- Urgence ORL la plus fréquente
- Se définit comme étant un saignement d’origine
endonasal ou sinusien qui s’extériorisé s...
 Affecte le plus souvent la population âgée
(altération dégénérative des parois vasculaires)
 Fréquence en automne et en...
Système carotidien externe Système carotidien interne
(Ophtalmique)
Artère
maxillaire
Artère
faciale
Artère
ethmoïdale
pos...
Artère maxillaire
Fente pterygo maxillaire
Fosse pterygo maxillaire
Artère pterygo palatine
(cavum + choanes)
Forman sphen...
Artère ethmoïdale antérieure Artère ethmoïdale postérieure
Passage par le foramen
ethmoïdal antérieur
(15 mm du rebord orb...
AEAAEA
AEPAEP
ASP
 Reconnaitre l’épistaxis
 Apprécier l’abondance et le
retentissement
 Rechercher une cause tout en assurant
l’hémostase
 Terrain : âge, sexe, antécédents
personnels et familiaux, HTA,
hémopathies, notion de prise
médicamenteuse et de traumat...
 Examen général : apprécier le
retentissement et rechercher un état de
choc : pâleur, sueur, agitation,
tachycardie, hypo...
 FNS, TP, TCK, Taux de plaquettes
 nasofibroscopie
 Epistaxis bénigne :
- La plus fréquente
- Cède rapidement ou par simple pression
- Bon état général
 Epistaxis grave :
...
Principal diagnostic différentiel est
l’hémorragie digestive haute extériorisée
par voie nasale
CAUSES LOCALES
Nécessite une cautérisation 8 a 10 jours
âpres l’épisode
 Epistaxis cataclysmiques
 La rupture peut se faire dans sont trajet retro
stylien, dans sont segment intra pétreux et p...
 Fibrome nasopharyngien :
Adolescent
Partie supérieure des choanes
Ne jamais biopsier
TDM, IRM, artériographie
Exérèse ch...
Epistaxis unilatérales répétées
 Cancer du cavum
 Carcinome epidermoide des fosses
nasales ou des sinus maxillaires
 Ad...
 Sinusites chroniques
 Rhinites atrophiques
 Lésions de grattage, ulcération de la
cloison nasale
 Corps étrangers
CAUSES GENERALES
 Grippe
 Pneumopathies atypiques
 Fièvre typhoïde
 Syndrome malin des maladies
infectieuses
 Scarlatine
 Traitements anticoagulants,
antiagrégants plaquettaire, AINS
 Déficit en facteurs de la coagulation
 Insuffisance hépa...
 Angiomatose hémorragique familiale
 Autosomique dominante } anomalie des
parois vasculaires
 Se manifeste dans l’enfan...
 Diabète
 Scorbut
 Puberté : accompagnent surtout les
menstruations
 Gestation
EPISTAXIS ESSENTIELLE
- Diagnostic d’exclusion
- Fréquence dans l’enfance
- Apres exposition au soleil, grattage,
éternuement voir spontanément
...
L’épistaxis
=
urgence hémorragique
1. Apprécier la gravité : volume de la
perte sanguine + retentissement
2. Voie d’abord si hémorragie grave
3. Calmer le pa...
1. Compression bi digitale ou tamponnement
vestibulaire (tache vasculaire)
2. Nettoyer les fosses nasales : mouchage +
asp...
TAMPONNEMENT ANTERIEUR :
Matériel résorbable et non résorbable (tulle gras)
Laisser 48h + ATB systématique
CAUTERISATION C...
TAMPONNEMENT POSTERIEUR :
Echec du tamponnement antérieur et épistaxis haute ou postérieure
SONDES A BALLONNET :
comprime ...
 Epistaxis postérieure non contrôlée ou
récidivante âpres traitement
 Epistaxis massive supérieure a 1,5L
 Epistaxis pe...
EMBOLISATION
 Cathétérisme de l’artère fémorale
 Occlusion des artères maxillaires interne
et faciale a l’aide de micro ...
CHIRURGIE D’HEMOSTASE
 Ligature de la carotide externe
 Ligature transantrale de la maxillaire
interne
 Ligature endosc...
EPISTAXIS BENIGNE :
 Tamponnement vestibulaire
 Tamponnement antérieur
EPISTAXIS GRAVE :
 Tamponnement antérieur
 Liga...
Epistaxis
Epistaxis
Epistaxis
Epistaxis
Epistaxis
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Epistaxis

1 082 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 082
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Epistaxis

  1. 1. - Urgence ORL la plus fréquente - Se définit comme étant un saignement d’origine endonasal ou sinusien qui s’extériorisé soit :  Narines : épistaxis antérieure  Rhinopharynx : épistaxis postérieure
  2. 2.  Affecte le plus souvent la population âgée (altération dégénérative des parois vasculaires)  Fréquence en automne et en hiver (froid, sécheresse, fragilisation des vaisseaux)  Sexe ratio: femme < homme entre 20 et 49 ans = 1 âpres 50 ans Rôle protecteur des hormones Exposition masculine plus marquée aux traumatismes
  3. 3. Système carotidien externe Système carotidien interne (Ophtalmique) Artère maxillaire Artère faciale Artère ethmoïdale postérieure Artère ethmoïdale antérieure Vascularise la face
  4. 4. Artère maxillaire Fente pterygo maxillaire Fosse pterygo maxillaire Artère pterygo palatine (cavum + choanes) Forman spheno palatin Artère spheno palatine Branche médiale branche latérale Cornet supérieur méat moyen + région turbinale Artère palatine ascendante
  5. 5. Artère ethmoïdale antérieure Artère ethmoïdale postérieure Passage par le foramen ethmoïdal antérieur (15 mm du rebord orbitaire) Trou ethmoïdal Cavité nasale Rameau nasal Passage par le foramen ethmoïdal postérieur Contingent nasal •Cellules ethmoïdales postérieures •Région olfactive Les deux systèmes s’anastomosent : •Partie antero inferieure de la cloison (tache vasculaire ou zone de kissebach) •Cornets
  6. 6. AEAAEA AEPAEP ASP
  7. 7.  Reconnaitre l’épistaxis  Apprécier l’abondance et le retentissement  Rechercher une cause tout en assurant l’hémostase
  8. 8.  Terrain : âge, sexe, antécédents personnels et familiaux, HTA, hémopathies, notion de prise médicamenteuse et de traumatisme cranio facial récent  Episode actuel : mode de début, durée, facteurs déclenchant, quantité de sang perdue et le traitement déjà reçu
  9. 9.  Examen général : apprécier le retentissement et rechercher un état de choc : pâleur, sueur, agitation, tachycardie, hypotension  Examen ORL : âpres mouchage et évacuation des caillots puis rétraction de la muqueuse par la xylocaine - Rhinoscopie antérieure : - Rhinoscopie postérieure: cavum choanes - Examen pharyngé
  10. 10.  FNS, TP, TCK, Taux de plaquettes  nasofibroscopie
  11. 11.  Epistaxis bénigne : - La plus fréquente - Cède rapidement ou par simple pression - Bon état général  Epistaxis grave : - Abondante ou répétée - Sang rouge - Altération de l’état général + état de choc
  12. 12. Principal diagnostic différentiel est l’hémorragie digestive haute extériorisée par voie nasale
  13. 13. CAUSES LOCALES
  14. 14. Nécessite une cautérisation 8 a 10 jours âpres l’épisode
  15. 15.  Epistaxis cataclysmiques  La rupture peut se faire dans sont trajet retro stylien, dans sont segment intra pétreux et partie intra caverneuse  Signes ophtalmologiques (exophtalmos pulsatile, baisse de l’acuité visuelle et chemosis), souffle au niveau du cou sont en faveur d’un anévrysme de la carotide
  16. 16.  Fibrome nasopharyngien : Adolescent Partie supérieure des choanes Ne jamais biopsier TDM, IRM, artériographie Exérèse chirurgicales âpres embolisation  Polype de la cloison  Angiome des fosses nasales  Tumeurs de l’ethmoïde
  17. 17. Epistaxis unilatérales répétées  Cancer du cavum  Carcinome epidermoide des fosses nasales ou des sinus maxillaires  Adénocarcinome de l’ethmoïde
  18. 18.  Sinusites chroniques  Rhinites atrophiques  Lésions de grattage, ulcération de la cloison nasale  Corps étrangers
  19. 19. CAUSES GENERALES
  20. 20.  Grippe  Pneumopathies atypiques  Fièvre typhoïde  Syndrome malin des maladies infectieuses  Scarlatine
  21. 21.  Traitements anticoagulants, antiagrégants plaquettaire, AINS  Déficit en facteurs de la coagulation  Insuffisance hépato cellulaire  Hémopathies  Purpuras : thrombopeniques, immunoallergique, toxique, médicamenteux et thrombopathique
  22. 22.  Angiomatose hémorragique familiale  Autosomique dominante } anomalie des parois vasculaires  Se manifeste dans l’enfance (épistaxis gingivorragies)  Autres localisations : angiomes viscéraux, fistules arterio veineuses, anévrysmes pulmonaires atteintes hépatiques et cérébrales
  23. 23.  Diabète  Scorbut
  24. 24.  Puberté : accompagnent surtout les menstruations  Gestation
  25. 25. EPISTAXIS ESSENTIELLE
  26. 26. - Diagnostic d’exclusion - Fréquence dans l’enfance - Apres exposition au soleil, grattage, éternuement voir spontanément - En rapport avec une fragilité vasculaire
  27. 27. L’épistaxis = urgence hémorragique
  28. 28. 1. Apprécier la gravité : volume de la perte sanguine + retentissement 2. Voie d’abord si hémorragie grave 3. Calmer le patient 4. Repos 5. Position demi assise 6. Position de TRENDELEMBOURG
  29. 29. 1. Compression bi digitale ou tamponnement vestibulaire (tache vasculaire) 2. Nettoyer les fosses nasales : mouchage + aspiration 3. Anesthésier et rétracter la muqueuse nasale (coton imprégné de xylocaine) L’hémorragie cède le plus souvent
  30. 30. TAMPONNEMENT ANTERIEUR : Matériel résorbable et non résorbable (tulle gras) Laisser 48h + ATB systématique CAUTERISATION CHIMIQUE : Boule de nitrate d’argent appliquée directement sur le point de saignement CAUTERISATION ELECTRIQUE : IRRIGATION A L’EAU CHAUDE : Irrigation de la fosses nasale a l’aide d’un cathéter par une eau chaude a 51° (œdème de la muqueuse, vasodilatation des vaisseaux donc baisse du flux sanguin et nettoyage des caillots )
  31. 31. TAMPONNEMENT POSTERIEUR : Echec du tamponnement antérieur et épistaxis haute ou postérieure SONDES A BALLONNET : comprime la région retro turbinale qui est la zone d’émergence de l’artère spheno palatine INFILTRATION DU CANAL PALATIN POSTERIEUR (xylocaine) SEPTOPLASTIE SI DEVIATION SEPTALE
  32. 32.  Epistaxis postérieure non contrôlée ou récidivante âpres traitement  Epistaxis massive supérieure a 1,5L  Epistaxis persistante avec taux d’Hg < 8 gr/dl  Complications ou contre indications aux traitements précédents
  33. 33. EMBOLISATION  Cathétérisme de l’artère fémorale  Occlusion des artères maxillaires interne et faciale a l’aide de micro particules calibrées
  34. 34. CHIRURGIE D’HEMOSTASE  Ligature de la carotide externe  Ligature transantrale de la maxillaire interne  Ligature endoscopique de l’artère sphenopalatine  Ligatures des artères ethmoïdales
  35. 35. EPISTAXIS BENIGNE :  Tamponnement vestibulaire  Tamponnement antérieur EPISTAXIS GRAVE :  Tamponnement antérieur  Ligature artérielle  Embolisation MALADIE DE RENDU OSLER :  Cautérisation  Injection intra muqueuses : colle de fibrine ou ethibloc  Embolisation sélective  Dermoplastie nasale Récidives a deux ou trois reprises

×