complications: • Sous TRT: éradication de la tumeur permet d’améliorer le pronostic. • Sans TRT: l’évolution se fait Vers l’extension locale , GG , métastase. Modalité d’extension : • A partir de la corde vocalegénéralement c’est le bord libre * l’extension se fait en toute les directions : vers la CA puis la corde vocale opposée • En arrière vers l’aryténoïde fréquemment envahit • En dehors vers le plancher du ventricule pour atteindre secondairement le fond de celui-ci . • Vers le bas: vers la face inf de la corde vocale avec envahissement secondaire possible de la sous glotte( superficiellement ) • l’extension en profondeur est possible en bas après rupture du cone élastique, et latéralement à travers la membrane crico thyroïdienne . • vers l’étage sus glottique :elle se fait par le ventricule puis les bandes ventriculaire , avec possibilité d’atteinte de l’hémilarynx controlatéral .  immobilité de la CV peut être un simple effet de masse ou être du à un blocage aryténoïdien par infiltration des différents muscles et plans profonds
  27. 27. • CA déjà envahit permet une extensions très rapide vers le haut dans la loge HTE par désinsertion du ligament thyro épiglottique extrêmement fragile . *Vers le bas vers la sous glotte ,en avant vers le cartilage thyroïde • Ventricule déjà envahit: extension vers la loge HTE ,effraction cartilagineuse avec envahissement des muscles extrinsèques. • Bande ventriculaire déjà envahit: extension vers le replis aryépiglottique, en avant vers le pied de l’épiglotte avec infiltration possible latéralement de la loge pé-epiglottique . • L’épiglotte déjà envahit: extension latéralement vers la zones des 3 replis , en haut vers la base de la langue . • A partir du replis aryépiglottiques l’extension en superficie vers le sinus piriforme, en profondeur :infiltration du mur pharyngolaryngé avec blocage de l’hémi larynx .
  28. 28. Extensions gg : • La glotte est dépourvue de lymphatique. • Collecteur sus glottique: *gg sous digastrique *gg omohyoidien . • Collecteurs sous glottique : Pédicule ant : gg jugulaires  gg pré trachéaux . Pédicules latéraux : chaîne recurentielle . Complications : *Oedème du larynx (urgence vitale trachéotomie ) *Périchondrite . *Complications broncho-pulmaonaires . *Rupture d’un gros vaisceau : hémorragie cataclysmique. Le décès survient dans un tableau cachectique (18-24 mois ).
  29. 29. X/Traitement:1)buts: • Éradiquer la tumeur. • Rétablir si possible les 03 fonctions du larynx. • Augmenter la longévité. 2)moyens: • a/trt médical: limité aux surinfections (ATB ,AI ,humification de l’air ) • b/radiothérapie: du lit tumoral: • Rx th exclusive : à visée curative (70gy/7semaines) • Rx th post opératoire : • guidée par l’étude anapath + l’extension tumorale +envahissement GG. des aires ganglionnaires : la dose est augmenté selon:- la présence ADP. -la rupture capsulaire. *Après laryngectomie totale :irradiation après cicatrisation complète =55-65gy Du lit tumoral + aires GG (+base de crâne =extension GG haute) (+médiastin supérieur =sous glottique +ADP sus claviculaire ou recurrentielles) (surdosage +curiethérapie =base de la langue ) *Apres laryngectomie partielle : seuls les aire GG sont à irradier .
  30. 30. c/Chimiothérapie: • Méthotrexate: drogue de reference pour TRT palliatif 40mg/IM)+surveillance hemato. • Les sels de platines les plus utilisés :cisplatine100mg/m2+(5fluoro1000mg/m2) • Taxanes: docetaxal+cisplatine+5 fluoro • La mitomycine cT+ADP nécrotique(hypoxie) • Mode : • Classiquement TRt des récidives +métastase • Chimiothérapie d’induction (neoadjuvante) • Chimiothérapie adjuvante(après RX-chirurugie) • Radio-chimiotherapie concomitante(simultanée ou alternée).
  31. 31. • d/Chirurgical: 1/Endoscopique: *Laser CO2 *exérèse endoscopique. 2/chirurgie a) Laryngectomie partielle conservatrice : L partielle verticale: -cordectomie par voie externe . -laryngectomie fronto latérale . - L partielle frontale ant avec epiglottoplastie . L partielle horizontale: - Epiglottectomie simple - laryngectomie supra-glottique .  Laryngectomie fonctionnelle supracricoidienne ( subtotale reconstructive): -L sub total avec crico hyoidopexie (CHP). - L sub total avec crico hyoido epiglottopexie ( CHEP) .
  32. 32. Contre indications de chirurgie conservatrice: *fixité cordale et aryténoïdienne *Atteinte massive de l’espace pré-epiglottique *Tm atteignant le bord superieur du cartilage cricoide *Atteinte du CA *Atteinte du cartilage cricoide *Atteinte des tissus prélaryngés *Impossiblité de préserver une unité crico-aryténoidienne fonctionelle . b)la laryngectomie totale( radicale): laryngectomie totale a champs étroit. laryngectomie totale élargie( base de la langue , loge HTE,corps thyroïde,revêtement cutanée ).
  33. 33. c) Curage ganglionnaire: *le curage ganglionnaire fonctionnel conserve le muscle SCM, la veine JI et les racines nerveuses, et enlève les aires ganglionnaires cervicales .( Adp unique,mobile <3 cm * le curage ganglionnaire radical emporte les mêmes aires ganglionnaires, mais ne conserve pas le muscle, la veine JI et le nerf spinal.( Adp miltiples,fIxées, sup 3cm 3/INDICATIONS: • dépendent à localisation de la tumeur et l’aspect macroscopique • L’extension locale( cartilage espaces laryngés , mobilité cordale et aryténoïdienne • L’extension GG • L’état général du patient , age , profession et ses souhaits . 1)cancer glottique: >>Corde vocale mobile **Tm du 1/3 moy RX thérapie ou cordectomie uni latérale **TM du 1/3moy des 02 corde  RX thérapie ou cordectomie bilatérale **TM du 1/ 3 moy d’une corde+laryngite chronique cordectomie bilatérale **TM envahissant la commissure antérieur( -sans cartilage )CHP+curage bi >>Corde vocale immobile: Aryténoïde mobile CHEP Aryténoïde immobile totale+curage gg >> envahissement du cartilage totale+curage gg
  34. 34. 2/Cancer sus glottique: *Tm vestibulaire etendue aux aryténoïdes sans trouble de mobilité CHP *Tm pied de l’épiglotte étendue à la CA sans atteinte de cartilage CHP *Tm ventricule  CHP ( rarement possible ) *Tm de l’epiglotte+complexe pied epiglottique- bande ventriculaire1/2 ant avec mobilité conserve du corde et ary  L horizontale sus glottique *Si atteinte du cartilage thyroïde , mobilité de la langue .fixité chordale ,02 aryténoïde ,espace pre epiglottique ;loge HTE, throide L totale ou élargie 3/cancer sous glottique : *Laryngectomie totale *RX thérapie si extension trachéale importante qui CI la chirurgie exérèse 4/cancer des 03 étages : L .totale +curage
  35. 35. Curage gonglionnaire: • Le traitement des aires ganglionnaires est systématique (même chez les patients N0), à l'exception des cancers strictement limités à la corde vocale. *No,N1,N2,N3=>radicale ou fonctionnel si ADPmobile <3cm ou Nbr<3 *si non radical .
  36. 36. Indications thérapeutique pour les cancer glottique T1T1 RX , chirurgie par voie endoscopique au laserRX , chirurgie par voie endoscopique au laser Chirurgie par voie ext (L frontale.frontaleChirurgie par voie ext (L frontale.frontale ant+epiglottoplastie)ant+epiglottoplastie) T2T2 Chirurgie par voie ext (L f ant +epiglottoplastie ,LChirurgie par voie ext (L f ant +epiglottoplastie ,L supracricoidien avec CHEP ou CHP)+ curage uni ousupracricoidien avec CHEP ou CHP)+ curage uni ou bilatéralebilatérale T3T3 Préservation laryngée , chirurgie( totale ouPréservation laryngée , chirurgie( totale ou exceptionellement supra crinoïdien )+curage uni ouexceptionellement supra crinoïdien )+curage uni ou bilatéralbilatéral T4T4 Laryngectomie totale + curageLaryngectomie totale + curage RX et/ou chimio si inopérableRX et/ou chimio si inopérable
  37. 37. Indications thérapeutique cancers sus glottique T1T1 radiothérapie, chirurgie par voie endoscopique au laser CO2,radiothérapie, chirurgie par voie endoscopique au laser CO2, chirurgie par voie externe (laryngotomie supraglottique) et curagechirurgie par voie externe (laryngotomie supraglottique) et curage cervicale bilatéral.cervicale bilatéral. T2T2 chirurgie par voie externe (laryngotomie supraglottique,chirurgie par voie externe (laryngotomie supraglottique, laryngotomie supracricoidienne avec CHP) et curage cervicalelaryngotomie supracricoidienne avec CHP) et curage cervicale bilatéral.bilatéral. T3T3 Présentation laryngée, chirurgie (laryngotomie totale le plusPrésentation laryngée, chirurgie (laryngotomie totale le plus souvent, exceptionnellement laryngotomie supracricoidienne avecsouvent, exceptionnellement laryngotomie supracricoidienne avec CHP) et curage cervicale bilatéral.CHP) et curage cervicale bilatéral. T4T4 laryngotomie totale et curage cervicale bilatéral.laryngotomie totale et curage cervicale bilatéral. Radiothérapie et/ou chimiothérapie si inopérableRadiothérapie et/ou chimiothérapie si inopérable
  38. 38. 4/Complications du TRT: 1/CPc post op: • Hématome cervical • Lymphangite par blessure du canal thoracique a gauche ou de la grande veine lymphatique a droite • Douleur cervicale voire épaule douloureuse séquellaire 2/CPc post RX therapie: • Oedème intéressant la margelle , sous glotte • Fibrose au niveau du siège lésionnel initial • Nécrose des partie molles avec risque de rupture VX • Récidive tumorale se traduit par épaississement d’une structure , prise de contraste,,, 3/Cpc post chimio: -Infectieuses -Toxique(hématologique, hépatique .ototoxique ,,)
  39. 39. surveillance • Tous les 02 mois pdt 2 ans puis 2 fois /an • La recidive est annoncé par une dysphonie , dysphagie,ADP cervicale, métastase Pronostic : • Tumeur des cordes vocales :Survie à 5 ans *T1 %80-95 % *T2 60-85 % *T3 35-60 % *T4 10-30 % • Tumeur supra-glottique du larynx : Survie à 5 ans *T1 65-90% *T2 50-65% *T3 35-55% *T4 15-40%
  40. 40. XII/Conclusion: Toute symptomatologie laryngée persistante chez un patient alcoolo-tabagique nécessite une consultation ORL. • Le diagnostic repose sur l’endoscopie avec biopsie. • Un bilan d’extension local, régional et général est systématiquement réalisé avant de poser l’indication thérapeutique. • Indication qui est d’autant plus « conservatrice » pour la phonation que la lésion est limitée. • Le pronostic des cancers laryngés est assez favorable si le diagnostic est précoce

×