Syndrome d’hyperréactivitéSyndrome d’hyperréactivité
nasalenasale
planplan
 I/définitionI/définition
 II/rappel :II/rappel :
A )histologiqueA )histologique
B)physiologiqueB)physiologique...
I/Définition:I/Définition:
c’est l’aptitude de la muqueuse nasale ac’est l’aptitude de la muqueuse nasale a
réagir anormal...
II/RappelII/Rappel
 2/Rappel histologique:2/Rappel histologique:
*La muqueuse nasale est une muqueuse respiratoire qui*La...
innervationinnervation
III/EtiopathogenieIII/Etiopathogenie
 1) Épidémiologie1) Épidémiologie ::
 Fr:Fr:
*mal déterminé*mal déterminé
*70% des ...
IV/physiopathologieIV/physiopathologie
 Hyperréactivité nasale :réponse excesive aHyperréactivité nasale :réponse excesiv...
Hyperréactivité nasaleHyperréactivité nasale
spécifiquespécifique*réaction allergique IgE-dépendante*réaction allergique I...
une phase de sensibilisation:une phase de sensibilisation: où la présentation aux lymphocytes desoù la présentation aux ly...
Figure 2. Schéma de la réaction
allergique.
A. Mécanisme de sensibilisation.
B. Réaction allergique.
AG : antigène ; CPA :...
Hyperréactivité nasale nonHyperréactivité nasale non
spécifiquespécifique
 Le froid:il semble que la rhinorrhée induite p...
Les neuromédiateurs sont claseés en fonction de leur natureLes neuromédiateurs sont claseés en fonction de leur nature
chi...
hyperréactivité allergique et non allergiquehyperréactivité allergique et non allergique
Hyperréactivité clinique= inflamm...
V/Clinique : TDD hyperréactivité nasaleV/Clinique : TDD hyperréactivité nasale
spécifique allergie naso-sinusiennespécifiq...
 le jetage post est responsable d’unele jetage post est responsable d’une
sensation de corps étranger pharyngé, desensa...
b/Examen cliniqueb/Examen clinique
 rhinoscopie antérieure:rhinoscopie antérieure: œdème de laœdème de la
muqueuse des co...
c/Examens complémentaires:c/Examens complémentaires:
1)Imagerie:1)Imagerie: absence de sensibilité et de spécificité en fo...
*Tests multi allergéniques de dépistage:*Tests multi allergéniques de dépistage:Dépistent les Ige spécifiquementDépistent ...
VI/Forme clinique:VI/Forme clinique:
 En fonction de stimulus :En fonction de stimulus :
A)Allergéne:A)Allergéne:
1/all...
 En fonction de l’ Age :En fonction de l’ Age :
Rhinite liée au vieillissement:Rhinite liée au vieillissement: elle ser...
VII/DG+VII/DG+
 Surtout clinique:Surtout clinique:
 L’interrogatoireL’interrogatoire permet de préciser:permet de précis...
VIII/DG différentielVIII/DG différentiel
 devant une obstruction nasale:devant une obstruction nasale:
1)Rhinite vasomot...
4)Rhinite positionnelle4)Rhinite positionnelle L’obstruction nasale est bilatéraleL’obstruction nasale est bilatérale
ou à...
IX/Évolution et complicationIX/Évolution et complication
 1/sans TRT1/sans TRT: Aucune tendance a la rémission dans les m...
X/traitementX/traitement
A)but/:A)but/:
 Atténuer les symptômesAtténuer les symptômes
 Assurer une meilleure qualité de ...
5/Ipratropium en spray nasal5/Ipratropium en spray nasal L’ipratropium bromure est unL’ipratropium bromure est un
antichol...
Efficacité/ symptômeEfficacité/ symptôme
 ..
Générale:Générale:
1/CTC ,1/CTC ,
2/anti H12/anti H1
3/Antileucotriènes:3/Antileucotriènes: L’efficacité des antileucotriè...
indicationsindications
 I/hygien de vieI/hygien de vie ::est indiquer dans toutes les situations ou onest indiquer dans t...
 **LALA DÉSENSIBILISATIONDÉSENSIBILISATION
C'est théoriquement la pratique logique. Sa mise en route nécessite plusieursC...
Indications en fonction de laIndications en fonction de la
sévéritésévérité
XI/ConlusionXI/Conlusion
Hyperréactivté nasale
Hyperréactivté nasale
Hyperréactivté nasale
Hyperréactivté nasale
Hyperréactivté nasale
Hyperréactivté nasale
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Hyperréactivté nasale

727 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
727
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Hyperréactivté nasale

  1. 1. Syndrome d’hyperréactivitéSyndrome d’hyperréactivité nasalenasale
  2. 2. planplan  I/définitionI/définition  II/rappel :II/rappel : A )histologiqueA )histologique B)physiologiqueB)physiologique III/étiopathogénie:III/étiopathogénie: a)Épidémiologiea)Épidémiologie b)pathogénieb)pathogénie IV/physiopathologieIV/physiopathologie V/clinique :TDD hyperréactivité nasale spécifiqueV/clinique :TDD hyperréactivité nasale spécifique VI/forme cliniqueVI/forme clinique VII/DG+VII/DG+ VIII/DG différentielVIII/DG différentiel IX/évolution et complicationIX/évolution et complication X/traitementX/traitement XI/conclusionXI/conclusion
  3. 3. I/Définition:I/Définition: c’est l’aptitude de la muqueuse nasale ac’est l’aptitude de la muqueuse nasale a réagir anormalement aux différents stimuli;réagir anormalement aux différents stimuli; physique chimique ou pharmacologique.physique chimique ou pharmacologique. *ce terme a été choisi par analogie avec*ce terme a été choisi par analogie avec l’hyperréactivité bronchique.l’hyperréactivité bronchique.
  4. 4. II/RappelII/Rappel  2/Rappel histologique:2/Rappel histologique: *La muqueuse nasale est une muqueuse respiratoire qui*La muqueuse nasale est une muqueuse respiratoire qui comprend un épithélium pseudostratifié cilié recouvert decomprend un épithélium pseudostratifié cilié recouvert de mucus.mucus. *Des glandes à mucus*Des glandes à mucus **riche réseau vasculaire (cornet inférieur)riche réseau vasculaire (cornet inférieur) 3/Rappel physiologique:3/Rappel physiologique: Rôle physiologique des Fosses nasales:Rôle physiologique des Fosses nasales:  Conditionnement / ProtectionConditionnement / Protection  Filtre et épurationFiltre et épuration  HumidificationHumidification  RéchauffementRéchauffement  Régulation des débits aérienRégulation des débits aérien
  5. 5. innervationinnervation
  6. 6. III/EtiopathogenieIII/Etiopathogenie  1) Épidémiologie1) Épidémiologie ::  Fr:Fr: *mal déterminé*mal déterminé *70% des asthmatiques ont une rhinite allergique associée*70% des asthmatiques ont une rhinite allergique associée.. *L'association asthme-rhinite allergique se rencontre dans 10% des*L'association asthme-rhinite allergique se rencontre dans 10% des formes saisonnières mais 30% des formes perannuellesformes saisonnières mais 30% des formes perannuelles Age:Age: *dé la naissance mais l’expression diffère*dé la naissance mais l’expression diffère *25-45 ans*25-45 ans  Sexe:Sexe: Sexe ratio : 2,4.Sexe ratio : 2,4. 2)pathogénie:2)pathogénie: *prédisposition génétique*prédisposition génétique
  7. 7. IV/physiopathologieIV/physiopathologie  Hyperréactivité nasale :réponse excesive aHyperréactivité nasale :réponse excesive a un stimuliun stimuli  En fonction de la nature de stimuli onEn fonction de la nature de stimuli on distingue :distingue : Hyperréactivité nasale spécifiqueHyperréactivité nasale spécifique :allergène:allergène  hyperréactivité nasale non spécifique ditehyperréactivité nasale non spécifique dite neurogène : physique, chimique (agressionneurogène : physique, chimique (agression , fumée ,froid …), fumée ,froid …)
  8. 8. Hyperréactivité nasaleHyperréactivité nasale spécifiquespécifique*réaction allergique IgE-dépendante*réaction allergique IgE-dépendante  AllergènesAllergènes Cette molécule introduite dans l’organisme induit uneréactionCette molécule introduite dans l’organisme induit uneréaction immunitaire spécifique:immunitaire spécifique: *pneumallergènes ou allergènes aéroportés. Ils peuvent être perannuels*pneumallergènes ou allergènes aéroportés. Ils peuvent être perannuels ou saisonniers.ou saisonniers.  Cellules immunitairesCellules immunitaires :les cellules présentatrices de:les cellules présentatrices de l’antigène, les lymphocytes et les éosinophiles qui vont assurerl’antigène, les lymphocytes et les éosinophiles qui vont assurer la cinétique de la réponse allergique.plasmocytela cinétique de la réponse allergique.plasmocyte  Médiateurs:Médiateurs: **leucotriènes; cytokines (interleukine 4 [IL4], IL5, IL6); PAFleucotriènes; cytokines (interleukine 4 [IL4], IL5, IL6); PAF *les neuromédiateurs adrénergiques, cholinergiques et non*les neuromédiateurs adrénergiques, cholinergiques et non adrénergiques, non cholinergiques (substance P, neurokinine A,adrénergiques, non cholinergiques (substance P, neurokinine A, neurokinine B, VIPneurokinine B, VIP).).
  9. 9. une phase de sensibilisation:une phase de sensibilisation: où la présentation aux lymphocytes desoù la présentation aux lymphocytes des allergènes, par les cellules présentatrices de la muqueuse nasale, vaallergènes, par les cellules présentatrices de la muqueuse nasale, va aboutir à une réponse immunitaire caractérisée par une inflammationaboutir à une réponse immunitaire caractérisée par une inflammation Th2 à l’origine de la production d’IgE spécifiques de l’allergène par lesTh2 à l’origine de la production d’IgE spécifiques de l’allergène par les plasmocyteplasmocyte  Cette synthèse d’IgE est due à une interaction lymphocytaire B et T.Cette synthèse d’IgE est due à une interaction lymphocytaire B et T. Cette phase est cliniquement silencieuseCette phase est cliniquement silencieuse *fixation des ige sur les cellules portant des récepteurs pour cet isotype*fixation des ige sur les cellules portant des récepteurs pour cet isotype  une phase cliniqueune phase clinique caractérisée par l’apparition des symptômescaractérisée par l’apparition des symptômes lors du contact de l’ allergènes avec la muqueuse nasale déjàlors du contact de l’ allergènes avec la muqueuse nasale déjà sensibilisésensibilisé Elle peut elle-même être divisée en deux. La phase immédiate,Elle peut elle-même être divisée en deux. La phase immédiate, qui met essentiellement en jeu l’activation des mastocytesqui met essentiellement en jeu l’activation des mastocytes et la phase retardée avec recrutement de différenteset la phase retardée avec recrutement de différentes cellules inflammatoires et médiateurs:cellules inflammatoires et médiateurs: **réaction immédiateréaction immédiate :: IGEIGE histamine,tryptasehistamine,tryptasestimule l es glandesstimule l es glandes Vx, terminaison nerveuse sensitivesVx, terminaison nerveuse sensitives déclenchant lesdéclenchant les symptômes caractéristiques de la rhinite.symptômes caractéristiques de la rhinite. **réaction retardée:réaction retardée: libération de médiateurs néoformés, comme leslibération de médiateurs néoformés, comme les leucotriènes, et de différentesleucotriènes, et de différentes cytokines (interleukine 4 [IL4], IL5, IL6,cytokines (interleukine 4 [IL4], IL5, IL6, chimiotactismechimiotactisme  amplification deamplification de la réponse inflammatoirela réponse inflammatoire
  10. 10. Figure 2. Schéma de la réaction allergique. A. Mécanisme de sensibilisation. B. Réaction allergique. AG : antigène ; CPA : cellule présentatrice de l’antig
  11. 11. Hyperréactivité nasale nonHyperréactivité nasale non spécifiquespécifique  Le froid:il semble que la rhinorrhée induite par l’air froidLe froid:il semble que la rhinorrhée induite par l’air froid entraine une stimulation glandulaire parasympathiqueentraine une stimulation glandulaire parasympathique (qui est partiellement bloquée par l’application de l’(qui est partiellement bloquée par l’application de l’ atropine)atropine)  Aliments épicés il s’agit d’une réaction purementAliments épicés il s’agit d’une réaction purement neurogène et médiée par le parasympathique( elle estneurogène et médiée par le parasympathique( elle est bloquée par l’atropinebloquée par l’atropine  Aspirine: augmentation des leucotriène s dans leAspirine: augmentation des leucotriène s dans le liquide de lavage nasal après stimulation orale parliquide de lavage nasal après stimulation orale par l’aspirine .les réactions respiratoires a l’aspirine sontl’aspirine .les réactions respiratoires a l’aspirine sont diminuées par les inhibiteurs de la 5-lipo-oxygénase etdiminuées par les inhibiteurs de la 5-lipo-oxygénase et les antagoniste des récepteurs des leucotrièneles antagoniste des récepteurs des leucotriènececiceci prouve le rôle central de la production desprouve le rôle central de la production des leucotriènes( chimiotactisme) par métabolisme deleucotriènes( chimiotactisme) par métabolisme de l’acide arachidonique dans le syndromel’acide arachidonique dans le syndrome d’hypersensibilité a l’aspirined’hypersensibilité a l’aspirine
  12. 12. Les neuromédiateurs sont claseés en fonction de leur natureLes neuromédiateurs sont claseés en fonction de leur nature chimique et du type de fibres sensitives qui les libère:chimique et du type de fibres sensitives qui les libère: *neuromédiareurs adrénergique*neuromédiareurs adrénergique *cholinergique*cholinergique * non adrénergique non cholinergiques(substance P,neurokinine* non adrénergique non cholinergiques(substance P,neurokinine (A,B),VIP)(A,B),VIP) Des neuropeptide ont été mis en évidence dans les cellulesDes neuropeptide ont été mis en évidence dans les cellules inflammatoires recrutées,et parallèlement il a été démontréinflammatoires recrutées,et parallèlement il a été démontré que les fibres nerveuse sensitives peuvent libérer desque les fibres nerveuse sensitives peuvent libérer des cytokinescytokinesneuromodulation de la réaction allergiqueneuromodulation de la réaction allergique  Les neuromédiateurs sont des agents histaminolibérateurs etLes neuromédiateurs sont des agents histaminolibérateurs et ont une action directe sur les récepteurs vasculairesont une action directe sur les récepteurs vasculaires -Sur la muqueuse nasale de l’allergique l’application de-Sur la muqueuse nasale de l’allergique l’application de substance P augmente les résistances respiratoires etsubstance P augmente les résistances respiratoires et entraine une rhinorrhée et un afflux de granulaocytesentraine une rhinorrhée et un afflux de granulaocytes
  13. 13. hyperréactivité allergique et non allergiquehyperréactivité allergique et non allergique Hyperréactivité clinique= inflammation biologiqueHyperréactivité clinique= inflammation biologique La différence c’est le stimuli mais ils utilisent les mêmes voie de réponseLa différence c’est le stimuli mais ils utilisent les mêmes voie de réponse ce qui explique l’inflammation rencontré dans les 02 pathologiece qui explique l’inflammation rencontré dans les 02 pathologie EX:l’allergie stimule les terminaison nerveuse par le biais de l’histamaineEX:l’allergie stimule les terminaison nerveuse par le biais de l’histamaine et la stimulation des terminaisons nerveuse par d’autre facteuret la stimulation des terminaisons nerveuse par d’autre facteur physique stimule la sécrétion de l’histaminephysique stimule la sécrétion de l’histamine stimulis différent maisstimulis différent mais même symptomatologie clinique et inflammation biologiquemême symptomatologie clinique et inflammation biologique
  14. 14. V/Clinique : TDD hyperréactivité nasaleV/Clinique : TDD hyperréactivité nasale spécifique allergie naso-sinusiennespécifique allergie naso-sinusienne:: a)Signes fonctionnels:a)Signes fonctionnels: TriadeTriade :obstruction nasale . rhinorrhée . éternuements survenant de manière:obstruction nasale . rhinorrhée . éternuements survenant de manière paroxystiqueparoxystique D’autres signes fonctionnels : peuvent s’y associer: jetage postérieur ,pruritD’autres signes fonctionnels : peuvent s’y associer: jetage postérieur ,prurit nasal, palatin ou oculaire, céphalée, trouble de l’olfactionnasal, palatin ou oculaire, céphalée, trouble de l’olfaction l’obstruction nasale: le plus souvent bilatérale ou a bascule influencée parl’obstruction nasale: le plus souvent bilatérale ou a bascule influencée par le décubitus entrainant une gène fonctionnel d’intensité variablele décubitus entrainant une gène fonctionnel d’intensité variable  la rhinorrhée: peut survenir par accès de façon isolée ou associée auxla rhinorrhée: peut survenir par accès de façon isolée ou associée aux autre symptômesautre symptômes Volontiers aqueuse et peut parfois se présenter comme une véritableVolontiers aqueuse et peut parfois se présenter comme une véritable hydrorrhée paroxystique (pollution ,tabac, variation de température,hydrorrhée paroxystique (pollution ,tabac, variation de température, psychogène)psychogène)  éternuement en salveséternuement en salves *il existe une relation significative entre l’intensité des éternuement et celle*il existe une relation significative entre l’intensité des éternuement et celle de la rinorrhéede la rinorrhée * la notion classique de salves d’éternuement précédant un paroxysme* la notion classique de salves d’éternuement précédant un paroxysme sécrétoire est confirmée a l’ exposition allergique mais aussi soussécrétoire est confirmée a l’ exposition allergique mais aussi sous l’influence de stimulations non spécifique ou de la de la réactivité cycliquel’influence de stimulations non spécifique ou de la de la réactivité cyclique du système neurovégétatif(matin et fin d’apres-midi)du système neurovégétatif(matin et fin d’apres-midi)
  15. 15.  le jetage post est responsable d’unele jetage post est responsable d’une sensation de corps étranger pharyngé, desensation de corps étranger pharyngé, de brulures ou de picotements pharyngésbrulures ou de picotements pharyngés   les troubles olfactifs: hyposmie oules troubles olfactifs: hyposmie ou anosmie sont parfois associés a uneanosmie sont parfois associés a une diminution de la gustationdiminution de la gustation  les céphalées retrouvées dans 30% desles céphalées retrouvées dans 30% des cas ,ne sont pas corrélées aux anomaliescas ,ne sont pas corrélées aux anomalies sinusiennessinusiennes *recherché les antécédents d’atopie*recherché les antécédents d’atopie personnels et familialepersonnels et familiale
  16. 16. b/Examen cliniqueb/Examen clinique  rhinoscopie antérieure:rhinoscopie antérieure: œdème de laœdème de la muqueuse des cornets inferieursmuqueuse des cornets inferieurs symétriquesymétrique La coloration est variable :nl ,congestive,lilasLa coloration est variable :nl ,congestive,lilas aspécifique.aspécifique.  rhinoscopie postérieure:rhinoscopie postérieure: jetage postérieurjetage postérieur Examen de la gorge:muquese d’aspectExamen de la gorge:muquese d’aspect variable non spécifiquevariable non spécifique
  17. 17. c/Examens complémentaires:c/Examens complémentaires: 1)Imagerie:1)Imagerie: absence de sensibilité et de spécificité en font un examenabsence de sensibilité et de spécificité en font un examen inutile dans les situations non compliquéeinutile dans les situations non compliquée 2) Cytologie nasale:2) Cytologie nasale: l’éosinl’éosinophilie sécrétoire qu’elle peut révéler neophilie sécrétoire qu’elle peut révéler ne témoigne pastoujours d’une allergie.témoigne pastoujours d’une allergie. 3)Confirmation de l’allergie3)Confirmation de l’allergie: ne sont pas de la: ne sont pas de la pratiquepratique courante:courante: *Tests cutanés d’allergie:*Tests cutanés d’allergie: Leur valeur prédictive,Leur valeur prédictive, associéeassociée aux données de l’interrogaoire,atteint97-99%.Ils sontaux données de l’interrogaoire,atteint97-99%.Ils sont l’élément de base et le premier temps de l’explorationl’élément de base et le premier temps de l’exploration allergologiqueallergologique.. *Dosage des immunoglobulines spécifiques sérique:*Dosage des immunoglobulines spécifiques sérique: Il ne s ’agit pas, pour la pratique quotidienne, d’un examen de premièreIl ne s ’agit pas, pour la pratique quotidienne, d’un examen de première intention. Il est utile lorsqu’il existe une discordance entre l ’allergèneintention. Il est utile lorsqu’il existe une discordance entre l ’allergène cliniquement suspecté et les résultats des tests cutanés, lorsque l’oncliniquement suspecté et les résultats des tests cutanés, lorsque l’on veut rechercher une sensibilisation à un allergène rare, non disponibleveut rechercher une sensibilisation à un allergène rare, non disponible en test cutanésen test cutanés Ou lorsque les tests cutanés sont irréalisables (dermatose étendue)ouOu lorsque les tests cutanés sont irréalisables (dermatose étendue)ou ininterprétables (traitement anti-histaminique Impossible à arrêter).L eininterprétables (traitement anti-histaminique Impossible à arrêter).L e dosage des I gE spécifiques n’est pas Influencé par lesdosage des I gE spécifiques n’est pas Influencé par les médicaments.médicaments.
  18. 18. *Tests multi allergéniques de dépistage:*Tests multi allergéniques de dépistage:Dépistent les Ige spécifiquementDépistent les Ige spécifiquement dirigées contre les pneumallergènes les plus courants; il sont fondé sur desdirigées contre les pneumallergènes les plus courants; il sont fondé sur des technique immunologique ou immun enzymatique: sensibilité 80-90%;maistechnique immunologique ou immun enzymatique: sensibilité 80-90%;mais certain allergène régionaux ,la blatte et les allergène alimentaires peuvent necertain allergène régionaux ,la blatte et les allergène alimentaires peuvent ne pas être présent dans le kit utilisépas être présent dans le kit utilisé *Dosage des immunoglobulines totales sériques:*Dosage des immunoglobulines totales sériques:le dosage des IgE totales n’ale dosage des IgE totales n’a aucune valeur dans le diagnosticaucune valeur dans le diagnostic 4)Examens spécialisés: Les tests de provocation nasale4)Examens spécialisés: Les tests de provocation nasale :: sont surtout utiles pour le diagnostic de rhinite professionnelle.sont surtout utiles pour le diagnostic de rhinite professionnelle. 5)Rhinomanométrie:5)Rhinomanométrie: la rhino manométrie antérieurela rhino manométrie antérieure la rhinomanométrie postérieurela rhinomanométrie postérieure * Quelle que soit la technique, la réponse positive a l’agent agresseur* Quelle que soit la technique, la réponse positive a l’agent agresseur Se caractérise par un doublement de la résistance nasale associée aSe caractérise par un doublement de la résistance nasale associée a L’existence de manifestations cliniques, dose dépendantes.L’existence de manifestations cliniques, dose dépendantes. 6)Rhinométrie acoustique6)Rhinométrie acoustique Ils s’agit d’une technique récente permettant une étude objective de la géométrieIls s’agit d’une technique récente permettant une étude objective de la géométrie des fosses nasales par échographie acoustique. C’est Une méthode rapide,des fosses nasales par échographie acoustique. C’est Une méthode rapide, reproductible, non invasive, requérant peu de Coopé ration de la part dureproductible, non invasive, requérant peu de Coopé ration de la part du patient. Toute fois, les résultats méritent d'être validés et de nombreuxpatient. Toute fois, les résultats méritent d'être validés et de nombreux problème techniques ne sont pas encore résolusproblème techniques ne sont pas encore résolus ..
  19. 19. VI/Forme clinique:VI/Forme clinique:  En fonction de stimulus :En fonction de stimulus : A)Allergéne:A)Allergéne: 1/allergie nasosinusienne saisonnière1/allergie nasosinusienne saisonnière 2/allergie naso-sinusienne per annuel2/allergie naso-sinusienne per annuel B)chimiqueB)chimique 1/Rhinite liée à l’alimentation1/Rhinite liée à l’alimentation Le mode de déclenchement est souvent l’élément déterminant pour le diagnostic. LesLe mode de déclenchement est souvent l’élément déterminant pour le diagnostic. Les tests allergologiques sont négatifs ou sans concordance avec la clinique.tests allergologiques sont négatifs ou sans concordance avec la clinique. Le mécanisme en cause est lié le plus souvent aux propriétés chimiques de l’aliment.Le mécanisme en cause est lié le plus souvent aux propriétés chimiques de l’aliment. L’éviction, lorsqu’elle est possible, est à la fois un test diagnostique et une approcheL’éviction, lorsqu’elle est possible, est à la fois un test diagnostique et une approche thérapeutique.thérapeutique. 2/2/Rhinite et environnement(pollution)Rhinite et environnement(pollution) Les circonstances de déclenchement sont variées (fumée de tabac, lumière,Les circonstances de déclenchement sont variées (fumée de tabac, lumière, poussières, odeurs fortes, changements climatiques, etc.). Le tableau cliniquepoussières, odeurs fortes, changements climatiques, etc.). Le tableau clinique comprend une congestion nasale et/ou une hypersécrétion. Des crisescomprend une congestion nasale et/ou une hypersécrétion. Des crises d’éternuements sont aussi décrites. La négativité de l’enquête allergologique estd’éternuements sont aussi décrites. La négativité de l’enquête allergologique est souvent le point de départ de la démarche diagnostique. Une hypersensibilitésouvent le point de départ de la démarche diagnostique. Une hypersensibilité trigéminée est parfois évoquée.trigéminée est parfois évoquée. C)physiqueC)physique 1/hyperréactivité au froid:1/hyperréactivité au froid: stimulation des terminaisons sensitifsstimulation des terminaisons sensitifs 2/hyperréactivité par stimulation mécanique:2/hyperréactivité par stimulation mécanique: activation des récepteuractivation des récepteur mécaniquemécanique
  20. 20.  En fonction de l’ Age :En fonction de l’ Age : Rhinite liée au vieillissement:Rhinite liée au vieillissement: elle serait due à un trouble deelle serait due à un trouble de la sensibilité trigéminé. Elle se traduit par une rhinorrhéela sensibilité trigéminé. Elle se traduit par une rhinorrhée séreuse bilatérale, parfois augmentée lors de la prise de repasséreuse bilatérale, parfois augmentée lors de la prise de repas chaudschauds Rhinite non allergique à éosinophile: NARESRhinite non allergique à éosinophile: NARES Triade classique avec test allergologique négatif et un liquideTriade classique avec test allergologique négatif et un liquide nasale riche en PNE>20%nasale riche en PNE>20% • Sa physiopathologie fait une place centrale à uneSa physiopathologie fait une place centrale à une hyperéosinophilie locale surtout dans le mucus nasosinusien.hyperéosinophilie locale surtout dans le mucus nasosinusien. Le mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnuLe mécanisme de cette éosinophilie demeure inconnu à ce jour, le NARES n’est toujours pas définitivementà ce jour, le NARES n’est toujours pas définitivement individualisé comme une pathologie spécifique car,individualisé comme une pathologie spécifique car, pour certains, il est seulement considéré comme un stadepour certains, il est seulement considéré comme un stade (rarement diagnostiqué) évolutif de la maladie de Fernand(rarement diagnostiqué) évolutif de la maladie de Fernand WidalWidal
  21. 21. VII/DG+VII/DG+  Surtout clinique:Surtout clinique:  L’interrogatoireL’interrogatoire permet de préciser:permet de préciser: la notion d’atopie :ATCD familiale oula notion d’atopie :ATCD familiale ou personnels d’ eczéma d’éruption cutanépersonnels d’ eczéma d’éruption cutané d’allergie médicamenteuse , intoléranced’allergie médicamenteuse , intolérance a l’aspirine ;asthmea l’aspirine ;asthme La sévéritéLa sévérité L’examen cliniqueL’examen clinique: signe non spécifique: signe non spécifique Examen complémentairesExamen complémentaires :Les test cutané:Les test cutané et tests multi allergéniques deet tests multi allergéniques de dépistagedépistage
  22. 22. VIII/DG différentielVIII/DG différentiel  devant une obstruction nasale:devant une obstruction nasale: 1)Rhinite vasomotrice primitive1)Rhinite vasomotrice primitive Elle est souvent proposée comme diagnostic de recours. Elle n’est pasElle est souvent proposée comme diagnostic de recours. Elle n’est pas incluse dans les rhinites inflammatoires puisqu’aucun trouble deincluse dans les rhinites inflammatoires puisqu’aucun trouble de l’inflammation n’est identifiablel’inflammation n’est identifiable  Le tableau clinique est souvent peu spécifique sans chronologieLe tableau clinique est souvent peu spécifique sans chronologie particulière ou mode de déclenchement spécifique.particulière ou mode de déclenchement spécifique.  *Elle se traduit par une sensation de congestion nasale plus ou moins*Elle se traduit par une sensation de congestion nasale plus ou moins associée à des sensations de pesanteur faciale. La négativité des testsassociée à des sensations de pesanteur faciale. La négativité des tests allergologiques, l’absence de facteurs irritants ou de facteurs déclenchantallergologiques, l’absence de facteurs irritants ou de facteurs déclenchant spécifiques amènent à conclure à ce diagnostic.spécifiques amènent à conclure à ce diagnostic. 2)Rhinite atrophique2)Rhinite atrophique Elle se traduit par une sensation d’obstruction nasale et deElle se traduit par une sensation d’obstruction nasale et de nez sec, associée à la présence de nombreuses croûtesnez sec, associée à la présence de nombreuses croûtes • La cacosmie est fréquente.La cacosmie est fréquente.  La forme historique correspond à l’ozène qui se traduit par une atrophieLa forme historique correspond à l’ozène qui se traduit par une atrophie  après une radiothérapie pendant plusieurs moisaprès une radiothérapie pendant plusieurs mois 3)pathologie granulomateus3)pathologie granulomateus :: ON dans sa forme crouteuse doit éliminerON dans sa forme crouteuse doit éliminer une pathologie granulomateuse telle que le syndrome de Wegenerune pathologie granulomateuse telle que le syndrome de Wegener
  23. 23. 4)Rhinite positionnelle4)Rhinite positionnelle L’obstruction nasale est bilatéraleL’obstruction nasale est bilatérale ou à bascule, sans anomalieou à bascule, sans anomalie olfactive. Le facteur positionnel dans le déclenchement ouolfactive. Le facteur positionnel dans le déclenchement ou l’entretien de l’obstruction sont des éléments déterminants.l’entretien de l’obstruction sont des éléments déterminants. L’examen de la cavité nasale confirme la congestion desL’examen de la cavité nasale confirme la congestion des cornets inférieurs en décubitus.cornets inférieurs en décubitus. devant une rhinnorrhéé infectieusedevant une rhinnorrhéé infectieuse * purulente:* purulente: ou l’infection bactérienne déclenchent des réactionsou l’infection bactérienne déclenchent des réactions inflammatoire maisinflammatoire mais **claire:claire: viralevirale ne peut pas être une hyperréactivité car elle provoque desne peut pas être une hyperréactivité car elle provoque des symptômes similaires chez tout les individusymptômes similaires chez tout les individu
  24. 24. IX/Évolution et complicationIX/Évolution et complication  1/sans TRT1/sans TRT: Aucune tendance a la rémission dans les même: Aucune tendance a la rémission dans les même condition sans traitementcondition sans traitement L’hyperréactivité clinique traduit une réaction inflammatoireL’hyperréactivité clinique traduit une réaction inflammatoire biologique ce qui entraine endors de traitement :biologique ce qui entraine endors de traitement : 1/surinfection des secrétions stagnées contribuant ainsi al a1/surinfection des secrétions stagnées contribuant ainsi al a pérennisation de l’inflammationpérennisation de l’inflammation 2/dysfonctionnement ostéo-méatal et sinusite chronique multi2/dysfonctionnement ostéo-méatal et sinusite chronique multi microbiennemicrobienne 3/altération de la muqueuse pituitaires par dégénérescence3/altération de la muqueuse pituitaires par dégénérescence œdémateuse donnant un véritable obstacle mécaniqueœdémateuse donnant un véritable obstacle mécanique 4/anosmie4/anosmie  2/sous TRT:2/sous TRT: Stabilisation des lésion et atténuation des symptômes mais laStabilisation des lésion et atténuation des symptômes mais la prévention de survenu de l’asthme reste a prouverprévention de survenu de l’asthme reste a prouver
  25. 25. X/traitementX/traitement A)but/:A)but/:  Atténuer les symptômesAtténuer les symptômes  Assurer une meilleure qualité de vieAssurer une meilleure qualité de vie B)moyens:B)moyens:  Hygiène de vieHygiène de vie =éviction de l’allergène=éviction de l’allergène  Medicaux :Medicaux : **LocaleLocale :: 1/1/ CTCCTC 2/ Anti H1:2/ Anti H1: azélastine est le seul autoriséazélastine est le seul autorisé 33/Vasoconstricteurs/Vasoconstricteurs:: Ils sont proposés pour une période de 3 à 4 joursIls sont proposés pour une période de 3 à 4 jours maximummaximum dans la recommandation ARIA de l’OMSdans la recommandation ARIA de l’OMS 4/Acide N-acétyl-aspartyl-glutamique:Ce4/Acide N-acétyl-aspartyl-glutamique:Ce médicament serait légèrementmédicament serait légèrement plus efficace que le cromoglicate de sodium, mais il nécessite aussiplus efficace que le cromoglicate de sodium, mais il nécessite aussi plusieurs prises quotidiennes. Il aurait une tolérance locale (irritationplusieurs prises quotidiennes. Il aurait une tolérance locale (irritation nasale)nasale) moins bonmoins bon
  26. 26. 5/Ipratropium en spray nasal5/Ipratropium en spray nasal L’ipratropium bromure est unL’ipratropium bromure est un anticholinergique, indiqué dans le traitement de la rhinorrhéeanticholinergique, indiqué dans le traitement de la rhinorrhée séromuqueuse des rhinites allergiques non infectéesséromuqueuse des rhinites allergiques non infectées 6/Sérum physiologique, solutés hypertoniques6/Sérum physiologique, solutés hypertoniques Les solutésLes solutés hypertoniques ont été évalués avec une actionhypertoniques ont été évalués avec une action supérieure aux solutés isotoniques. Ils permettentsupérieure aux solutés isotoniques. Ils permettent l’apprentissage de l’hygiène nasale toujours nécessairel’apprentissage de l’hygiène nasale toujours nécessaire dans la stratégie thérapeutiquedans la stratégie thérapeutique 7/Cromoglycate de sodium7/Cromoglycate de sodium Il inhibe la dégranulation des mastocytes. Son efficacitéIl inhibe la dégranulation des mastocytes. Son efficacité apparaît inférieure à celle des antihistaminiquesapparaît inférieure à celle des antihistaminiques
  27. 27. Efficacité/ symptômeEfficacité/ symptôme  ..
  28. 28. Générale:Générale: 1/CTC ,1/CTC , 2/anti H12/anti H1 3/Antileucotriènes:3/Antileucotriènes: L’efficacité des antileucotriènes a été évaluéeL’efficacité des antileucotriènes a été évaluée dans la rhinite allergiquedans la rhinite allergique DésensibilisationDésensibilisation Instrumenteux:Instrumenteux: cautérisation (diminuer la symptomatologie),lasercautérisation (diminuer la symptomatologie),laser Autres thérapeutiques:Autres thérapeutiques: L’aromathérapie, l’acupuncture et laL’aromathérapie, l’acupuncture et la crénothérapie n’ont pas été évaluées dans cette indication, decrénothérapie n’ont pas été évaluées dans cette indication, de même que l’homéopathiemême que l’homéopathie
  29. 29. indicationsindications  I/hygien de vieI/hygien de vie ::est indiquer dans toutes les situations ou onest indiquer dans toutes les situations ou on incrimine un stimuli allergique ou nonincrimine un stimuli allergique ou non  II/médicalII/médical:: Allergie naso sinusienne :Allergie naso sinusienne : *ctc locale,anti H1*ctc locale,anti H1 *Trt général n’est justifié qu'en cas de rhinite sévère et en cure courte*Trt général n’est justifié qu'en cas de rhinite sévère et en cure courte Hyperréactivité non allergique et le NARESHyperréactivité non allergique et le NARES:: *CTC locale*CTC locale *Les anti H1 sont peu ou pas efficace*Les anti H1 sont peu ou pas efficace
  30. 30.  **LALA DÉSENSIBILISATIONDÉSENSIBILISATION C'est théoriquement la pratique logique. Sa mise en route nécessite plusieursC'est théoriquement la pratique logique. Sa mise en route nécessite plusieurs conditions:conditions: Le patient doit être motivé, la gêne subie suffisamment importante et leLe patient doit être motivé, la gêne subie suffisamment importante et le résultat insuffisant du traitement symptomatiquerésultat insuffisant du traitement symptomatique L'allergène doit être prouvé par l'interrogatoire du patient et des tests cutanésL'allergène doit être prouvé par l'interrogatoire du patient et des tests cutanés et/ou sanguinset/ou sanguins Il faut disposer d'un bon allergène. La désensibilisation a fait ses preuvesIl faut disposer d'un bon allergène. La désensibilisation a fait ses preuves pour : les acariens, la moisissure Alterniata, les pollens (graminés,pour : les acariens, la moisissure Alterniata, les pollens (graminés, pariétaires)pariétaires) La voie injectable reste à ce jour le traitement de référence mais depuisLa voie injectable reste à ce jour le traitement de référence mais depuis quelques années on peut également proposerquelques années on peut également proposer la voie sublingualela voie sublinguale largement moins contraignante (Pas d'effet secondaire important et priselargement moins contraignante (Pas d'effet secondaire important et prise à domicile).à domicile). Dans les années à venir, la voie locale par pulvérisation devrait être deDans les années à venir, la voie locale par pulvérisation devrait être de plus en plus utilisée.plus en plus utilisée. III/ instrumentals:III/ instrumentals: • Non réponse au trt médicales avec ON importante et détresse respiratoireNon réponse au trt médicales avec ON importante et détresse respiratoire • TRT des complication(polype )TRT des complication(polype )
  31. 31. Indications en fonction de laIndications en fonction de la sévéritésévérité
  32. 32. XI/ConlusionXI/Conlusion

×