PLAN
Introduction
Rappels :
 Embryologique.
 Anatomique.
 Histologique.
 Paramètres de la physiologie sinusienne
 M...
Introduction
Les sinus paranasaux sont des cavités aréiques
creusées dans les os de la partie antérieure du crane et
ento...
Rappel embryologique
Le développement des sinus apparaissent dans un
ordre chronologique avec apparition initiale des sin...
Rappel anatomique
Sur le plan anatomique, on
peut les diviser en deux grands
groupes:
 Antérieur : maxillaire,
ethmoïdal...
Rappel anatomique
Sinus éthmoïdaux
antérieurs et postérieurs :
 Lame criblée, masses
latérales et lame
perpendiculaire.
...
Rappel anatomique
Sinus sphénoïdes :
 Rapports étroits avec les
nerfs optiques, les sinus
caverneux, et les carotides
in...
Rappel anatomique
 Sinus maxillaires :
 Les plus grands,
asymétriques ou
hypoplasiques.
 Naissance : présents mais de
p...
Paramètres de la physiologie
sinusienne
Muqueuse sinusienne.
Mucus.
Drainage muco-ciliaire.
Ostiums.
Ventilation sinu...
Muqueuse sinusienne
Elle comprends : un épithélium, une membrane
basale et un chorion.
A plusieurs rôles :
 Rôle dans d...
Muqueuse sinusienne
Epithélium
Type respiratoire Pseudo stratifié
cylindrique cilié.
Parmi les cellules épithéliales :
...
Muqueuse sinusienne
Chorion ou lamina propria
 Fibres de collagène, Vx, glandes et cellules
inflammatoires.
Moins épais ...
Muqueuse sinusienne
 L’épithélium des sinus comprend plus de cellules
ciliées sauf dans le voisinage de l’ostium où les c...
Muqueuse sinusienne
Cellules ciliées épithéliales
50 à 200 cils et 300 à 400
microvillosités.
Cils : microtubules centra...
mucus
Le mucus normal
 Produit par les cellules caliciformes et les glandes séro-muqueuses du chorion.
 Deux couches :
...
mucus
Fonctions du mucus
Le mucus a comme fonctions de tapisser, lubrifier et
protéger l’épithélium sous-jacent contre le...
mucus
Drainage muco-ciliaire
Le drainage mucociliaire est un mécanisme indispensable
au fonctionnement normal des sinus.
...
Ostium
Met en communication la muqueuse sinusienne et le FN.
Lieu d’échange gazeux et point de convergence des voies
de ...
Echanges gazeux inrasinusiens
L’air intra sinusiens est le résultat d’échanges gazeux trans
ostiaux et trans épithéliaux....
Physiopathologie
Pathologie ciliaire
 Dyskénésie ciliaires primitives :
 Déficit génétique conduisant à rendre les cils ...
Physiopathologie
Pathologie du mucus
 Mucoviscidose :
 Autos. Récessive, par mutation du gène CF qui code la protéine cy...
Physiopathologie
Dysfonctionnement ostial
 en cas d’obstruction ostiale :
 Augmentation de la PaCO2, l’activité ciliaire...
Exploration
Analyse du drainage muco-ciliaire : technique de
l’endoscopie sinusienne :
 Ponction de sinus par la voie du...
Exploration
Sinusomanométrie
 La sinusomanométrie permet
d’analyser la perméabilité de
l’ostium, du sinus maxillaire
et/o...
Le schéma ci-contre
montre un examen
normal au cours duquel
les variations de pression
secondaires au rythme
respiratoire...
Sur le schéma suivant, il s’agit
d’un cas de dysperméabilité
del’ostium maxillaire, lors de
la respiration nasale, il n’y...
CONCLUSION
Les sinus sont des cavités silencieuses creusées dans
les os du crâne.
l’homéostasie est régie par le tapis muc...
Bibliographie
Physiologie des sinus paranasaux P. Eloy, M.-C.
Nollevaux, B. Bertrand : Ency. Med. Chir. 2005
Elsevier
Physiologie des sinus
Physiologie des sinus
Physiologie des sinus
Physiologie des sinus
Physiologie des sinus
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Physiologie des sinus

1 636 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 636
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
50
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Physiologie des sinus

  1. 1. PLAN Introduction Rappels :  Embryologique.  Anatomique.  Histologique.  Paramètres de la physiologie sinusienne  Muqueuse sinusienne.  Mucus.  Drainage muco-ciliaire.  Ostiums.  Echanges gazeux intrasinusiens Physiopathologie Exploration Conclusion
  2. 2. Introduction Les sinus paranasaux sont des cavités aréiques creusées dans les os de la partie antérieure du crane et entourant les FN, ils sont en continuité avec l’ensemble du tractus respiratoire. Le fonctionnement normal des sinus dépend de :  La perméabilité ostiale.  La qualité des mouvements muco-ciliaires.  phénomène immunologiques locaux. Le rôle exact des sinus n’est pas connu.
  3. 3. Rappel embryologique Le développement des sinus apparaissent dans un ordre chronologique avec apparition initiale des sinus éthmoïdaux, maxillaires, frontaux puis sphénoïdes.
  4. 4. Rappel anatomique Sur le plan anatomique, on peut les diviser en deux grands groupes:  Antérieur : maxillaire, ethmoïdal antérieur, frontal  Postérieur : ethmoïdal postérieur, sphénoïdal.  Les sinus frontaux :  Absents chez 05 % de la population.  Drainage par le canal naso- frontal.  02 ans : ébauches. 08 ans : individualisation. Adulte : taille définitive .
  5. 5. Rappel anatomique Sinus éthmoïdaux antérieurs et postérieurs :  Lame criblée, masses latérales et lame perpendiculaire.  Drainage des cellules antérieures dans le méat moyen (gouttières uncibullaire et rétro- bullaire) et postérieures dans les méats supérieur et suprême.  Naissance : présents . Adulte : taille définitive.
  6. 6. Rappel anatomique Sinus sphénoïdes :  Rapports étroits avec les nerfs optiques, les sinus caverneux, et les carotides internes.  03 ans : pneumatisation. 18 ans : taille adulte.  drainage recessus sphéno- ethmoïdal (prolongement de la queue de cornet supérieur).
  7. 7. Rappel anatomique  Sinus maxillaires :  Les plus grands, asymétriques ou hypoplasiques.  Naissance : présents mais de petite taille. 0 à 03 ans et 7 et 12 ans : augmentent rapidement de volume. Drainage au niveau du méat moyen : partie inférieure de la gouttière uncibullaire.
  8. 8. Paramètres de la physiologie sinusienne Muqueuse sinusienne. Mucus. Drainage muco-ciliaire. Ostiums. Ventilation sinusienne.
  9. 9. Muqueuse sinusienne Elle comprends : un épithélium, une membrane basale et un chorion. A plusieurs rôles :  Rôle dans de le conditionnement de l’air intra sinusien.  Première ligne de défense grâce notamment au mouvements muco-ciliaires.  Rôle immunitaire.
  10. 10. Muqueuse sinusienne Epithélium Type respiratoire Pseudo stratifié cylindrique cilié. Parmi les cellules épithéliales :  Cellules basales : cellules de remplacement .  Cellules caliciformes : excrètent des mucines, constituant important du mucus.  Cellules à microvillosité : entretiennent le film aqueux périciliaire.  Cellules ciliées : 80 % de la population cellulaire. Coupe histologique d’une muqueuse du sinus maxillaire. Agrandissement x 40. Épithélium pseudostratifié cilié. Présence de cellules caliciformes (Cc.). Présence de glandes séromuqueuses (Glde SM) dans le chorion.
  11. 11. Muqueuse sinusienne Chorion ou lamina propria  Fibres de collagène, Vx, glandes et cellules inflammatoires. Moins épais qu’au niveau de la muqueuse nasale (réseau vasculaire beaucoup moins développé)  Trois couches :  Sous épithéliale : Lym, Plasm, hystio, macroph.  Glandulaire séro-muqueuses tubulo-acineuses (production du mucus) moins nombreuses et plus petites qu’au niveau des FN sauf au niveau des ostiums.  Vasculaire.
  12. 12. Muqueuse sinusienne  L’épithélium des sinus comprend plus de cellules ciliées sauf dans le voisinage de l’ostium où les cellules caliciformes sont plus denses.  La sous-muqueuse est moins riche en glandes tubuloacineuses par rapport aux FN.
  13. 13. Muqueuse sinusienne Cellules ciliées épithéliales 50 à 200 cils et 300 à 400 microvillosités. Cils : microtubules centraux et périphériques . Le mouvement ciliaire résulte du coulissement des microtubules périphériques, l’énergie nécessaire provenant de l’hydrolyse d’ATP grâce à l’activité ATPase des bras de dynéine. Microscopie électronique à balayage. Plages de cellules ciliées et de cellules à microvillosités. Coupe transversale d’un cil. Mtp : microtubule périphérique ; Mtc : microtubule central ; Bd : bras de dynéine.
  14. 14. mucus Le mucus normal  Produit par les cellules caliciformes et les glandes séro-muqueuses du chorion.  Deux couches :  une couche superficielle, visqueuse et élastique, la couche « gel » en rapport avec les cils .  couche profonde, très fine, aqueuse, périciliaire qui est en rapport avec le pôle apical des cellules.  Ph : 6,5 et 7,8.  95 % d’eau, 3 % élément organiques , 2 % éléments minéraux.  Sa teneur en eau est contrôlée par l’absorption d’ions sodium et la sécrétion d’ions chlore selon un mécanisme actif et passif.  L’élément organique principal du mucus est constitué par les mucines : glycoprotéines de PM élevé (1 000 kDa).  Dans le mucus, on trouve également de l’albumine, des IgA sécrétoires, de la lactoferrine, des lysozymes et des antioxydants.
  15. 15. mucus Fonctions du mucus Le mucus a comme fonctions de tapisser, lubrifier et protéger l’épithélium sous-jacent contre les irritants, certains virus et certaines bactéries. Il neutralise les molécules étrangères et les inactive (propriétés antibactérienne, antiprotéasique et antioxydante). Les cils ont ensuite pour mission de le transporter hors de la cavité sinusienne au travers de l’ostium principal.
  16. 16. mucus Drainage muco-ciliaire Le drainage mucociliaire est un mécanisme indispensable au fonctionnement normal des sinus. Assure le transport des particules étrangères piégées dans le mucus vers les fosses nasales ce mécanisme est rapide. Ce mécanisme dépens de :  Des propriétés rhéologiques du mucus : si le mucus est trop épais, les cils sont incapables de le transporter hors du sinus.  De l’épaisseur de la couche périciliaire ; plus celle-ci est épaisse, plus courte est la partie du cil située dans la couche gel du mucus et moins le drainage est efficace.
  17. 17. Ostium Met en communication la muqueuse sinusienne et le FN. Lieu d’échange gazeux et point de convergence des voies de drainage des secrétions. Zone de transition entre muqueuse nasales et sinusienne. Le diamètre ostial fonctionnel moyen est de 2,4 mm il varie d’un individu à l’autre. Les variations anatomiques et dynamiques du calibre ostial ont des effets importants sur les pressions partielles des gaz contenus dans les sinus en particulier le CO2 et O2. La perméabilité de l’ostium est un élément clé de la physiologie sinusienne qui a des répercussions importantes sur le drainage mucociliaire, l’état de la muqueuse sinusienne et sur la composition des gaz intrasinusiens.
  18. 18. Echanges gazeux inrasinusiens L’air intra sinusiens est le résultat d’échanges gazeux trans ostiaux et trans épithéliaux. Transostiaux : se font par diffusion, 90 % des échanges, la diffusion est influencée par la température , la pression partielle des gaz et leur densité. Transépithéliaux : entre cavité sinusienne et le sang qui tendent à maintenir l’équilibre par défaut des premiers. À cause des échanges gazeux transépithéliaux, l’air intrasinusien est légèrement différent de celui des fosses nasales. Il est plus riche en CO2 (2,2 % au lieu de 1,7 %) et moins riche en oxygène (17,5 % au lieu de 18,8 %).
  19. 19. Physiopathologie Pathologie ciliaire  Dyskénésie ciliaires primitives :  Déficit génétique conduisant à rendre les cils immobiles, peu mobiles ou absents (le mucus est de viscosité et d’élasticité normales).  Dans la majorité des cas il s’agit d’anomalies au niveau d’un ou des deux bras de dynéine.  Sur le plan clinique, cela se manifeste par des infections respiratoires récidivantes, des sinusites, des bronchites et des otites chez l’enfant. Dans 50 % des cas, il existe une dextrocardie. Si des bronchectasies sont présentes, on parle alors du syndrome de Kartagener (triade caractéristique : bronchectasies, situs inversus, sinusite chronique).  Dyskénésies ciliaires secondaires :  Anomalies acquises quantitatives ou qualitatives des cils concernant leur nombre, leur fonction ou leur ultrastructure.  elle sont de caractère local et réversible.  Anomalie la plus fréquente : augmentation de la taille des cils avec augmentation du nombre des microtubules.
  20. 20. Physiopathologie Pathologie du mucus  Mucoviscidose :  Autos. Récessive, par mutation du gène CF qui code la protéine cystic fibrosis transmembrane conductance regulator (CFTR) qui intervient dans la régulation de la sécrétion des ions chlore au pôle apical des cellules épithéliales.  Une mutation du gène CF entraîne donc un défaut dans la protéine CFTR, à l’origine de la mucoviscidose. L’épithélium respiratoire est ainsi imperméable à l’ion chlore. Il s’y associe une augmentation de l’absorption de sodium au pôle basal des cellules épithéliales.  Augmentation importante de la viscosité du mucus (ON chronique, sinusites, PNS, Insuffisance respiratoire chronique).  sinusites chroniques :  Métaplasie glandulaire de l’épithelium avec anomalies ciliaires secondaires.
  21. 21. Physiopathologie Dysfonctionnement ostial  en cas d’obstruction ostiale :  Augmentation de la PaCO2, l’activité ciliaire diminue, le mucus stagne, favorisant la prolifération bactérienne, conduisant à l’hypertrophie inflammatoire de la muqueuse ce qui accentue l’obstruction ostiale.
  22. 22. Exploration Analyse du drainage muco-ciliaire : technique de l’endoscopie sinusienne :  Ponction de sinus par la voie du méat inférieur : une goutte de bleu de méthylène est déposée sur la muqueuse sinusienne et on examine à l’endoscope ses voies de drainage vers l’ostium à intervalles réguliers.  Aspect morphologique de la muqueuse  Prélèvement des secrétions et analyse bactériologique et/ou mycologique.  Aspect morphologique de l’ostium.  Mise en place d’un drain en poly éthylène pour l’analyse sinusomanométrique.
  23. 23. Exploration Sinusomanométrie  La sinusomanométrie permet d’analyser la perméabilité de l’ostium, du sinus maxillaire et/ou du sinus frontal au cours du temps (j1, j8, j15, j21). Elle consiste à connecter un drain de polyéthylène, mis en place lors de la sinusoscopie, à une seringue, un robinet à trois voies et à un manomètre.
  24. 24. Le schéma ci-contre montre un examen normal au cours duquel les variations de pression secondaires au rythme respiratoire se marquent par une sinusoïde sur la courbe supérieure. Sur la seconde et la troisième courbe, lors de l’injection ou de l’aspiration d’air, les pressions enregistrées au niveau du sinus restent normales. EXPLORATION : sinusomanométrie
  25. 25. Sur le schéma suivant, il s’agit d’un cas de dysperméabilité del’ostium maxillaire, lors de la respiration nasale, il n’y a aucune variation de pression enregistrée au niveau du sinus maxillaire. En revanche, lors de l’injection ou de l’aspiration d’air, on assiste àune hyperpression ou à une dépression au niveau du sinus. EXPLORATION : sinusomanométrie
  26. 26. CONCLUSION Les sinus sont des cavités silencieuses creusées dans les os du crâne. l’homéostasie est régie par le tapis muco-ciliaire et les ostiums. Respecter, voire recréer des conditions normales d’aération et de drainage des cavités sinusiennes est le fondement de la chirurgie fonctionnelle sinusienne.
  27. 27. Bibliographie Physiologie des sinus paranasaux P. Eloy, M.-C. Nollevaux, B. Bertrand : Ency. Med. Chir. 2005 Elsevier

×