OREILLE EXTERNE
Anatomie descriptive et rapports
2
Plan
 Introduction
 Embryologie
 Intérêt d’étude
 Anatomie descriptive et rapports
 Pavillon ou auricule
 Conduit ...
3
Introduction
 Portion de l’appareil auditif qui collecte les sons
vers le système tympano-ossiculaire
 Comprend 02 par...
4
5
Embryologie Dérive de la partie toute
supérieure de la 1ère
poche
branchiale ectoblastique :
 Par prolifération en pr...
6
Intérêt d’étude
 Physiologique : audition
 Anatomique : rapports avec :
Caisse du tympan, Mastoïde, ATM, Parotide, Mén...
7
Anatomie descriptive et rapports :
Le pavillon
Expansion lamelleuse, plissée sur elle-même, armée de fibro cartilage qui...
8
9
 Face externe : Conque, helix, anthelix, gouttière scaphoïde, tragus, anti-tragus
 Face interne : sa partie post est l...
10
11
12
 Ligaments :
- Extrinsèques , rattachent le pavillon
à l’os temporal en antérieur et en
postérieur
- Intrinsèques , pr...
13
14
Anatomie descriptive CAE
 Canal en partie cartilagineux en partie osseux, qui fait suite à la conque et
s’étend jusqu’...
15
16
 Portion fibro cartilagineuse : prolonge en dedans l’armature du pavillon, cylindre
constitué par 02 gouttières opposé...
17
18
 Revêtement cutané : prolonge en dedans la peau du
pavillon. Dans la portion fibro cartilagineuse, la peau est
épaisse...
19
20
Rapports du CAE
 Paroi antérieure : répond à l’articulation temporo-mandibulaire :
- En dedans : la mince lame osseuse...
21
 Partie postérieure :
séparée des cellules mastoïdiennes par une cloison osseuse
d’épaisseur variable. De fins canalic...
22
 Paroi supérieure : répond :
- En dehors : dans son segment chondro-membraneux à la
région temporale immédiatement sus...
23
Vascularisation
Pavillon
 Artères : 02 courants avec des
anastomoses :
 Courant ant. : artère temporale
Superficielle...
24
 Veines : se jettent : en avt
dans la Veine Temporale
Superficielle , en arr. dans les
veines auriculaires post. et
da...
25
 Lymphatiques : réseau divisé en
03 régions selon les gg relais :
- Territoire ant. : région antéro sup
de la face ext...
26
Innervation
Pavillon
 Nerfs :  Moteurs : fournis par le VII
Le rameau auriculaire post. né juste au dessous du trou s...
27
 Sensitifs :
- Trijumeau par le nerf auriculo
temporal (tragus et portion ascendante
de l’hélix)
- Plexus cervical sup...
28
Vascularisation
Le CAE
 Artères : viennent de la carotide
externe :
- portion cartilagineuse : la même
que celle du pa...
29
Drainage et innervation
 Lymphatiques : se rendent aux
mêmes groupes ggaires que ceux
du pavillon
 Nerfs :- un rameau...
30
Exploration et voies d’abord
- Explorations -
 Clinique : - inspection
- palpation
- otoscopie
- acoumétrie
 Para cli...
31
Conclusion
Le CAE constitue une excellente voie d’abord de la
caisse du tympan, malgré ses sinuosités. Parfois,
une mei...
32
Références
F. LEGENT, L.PERLEMUTER et C. VANDENBROUCK
Cahiers d’anatomie ORL. Edition MASSON.
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Oreille externe

2 147 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 147
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
65
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Dépister les problèmes et les prendre en charge de suite n’est pas la même chose que «l’évaluation des risques.» Dans le cas de l’évaluation des risques, la plupart des personnes qui sont classées comme étant «à risque élevé» n’ont pas de complications en fin de compte, alors qu’une proportion élevée de femmes qui connaissent des complications n’avaient aucun de ces «facteurs risques» identifiables. Par exemple, 20% des femmes avec éclampsie ont des convulsions qui arrivent sans signes d’alerte, tels que l’hypertension.
    Par conséquent, on considère que chaque patiente est exposée au risque de connaître d’éventuels problèmes pendant le travail et l’accouchement. Elle devrait être suivie de près pour son bien-être émotionnel, l’évolution du travail et la santé du fœtus. S’il est très sensibilisé, le prestataire est plus susceptible d’être prêt aux complications et de les traiter sans délais.
  • Oreille externe

    1. 1. OREILLE EXTERNE Anatomie descriptive et rapports
    2. 2. 2 Plan  Introduction  Embryologie  Intérêt d’étude  Anatomie descriptive et rapports  Pavillon ou auricule  Conduit auditif externe (CAE)  Vascularisation et innervation  Explorations et voies d’abords  Conclusion
    3. 3. 3 Introduction  Portion de l’appareil auditif qui collecte les sons vers le système tympano-ossiculaire  Comprend 02 parties :  Pavillon (ou auricule) : en dehors, en forme de cornet  CAE : en dedans, prolonge le pavillon jusqu’au tympan
    4. 4. 4
    5. 5. 5 Embryologie Dérive de la partie toute supérieure de la 1ère poche branchiale ectoblastique :  Par prolifération en profondeur de son ectoblaste, elle donne la plaque épithéliale (cordon cellulaire) qui rejoint le canal tubo tympanique de Kolliker  Ce cordon se canalise secondairement (CAE)  06 bourgeons apparaissent au pourtour de la partie haute de la fente branchiale  Classiquement : 1er et 2ème arcs donnent 03 bourgeons chacun  Pour certains : 1er arc donne un seul bourgeon (tragus)le 2ème, 05 .  Par coalescence, ces bougeons forment le pavillon
    6. 6. 6 Intérêt d’étude  Physiologique : audition  Anatomique : rapports avec : Caisse du tympan, Mastoïde, ATM, Parotide, Méninges  Pathologique : – Infectieuse et Inflammatoire : dermite, périchondrite, otite externe, otomycose, eczéma du conduit, zona, – Malformative : fistule de la 1ère fente, microtie, agénésie de l’O.Ext, oreille décollée, sténose du conduit – Traumatique : plaie du pavillon et du CAE, perte de substance, othématome – Divers : tumorale ( kyste, nodule, polype, carcinome),bouchon de cérumen, corps étranger.  Thérapeutique : otoplastie, calibrage, Chirurgie des Tm du conduit, plastie du CAE
    7. 7. 7 Anatomie descriptive et rapports : Le pavillon Expansion lamelleuse, plissée sur elle-même, armée de fibro cartilage qui lui donne sa fixité, sa rigidité, sa forme et sa direction  Uni à la paroi latérale de la tête par la partie moy. de son 1/3 ant. à égale distance de l’angle externe de l’œil et de la protubérance occipitale ext.  De forme ovalaire, à grand axe vertical ou légèrement oblique en bas et en avant  Dimensions variables, en moy. 60 mm chez la femme, 65 mm chez l’homme (axe vertical), 35 mm (axe horizontal)
    8. 8. 8
    9. 9. 9  Face externe : Conque, helix, anthelix, gouttière scaphoïde, tragus, anti-tragus  Face interne : sa partie post est libre. Elle reproduit en inversant et en atténuant les reliefs de la face externe.  Circonférence : hélix, tragus, lobule  Zone d’adhérence crânienne : séparée de la partie libre par le sillon rétro- auriculaire dont l’angle est nul  STRUCTURE : lame de fibro cartilage, mince et élastique, qui occupe toute l’étendue du pavillon excepté le lobule, determinant tous les reliefs et se continuant en dedans avec le cartilage du conduit
    10. 10. 10
    11. 11. 11
    12. 12. 12  Ligaments : - Extrinsèques , rattachent le pavillon à l’os temporal en antérieur et en postérieur - Intrinsèques , prennent tous leurs insertions sur le pavillon  Muscles : - Extrinsèques , très minces, disposés autour du pavillon - Intrinsèques , s’étendent du cartilage à la peau du pavillon  Peau : faces externe et interne, lobule Système pileux: simple duvet sauf au niveau du tragus Glandes sébacées : surtout au niveau de la conque
    13. 13. 13
    14. 14. 14 Anatomie descriptive CAE  Canal en partie cartilagineux en partie osseux, qui fait suite à la conque et s’étend jusqu’au tympan  Sa forme varie selon les individus ; a l’aspect d’un cylindre contourné sur lui- même, décrit 02 sinuosités : dans le plan horizontal ( en S avec 03 segments et 02 coudes) et dans le plan vertical une courbe convexe vers le haut, forme avec la membrane tympanique un angle ouvert en haut et en dedans : sinus du CAE.  L’axe général est oblique de dehors en dedans et d’arr en avt  Longueur moyenne de 25 mm  Son calibre diminue progressivement de dehors en dedans jusqu’à l’union ¾ ext - ¼ interne (isthme), puis il augmente de nouveau jusqu’au tympan
    15. 15. 15
    16. 16. 16  Portion fibro cartilagineuse : prolonge en dedans l’armature du pavillon, cylindre constitué par 02 gouttières opposées : - Gouttière cartilagineuse - Gouttière fibreuse  Portion osseuse : représente les 2/3 internes du CAE, constituée par : - L’écaille du temporal en haut - L’apophyse mastoïde en arrière - Le tympanal complète le conduit en formant une gouttière dans l’orifice osseux externe, au niveau de l’angle postéro-supérieur se détache l’épine de Henlé
    17. 17. 17
    18. 18. 18  Revêtement cutané : prolonge en dedans la peau du pavillon. Dans la portion fibro cartilagineuse, la peau est épaisse doublée d’une faible quantité de tissu adipeux et recouverte de poils très fins. Dans la portion osseuse, la peau est lisse et sèche
    19. 19. 19
    20. 20. 20 Rapports du CAE  Paroi antérieure : répond à l’articulation temporo-mandibulaire : - En dedans : la mince lame osseuse du tympanal, parfois dehiscente, est séparée des 2/3 int du condyle de la mandibule par du tissu cellulo adipeux - En dehors : le conduit cartilagineux est séparé du 1/3 ext du condyle par un prolongement parotidien. Le nerf facial s’épanouit à ce niveau. Les mouvements du condyle sont perceptibles au niveau du conduit cartilagieux
    21. 21. 21  Partie postérieure : séparée des cellules mastoïdiennes par une cloison osseuse d’épaisseur variable. De fins canalicules vasculaires relient ces cellules au conduit ; La 3ème portion du canal facial descend dans la partie interne de ce massif osseux qui la protège (massif de Gellé). à ce niveau, le nerf facial descend verticalement et légèrement en dehors. En raison de l’obliquité opposée du tympan, la paroi post du CAE entre en rapport avec la ½ inférieure du canal facial. Une épaisseur d’os de 3 à 4 mm sépare le nerf facial de l’angle postéro inférieur du conduit osseux dans sa portion tout interne
    22. 22. 22  Paroi supérieure : répond : - En dehors : dans son segment chondro-membraneux à la région temporale immédiatement sus-jacente - En dedans : à l’étage moyen du crâne. La portion basilaire de l’écaille est creusée de cavités pneumatiques plus au moins développées dans le tissu spongieux qui séparent les 02 corticales. Dans sa partie interne, il se continue avec le mur de la logette. Dans sa partie externe, il est surplombé par la racine longitudinale du zygoma (fronton supra méatique  Paroi inférieure : répond à la parotide dont la capsule adhère au périchondre
    23. 23. 23 Vascularisation Pavillon  Artères : 02 courants avec des anastomoses :  Courant ant. : artère temporale Superficielle (ATS), 03 branches (supérieure, moyenne et inférieure) = Art. auriculaires antérieures  Courant post. le plus important, provient de la branche terminale ant. De l’art. auriculaire post. qui se ramifie sur toute l’étendue de la face int. du pavillon. Certains rameaux irriguent la face externe.
    24. 24. 24  Veines : se jettent : en avt dans la Veine Temporale Superficielle , en arr. dans les veines auriculaires post. et dans la veine émissaire mastoïdienne, en bas directement dans la V. jugulaire (principal collecteur veineux)
    25. 25. 25  Lymphatiques : réseau divisé en 03 régions selon les gg relais : - Territoire ant. : région antéro sup de la face ext. drainée par les gg prétragiens et parotidiens sous aponérotiques - Territoire inf. : région inf. de la face ext. et tout le lobule, drainée par les gg parotidiens - Territoire post. région post de la face ext et toute la face int drainée par les gg mastoïdiens et parotidiens inf Les vaisseaux efférents de ces gg aboutissent aux ganglions latéraux profonds du cou qui peuvent être atteints directement
    26. 26. 26 Innervation Pavillon  Nerfs :  Moteurs : fournis par le VII Le rameau auriculaire post. né juste au dessous du trou stylo- mastoïdien qui contourne en avt le ventre post du muscle digastrique, puis le bord ant de l’apophyse mastoïde et innerve les muscles auriculaires post, sup et les muscles de la face interne du pavillon Des rameaux temporaux de la branche temporo faciale, innervent le muscle auriculaire antérieur et les muscles de la face externe du pavillon 
    27. 27. 27  Sensitifs : - Trijumeau par le nerf auriculo temporal (tragus et portion ascendante de l’hélix) - Plexus cervical superficiel par sa branche auriculaire (grande partie de l’hélix, de la région pré hélicienne, antitragus, tout le lobule, et la face int du pavillon) - Nerf facial par son rameau sensitif qui se détache du tronc du nerf au niveau du trou stylo mastoïdien, contourne le bord ant de l’apophyse mastoïde juste au dessous du conduit et s’enfonce dans la paroi post du conduit. Zone de Ramsay-Hunt = Conque, zones voisines du tragus, de l’antitragus, de l’anthélix,CAE et tympan
    28. 28. 28 Vascularisation Le CAE  Artères : viennent de la carotide externe : - portion cartilagineuse : la même que celle du pavillon - portion osseuse : branches de la stylo-mastoïdienne, et surtout de la tympanique ant (ou auriculaire profonde) qui gagnent la peau à travers le tympanal et les scissures.  Veines : 02 groupes : - ant: se jettent dans la V Temp Superficielle et dans le riche plexus péri-articulaire temporo mandibulaire - post : se terminent dans les veines auriculaires post.
    29. 29. 29 Drainage et innervation  Lymphatiques : se rendent aux mêmes groupes ggaires que ceux du pavillon  Nerfs :- un rameau de l’auriculo temporal - le rameau sensitif du CAE, branche du VII, qui contient > des fibres de l’intermédiaire de Wrisberg > des fibres du X Ces nerfs pénètrent à l’union cartilage os
    30. 30. 30 Exploration et voies d’abord - Explorations -  Clinique : - inspection - palpation - otoscopie - acoumétrie  Para clinique :- audiogramme, impédancemétrie - oto endoscopie - TDM, IRM - Biopsie - Voies d’abord - – Pavillon : voie directe ; – CAE : voie du conduit, voie rétro-auriculaire, voie de Schambaugh
    31. 31. 31 Conclusion Le CAE constitue une excellente voie d’abord de la caisse du tympan, malgré ses sinuosités. Parfois, une meilleure vue sur la partie ant de la caisse, se fait au prix d’une abrasion de la face antérieure du conduit osseux (particulièrement au niveau de la corne tympanale ant)
    32. 32. 32 Références F. LEGENT, L.PERLEMUTER et C. VANDENBROUCK Cahiers d’anatomie ORL. Edition MASSON.

    ×