Mastoïdit
e
aiguë
Plan
i. Définition / Généralités.
ii. Rappel anatomique.
iii. Anatomie pathologique
iv. Etiopathogénie :
A. Épidémiologie ...
i. définition / généralités
atteinte infectieuse des cavités mastoïdiennes avec destruction de
l’os mastoïdien réalisant u...
La plus part des cas sont dus à Streptococcus pneumoniae
mais d’autres germes peuvent être en cause.
La moitié des patient...
ii. rappel anatoMique
a. Développement anatomique de la
mastoïde:
Partie postérieure de la première fente branchiale.
A la...
B. Anatomie descriptive:
Elle affecte la forme d’une pyramide triangulaire à sommet antéro-inferieur et externe
et présent...
C. Rapports intramastoïdiens:
D. Les groupes cellulaires
mastoïdiens:
Le groupe antérieur pré-sinusien :
Une couche superficielle :
•Cellules péri-antra...
Le groupe postérieur :
– Le groupe pré-sinusien :
Les cellules inter-sinuso-durmeriennes de Trautmann: sont à
l’origine de...
III. AnAtomIe pAthologIque
Stade de mucopériostite: inflammation du mucopérioste de OM
( lésions réversibles sous traiteme...
IV. etIopAthogénIe
A. Épidémiologie :
Age: jeunes enfants et nourrisons : garson de race blanche de 04mois-14 ans, pics
va...
B. Bactériologie :
Les germes retrouvés sont :
Streptococcus pneumoniae : le plus retrouvé
Haemophilus influenzae.
Stap...
V. étude clInIque
tdd : mastoïdite aigue de l’enfant
extériorisée dans la région rétro-
auriculaire :
A signes d appel:
 ...
B. Signes
physiques :
Inspection :
 Tuméfaction et rougeur
Mastoïdienne.
 Décollement du pavillon ( en bas
et en avant )...
B. Signes physiques :
Otoscopie : Tympan pratiquement toujours
anormal..
 Aspect en « pie de vache » 10 % des cas.
 Perf...
C. Examen
complémentaires:
Biologie non spécifique :
Hyperleucocytose (PNN).
 Anémie ferriprive.
 Prélèvement +
antibio...
 TDM : +++ est l’examen de choix, permet de voir l’état
des cellules mastoïdiennes et surtout de déceler les
complication...
VI. Formes cliniques :
A. Formes anatomiques :
Extériorisation rétroauriculaire : la plus fréquente.
Infiltration volumineuse,
rapidement fluctunante de
la région tempero-
zygomatique et
prétragienne qui décolle
et refoule ...
Extériorisation postérieure :
rare, extériorisation vers la peau ou vers les muscles au niveau du bord
postérieur de la ma...
B. Formes selon l’age :
Adulte : identique mais moins fréquente.
Sujet âgé : forme insidieuse, tympan infiltré avec amaigr...
D. Mastoïdites subaiguës ou latentes : diagnostic
évoqué devant otite traînante, SG (fébricule), tympan épaissi et l’exame...
E. Mastoïdite masquée :
trompeuse à tympan normal, l’imagerie
redresse le diagnostic (complications
fréquentes).
F. Mastoï...
VII. DIagnostIc
A. Positif : clinique .
Signes fonctionnels dans les suites d’une OMA.
Signes physiques et aspects caracté...
Certaines tumeurs rétroauriculaire:
kyste rétroauriculaire
Certaines tumeurs ou
pseudotumeurs del’OM:
Rhabdomyosarcome de ...
IIX. EVolutIon  complIcatIons
A.sous traitement médical : Précoce (avant 15
jours) : bonne évolution.
B. En l’absence de t...
Thrombophlébite du sinus latéral : asymptomatique.
IX. traItEmEnt
A. Buts :
Détersion du foyer infectieux..
Eviter les complications.
Assécher l’oreille.
B. Moyens :
Traitem...
 Présomption BGN : Aminoside à 7,5 mg/j/03inj en IVL/J
Anaérobies : métronidazol (flagyl).
Durée du traitement en cas d...
C. Indications :
Mastoïdite aigue :
traitement médical :(avant 15 ).
Mastoïdéctomie: après 15 jours ou persistance des sym...
Conclusion
Les mastoïdes sont des affections fréquentes.
La présentation clinique classique est celle d’un décollement
du ...
Mastoïdite aiguë
Mastoïdite aiguë
Mastoïdite aiguë
Mastoïdite aiguë
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mastoïdite aiguë

2 065 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 065
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mastoïdite aiguë

  1. 1. Mastoïdit e aiguë
  2. 2. Plan i. Définition / Généralités. ii. Rappel anatomique. iii. Anatomie pathologique iv. Etiopathogénie : A. Épidémiologie ; B. Bactériologie ; v. Étude clinique : TDD mastoïdite aigue de l’enfant. A. Signes d appels . B.B. Signes physiques. C. Examens complémentaires. vi. Formes cliniques : A. Formes anatomiques. B. Formes selon l’age. C. Formes selon le terrain. vii. Diagnostic : A. Diagnostic positif. B. Diagnostic différentiel. viii.Évolution/Complications A. Sous traitement médical. B. Sans traitement. ix. Traitement ; A. buts. B. Moyens.
  3. 3. i. définition / généralités atteinte infectieuse des cavités mastoïdiennes avec destruction de l’os mastoïdien réalisant une ostéite. Selon la durée d’évolution de cette infection on parle de mastoïdite aigue,subaigue et chronique Suivant la symptomatologie auriculaire on parle de mastoïdite aiguë extériorisée (abcès sous-périosté ou simple périostite) ou de mastoïdite masquée (latente). observée éssentiellement chez les nourrissons et les jeunes enfants (oto-antrite ou mastoïdite). Complication la plus fréquente et la plus précoce des OMA. Fréquence diminuée grâce à l’antibiothérapie.
  4. 4. La plus part des cas sont dus à Streptococcus pneumoniae mais d’autres germes peuvent être en cause. La moitié des patients se présentent avec le tableau classique de décollement du pavillon de l’oreille avec un tympan modifié. Les complications peuvent être sévères: abcès sous-périosté, abcès cervical, paralysie faciale, labyrinthite aiguë, méningite, abcès intracrânien, thrombose du sinus latéral. Les mastoïdites masquées à tympan normal sont généralement révélées par de telles complications. Les mastoïdites subaiguës se caractérisent par la persistance de signes otoscopiques et de signes infectieux malgré une antibiothérapie prolongée. pronostic est bon sous antibiothérapie adaptée ,complétée par (Mastoïdéctomie si échec ou complication).
  5. 5. ii. rappel anatoMique a. Développement anatomique de la mastoïde: Partie postérieure de la première fente branchiale. A la naissance, une seule cellule : l’antre mastoïdien (aditus ad antrum ). Pneumatisée par résorption ostéoblastique et dèdifférentiation de la moelle osseuse en mésenchyme lâche. Mastoïde définitive 05 ans
  6. 6. B. Anatomie descriptive: Elle affecte la forme d’une pyramide triangulaire à sommet antéro-inferieur et externe et présente : 03 faces: externe, interne, antérieure 03 bords: antérieur, supérieur et postérieur Base: endocrânienne Sommet:
  7. 7. C. Rapports intramastoïdiens:
  8. 8. D. Les groupes cellulaires mastoïdiens: Le groupe antérieur pré-sinusien : Une couche superficielle : •Cellules péri-antrales ( Lenoir) . •Cellules sous-antrales . Une couche profonde ; Antre Cellules sous-antrales (trainée intersinusofaciale de Lombard), à l’origine de la mastoïdite jugulo-digastrique de Mouret. Des cellules accessoires: Les cellules susantrales , les cellules péri-faciales et notament rétro- faciales. Le groupe de la pointe: Mastoïdite de Bezolt(fusant dans SCM)
  9. 9. Le groupe postérieur : – Le groupe pré-sinusien : Les cellules inter-sinuso-durmeriennes de Trautmann: sont à l’origine des mastoidites postéro-superieures. Les cellules intersinuso-antrales: inconstantes – Le groupe rétro-sinusien: sont à l’origine des mastoidites postéro-inferieures. Les groupes aberrants: Les cellules temporo- zygomatiques(mastiodites temporo-zygomatiques) Les cellules occipitomastoidiennes Les cellules pétreuses(pétrosites)
  10. 10. III. AnAtomIe pAthologIque Stade de mucopériostite: inflammation du mucopérioste de OM ( lésions réversibles sous traitement car les structures osseuses sont encore intactes ). Stade de périostite: l’inflammation Se propage au périoste par les veinules : l’accumulation dans l’antre des secrétions produit une déminéralisation et cassure de la matrice osseuse. Les cloisons intercellulaires disparaissent, réalisant de larges cavités (exsudat purulent,granulations mucopériostées). Extension (corticale) . Stade de fistulisation: fistulisation avec diffusion du pus vers les espaces contigus: région rétroauriculaire ,cou, cervelet ou lobe temporal Macroscopiquement : image classique (ostéite en sucre mouillé) ostéose condensante. Microscopiquement: granulome (aigue), nécrose (subaigue)
  11. 11. IV. etIopAthogénIe A. Épidémiologie : Age: jeunes enfants et nourrisons : garson de race blanche de 04mois-14 ans, pics variables ( des cas à 02 mois et à l age adulte ont été décrite). Sexe : Léger prédominance masculine. Saison (automne, hiver). Facteurs favorisants : Des facteurs favorisants des OMA ont été mis en évidence:carence en fer, terrain atopique, RGO, mode de vie. Mais plus de la moitié des patients qui ont une mastoidite aigue n’ont pas de passé otitique connu, certains auteurs pensent que la mastoidite (oto -antrite) est favorisée : par absence d’imminuté locale, en l’absence d’antécédents de contact bacterien par les conditions anatomiques défavorables: la petite taille et la mauvaise perméabilité des voies de communication entre les diverses cellules mastoidiennes et particulierement l’additus ad antrum . Trompe auditive plus courte et plus rectiligne. Virulence du germe. Mauvaise condition hygiénique. OMA non ou mal traitée (paracentèse tardive). Les mastoidites survenant au cours des maladies infectieuses (scarlatine, rougeole, grippe) sont graves par leur évolution suraigue et nécrosante Voies de propagation de linfection: Complication la plus fréquente et la plus précoce des OMA. La voie externe post-traumatique et hématogène sont possibles mais exceptionnelle.
  12. 12. B. Bactériologie : Les germes retrouvés sont : Streptococcus pneumoniae : le plus retrouvé Haemophilus influenzae. Staphylococcus aureus. Streptococcus pyogenes. Pseudomonas aeruginosa. ainsi que des anaérobies. Les prélèvements dans 50% à 80 % sont monomicrobiens ou polymicrobiens. Ils sont souvent stériles ( Antibiothérapie préalable insuffisante). Existence de souches de pneumocoque résistantes (recrudescence des mastoïdites extériorisées dans les années à venir). Le pouvoir ostéolytique de ces germes explique l’inefficacité des voies orales d’antibiotiques à mauvaise pénétration osseuse.
  13. 13. V. étude clInIque tdd : mastoïdite aigue de l’enfant extériorisée dans la région rétro- auriculaire : A signes d appel:  Décollement du pavillon de l oreille vers le bas et vers l avant. Douleur rétroauriculaire (irradiant à la mastoïde et l’hémicrâne correspondant ) augmentant la nuit ( insomnie). signes généraux : fièvre (38 °C) et altération de l’état général. L’otorrhée abondante et persistante après 15 jours d’évolution d’une OMA, fait suspecter une mastoïdite. Ces symptômes sont précédées par une OMA, mais peuvent être inaugurales. Absence de céphalée, de signe méningé et d’altération de la conscience.
  14. 14. B. Signes physiques : Inspection :  Tuméfaction et rougeur Mastoïdienne.  Décollement du pavillon ( en bas et en avant ).  Signes de « Jacque » (effacement du sillon).  CAE comblé de sécrétion. Palpation :  Mastoïde douloureuse et chaude.  Empatement de la région mastoïdienne.
  15. 15. B. Signes physiques : Otoscopie : Tympan pratiquement toujours anormal..  Aspect en « pie de vache » 10 % des cas.  Perforation punctiforme ou lineaire laissant sourdre uns otorrhée pulsatile (OMA)  Atticite ou pérforation marginalisée ( OMC )  Saillie de muqueuse ( polype ).  Angle de raccordement effacé avec chute de la paroi postéro-supérieure CAE (caractéristique). Acoumétrie :* ST.
  16. 16. C. Examen complémentaires: Biologie non spécifique : Hyperleucocytose (PNN).  Anémie ferriprive.  Prélèvement + antibiogramme. Imagerie : incidence de schüller : comparative et peu contributive ( en retard par rapport à la clinique). Elle peut montrer des images d’ostéites ou le plus souvent un flou mastoïdien.
  17. 17.  TDM : +++ est l’examen de choix, permet de voir l’état des cellules mastoïdiennes et surtout de déceler les complications avec une grande fiabilité et de prévoir un éventuel geste neurochirurgical.  Audimétrie : Le plus souvent ST avec déficit de .
  18. 18. VI. Formes cliniques : A. Formes anatomiques : Extériorisation rétroauriculaire : la plus fréquente.
  19. 19. Infiltration volumineuse, rapidement fluctunante de la région tempero- zygomatique et prétragienne qui décolle et refoule le pavillon vers le bas. Extériorisation temporo-zygomatique : risque élevé d’ankylose.
  20. 20. Extériorisation postérieure : rare, extériorisation vers la peau ou vers les muscles au niveau du bord postérieur de la mastoïde. Extériorisation apicale ou cervicale : par effraction de la corticale sur la face interne (Benzold) ou externe (pseudo-Benzold) avec diffusion de pus (muscles et axe jugulo-carotidien). se traduit par: un torticoli, des douleurs sous mastoidiennes, un empatement rétromandibulaire Extériorisation profonde : exceptionnelles ; Mastoïdite jugulo-digastrique de Mouret : évolution grave (symptomatologie pharyngienne et diagnostic par la TDM ). Pétrosite ou ostéite de l’apex pétreux : (céphalées, névralgie du V et paralysie VI)
  21. 21. B. Formes selon l’age : Adulte : identique mais moins fréquente. Sujet âgé : forme insidieuse, tympan infiltré avec amaigrissement, insomnie et ST importante. NRS : otoantrite avec extériorisation fréquente et AEG. C. Formes selon le germe : Mastoïdite tuberculeuse : insidieuse avec échec au traitement antibiotique, otorrhée séreuse (1an), absence de fièvre, CAE obturé avec perforation centrale , (paralysie faciale fréquente). Le diagnostic est basé sur les cultures. Anaérobies : sévère, Isolement difficile du germe. Antibiothérapie prolongée.
  22. 22. D. Mastoïdites subaiguës ou latentes : diagnostic évoqué devant otite traînante, SG (fébricule), tympan épaissi et l’examen clé est la scintigraphie (Tc 99, Ga 67, In 111).
  23. 23. E. Mastoïdite masquée : trompeuse à tympan normal, l’imagerie redresse le diagnostic (complications fréquentes). F. Mastoïdite secondaire à une autre affection du rocher : Poussées de réchauffement d’une otite chronique. Histiocytose et rhabdomyosarcome.
  24. 24. VII. DIagnostIc A. Positif : clinique . Signes fonctionnels dans les suites d’une OMA. Signes physiques et aspects caractéristique à l’otoscopie. Signes radiologique (schuller) mais surtout TDM. B. Différentiel : Otite externe : décollement du pavillon avec érythème mastoïdien peuvent exister dans l’otite externe, mais douleur à la pression du tragus, œdème du CAE, AEG tardive dans les formes nécrosantes chez les immunodéprimés ADP , adénite, adénophlégment rétroauriculaires : pavillon décollé et accentuation du sillon. Otite traînante : diagnostic différentiel très difficile à faire. Otite moyenne chronique en période de réchauffement.
  25. 25. Certaines tumeurs rétroauriculaire: kyste rétroauriculaire Certaines tumeurs ou pseudotumeurs del’OM: Rhabdomyosarcome de l’OM: pas de fievre ,masse dans le fond de CAE masquant le tympan augmente très rapidement de volume. Histiocytose X: Dans les deux cas une biopsie estDans les deux cas une biopsie est faite et le TRT et avent toutfaite et le TRT et avent tout médical chimiothérapie.médical chimiothérapie.
  26. 26. IIX. EVolutIon complIcatIons A.sous traitement médical : Précoce (avant 15 jours) : bonne évolution. B. En l’absence de traitement : ou traitement tardif : Paralysie faciale : Brutale, infectieuse locale ou secondaire à une méningite. Favorable après mastoïdéctomie (décompression rare). Labyrinthite : inflammatoire (non infectieuse) avec vertige, hypoacousie et acouphène. Chez l’enfant signes neurovégétatifs. Pronostic labyrinthique bon mais auditif incertain. Complications méningocérébrales : Empyème extradural: de petite taille. Méningite purulente : syndrome méningé et infectieux (PL) Encéphalite présuppurative . Abcès du cerveau : souvent latent, découverte TDM fortuite.
  27. 27. Thrombophlébite du sinus latéral : asymptomatique.
  28. 28. IX. traItEmEnt A. Buts : Détersion du foyer infectieux.. Eviter les complications. Assécher l’oreille. B. Moyens : Traitement médicale : Symptomatique : antalgique et antipyrétique. Antibiothérapie parentérale : bi ou trithérapie. Orientée (prélèvements) et dirigée contre staphylocoque et pneumocoque :
  29. 29.  Présomption BGN : Aminoside à 7,5 mg/j/03inj en IVL/J Anaérobies : métronidazol (flagyl). Durée du traitement en cas d’évolution favorable: 05 jours en IV, puis relais per os :ATB adapté sinon augmentin pdt 07 jours ,durée totale 12 jours, Au minimum 05-08 semaines si anaérobies. Mastoïdite tuberculeuse non compliquée : 09 mois. Traitement chirurgical : Paracentèse. Mastoïdéctomie sous AG. NRS : incision sus et rétroauriculaire.
  30. 30. C. Indications : Mastoïdite aigue : traitement médical :(avant 15 ). Mastoïdéctomie: après 15 jours ou persistance des symptômes ou mastoïdite extériorisée.Nécessaire pour drainage d’abcés et éxerese des foyers d’ostéite Abcés extraduraux éventuels: sont drainés par la mémé voie. Thrombophlébite du sinus latéral : Avec HIC : Pl itératives +antioedeme+ chirurgie + anticoagulants. Avec thrombose : ponction du sinus raméne du sang aucun geste complimentaire n’est entrepris en cas de thrombos confirmé: sinus dénudé et incisé. Complications endocrâniennes : geste neurochirurgical + geste otologique. Mastoïdite tuberculeuse: non compliquée ( traitement médical) compliquée (Mastoïdéctomie)
  31. 31. Conclusion Les mastoïdes sont des affections fréquentes. La présentation clinique classique est celle d’un décollement du pavillon de l’oreille. Le pronostic est excellent sous traitement médical, eventuellement complété par une mastoidectomie en cas d’échec de celui –ci ou de complications à type d’abcés. les formes subaigues sont de traitement plus difficile. Les formes masquées sont particulièrement trompeuses puisque le tympan est normal.

×