cancer du sinus piriformecancer du sinus piriforme
INTRODUCTION/DEFINTRODUCTION/DEF
 Le sinus piriforme est la localisation la plusLe sinus piriforme est la localisation la...
AnatomieAnatomie
 L’hypopharynx est interposé entre l’oropharynx etL’hypopharynx est interposé entre l’oropharynx et
l’œs...
et un étage inférieur ou cartilagineuxet un étage inférieur ou cartilagineux
DRAINAGE LYMPHATIQUEDRAINAGE LYMPHATIQUE
 g...
ÉpidémiologieÉpidémiologie
 les hommes (95 % des cas). Mais celle desles hommes (95 % des cas). Mais celle des
femmes aug...
Anatomie pathologiqueAnatomie pathologique
et classificationet classification
 MACROSCOPIeMACROSCOPIe
 La plupart des tu...
 Paroi interne : le larynxParoi interne : le larynx
 L angle ant: +++ les 2 paroiL angle ant: +++ les 2 paroi
 La paroi...
extension ganglionnaireextension ganglionnaire
lymphatiquelymphatique
 était notée chez 78 % des patients, parétait notée...
VOIES D’EXTENSIONVOIES D’EXTENSION
 Les cancers de la paroi médiane du sinusLes cancers de la paroi médiane du sinus
piri...
 Paroi interne : le larynxParoi interne : le larynx
 L angle ant: +++ les 2 paroiL angle ant: +++ les 2 paroi
 La paroi...
Diagnostic et bilan d’extensionDiagnostic et bilan d’extension
o SYMPTOMATOLOGIESYMPTOMATOLOGIE
 gêne pharyngée, de dysph...
EXAMEN CLINIQUEEXAMEN CLINIQUE
inspection et palpationinspection et palpation::
 Etat et la mobilite laryngeeEtat et la ...
 L’examen se fait pendant la respiration etL’examen se fait pendant la respiration et
pendant la phonation pour évaluer l...
 Examen general (metastases)Examen general (metastases)
 Recherche d un 2 kc de la sphere orl (kc desRecherche d un 2 kc...
EXAMENS COMPLEMENTAIRESEXAMENS COMPLEMENTAIRES
 EXAMEN ENDOSCOPIQUEEXAMEN ENDOSCOPIQUE
OTORHINOLARYNGOLOGIQUeOTORHINOLARY...
 Le scanner spiraléLe scanner spiralé permettent d’effectuerpermettent d’effectuer
des coupes fines et des reconstruction...
 IRMIRM
extention endilaryngeeextention endilaryngee
extention extrapharyngeeextention extrapharyngee
extetion infextetio...
 L’échographieL’échographie est intéressante du fait de saest intéressante du fait de sa
simplicité, de son faible coût e...
CLASSIFICATIONCLASSIFICATION
 ¶¶ Classification de la tumeur primitiveClassification de la tumeur primitive
 –– T1s : ca...
 ¶¶ Classification de l’éventuelle extension ganglionnaireClassification de l’éventuelle extension ganglionnaire
 –– N0 ...
 ¶¶ Classification de l’éventuelle diffusionClassification de l’éventuelle diffusion
métastatiquemétastatique
 viscérale...
Formes cliniquesFormes cliniques
Tumeurs de l;angle antTumeurs de l;angle ant
Svt forme ulcereuse et infiltranteSvt form...
 Tumeurs du versant externeTumeurs du versant externe
Forme frequentForme frequent
Lesion infiltrante ou bourgeonnanteLes...
 A Tumeurs totales interessant toute :lesA Tumeurs totales interessant toute :les
la hauteur du sinusla hauteur du sinus ...
diagnostiquediagnostique
 DC positif:DC positif:
LI au miroirLI au miroir
Examen endoscopique+ biopsieExamen endoscopique...
EVOLUTIONEVOLUTION
 Non TRT:Non TRT: extention locale ,locoregionaleextention locale ,locoregionale
metastases a distance...
TRAITEMENTTRAITEMENT
 BUTSBUTS::
ablation de la tumeurablation de la tumeur
ralentir l evolutionralentir l evolution
augm...
1.1. Radiotherapie:Radiotherapie:
 A titre exclusiveA titre exclusive
 Post operatoirePost operatoire
 Post chimioterap...
 Le volume libreLe volume libre conprend:conprend:
La muqueuse pharyngeeLa muqueuse pharyngee
Bouche oesophagienneBouche ...
50GY:resection suffisante et sans atteinte GG50GY:resection suffisante et sans atteinte GG
60GY:resection insuffisante et ...
Les DIFFERENTESLes DIFFERENTES
INTERVENTIONSINTERVENTIONS
 Pharyngectomies partielles par voie externePharyngectomies par...
 Hémi-laryngo-pharyngectomieHémi-laryngo-pharyngectomie
supracricoïdiennesupracricoïdienne une hémi-aile thyroïdienneune ...
 Le suivi postopératoire est important, enLe suivi postopératoire est important, en
raison du risque de fausses routeset ...
 Pharyngectomie partielle postérieurePharyngectomie partielle postérieure
pharynx est ouvert en avant par une voiepharynx...
Chirurgie radicaleChirurgie radicale
 Laryngectomie totale avec pharyngectomie partielleLaryngectomie totale avec pharyng...
 Évidement ganglionnaireÉvidement ganglionnaire
 Devant un cou classé N0, un évidement fonctionnelDevant un cou classé N...
 CHIMIOTHÉRAPIECHIMIOTHÉRAPIE
 Les drogues les plus souvent utiliséesLes drogues les plus souvent utilisées
sont le méth...
indicationsindications
Sinus menbraneux:T1T2 N0/Sinus menbraneux:T1T2 N0/
soit chirugie partielle+evidement gg +RX présoi...
 Sinus menbraneux T3 N0 ou N1 ouSinus menbraneux T3 N0 ou N1 ou
cartilagineux T1 T2 N2 N3 :cartilagineux T1 T2 N2 N3 :
PL...
 Lesion inoperableLesion inoperable::
RX ClassiqueRX Classique
Rx _chimio concomittanteRx _chimio concomittante
**** le s...
Resultats_ survieResultats_ survie
3 ANS: 45%3 ANS: 45%
5 ANS:30%5 ANS:30%
conclusionconclusion
 Les cancers de l’hypopharynx conservent, malgré lesLes cancers de l’hypopharynx conservent, malgré ...
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Cancer du sinus piriforme
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cancer du sinus piriforme

2 998 vues

Publié le

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 998
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
25
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cancer du sinus piriforme

  1. 1. cancer du sinus piriformecancer du sinus piriforme
  2. 2. INTRODUCTION/DEFINTRODUCTION/DEF  Le sinus piriforme est la localisation la plusLe sinus piriforme est la localisation la plus fréquente des cancers hypopharyngésfréquente des cancers hypopharyngés  représentant plus de 85 % des localisationsreprésentant plus de 85 % des localisations  un réel challenge thérapeutique en cancérologieun réel challenge thérapeutique en cancérologie cervicofaciale.cervicofaciale.  Ils surviennent le plus souvent chez des patientsIls surviennent le plus souvent chez des patients présentant des comorbidités importantes,présentant des comorbidités importantes,  sont diagnostiqués à un stade avancésont diagnostiqués à un stade avancé  ont une agressivité locale et ganglionnaireont une agressivité locale et ganglionnaire importante.importante.
  3. 3. AnatomieAnatomie  L’hypopharynx est interposé entre l’oropharynx etL’hypopharynx est interposé entre l’oropharynx et l’œsophage cervicall’œsophage cervical  L’hypopharynx est divisé en une paroi pharyngéeL’hypopharynx est divisé en une paroi pharyngée postérieure, les deux sinus piriformes et la régionpostérieure, les deux sinus piriformes et la région rétrocricoïdienne Les sinus piriformes, en forme de cônerétrocricoïdienne Les sinus piriformes, en forme de cône inversé, sont constitués d’uninversé, sont constitués d’un  angle antérieur, d’une face latérale plaquée contre l’aileangle antérieur, d’une face latérale plaquée contre l’aile thyroïdiennethyroïdienne  et d’une face médiane en contact direct avec le fût laryngé.et d’une face médiane en contact direct avec le fût laryngé.  On décrit au sinus piriformeOn décrit au sinus piriforme  une partie supérieure ou étage membraneuxune partie supérieure ou étage membraneux
  4. 4. et un étage inférieur ou cartilagineuxet un étage inférieur ou cartilagineux DRAINAGE LYMPHATIQUEDRAINAGE LYMPHATIQUE  ganglions de la chaîne jugulaireganglions de la chaîne jugulaire  au niveau II (ou sous-digastrique),au niveau II (ou sous-digastrique),  au niveau III (ou sus-omohyoïdien)au niveau III (ou sus-omohyoïdien)  au niveau IV (ou sousomohyoïdien).au niveau IV (ou sousomohyoïdien).  la chaîne spinale(niveau V).la chaîne spinale(niveau V).
  5. 5. ÉpidémiologieÉpidémiologie  les hommes (95 % des cas). Mais celle desles hommes (95 % des cas). Mais celle des femmes augmentefemmes augmente  correspond à 8-10 % des cancers des voiescorrespond à 8-10 % des cancers des voies aérodigestives supérieures.aérodigestives supérieures.  la seconde partie de la vie avec un pic entrela seconde partie de la vie avec un pic entre 50 et 60 ans50 et 60 ans  sont essentiellement associés à lasont essentiellement associés à la consommation excessive de tabac et d’alcoolconsommation excessive de tabac et d’alcool
  6. 6. Anatomie pathologiqueAnatomie pathologique et classificationet classification  MACROSCOPIeMACROSCOPIe  La plupart des tumeurs sont ulcéro-infiltrantesLa plupart des tumeurs sont ulcéro-infiltrantes  Les limites tumorales sont rarement nettesLes limites tumorales sont rarement nettes  MICROSCOPIEMICROSCOPIE  il s’agit de carcinomes épidermoïdes plus ou moinsil s’agit de carcinomes épidermoïdes plus ou moins différenciésdifférenciés  Carcinome a stroma sarcomatoideCarcinome a stroma sarcomatoide  Carcinome ind de type nasophryngeCarcinome ind de type nasophrynge  Beaucoup plus rares sont les cancers développés auBeaucoup plus rares sont les cancers développés au niveau de glandes salivaires accessoires ou de tumeursniveau de glandes salivaires accessoires ou de tumeurs mésenchymateusesmésenchymateuses
  7. 7.  Paroi interne : le larynxParoi interne : le larynx  L angle ant: +++ les 2 paroiL angle ant: +++ les 2 paroi  La paroi externe:La paroi externe: en avant : angle ant ,repli pharyngoen avant : angle ant ,repli pharyngo epiglottiqueepiglottique en arr: paroi post de l hypophrynxen arr: paroi post de l hypophrynx en haut :paroi laterale de l,oropharynxen haut :paroi laterale de l,oropharynx en dh :le cartilage thyroideen dh :le cartilage thyroide
  8. 8. extension ganglionnaireextension ganglionnaire lymphatiquelymphatique  était notée chez 78 % des patients, parétait notée chez 78 % des patients, par l’examen clinique ou par l’imagerie.l’examen clinique ou par l’imagerie.  Les métastases à distance sontLes métastases à distance sont particulièrement fréquentes au cours departiculièrement fréquentes au cours de l’évolution des cancers de l’hypopharynx.l’évolution des cancers de l’hypopharynx. (50 % des cas.)(50 % des cas.)
  9. 9. VOIES D’EXTENSIONVOIES D’EXTENSION  Les cancers de la paroi médiane du sinusLes cancers de la paroi médiane du sinus piriforme peuvent s’étendre de manièrepiriforme peuvent s’étendre de manière superficielle vers la margellesuperficielle vers la margelle  . Ils peuvent également s’étend. Ils peuvent également s’étends ens en profondeur vers le mur pharyngolaryngé etprofondeur vers le mur pharyngolaryngé et vers l’articulation cricoaryténoïdienne,vers l’articulation cricoaryténoïdienne, l’espace paraglottique et l’espacel’espace paraglottique et l’espace préépiglottiquepréépiglottique
  10. 10.  Paroi interne : le larynxParoi interne : le larynx  L angle ant: +++ les 2 paroiL angle ant: +++ les 2 paroi  La paroi externe:La paroi externe: en avant : angle ant ,repli pharyngoen avant : angle ant ,repli pharyngo epiglottiqueepiglottique en arr: paroi post de l hypophrynxen arr: paroi post de l hypophrynx en haut :paroi laterale de l,oropharynxen haut :paroi laterale de l,oropharynx en dh :le cartilage thyroideen dh :le cartilage thyroide
  11. 11. Diagnostic et bilan d’extensionDiagnostic et bilan d’extension o SYMPTOMATOLOGIESYMPTOMATOLOGIE  gêne pharyngée, de dysphagie, otalgie « réflexe »,gêne pharyngée, de dysphagie, otalgie « réflexe », de dysphonie ou de masse cervicale.de dysphonie ou de masse cervicale. L’odynophagieL’odynophagie  unilatérale ou d’une sensation de corps étranger.unilatérale ou d’une sensation de corps étranger.  La dysphonieLa dysphonie  La dyspnée est un signe d’évolution tumoraleLa dyspnée est un signe d’évolution tumorale importanteimportante  La perte de poids est fréquente;La perte de poids est fréquente;
  12. 12. EXAMEN CLINIQUEEXAMEN CLINIQUE inspection et palpationinspection et palpation::  Etat et la mobilite laryngeeEtat et la mobilite laryngee  Palpation des chaines GGPalpation des chaines GG  Examen de la cavite buccale et l orophrynxExamen de la cavite buccale et l orophrynx L’examen clinique laryngoscopiqueL’examen clinique laryngoscopique effectué systématiquement au miroir ou àeffectué systématiquement au miroir ou à l’endoscope rigide (ou encore au nasofibroscopel’endoscope rigide (ou encore au nasofibroscope chez les patients qui présentent un réflexechez les patients qui présentent un réflexe nauséeux incontrôlable malgré l’applicationnauséeux incontrôlable malgré l’application d’anesthésiques locauxd’anesthésiques locaux
  13. 13.  L’examen se fait pendant la respiration etL’examen se fait pendant la respiration et pendant la phonation pour évaluer la mobilitépendant la phonation pour évaluer la mobilité laryngée.laryngée.  il peut être plus difficile de dépister uneil peut être plus difficile de dépister une tumeur du fond des sinus piriformes ou de latumeur du fond des sinus piriformes ou de la région rétro-crico-aryténoïdienne. Il est alorsrégion rétro-crico-aryténoïdienne. Il est alors important de prêter attention à quelquesimportant de prêter attention à quelques signes indirects : l’oedème, l’érythème, lasignes indirects : l’oedème, l’érythème, la présence d’une stase salivaire dans les sinusprésence d’une stase salivaire dans les sinus piriformes.piriformes.
  14. 14.  Examen general (metastases)Examen general (metastases)  Recherche d un 2 kc de la sphere orl (kc desRecherche d un 2 kc de la sphere orl (kc des VADS 25% ; œsophage)VADS 25% ; œsophage)
  15. 15. EXAMENS COMPLEMENTAIRESEXAMENS COMPLEMENTAIRES  EXAMEN ENDOSCOPIQUEEXAMEN ENDOSCOPIQUE OTORHINOLARYNGOLOGIQUeOTORHINOLARYNGOLOGIQUe  BIOPSIEBIOPSIE  IMAGERIEIMAGERIE TDm:TDm:pour évaluer l’extensionpour évaluer l’extension initiale des cancers de l’hypopharynx.initiale des cancers de l’hypopharynx.
  16. 16.  Le scanner spiraléLe scanner spiralé permettent d’effectuerpermettent d’effectuer des coupes fines et des reconstructionsdes coupes fines et des reconstructions dans différents plans de l’espace. Il estdans différents plans de l’espace. Il est également possible de réaliser deségalement possible de réaliser des manoeuvres dynamiques (Valsalva etmanoeuvres dynamiques (Valsalva et phonation) qui, en ouvrant les sinusphonation) qui, en ouvrant les sinus piriformes, améliorent l’analyse despiriformes, améliorent l’analyse des structures pharyngolaryngées.structures pharyngolaryngées.
  17. 17.  IRMIRM extention endilaryngeeextention endilaryngee extention extrapharyngeeextention extrapharyngee extetion infextetion inf extention au mur phrynge postextention au mur phrynge post
  18. 18.  L’échographieL’échographie est intéressante du fait de saest intéressante du fait de sa simplicité, de son faible coût et de sonsimplicité, de son faible coût et de son innocuité. Elle est indiquée pour analyserinnocuité. Elle est indiquée pour analyser l’extension cervicale. Elle est très utile pour lel’extension cervicale. Elle est très utile pour le suivi et peut être éventuellement combinée àsuivi et peut être éventuellement combinée à l’aspiration à l’aiguille fine pour obtenir unl’aspiration à l’aiguille fine pour obtenir un examen cytologique. Elle a comme principalexamen cytologique. Elle a comme principal inconvénient d’être un examen très opérateur-inconvénient d’être un examen très opérateur- dépendant.dépendant.  La tomographie par émission de positonsLa tomographie par émission de positons (TEP-scan)(TEP-scan) pour la détection de métastasespour la détection de métastases non décelées par l’examen clinique etnon décelées par l’examen clinique et l’imageriel’imagerie
  19. 19. CLASSIFICATIONCLASSIFICATION  ¶¶ Classification de la tumeur primitiveClassification de la tumeur primitive  –– T1s : carcinome in situ.T1s : carcinome in situ.  –– T1 : tumeur limitée à une seule localisation de l’hypopharynx d’auT1 : tumeur limitée à une seule localisation de l’hypopharynx d’au  maximum 2 cm dans son plus grand diamètre.maximum 2 cm dans son plus grand diamètre.  –– T2 : tumeur s’étendant à plus d’une localisation de l’hypopharynxT2 : tumeur s’étendant à plus d’une localisation de l’hypopharynx  ou d’une région adjacente, ou tumeur mesurant plus de 2 cm etou d’une région adjacente, ou tumeur mesurant plus de 2 cm et  moins de 4 cm dans son plus grand diamètre, sans fixation demoins de 4 cm dans son plus grand diamètre, sans fixation de  l’hypopharynx.l’hypopharynx.  –– T3 : tumeur de plus de 4 cm dans son plus grand diamètre ouT3 : tumeur de plus de 4 cm dans son plus grand diamètre ou  avec fixation de l’hémilarynx.avec fixation de l’hémilarynx.  –– T4 : tumeur s’étendant aux structures voisines, à savoir leT4 : tumeur s’étendant aux structures voisines, à savoir le cartilagecartilage  thyroïde, le cricoïde, l’artère carotide, les tissus mous du cou, lesthyroïde, le cricoïde, l’artère carotide, les tissus mous du cou, les  muscles prévertébraux et/ou l’oesophage.muscles prévertébraux et/ou l’oesophage.
  20. 20.  ¶¶ Classification de l’éventuelle extension ganglionnaireClassification de l’éventuelle extension ganglionnaire  –– N0 : pas de signe d’atteinte des ganglions lymphatiquesN0 : pas de signe d’atteinte des ganglions lymphatiques  régionaux.régionaux.  –– N1 : métastase dans un seul ganglion lymphatique homolatéralN1 : métastase dans un seul ganglion lymphatique homolatéral  d’au maximum 3 cm dans son plus grand diamètre.d’au maximum 3 cm dans son plus grand diamètre.  –– N2 : métastase unique dans un seul ganglion lymphatiqueN2 : métastase unique dans un seul ganglion lymphatique  homolatéral de plus de 3 cm et d’au maximum 6 cm dans son plushomolatéral de plus de 3 cm et d’au maximum 6 cm dans son plus  grand diamètre ou métastases ganglionnaires homolatéralesgrand diamètre ou métastases ganglionnaires homolatérales  multiples toutes d’au maximum 6 cm dans leur plus grand diamètre.multiples toutes d’au maximum 6 cm dans leur plus grand diamètre.  –– N2a : métastase dans un seul ganglion lymphatique de plus deN2a : métastase dans un seul ganglion lymphatique de plus de  3 cm mais d’au maximum 6 cm dans son plus grand diamètre.3 cm mais d’au maximum 6 cm dans son plus grand diamètre.  –– N2b : métastases homolatérales multiples toutes d’au maximumN2b : métastases homolatérales multiples toutes d’au maximum  6 cm dans leur plus grand diamètre.6 cm dans leur plus grand diamètre.  –– N2c : métastases bilatérales ou controlatérales d’au maximumN2c : métastases bilatérales ou controlatérales d’au maximum  6 cm de plus grand diamètre.6 cm de plus grand diamètre.  –– N3 : métastase dans un ganglion lymphatique de plus de 6 cmN3 : métastase dans un ganglion lymphatique de plus de 6 cm  dans son plus grand diamètre.dans son plus grand diamètre.  Remarque : les ganglions médians sont considérés commeRemarque : les ganglions médians sont considérés comme  homolatéraux.homolatéraux.
  21. 21.  ¶¶ Classification de l’éventuelle diffusionClassification de l’éventuelle diffusion métastatiquemétastatique  viscéraleviscérale  –– M0 pas de signe de métastase (s) à distance.M0 pas de signe de métastase (s) à distance.  –– M1 présence de métastase (s) à distance.M1 présence de métastase (s) à distance.  ¶¶ Regroupement par stadesRegroupement par stades  –– Stade 0 : Tis -N0-M0.Stade 0 : Tis -N0-M0.  –– Stade I : T1-N0-M0.Stade I : T1-N0-M0.  –– Stade II : T2-N0-M0.Stade II : T2-N0-M0.  –– Stade III : T3-N0-M0 ; T1, T2, T3-N1-M0.Stade III : T3-N0-M0 ; T1, T2, T3-N1-M0.  –– Stade IVa : T1, T2, T3-N2-M0 ; T4a-N0, N1,Stade IVa : T1, T2, T3-N2-M0 ; T4a-N0, N1, N2-M0.N2-M0.  –– Stade IVb : tous T-N3-M0 ; T4b-tous N-M0.Stade IVb : tous T-N3-M0 ; T4b-tous N-M0.  –– Stade IVc : tous T-tous N-M1.Stade IVc : tous T-tous N-M1.
  22. 22. Formes cliniquesFormes cliniques Tumeurs de l;angle antTumeurs de l;angle ant Svt forme ulcereuse et infiltranteSvt forme ulcereuse et infiltrante L angle ant comble par un bourlet d oedemeL angle ant comble par un bourlet d oedeme Dans les formes peu evoluee le larynx estDans les formes peu evoluee le larynx est encore nl et mobileencore nl et mobile Tumeurs du versant interneTumeurs du versant interne Le point de depart est la partie basse duLe point de depart est la partie basse du repli ary epiglottique ,svt ulcero infiltranterepli ary epiglottique ,svt ulcero infiltrante
  23. 23.  Tumeurs du versant externeTumeurs du versant externe Forme frequentForme frequent Lesion infiltrante ou bourgeonnanteLesion infiltrante ou bourgeonnante Lesion qui surplombe le S P dont le fond est libreLesion qui surplombe le S P dont le fond est libre Hemilarynx est NLHemilarynx est NL Extention se fait en 4 directionsExtention se fait en 4 directions en avant :le repli pharyngo epiglotiqueen avant :le repli pharyngo epiglotique en haut : le pilier posten haut : le pilier post en arr :la paroi posten arr :la paroi post en dh :cartilage thyroideen dh :cartilage thyroide
  24. 24.  A Tumeurs totales interessant toute :lesA Tumeurs totales interessant toute :les la hauteur du sinusla hauteur du sinus :les plus severts:les plus severts  Les formes totales localisee a l etageLes formes totales localisee a l etage menbraneuxmenbraneux (etage sup)(etage sup)  Les formes totales bassesLes formes totales basses :entre le cartilage:entre le cartilage thyroide et cricoidethyroide et cricoide  Les formes etendues:Les formes etendues:epiglotte valleculesepiglotte vallecules la base de la langue pilier post ,endolarynxla base de la langue pilier post ,endolarynx bouche oesophagiennebouche oesophagienne
  25. 25. diagnostiquediagnostique  DC positif:DC positif: LI au miroirLI au miroir Examen endoscopique+ biopsieExamen endoscopique+ biopsie ImagerieImagerie Plus diff devant une ADP cervicale isoleePlus diff devant une ADP cervicale isolee  DC defferentielDC defferentiel:: Refoulement du SP par une tumeur cervicaleRefoulement du SP par une tumeur cervicale Tuberculose _syphilisTuberculose _syphilis
  26. 26. EVOLUTIONEVOLUTION  Non TRT:Non TRT: extention locale ,locoregionaleextention locale ,locoregionale metastases a distancemetastases a distance  Apres le trtApres le trt:on peut avoir:on peut avoir recidive locale 15% apres RX chirurgierecidive locale 15% apres RX chirurgie recidive GG15%recidive GG15% Metastases(poumons ,os,foie,¨¨)Metastases(poumons ,os,foie,¨¨) Survie 03_05ansSurvie 03_05ans
  27. 27. TRAITEMENTTRAITEMENT  BUTSBUTS:: ablation de la tumeurablation de la tumeur ralentir l evolutionralentir l evolution augmenter la duree de vie du maladeaugmenter la duree de vie du malade MoyensMoyens:: radiotherapieradiotherapie chirurgiechirurgie chimiotherapiechimiotherapie endoscopique par le laserendoscopique par le laser
  28. 28. 1.1. Radiotherapie:Radiotherapie:  A titre exclusiveA titre exclusive  Post operatoirePost operatoire  Post chimioterapiePost chimioterapie
  29. 29.  Le volume libreLe volume libre conprend:conprend: La muqueuse pharyngeeLa muqueuse pharyngee Bouche oesophagienneBouche oesophagienne Les aires gg cervicalesLes aires gg cervicales  DosesDoses :: 70GY:sur la tumeur primitive (5seances)70GY:sur la tumeur primitive (5seances) 50GY:en cas de N050GY:en cas de N0 65GY:GG palpables65GY:GG palpables
  30. 30. 50GY:resection suffisante et sans atteinte GG50GY:resection suffisante et sans atteinte GG 60GY:resection insuffisante et sans ADP60GY:resection insuffisante et sans ADP 50GY:resection suffisante avec ADP50GY:resection suffisante avec ADP 2.2. LA chirurgie:LA chirurgie: Points communsPoints communs Preparation du maladePreparation du malade TracheotomieTracheotomie ATBATB Incision abord convenable de la trachee , LES GGIncision abord convenable de la trachee , LES GG Curage GG homolaterale completCurage GG homolaterale complet  radical GG+2,5CMradical GG+2,5CM  conservateur GG -2,5CMconservateur GG -2,5CM
  31. 31. Les DIFFERENTESLes DIFFERENTES INTERVENTIONSINTERVENTIONS  Pharyngectomies partielles par voie externePharyngectomies partielles par voie externe Pharyngectomie partielle latérale de TrotterPharyngectomie partielle latérale de Trotter les deux tiers postérieurs de l’aile thyroïdienne sontles deux tiers postérieurs de l’aile thyroïdienne sont enlevés pour permettre un abord pharyngé. Laenlevés pour permettre un abord pharyngé. La paroi externe du sinus piriforme est ensuiteparoi externe du sinus piriforme est ensuite réséquée autour de la tumeur avec les musclesréséquée autour de la tumeur avec les muscles thyrohyoïdiens.Cette intervention est possible pourthyrohyoïdiens.Cette intervention est possible pour les tumeurs de petite taille de la paroi externe dules tumeurs de petite taille de la paroi externe du sinus piriforme.sinus piriforme.
  32. 32.  Hémi-laryngo-pharyngectomieHémi-laryngo-pharyngectomie supracricoïdiennesupracricoïdienne une hémi-aile thyroïdienneune hémi-aile thyroïdienne droite et la moitié de l’os hyoïde sontdroite et la moitié de l’os hyoïde sont réséquées. L’ensemble du sinus piriformeréséquées. L’ensemble du sinus piriforme droit et de l’hémilarynx homolatéral au-droit et de l’hémilarynx homolatéral au- dessus du plan du cartilage cricoïde sontdessus du plan du cartilage cricoïde sont enlevés avec la tumeur. Dans cetteenlevés avec la tumeur. Dans cette intervention sont enlevées avec la tumeur : laintervention sont enlevées avec la tumeur : la corde vocale, la bandeventriculaire, la moitiécorde vocale, la bandeventriculaire, la moitié de l’épiglotte et de l’espace préépiglottiquede l’épiglotte et de l’espace préépiglottique Cette intervention estCette intervention est  proposée dans les tumeurs limitées de laproposée dans les tumeurs limitées de la paroi externe du sinus piriforme, sans troubleparoi externe du sinus piriforme, sans trouble de la mobilité laryngéede la mobilité laryngée
  33. 33.  Le suivi postopératoire est important, enLe suivi postopératoire est important, en raison du risque de fausses routeset deraison du risque de fausses routeset de bronchopneumopathie de déglutition.bronchopneumopathie de déglutition.  Hémi-laryngo-pharyngectomie supraglottiqueHémi-laryngo-pharyngectomie supraglottique la conservation des deux cordes vocales. Lala conservation des deux cordes vocales. La partie supérieure de l’aile thyroïdiennepartie supérieure de l’aile thyroïdienne homolatérale à la tumeur est enlevée ethomolatérale à la tumeur est enlevée et l’hémi laryngectomie passe au fond dul’hémi laryngectomie passe au fond du ventricule de Morgagni emportant la bandeventricule de Morgagni emportant la bande ventriculaire et la moitié de l’épiglotteventriculaire et la moitié de l’épiglotte proposée pour des petites tumeurs de la partieproposée pour des petites tumeurs de la partie haute du sinus piriforme.haute du sinus piriforme.
  34. 34.  Pharyngectomie partielle postérieurePharyngectomie partielle postérieure pharynx est ouvert en avant par une voiepharynx est ouvert en avant par une voie transhyoïdienne.L’exposition hypopharyngéetranshyoïdienne.L’exposition hypopharyngée permet ainsi la résection d’une tumeurpermet ainsi la résection d’une tumeur ,indiquée pour les tumeurs limitées de la partie,indiquée pour les tumeurs limitées de la partie haute de la paroi pharyngée postérieure sanshaute de la paroi pharyngée postérieure sans infiltration de l’aponévrose prévertébrale.infiltration de l’aponévrose prévertébrale.  Chirurgie endoscopique:au laser CO2Chirurgie endoscopique:au laser CO2
  35. 35. Chirurgie radicaleChirurgie radicale  Laryngectomie totale avec pharyngectomie partielleLaryngectomie totale avec pharyngectomie partielle pourpour les cancers très évolués du sinus piriforme. Un évidementles cancers très évolués du sinus piriforme. Un évidement ganglionnaire est systématiquement associé.ganglionnaire est systématiquement associé.  Laryngectomie subtotaleLaryngectomie subtotale Elle consiste en une résectionElle consiste en une résection large du larynx et de la totalité du sinus piriforme tumorallarge du larynx et de la totalité du sinus piriforme tumoral  Pharyngolaryngectomie totale circulairePharyngolaryngectomie totale circulaire Cette interventionCette intervention est proposée pour des tumeurs plus évoluées avec enest proposée pour des tumeurs plus évoluées avec en particulier extension vers la région rétrocricoaryténoïdienne,particulier extension vers la région rétrocricoaryténoïdienne, la paroi pharyngée postérieure, ou vers l’oesophage cervical.la paroi pharyngée postérieure, ou vers l’oesophage cervical. nécessite donc une résection complète de l’hypopharynxnécessite donc une résection complète de l’hypopharynx incluant également le larynx entre le plan de l’os hyoïde et lesincluant également le larynx entre le plan de l’os hyoïde et les premiers anneaux trachéaux.premiers anneaux trachéaux.  OEso-pharyngo-laryngectomie totale:OEso-pharyngo-laryngectomie totale:Cette interventionCette intervention réalise une pharyngolaryngectomie totale circulaire et uneréalise une pharyngolaryngectomie totale circulaire et une oesophagectomie totale. Elle est proposée pour des lésionsoesophagectomie totale. Elle est proposée pour des lésions qui infiltrent l’oesophage cervical.qui infiltrent l’oesophage cervical.
  36. 36.  Évidement ganglionnaireÉvidement ganglionnaire  Devant un cou classé N0, un évidement fonctionnelDevant un cou classé N0, un évidement fonctionnel sélectifsélectif  les niveaux II à IV.les niveaux II à IV.  –– Devant un cou N1, un évidement ganglionnaireDevant un cou N1, un évidement ganglionnaire des niveaux II àV doit être effectué puisque ledes niveaux II àV doit être effectué puisque le risque d’envahissement du niveau V est supérieurrisque d’envahissement du niveau V est supérieur à 10 %à 10 %  En cas de statut ganglionnaire N2a ou N2b, lesEn cas de statut ganglionnaire N2a ou N2b, les niveaux Ib à V doivent être évidés. Le caractèreniveaux Ib à V doivent être évidés. Le caractère radical du curage et en particulier l’exérèse de laradical du curage et en particulier l’exérèse de la veine jugulaire interneveine jugulaire interne  –– En cas de cou classé N2c, il est nécessaireEn cas de cou classé N2c, il est nécessaire d’effectuer un évidement ganglionnaire bilatéral.d’effectuer un évidement ganglionnaire bilatéral. Devant un cou classé N3, un évidementDevant un cou classé N3, un évidement ganglionnaire radical est la règle.ganglionnaire radical est la règle.
  37. 37.  CHIMIOTHÉRAPIECHIMIOTHÉRAPIE  Les drogues les plus souvent utiliséesLes drogues les plus souvent utilisées sont le méthotrexate, les sels de platine, lesont le méthotrexate, les sels de platine, le 5-fluorouracile et, plus récemment, les5-fluorouracile et, plus récemment, les taxanes.taxanes.  AdjuvanteAdjuvante  DES RECIDIVES et metastasesDES RECIDIVES et metastases  Neo_adjuvantesNeo_adjuvantes
  38. 38. indicationsindications Sinus menbraneux:T1T2 N0/Sinus menbraneux:T1T2 N0/ soit chirugie partielle+evidement gg +RX présoit chirugie partielle+evidement gg +RX pré post oppost op T:50 GYT:50 GY N:50 +/- 15 GYN:50 +/- 15 GY soit RX exclusive sur T-N à 70 GYsoit RX exclusive sur T-N à 70 GY Sinus menbraneux T1T2 N2 N3Sinus menbraneux T1T2 N2 N3 Chirugie partielle + evidement gg + RX pré post opChirugie partielle + evidement gg + RX pré post op T:50GY N:50+/- 15 GYT:50GY N:50+/- 15 GY
  39. 39.  Sinus menbraneux T3 N0 ou N1 ouSinus menbraneux T3 N0 ou N1 ou cartilagineux T1 T2 N2 N3 :cartilagineux T1 T2 N2 N3 : PLT+ evidement gg homo laterale + RX post opPLT+ evidement gg homo laterale + RX post op  T:65GYT:65GY  N:50 +/- 15 GYN:50 +/- 15 GY  Certain proposent une chimiotherapieCertain proposent une chimiotherapie d’induction de préservation d’organed’induction de préservation d’organe  Sinus cartilagineux ou menbraneux T4Sinus cartilagineux ou menbraneux T4 N0ouN1N0ouN1 PLT+ evidement gg complet homolateralPLT+ evidement gg complet homolateral +evidement controlateral+RX POST OP+evidement controlateral+RX POST OP Lesion etendue a la paroi post ,boucheLesion etendue a la paroi post ,bouche oesophagienneoesophagienne PLT CIRCULAIRE+evidementPLT CIRCULAIRE+evidement bilateralRXpost opbilateralRXpost op
  40. 40.  Lesion inoperableLesion inoperable:: RX ClassiqueRX Classique Rx _chimio concomittanteRx _chimio concomittante **** le suivi**le suivi** Doit etre minutieuse , frequent , prolongeDoit etre minutieuse , frequent , prolonge Reeducation orthophoniqueReeducation orthophonique Depister les cpc(hypotheroidie ,hypo parathyroidie)Depister les cpc(hypotheroidie ,hypo parathyroidie) Depister une evolution neoplasiqueDepister une evolution neoplasique  recidive locale 15%recidive locale 15%  l90%des pations decedent ds l annee del90%des pations decedent ds l annee de recidiverecidive  recidive gg ds 60%recidive gg ds 60%
  41. 41. Resultats_ survieResultats_ survie 3 ANS: 45%3 ANS: 45% 5 ANS:30%5 ANS:30%
  42. 42. conclusionconclusion  Les cancers de l’hypopharynx conservent, malgré lesLes cancers de l’hypopharynx conservent, malgré les progrès de l’imagerie, de la chirurgie et de la radiothérapieprogrès de l’imagerie, de la chirurgie et de la radiothérapie et l’arrivée de chimiothérapies efficaces, un très mauvaiset l’arrivée de chimiothérapies efficaces, un très mauvais pronostic. Ces cancers surviennentpronostic. Ces cancers surviennent chez des patients au lourd passé alcoolotabagique générantchez des patients au lourd passé alcoolotabagique générant dans la moitié des cas des comorbiditésdans la moitié des cas des comorbidités compromettant la mise en route des traitements lourds pourcompromettant la mise en route des traitements lourds pour ces tumeurs. Dans plus des trois quarts des casces tumeurs. Dans plus des trois quarts des cas ces cancers sont diagnostiqués à des stades avancés. Sices cancers sont diagnostiqués à des stades avancés. Si pour les rares tumeurs débutantes on peut discuter,pour les rares tumeurs débutantes on peut discuter, soit une radiothérapie, soit une chirurgie partielle, les tumeurssoit une radiothérapie, soit une chirurgie partielle, les tumeurs évoluées sont le plus souvent traitées parévoluées sont le plus souvent traitées par chirurgie radicale et irradiation postopératoire.chirurgie radicale et irradiation postopératoire.

×