OTITE MOYENNE AIGUEOTITE MOYENNE AIGUE
SUPPUREESUPPUREE
PLAN
I.I. DéfinitionDéfinition
II.II. Rappel anatomiqueRappel anatomique
III.III. Rappel histologiqueRappel histologique
I...
I.I. DEFINITIONDEFINITION
L’otite moyenne aigue est l’inflammationL’otite moyenne aigue est l’inflammation
aigue des cavit...
II.II. RAPPEL ANATOMIQUERAPPEL ANATOMIQUE
La caisse du tympan est une cavité osseuseLa caisse du tympan est une cavité oss...
III.III. RAPPEL HISTOLOGIQUERAPPEL HISTOLOGIQUE
L’OM est tapissé par une muqueuse deL’OM est tapissé par une muqueuse de
t...
IV.IV. EPIDEMIOLOGIE:EPIDEMIOLOGIE:
1.1. AGE: touche essentiellement l’enfant avec unAGE: touche essentiellement l’enfant ...
V.V. ETIOPATHOGENIEETIOPATHOGENIE
Facteurs de genèse
 Dysfonctionnement de la trompe auditiveDysfonctionnement de la trom...
 Les nouveaux-nés etLes nouveaux-nés et
nourrissons sont plusnourrissons sont plus
exposés aux OMA car a cesexposés aux O...
VI. MICROBIOLOGIE
 VIRUS:VIRUS: favorisent l’infection bactérienne:favorisent l’infection bactérienne:
Virus respiratoire...
VII.VII. ANATOMOPATHOLOGIEANATOMOPATHOLOGIE
L’OMA comparé a un abcès chaud passe chronologiquementL’OMA comparé a un abcès...
VIII.VIII. CLINIQUECLINIQUE
TDD: OMA du nourrissonTDD: OMA du nourrisson
a) Signes fonctionnels
Signes spécifiquesSignes s...
b)b) Signes physiques:Signes physiques:
Inspection et palpationInspection et palpation
des deux oreilles, recherche un foy...
Examen de l’oreille controlatérale est systématique: 40/Examen de l’oreille controlatérale est systématique: 40/
des OMA c...
IX.IX. FORMES CLINIQUESFORMES CLINIQUES
1.1. Formes selon l’age:Formes selon l’age:
le nouveau néle nouveau né: symptomato...
2.2. Formes selon l’étiologieFormes selon l’étiologie:
En faveur d’une otite a S. pneumoniaeEn faveur d’une otite a S. pne...
3.3. Formes selon le terrain:Formes selon le terrain:
Diabétique et immunodéprimé chez qui l’évolution estDiabétique et im...
X. DIAGNOSTIC POSITIF
Le diagnostic d’OMA est clinique. Il repose surLe diagnostic d’OMA est clinique. Il repose sur
l’int...
XI. DIAGNOSTIC DIFFERENTIELDIFFERENTIEL
1.1. Otite externe diffuseOtite externe diffuse: otalgie spontané et provoqué: ota...
XII.XII. EVOLUTIONEVOLUTION::
sans traitement l’évolution est spontanément favorablesans traitement l’évolution est sponta...
XIII.XIII. COMPLICATIONSCOMPLICATIONS
 MastoïditesMastoïdites::
forme aigue extériorisée: rare, mais nécessite un traitem...
 Paralysie facialeParalysie faciale
• 5 cas pour 1000 OMA5 cas pour 1000 OMA
• 20-30/ des PF de l’enfant.20-30/ des PF de...
 Complications a long termeComplications a long terme
 Otites récidivantes:Otites récidivantes:
Au delà de 4 épisodes pa...
I.I. TRAITEMENTTRAITEMENT
11.. But:But:
 lutter contre l’infectionlutter contre l’infection
 Prévenir les complicationPr...
A.A. Traitement médical:Traitement médical:
1.1. Antibiothérapie:Antibiothérapie:
Chez l’adulte et l’enfant de plus de tro...
2.2. Autres moyens médicauxAutres moyens médicaux
Antalgique antipyrétique:Antalgique antipyrétique:
Paracétamol: en premi...
B.B. La paracentèseLa paracentèse::
c’est une incision du tympan (myringotomie) dans lec’est une incision du tympan (myrin...
33.. indications:indications:
OMA simple:OMA simple:
Stade de collection:Stade de collection:
 AntibiotiquesAntibiotiques...
XV.XV. CONCLUSIONCONCLUSION
L‘otite moyenne aigue est une affectionL‘otite moyenne aigue est une affection
fréquente surto...
RéférenceRéférence
Lescanne E., Lanotte P.; Pondaven S.;Lescanne E., Lanotte P.; Pondaven S.;
Auret-Leca E. otites moyenne...
Otite moyenne aiguë suppurée
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Otite moyenne aiguë suppurée

1 164 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 164
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Otite moyenne aiguë suppurée

  1. 1. OTITE MOYENNE AIGUEOTITE MOYENNE AIGUE SUPPUREESUPPUREE
  2. 2. PLAN I.I. DéfinitionDéfinition II.II. Rappel anatomiqueRappel anatomique III.III. Rappel histologiqueRappel histologique IV.IV. ÉpidémiologieÉpidémiologie V.V. EtiopathogénieEtiopathogénie VI.VI. MicrobiologieMicrobiologie VII.VII. AnatomopathologieAnatomopathologie VIII.VIII. Étude clinique TDD OMA du nourrisson.Étude clinique TDD OMA du nourrisson. IX.IX. Formes cliniquesFormes cliniques X.X. Diagnostic positifDiagnostic positif XI.XI. Diagnostic différentielDiagnostic différentiel XII.XII. ÉvolutionÉvolution XIII.XIII. complicationscomplications XIV.XIV. TraitementTraitement XV.XV. conclusionconclusion
  3. 3. I.I. DEFINITIONDEFINITION L’otite moyenne aigue est l’inflammationL’otite moyenne aigue est l’inflammation aigue des cavités de l’oreille moyenneaigue des cavités de l’oreille moyenne (caisse du tympan et cavités(caisse du tympan et cavités mastoïdiennes).mastoïdiennes).
  4. 4. II.II. RAPPEL ANATOMIQUERAPPEL ANATOMIQUE La caisse du tympan est une cavité osseuseLa caisse du tympan est une cavité osseuse interposée entre l’oreille interne et l’oreille externeinterposée entre l’oreille interne et l’oreille externe réalisant:réalisant: -Une enceinte aérienne qui communique en avant-Une enceinte aérienne qui communique en avant avec le pharynx par la trompe auditive et en arrièreavec le pharynx par la trompe auditive et en arrière avec les cavités mastoïdiennes par l’aditus adavec les cavités mastoïdiennes par l’aditus ad intrum.intrum. -Un abri pour la chaîne ossiculaire, élément-Un abri pour la chaîne ossiculaire, élément mécanique interposé entre le tympan et la fenêtremécanique interposé entre le tympan et la fenêtre vestibulaire.vestibulaire.
  5. 5. III.III. RAPPEL HISTOLOGIQUERAPPEL HISTOLOGIQUE L’OM est tapissé par une muqueuse deL’OM est tapissé par une muqueuse de type respiratoire dont l’épithélium comporte:type respiratoire dont l’épithélium comporte: 1.1. Des Cellules ciliées qui assurent la propulsion duDes Cellules ciliées qui assurent la propulsion du mucusmucus 2.2. Des cellules a mucus qui assurent l’humidification deDes cellules a mucus qui assurent l’humidification de l’épithéliuml’épithélium 3.3. Des cellules basales de régénération.Des cellules basales de régénération. 4.4. Des cellules intermédiairesDes cellules intermédiaires 5.5. Des cellules a microvillosités.Des cellules a microvillosités. Notons que le même type de muqueuse tapisse leNotons que le même type de muqueuse tapisse le naso-pharynx, la trompe auditive et les cellulesnaso-pharynx, la trompe auditive et les cellules mastoïdienne réalisant un véritable « poumon en miniature »mastoïdienne réalisant un véritable « poumon en miniature »
  6. 6. IV.IV. EPIDEMIOLOGIE:EPIDEMIOLOGIE: 1.1. AGE: touche essentiellement l’enfant avec unAGE: touche essentiellement l’enfant avec un maximum de fréquence entre 6-24moismaximum de fréquence entre 6-24mois 2.2. SEXE: plus fréquente chez le garçon (50-70/)SEXE: plus fréquente chez le garçon (50-70/) 3.3. SAISON: plus fréquente pendant la saison automno-SAISON: plus fréquente pendant la saison automno- hivernalehivernale 4.4. ETHNIE: se voit plus dans la race blanche.ETHNIE: se voit plus dans la race blanche. 5.5. FACTEURS FAVORISANTS:FACTEURS FAVORISANTS: • La crèche (+++) RR: 2.45La crèche (+++) RR: 2.45 • Tabagisme parental RR: 1.66Tabagisme parental RR: 1.66 • Facteur génétique: trisomie 21, fente vélaire et vélo palatine.Facteur génétique: trisomie 21, fente vélaire et vélo palatine. • Faible statut socio-économique familialFaible statut socio-économique familial • Succion prolongée d’une tétine.Succion prolongée d’une tétine. • Hypertrophie des végétations.Hypertrophie des végétations. • Infection virale respiratoire.Infection virale respiratoire. 1.1. FACTEUR PROTECTEUR: allaitement maternelFACTEUR PROTECTEUR: allaitement maternel poursuivi au moins pendant 3moispoursuivi au moins pendant 3mois
  7. 7. V.V. ETIOPATHOGENIEETIOPATHOGENIE Facteurs de genèse  Dysfonctionnement de la trompe auditiveDysfonctionnement de la trompe auditive  Immaturité du système immunitaire.Immaturité du système immunitaire. L’infection virale des VAS (initiatrice de l’infection bact)L’infection virale des VAS (initiatrice de l’infection bact) une congestion muqueuse du nasopharynx et de la trompeune congestion muqueuse du nasopharynx et de la trompe auditive.auditive. Disfonctionnement tubaire.Disfonctionnement tubaire. altération de la clearance et l’équilibre pressionnel de l’OM.altération de la clearance et l’équilibre pressionnel de l’OM. si le disfonctionnementsi le disfonctionnement se prolonge.se prolonge. Aspiration du nasopharynx vers l’OM de germesAspiration du nasopharynx vers l’OM de germes potentiellement pathogène.potentiellement pathogène.
  8. 8.  Les nouveaux-nés etLes nouveaux-nés et nourrissons sont plusnourrissons sont plus exposés aux OMA car a cesexposés aux OMA car a ces ages la trompe est courte,ages la trompe est courte, souple et béante, lasouple et béante, la maturation tubaire estmaturation tubaire est terminée vers l’age de 6-7terminée vers l’age de 6-7 ans.ans.  L’infection ascendante a partir du cavum: favorisé parL’infection ascendante a partir du cavum: favorisé par l’infection virale et l’hypertrophie de végétationsl’infection virale et l’hypertrophie de végétations adénoïdes.adénoïdes. 2)2) Voies sanguine et externe: rarissime.Voies sanguine et externe: rarissime. Voies de propagationVoies de propagation:: 1)1) Naso-tubaire:Naso-tubaire:
  9. 9. VI. MICROBIOLOGIE  VIRUS:VIRUS: favorisent l’infection bactérienne:favorisent l’infection bactérienne: Virus respiratoire syncytial (VRS), Virus para influenza 1, 2Virus respiratoire syncytial (VRS), Virus para influenza 1, 2 et 3, Virus grippaux A et B, les adénovirus, leset 3, Virus grippaux A et B, les adénovirus, les rhinovirus et certains entérovirus.rhinovirus et certains entérovirus.  BACTERIESBACTERIES: par ordre de fréquence décroissant:: par ordre de fréquence décroissant:  Hemophilus influenzae 40/Hemophilus influenzae 40/  Streptococcus pneumoniae 30/Streptococcus pneumoniae 30/  moraxella catarrhalis 10-15/moraxella catarrhalis 10-15/  Autres 5/ et moins: staphyloccocus aureus etAutres 5/ et moins: staphyloccocus aureus et streptoccocus pyogenes (groupe A).streptoccocus pyogenes (groupe A). Bactéries rencontrées chez le nouveau né et nourrissons deBactéries rencontrées chez le nouveau né et nourrissons de moins de 3 mois: streptococcus du groupe B;moins de 3 mois: streptococcus du groupe B; staphylococcus aureus; entérobactéries.staphylococcus aureus; entérobactéries.
  10. 10. VII.VII. ANATOMOPATHOLOGIEANATOMOPATHOLOGIE L’OMA comparé a un abcès chaud passe chronologiquementL’OMA comparé a un abcès chaud passe chronologiquement par cinq stades:par cinq stades: 1.1. Stade d’hyperhémie:Stade d’hyperhémie: comporte une congestion tubo-comporte une congestion tubo- tympano-attico-mastoidienne sans traduction cliniquetympano-attico-mastoidienne sans traduction clinique 2.2. StadeStade d’exsudationd’exsudation: œdème de la muqueuse avec: œdème de la muqueuse avec desquamation de l’épithéliumdesquamation de l’épithélium 3.3. Stade de suppurationStade de suppuration: épanchement séreux au départ: épanchement séreux au départ ou séro- sanguinolent puis franchement purulent, laou séro- sanguinolent puis franchement purulent, la muqueuse devient granuleuse.muqueuse devient granuleuse. 4.4. Stade de coalescenceStade de coalescence: n’est pas obligatoire, le: n’est pas obligatoire, le mucopérioste s’épaissit,la guérison a ce stade estmucopérioste s’épaissit,la guérison a ce stade est possible avec empreinte définitive.possible avec empreinte définitive. 5.5. Stade de régression ou de guérisonStade de régression ou de guérison: résorption de: résorption de l’exsudat, arrêt de l’otorrhée, fermeture de la perforation.l’exsudat, arrêt de l’otorrhée, fermeture de la perforation.
  11. 11. VIII.VIII. CLINIQUECLINIQUE TDD: OMA du nourrissonTDD: OMA du nourrisson a) Signes fonctionnels Signes spécifiquesSignes spécifiques Otalgie: se traduit par des pleurs incessants et l’enfant tendOtalgie: se traduit par des pleurs incessants et l’enfant tend sa main vers l’oreille ou la frotte contre le drap.sa main vers l’oreille ou la frotte contre le drap. Otorrhée purulente: au stade de perforation, son apparitionOtorrhée purulente: au stade de perforation, son apparition entraîne la sédation de la douleur le défervescence.entraîne la sédation de la douleur le défervescence. Signes non spécifiquesSignes non spécifiques Fièvre: 39-40 parfois absente quand l’écoulement a eu lieuFièvre: 39-40 parfois absente quand l’écoulement a eu lieu Trouble du sommeil et du comportement en rapport avecTrouble du sommeil et du comportement en rapport avec l’otalgiel’otalgie Trouble digestif: nausées, vomissement, diarrhées.Trouble digestif: nausées, vomissement, diarrhées.
  12. 12. b)b) Signes physiques:Signes physiques: Inspection et palpationInspection et palpation des deux oreilles, recherche un foyer inflammatoire:des deux oreilles, recherche un foyer inflammatoire: empâtement de la mastoïde, un comblement du sillonempâtement de la mastoïde, un comblement du sillon retro-auriculaire (signe de Jack), tuméfaction du pavillon ou unretro-auriculaire (signe de Jack), tuméfaction du pavillon ou un écoulement visible a travers le conduit auditif externeécoulement visible a travers le conduit auditif externe.. L’otoscopieL’otoscopie:: après nettoyage au porte coton ou a l’aspiration, dépend duaprès nettoyage au porte coton ou a l’aspiration, dépend du stade de l’OMAstade de l’OMA:: Stade congestif:: tympan rosé avec dilatation des vaisseaux dutympan rosé avec dilatation des vaisseaux du manche de marteaumanche de marteau.. Stade otite collecté: tympan épaissi bombé en partie ou en totalité,tympan épaissi bombé en partie ou en totalité, couleur rouge vif, les reliefs et le triangle lumineux disparaissentcouleur rouge vif, les reliefs et le triangle lumineux disparaissent Stade otite perforée:Stade otite perforée: le tympan est le siège d’une perforation quile tympan est le siège d’une perforation qui peut être totale, subtotale, ou le plus souvent punctiforme aupeut être totale, subtotale, ou le plus souvent punctiforme au sommet d’une voussure localisé au quadrant postéro-inferieur.sommet d’une voussure localisé au quadrant postéro-inferieur.
  13. 13. Examen de l’oreille controlatérale est systématique: 40/Examen de l’oreille controlatérale est systématique: 40/ des OMA chez le nourrisson sont bilatérales.des OMA chez le nourrisson sont bilatérales. Examen ORL complet: souvent on a une rhinopharyngiteExamen ORL complet: souvent on a une rhinopharyngite associée.associée. Paracentèse:Paracentèse:la mise en évidence dela mise en évidence de l’épanchementl’épanchement purulentpurulent confirme le diagnostic.confirme le diagnostic. Examens complémentairesExamens complémentaires Ne sont pas utilesNe sont pas utiles le diagnostic de l’OMA est clinique,le diagnostic de l’OMA est clinique,
  14. 14. IX.IX. FORMES CLINIQUESFORMES CLINIQUES 1.1. Formes selon l’age:Formes selon l’age: le nouveau néle nouveau né: symptomatologie peu spécifique: agitation: symptomatologie peu spécifique: agitation vomissement convulsions hypothermie ouvomissement convulsions hypothermie ou hyperthermie, absence de prise de poids. Otoscopie:hyperthermie, absence de prise de poids. Otoscopie: très difficile.très difficile. Grand enfant et adulteGrand enfant et adulte: maître symptôme l’otalgie a type de: maître symptôme l’otalgie a type de coup d’épingle au fond de l’oreille qui peut êtrecoup d’épingle au fond de l’oreille qui peut être insomniante, peut être associé a une hypoacousie,insomniante, peut être associé a une hypoacousie, bourdonnements d’oreille, sensation d’autophonie,bourdonnements d’oreille, sensation d’autophonie, instabilité et trouble de l’équilibre.instabilité et trouble de l’équilibre.
  15. 15. 2.2. Formes selon l’étiologieFormes selon l’étiologie: En faveur d’une otite a S. pneumoniaeEn faveur d’une otite a S. pneumoniae:: le fievre élevée oule fievre élevée ou l’otalgie intense font suspecter une originel’otalgie intense font suspecter une origine streptococcique dans 50/ des casstreptococcique dans 50/ des cas En faveur d’une otite a H. influenzaeEn faveur d’une otite a H. influenzae:: le syndrome otitele syndrome otite conjonctivite est rare 10/ des otites mais très en faveurconjonctivite est rare 10/ des otites mais très en faveur de l’H. influenzae dans plus de 70/ des cas.de l’H. influenzae dans plus de 70/ des cas. Otite grippaleOtite grippale:: apparition brutale, évolution rapide avecapparition brutale, évolution rapide avec apparition de lésions bulleuses et hémorragiques aapparition de lésions bulleuses et hémorragiques a l’otoscopie, paracentèse contre indiqué car risquel’otoscopie, paracentèse contre indiqué car risque d’otite nécrosante.d’otite nécrosante. ScarlatineScarlatine: otite nécrosante.: otite nécrosante. RougeoleRougeole: passe par trois formes:: passe par trois formes: – Otite congestive: invasion viraleOtite congestive: invasion virale – Phase d’état: surinfection bactériennePhase d’état: surinfection bactérienne – Otite morbilleuse nécrosante.Otite morbilleuse nécrosante.
  16. 16. 3.3. Formes selon le terrain:Formes selon le terrain: Diabétique et immunodéprimé chez qui l’évolution estDiabétique et immunodéprimé chez qui l’évolution est traînante avec tendance a la récidive et auxtraînante avec tendance a la récidive et aux complications redoutablescomplications redoutables 4.4. Formes otoscopiquesFormes otoscopiques Myrigite bulleuse hémorragiqueMyrigite bulleuse hémorragique Otite granulomateuseOtite granulomateuse Otite cloisonné bombement du quadrant postéro superieurOtite cloisonné bombement du quadrant postéro superieur Atticite aigue: rougeur et voussure de la shrapnellAtticite aigue: rougeur et voussure de la shrapnell 5.5. Formes évolutives:Formes évolutives: Forme spontanément résolutive +++Forme spontanément résolutive +++ Forme suraiguë débute d’emblée par des complicationsForme suraiguë débute d’emblée par des complications Forme traînante.Forme traînante. Forme compliquéeForme compliquée
  17. 17. X. DIAGNOSTIC POSITIF Le diagnostic d’OMA est clinique. Il repose surLe diagnostic d’OMA est clinique. Il repose sur l’interrogatoire et sur l’otoscopie.l’interrogatoire et sur l’otoscopie. A l’interrogatoire:A l’interrogatoire: – Antécédents.Antécédents. – circonstance de survenue,circonstance de survenue, – date de début,date de début, – signes fonctionnels,signes fonctionnels, – signes générauxsignes généraux Examen clinique: otoscopie+++Examen clinique: otoscopie+++ Examen paraclinique: paracentèse et prélèvement de pusExamen paraclinique: paracentèse et prélèvement de pus pour étude bactériologique.pour étude bactériologique.
  18. 18. XI. DIAGNOSTIC DIFFERENTIELDIFFERENTIEL 1.1. Otite externe diffuseOtite externe diffuse: otalgie spontané et provoqué: otalgie spontané et provoqué par la traction du pavillon, conduit auditif recouvert depar la traction du pavillon, conduit auditif recouvert de sécrétions purulentes peu abondante, tympansécrétions purulentes peu abondante, tympan macéré; terne, épaissi et qui reste intègre.macéré; terne, épaissi et qui reste intègre. 2.2. Myringite aigue:Myringite aigue: tympan épaissi; opaque, rouge,tympan épaissi; opaque, rouge, recouvert de phlyctène, l’audition n’est pas perturbérecouvert de phlyctène, l’audition n’est pas perturbé et la mobilité du tympan est normal, peut êtreet la mobilité du tympan est normal, peut être provoqué par des germes pyogènes.provoqué par des germes pyogènes. 3.3. Otite séreuseOtite séreuse: épanchement retrotympanique; sans: épanchement retrotympanique; sans signe d’infection aiguesigne d’infection aigue
  19. 19. XII.XII. EVOLUTIONEVOLUTION:: sans traitement l’évolution est spontanément favorablesans traitement l’évolution est spontanément favorable dans 70/ des cas mais actuellement on ne parle quedans 70/ des cas mais actuellement on ne parle que de l’évolution des formes traitées.de l’évolution des formes traitées. Sous traitement bien conduit, l’OMA guérit sans séquelles.Sous traitement bien conduit, l’OMA guérit sans séquelles. la fièvre et l’otalgie disparaissent en 48h, sinon réévaluerla fièvre et l’otalgie disparaissent en 48h, sinon réévaluer cliniquement le patient.cliniquement le patient. Prévoir un examen de contrôle en fin de traitement pourPrévoir un examen de contrôle en fin de traitement pour vérifier le retour a la normale du tympan. Il peutvérifier le retour a la normale du tympan. Il peut cependant persister un épanchementcependant persister un épanchement rétrotympanique aseptique qui régresse en quinzerétrotympanique aseptique qui régresse en quinze jours a un mois, et ne présente pas de valeurjours a un mois, et ne présente pas de valeur pathologique.pathologique. Des complications peuvent cependant survenir ou desDes complications peuvent cependant survenir ou des séquelles subsisterséquelles subsister
  20. 20. XIII.XIII. COMPLICATIONSCOMPLICATIONS  MastoïditesMastoïdites:: forme aigue extériorisée: rare, mais nécessite un traitementforme aigue extériorisée: rare, mais nécessite un traitement chirurgical urgent,chirurgical urgent, forme subaiguë: plus fréquente, nécessite uneforme subaiguë: plus fréquente, nécessite une hospitalisation pour bilan et antibiothérapie adaptée,hospitalisation pour bilan et antibiothérapie adaptée, ce qui permettra de distinguer: La mastoïditece qui permettra de distinguer: La mastoïdite subaiguë vraie dont le traitement est chirurgical desubaiguë vraie dont le traitement est chirurgical de l’otite traînante ou mal soignée dont le traitement estl’otite traînante ou mal soignée dont le traitement est médical.médical.  Labyrinthites otitiques:Labyrinthites otitiques: L’atteinte est habituellement inflammatoire,L’atteinte est habituellement inflammatoire, exceptionnellement infectieuse. Le traitement antibiotiqueexceptionnellement infectieuse. Le traitement antibiotique repose sur le prélèvement systématique, avec desrepose sur le prélèvement systématique, avec des anti vertigineux et des antiémétiquesanti vertigineux et des antiémétiques
  21. 21.  Paralysie facialeParalysie faciale • 5 cas pour 1000 OMA5 cas pour 1000 OMA • 20-30/ des PF de l’enfant.20-30/ des PF de l’enfant. • Pronostic favorable, guérison constantePronostic favorable, guérison constante • Paracentèse et prélèvement bactériologique systématiqueParacentèse et prélèvement bactériologique systématique • Le traitement: antibiothérapie associée a une corticothérapieLe traitement: antibiothérapie associée a une corticothérapie dés que le germe est connu et contrôlé par l’antibiotique.dés que le germe est connu et contrôlé par l’antibiotique.  Complications endocrâniennesComplications endocrâniennes • MéningiteMéningite • Abcès cérébraux et cérébelleux, thrombophlébite du sinusAbcès cérébraux et cérébelleux, thrombophlébite du sinus latérallatéral..  Complications généralesComplications générales Déshydratation aigueDéshydratation aigue Convulsions hyperthermiqueConvulsions hyperthermique..
  22. 22.  Complications a long termeComplications a long terme  Otites récidivantes:Otites récidivantes: Au delà de 4 épisodes par hiverAu delà de 4 épisodes par hiver Rechercher les facteurs favorisantsRechercher les facteurs favorisants Traitement: éviction des facteurs de risque, traitementTraitement: éviction des facteurs de risque, traitement d’une carence martial ou d’un RGO et adénoïdectomie.d’une carence martial ou d’un RGO et adénoïdectomie.  Séquelles:Séquelles: Otite chronique: Otite séromuqueuse complicationOtite chronique: Otite séromuqueuse complication fréquente, qui peut faire le lit des otites récidivantes maisfréquente, qui peut faire le lit des otites récidivantes mais également évolution possible vers les formeségalement évolution possible vers les formes compliquées (poche de rétraction et cholestéatome).compliquées (poche de rétraction et cholestéatome). Perforation tympanique séquellaire.Perforation tympanique séquellaire.
  23. 23. I.I. TRAITEMENTTRAITEMENT 11.. But:But:  lutter contre l’infectionlutter contre l’infection  Prévenir les complicationPrévenir les complication  Éviter les séquelles et les récidivesÉviter les séquelles et les récidives 2. Moyens:2. Moyens: A.A. Traitement médical:Traitement médical: 1.1. Antibiothérapie:Antibiothérapie: 2.2. Autres moyens médicaux.Autres moyens médicaux. B.B. La paracentèseLa paracentèse
  24. 24. A.A. Traitement médical:Traitement médical: 1.1. Antibiothérapie:Antibiothérapie: Chez l’adulte et l’enfant de plus de trois mois:Chez l’adulte et l’enfant de plus de trois mois: Antibiothérapie probabiliste, d’une durée empiriquementAntibiothérapie probabiliste, d’une durée empiriquement fixée a 8-10 jours.fixée a 8-10 jours. 1)1) Amoxicilline-acide clavulanique (Augmentin):Amoxicilline-acide clavulanique (Augmentin): 80mg/kg/j d’amoxicilline en trois prises.80mg/kg/j d’amoxicilline en trois prises. 2)2) Si intolerance a l’amoxicilline: céphalosporine II:Si intolerance a l’amoxicilline: céphalosporine II: céfuroxime axétil (Zinnat) 30mg/kg/j en deux prises.céfuroxime axétil (Zinnat) 30mg/kg/j en deux prises. 3)3) Si allergie aux betalactamines: erythromycineSi allergie aux betalactamines: erythromycine 50mg/kg/j en deux a trois prises.50mg/kg/j en deux a trois prises. Chez l’enfant de moins de trois mois, l’antibiothérapie seraChez l’enfant de moins de trois mois, l’antibiothérapie sera fonction de l’étude bactériologique.fonction de l’étude bactériologique.
  25. 25. 2.2. Autres moyens médicauxAutres moyens médicaux Antalgique antipyrétique:Antalgique antipyrétique: Paracétamol: en première intention quatre a six prises sansParacétamol: en première intention quatre a six prises sans dépassé 80mg/kg/j.dépassé 80mg/kg/j. Paracétamol + codéineParacétamol + codéine AINS et corticoïdes:AINS et corticoïdes: leurs intérêt est discuté.leurs intérêt est discuté. Gouttes auriculairesGouttes auriculaires antalgiques et ou contenant desantalgiques et ou contenant des antibiotiques (Otipax, Panotile) leurs efficacité estantibiotiques (Otipax, Panotile) leurs efficacité est discuté; elles sont formellement contre indiquées endiscuté; elles sont formellement contre indiquées en cas de perforation.cas de perforation. Désinfection rhinopharyngéeDésinfection rhinopharyngée au sérum physiologiqueau sérum physiologique pour éviter la stagnation des secrétions nasales.pour éviter la stagnation des secrétions nasales. ..
  26. 26. B.B. La paracentèseLa paracentèse:: c’est une incision du tympan (myringotomie) dans lec’est une incision du tympan (myringotomie) dans le quadrant postéro-inférieur, dans un but thérapeutiquequadrant postéro-inférieur, dans un but thérapeutique ou bactériologique.ou bactériologique. Indications de la paracentèse:Indications de la paracentèse: Symptomatique:Symptomatique: OMA hyperalgique ne répondant pas aux antalgiquesOMA hyperalgique ne répondant pas aux antalgiques Bactériologique:Bactériologique: Complications de l’OMAComplications de l’OMA OMA persistante malgré une antibiothérapie bienOMA persistante malgré une antibiothérapie bien conduiteconduite Age inférieur a trois moisAge inférieur a trois mois Terrain immunodépriméTerrain immunodéprimé
  27. 27. 33.. indications:indications: OMA simple:OMA simple: Stade de collection:Stade de collection:  AntibiotiquesAntibiotiques  Antalgique antipyritiqueAntalgique antipyritique Stade de suppuration:Stade de suppuration: • Antibiotiques; anti-inflammatoire etAntibiotiques; anti-inflammatoire et • Aspiration si otorrhéeAspiration si otorrhée • +/-Paracentèse.+/-Paracentèse. OMA compliquée:OMA compliquée: Paracentèse et prélèvement bactériologique systématiqueParacentèse et prélèvement bactériologique systématique Antibiothérapie et traitement spécifique de la complication.Antibiothérapie et traitement spécifique de la complication.
  28. 28. XV.XV. CONCLUSIONCONCLUSION L‘otite moyenne aigue est une affectionL‘otite moyenne aigue est une affection fréquente surtout chez le nourrisson,fréquente surtout chez le nourrisson, elle est étroitement lié a une atteinteelle est étroitement lié a une atteinte rhinopharyngérhinopharyngé Ses complications sont devenues raresSes complications sont devenues rares grâce a l’avènement du traitementgrâce a l’avènement du traitement antibiotique.antibiotique.
  29. 29. RéférenceRéférence Lescanne E., Lanotte P.; Pondaven S.;Lescanne E., Lanotte P.; Pondaven S.; Auret-Leca E. otites moyennes aiguesAuret-Leca E. otites moyennes aigues EMC (Elseiver SAS, Paris), Oto-rhino-EMC (Elseiver SAS, Paris), Oto-rhino- laryngologie, 20-085-A10, 2006.laryngologie, 20-085-A10, 2006.

×