KYSTES ET FISTULESKYSTES ET FISTULES
CONGENITAUX DU COUCONGENITAUX DU COU
Généralités.Généralités. Plan du coursPlan du cours
Rappel embryologique.Rappel embryologique.
Diagnostic positif d’une ma...
Généralités:Généralités:
Les kystes et fistules congénitaux du cou ontLes kystes et fistules congénitaux du cou ont
pour o...
Les anomalies congénitales au niveau du cou peuvent êtreLes anomalies congénitales au niveau du cou peuvent être
classées ...
Rappel embryologique:Rappel embryologique:
L’appareil branchial se différencie dès la fin du 1L’appareil branchial se diff...
Ces 4 poches endoblastiques et sillons ectoblastiquesCes 4 poches endoblastiques et sillons ectoblastiques
limitent deux p...
Mécanismes de formation des kystes et fistules:
Schématiquement, 3 types d’anomalies:
- Arrêt du développement normal et d...
Diagnostic positif d’une malformation cervicale:Diagnostic positif d’une malformation cervicale:
Il repose sur l’inspectio...
Diagnostic différentiel :Diagnostic différentiel :
Il est généralement aisé de distinguer les orifices fistuleuxIl est gén...
•• LipomeLipome : masse molle ou rénitente, rare chez l’enfant et: masse molle ou rénitente, rare chez l’enfant et
l’adult...
•• LaryngocèlesLaryngocèles : ne sont pas des kystes mais des: ne sont pas des kystes mais des
cavités emplies d’air. Il s...
•• Les ectasies veineusesLes ectasies veineuses : masses molles et dépressibles qui: masses molles et dépressibles qui
aug...
Diagnostic étiologiqueDiagnostic étiologique
1-1-Lésions kystiques cervicalesLésions kystiques cervicales
ubiquitaires.ubiquitaires.
2-2-Anomalies médianes et para méd...
1- Lésions kystiques cervicales ubiquitaires:1- Lésions kystiques cervicales ubiquitaires:
Elles peuvent être observées da...
L’échographie permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic,L’échographie permet de confirmer ou d’infirmer le diagnosti...
Tératomes kystiquesTératomes kystiques ::
Ils sont très rares, presque toujours présents dès laIls sont très rares, presqu...
2-Anomalies médianes et para médianes2-Anomalies médianes et para médianes
A- Kystes et fistules du tractus thyréoglosse:A- Kystes et fistules du tractus thyréoglosse:
L’étude embryologique nous a ...
Sur un plan cliniqueSur un plan clinique, le kyste se présente sous la, le kyste se présente sous la
forme d’un petit nodu...
Trois signes cliniques sont classiquement décrits :Trois signes cliniques sont classiquement décrits :
–– la mobilisation ...
Lorsqu’elle est faite,Lorsqu’elle est faite, la TDMla TDM montre une formation kystiquemontre une formation kystique
média...
L’évolutionL’évolution peut être en effet marquée par unepeut être en effet marquée par une
infection. Le kyste devient al...
Le traitementLe traitement a été bien codifié. L’exérèse doit êtrea été bien codifié. L’exérèse doit être
complète, non se...
B- Kystes et fistules dermoïdes médians:B- Kystes et fistules dermoïdes médians:
Il s’agit d’inclusions ectodermiques dans...
Le kyste dermoïde du plancher de la bouche est leLe kyste dermoïde du plancher de la bouche est le
plus fréquent. Longtemp...
L’échographie est un élément diagnostiqueL’échographie est un élément diagnostique
d’appoint, mais c’est en fait la TDM qu...
C- Fistules mentosternales:C- Fistules mentosternales:
Elles réalisent la véritable dysraphie médiane par troubleElles réa...
Le traitement chirurgical est simple. Il consiste enLe traitement chirurgical est simple. Il consiste en
une ablation comp...
D- Grenouillette:
C’est un kyste salivaire mucoïde du plancher
buccal qui peut réaliser une voussure sous-
mentale paraméd...
3- Kystes et fistules latéraux3- Kystes et fistules latéraux
A- Dysembryoplasies par trouble deDysembryoplasies par trouble de
coalescence des colliculi :coalescence des colliculi :
L...
B- Kystes et fistules de la 1ère fente:B- Kystes et fistules de la 1ère fente:
Ce sont des anomalies rares à expressionCe ...
Tout orifice fistuleux situé dans cette aire doit faire aTout orifice fistuleux situé dans cette aire doit faire a
priori ...
L’imagerie contribue au diagnostic en révélant leL’imagerie contribue au diagnostic en révélant le
trajet fistuleux sur de...
Le traitement, là encore, ne peut être queLe traitement, là encore, ne peut être que
chirurgical. L’intimité des rapports ...
C- Kystes et fistules de la 2ème fente:C- Kystes et fistules de la 2ème fente:
Ce sont les plus fréquentes de cesCe sont l...
Comme nous l’a montré l’embryologie, le trajetComme nous l’a montré l’embryologie, le trajet
fistuleux s’enfonce en haut e...
La fistulographie est tout à fait caractéristique.La fistulographie est tout à fait caractéristique.
Les kystes non fistul...
Dans le type IV, un kyste surinfecté peut faire discuter leDans le type IV, un kyste surinfecté peut faire discuter le
dia...
D- Kystes et fistules de la 3ème fente:D- Kystes et fistules de la 3ème fente:
Lorsque seul le trajet interne est modifié,...
Lorsqu’il s’agit d’un kyste non fistulisé, sa situationLorsqu’il s’agit d’un kyste non fistulisé, sa situation
est alors p...
E- Kystes et fistules de la 4ème fente:E- Kystes et fistules de la 4ème fente:
Ils ne méritent qu’une simple mention, car ...
ConclusionConclusion
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Kystes et fistules congénitaux du cou
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Kystes et fistules congénitaux du cou

2 003 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 003
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
47
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Kystes et fistules congénitaux du cou

  1. 1. KYSTES ET FISTULESKYSTES ET FISTULES CONGENITAUX DU COUCONGENITAUX DU COU
  2. 2. Généralités.Généralités. Plan du coursPlan du cours Rappel embryologique.Rappel embryologique. Diagnostic positif d’une malformation cervicale.Diagnostic positif d’une malformation cervicale. Diagnostic différentiel.Diagnostic différentiel. Diagnostic étiologique:Diagnostic étiologique: 1-Lésions kystiques cervicales ubiquitaires.1-Lésions kystiques cervicales ubiquitaires. 2-Anomalies médianes et para médianes:2-Anomalies médianes et para médianes: •• Kyste du tractus thyréoglosse.Kyste du tractus thyréoglosse. •• Kystes et fistules dermoïdes médians.Kystes et fistules dermoïdes médians. •• Fistules mentosternales.Fistules mentosternales. •• Grenouillette.Grenouillette. 3-3-Kystes et fistules latéraux:Kystes et fistules latéraux: •• Dysembryoplasies par trouble de coalescence des colliculi.Dysembryoplasies par trouble de coalescence des colliculi. •• Kystes et fistules de la première fente.Kystes et fistules de la première fente. •• Kystes et fistules de la deuxième fente.Kystes et fistules de la deuxième fente. •• Kystes et fistules de la troisième fente.Kystes et fistules de la troisième fente. •• Kystes et fistules de la quatrième fente.Kystes et fistules de la quatrième fente.
  3. 3. Généralités:Généralités: Les kystes et fistules congénitaux du cou ontLes kystes et fistules congénitaux du cou ont pour origine la persistance d’un reliquatpour origine la persistance d’un reliquat embryonnaire excédentaire ou d’une structureembryonnaire excédentaire ou d’une structure embryonnaire transitoireembryonnaire transitoire.. Fréquents mais souvent méconnus, ils neFréquents mais souvent méconnus, ils ne peuvent avoir qu’une seule sanctionpeuvent avoir qu’une seule sanction thérapeutique : leur exérèse chirurgicale.thérapeutique : leur exérèse chirurgicale. Une parfaite connaissance des différentsUne parfaite connaissance des différents mécanismes embryo-pathogéniques permetmécanismes embryo-pathogéniques permet d’appréhender les possibles trajets fistuleux lorsd’appréhender les possibles trajets fistuleux lors de la chirurgie d’exérèse et d’éviter ainsi lesde la chirurgie d’exérèse et d’éviter ainsi les récidives.récidives.
  4. 4. Les anomalies congénitales au niveau du cou peuvent êtreLes anomalies congénitales au niveau du cou peuvent être classées selon leur topographie et mécanisme lésionnel:classées selon leur topographie et mécanisme lésionnel: -- sur la ligne médianesur la ligne médiane :: --les kystes du tractus thyréoglosse par persistance d’uneles kystes du tractus thyréoglosse par persistance d’une structure transitoire.structure transitoire. -les kystes dermoïdes par inclusion tissulaire lors des-les kystes dermoïdes par inclusion tissulaire lors des phénomènes de fusion médians.phénomènes de fusion médians. -- latéralementlatéralement :: les fistules cervicales par défaut de résorption oules fistules cervicales par défaut de résorption ou accolements pathologiques (fistules des 1ères 3èmes etaccolements pathologiques (fistules des 1ères 3èmes et 4èmes fentes).4èmes fentes).
  5. 5. Rappel embryologique:Rappel embryologique: L’appareil branchial se différencie dès la fin du 1L’appareil branchial se différencie dès la fin du 1erer mois grâce à desmois grâce à des modifications des trois tissus primitifs et de l’extrémité céphaliquemodifications des trois tissus primitifs et de l’extrémité céphalique de l’embryon, qui sont l’endoblaste, le mésoblaste et l’ectoblaste.de l’embryon, qui sont l’endoblaste, le mésoblaste et l’ectoblaste. Chez l’homme, l’appareil branchial est disposé de façon symétriqueChez l’homme, l’appareil branchial est disposé de façon symétrique de part et d’autre de la ligne médiane et occupe ce qui sera la futurede part et d’autre de la ligne médiane et occupe ce qui sera la future région cervicale.région cervicale. Au stade initial, sur chacun des deux côtés, on retrouve uneAu stade initial, sur chacun des deux côtés, on retrouve une succession de renflements et de dépressions correspondantsuccession de renflements et de dépressions correspondant respectivement aux arcs branchiaux et aux poches branchiales.respectivement aux arcs branchiaux et aux poches branchiales. Quatre ébauches de relief vont apparaître, limitées par des sillonsQuatre ébauches de relief vont apparaître, limitées par des sillons aussi bien sur les faces interne qu’externe de l’embryon.aussi bien sur les faces interne qu’externe de l’embryon. Sur le versant interne ou pharyngien existent 4 dépressionsSur le versant interne ou pharyngien existent 4 dépressions endoblastiques ou poches proprement dites, qui sont tapissées d’unendoblastiques ou poches proprement dites, qui sont tapissées d’un revêtement endoblastique. Sur la face externe, dite ectoblastique,revêtement endoblastique. Sur la face externe, dite ectoblastique, apparaissent en regard des poches endoblastiques, 4 pochesapparaissent en regard des poches endoblastiques, 4 poches branchiales ectoblastiques, également dénommées sillons ou fentes,branchiales ectoblastiques, également dénommées sillons ou fentes, qui sont tapissées d’un revêtement ectoblastique.qui sont tapissées d’un revêtement ectoblastique.
  6. 6. Ces 4 poches endoblastiques et sillons ectoblastiquesCes 4 poches endoblastiques et sillons ectoblastiques limitent deux par deux les 5 arcs branchiaux d’origineslimitent deux par deux les 5 arcs branchiaux d’origines mésenchymateuses, en rapport avec l’ectomésenchymemésenchymateuses, en rapport avec l’ectomésenchyme des crêtes neurales. Chez l’homme, 4 arcs sont réellementdes crêtes neurales. Chez l’homme, 4 arcs sont réellement individualisés, le 5individualisés, le 5ee arc est seulement ébauché à l’intérieurarc est seulement ébauché à l’intérieur du champs embryonnaire, et est rapidement involutif. Lesdu champs embryonnaire, et est rapidement involutif. Les arcs branchiaux se rejoignent et fusionnent ventralementarcs branchiaux se rejoignent et fusionnent ventralement sur la ligne médiane. Chacun de ces arcs est composé dessur la ligne médiane. Chacun de ces arcs est composé des trois feuillets élémentaires de l’embryon qui sont detrois feuillets élémentaires de l’embryon qui sont de l’extérieur à l’intérieur : ectoblaste, mésoblaste etl’extérieur à l’intérieur : ectoblaste, mésoblaste et entoblaste. Au cours de la 5entoblaste. Au cours de la 5ee semaine naissent de chaquesemaine naissent de chaque arc un dérivé ostéocartilagineux, un ou plusieurs musclesarc un dérivé ostéocartilagineux, un ou plusieurs muscles striés, un nerf crânien mixte, une artère ou arc aortique.striés, un nerf crânien mixte, une artère ou arc aortique. Le 2Le 2ee arc subit une expansion majeure vers le bas quiarc subit une expansion majeure vers le bas qui l’amène à rejoindre le 5l’amène à rejoindre le 5ee arc, recouvrant ainsi les 2arc, recouvrant ainsi les 2ee , 3, 3ee et 4et 4ee sillons ectoblastiques, pour créer le sinus cervical.sillons ectoblastiques, pour créer le sinus cervical.
  7. 7. Mécanismes de formation des kystes et fistules: Schématiquement, 3 types d’anomalies: - Arrêt du développement normal et défaut de coalescence (appareil branchial, bande mentosternale) . - Persistance d’une formation vouée à disparaître (tractus thyréoglosse) . - Inclusion de tissu de diverses origines ecto-, méso- ou endoblastique (tératomes, kystes dermoïdes ou épidermique) .
  8. 8. Diagnostic positif d’une malformation cervicale:Diagnostic positif d’une malformation cervicale: Il repose sur l’inspection et la palpation. On précisera laIl repose sur l’inspection et la palpation. On précisera la forme, la consistance, le siège, le volume, la mobilité de laforme, la consistance, le siège, le volume, la mobilité de la lésion. Pour les fistules le diagnostique et plus facile.lésion. Pour les fistules le diagnostique et plus facile. Des examens complémentaires sont utiles pour le diagnostic :Des examens complémentaires sont utiles pour le diagnostic : -- clichés radiographiques sans préparation ( ne sont utilesclichés radiographiques sans préparation ( ne sont utiles qu’en cas de masse comprimant la voie aérienne, ou à laqu’en cas de masse comprimant la voie aérienne, ou à la recherche de calcifications).recherche de calcifications). -- Fistulographies.Fistulographies. -- Echographie cervicale : c’est l’examen de référence.Echographie cervicale : c’est l’examen de référence. -- TDM et IRM.TDM et IRM.
  9. 9. Diagnostic différentiel :Diagnostic différentiel : Il est généralement aisé de distinguer les orifices fistuleuxIl est généralement aisé de distinguer les orifices fistuleux des traces de traumatisme (points de ponction, piqûredes traces de traumatisme (points de ponction, piqûre d’insecte) ou d’éruption.d’insecte) ou d’éruption. Surtout, devant une masse cervicale, il importantSurtout, devant une masse cervicale, il important d’éliminer les lésions pseudokystique du cou :d’éliminer les lésions pseudokystique du cou : •• Adénopathies cervicalesAdénopathies cervicales : ferme, irrégulières,: ferme, irrégulières, douloureuses, de siége sous-digastrique ou sous-douloureuses, de siége sous-digastrique ou sous- maxillaire, elles sont aisément reconnaissables. Il fautmaxillaire, elles sont aisément reconnaissables. Il faut rechercher une porte d’entrée cutanée ou muqueuse dansrechercher une porte d’entrée cutanée ou muqueuse dans le territoire drainé par les lymphatiques correspondant à lale territoire drainé par les lymphatiques correspondant à la localisation de la masse. Ne pas hésiter à demander unelocalisation de la masse. Ne pas hésiter à demander une échographie en cas de doute.échographie en cas de doute.
  10. 10. •• LipomeLipome : masse molle ou rénitente, rare chez l’enfant et: masse molle ou rénitente, rare chez l’enfant et l’adulte jeune, surtout dans la localisation superficielle.l’adulte jeune, surtout dans la localisation superficielle. •• Tumeurs nerveuseTumeurs nerveuse : (schwanome, neurinome): (schwanome, neurinome) siègent le plus souvent le long du nerf vague(X) et sontsiègent le plus souvent le long du nerf vague(X) et sont fermes à la palpation. C’est l’IRM qui fournit lesfermes à la palpation. C’est l’IRM qui fournit les meilleurs arguments diagnostiques.meilleurs arguments diagnostiques. •• Tératomes solidesTératomes solides :: Tumeurs embryonnaires de l’enfance. Comportent parTumeurs embryonnaires de l’enfance. Comportent par définition des reliquats des 3 tissus embryonnaire : ecto,définition des reliquats des 3 tissus embryonnaire : ecto, méso et endoblaste. A coté d’épithélium malpighien etméso et endoblaste. A coté d’épithélium malpighien et digestif, on trouve de l’os, du cartilage, des muscle, dudigestif, on trouve de l’os, du cartilage, des muscle, du tissu nerveux... etc.tissu nerveux... etc.
  11. 11. •• LaryngocèlesLaryngocèles : ne sont pas des kystes mais des: ne sont pas des kystes mais des cavités emplies d’air. Il s’agit d’une dilatationcavités emplies d’air. Il s’agit d’une dilatation pathologique du saccule laryngé. Echographie etpathologique du saccule laryngé. Echographie et endoscopie permettent le diagnostic.endoscopie permettent le diagnostic. •• Malformations vasculaires sanguinesMalformations vasculaires sanguines :: les hémangiomes sont les plus fréquentes desles hémangiomes sont les plus fréquentes des tumeurs cervico-faciales de l’enfant. Dans lestumeurs cervico-faciales de l’enfant. Dans les localisations cervicales sous-cutanées, ils sont lelocalisations cervicales sous-cutanées, ils sont le plus souvent de localisation parotidienne. C’estplus souvent de localisation parotidienne. C’est l’échographie qui fait le diagnostic par sonl’échographie qui fait le diagnostic par son héterogénicité et le signal Doppler.héterogénicité et le signal Doppler.
  12. 12. •• Les ectasies veineusesLes ectasies veineuses : masses molles et dépressibles qui: masses molles et dépressibles qui augmentent de volume avec l’expiration, la toux, la positionaugmentent de volume avec l’expiration, la toux, la position déclive. De siège principalement jugulaire ou sus-sternal, c’estdéclive. De siège principalement jugulaire ou sus-sternal, c’est également l’échographie, voire l’IRM qui précisent le diagnostic.également l’échographie, voire l’IRM qui précisent le diagnostic. •• ““Fibromatosis colli”Fibromatosis colli” : forme bénigne de fibromatose. Représente: forme bénigne de fibromatose. Représente une infiltration fibroblastique du muscle SCM. A la palpation laune infiltration fibroblastique du muscle SCM. A la palpation la tumeur apparaît enchassée dans le SCM, ce que confirmetumeur apparaît enchassée dans le SCM, ce que confirme l’échographie.l’échographie. •• Gros thymusGros thymus : ascensionnant avec la respiration et la toux, ils: ascensionnant avec la respiration et la toux, ils peuvent passer pour un kyste sus-sternal ou claviculaire.peuvent passer pour un kyste sus-sternal ou claviculaire. •• Tumeurs thyroïdiennes solidesTumeurs thyroïdiennes solides : souvent aisément reconnaissables à: souvent aisément reconnaissables à la palpation et à l’échographie. De diagnostique plus difficile, lala palpation et à l’échographie. De diagnostique plus difficile, la thyroïde ectopique ou accessoire, médiane, peut se trouver sur toutthyroïde ectopique ou accessoire, médiane, peut se trouver sur tout
  13. 13. Diagnostic étiologiqueDiagnostic étiologique
  14. 14. 1-1-Lésions kystiques cervicalesLésions kystiques cervicales ubiquitaires.ubiquitaires. 2-2-Anomalies médianes et para médianes.Anomalies médianes et para médianes. 3-3-Kystes et fistules latéraux.Kystes et fistules latéraux.
  15. 15. 1- Lésions kystiques cervicales ubiquitaires:1- Lésions kystiques cervicales ubiquitaires: Elles peuvent être observées dans n’importe quelle région du cou.Elles peuvent être observées dans n’importe quelle région du cou. Lymphangiomes kystiquesLymphangiomes kystiques :: Malformations réalisant une prolifération tumorales bénigne deMalformations réalisant une prolifération tumorales bénigne de tissus lymphatique, ces masses peuvent être observées dès latissus lymphatique, ces masses peuvent être observées dès la période néonatale. Dans ces formes précoces, la déformationpériode néonatale. Dans ces formes précoces, la déformation cervicofaciale est souvent importante, disgracieuse et parfoiscervicofaciale est souvent importante, disgracieuse et parfois responsable de troubles fonctionnels (dyspnée, difficultés deresponsable de troubles fonctionnels (dyspnée, difficultés de déglutition). La lésion est multikystique, profonde, infiltrante sur cedéglutition). La lésion est multikystique, profonde, infiltrante sur ce terrain, circonscrivant souvent pharynx et larynx, ne respectantterrain, circonscrivant souvent pharynx et larynx, ne respectant aucun plan aponévrotique. Chez le grand enfant ou l’adulte jeune,aucun plan aponévrotique. Chez le grand enfant ou l’adulte jeune, les lymphangiomes sont plus limités, uni- ou paucikystiques.les lymphangiomes sont plus limités, uni- ou paucikystiques. Dans tous les cas, ces lésions sont molles ou rénitente, mal limitéesDans tous les cas, ces lésions sont molles ou rénitente, mal limitées et trans-illuminables. L’évolution se fait souvent par pousséeset trans-illuminables. L’évolution se fait souvent par poussées d’inflammation entraînant érythème cutané, augmentation ded’inflammation entraînant érythème cutané, augmentation de volume des lésions et hémorragies intrakystique.volume des lésions et hémorragies intrakystique.
  16. 16. L’échographie permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic,L’échographie permet de confirmer ou d’infirmer le diagnostic, de préciser le volume, les limites et les rapports de la tumeur,de préciser le volume, les limites et les rapports de la tumeur, en particulier par rapport aux vaisseaux du cou, grâce àen particulier par rapport aux vaisseaux du cou, grâce à l’echo-doppler. La TDM permet de préciser et d’analyser lesl’echo-doppler. La TDM permet de préciser et d’analyser les extensions vers les régions parotidiennes, parapharyngées etextensions vers les régions parotidiennes, parapharyngées et médiastinales. L’IRM donne une vue d’ensemble et précisemédiastinales. L’IRM donne une vue d’ensemble et précise les rapports avec l’axe aéro-digestif.les rapports avec l’axe aéro-digestif. L’exérèse chirurgicale est le seul traitement efficace desL’exérèse chirurgicale est le seul traitement efficace des lymphangiomes kystiques car les résorptions spontanées sontlymphangiomes kystiques car les résorptions spontanées sont extrêmement rares. Chez le nouveau-né, une interventionextrêmement rares. Chez le nouveau-né, une intervention précoce est recommandée car le geste est plus difficile aprèsprécoce est recommandée car le geste est plus difficile après survenue d’infection et d’inflammations locales. Cettesurvenue d’infection et d’inflammations locales. Cette chirurgie d’evidement lymphatique, rendue difficile parchirurgie d’evidement lymphatique, rendue difficile par l’adhérence des lésions, doit toutefois tenir compte de lal’adhérence des lésions, doit toutefois tenir compte de la benignité des lésions. Chez le grand enfent et l’adulte aubenignité des lésions. Chez le grand enfent et l’adulte au contraire, les lymphangiomes paucikystiques, peucontraire, les lymphangiomes paucikystiques, peu volumineux sont facilement traités par la chirurgie, voirevolumineux sont facilement traités par la chirurgie, voire l’ingection de substance sclérosantes ou de bléomycine.l’ingection de substance sclérosantes ou de bléomycine.
  17. 17. Tératomes kystiquesTératomes kystiques :: Ils sont très rares, presque toujours présents dès laIls sont très rares, presque toujours présents dès la naissance. Ce sont des lésions encapsulées, partiellementnaissance. Ce sont des lésions encapsulées, partiellement kystiques, enfermant un mélange d’éléments matureskystiques, enfermant un mélange d’éléments matures dérivés des 3 tissus embryonnaires et d’élémentsdérivés des 3 tissus embryonnaires et d’éléments immatures. La compression des voies aérienne etimmatures. La compression des voies aérienne et digestive peut être responsable de dyspnée, de stridor oudigestive peut être responsable de dyspnée, de stridor ou de dysphagie. L’exérèse chirurgicale en est nécessaire.de dysphagie. L’exérèse chirurgicale en est nécessaire. Kystes sébacésKystes sébacés :: Ils sont superficiels, très souvent infectés, ont le mêmeIls sont superficiels, très souvent infectés, ont le même contenu caséeux que les kystes dermoïdes. Mais ils sontcontenu caséeux que les kystes dermoïdes. Mais ils sont inclus dans le derme et leur localisation est ubiquitaireinclus dans le derme et leur localisation est ubiquitaire.
  18. 18. 2-Anomalies médianes et para médianes2-Anomalies médianes et para médianes
  19. 19. A- Kystes et fistules du tractus thyréoglosse:A- Kystes et fistules du tractus thyréoglosse: L’étude embryologique nous a montré qu’il s’agit deL’étude embryologique nous a montré qu’il s’agit de la persistance de tout ou partie du canal dela persistance de tout ou partie du canal de Boschdalek. Ces kystes représentent laBoschdalek. Ces kystes représentent la dysembryoplasie la plus fréquente au niveau de ladysembryoplasie la plus fréquente au niveau de la tête et du cou.tête et du cou. Le diagnostic est fait le plus souvent au cours des 5Le diagnostic est fait le plus souvent au cours des 5 premières années de la vie.premières années de la vie. Lorsqu’ils sont découverts plus tardivement, c’estLorsqu’ils sont découverts plus tardivement, c’est souvent à l’occasion d’un épisode infectieux, voiresouvent à l’occasion d’un épisode infectieux, voire d’une fistulisation.d’une fistulisation.
  20. 20. Sur un plan cliniqueSur un plan clinique, le kyste se présente sous la, le kyste se présente sous la forme d’un petit nodule médian ou paramédian, leforme d’un petit nodule médian ou paramédian, le plus souvent gauche, arrondi, ferme, indolore, fixéplus souvent gauche, arrondi, ferme, indolore, fixé en profondeur, mais mobile sous les plansen profondeur, mais mobile sous les plans superficiels.superficiels. Ce kyste peut être situé à n’importe quelle hauteurCe kyste peut être situé à n’importe quelle hauteur entre le foramen cæcum et la pyramide deentre le foramen cæcum et la pyramide de Lalouette, mais sa situation la plus fréquente estLalouette, mais sa situation la plus fréquente est parahyoïdienne.parahyoïdienne. Il est rare que son volume entraîne desIl est rare que son volume entraîne des manifestations fonctionnelles comme une gêne à lamanifestations fonctionnelles comme une gêne à la protraction linguale ou une dysphagie.protraction linguale ou une dysphagie.
  21. 21. Trois signes cliniques sont classiquement décrits :Trois signes cliniques sont classiquement décrits : –– la mobilisation de ce kyste se fait plus facilement dans unla mobilisation de ce kyste se fait plus facilement dans un sens transversal que dans un sens vertical.sens transversal que dans un sens vertical. –– la protrusion linguale entraîne l’ascension de la massela protrusion linguale entraîne l’ascension de la masse kystique.kystique. –– l’expression manuelle du kyste peut en faire diminuer lel’expression manuelle du kyste peut en faire diminuer le volume alors qu’un goût amer apparaît dans la bouche.volume alors qu’un goût amer apparaît dans la bouche. Cette manœuvre signe la persistance d’une perméabilité duCette manœuvre signe la persistance d’une perméabilité du tractus jusqu’au foramen cæcum.tractus jusqu’au foramen cæcum. Plus rarement, le kyste peut être situé latéralement dans laPlus rarement, le kyste peut être situé latéralement dans la région parathyroïdienne, pouvant alors faire discuter unrégion parathyroïdienne, pouvant alors faire discuter un kyste ou une fistule branchiale latérale.kyste ou une fistule branchiale latérale. Dans son expression haute, sous-mentale, il peut être difficileDans son expression haute, sous-mentale, il peut être difficile de le distinguer d’un kyste dermoïde.de le distinguer d’un kyste dermoïde. Lorsqu’il existe une fistulisation, elle est toujours secondaire àLorsqu’il existe une fistulisation, elle est toujours secondaire à une surinfection.une surinfection.
  22. 22. Lorsqu’elle est faite,Lorsqu’elle est faite, la TDMla TDM montre une formation kystiquemontre une formation kystique médiane, voire paramédiane, le plus souvent latéralisée àmédiane, voire paramédiane, le plus souvent latéralisée à gauche et hypodense.gauche et hypodense. En IRMEn IRM, son signal est hypo-, son signal est hypo- intense en séquence pondérée T1, hyperintense enintense en séquence pondérée T1, hyperintense en séquence pondérée T2. Mais une imagerie est rarementséquence pondérée T2. Mais une imagerie est rarement utile pour leutile pour le diagnostic. En revanche, il est indispensable de s’assurerdiagnostic. En revanche, il est indispensable de s’assurer de l’existence d’une thyroïde normale en place.de l’existence d’une thyroïde normale en place. Une échographieUne échographie de bonne qualité peut suffire si elle montrede bonne qualité peut suffire si elle montre une thyroïde parfaite. Le moindre doute impose uneune thyroïde parfaite. Le moindre doute impose une cartographie thyroïdienne qui sera faite à l’iode 131 chezcartographie thyroïdienne qui sera faite à l’iode 131 chez l’adulte ou au technétium 99m (99mTc) chez l’enfant.l’adulte ou au technétium 99m (99mTc) chez l’enfant. Une tuméfaction au voisinage de l’os hyoïde doit faireUne tuméfaction au voisinage de l’os hyoïde doit faire évoquer en premier lieu le diagnostic de kyste du tractusévoquer en premier lieu le diagnostic de kyste du tractus thyréoglosse. On peut néanmoins le confondre avec unthyréoglosse. On peut néanmoins le confondre avec un kyste dermoïde lorsqu’il est en position sus-hyoïdiennekyste dermoïde lorsqu’il est en position sus-hyoïdienne
  23. 23. L’évolutionL’évolution peut être en effet marquée par unepeut être en effet marquée par une infection. Le kyste devient alors plus volumineux,infection. Le kyste devient alors plus volumineux, inflammatoire et douloureux.Au maximum, il peutinflammatoire et douloureux.Au maximum, il peut se fistuliser à la peau.se fistuliser à la peau. Bien que rare, la transformation maligne estBien que rare, la transformation maligne est possible. Latente, sans aucune symptomatologie,possible. Latente, sans aucune symptomatologie, elle impose une analyse systématique de tout kysteelle impose une analyse systématique de tout kyste du tractus par examen anatomopathologique.du tractus par examen anatomopathologique.
  24. 24. Le traitementLe traitement a été bien codifié. L’exérèse doit êtrea été bien codifié. L’exérèse doit être complète, non seulement du kyste mais aussi decomplète, non seulement du kyste mais aussi de tout le trajet fistuleux sous peine de récidive.tout le trajet fistuleux sous peine de récidive. Au niveau de l’os hyoïde, nous avons vu que leAu niveau de l’os hyoïde, nous avons vu que le trajet fistuleux peut soit passer au-dessous, ce quitrajet fistuleux peut soit passer au-dessous, ce qui est le plus fréquent, soit au-dessus, soit à travers leest le plus fréquent, soit au-dessus, soit à travers le corps.corps. Cela impose donc la résection osseuse systématiqueCela impose donc la résection osseuse systématique pour retrouver le trajet fistuleux en arrière dupour retrouver le trajet fistuleux en arrière du corps et de le remonter jusqu’au foramen cæcum.corps et de le remonter jusqu’au foramen cæcum.
  25. 25. B- Kystes et fistules dermoïdes médians:B- Kystes et fistules dermoïdes médians: Il s’agit d’inclusions ectodermiques dans le mésenchymeIl s’agit d’inclusions ectodermiques dans le mésenchyme à la jonction des structures sur la ligne médiane, résultantà la jonction des structures sur la ligne médiane, résultant d’un trouble de coalescence de ces structures.d’un trouble de coalescence de ces structures. Les plus fréquents de ces kystes se retrouvent au niveauLes plus fréquents de ces kystes se retrouvent au niveau du plancher buccal. On peut en voir également à diversdu plancher buccal. On peut en voir également à divers niveaux du cou et même au niveau de la pointe du nez.niveaux du cou et même au niveau de la pointe du nez. Les fistules cervicales d’origine branchiale sont dues àLes fistules cervicales d’origine branchiale sont dues à l’absence de coalescence médiane des arcs. Ces véritablesl’absence de coalescence médiane des arcs. Ces véritables dysraphies médianes peuvent réaliser au maximum unedysraphies médianes peuvent réaliser au maximum une fistule mentosternale telle qu’elle a été décrite parfistule mentosternale telle qu’elle a été décrite par Luschka. Les hypothèses étiopathogéniques divergentLuschka. Les hypothèses étiopathogéniques divergent selon les auteurs.selon les auteurs.
  26. 26. Le kyste dermoïde du plancher de la bouche est leLe kyste dermoïde du plancher de la bouche est le plus fréquent. Longtemps asymptomatique, il estplus fréquent. Longtemps asymptomatique, il est parfois découvert chez l’adulte lorsqu’il atteintparfois découvert chez l’adulte lorsqu’il atteint des proportions importantes. C’est en fait la gênedes proportions importantes. C’est en fait la gêne ou la découverte fortuite qui amène au diagnostic.ou la découverte fortuite qui amène au diagnostic. Il s’agit d’une masse médiane ou paramédianeIl s’agit d’une masse médiane ou paramédiane comblant le plancher buccal, molle, indolore, biencomblant le plancher buccal, molle, indolore, bien circonscrite, que l’on palpe par un touchercirconscrite, que l’on palpe par un toucher bidigital pour en appréhender les limites.bidigital pour en appréhender les limites. Les kystes à évolution sous-mentale ouLes kystes à évolution sous-mentale ou adhyoïdiens présentent les mêmes caractèresadhyoïdiens présentent les mêmes caractères cliniques et peuvent être pris pour des kystes ducliniques et peuvent être pris pour des kystes du tractus thyréoglosse.tractus thyréoglosse.
  27. 27. L’échographie est un élément diagnostiqueL’échographie est un élément diagnostique d’appoint, mais c’est en fait la TDM qui permetd’appoint, mais c’est en fait la TDM qui permet de faire le diagnostic, différenciant cette massede faire le diagnostic, différenciant cette masse kystique d’une adénopathie. Il n’y a que lorsquekystique d’une adénopathie. Il n’y a que lorsque ces kystes sont surinfectés que le diagnostic estces kystes sont surinfectés que le diagnostic est alors plus difficile et que seule l’anatomiealors plus difficile et que seule l’anatomie pathologique permettra de le différencier.pathologique permettra de le différencier. La thérapeutique en est chirurgicale, par voieLa thérapeutique en est chirurgicale, par voie endobuccale pour les kystes à manifestation hauteendobuccale pour les kystes à manifestation haute bombant dans le plancher, par une cervicotomiebombant dans le plancher, par une cervicotomie horizontale dans les autres cas. Ces kysteshorizontale dans les autres cas. Ces kystes fistulisent rarement à la peau.fistulisent rarement à la peau.
  28. 28. C- Fistules mentosternales:C- Fistules mentosternales: Elles réalisent la véritable dysraphie médiane par troubleElles réalisent la véritable dysraphie médiane par trouble de coalescence des arcs branchiaux droit et gauche sur lade coalescence des arcs branchiaux droit et gauche sur la ligne ventrale. Décrites par Luschka en 1848, et dont laligne ventrale. Décrites par Luschka en 1848, et dont la définition clinique fut précisée par Ombrédanne, ellesdéfinition clinique fut précisée par Ombrédanne, elles sont rares (74 cas publiés en 1995). Qu’elles soientsont rares (74 cas publiés en 1995). Qu’elles soient appelées fistules mentosternales, brides cervicalesappelées fistules mentosternales, brides cervicales médianes oumédianes ou midline cervical cleftmidline cervical cleft, il s’agit toujours de la, il s’agit toujours de la même entité clinique.même entité clinique. L’aspect est caractéristique, associant à une fenteL’aspect est caractéristique, associant à une fente longitudinale médiane extrophique et suintante un oulongitudinale médiane extrophique et suintante un ou deux orifices fistuleux borgnes aux extrémités. Parfois,deux orifices fistuleux borgnes aux extrémités. Parfois, une petite masse fibromateuse surmonte la fente dans laune petite masse fibromateuse surmonte la fente dans la région préhyoïdienne.région préhyoïdienne.
  29. 29. Le traitement chirurgical est simple. Il consiste enLe traitement chirurgical est simple. Il consiste en une ablation complète du tissu cicatriciel et desune ablation complète du tissu cicatriciel et des trajets fistuleux, complétée par une ou plusieurstrajets fistuleux, complétée par une ou plusieurs plasties en « Z » pour prévenir la survenue d’uneplasties en « Z » pour prévenir la survenue d’une bride cervicale cicatricielle.bride cervicale cicatricielle.
  30. 30. D- Grenouillette: C’est un kyste salivaire mucoïde du plancher buccal qui peut réaliser une voussure sous- mentale paramédiane souple. L’inspection de la bouche et la palpation bidigitale (sous-mentale et endobuccale) permettent le diagnostic. L’exérèse doit avoir lieu après incision de la muqueuse du plancher et dissection prenant garde aux éléments nobles de la partie interne de la loge sublinguale.
  31. 31. 3- Kystes et fistules latéraux3- Kystes et fistules latéraux
  32. 32. A- Dysembryoplasies par trouble deDysembryoplasies par trouble de coalescence des colliculi :coalescence des colliculi : L’anomalie la plus fréquente se présente sous la formeL’anomalie la plus fréquente se présente sous la forme d’une petite tuméfaction appelée encore condylomed’une petite tuméfaction appelée encore condylome prétragien. Parfois, il existe un orifice fistuleux mais quiprétragien. Parfois, il existe un orifice fistuleux mais qui est alors toujours borgne, sans ouverture dans le conduitest alors toujours borgne, sans ouverture dans le conduit auditif externe, contrairement aux anomalies de laauditif externe, contrairement aux anomalies de la première fente. Le traitement en est simple, c’est l’exérèsepremière fente. Le traitement en est simple, c’est l’exérèse chirurgicale. Lorsque les anomalies de fusion des colliculichirurgicale. Lorsque les anomalies de fusion des colliculi sont beaucoup plus importantes, elles aboutissent ausont beaucoup plus importantes, elles aboutissent au maximum à la microtie. Cette embryopathiemaximum à la microtie. Cette embryopathie entre alors dans un tableau malformatifentre alors dans un tableau malformatif beaucoup plus important qui est celui desbeaucoup plus important qui est celui des syndromes latéraux.syndromes latéraux.
  33. 33. B- Kystes et fistules de la 1ère fente:B- Kystes et fistules de la 1ère fente: Ce sont des anomalies rares à expressionCe sont des anomalies rares à expression auriculobranchiale, représentant moins de 10 % deauriculobranchiale, représentant moins de 10 % de l’ensemble des anomalies branchiales. Les kystesl’ensemble des anomalies branchiales. Les kystes se développent dans la parotide et n’ont aucunese développent dans la parotide et n’ont aucune caractéristique précise en l’absence de fistule. C’estcaractéristique précise en l’absence de fistule. C’est alors l’anatomie pathologique qui fait le diagnostic.alors l’anatomie pathologique qui fait le diagnostic. C’est en fait presque toujours une fistule qui révèleC’est en fait presque toujours une fistule qui révèle le diagnostic. Ces fistules ont un siège tout à faitle diagnostic. Ces fistules ont un siège tout à fait caractéristique dans le triangle de Poncet (délimitécaractéristique dans le triangle de Poncet (délimité par le conduit auditif externe, le bord basilaire de lapar le conduit auditif externe, le bord basilaire de la mandibule et l’os hyoïde).mandibule et l’os hyoïde).
  34. 34. Tout orifice fistuleux situé dans cette aire doit faire aTout orifice fistuleux situé dans cette aire doit faire a priori évoquer une fistule de la première fente. L’orificepriori évoquer une fistule de la première fente. L’orifice endaural est situé sur le plancher du conduit, le plusendaural est situé sur le plancher du conduit, le plus souvent à la jonction ostéochondrale. Il peut ne sesouvent à la jonction ostéochondrale. Il peut ne se présenter que comme une petite dépression au bordprésenter que comme une petite dépression au bord souvent inflammatoire, mais aussi parfois comme unsouvent inflammatoire, mais aussi parfois comme un cholestéatome primitif du conduit auditif externe. À partircholestéatome primitif du conduit auditif externe. À partir de cet orifice, le trajet fistuleux se dirige en bas et ende cet orifice, le trajet fistuleux se dirige en bas et en avant, croise le tronc du nerf facial, voire ses branches deavant, croise le tronc du nerf facial, voire ses branches de division, dans la parotide. Il est toujours situé en dehorsdivision, dans la parotide. Il est toujours situé en dehors des trajets vasculaires et est sensiblement parallèle audes trajets vasculaires et est sensiblement parallèle au trajet du conduit auditif externe. Très rapidement, iltrajet du conduit auditif externe. Très rapidement, il devient superficiel, sous-cutané, et s’ouvre dans l’aire dedevient superficiel, sous-cutané, et s’ouvre dans l’aire de Poncet. À ce niveau, l’ouverture la plus fréquemmentPoncet. À ce niveau, l’ouverture la plus fréquemment rencontrée est rétro-angulo-maxillaire, voire parotidienne.rencontrée est rétro-angulo-maxillaire, voire parotidienne.
  35. 35. L’imagerie contribue au diagnostic en révélant leL’imagerie contribue au diagnostic en révélant le trajet fistuleux sur des coupestrajet fistuleux sur des coupes tomodensitométriques coronales, couplées ou nontomodensitométriques coronales, couplées ou non à une fistulographie. C’est par cet examen queà une fistulographie. C’est par cet examen que l’on pourra éliminer une autre anomaliel’on pourra éliminer une autre anomalie congénitale qui est la persistance du foramen decongénitale qui est la persistance du foramen de Huschke, secondaire à l’absence de fusion duHuschke, secondaire à l’absence de fusion du tympanal. Cette déhiscence, responsabletympanal. Cette déhiscence, responsable d’écoulements salivaires intermittents dans led’écoulements salivaires intermittents dans le conduit auditif externe lors de la mastication, estconduit auditif externe lors de la mastication, est visible sur le scanner qui objective une déhiscencevisible sur le scanner qui objective une déhiscence osseuseosseuse caractéristique.caractéristique.
  36. 36. Le traitement, là encore, ne peut être queLe traitement, là encore, ne peut être que chirurgical. L’intimité des rapports des fistules dechirurgical. L’intimité des rapports des fistules de la première fente avec le nerf facial impose unela première fente avec le nerf facial impose une voie de parotidectomie qui sera prolongée en basvoie de parotidectomie qui sera prolongée en bas jusqu’à l’orifice fistuleux qu’elle circonscrit.jusqu’à l’orifice fistuleux qu’elle circonscrit. Le contrôle du nerf facial permet ensuite de suivreLe contrôle du nerf facial permet ensuite de suivre le trajet fistuleux jusqu’à son ouverture dans lele trajet fistuleux jusqu’à son ouverture dans le conduit auditif externe. À ce niveau, il fautconduit auditif externe. À ce niveau, il faut réséquer soigneusement une collerette de cartilageréséquer soigneusement une collerette de cartilage pour éviter toute récidive.pour éviter toute récidive.
  37. 37. C- Kystes et fistules de la 2ème fente:C- Kystes et fistules de la 2ème fente: Ce sont les plus fréquentes de cesCe sont les plus fréquentes de ces dysembryoplasies d’origine branchiale pardysembryoplasies d’origine branchiale par persistance de tout ou partie du sinus cervical, sepersistance de tout ou partie du sinus cervical, se prolongeant éventuellement par la persistance duprolongeant éventuellement par la persistance du canal de Rabl jusque dans la région amygdalienne.canal de Rabl jusque dans la région amygdalienne. Qu’elle soit primitive ou secondaire à l’ouvertureQu’elle soit primitive ou secondaire à l’ouverture du kyste, l’extrémité inférieure de la fistule est ledu kyste, l’extrémité inférieure de la fistule est le plus souvent le signe clinique de découverte deplus souvent le signe clinique de découverte de cette anomalie. Elle se présente sous la forme d’uncette anomalie. Elle se présente sous la forme d’un petit orifice, toujours situé sur le bord antérieur dupetit orifice, toujours situé sur le bord antérieur du muscle sterno-cléido-mastoïdien à hauteurmuscle sterno-cléido-mastoïdien à hauteur variable et plus ou moins inflammatoire envariable et plus ou moins inflammatoire en fonction de son degré d’infection.fonction de son degré d’infection.
  38. 38. Comme nous l’a montré l’embryologie, le trajetComme nous l’a montré l’embryologie, le trajet fistuleux s’enfonce en haut et en dedans, traversefistuleux s’enfonce en haut et en dedans, traverse le platysma et l’aponévrose cervicale superficielle,le platysma et l’aponévrose cervicale superficielle, croise en dehors l’omohyoïdien, puis se recourbecroise en dehors l’omohyoïdien, puis se recourbe en dedans pour gagner la région du carrefouren dedans pour gagner la région du carrefour carotidien. Il passe ensuite entre le nerf grandcarotidien. Il passe ensuite entre le nerf grand hypoglosse et le ventre postérieur du digastrique,hypoglosse et le ventre postérieur du digastrique, puis chemine entre la carotide interne et lapuis chemine entre la carotide interne et la carotide externe, pour s’ouvrir dans la fossette decarotide externe, pour s’ouvrir dans la fossette de Rosenmüller. Il s’agit là du trajet complet, maisRosenmüller. Il s’agit là du trajet complet, mais bien entendu, lorsque la fistule n’est pas enbien entendu, lorsque la fistule n’est pas en relation avec la première fente entobranchiale, ellerelation avec la première fente entobranchiale, elle est borgne et peut donc s’arrêter à un niveau plusest borgne et peut donc s’arrêter à un niveau plus ou moins haut situé.ou moins haut situé.
  39. 39. La fistulographie est tout à fait caractéristique.La fistulographie est tout à fait caractéristique. Les kystes non fistulisés se présentent sous la forme d’uneLes kystes non fistulisés se présentent sous la forme d’une tuméfaction cervicale latérale, située elle aussi en avant ettuméfaction cervicale latérale, située elle aussi en avant et en dedans du muscle sterno-cléido-mastoïdien, masseen dedans du muscle sterno-cléido-mastoïdien, masse rénitente, relativement mobile, indolore en dehorsrénitente, relativement mobile, indolore en dehors d’épisodes infectieux. Bailey a décrit quatre types ded’épisodes infectieux. Bailey a décrit quatre types de variétés kystiques :variétés kystiques : –– le type I superficiel où le kyste est sous l’aponévrosele type I superficiel où le kyste est sous l’aponévrose cervicale superficielle.cervicale superficielle. –– le type II qui semble plus fréquent ; le kyste est alors situéle type II qui semble plus fréquent ; le kyste est alors situé en région prévasculaire sous l’aponévrose cervicaleen région prévasculaire sous l’aponévrose cervicale moyenne.moyenne. –– le type III, dit intervasculaire, situé dans la fourchele type III, dit intervasculaire, situé dans la fourche formée par la carotide interne et la carotide externe.formée par la carotide interne et la carotide externe. –– enfin le type IV, dit intravasculaire, situé entre la paroienfin le type IV, dit intravasculaire, situé entre la paroi pharyngée et l’axe carotidien.pharyngée et l’axe carotidien.
  40. 40. Dans le type IV, un kyste surinfecté peut faire discuter leDans le type IV, un kyste surinfecté peut faire discuter le diagnostic de phlegmon périamygdalien.diagnostic de phlegmon périamygdalien. Enfin, il faut savoir que, dans 2 %des cas, ces kystesEnfin, il faut savoir que, dans 2 %des cas, ces kystes peuvent être bilatéraux.peuvent être bilatéraux. Dans tous ces cas, la TDM est un examen d’appointDans tous ces cas, la TDM est un examen d’appoint intéressant pour préciser le siège du kyste par rapport auxintéressant pour préciser le siège du kyste par rapport aux éléments vasculaires.éléments vasculaires. Là encore, le traitement est univoque, ce ne peut êtreLà encore, le traitement est univoque, ce ne peut être qu’une exérèse chirurgicale de l’ensemble kyste et fistule.qu’une exérèse chirurgicale de l’ensemble kyste et fistule. Il faudra suivre la fistule tout le long de son trajet, et, siIl faudra suivre la fistule tout le long de son trajet, et, si celle-ci s’abouche dans la fossette de Rosenmüller, unecelle-ci s’abouche dans la fossette de Rosenmüller, une voie d’abord endobuccale est indispensable pour ôter lavoie d’abord endobuccale est indispensable pour ôter la collerette périfistuleuse et retourner en « doigt de gant » lecollerette périfistuleuse et retourner en « doigt de gant » le tractus fibreux vers la cavité buccale, selon la manœuvretractus fibreux vers la cavité buccale, selon la manœuvre décrite par Sistrunk.décrite par Sistrunk.
  41. 41. D- Kystes et fistules de la 3ème fente:D- Kystes et fistules de la 3ème fente: Lorsque seul le trajet interne est modifié, c’est uneLorsque seul le trajet interne est modifié, c’est une anomalie de la troisième fente entobranchiale. Enanomalie de la troisième fente entobranchiale. En effet, si celle-ci rejoint une dysembryoplasieeffet, si celle-ci rejoint une dysembryoplasie ectobranchiale, elle présente les mêmesectobranchiale, elle présente les mêmes caractéristiques que celle de la deuxième fentecaractéristiques que celle de la deuxième fente puisqu’il s’agit de la persistance du sinus cervical. Enpuisqu’il s’agit de la persistance du sinus cervical. En revanche, l’anomalie entoblastique dérive soit durevanche, l’anomalie entoblastique dérive soit du ductus pharyngobranchialis, soit de la persistance duductus pharyngobranchialis, soit de la persistance du canal pharyngothymique. Sur le plan anatomique, lecanal pharyngothymique. Sur le plan anatomique, le trajet fistuleux passe en arrière de la carotide interne,trajet fistuleux passe en arrière de la carotide interne, surcroise le XII et le nerf laryngé supérieur, passesurcroise le XII et le nerf laryngé supérieur, passe sous le XI, puis se dirige en avant et en bas poursous le XI, puis se dirige en avant et en bas pour s’aboucher dans le sinus piriforme.s’aboucher dans le sinus piriforme.
  42. 42. Lorsqu’il s’agit d’un kyste non fistulisé, sa situationLorsqu’il s’agit d’un kyste non fistulisé, sa situation est alors paralaryngée et peut être découverte àest alors paralaryngée et peut être découverte à l’occasion d’une poussée inflammatoire oul’occasion d’une poussée inflammatoire ou infectieuse, à l’origine de troubles respiratoires ou deinfectieuse, à l’origine de troubles respiratoires ou de modification de la voix.modification de la voix. Les kystes bas situés et non communicants en dedans,Les kystes bas situés et non communicants en dedans, ne peuvent être distingués des kystes de la deuxièmene peuvent être distingués des kystes de la deuxième fente. Les kystes haut situés, prélaryngés, peuvent êtrefente. Les kystes haut situés, prélaryngés, peuvent être difficiles à différencier d’un kyste du tractusdifficiles à différencier d’un kyste du tractus thyréoglosse. La TDM peut aider au diagnostic enthyréoglosse. La TDM peut aider au diagnostic en montrant parfois le trajet fistuleux jusqu’à la régionmontrant parfois le trajet fistuleux jusqu’à la région du sinus piriforme.du sinus piriforme. Là encore, le traitement ne peut être que chirurgical,Là encore, le traitement ne peut être que chirurgical, ôtant par cervicotomie tout le trajet fistuleux et tout leôtant par cervicotomie tout le trajet fistuleux et tout le kyste, seul garant de l’absence de récidive.kyste, seul garant de l’absence de récidive.
  43. 43. E- Kystes et fistules de la 4ème fente:E- Kystes et fistules de la 4ème fente: Ils ne méritent qu’une simple mention, car ils sontIls ne méritent qu’une simple mention, car ils sont rarissimes. Il s’agit en fait de la persistance de reliquats durarissimes. Il s’agit en fait de la persistance de reliquats du canal ultimobranchial, reliant la parathyroïde supérieure àcanal ultimobranchial, reliant la parathyroïde supérieure à la région pharyngée. Le trajet fistuleux s’ouvre au fond dula région pharyngée. Le trajet fistuleux s’ouvre au fond du sinus piriforme à travers le muscle constricteur du pharynx,sinus piriforme à travers le muscle constricteur du pharynx, ou même à travers le cartilage laryngé. Cette anomalie,ou même à travers le cartilage laryngé. Cette anomalie, lorsqu’elle existe, se découvre relativement précocementlorsqu’elle existe, se découvre relativement précocement sur des tableaux de dyspnées ou de dysphagies. L’imageriesur des tableaux de dyspnées ou de dysphagies. L’imagerie montre une masse latérocervicale simulant un abcèsmontre une masse latérocervicale simulant un abcès thyroïdien.thyroïdien. L’intervention impose le plus souvent une lobo-L’intervention impose le plus souvent une lobo- isthmectomie thyroïdienne après dissection du nerfisthmectomie thyroïdienne après dissection du nerf récurrent si l’on veut ôter tout le trajet fistuleux.récurrent si l’on veut ôter tout le trajet fistuleux.
  44. 44. ConclusionConclusion

×