I- Introduction.
II- Rappel anatomique.
III- Épidémiologie.
VI- Physiopathologie.
V- Étude clinique:
TDD : CE chez l’enfan...
- Les C.E de l’œsophage constitue une urgence fréquente et qui
malgré les mesures préventives et les progrès réalisés dans...
II- Rappel anatomique:
L'oesophage, tube musculo-membraneux vertical de 25 cm environL'oesophage, tube musculo-membraneux ...
1- Fréquence:
*- Le C.E de l’œsophage représente environ 60% des C.E des VADS,*- Le C.E de l’œsophage représente environ 6...
3- Nature des C.E: varie selon l’age:
*- Les pièces de monnaies représentent 50 à 86% des C.E de*- Les pièces de monnaies ...
4- Autres:
Certains C.E méritent d’être mentionnés à part du fait de leursCertains C.E méritent d’être mentionnés à part d...
1-Siège du C.E:
*- Dans 78% des cas le C.E reste bloqué dans la bouche*- Dans 78% des cas le C.E reste bloqué dans la bouc...
TDD: C.E chez l’enfant
1- L’interrogatoire: recherche:recherche:
*- Le syndrome de pénétration;*- Le syndrome de pénétrati...
 Certains signes respiratoires doivent alerter : quinte de toux,Certains signes respiratoires doivent alerter : quinte d...
3- Examens complémentaires:
 Le Dgc de C.E radio-opaque est en général aisé sur desLe Dgc de C.E radio-opaque est en gén...
Il faut faire la radiographie de profil
pour affirmer que l'opacité vue sur le
cliché de face se projette bien au niveau
d...
C.E: Pince à cheveux (image endoscopique, radiographie de face)
Pièce dans le tiers supérieur de
l'oesophage lors de son extraction par
voie endoscopique
Bézoard alimentaire bloqué
dans ...
Le cliché de profil peut montrer de
l'air en pré-rachidien, témoin d'une
perforation de l'œsophage sur un
corps étranger v...
1-F. selon l’age:
a- F.de l’enfant: TDDTDD
b- F.de l’adulte: généralement >50ans favorisé par le port de: généralement >50...
3-F-selon la nature du C.E:
Le risque lésionnel est fonction du type du C.E:Le risque lésionnel est fonction du type du C....
4-F- compliquées:
a-la perforation:
* L’âge, le délai écoulé entre l’ingestion et le diagnostic, après 24h
est un facteur ...
d- Brûlures de l’œsophage:
Se voit en cas de pile, le degrés d’atteinte dépend de laSe voit en cas de pile, le degrés d’at...
1- Diagnostic positif:
Généralement facile, devant un syndrome de pénétration et un C.EGénéralement facile, devant un synd...
VIII- Complications:
- Elles dépendent de la nature du corps étranger, de sa forme et
de la durée de séjours dans l’œsopha...
Le C.E de l’œsophage constitue une urgence et son extractionLe C.E de l’œsophage constitue une urgence et son extraction
s...
b- Technique radiologique:
*- Préconisée par les radiologues et les pédiatres;*- Préconisée par les radiologues et les péd...
d- Méthode endoscopiques:+++
 Oesophagoscopie:
Réalisée grâce à l’oesophagoscope rigide (tube de Robert) avec :
- Éclaira...
 La fibroscopie:
Au tube souple de longueur adaptée au poids et à l’âge du malade.
- La fibroscopie est réalisée sous pré...
2- Indications:
-Ils diffèrent généralement en fonction de la nature du C.E, sa durée
de séjour dans l’œsophage et l’exist...
B- Les objets tranchants:
Ils constituent une urgence en raison des risques de perforation ou
d’hémorragie.
Lorsqu’ils ont...
D- Cas de body-bagger syndrome:
Il ne faut pas tenter d’extraire ces body-bagger, au risque d’une
effraction puis d’une ov...
Le CE de l’œsophage est une urgence fréquente entrainant une
symptomatologie fonctionnelle caractéristique contrastant ave...
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION
Corps étranger oesophagien
Corps étranger oesophagien
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Corps étranger oesophagien

889 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
889
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Corps étranger oesophagien

  1. 1. I- Introduction. II- Rappel anatomique. III- Épidémiologie. VI- Physiopathologie. V- Étude clinique: TDD : CE chez l’enfant sans signe de gravité. VI- Formes cliniques. VII- Diagnostic: 1- positif. 2- différentiel. VIII- Complications. IX- Traitement. X- Conclusion. PLAN
  2. 2. - Les C.E de l’œsophage constitue une urgence fréquente et qui malgré les mesures préventives et les progrès réalisés dans le domaine du diagnostic et la PEC, il reste un véritable challenge pour les médecins urgentistes du fait de leurs fréquences et des complications qu’ils peuvent engendrer. - d’origine variée, et de diagnostic souvent aisé, les différentes modalités d’extraction sont discutés en fonction du terrain, du CE, l’existence ou non de complications, l’endoscopie en particulier au tube rigide, technique bien connue des ORL reste la méthode de choix. I- Introduction:
  3. 3. II- Rappel anatomique: L'oesophage, tube musculo-membraneux vertical de 25 cm environL'oesophage, tube musculo-membraneux vertical de 25 cm environ chez l'adulte, assure le transport du bol alimentaire de la cavitéchez l'adulte, assure le transport du bol alimentaire de la cavité buccale à l'estomac.buccale à l'estomac. Il naît de l'extrémité inférieure du pharynx et descendIl naît de l'extrémité inférieure du pharynx et descend verticalement en avant du rachis jusqu'à l'estomac.verticalement en avant du rachis jusqu'à l'estomac. Il traverse successivement la région cervicale inférieure, en arrièreIl traverse successivement la région cervicale inférieure, en arrière de la trachée, puis le thorax, derrière la trachée et le coeur, entrede la trachée, puis le thorax, derrière la trachée et le coeur, entre les poumons. Il franchit ensuite le diaphragme et pénètre dansles poumons. Il franchit ensuite le diaphragme et pénètre dans l'abdomen et se termine dans la partie haute de l'estomac, aul'abdomen et se termine dans la partie haute de l'estomac, au niveau du cardia.niveau du cardia. Il existe au niveau de l’œsophage 3 rétrécissements physiologiqueIl existe au niveau de l’œsophage 3 rétrécissements physiologique qui conditionnent en partie le siège du C.E:qui conditionnent en partie le siège du C.E: *- l’un supérieur, au niveau de la bouche de l’œsophage.*- l’un supérieur, au niveau de la bouche de l’œsophage. *- l’autre moyen, lié à l’empreinte aortique à hauteur de D3-D4*- l’autre moyen, lié à l’empreinte aortique à hauteur de D3-D4 *- le dernier inférieur au cardia.*- le dernier inférieur au cardia.
  4. 4. 1- Fréquence: *- Le C.E de l’œsophage représente environ 60% des C.E des VADS,*- Le C.E de l’œsophage représente environ 60% des C.E des VADS, soit 2 fois plus fréquent que le C.E tachéo-branchique en particuliersoit 2 fois plus fréquent que le C.E tachéo-branchique en particulier chez l ’enfant.chez l ’enfant. *- Cependant 80 à 90% des C.E migrent spontanément vers*- Cependant 80 à 90% des C.E migrent spontanément vers l’estomac, seulement 10 à 20% nécessite une extraction par voiel’estomac, seulement 10 à 20% nécessite une extraction par voie endoscopique et 1% une ablation par voie chirurgicale.endoscopique et 1% une ablation par voie chirurgicale. 2- Age: *- Les C.E concernent essentiellement les enfants*- Les C.E concernent essentiellement les enfants <6ans (moy 3ans)<6ans (moy 3ans) et l’adulteet l’adulte >>50 ans (moy 70ans)50 ans (moy 70ans) *- Ils restent exceptionnels chez le NRS.*- Ils restent exceptionnels chez le NRS. III- Epidémiologie:
  5. 5. 3- Nature des C.E: varie selon l’age: *- Les pièces de monnaies représentent 50 à 86% des C.E de*- Les pièces de monnaies représentent 50 à 86% des C.E de l’enfant.l’enfant. *-Les jouets métalliques ou plastiques: plus rares du faite*-Les jouets métalliques ou plastiques: plus rares du faite des normes de sécurité actuellement appliquées(des normes de sécurité actuellement appliquées(∅∅ >>3cm)3cm) *- Les C.E alimentaires: apanage de l’adulte dans 68 à 84%*- Les C.E alimentaires: apanage de l’adulte dans 68 à 84% des cas, surtout si l’âge estdes cas, surtout si l’âge est >> à 60ans:à 60ans:  Dans 61% des cas il s’agit d’arêtes ou d’os;Dans 61% des cas il s’agit d’arêtes ou d’os;  26%: conglomérats alimentaires;26%: conglomérats alimentaires;  4%: dentiers avec risque de perforation surtout si4%: dentiers avec risque de perforation surtout si sujet âgé.sujet âgé.
  6. 6. 4- Autres: Certains C.E méritent d’être mentionnés à part du fait de leursCertains C.E méritent d’être mentionnés à part du fait de leurs risques sur le plan local ou général:risques sur le plan local ou général:  Les piles « boutons » ou cylindriques: constitue uneLes piles « boutons » ou cylindriques: constitue une urgence vitale car elles peuvent entraîner une perforation;urgence vitale car elles peuvent entraîner une perforation;  Le « body-bagger » syndrome: les trafiquants de drogueLe « body-bagger » syndrome: les trafiquants de drogue qui véhiculent des paquets de cocaïne, la rupture accidentellequi véhiculent des paquets de cocaïne, la rupture accidentelle entraîne la libération de dose massive qui peuvent être mortelle.entraîne la libération de dose massive qui peuvent être mortelle.
  7. 7. 1-Siège du C.E: *- Dans 78% des cas le C.E reste bloqué dans la bouche*- Dans 78% des cas le C.E reste bloqué dans la bouche oesophagienne,13% au 1/3moy,18% au cardia (considérationoesophagienne,13% au 1/3moy,18% au cardia (considération anatomique)anatomique) *-Certains auteurs estime que le siége est lié en partie à la nature du*-Certains auteurs estime que le siége est lié en partie à la nature du C.E, si les pièces sont essentiellement retrouvés sous la bouche, lesC.E, si les pièces sont essentiellement retrouvés sous la bouche, les fragments de viandes sont volontiers enclavés au niveau du cardia.fragments de viandes sont volontiers enclavés au niveau du cardia. 2-Atteinte oesophagienne: *- En cas d’enclavement d’un C.E sous la bouche oesophagienne il*- En cas d’enclavement d’un C.E sous la bouche oesophagienne il faut rechercher une pathologie préexistante telle une sténosefaut rechercher une pathologie préexistante telle une sténose (congénitale ou acquise, peptique, caustique ou néoplasique).(congénitale ou acquise, peptique, caustique ou néoplasique). *- Le risque lésionnel est fonction du type du C.E.*- Le risque lésionnel est fonction du type du C.E. IV-Physiopathologie:
  8. 8. TDD: C.E chez l’enfant 1- L’interrogatoire: recherche:recherche: *- Le syndrome de pénétration;*- Le syndrome de pénétration; *- Gène douloureuse à la déglutition;*- Gène douloureuse à la déglutition; *- Dysphagie voir une aphagie.*- Dysphagie voir une aphagie.  Chez l’enfant, la symptomatologie est souvent trompeuse, il fautChez l’enfant, la symptomatologie est souvent trompeuse, il faut savoir l’évoquer devant:savoir l’évoquer devant: *- Notion de vomissement;*- Notion de vomissement; *- Refus alimentaire;*- Refus alimentaire; *- Hypersialorrhée.*- Hypersialorrhée.  8 à 20% des CE restent asymptomatiques et sont de découvertes8 à 20% des CE restent asymptomatiques et sont de découvertes fortuites (radiologiques)fortuites (radiologiques) V- Etude clinique:
  9. 9.  Certains signes respiratoires doivent alerter : quinte de toux,Certains signes respiratoires doivent alerter : quinte de toux, dyspnée, stridor qui témoignent d’une compression notamment chezdyspnée, stridor qui témoignent d’une compression notamment chez le petit enfant.le petit enfant.  La fréquence des signes respiratoires augmente avec la durée deLa fréquence des signes respiratoires augmente avec la durée de séjour du C.E (compression, dilatation œsophagienne, inflam-).séjour du C.E (compression, dilatation œsophagienne, inflam-). 2- Examen clinique:  Il doit être précis, explorant les loges amygdaliennes, base deIl doit être précis, explorant les loges amygdaliennes, base de langue, vallécules à la recherche d’un C.E alimentaire ou d’une plaielangue, vallécules à la recherche d’un C.E alimentaire ou d’une plaie muqueuse.muqueuse.  La palpation cervicale peut mettre en évidence une douleur à laLa palpation cervicale peut mettre en évidence une douleur à la mobilisation du squelette laryngée témoignant soit:mobilisation du squelette laryngée témoignant soit: *- D’une lésion du sinus piriforme.*- D’une lésion du sinus piriforme. *- Emphysème s/ cutanée (perforation œsophagienne).*- Emphysème s/ cutanée (perforation œsophagienne).  L’auscultation pulmonaire doit être systématique de même que laL’auscultation pulmonaire doit être systématique de même que la recherche d’une défense abdominale, un syndrome fébrile.recherche d’une défense abdominale, un syndrome fébrile.
  10. 10. 3- Examens complémentaires:  Le Dgc de C.E radio-opaque est en général aisé sur desLe Dgc de C.E radio-opaque est en général aisé sur des clichés standards, il faut réaliser des clichés de face, de profil et oblique, il faut réaliser des clichés de face, de profil et oblique permettant de visualiser toute la région cervicale, thoracique voirepermettant de visualiser toute la région cervicale, thoracique voire abdominale chez l’enfant.abdominale chez l’enfant.  L’utilité des examens radiologiques réside aussi dans le dépistageL’utilité des examens radiologiques réside aussi dans le dépistage des complications: PNO, pneumo-médiastin.des complications: PNO, pneumo-médiastin.  Le transit baryté: certains le propose, cependant cette attitude est: certains le propose, cependant cette attitude est discutable surtout si forte présomption de C.E de même que ladiscutable surtout si forte présomption de C.E de même que la baryte retarde et gène l’oesophagoscopie avec un risque infectieux sibaryte retarde et gène l’oesophagoscopie avec un risque infectieux si perforation méconnue.perforation méconnue.  TDM: proposée par certains auteurs surtout pour les C.E: proposée par certains auteurs surtout pour les C.E alimentaires enclavés dans la muqueuse, elle permet de le visualiseralimentaires enclavés dans la muqueuse, elle permet de le visualiser et d’établir un bilan sur les lésions inflammatoires associées.et d’établir un bilan sur les lésions inflammatoires associées.  Endoscopie: reste la plus utilisée à visée diagnostique et: reste la plus utilisée à visée diagnostique et thérapeutique.thérapeutique.
  11. 11. Il faut faire la radiographie de profil pour affirmer que l'opacité vue sur le cliché de face se projette bien au niveau de l'oesophage Radiographie de face montrant la pièce de monnaie enclavée dans le tiers supérieur de l'oesophage
  12. 12. C.E: Pince à cheveux (image endoscopique, radiographie de face)
  13. 13. Pièce dans le tiers supérieur de l'oesophage lors de son extraction par voie endoscopique Bézoard alimentaire bloqué dans l’œsophage
  14. 14. Le cliché de profil peut montrer de l'air en pré-rachidien, témoin d'une perforation de l'œsophage sur un corps étranger vulnérant (signe de Minnigerode: image claire pré- vertébrale).
  15. 15. 1-F. selon l’age: a- F.de l’enfant: TDDTDD b- F.de l’adulte: généralement >50ans favorisé par le port de: généralement >50ans favorisé par le port de prothèse dentaire avec un risque de perforation important.prothèse dentaire avec un risque de perforation important. 2-F.selon le terrain: de grande variation sont observés en fonction du terrain:de grande variation sont observés en fonction du terrain:  La fréquence des C.E métalliques lors des ingestionsLa fréquence des C.E métalliques lors des ingestions volontaires en milieu carcéral;volontaires en milieu carcéral;  La fréquence des C.E accidentels chez des patientsLa fréquence des C.E accidentels chez des patients neuropathiques, psychopathiques ou de vigilance réduite;neuropathiques, psychopathiques ou de vigilance réduite;  La fréquence des bézoards (phyto,trichobézoards) chez lesLa fréquence des bézoards (phyto,trichobézoards) chez les adolescents surtout atteints de retard mental ou psychiatrique ouadolescents surtout atteints de retard mental ou psychiatrique ou des patients atteints d’oesophagite corrosive ou d’atrésie.des patients atteints d’oesophagite corrosive ou d’atrésie.  Le “body-bagger” Syndrome.Le “body-bagger” Syndrome. VI- Formes cliniques:
  16. 16. 3-F-selon la nature du C.E: Le risque lésionnel est fonction du type du C.E:Le risque lésionnel est fonction du type du C.E:  Les pièces de monnaies, les médailles même de grosLes pièces de monnaies, les médailles même de gros ∅∅ sont ensont en règle peu agressives sauf en cas de diagnostic tardif.règle peu agressives sauf en cas de diagnostic tardif.  Les C.E contendants sont responsables de lésion de gravitéLes C.E contendants sont responsables de lésion de gravité variable allant de la simple érosion à la perforation.variable allant de la simple érosion à la perforation.  Les C.E alimentaires (os, arêtes) ou dentaires comportent unLes C.E alimentaires (os, arêtes) ou dentaires comportent un risque infectieuxrisque infectieux  Les piles « boutons » provoquent des brûlures avec un risqueLes piles « boutons » provoquent des brûlures avec un risque de perforation constituant ainsi une urgence vitale.de perforation constituant ainsi une urgence vitale.
  17. 17. 4-F- compliquées: a-la perforation: * L’âge, le délai écoulé entre l’ingestion et le diagnostic, après 24h est un facteur aggravant de même que les tentatives d’extraction aveugles infructueuses. * Le risque de perforation prédomine au niveau de l’œsophage Cervical. b- Complications infectieuses: Avec formation d’un abcès s/ muqueux responsable d’une cellulite voire une médiastinite. c- Migration d’un C.E au travers la muqueuse réalisant le C.E intra-mural.
  18. 18. d- Brûlures de l’œsophage: Se voit en cas de pile, le degrés d’atteinte dépend de laSe voit en cas de pile, le degrés d’atteinte dépend de la composition chimique, et de son étanchéité.composition chimique, et de son étanchéité. Les piles à mercures comportent un risque supplémentaire deLes piles à mercures comportent un risque supplémentaire de toxicité.toxicité. e- Autres: rares: FistuleFistule œœso-aortique,so-aortique, œœso-carotidienne, broncho-so-carotidienne, broncho-œœso-aortiqueso-aortique
  19. 19. 1- Diagnostic positif: Généralement facile, devant un syndrome de pénétration et un C.EGénéralement facile, devant un syndrome de pénétration et un C.E radio-opaque, il reste difficile chez l’enfant et au moindre doute uneradio-opaque, il reste difficile chez l’enfant et au moindre doute une endoscopie s’impose.endoscopie s’impose. 2-Diagnostic différentiel: Il faut éliminer:Il faut éliminer:  C.E des autres régions oropharyngées: amygdales, base de langue,C.E des autres régions oropharyngées: amygdales, base de langue, sinus piriformes.sinus piriformes.  C.E des VAS: responsable plutôt de dyspnée.C.E des VAS: responsable plutôt de dyspnée. VII- Diagnostic:
  20. 20. VIII- Complications: - Elles dépendent de la nature du corps étranger, de sa forme et de la durée de séjours dans l’œsophage .  La perforation avec risque de médiastinite: la plus redoutable, due soit à un CE piquant ou acéré ou bien lors d’une tentative d’extraction imprudente, et qui est à l’origine d’une douleur violente, fièvre, emphysème s/cutané voire état de choc.  Surinfection: pour les CE alimentaire, ou longue séjour.  La migration et l’incarcération intra-murale du CE.  Les brulures en cas de CE avec un contenu caustique(piles «bouton»).  D’autres complications râres: fistules dûes aux CE méconnus.  Dans les «body-bagger» Syndrome, la libération massive des toxiques (cocaïne) est responsible de la mort .
  21. 21. Le C.E de l’œsophage constitue une urgence et son extractionLe C.E de l’œsophage constitue une urgence et son extraction s’impose à chaque fois que possible toute en évitant les complicationss’impose à chaque fois que possible toute en évitant les complications 1-Moyens: a-TRT médical: *- Décrit pour la première fois en 1945, reste peu indiqué dans nos*- Décrit pour la première fois en 1945, reste peu indiqué dans nos jours;jours; *- Son principe consiste à utiliser une substance qui diminue la*- Son principe consiste à utiliser une substance qui diminue la pression au niveau du sphincter inférieur de l’œsophage tout enpression au niveau du sphincter inférieur de l’œsophage tout en conservant sa motricité facilitant ainsi l’élimination d’un corpsconservant sa motricité facilitant ainsi l’élimination d’un corps étrangers alimentaire.étrangers alimentaire. *- Le glucagon est la substance utilisé.*- Le glucagon est la substance utilisé. *- C.I: phéochromocytome, intolérance eu glucagon , insulinome.*- C.I: phéochromocytome, intolérance eu glucagon , insulinome. IX- Traitement:
  22. 22. b- Technique radiologique: *- Préconisée par les radiologues et les pédiatres;*- Préconisée par les radiologues et les pédiatres; *- Elle consiste à utiliser des cathéters de différents calibres munis*- Elle consiste à utiliser des cathéters de différents calibres munis d’un ballonnet.d’un ballonnet. *- Après repérage sous scopie du CE, la sonde est introduite par voie*- Après repérage sous scopie du CE, la sonde est introduite par voie buccale ou nasale puis placé sous le C.E, le ballonnet est alors gonflébuccale ou nasale puis placé sous le C.E, le ballonnet est alors gonflé avec un produit de contraste et la sonde est retirée prudemment,avec un produit de contraste et la sonde est retirée prudemment, entraînant avec elle le C.E qui sera récupéré dans la cavité buccale.entraînant avec elle le C.E qui sera récupéré dans la cavité buccale. *-Avantage: absence d’AG*-Avantage: absence d’AG et même de prémédicationet même de prémédication *-Inconvénients:absence de contrôle de l’œsophage et donc la*-Inconvénients:absence de contrôle de l’œsophage et donc la méconnaissance d’un C.E résiduel ou de lésions muqueuses.méconnaissance d’un C.E résiduel ou de lésions muqueuses. c- Bougirage: *-Effectuée sans anesthésie à l’aide d’une bougie dilatatrice.*-Effectuée sans anesthésie à l’aide d’une bougie dilatatrice. *- son but est de pousser le C.E dans l’estomac.*- son but est de pousser le C.E dans l’estomac. *- indication très limité: pièce de monnaie unique, ingéré depuis 24h*- indication très limité: pièce de monnaie unique, ingéré depuis 24h au plus chez un enfant sans antécédents médico-chirurgicaux et sansau plus chez un enfant sans antécédents médico-chirurgicaux et sans signe respiratoire.signe respiratoire.
  23. 23. d- Méthode endoscopiques:+++  Oesophagoscopie: Réalisée grâce à l’oesophagoscope rigide (tube de Robert) avec : - Éclairage fourni par le générateur de lumière froide. - Tube de longueur et de calibre adapté. - L’instrumentation comporte: une aspiration et différentes pinces. - Le patient est S/AG+ intubation+ myorelaxation pour éviter le spasme de la bouche de l’œsophage lors du passage du tube ou lors du retrait du C.E. -L’exploration de tous l’œsophage s’impose afin de mettre en évidence les lésions muqueuses ou un C.E résiduel. - La surveillance post-op sera fonction du C.E. - Avantages: le contrôle visuel, la sécurité et la fiabilité - Inconvénients: la nécessité d’une AG et le coût. - Les risques propres sont en règle mineurs: œdème laryngé, toux et stridor à l’extubation observé dans 13% des cas.
  24. 24.  La fibroscopie: Au tube souple de longueur adaptée au poids et à l’âge du malade. - La fibroscopie est réalisée sous prémédication et anesthésie locale. - Avantages: absence d’AG avec une exploration complète de la cavité gastrique. - Inconvénients: -passage aveugle de la bouche de l’œsophage, avec un risque de blessure de la muqueuse lors de l’extraction. e- TRT chirurgical: s’impose dans 2 circonstances: *- Soit parce que l’extraction endoscopique n’a pu être efficace notamment si C.E ancien. *- Soit en cas de complication: perforation surtout et qui est due généralement au C.E, rarement à la manœuvre d’extraction.
  25. 25. 2- Indications: -Ils diffèrent généralement en fonction de la nature du C.E, sa durée de séjour dans l’œsophage et l’existence on non de complications: A- Les objets mousses:  Pour les objets mousses ronds bloqués au niveau de l’œsophage (ex :pièce de monnaie), il faut savoir temporiser 24 heures en l’absence de syndrome obstructif, des radiographies doivent être répétées régulièrement.  Si le C.E est descendu dans l’estomac, on suit généralement son évacuation par les voies naturelles, la chirurgie étant indiquée si le C.E reste plus d’une semaine au même endroit.  Les piles sont des objets mousses, mais leur extraction s’impose en urgence du fait de leur risque potentiels de lésions de la muqueuse et la toxicité associée.
  26. 26. B- Les objets tranchants: Ils constituent une urgence en raison des risques de perforation ou d’hémorragie. Lorsqu’ils ont franchi le pylore, la surveillance radiographique doit être quotidienne, la chirurgie est indiquée quand l’objet tranchant reste plus de 3 jours au même endroit. C- Les bézoards: En l’absence de syndrome obstructif, il faut savoir patienter 24 heures, l’injection intraveineuse d’1 mg de glucagon pour dilater le sphincter inférieur de l’œsophage parait efficace dans 30 à 50 % des cas. En revanche, s’il est possible d’amener l’endoscope entre la paroi œsophagienne et le C.E jusque dans la cavité gastrique, sous contrôle de la vue, il est alors recommandé de le descendre doucement le plus loin possible afin de faire glisser le bézoard dans l’estomac où une fragmentation mécanique peut s’avérer nécessaire à son niveau.
  27. 27. D- Cas de body-bagger syndrome: Il ne faut pas tenter d’extraire ces body-bagger, au risque d’une effraction puis d’une overdose et une suspicion de rupture peut être envisagée sur des dosages sériques et urinaires de stupéfiants. La surveillance radiographique doit être quotidienne et la chirurgie envisagée s’il existe une suspicion de perforation ou si les sachets se bloquent plus de 02 jours dans l’intestin. E- TRT des complications: *-Toute perforation nécessite un abord chirurgical cervical et/ou thoracique, voire abdominal. *- Les complications infectieuses en cas de perforation peuvent entraîner une médiastinite, parfois gravissime nécessitant des soins de réanimation. *-Une hémorragie abondante est exceptionnelle et nécessite alors une intervention chirurgicale.
  28. 28. Le CE de l’œsophage est une urgence fréquente entrainant une symptomatologie fonctionnelle caractéristique contrastant avec un examen clinique pauvre et dont le traitement repose sur l’extraction par les voies naturelles dans la majorité des cas; mais le meilleur traitement reste la prévention et l’information des parents pour les enfants de moins de 6 ans. X- CONCLUSION:
  29. 29. MERCI POUR VOTRE ATTENTION

×