Anatomie de La loge
caverneuse
Plan
I. Introduction générale :
A. Rappel anatomique de l’envirenement
intracranien
1. Base du crane
2. dure mère
3. sinus...
V. Exploration :
A. clinique:
B. para clinique : TDM , IRM, angioIRM , angiographie
VI. Voies d’abord
VII.Conclusion:
I. Rappel anatomique
La base du crane est divisée en 3
étages :
L’etage moyen : région
temporosphénoidal , limitée en :
A...
L’envloppe ext représentée par la dure mére : deux feuillets
ext = périoste
int = cloisonnements endocrâniens :
-tentes du...
II. Définition généralités :
 La dénomination « sinus caverneux » doit être abondonnée
au profit de termes plus adaptés :...
Elle est assimilable à une
pyramide quadrangulaire à
grand axe antéro-postérieur et
à sommet tronqué.
Les loges caverneu...
III. Intérêts d’étude :
A. Anatomique : rapports avec : PH , ST, orbite , ACI,
trijumeau, nerfs O-M ( III, IV, VI ), apex ...
1. Pathologie tumorale :
Tumeurs primitives de la loge caverneuse
méningiome , lymphome, neurinome, lipome
Extension de ...
2. Pathologie vasculaire
 Anévrysme de l’artère carotide interne intracaverneuse
 fistules carotido-caverneuses
 Thromb...
3. Pathologie infectieuse:
 Tuberculose
 Mucormycose
 Aspergillose
 Kyste hydatique
4. Pathologie inflammatoire :
 Syndrome de Tolosa Hunt
 Mucocèle sphénoïdale
 Sarcoïdose
 Extension de pseudo-tumeur i...
D. Chirurgical: cette région conditionne tout geste
chirurgical des structure avoisinante
IV.Anatomie descriptive :
A. les parois de la LC
1 ) La paroi médiale :
À sa partie supérieure par la dure-mère de la loge
hypophysaire
Sa partie inférieure est représenté...
2. La2. La paroi inférieure :
ou plancher de la loge caverneuse
Elle correspond au périoste recouvrant la partie
médiale d...
3. Paroi supérieure :
forme triangulaire, limitée par
en dh : la petite circonférence de la tente du cervelet
en dd : la l...
4. L’extrémité antérieure(ou sommet) :
Correspond à la fissure orbitaire supérieure, où les parois périostéo-dure-
mérienn...
5. La paroi postérieure :
Constituée par la dure-mère située entre le bord latéral de la lame quadrilatère en
dedans et l’...
6. La paroi latérale :6. La paroi latérale :
Elle est constituée de deux feuillets
aisément
séparables ( tendu de la petit...
B. Rapport intrinsèque de
la LC
( éléments V-N )
1. Carotide interne :
Aborde la LC à l'angle postéro latéral
de sa face inférieure et en émerge
à la partie antéro médiale...
• Sa portion initiale a une direction ascendante (segment C5) vers le processus clinoïdien
postérieur.
• Un premier coude ...
Branches collattérales de l’ACI:
1/ Les collatérales de la portion C5 du
siphon carotidien :
-Tronc postéro-supèrieur (mén...
2. Plexus veineux ( sinus caverneux )
 Structure :
Les LC caverneuses sont composées de
nombreux éléments veineux de peti...
Les LC constituent un
important carrefour veineux
de la base du crâne où
communiquent des branches
afférentes et des branc...
 Branches afférentes :
• Les veines ophtalmiques supérieure
et inférieure.
• La veine centrale de la rétine
• Le sinus sp...
 Branches efférentes :
Des SC partent en arrière des canaux de
dégagement qui drainent le sang veineux du
confluent antér...
3. Nerfs crâniens:
 Le nerf abducens (VI) :
pénètre dans la loge caverneuse par le
canal de Dorello situé dans la paroi
p...
4. PLEXUS SYMPATHIQUE
Il existe 2 voies sympathiques traversant
la loge caverneuse :
• La voie parasympathique :
Elle acco...
C . Rapports extrinsèque de la LC
• Vers l’avant :
l’orbite via la fissure
orbitaire ou
Sphénoïdale
supérieure.
• Vers l’arrière :
le cavum de Meckel
et la ...
• Vers le haut et au dessus du
prolongement du diaphragme sellaire :
la citerne opto-chiasmatique le chiasma et
lepolygone...
• Latéralement :
la fosse temporale
• Médialement :
l’hypophyse.
Fig. 6: Vue chirurgicale latérale, inférieure et postérieure des nerfs crâniens (N): 1- segment
caverneux de l’ACI; 2-N oc...
IV. Exploration :
A. clinique :
Les lésions de la LC se traduisent par :
• Une diplopie, du fait d’une paralysie d’un ou
plusieurs nerfs oc...
• Des paralysies du III, VI, V et IV, voire une
ophtalmoplégie complète.
• Un syndrome de Claude Bernard Horner par attein...
• Une exophtalmie par extension des tumeurs de la loge
caverneuse à travers la fente sphénoïdale vers l’orbite.
• Une hype...
B. Paraclinique :
• TDM :TDM : La TDM garde toujours une place dans
l’exploration de la loge caverneuse et elle est
souven...
Radio anatomie normale
On se propose de montrer des coupes de
scanner et d’IRM illustrant la radio anatomie
normale
Angio scanner cérébral :coupe coronale
Coupes TDM sans et prés injection de PDC
IRM et Angio-IRM
 L’IRM, grâce à la possibilité de la réalisation
de coupes fines et de l’étude multiplanaire,
est l’exam...
RAPPEL DE LA TECHNIQUE D’EXPLORATION IRM:
• L’imagerie IRM permet une étude multiplanaire en
haute résolution (coupes fine...
• Une angio-IRM complémentaire permet :
(1) d’évaluer les sténoses, les obstructions du
siphon et les fistules carotidocav...
Coupes coronales en SE pondérées T1
Fig. 11: Coupes frontales en T1 en inversion-récupération (a) et en T2 (b): 1-
hypophyse; 2-paroi durale du toit; 3- paroi...
Radio anatomie pathologique
• Tumeur du cavum
• Mucocéle sphénoïdale
• Thromose veineuse de la LC
Tumeur du cavum:
• Le pouvoir métastatique et dont le pronostic dépend de
son extension locorégionale
• Il s’agit surtout ...
TDM cérébrale: coupes coronales après injection en fenêtre osseuse et
parenchymateuse, coupe axiale APC
Tumeur du cavum avec extension à la loge caverneuse gauche le
long du nerf mandibulaire ( )
IRM coupes coronale et axiale ...
Thrombose veineuse de la LC
• Pathologie grave.
• Habituellement secondaires à une infection de
la sphère ORL, le staphylo...
IMAGERIE : TDM et IRM
• signes directessignes directes : défaut d’opacification ou
opacification hétérogène des loges cave...
TDM cérébrale, coupes axiale et coronale après injection de PC
Défaut d’opacification de la loge caverneuse droite qui est...
IRM coupes axiale et coronale T1 après
gadolinium
Opacification hétérogène de la loge caverneuse gauche avec bombement de
...
Mucocèle sphénoïdale
Processus expansif intra sphénoïdal spontanément hypodense, avec un
fin rehaussement en périphérie
Ér...
IRM coupes axiales T1 et T2:
Processus expansif intra sphénoïdal, en
hyposignal T1, hypersignal T2, s’étendant à
la LC gau...
VI. Voies d’abord:
 Ptérionale étendue à la région paraclinoidienne:
volet fronto-temporal orbito-zygomatique en monobloc...
VII. Conclusion
• La loge caverneuse est une région anatomique complexe et profonde qui livre
passage à de multiples éléme...
Je vous remercie
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Loge caverneuse
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Loge caverneuse

3 960 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 960
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Loge caverneuse

  1. 1. Anatomie de La loge caverneuse
  2. 2. Plan I. Introduction générale : A. Rappel anatomique de l’envirenement intracranien 1. Base du crane 2. dure mère 3. sinus de la dure mère II. Définition généralités III. Intérêts d’études :
  3. 3. V. Exploration : A. clinique: B. para clinique : TDM , IRM, angioIRM , angiographie VI. Voies d’abord VII.Conclusion:
  4. 4. I. Rappel anatomique La base du crane est divisée en 3 étages : L’etage moyen : région temporosphénoidal , limitée en : Avant : petites ailes sph, jugum sph, processus clinoide ant . Arrière : dos selle, bord sup rocher, processus C P Sur la ligne médiane : d’avant en arrière : Sillon préchiasmatique avec extrémité CO Selle turcique : tubercule et dos de la selle T b De chaque coté : Sillon de l’ACI Fosse sphéno-temporale
  5. 5. L’envloppe ext représentée par la dure mére : deux feuillets ext = périoste int = cloisonnements endocrâniens : -tentes duremériennes -faux duremérienne
  6. 6. II. Définition généralités :  La dénomination « sinus caverneux » doit être abondonnée au profit de termes plus adaptés : loge caverneuse, loge ostéodurale latérosellaire , parasellaire ou loge interpériostodurale parasellaire, plexus veineux parasellaire  La loge caverneuse est ( LC ) une zone complexe et profonde, c’ est une loge dure-mérienne extradurale située de part et d’autre de la loge sellaire. Elle est considérée comme le prolongement intracrânien des cavités orbitaires.
  7. 7. Elle est assimilable à une pyramide quadrangulaire à grand axe antéro-postérieur et à sommet tronqué. Les loges caverneuses, de siège extradural, sont des structures paires et symétriques situées de part et d’autre de la loge sellaire. Elles s’étendent de l’apex pétreux jusqu’à la fissure orbitaire supérieure de l’os sphénoïdal La loge caverneuse a une structure réticulaire, et des parois constituées de dure- mère et de périoste.
  8. 8. III. Intérêts d’étude : A. Anatomique : rapports avec : PH , ST, orbite , ACI, trijumeau, nerfs O-M ( III, IV, VI ), apex pétreux B. Physiologique : le drainage veineux de la face, orbite et des sinus C. Pathologique : le plus important • Pathologie tumorale • Pathologie vasculaire • Pathologie infectieuse • Pathologie inflammatoire
  9. 9. 1. Pathologie tumorale : Tumeurs primitives de la loge caverneuse méningiome , lymphome, neurinome, lipome Extension de tumeurs de voisinage: Du nasopharynx: tumeure du cavum et fibrome N-P Du sphénoïde Hypophyse : adénome Des sinus de la face Métastases
  10. 10. 2. Pathologie vasculaire  Anévrysme de l’artère carotide interne intracaverneuse  fistules carotido-caverneuses  Thromboses veineuses des loges caverneuses  Autres: hémangiome caverneux, dysgénésie carotidienne
  11. 11. 3. Pathologie infectieuse:  Tuberculose  Mucormycose  Aspergillose  Kyste hydatique
  12. 12. 4. Pathologie inflammatoire :  Syndrome de Tolosa Hunt  Mucocèle sphénoïdale  Sarcoïdose  Extension de pseudo-tumeur inflammatoire de l’orbite
  13. 13. D. Chirurgical: cette région conditionne tout geste chirurgical des structure avoisinante
  14. 14. IV.Anatomie descriptive : A. les parois de la LC
  15. 15. 1 ) La paroi médiale : À sa partie supérieure par la dure-mère de la loge hypophysaire Sa partie inférieure est représentée par le périoste recouvrant la face latérale du sphénoïde
  16. 16. 2. La2. La paroi inférieure : ou plancher de la loge caverneuse Elle correspond au périoste recouvrant la partie médiale de la face supérieure de la grande aile du sphénoïde
  17. 17. 3. Paroi supérieure : forme triangulaire, limitée par en dh : la petite circonférence de la tente du cervelet en dd : la ligne diclinoidienne antéro-post = ligament interclinoidien en avant : apophyse clinoide ant en arrière : la grande circonférence de la T du C qui gagne l’ACP
  18. 18. 4. L’extrémité antérieure(ou sommet) : Correspond à la fissure orbitaire supérieure, où les parois périostéo-dure- mérienne de la loge sellaire se continue avec le périoste orbitaire. Cette fissure est traversée par les nerfs moteurs oculaires, le nerf ophtalmique et par les veines ophtalmiques.
  19. 19. 5. La paroi postérieure : Constituée par la dure-mère située entre le bord latéral de la lame quadrilatère en dedans et l’extrémité antérieure de l’os pétreux en dehors et est renforcée par leligament pétro-clinoidien-postèrieur. Elle est traversée par le canal de Dorello : canal de pénétration du nerf abducens (VI) et de sa gaine méningée. La partie postérieure de la loge caverneuse contient l’extension antérieure de la citerne du ganglion de Gasser.
  20. 20. 6. La paroi latérale :6. La paroi latérale : Elle est constituée de deux feuillets aisément séparables ( tendu de la petite circonférence à la grande aile du sphénoide en dh du trou ovale et grand rond ) : un « superficiel » ou latéral qui est la dure-mère de la fosse crânienne moyenne et un «profond » ou médial, composé des différentes gaines méningées et périphériques des nerfs III, IV et V1, qui ne sont reliées entre elles que par le tissu conjonctif environnant. Cette paroi se continue : En avant : avec la dure mère qui oblitère la FOS En arrière: avec la dure mère de la face endocranieene ant du rocher
  21. 21. B. Rapport intrinsèque de la LC ( éléments V-N )
  22. 22. 1. Carotide interne : Aborde la LC à l'angle postéro latéral de sa face inférieure et en émerge à la partie antéro médiale de sa face supérieure. Elle n’est fixée qu’à ses points d'entrée et de sortie. Décrit un trajet sinueux Dans son trajet intracrânien, la carotide interne décrit une série de courbes, appelée le siphon. Ce siphon carotidien est divisé Selon la classification de Fischer en 5 segments :C5, C4, C3,C2,C1 : trois intra caverneux et deux supra caverneux
  23. 23. • Sa portion initiale a une direction ascendante (segment C5) vers le processus clinoïdien postérieur. • Un premier coude à l’angle droit oriente la portion C4 horizontalement vers l’avant, où la carotide interne est longée sur sa face latérale par le nerf abducens (VI). • Un deuxième angle à convexité antérieure dirige vers le haut le segment C3. • Vers la face médiale du processus clinoïde antérieur, l’ACI perfore le toit de la loge à travers un anneau fibreux pour devenir extra caverneuse, intra durale, juxtaclinoidienne (segment C2). • Le segment C1 correspond à la partie supra- clinoïdienne de l’ACI.
  24. 24. Branches collattérales de l’ACI: 1/ Les collatérales de la portion C5 du siphon carotidien : -Tronc postéro-supèrieur (méningo- hypophysaire): Artère basale de la tente. Artère hypophysaire inférieure. Artère méningée dorsale. 2/ Les collatérales de la portion C4 du siphon carotidien : • Les artères capsulaires.Les artères capsulaires. • Le tronc inféro-latéral :Le tronc inféro-latéral : Il se divise rapidement en trois branches supérieure, antérieure et postérieure. La branche supérieure vascularise le toit du sinus caverneux. La branche antérieure donne un rameau médial pour les nerfs oculomoteurs, et un rameau latéral qui se termine en arrière du trou rond (foramen rotundum) s'anastomosant avec l’artère maxillaire interne. La branche postérieure donne des rameaux pour le VI et surtout pour le V. 1: tronc inféro-latéral, 2: branche sup, 3: branche ant, 4: branche maxillaire, 5: branche mandibulaire, 6: nerf oculomoteur, 7: nerf trochléaire, 8: nerf abducens, 9: nerf ophtalmique, 10: nerf max, 11: n mandibulaire, 12: ganglion trigéminal, 13: CID, 14: tronc méningo-hypophysaire
  25. 25. 2. Plexus veineux ( sinus caverneux )  Structure : Les LC caverneuses sont composées de nombreux éléments veineux de petit calibre séparés par des septa fibreux. Ils sont classés en cinq groupes: • Les veines de la paroi latérale: constantes, • Le groupe veineux inférolatéral: situé sous l'artère carotide interne (ACI) et soulignant les nerfs ophtalmique (V1) et maxillaire (V2), • La veine de la gouttière carotidienne: située entre l'artère carotide interne et la gouttière que forme l'artère sur le sphénoïde, • La veine interne médiale: située entre l'artère carotide interne et l'hypophyse, • Le plexus péricarotidien: composé de veines très fines. Les veines crâniennes et intracrâniennes sont dépourvues de valvules.
  26. 26. Les LC constituent un important carrefour veineux de la base du crâne où communiquent des branches afférentes et des branches efférentes :
  27. 27.  Branches afférentes : • Les veines ophtalmiques supérieure et inférieure. • La veine centrale de la rétine • Le sinus sphéno-pariétal: reçoit des v diploiques, des v méningées et des v cérébrales en particulier la cérébrale moyenne superficielle. • Le sinus coronaire : reliant entre elles les deux LC et le plexus basilaire. • Le sinus occipital transverse : il unit d’un coté à l’autre les extrémités postérieures des SC et les origines des sinus pétreux. • Des veines émissaires : le SC communique avec le plexus ptérygoïdien du même coté par 4 veines émissaires ( la v du trou ovale, la v du trou grand rond, la v du trou de Vésale inconstantes, les v du trou déchiré antérieur).
  28. 28.  Branches efférentes : Des SC partent en arrière des canaux de dégagement qui drainent le sang veineux du confluent antérieur vers les sinus latéraux : • Les sinus pétreux supérieur et inférieur: drainent le réseau veineux caverneux vers le sinus transverse et le golf de la jugulaire interne. • Sinus petro occipital. • Plexus ou sinus carotidien.
  29. 29. 3. Nerfs crâniens:  Le nerf abducens (VI) : pénètre dans la loge caverneuse par le canal de Dorello situé dans la paroi postérieure et traverse la loge en restant au contact de la portion C4 de l'artère carotide interne pour gagner la fissure orbitaire supérieure.  Les nerfs oculomoteur (III), trochléaire (IV), ophtalmique(V1) et maxillaire(V2): sont plaqués à la face médiale de la paroi latérale de la LC, entourés d'une gaine méningée. Les nerfs III, IV , VI et V1 gagnent: la fissure orbitaire supérieure. le V2 gagne le foramen 1:ACI, 2:N oculo-moteur, 3:N trochléaire, 4:N ophtalmique, 5:N maxillaire, 6: N abducens,, 7:Hypophyse, 8:sympathique péri carotidien, 9: apophyse clinoide antérieur, 10:groupe veineux
  30. 30. 4. PLEXUS SYMPATHIQUE Il existe 2 voies sympathiques traversant la loge caverneuse : • La voie parasympathique : Elle accompagne le nerf oculomoteur jusqu’à l’orbite, fait relais dans le ganglion ciliaire. Elle donne des fibres post-ganglionnaires qui vont innerver le muscle ciliaire et le muscle sphincter de la pupille. • La voie orthosympathique : Elle est représentée par le sympathique péricarotidien
  31. 31. C . Rapports extrinsèque de la LC
  32. 32. • Vers l’avant : l’orbite via la fissure orbitaire ou Sphénoïdale supérieure. • Vers l’arrière : le cavum de Meckel et la partie supérieure de la citerne de l’ongle ponto-cérébelleux.
  33. 33. • Vers le haut et au dessus du prolongement du diaphragme sellaire : la citerne opto-chiasmatique le chiasma et lepolygone de Willis. • Vers le bas: le corps du sphénoïde et son sinus pneumatisé.
  34. 34. • Latéralement : la fosse temporale • Médialement : l’hypophyse.
  35. 35. Fig. 6: Vue chirurgicale latérale, inférieure et postérieure des nerfs crâniens (N): 1- segment caverneux de l’ACI; 2-N oculomoteur; 3-N trochléaire, 4-N abducens; 5-N ophtalmique; 6-N maxillaire; 7-N mandibulaire; 8-Os pétreux; 9-N facial et cochléo-vestibulaire; 10-N glossopharygien, vague et accessoire; 11-cervelet; 12-hémisphére cérébral droit; 13- hypothalamus; 14-N optique droit.
  36. 36. IV. Exploration :
  37. 37. A. clinique : Les lésions de la LC se traduisent par : • Une diplopie, du fait d’une paralysie d’un ou plusieurs nerfs oculomoteurs. • Des douleurs à projection rétro-orbitaire et/ou temporale. • Des algies faciales et surtout hypoesthésies dans le territoire du V1 par atteinte du nerf trijumeau.
  38. 38. • Des paralysies du III, VI, V et IV, voire une ophtalmoplégie complète. • Un syndrome de Claude Bernard Horner par atteinte du sympathique péricarotidien. • Une compression des voies visuelles suprasellaires par une extension supérieure d’une lésion développée au sein de la LC.
  39. 39. • Une exophtalmie par extension des tumeurs de la loge caverneuse à travers la fente sphénoïdale vers l’orbite. • Une hyperprolactinémie par adénome hypophysaire ou par extension vers la loge sellaire et compression hypophysaire d’autres lésions. • Des signes de compression du tronc cérébral et du paquet acoustico-facial: vertiges, surdité de perception, paralysie faciale… • Une exophtalmie pulsatile, associée à des dilatations veineuses conjonctivales et à un souffle peuvent être la traduction des fistules carotidocaverneuses • Des signes d’ischémie cérébrale peuvent compliquer une lésion carotidienne intracaverneuse.
  40. 40. B. Paraclinique : • TDM :TDM : La TDM garde toujours une place dans l’exploration de la loge caverneuse et elle est souvent réalisée en première intention. Elle permet une meilleure étude de l’os dans une région située au contact de la base du crâne, mais également la recherche de calcifications intra tumorales.
  41. 41. Radio anatomie normale On se propose de montrer des coupes de scanner et d’IRM illustrant la radio anatomie normale
  42. 42. Angio scanner cérébral :coupe coronale
  43. 43. Coupes TDM sans et prés injection de PDC
  44. 44. IRM et Angio-IRM  L’IRM, grâce à la possibilité de la réalisation de coupes fines et de l’étude multiplanaire, est l’examen de choix pour l’étude de la pathologie de la loge caverneuse. Les coupes coronales sont les plus intéressantes. L’angio-RM permet un diagnostic de la pathologie vasculaire de la loge, mais également le retentissement des processus tumoraux sur les artères carotides internes.
  45. 45. RAPPEL DE LA TECHNIQUE D’EXPLORATION IRM: • L’imagerie IRM permet une étude multiplanaire en haute résolution (coupes fines de 1 à 3 mm d’épaisseur). • Les coupes sagittales, frontales et axiales pT1 avant et après injection de gadolinium particulièrement avec saturation du signal de la graisse permettent de mieux apprécier l’extension infracaverneuse et surtout antérieure intra-orbitaire des masses caverneuses. • Des coupes frontales pT2 et pT1 avec inversion- récupération sont utiles pour établir l’extension intrasellaire des lésions expansives intracaverneuses.
  46. 46. • Une angio-IRM complémentaire permet : (1) d’évaluer les sténoses, les obstructions du siphon et les fistules carotidocaverneuses post-traumatiques sur les séquences en temps de vol (TOF). • (2) d’évaluer les suspicions de thrombophlébite ou de fistule durale de la LC sur une angio-IRM veineuse, soit en contraste de phase avec étude des flux lents, soit en pT1 ultrarapide après injection de gado.
  47. 47. Coupes coronales en SE pondérées T1
  48. 48. Fig. 11: Coupes frontales en T1 en inversion-récupération (a) et en T2 (b): 1- hypophyse; 2-paroi durale du toit; 3- paroi latérale du SC; 4-la portion intracaverneuse de ACI; 5-la portion supracaverneuse de ACI; 6-veine de la gouttière carotidienne. a b
  49. 49. Radio anatomie pathologique • Tumeur du cavum • Mucocéle sphénoïdale • Thromose veineuse de la LC
  50. 50. Tumeur du cavum: • Le pouvoir métastatique et dont le pronostic dépend de son extension locorégionale • Il s’agit surtout de carcinomes épidermoïdes plus ou moins différenciés. Le plus fréquent est l’UCNT (Undifferentiated Carcinoma of Nasopharyngial Type). • L’anatomie particulière du nasopharynx, marquée par la présence de zones de faiblesse, est à l’origine d’une extension locorégionale souvent importante. Il est notamment en relation en haut avec la base du crâne et les foramens de la base.
  51. 51. TDM cérébrale: coupes coronales après injection en fenêtre osseuse et parenchymateuse, coupe axiale APC
  52. 52. Tumeur du cavum avec extension à la loge caverneuse gauche le long du nerf mandibulaire ( ) IRM coupes coronale et axiale T1 avec gado
  53. 53. Thrombose veineuse de la LC • Pathologie grave. • Habituellement secondaires à une infection de la sphère ORL, le staphylocoque doré est le germe le plus fréquent. • Peut être d’origine aseptique. • Clinique : ophtalmoplégie associée à une exophtalmie, un chémosis, un oedème orbitaire, une paralysie des nerfs oculomoteurs, dans un contexte septique.
  54. 54. IMAGERIE : TDM et IRM • signes directessignes directes : défaut d’opacification ou opacification hétérogène des loges caverneuses. • Signes indirectesSignes indirectes : élargissement de la loge caverneuse avec bombement de sa paroi externe, prise de contraste de la paroi externe, exophtalmie et oedème orbitaire, densification de la graisse orbitaire, dilatation des veines ophtalmiques à opacification incomplète, hypersignal T2 hypophysaire en IRM. • IRM supérieure au scanner dans l’évaluation des signes indirects, recherche du retentissement sur le parenchyme hypophysaire et détection de complicattions intracrâniennes infectieuses ou vasculaires. • Trt : Antibiothérapie.
  55. 55. TDM cérébrale, coupes axiale et coronale après injection de PC Défaut d’opacification de la loge caverneuse droite qui est élargie, à paroi externe bombée , en rapport avec une thrombophlébite
  56. 56. IRM coupes axiale et coronale T1 après gadolinium Opacification hétérogène de la loge caverneuse gauche avec bombement de la paroi latérale. Les veines thrombosées restent en hyposignal
  57. 57. Mucocèle sphénoïdale Processus expansif intra sphénoïdal spontanément hypodense, avec un fin rehaussement en périphérie Érosion de la paroi latérale gauche du sinus sphénoïdal avec extension à la loge caverneuse gauche qui est à paroi externe convexe.
  58. 58. IRM coupes axiales T1 et T2: Processus expansif intra sphénoïdal, en hyposignal T1, hypersignal T2, s’étendant à la LC gauche. IRM coupes coronales T1 après injection de gadolinium: Rehaussement périphérique de la lésion
  59. 59. VI. Voies d’abord:  Ptérionale étendue à la région paraclinoidienne: volet fronto-temporal orbito-zygomatique en monobloc: apré dessection de la branche frontal du VII  Epidural temporopolaire transcaverneuse ( transpétreuse ): aproche extra-dural par clinoidectomie ant Canal optique triangle ant de la FCM triangle moyen de la pointe du rocher ouverture du SC  Transmaxillosphénoidale  Endoscopique trans-sphénoidale ( en cours
  60. 60. VII. Conclusion • La loge caverneuse est une région anatomique complexe et profonde qui livre passage à de multiples éléments nobles vasculo-nerveux, et notamment les nerfs oculomoteurs et l’artère carotide interne intracaverneuse. • Une atteinte de la loge caverneuse est responsable d’une symptomatologie ophtalmologique et dont le maître signe est la diplopie • La pathologie de cette région est riche et variable (tumorale, vasculaire, infectieuse et inflammatoire). • L’étude de la loge caverneuse a bénéficié du développement des moyens d’imagerie en coupe, TDM et surtout l’IRM. • L’IRM, grâce à la possibilité de la réalisation de coupes fines et de l’étude multiplanaire, est l’examen de choix pour l’étude de la pathologie de la loge caverneuse. Les coupes coronales sont les plus intéressantes.
  61. 61. Je vous remercie

×