Dyspnées laryngées de l’enfantDyspnées laryngées de l’enfant
Définition - Généralités
Rappels
Diagnostic positif
Diagnostic de gravité
Diagnostic différentiel
Diagnostic étiologique
A...
 C’est une dyspnée inspiratoire due à un trouble
ventilatoire obstructif secondaire à une diminution
de la filière laryng...
A/ Embryologie:
 Le larynx a une origine embryologique mixte, endodermique et mésodermique :
- La muqueuse laryngée dériv...
 Au cours de l’inspiration normale, il existe une diminution du
calibre des voies aériennes extrathoraciques et une dilat...
 Dans la dyspnée laryngée, l’accentuation de la dépression
endothoracique est assurée par la mise en jeu des muscles
resp...
DIAGNOSTIC POSITIF
A/ Interrogatoire des parents:
• l’âge de l’enfant : plus il est jeune, plus sa dyspnée est grave ;
• l...
B/ Signes fonctionnels
• Il est généralement facile, le tableau comprenant :
- une bradypnée inspiratoire: allongement du ...
C/ Examen clinique:
L’examen clinique ne sera réalisé qu’en l’absence de signes de gravité.
Deux principes sont à rappeler...
Les signes de gravité de la dyspnée sont à rechercher :
 Cliniques
• ancienneté de la dyspnée : une dyspnée qui dure au-d...
• Les dyspnées obstructives supralaryngées :
* Chez le nouveau-né en cas d’obstacle nasal ou rhinopharyngé.
* Un tirage ty...
A. Enfant de plus de 6 mois
1. Corps étranger:
• L’inhalation d’un corps étranger est la première éventualité à envisager
...
2.Laryngites aiguës dyspnéisantes:
..A) Laryngite sous-glottique aiguë œdémateuseA) Laryngite sous-glottique aiguë œdémate...
 * L’auscultation bronchopulmonaire recherche une bronchite ou une
pneumopathie surajoutée qui viendrait aggraver le pron...
.B) Laryngite striduleuse ou spasmodique
• C’est la laryngite la moins grave.
• Un spasme laryngé pouvant être déclenché p...
.C) Laryngite sus-glottique ou épiglottite:
• L’épiglottite aiguë est une septicémie à Hæmophilus influenzae de type B
don...
• L’enfant doit être hospitalisé, en extrême urgence pour restaurer la liberté
des voies aériennes supérieures en intubant...
.D) Laryngo-trachéo-bronchite bactérienne
• Ce sont des affections rares mais graves.
• Elles se caractérisent par un œdèm...
E) Laryngites spécifiques
• La laryngite diphtérique : La laryngite est secondaire à une angine
diphtérique. L’enfant est ...
.F) Œdème laryngé allergique:
* Il s’agit d’une allergie respiratoire alimentaire, médicamenteuse ou à un venin.
* La dysp...
3. Dyskinésies laryngées:
* Il s’agit d’une dysfonction périodique qui correspond à un mouvement
paradoxal des cordes voca...
4. Traumatismes laryngés
.a) Traumatismes externes
* Dus principalement aux accidents de la voie publique (ceinture de séc...
5.Tumeurs laryngées:
.a) Papillomatose laryngée
* Le signe d’appel est la dysphonie persistante qui survient entre 2 et 4 ...
B. Étiologies avant 6 mois rares
1.Malformations congénitales
.a) Laryngomalacie:
* Il s’agit de l’anomalie laryngée congé...
.b) Sténoses laryngées congénitales:
* L’atrésie laryngée est due à un défaut de recanalisation du larynx primitif
pendant...
.c)Diastème laryngé postérieur :
* Cette malformation est secondaire à un défaut de fusion de la lame dorsale
du cartilage...
2.Tumeurs laryngées:
.a) Hémangiome sous-glottique:
* C’est la première cause de dyspnée laryngée chez le nourrisson de mo...
.b) Kystes laryngés et juxtalaryngés:
* Anomalies rares, il s’agit de kystes épiglottiques, aryépiglottiques ou
sous-glott...
3.Paralysies laryngées
* Elles sont congénitales ou acquises.
* La paralysie bilatérale se manifeste par une dyspnée laryn...
Les dyspnées laryngées sont des urgences pédiatriques
fréquentes. Il faut savoir les reconnaîtres et apprécier leur
gravit...
Références bibliographiquesRéférences bibliographiques
 LESCANE L., PONDAVEN S., BOUETEL V.,
BAKHOS D., LESAGE V. et MONN...
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Dyspnée laryngée de l'enfant
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dyspnée laryngée de l'enfant

825 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
825
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dyspnée laryngée de l'enfant

  1. 1. Dyspnées laryngées de l’enfantDyspnées laryngées de l’enfant
  2. 2. Définition - Généralités Rappels Diagnostic positif Diagnostic de gravité Diagnostic différentiel Diagnostic étiologique A. Enfant de plus de 6 mois 1.Corps étranger 2.Laryngites aiguës dyspnéisantes 3.Dyskinésies laryngées 4.Traumatismes laryngés 5.Tumeurs laryngées B.Étiologies avant 6 mois 1.Malformations congénitales 2.Tumeurs laryngées 3.Paralysies laryngées Conclusion Références LE PLAN
  3. 3.  C’est une dyspnée inspiratoire due à un trouble ventilatoire obstructif secondaire à une diminution de la filière laryngée au niveau de l’un des 3 étages du larynx  Elle constitue une urgence pouvant mettre en jeu le pronostic vital  Elle est fréquente chez l ’enfant en raison de l’étroitesse de la filière laryngée  Sa sémiologie et sa gravité s’expliquent par des caractéristiques anatomiques et physiologiques particulières à cet âge Définition - Généralités
  4. 4. A/ Embryologie:  Le larynx a une origine embryologique mixte, endodermique et mésodermique : - La muqueuse laryngée dérive de l’intestin céphalique (tube endodermique) - Le mésenchyme qui entoure le tube endodermique laryngé présente les 2°, 3°, 4° et 6° arcs branchiaux, et va donner les cartilages et les muscles du larynx. B/ Caractéristiques anatomiques: Comparé à celui de l’adulte, le larynx de l’enfant est plus étroit et siège en position plus haute. Il va descendre progressivement pour acquérir sa position définitive vers l’âge de 13 ans. • À l’étage sus-glottique, l’épiglotte du nourrisson est flaccide. Sa forme tubulaire peut gêner l’exposition glottique lors des manœuvres d’intubation. • L’étage glottique est plus ovalaire. La souplesse des cartilages laryngés et la laxité de leurs articulations favorisent l’aspiration de la margelle au cours des efforts inspiratoires majeurs liés à une obstruction sous-jacente. Cette aspiration crée un collapsus de la margelle qui majore la dyspnée. • L’étage sous-glottique représente la zone la plus étroite du larynx du nourrisson et du jeune l’enfant. L’anneau cricoïdien est un manchon rigide et inextensible La muqueuse qui le recouvre est faite d’un tissu conjonctif très lâche, ce qui favorise le développement de l’œdème et de la sténose. Un œdème de 1 mm réduit de 50 % la filière laryngée Rappels
  5. 5.  Au cours de l’inspiration normale, il existe une diminution du calibre des voies aériennes extrathoraciques et une dilatation des voies intrathoraciques. C’est l’inverse qui se produit à l’expiration.  La réactivité de la muqueuse laryngée du nourrisson est sensible ,elle répond à toute stimulation locale par un spasme.  Chez le nouveau-né , la réponse à l’hypoxie est différente : il se produit une augmentation brève (polypnée) suivie d’une dépression prolongée de la ventilation. Par ailleurs, la réponse ventilatoire (ou sensibilité au CO2) est plus faible. C/ Physiologie
  6. 6.  Dans la dyspnée laryngée, l’accentuation de la dépression endothoracique est assurée par la mise en jeu des muscles respiratoires principaux et accessoires, ce qui se traduit cliniquement par un tirage.  Si cette dépression thoracique ne suffit pas à assurer un débit inspiratoire suffisant, elle doit alors durer plus longtemps et la dyspnée inspiratoire devient une bradypnée inspiratoire dans sa forme typique.  La bradypnée peut être remplacée par une tachypnée chez le nouveau-né ou le petit nourrisson. Une telle respiration superficielle à un rythme supérieur à 60 cycles/min est peu efficace et risque de conduire à une décompensation respiratoire si elle se prolonge.  La bradypnée inspiratoire peut être remplacée chez le prématuré ou le nouveau-né par une apnée
  7. 7. DIAGNOSTIC POSITIF A/ Interrogatoire des parents: • l’âge de l’enfant : plus il est jeune, plus sa dyspnée est grave ; • les circonstances d’apparition de la dyspnée (Sd de pénétration, rhinopharyngite) ; • le mode de début : brutal, progressif ; • l’ancienneté des symptômes : quelques minutes, quelques heures ; • l’évolution : amélioration, stationnaire, aggravation ; • les antécédents ORL et généraux : stridor, atopie, rhinopharyngite récente, papillomatose laryngée, angiome sous-glottique ; • l’existence de troubles associés : troubles de la déglutition , de la toux, modification de la voix ; • les traitements déjà administrés (corticoïdes...).
  8. 8. B/ Signes fonctionnels • Il est généralement facile, le tableau comprenant : - une bradypnée inspiratoire: allongement du temps inspiratoire - Le tirage concerne d’abord le creux sus-sternal puis, selon la gravité, il s’étend aux creux sus-claviculaires, aux espaces intercostaux puis au creux épigastrique. • Recherche de signes spécifiques d ’une atteinte laryngée : - Deux bruits respiratoires : * le stridor (bruit aigu) présent dans les anomalies glottique ou sus-glottiq * le cornage (bruit + grave) présent dans les pathologies glotto-s/glottiques. - Une dysphonie peut être associée et aider à localiser l’atteinte. * Une voix rauque, bitonale ou voilée est en faveur d’une atteinte glotto- sous-glottique. * Une voix étouffée oriente vers une atteinte sus-glottique. - Des troubles de la déglutition (odynophagie, dysphagie, fausses routes, hypersalivation) peuvent également être présents et orientent vers l’étage
  9. 9. C/ Examen clinique: L’examen clinique ne sera réalisé qu’en l’absence de signes de gravité. Deux principes sont à rappeler: • l’interdiction formelle d’imposer le décubitus à un enfant ayant adopté spontanément la position assise (risque d’arrêt respiratoire) et d’examiner à l’abaisse-langue (épiglottite) ; • la présence d’une équipe entraînée à l’endoscopie pédiatrique des VADS (anesthésiste et ORL) lors de la prise en charge des dyspnées laryngées sévères. La nasofibroscopie est réservée aux formes les mieux tolérées D/ Examen complémentaires: • La laryngotrachéoscopie surtout chez le nouveau-né et le nourrisson de moins de 6 mois afin d’éliminer une malformation sténosante ou une tumeur obstructive. • Les autres examens complémentaires seront orientés selon l’étiologie et toujours réalisés après le traitement d’urgence et la libération des voies aériennes supérieures.
  10. 10. Les signes de gravité de la dyspnée sont à rechercher :  Cliniques • ancienneté de la dyspnée : une dyspnée qui dure au-delà ou qui n’est pas améliorée au bout de 1 heure après le début du traitement est une dyspnée grave ; • signes d’épuisement : - L’enfant est pâle, a les yeux creux. - le rythme respiratoire devient irrégulier avec des pauses - la bradypnée est remplacée par une polypnée superficielle et inefficace et les signes de lutte disparaissent (faussement rassurante) - les troubles de la conscience apparaissent (gravissimes) • signes d’hypercapnie : hypersialorrhée, sueurs, tachycardie, hypertension artérielle ; • signes d’hypoxie : paleur suivie de cyanose, agitation ;  Biologiques (gazométrie) DIAGNOSTIC DE GRAVITÉDIAGNOSTIC DE GRAVITÉ
  11. 11. • Les dyspnées obstructives supralaryngées : * Chez le nouveau-né en cas d’obstacle nasal ou rhinopharyngé. * Un tirage typiquement haut situé ( sous-mandibulaire ou latérocervical) ; dans ce cas une nette amélioration se voit dés que l ’enfant ouvre la bouche. * Lorsqu’il existe un obstacle oropharyngé ou hypopharyngé, le tirage est également haut situé. La ventilation est rapidement améliorée par la mise en place d’une sonde nasopharyngée ; • Les dyspnées trachéales : elles sont présentes aux deux temps de la respiration. La voix est normale ; • Les dyspnées d’origine bronchique : elles sont à prédominance expiratoire et s’associent à un wheezing ; • Les dyspnées d’origine cardiaque, pulmonaire ou métabolique : antécédents, examen clinique, explorations paracliniques. DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIELDIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL
  12. 12. A. Enfant de plus de 6 mois 1. Corps étranger: • L’inhalation d’un corps étranger est la première éventualité à envisager face à un enfant apyrétique avec une dysphonie et une dyspnée laryngée. • Le diagnostic est évoqué par la notion de syndrome de pénétration. Celui-ci survient le plus souvent en pleine journée, chez un enfant en bonne santé, La dyspnée obstructive est brutale, avec accès de suffocation, quintes de toux expulsives entrecoupées d’apnées avec cyanose. • L’accident peut être dramatique d’emblée et conduit à un geste de sauvetage : intubation ou trachéotomie. Il peut aussi être partiellement obstructif. • Mais le plus souvent, l’obstruction cède complètement par migration distale du corps étranger, se manifester plusieurs jours, voire plusieurs semaines plus tard par une pneumopathie systématisée, l’auscultation (wheezing) et la radiographie pulmonaire font alors le diagnostic et imposent une endoscopie pour l’extraction du corps étranger DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE Coquillage coincé
  13. 13. 2.Laryngites aiguës dyspnéisantes: ..A) Laryngite sous-glottique aiguë œdémateuseA) Laryngite sous-glottique aiguë œdémateuse •• C’est la plus fréquente des laryngites aiguës dyspnéisantes. •• Elle survient de façon préférentielle chez le garçon entre 1 et 3 ans. •• Elle est liée à une inflammation de la région sous-glottique. •• Les virus impliqués sont les myxovirus, les virus parainfluenzae 1 et 3, le rhinovirus, l’adénovirus et l’échovirus. •• La forme du jeune nourrisson peut être due au virus respiratoire syncytial (VRS) tandis que l’étiologie bactérienne est rare. •• Le diagnostic est clinique : * typiquement la dyspnée s’installe la nuit, progressivement. * La bradypnée inspiratoire s’accompagne d’un tirage et d’un cornage. * La toux est rauque, La voix est normale ou grave. * La déglutition est normale, * l’état général est conservé. La fièvre est modérée (38 °C, 38.5 °C). * L’examen pharyngé retrouve parfois des signes de rhinopharyngite et élimine un abcès rétropharyngé (développé aux dépens des gg de Gilette).
  14. 14.  * L’auscultation bronchopulmonaire recherche une bronchite ou une pneumopathie surajoutée qui viendrait aggraver le pronostic respiratoire immédiat. • À ce stade, aucun examen complémentaire n’est nécessaire. • Le traitement: doit être entrepris au plus tôt. Il repose sur la corticothérapie orale (bétaméthasone) >0,3 mg/kg renouvelée sur quelques jours. * Une nouvelle prise est donnée après 30 minutes si la dyspnée persiste. * L’absence d’amélioration rapide signe la gravité de la dyspnée. * Elle impose une hospitalisation en urgence. • La récidive d’une laryngite sous-glottique est fréquente mais les épisodes seront de moins en moins sévères au fur et à mesure de la maturation du larynx. Cependant, la répétition des épisodes impose la recherche de facteurs favorisants locaux (malformation, tumeur) ou irritatifs (RGO, allergie, VG).
  15. 15. .B) Laryngite striduleuse ou spasmodique • C’est la laryngite la moins grave. • Un spasme laryngé pouvant être déclenché par des causes multiples : phénomènes inflammatoires, allergiques , psychologiques ou irritatif (RGO). • Elle se manifeste par de brèves crises de dyspnée laryngée, le plus svt nocturnes avec des quintes de toux suffocantes et cyanose. • La crise est résolutive spontanément en quelques minutes . • La récidive de l’épisode dyspnéique est fréquente. • Une corticothérapie orale sera prescrite pendant 3 à 4 jours per os (bétaméthasone 0,125 mg/kg/j) ou bien localement (budésonide) avec une humidification de la chambre. • La laryngite spasmodique peut accompagner l’énanthème de la rougeole ou bien s’associer à une varicelle. Elle constitue alors un facteur de mauvais pronostic (forme avec encéphalopathie).
  16. 16. .C) Laryngite sus-glottique ou épiglottite: • L’épiglottite aiguë est une septicémie à Hæmophilus influenzae de type B dont le point de départ est la région sus-glottique. • Il s’agit d’une véritable cellulite supraglottique. • Elle survient préférentiellement entre 3 et 6 ans • Dans sa forme typique, la laryngite s’installe rapidement chez un enfant présentant une rhinopharyngite très fébrile. La dyspnée laryngée et le tirage deviennent rapidement impressionnants . • L’enfant adopte spontanément la position assise, tête penchée en avant, la bouche ouverte et laisse s’écouler la salive • La voix est couverte, lointaine. • L’état général est très altéré. • Tout examen clinique, en dehors de l’inspection, est proscrit de même que les tentatives de décubitus. • Des formes incomplètes (micro-abcès), peu dyspnéisantes sont possibles. Dans ce cadre, la nasofibroscopie, permettra de faire le diagnostic.
  17. 17. • L’enfant doit être hospitalisé, en extrême urgence pour restaurer la liberté des voies aériennes supérieures en intubant l’enfant. Ce geste sera réalisé au bloc opératoire. • Une antibiothérapie parentérale par céfotaxime à la dose de 200 mg/kg/j . L’usage des corticoïdes est controversé. • Les examens bactériologiques : prélèvement pharyngolaryngés, hémocultures, recherche d’antigènes solubles dans le sang et le liquide céphalorachidien (LCR) sont faits secondairement. Épiglottite responsable d’une dyspnée majeure avec tirage. L’enfant n’accepte que la position assise.
  18. 18. .D) Laryngo-trachéo-bronchite bactérienne • Ce sont des affections rares mais graves. • Elles se caractérisent par un œdème sous-glottique, auquel s’ajoutent des ulcérations, des lésions pseudomembraneuses diffuses et des sécrétions mucopurulentes épaisses tapissant tout l’arbre respiratoire. • Les germes rencontrés sont : Staphyloccocus aureus et Hæmophilus influenzae • Le tableau s’installe en 24-48 heures au décours d’une banale laryngite sous-glottique (virale). La dyspnée s’aggrave dans un contexte septique sévère. Initialement inspiratoire, elle devient mixte du fait de l’obstruction laryngotrachéale par les fausses membranes. • Cette dyspnée résiste au traitement classique de la laryngite sous-glottique et impose l’hospitalisation • L’endoscopie laryngotrachéale permet le diagnostic en visualisant des fausses membranes croûteuses adhérentes qui envahissent la trachée. Au cours de l’endoscopie, les prélèvements bactériologiques seront faits pour orienter l’antibiothérapie • L’intubation et l’antibiothérapie sont indispensables jusqu’à la guérison des lésions.
  19. 19. E) Laryngites spécifiques • La laryngite diphtérique : La laryngite est secondaire à une angine diphtérique. L’enfant est fébrile, son état général est altéré. Il est tachycarde et présente un coryza sérosanglant souvent unilatéral. *La dyspnée se manifeste par une toux rauque associée à une voix éteinte qui caractérise ces laryngites à fausses membranes. *La laryngoscopie retrouve les fausses membranes adhérentes que l’on prélève pour identifier le germe (bacille de Klebs-Loeffler). • La rougeole: La dyspnée tardive est sévère. Parfois aggravée par une pneumopathie. Cette dyspnée est liée à des lésions ulcéronécrosantes et pseudomembraneuses laryngées et trachéobronchiques diffuses. • Les laryngites caustiques et les brûlures laryngées: *Ils sont dus à l’inhalation de gaz toxique, à l’ingestion d’acides ou de bases caustiques, à la brûlure du larynx par ingestion de liquide bouillant. *L’endoscopie permet de faire le bilan lésionnel. *Les lésions sont plus graves, car elles sont responsables de synéchies ou de sténoses difficiles à traiter.
  20. 20. .F) Œdème laryngé allergique: * Il s’agit d’une allergie respiratoire alimentaire, médicamenteuse ou à un venin. * La dyspnée laryngée est en règle associée à un rash cutané. * Devant un tel tableau , un retentissement cardiovasculaire(hypotension, choc) est à redouter. * le diagnostic est oriente par les antécédents familiaux et personnels, les circonstances d’apparition et l’association à l’urticaire. * le TRT est base sur les antihistaminiques et les corticoïdes, mais le recours à l’injection d’adrénaline en sous-cutané est parfois nécessaire. .G) Œdème angioneurotique héréditaire * C’est une pathologie héréditaire, transmise sur le mode autosomique dominant. * Elle est liée à un déficit en C1q estérase. * Elle se manifeste le plus souvent chez l’adolescent, à la faveur d’un trm ou d’un stress, par un œdème de localisation diffuse : peau, larynx et intestins. * L’œdème laryngé est responsable d’une dyspnée obstructive sévère, * pouvant nécessiter l’intubation, voire une trachéotomie en urgence, car elle ne répond ni aux corticoïdes ni à l’adrénaline. * Traitement des poussées : ESTERASINE en IV lente
  21. 21. 3. Dyskinésies laryngées: * Il s’agit d’une dysfonction périodique qui correspond à un mouvement paradoxal des cordes vocales qui vont se fermer lors de l’inspiration. * L’élément clé du diagnostic est la totale réversibilité de la dyspnée lorsque l’attention du sujet est détournée de celle-ci. * Le traitement est essentiellement comportemental et doit éviter les interventions médicales intempestives.
  22. 22. 4. Traumatismes laryngés .a) Traumatismes externes * Dus principalement aux accidents de la voie publique (ceinture de sécurité). * Quelle que soit l’importance du traumatisme, l’enfant doit être hospitalisé en raison du risque d’emphysème ou d’un hématome secondaire. * Ces lésions peuvent se révéler par une dyspnée ou une dysphonie. * L’examen recherche un hématome sous-muqueux laryngé ou pharyngé qui peut s’étendre à la trachée. .b) Traumatismes internes * Il s’agit le plus souvent de traumatismes iatrogènes lors d’une intubation laryngotrachéale. * Deux situations cliniques peuvent se rencontrer : • au décours immédiat d’une extubation, l’enfant présente une dyspnée laryngée nécessitant une réintubation en urgence. L’endoscopie révèle un œdème d’origine mécanique qui prédomine au niveau des bandes ventriculaires et de la sous-glotte. • plusieurs semaines après une extubation, Elles réalisent des sténoses glottiques ou sous-glottiques , qui répondent mal à la corticothérapie.
  23. 23. 5.Tumeurs laryngées: .a) Papillomatose laryngée * Le signe d’appel est la dysphonie persistante qui survient entre 2 et 4 ans. * La dyspnée laryngée est tardive. * L’endoscopie retrouve une prolifération d’éléments grisâtres ou rosés, exophytiques, développés aux dépens de la muqueuse laryngée ( CV, plancher des ventricules, 03 étages) * Le virus HPV (6,11) a été incriminé. Le sérotype 6 est oncogène * L’examen anatomopathologique est indispensable pour confirmer le diagnostic et éliminer une dégénérescence maligne. * Le traitement des formes bénignes est local. Il repose sur la vaporisation au laser des lésions. * La gravité de la Papillomatose est liée à son caractère récidivant et extensif justifiant le contrôle de la guérison. * Dans les formes sévères, les injections locales de cidofovir représentent une thérapeutique prometteuse . .b) Tumeurs malignes du larynx
  24. 24. B. Étiologies avant 6 mois rares 1.Malformations congénitales .a) Laryngomalacie: * Il s’agit de l’anomalie laryngée congénitale la plus fréquente. * Il apparaît au cours des 15 premiers jours, Le plus souvent, il va disparaître progressivement vers l’âge de 1 an. . Le symptôme majeur est le stridor (aspiration de la margelle). . la dyspnée laryngée en cas de laryngomalacie sévère . Le pectus excavatum signe une dyspnée chronique. * A la laryngoscopie directe : plusieurs types sont décrits et vont orienter la stratégie chirurgicale. * Une laryngomalacie simple mérite une surveillance pédiatrique régulière pour s’assurer de la bonne évolution staturopondérale et de l’absence de dyspnée. * RGO doit être traité médicalement (facteur aggravant),
  25. 25. .b) Sténoses laryngées congénitales: * L’atrésie laryngée est due à un défaut de recanalisation du larynx primitif pendant la vie embryonnaire . * Elle est létale à la naissance. * L’imagerie fœtale par échographie et IRM permet de diagnostiquer l’atrésie. * Les diaphragmes ou les palmures laryngées sont les formes mineures de ces atrésies. * La dysphonie domine la symptomatologie * Le diagnostic est endoscopique. * La prise en charge est chirurgicale (endoscopie, laryngoplastie) selon l’étendue des lésions.
  26. 26. .c)Diastème laryngé postérieur : * Cette malformation est secondaire à un défaut de fusion de la lame dorsale du cartilage cricoïde ou du septum trachéo-œsophagien. * Les formes mineures se résument à une fente interaryténoïdienne. * Celle-ci donne des troubles de déglutition mineurs et peut longtemps passer inaperçue. * Lorsque le diastème s’étend au cricoïde ou plus bas à la trachée, un stridor et un cri faible accompagnent les fausses routes dès la naissance. * Les complications broncho-pulmonaires font la gravité de cette malformation. * La dyspnée laryngée n’est pas au premier plan. Elle est liée à la redondance de la muqueuse pharyngo-œsophagienne qui faisant hernie dans le larynx. * Le diagnostic est endoscopique. * Le traitement est chirurgical le plus souvent . Seules les formes mineures peuvent s’améliorer sans chirurgie, grâce à une alimentation épaissie.
  27. 27. 2.Tumeurs laryngées: .a) Hémangiome sous-glottique: * C’est la première cause de dyspnée laryngée chez le nourrisson de moins de 6 mois, * prédominante chez la fille, se manifeste, après un intervalle libre de quelques semaines, par des accès dyspnéiques répondants aux corticoïdes. * L’évolution récidivante, par poussées, associée à un tirage, un cornage et parfois une toux rauque, évoquent le plus souvent des accès de laryngite aiguë sous-glottique. Cependant la sévérité de la dyspnée, la rareté des laryngites virales avant 6 mois et la fréquence d’une seconde localisation cutanée doivent évoquer cet angiome. * La laryngotrachéoscopie fait le diagnostic en visualisant une tuméfaction molle de type vasculaire. * Le traitement de première intention repose sur la corticothérapie à fortes doses, en règle très efficace. * Les formes corticorésistantes bénéficient d’un traitement chirurgical.
  28. 28. .b) Kystes laryngés et juxtalaryngés: * Anomalies rares, il s’agit de kystes épiglottiques, aryépiglottiques ou sous-glottiques. * La symptomatologie apparaît précocement, dès les premiers jours de vie et s’aggrave rapidement. * Ces anomalies peuvent justifier une intubation, voire une trachéotomie en salle de naissance tant la dyspnée obstructive peut être majeure. * En dehors de ces situations extrêmes, la nasofibroscopie permet le diagnostic en visualisant une voussure sous-muqueuse, remplie d’un liquide épais, mucoïde. * La marsupialisation perendoscopique est la première étape thérapeutique. Elle permet le plus souvent la guérison. * L’exérèse par voie cervicale est réservée aux récidives.
  29. 29. 3.Paralysies laryngées * Elles sont congénitales ou acquises. * La paralysie bilatérale se manifeste par une dyspnée laryngée avec tirage et stridor permanent, aggravés par les efforts. * Parfois la symptomatologie se résume à des accès de cyanose ou des apnées répétées. * Chez le nouveau-né, la paralysie laryngée unilatérale donne si la corde vocale est en abduction des difficultés alimentaires, une dyspnée mal tolérée du fait de l’hypotonie de larynx. * L’intubation à la naissance est parfois nécessaire. * Une nasofibroscopie permet l’étude de la mobilité laryngée de l’enfant éveillé. * L’endoscopie sous anesthésie générale complète le bilan lésionnel à la recherche d’une anomalie trachéobronchique associée. * La récupération est habituelle dans les forme traumatique * En l’absence de récupération, une cordotomie au laser ou bien une aryténoïdopexie permettent de restaurer une respiration satisfaisante en
  30. 30. Les dyspnées laryngées sont des urgences pédiatriques fréquentes. Il faut savoir les reconnaîtres et apprécier leur gravité afin d’adapter la prise en charge. Le diagnostic étiologique repose sur l’interrogatoire et l’examen pédiatrique. Dans les formes bien tolérées, la nasofibroscopie est une aide précieuse au diagnostic. Les formes sévères doivent être prises en charge dans un hôpital disposant d’une équipe entraînée à la laryngologie et l’endoscopie pédiatriques. CONCLUSIONCONCLUSION
  31. 31. Références bibliographiquesRéférences bibliographiques  LESCANE L., PONDAVEN S., BOUETEL V., BAKHOS D., LESAGE V. et MONNIER S. – Diagnostic des dyspnées laryngées de l’enfant – Editions Techniques – Encycl. Méd. Chir. (Paris-France), Oto-rhino-laryngologie, 20-641-A-10, 1994, 9 p.

×