PHYSIOLOGIE DE LAPHYSIOLOGIE DE LA
PERCEPTION AUDITIVEPERCEPTION AUDITIVE
PLANPLAN
I.I. IntroductionIntroduction
II.II. Intérêt de l’étudeIntérêt de l’étude
III.III. Rappel anatomique et histologi...
I.I. INTRODUCTIONINTRODUCTION
L’ouie est un sens indispensable a l’intégration deL’ouie est un sens indispensable a l’inté...
II.II. Interet de l’étudeInteret de l’étude
 Interet pathologiqueInteret pathologique
 Comprendre les mécanismes des sur...
III. RAPPEL ANATOMIQUE ET HISTOLOGIQUE
L’oreille interne est l’organe de la perception auditive, elleL’oreille interne est...
Rampe vestibulaire (antérieure) et la rampe tympaniqueRampe vestibulaire (antérieure) et la rampe tympanique
(postérieure)...
Cellules de soutienCellules de soutien
PiliersPiliers: situé sur la partie moyenne de l’organe de Corti: situé sur la part...
MembranesMembranes
Membrane tectorialeMembrane tectoriale: de structure gélatineuse et fibrillaire,: de structure gélatine...
IV.IV. Physiologie de la perceptionPhysiologie de la perception
A.A. Physiologie de l’oreille interne:Physiologie de l’ore...
b)b) Cellules ciliées externesCellules ciliées externes
 capables de deux mécanismes actifs: Les contractionscapables de ...
c.c. Canaux ionique des cellules ciliées:Canaux ionique des cellules ciliées:
Permettent la transduction mécanoelectriqueP...
d)d) Potentiels globaux de la cochlée:Potentiels globaux de la cochlée:
Le signal recueilli est complexe; il comprend:Le s...
Le potentiel de sommation: également produit par les CCE.Le potentiel de sommation: également produit par les CCE.
son amp...
Cette membrane va vibrer selon un mode particulier décritCette membrane va vibrer selon un mode particulier décrit
comme u...
L’inclinaison des cils induirait l’ouverture des canauxL’inclinaison des cils induirait l’ouverture des canaux
ioniques K+...
Ces mécanismes actifs sont sous tendu par les CCE et leurCes mécanismes actifs sont sous tendu par les CCE et leur
existen...
Dans ce cas les CCI restent de simples détecteurs passifsDans ce cas les CCI restent de simples détecteurs passifs
des vib...
B.B. Physiologie des nerfs cochléaires et desPhysiologie des nerfs cochléaires et des
centres de l’audition:centres de l’a...
Le premier relais se fait au niveau du noyau cochléaireLe premier relais se fait au niveau du noyau cochléaire
les deux vo...
Le rôle de ces différents relais est:Le rôle de ces différents relais est:
1.1. relais bulbaires: décodent l’intensité, la...
V.V. EXPLORATIONEXPLORATION
1.1. Interrogatoire:Interrogatoire:
 Signes fonctionnelsSignes fonctionnels ::
-Hypoacousie, ...
 Examen physiqueExamen physique::
OtoscopieOtoscopie: CAE, tympan.: CAE, tympan.
Acoumétrie:Acoumétrie:
Le rinne: compare...
 Audiométrie:
1. subjective:
Audiométrie tonale liminaire: recueil du seuil tonal
liminaire: la plus petite intensité son...
Audiométrie supra liminaire:Audiométrie supra liminaire:
L’intensité des sons émis est supérieure au seuil auditif laL’int...
2.2. Audiométrie objectiveAudiométrie objective
 ImpédancemétrieImpédancemétrie: tympanométrie + réflexe stapedien: tympa...
VI.VI. CONCLUSIONCONCLUSION
La physiologie de l’audition a étéLa physiologie de l’audition a été
révolutionnée par la déco...
Reference:Reference:
Nouvian R., Malinvaud D., Van den abbeele T.,Nouvian R., Malinvaud D., Van den abbeele T.,
Puel J-L.,...
Perception auditive
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Perception auditive

897 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
897
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Perception auditive

  1. 1. PHYSIOLOGIE DE LAPHYSIOLOGIE DE LA PERCEPTION AUDITIVEPERCEPTION AUDITIVE
  2. 2. PLANPLAN I.I. IntroductionIntroduction II.II. Intérêt de l’étudeIntérêt de l’étude III.III. Rappel anatomique et histologiqueRappel anatomique et histologique IV.IV. Physiologie de la perception auditivePhysiologie de la perception auditive • Physiologie de l’oreille internePhysiologie de l’oreille interne • Physiologie du nerfs cochléaires et desPhysiologie du nerfs cochléaires et des centres de l’auditioncentres de l’audition V.V. ExplorationExploration VI.VI. conclusionconclusion
  3. 3. I.I. INTRODUCTIONINTRODUCTION L’ouie est un sens indispensable a l’intégration deL’ouie est un sens indispensable a l’intégration de l’homme dans son environnement, en luil’homme dans son environnement, en lui permettant de s’exprimer et de communiquer avecpermettant de s’exprimer et de communiquer avec ses semblables par l’élaboration du langage et deses semblables par l’élaboration du langage et de la pensée abstraite.la pensée abstraite. la physiologie de la perception a pour objetla physiologie de la perception a pour objet d’expliquer la manière dont l’oreille traduit le signald’expliquer la manière dont l’oreille traduit le signal acoustique en un signal organisé d’activitéacoustique en un signal organisé d’activité neurale.neurale.
  4. 4. II.II. Interet de l’étudeInteret de l’étude  Interet pathologiqueInteret pathologique  Comprendre les mécanismes des surdités etComprendre les mécanismes des surdités et bourdonnementsbourdonnements  Expliquer les intoxications par certainsExpliquer les intoxications par certains médicaments ototoxiquesmédicaments ototoxiques  Expliquer les barotraumatismes et lesExpliquer les barotraumatismes et les traumatismes sonorestraumatismes sonores  Interet dans les explorationsInteret dans les explorations  AudiométrieAudiométrie  Otoemissions acoustiques provoquesOtoemissions acoustiques provoques  PEAPEA
  5. 5. III. RAPPEL ANATOMIQUE ET HISTOLOGIQUE L’oreille interne est l’organe de la perception auditive, elleL’oreille interne est l’organe de la perception auditive, elle est formée par le labyrinthe membraneux enferméest formée par le labyrinthe membraneux enfermé dans le labyrinthe osseux qui est creusé au niveau dudans le labyrinthe osseux qui est creusé au niveau du rocherrocher Elle communique avec l’oreille moyenne par les fenêtresElle communique avec l’oreille moyenne par les fenêtres vestibulaire et cochléaire, et avec l’étage moyen duvestibulaire et cochléaire, et avec l’étage moyen du crâne par le conduit auditif interne.crâne par le conduit auditif interne. Le labyrinthe membraneux est forméLe labyrinthe membraneux est formé  Une partie postérieure: vestibule membraneux qui estUne partie postérieure: vestibule membraneux qui est l’organe de l’équilibrationl’organe de l’équilibration  Une partie antérieure: organe de l’audition c’est laUne partie antérieure: organe de l’audition c’est la cochlée, qui est un tube enroulé en spirale autourscochlée, qui est un tube enroulé en spirale autours d’un axe central la columelle, cette cochlée estd’un axe central la columelle, cette cochlée est séparée en trois compartimentsséparée en trois compartiments
  6. 6. Rampe vestibulaire (antérieure) et la rampe tympaniqueRampe vestibulaire (antérieure) et la rampe tympanique (postérieure) remplies de périlymphes. Elles(postérieure) remplies de périlymphes. Elles communiquent entre elles par l’helicotrema a l’extrémitécommuniquent entre elles par l’helicotrema a l’extrémité de la cochlée.de la cochlée. Canal cochléaire: situé entre les deux rampes, triangulaireCanal cochléaire: situé entre les deux rampes, triangulaire a la coupe; séparé de la rampe vestibulaire par laa la coupe; séparé de la rampe vestibulaire par la membrane de Reissner et de la rampe tympanique parmembrane de Reissner et de la rampe tympanique par la membrane basilaire qui supporte l’organe de Corti.la membrane basilaire qui supporte l’organe de Corti. ORGANE DE CORTI:ORGANE DE CORTI: C’est l’élément neurosensoriel de l’audition, repose sur laC’est l’élément neurosensoriel de l’audition, repose sur la membrane basilaire, il est tres differencié formés demembrane basilaire, il est tres differencié formés de – cellules sensoriellescellules sensorielles – cellules de soutiencellules de soutien – membranesmembranes
  7. 7. Cellules de soutienCellules de soutien PiliersPiliers: situé sur la partie moyenne de l’organe de Corti: situé sur la partie moyenne de l’organe de Corti disposé en deux rangées délimitant le tunnel de Corti.disposé en deux rangées délimitant le tunnel de Corti. Cellules de DeitersCellules de Deiters: cellules de soutiens des cellules ciliées: cellules de soutiens des cellules ciliées disposées de part et d’autre des piliersdisposées de part et d’autre des piliers Cellules sensoriellesCellules sensorielles Cellules ciliées internes (CCICellules ciliées internes (CCI):): corps cellulaire en forme decorps cellulaire en forme de poire, au nombre de 3500 cellules par cochlée,poire, au nombre de 3500 cellules par cochlée, organisées en une seule rangée en dedans du pilierorganisées en une seule rangée en dedans du pilier interne. Leurs stereocils sont disposés en ligneinterne. Leurs stereocils sont disposés en ligne Cellules ciliées externes (CCE):Cellules ciliées externes (CCE): corps cellulaire en formecorps cellulaire en forme parfaitement cylindrique, au nombre d’environ 13000 parparfaitement cylindrique, au nombre d’environ 13000 par cochlée, organisée en trois rangées en dehors du piliercochlée, organisée en trois rangées en dehors du pilier externe, elle sont séparées latéralement par les espacesexterne, elle sont séparées latéralement par les espaces de Nuel, leurs stereocils sont disposés en Wde Nuel, leurs stereocils sont disposés en W
  8. 8. MembranesMembranes Membrane tectorialeMembrane tectoriale: de structure gélatineuse et fibrillaire,: de structure gélatineuse et fibrillaire, joue un rôle important dans le mécanisme dejoue un rôle important dans le mécanisme de transduction mécano-électriquetransduction mécano-électrique Membrane réticulaireMembrane réticulaire: réunit les pôles apicaux des cellules: réunit les pôles apicaux des cellules de Deiters et des cellules ciliées externes..de Deiters et des cellules ciliées externes..
  9. 9. IV.IV. Physiologie de la perceptionPhysiologie de la perception A.A. Physiologie de l’oreille interne:Physiologie de l’oreille interne: A.1 Propriétés physiologiques de l’organe de de CortiA.1 Propriétés physiologiques de l’organe de de Corti a)a) Cellules ciliées internes:Cellules ciliées internes: seules vraies cellules sensorielles, elles font synapsesseules vraies cellules sensorielles, elles font synapses avec 95/ des axones constituants la voie auditiveavec 95/ des axones constituants la voie auditive afférente jusqu’au cerveauafférente jusqu’au cerveau  Elles assurent la transduction mécano-électriqueElles assurent la transduction mécano-électrique  Présentent une remarquable sélectivité de fréquencePrésentent une remarquable sélectivité de fréquence  Leurs disparition entraîne une surdité totaleLeurs disparition entraîne une surdité totale
  10. 10. b)b) Cellules ciliées externesCellules ciliées externes  capables de deux mécanismes actifs: Les contractionscapables de deux mécanismes actifs: Les contractions rapides et les contractions lentesrapides et les contractions lentes  support des otoemissions acoustiquessupport des otoemissions acoustiques  Permettent de fortement amplifié les vibrationsPermettent de fortement amplifié les vibrations  Présentent une sélectivité fréquentielle particulièrementPrésentent une sélectivité fréquentielle particulièrement performanteperformante  Ces cellules rendent l’audition forte et claire.Ces cellules rendent l’audition forte et claire.  Responsable de la protection des structuresResponsable de la protection des structures cochléaires contre les trop fortes intensités sonores parcochléaires contre les trop fortes intensités sonores par la rigidité des stereocilsla rigidité des stereocils  Leurs destruction ne s’associe pas a une surdité totaleLeurs destruction ne s’associe pas a une surdité totale mais a une hypoacousie de l’ordre de 50 dB avec unemais a une hypoacousie de l’ordre de 50 dB avec une perte des propriétés de descrimination fréquentielle fineperte des propriétés de descrimination fréquentielle fine responsable de distorsion importantes de la sensationresponsable de distorsion importantes de la sensation sonoresonore
  11. 11. c.c. Canaux ionique des cellules ciliées:Canaux ionique des cellules ciliées: Permettent la transduction mécanoelectriquePermettent la transduction mécanoelectrique Divers types de canaux ioniques ont été décrit:Divers types de canaux ioniques ont été décrit: -C-Canaux ioniques situées dans la membrane apicale desanaux ioniques situées dans la membrane apicale des stereocilsstereocils (100/C),(100/C), ils sont de type cationiques nonils sont de type cationiques non spécifiques et ouverts sous l’effet de le déflexion desspécifiques et ouverts sous l’effet de le déflexion des stereocils; ils sont bloqués par les aminosides et unstereocils; ils sont bloqués par les aminosides et un diurétique (l’amiloride).diurétique (l’amiloride). -C-Canaux calcique type L:anaux calcique type L: situées sur la membranesituées sur la membrane basolatérale des CCE mais aussi CCI ils sont actives parbasolatérale des CCE mais aussi CCI ils sont actives par la dépolarisation cellulaire bloqués pas les inhibiteursla dépolarisation cellulaire bloqués pas les inhibiteurs calciquescalciques -d’autres canaux ont été décrit:-d’autres canaux ont été décrit: Les canaux potassiques: fonction: rétablir l’équilibre ioniqueLes canaux potassiques: fonction: rétablir l’équilibre ionique en faisant sortir le potassium de la celluleen faisant sortir le potassium de la cellule Canaux cationiques non sélectifs perméable au Na, K, Ca.Canaux cationiques non sélectifs perméable au Na, K, Ca.
  12. 12. d)d) Potentiels globaux de la cochlée:Potentiels globaux de la cochlée: Le signal recueilli est complexe; il comprend:Le signal recueilli est complexe; il comprend:  Le potentiel d’action du nerf auditifLe potentiel d’action du nerf auditif  Les réponses électriques des cellules ciliées avec:Les réponses électriques des cellules ciliées avec: – une composante alternative, qui est le potentielune composante alternative, qui est le potentiel microphonique cochléaire. Il reproduit la fréquence dumicrophonique cochléaire. Il reproduit la fréquence du son stimulant.son stimulant. – une réponse continue qui est le potentiel de sommationune réponse continue qui est le potentiel de sommation Le potentiel microphonique est produit essentiellement par lesLe potentiel microphonique est produit essentiellement par les cellules ciliées externes il est proportionnel a l’amplitudecellules ciliées externes il est proportionnel a l’amplitude des déplacements d’une zone réduite de la membranedes déplacements d’une zone réduite de la membrane basilaire; il peut être utilisé comme indicateur de bassebasilaire; il peut être utilisé comme indicateur de basse fréquence de l’état des processus de transductionfréquence de l’état des processus de transduction mécano-électrique dans la cochlée basalemécano-électrique dans la cochlée basale
  13. 13. Le potentiel de sommation: également produit par les CCE.Le potentiel de sommation: également produit par les CCE. son amplitude dépend de nombreux facteurs: fréquenceson amplitude dépend de nombreux facteurs: fréquence et intensité du son stimulant; niveau d’enregistrementet intensité du son stimulant; niveau d’enregistrement dans la cochlée. Ses propriétés sont complexesdans la cochlée. Ses propriétés sont complexes A.2 Fonctionnement de la cochlée:A.2 Fonctionnement de la cochlée: Les fibres du nerf auditif présentent une très grandeLes fibres du nerf auditif présentent une très grande sélectivité fréquentielle, l’étude du fonctionnement de lasélectivité fréquentielle, l’étude du fonctionnement de la cochlée a pour but de comprendre l’origine de cecochlée a pour but de comprendre l’origine de ce phénomène et qui semble trouver son origine dansphénomène et qui semble trouver son origine dans l’analyse de la micromécanique de la membranel’analyse de la micromécanique de la membrane basilaire.basilaire. a) Mécanique passive de l’organe de Corti: Les vibrations de l’étrier s’accompagnent de variations deLes vibrations de l’étrier s’accompagnent de variations de pression acoustique dans le liquide (incompressible)pression acoustique dans le liquide (incompressible) contenu dans la rampe vestibulaire. La différence decontenu dans la rampe vestibulaire. La différence de pression ainsi obtenu entre les rampes vestibulaires etpression ainsi obtenu entre les rampes vestibulaires et tympaniques est appliqué a la mbne basilaire surtympaniques est appliqué a la mbne basilaire sur laquelle repose l’organe de Corti,laquelle repose l’organe de Corti,
  14. 14. Cette membrane va vibrer selon un mode particulier décritCette membrane va vibrer selon un mode particulier décrit comme une onde progressive compte tenu du temps decomme une onde progressive compte tenu du temps de propagation, le mouvement de la membrane basilairepropagation, le mouvement de la membrane basilaire présente un retard de phase par rapport au stimulus;présente un retard de phase par rapport au stimulus; retard augmentant avec la distance par rapport a laretard augmentant avec la distance par rapport a la fenêtre vestibulaire.fenêtre vestibulaire. L’organe de Corti suit passivement les mouvement qui luiL’organe de Corti suit passivement les mouvement qui lui sont imposes (d’où le nom de micromécanique passive)sont imposes (d’où le nom de micromécanique passive) par les vibrations de la membrane basilaire.par les vibrations de la membrane basilaire. la membrane basilaire et de la membrane tectoriale, sela membrane basilaire et de la membrane tectoriale, se comportent comme 02 lames rigides qui pivotent autourscomportent comme 02 lames rigides qui pivotent autours de 02axes parallèles mais décalés.de 02axes parallèles mais décalés. Les cils des cellules ciliées sont ainsi pris en cisaillementLes cils des cellules ciliées sont ainsi pris en cisaillement entre la membrane réticulaire et la membrane tectoriale.entre la membrane réticulaire et la membrane tectoriale. La membrane tectoriale transforme donc la vibration de laLa membrane tectoriale transforme donc la vibration de la membrane basilaire perpendiculaire a la membranemembrane basilaire perpendiculaire a la membrane réticulaire en un mouvement transversal de cisaillementréticulaire en un mouvement transversal de cisaillement des cils de cellules ciliées.des cils de cellules ciliées.
  15. 15. L’inclinaison des cils induirait l’ouverture des canauxL’inclinaison des cils induirait l’ouverture des canaux ioniques K+ dépendants a l’origine de l’entrée de K+ioniques K+ dépendants a l’origine de l’entrée de K+ dans la cellule et sa dépolarisationdans la cellule et sa dépolarisation Ce modèle passif reste valable pour des stimulationsCe modèle passif reste valable pour des stimulations d’intensité forte ce qui permet d’expliquer la granded’intensité forte ce qui permet d’expliquer la grande sélectivité fréquentielle, lorsque la stimulation estsélectivité fréquentielle, lorsque la stimulation est d’intensité faible c’est la mécanique active de l’organed’intensité faible c’est la mécanique active de l’organe de Corti qui est mise en jeu.de Corti qui est mise en jeu. b)b) Mécanique active de l’organe de CortiMécanique active de l’organe de Corti:: L’augmentation de la sélectivité fréquentielle lorsque laL’augmentation de la sélectivité fréquentielle lorsque la cochlée est stimulée par des stimuli de faible intensitécochlée est stimulée par des stimuli de faible intensité repose sur l’existence de phénomènes intracochléairerepose sur l’existence de phénomènes intracochléaire capable d’amplifier l’onde propagé en faisant intervenircapable d’amplifier l’onde propagé en faisant intervenir des mécanismes cochléaires générateurs d’énergiedes mécanismes cochléaires générateurs d’énergie mécanique capable d’amplifier sélectivement lesmécanique capable d’amplifier sélectivement les vibrations de l’organe de Cortivibrations de l’organe de Corti
  16. 16. Ces mécanismes actifs sont sous tendu par les CCE et leurCes mécanismes actifs sont sous tendu par les CCE et leur existence est confirmée par la présence desexistence est confirmée par la présence des otoemissions acoustiques provenant de la cochléeotoemissions acoustiques provenant de la cochlée normale.normale. A faible intensité de stimulation les vibrations de laA faible intensité de stimulation les vibrations de la membrane basilaire sont transmises aux CCE et CCI,membrane basilaire sont transmises aux CCE et CCI, les vibrations des CCE créent une excitation électriqueles vibrations des CCE créent une excitation électrique de ces cellules, ce phénomène de transduction est ditde ces cellules, ce phénomène de transduction est dit transduction mecano électrique; les signaux électriquestransduction mecano électrique; les signaux électriques produits (potentiel récepteurs) peuvent contrôler laproduits (potentiel récepteurs) peuvent contrôler la réponse mécanique résonante des CCE: la transductionréponse mécanique résonante des CCE: la transduction electromecanique génératrice de force.electromecanique génératrice de force. Ainsi les CCE sont le siège d’une transductionAinsi les CCE sont le siège d’une transduction bidirectionnelle, cette boucle de rétrocontrôle actifbidirectionnelle, cette boucle de rétrocontrôle actif résonante est capable de modifier la mécaniquerésonante est capable de modifier la mécanique cochléaire en amplifiant sélectivement les vibrationscochléaire en amplifiant sélectivement les vibrations mécaniques a la fréquence caractéristiquesmécaniques a la fréquence caractéristiques
  17. 17. Dans ce cas les CCI restent de simples détecteurs passifsDans ce cas les CCI restent de simples détecteurs passifs des vibrations de la cloison cochléaire qui transmettentdes vibrations de la cloison cochléaire qui transmettent l’information aux fibres afférentes du nerf auditif.l’information aux fibres afférentes du nerf auditif. Mais ce modèle laisse actuellement de nombreux pointsMais ce modèle laisse actuellement de nombreux points sans réponse, la manière dont l’excitation mécaniquesans réponse, la manière dont l’excitation mécanique amplifiée des CCE est transmise aux cils des CCI estamplifiée des CCE est transmise aux cils des CCI est encore inconnue.encore inconnue.
  18. 18. B.B. Physiologie des nerfs cochléaires et desPhysiologie des nerfs cochléaires et des centres de l’audition:centres de l’audition: Le nerf cochléaire forme avec la juxtaposition du nerfLe nerf cochléaire forme avec la juxtaposition du nerf vestibulaire la 8me paire crâniennevestibulaire la 8me paire crânienne Il est formé de fibres afférentes des CCI qui représententIl est formé de fibres afférentes des CCI qui représentent +de 90/ des cellules de type I et des fibres afférentes+de 90/ des cellules de type I et des fibres afférentes des CCE qui correspondent aux cellules de type II dudes CCE qui correspondent aux cellules de type II du ganglion spiralganglion spiral Les fibres cochléaires transmettent aux centres bulbairesLes fibres cochléaires transmettent aux centres bulbaires les potentiels d’action issus de la transduction réaliséeles potentiels d’action issus de la transduction réalisée par les CCIpar les CCI Les voies auditives sont bilatérales mais surtout croiséesLes voies auditives sont bilatérales mais surtout croisées elle comportent de nombreux relais.elle comportent de nombreux relais.
  19. 19. Le premier relais se fait au niveau du noyau cochléaireLe premier relais se fait au niveau du noyau cochléaire les deux voies parallèles croisent la ligne médiane et vontles deux voies parallèles croisent la ligne médiane et vont connecter les noyaux cochléaires avec le colliculusconnecter les noyaux cochléaires avec le colliculus inférieur controlatéral après avoir effectué un ou deuxinférieur controlatéral après avoir effectué un ou deux relais dans le complexe olivaire supérieure qui est formérelais dans le complexe olivaire supérieure qui est formé par:par: – L’olive supérieure, latérale et médianeL’olive supérieure, latérale et médiane – Noyaux périolivairesNoyaux périolivaires – Corps trapézoïdesCorps trapézoïdes – Lémnisque latéralLémnisque latéral – Corps genouillé médianCorps genouillé médian Les voies font relais au niveau du thalamus et se projettentLes voies font relais au niveau du thalamus et se projettent sur le cortex auditif située dans l’air temporalesur le cortex auditif située dans l’air temporale
  20. 20. Le rôle de ces différents relais est:Le rôle de ces différents relais est: 1.1. relais bulbaires: décodent l’intensité, la durée et larelais bulbaires: décodent l’intensité, la durée et la fréquencefréquence 2.2. L’olive supérieure et le colliculus inférieur jouent unL’olive supérieure et le colliculus inférieur jouent un rôle dans la localisation du son dans l’espace.rôle dans la localisation du son dans l’espace. 3.3. Le corps genouillé interne est le lieu de convergenceLe corps genouillé interne est le lieu de convergence des influx contro et homolarérauxdes influx contro et homolaréraux 4.4. Le thalamus et le cortex cérébral: se chargent d’unLe thalamus et le cortex cérébral: se chargent d’un décodage plus complexe ou intervient entre autre ladécodage plus complexe ou intervient entre autre la mémoire acquise; a ce niveau les multiplesmémoire acquise; a ce niveau les multiples intégrations participant a la réponse comportementaleintégrations participant a la réponse comportementale globale du sujet au message sonore.globale du sujet au message sonore.
  21. 21. V.V. EXPLORATIONEXPLORATION 1.1. Interrogatoire:Interrogatoire:  Signes fonctionnelsSignes fonctionnels :: -Hypoacousie, bourdonnements-Hypoacousie, bourdonnements -Date et mode de début, circonstances d’apparition,-Date et mode de début, circonstances d’apparition, l’évolution; l’unilatéralité ou bilatéralité, lel’évolution; l’unilatéralité ou bilatéralité, le retentissement social, les signes accompagnateurs…retentissement social, les signes accompagnateurs… -Age-Age -ANTCDs: otologique (otite, traumatismes, chirurgie…)-ANTCDs: otologique (otite, traumatismes, chirurgie…) prises de médicaments ototoxiques.prises de médicaments ototoxiques. notion d’exposition professionnellenotion d’exposition professionnelle notion de diabète ou maladie de système.notion de diabète ou maladie de système.
  22. 22.  Examen physiqueExamen physique:: OtoscopieOtoscopie: CAE, tympan.: CAE, tympan. Acoumétrie:Acoumétrie: Le rinne: compare la conduction osseuse et aérienne: compare la conduction osseuse et aérienne  surdité de transmission CO>CAsurdité de transmission CO>CA  Surdité de perception CA>COSurdité de perception CA>CO Le WeberLe Weber: compare la conduction osseuse des 02 oreilles,: compare la conduction osseuse des 02 oreilles, Chez le sujet normal le weber est indifférenciéChez le sujet normal le weber est indifférencié Surdité de transmission:Weber latéralisé du coté atteintSurdité de transmission:Weber latéralisé du coté atteint Surdité de perception: *Weber latéralisé du coté le moinsSurdité de perception: *Weber latéralisé du coté le moins atteint.atteint.
  23. 23.  Audiométrie: 1. subjective: Audiométrie tonale liminaire: recueil du seuil tonal liminaire: la plus petite intensité sonore perceptible pour chacune des 7 fréquences Épreuve de weber audiométrique: le vibreur est placé au niveau front. Épreuve de rinne audiométrique: Surdité de transmission: écart important entre les courbes seuils en CO et CA on dit que le Rinne est ouvert ou négatif Surdité de perception: les courbes sont superposées on dit que le rinne est fermé ou positif
  24. 24. Audiométrie supra liminaire:Audiométrie supra liminaire: L’intensité des sons émis est supérieure au seuil auditif laL’intensité des sons émis est supérieure au seuil auditif la gamme fréquentielle étudié est de 800 a 20000Hzgamme fréquentielle étudié est de 800 a 20000Hz Utilisé surtout si surdité de perception, elle a deux butsUtilisé surtout si surdité de perception, elle a deux buts Recherche d’un recrutementRecherche d’un recrutement Recherche d’un relapse ou fatigabilité auditiveRecherche d’un relapse ou fatigabilité auditive Audiométrie automatique:Audiométrie automatique: Le malade commande lui-même l’intensité de la stimulationLe malade commande lui-même l’intensité de la stimulation sonoresonore Audiométrie vocaleAudiométrie vocale permet de mesurer l’audition par despermet de mesurer l’audition par des mots monosyllabique, elle a deux buts:mots monosyllabique, elle a deux buts: Retrouver le seuil d’intelligibilité (niveau d’intensité pourRetrouver le seuil d’intelligibilité (niveau d’intensité pour obtenir 50/ de réponses)obtenir 50/ de réponses) Retrouve le pouvoir de discrimination.Retrouve le pouvoir de discrimination.
  25. 25. 2.2. Audiométrie objectiveAudiométrie objective  ImpédancemétrieImpédancemétrie: tympanométrie + réflexe stapedien: tympanométrie + réflexe stapedien  PEAPEA: permet le recueil de la courbe d’activité: permet le recueil de la courbe d’activité électrphysiologique des voies auditives du conduitélectrphysiologique des voies auditives du conduit auditif interne jusqu’au tronc cérébral; permet l’étudeauditif interne jusqu’au tronc cérébral; permet l’étude objectif du seuil auditif et de situer le niveau deobjectif du seuil auditif et de situer le niveau de l’atteinte.l’atteinte.  Recherche d’otœmissions acoustiqueRecherche d’otœmissions acoustique (electrocochléogramme): sons émis par l’oreille que(electrocochléogramme): sons émis par l’oreille que l’on peut recueillir a l’aide d’un microphone placé dansl’on peut recueillir a l’aide d’un microphone placé dans le CAE; elles sont soit spontané soit provoqués,le CAE; elles sont soit spontané soit provoqués, apprécie objectivement le fonctionnement cochléaire.apprécie objectivement le fonctionnement cochléaire. Utilisé chez l’enfant et dans le dépistage des surditésUtilisé chez l’enfant et dans le dépistage des surdités néonatalesnéonatales  Imagerie: IRM et scannerImagerie: IRM et scanner
  26. 26. VI.VI. CONCLUSIONCONCLUSION La physiologie de l’audition a étéLa physiologie de l’audition a été révolutionnée par la découverte desrévolutionnée par la découverte des mécanismes actifs endochochléairesmécanismes actifs endochochléaires supportés par les CCE de l’organe desupportés par les CCE de l’organe de Corti,Corti, ainsi qu’au développement de nouvellesainsi qu’au développement de nouvelles techniques de recherche entechniques de recherche en neurophysiologie mais aussi en biologieneurophysiologie mais aussi en biologie cellulaire et moléculaire.cellulaire et moléculaire.
  27. 27. Reference:Reference: Nouvian R., Malinvaud D., Van den abbeele T.,Nouvian R., Malinvaud D., Van den abbeele T., Puel J-L., Bonfils P., Avan P. Physiologie dePuel J-L., Bonfils P., Avan P. Physiologie de l’audition. EMC (Elseiver SAS, Paris), Oto-rhino-l’audition. EMC (Elseiver SAS, Paris), Oto-rhino- laryngologie, 20-030-A10,2006.laryngologie, 20-030-A10,2006.

×