1
Les Prothèses auditives
Les Prothèses auditives
I- définition –généralités
II- Rappel anatomique
III- Rappel physiologique
IV- classification des prothèses
V- structure d...
-l’aide auditive est une chaîne éléctroacoustique
miniaturisée d’amplification sonore
-permet la réalisation d’un appareil...
-le premier principe de l’aide auditive est
l’appareillage précoce
-L’aide auditive est indispensable pour qu’un
enfant so...
-chaque appareil auditif est individuellement
défini et destiné à une situation auditive
particulière d’une personne
Défin...
-l’oreille externe-l’oreille externe :est constituée de 2 parties ::est constituée de 2 parties :
.. le pavillon en dehors...
la cochlée :c’est un tube rigide enroulé en
spirale autour d’un axe central ou columelle cette
cochlée est séparée en troi...
-l’oreille externe joue le rôle de collection de son
-le rôle de localisateur de la source sonore du
Pavillon concerne sur...
L’onde sonore atteint l’organe de l’audition par le conduit
auditif externe cette dernière fait vibrer la membrane
tympani...
Classification des prothèses
auditives
Les prothèses
qui produisent
une vibration
Les prothèses
qui produisent
un son
Les
...
III- structure de la prothèse
auditive
Le microphoneLe microphone
Écouteur ou
vibrateur
Écouteur ou
vibrateur
Un microproc...
Le microphone:
-transducteur électroacoustique permettant
de capter le signal acoustique et de le
transformer en signal él...
L’amplificateur (analogique )ou
microprocesseur (numérique )
-transforme le signal destiné par le
microphone et l’adapte e...
l’écouteur :
-transducteur éléctro magnétique qui
transforme le signal électrique modifié
par l’amplificateur en signal ac...
L’alimentation:
-c’est habituellement une pile
-c’est elle qui est responsable des 3/4 du
volume de l’appareillage et de s...
Dans toutes les AA le son pénètre à l’aide d’un
microphone ; il est ensuite traité et amplifié :puis
transmis à un écouteu...
numérique
-le son est numérisé càd il est transformé en une série de
nombres qui est traité et analysé par un algorithme
...
18
Les prothèses qui produisent un son
19
Les prothèses qui produisent un son
Généralités:
• délivrent un signal fait de vibrations aériennes
transmises au condu...
20
Les prothèses qui produisent un son
généralités
Effet
LARSEN……………………………………………………………………………………….
Une prothèse auditive pe...
21
Les prothèses qui produisent un son
Généralités:
Effet LARSEN…………………………………
Les conditions de réalisation de celui-ci so...
22
Les prothèses qui produisent un son
Généralités:
• il en existe 2 types selon l’emplacement dans le CAE
Les contours d...
23
Les prothèses qui produisent un son
1-Les contours d’oreille :
• Sont les aides les plus utilisées :représentent 40% de...
24
Les prothèses qui produisent un son
1-Les contours d’oreille :
**avantages
-leur polyvalence permet une adaptation de t...
25
Les prothèses qui produisent un son
Les intra auriculaires :
• sont fabriqués à partir d’un moulage de
l’oreille dans l...
26
Les prothèses qui produisent un son
Les intra auriculaires :
Se divisent en :
-intra conduit :que l’on place dans le CA...
27
Les prothèses qui produisent un son
Les intra auriculaires :
**avantage
-leur taille réduite est un avantage indéniable...
28
Les prothèses qui produisent une
vibration
29
I- les prothèses amplificatrices en
conduction osseuse
1-définition …………………………………
• il s’agit essentiellement de vibrat...
30
I- les prothèses amplificatrices en
conduction osseuse
Leur inconvénient :
Inesthétique et d’une qualité sonore insuf...
31
Les implants de l’oreille moyenne
32
II- Les implants de l’oreille moyenne
1-définition …………………………………
• sont des prothèses auditives mises en place
chirurgi...
33
I- Les implants de l’oreille moyenne
…………………………………
• sont utilisés lorsque les prothèses conventionnelles
ne suffisent ...
34
4-les indications des IOM:
*classiquement les IOM s’adressent à l’adulte porteur
d’une surdité:
- de perception pure bi...
35
5-les contres indications:
-existence de CI chirurgicales
-pathologie de l’oreille moyenne et antécédents
chirurgicaux ...
36
2-les avantage des IOM:
• suppression de l’occlusion du CAE évitant les
intolérances cutanées ;la sensation de corps ét...
37
3-les inconvénients des IOM:
• risque propre d’une chirurgie otologique
•sur l’audition résiduelle
Les implants de l’or...
38
4-structure:
On associe deux parties :
- La première interne est implantée et augmente la vibration des
osselets.
- La ...
39
Exemple D’IOM
a- Le Vibrant soundbridge se compose de deux éléments:
1) l'implant,
-appelé prothèse ossiculaire vibrato...
40
2- L'Audio Processeur externe
- est appliqué sur la tête du patient une fois remis de l'opération. Il
comporte un micro...
41
42
43
-Appui osseux, sonde en contact du corps de l’enclume
-Transducteur en dehors de l’oreille moyenne, la taille de la
bob...
44
Technique chirurgicale du MET
45
6-le fonctionnement
 l’audio processeur
caché sous les cheveux sur le cuir chevelu
chargé d’amplifier et de coder le s...
46
le récepteur interne
-implanté dans l’os mastoïdien
- capte le signal au travers de la peau et le relaie
via un fil con...
47
6-le fonctionnement:
- -Le principe des IOM est basé sur la transmission directe de l'énergie
mécanique des vibrations ...
48
Les IOM EM:
-sont semi-implantables
-ces prothèse comprennent un aimant implanté et une bobine électromagnétique
d’ind...
49
Les IOM EM:
-un barreau aimanté placé dans le champ va subir un déplacement orienté selon les
lignes du champ
-un cour...
50
les IOM PZ
-sont totalement implantables (avec batteries rechargeables ou de longue durée
de vie type pacemaker)
-utili...
51
II -La prothèse auditive à ancrage osseux
Bone anchored hearing aid BAHA
52
.
Définition
-est une prothèse auditive qui fonctionne en conduction
osseuse fixée sur un petit implant en titane ostéo...
53
.
Notion de stéréeophonie:
-l’audition stéréophonique est la perception
par les 2 oreilles de plusieurs sources situées...
54
.
Notion de stéréeophonie:
-la prothese BAHA permet le transfert transcranien des sons du
coté cophosé vers le coté sai...
55
.
handicap resultant d’une cophose unilaterale:
-mauvaise perception des sons provenant du coté de l’oreille sourde
-ba...
56
.
Indications de la prothèse BAHA :
L'indication de ce type de prothése est.
représentée par:
*surdités de transmission...
57
.
Les situations les plus classiques sont les suivantes :
-Aplasie majeure d'oreille avec absence de conduit auditif
ex...
58
.
-plus récemment dans le cas de surdité de perception
unilatérale profonde ou totale, associée à une audition controla...
59
.les contres Indications de la prostheses BAHA :
-par la surdité de perception pure.
60
.Les avantages des BAHA:
 meilleure compréhension
-d’un interlocuteur placé du coté sourd
-d’une conversation en group...
61
.
Les avantages des BAHA:
La perte de puissance liee à l’effet edredon de la peau lorsqu’on
emploie un vibrateur retro...
62
Description du système BAHA……
………………….
La prothèse BAHA comporte 2 ou 3 parties selon le kit
chirurgical utilisé
- un i...
63
Structure::…………………….…:
……………………….
-Sur cette vis en titane, vient se fixer un pilier qui traverse la peau, sur
lequel v...
64
.
1-la prothèse auditive
2. le pilier de la prothèse
3. Implants en titane :fixture
65
.
66
Mode d’action
-les os de la voute cranienne ont la propriete
de transmettre les vibrations osseuses jusqu’à
l’oreille i...
67
.
Mode d’action
-la transmission de la vibration entre la prothèse
auditive elle-même et l’implant en titane se fait
gr...
68
bilan préopératoire
-l’audiométrie vocale en conduction osseuse
-l’essai du système BAHA par le « rod test » ou sur ser...
69
Les prothèses qui produisent un courant
70
1-l’implant cochléaire
71
définition
• C’est un transducteur qui transforme le
signal acoustique en un signal électrique
qui stimule directement ...
72
Les indications
A - LES SURDITES TOTALES ET LES
SURDITES PROFONDES
• Pendant longtemps elles furent les seules à pouvoi...
73
Pour envisager la mise en place
de
cet appareil
• la motivation du patient et son information
doivent être satisfaisant...
74
Cependant, chez l'enfant
l'urgence
est de mise. On distingue deux
cas:
- chez l'enfant qui a déjà entendu et qui a
déjà...
75
*En ce qui concerne les surdités
congénitales
l'âge d'implantation se situe en général
entre 18 mois et cinq ans car il...
76
- Il n’y a pas d’age limite pour ce type de
prothèses mais l’on sait que chez les
grands adolescents et les adultes
sou...
77
B-LES SURDITES SEVERES
actuellement cet élargissement des indications
de l'implant cochléaire est limité à celles de ce...
78
Les contres indications
Les CI actuellement retenues sont
-une aplasie du nerf cochléaire
confirmée par l’IRM
- une apl...
79
Inconvénients
- malgré ces performances auditives les
enfants garderont des difficultés de
compréhension dans le bruit ...
80
Structure
Il est composé de 2 parties
*une partie externe :formée par
-le contour d’oreille: comprend
-le microphone
-l...
81
Structure
*une partie interne :ou récepteur
interne
• Est une pièce arrondie maintenue en
regard du stimulateur implant...
82
Fonctionnement
• Le signal sonore capté par le microphone va
subir un traitement initial :les sons ayant une
intensité ...
83
Fonctionnement
• -Celles-ci sont reçues par une antenne maintenue
sur le cuir chevelu au moyen d’un aimant qui les
tran...
84
Fonctionnement
-Les contacts de l'électrode stimulent
directement les fibres nerveuses dans la cochlée
sans utiliser le...
85
Les étapes de l’implantation
1-avant l’implantation cochléaire :
la sélection des enfants candidats à un
implant cochlé...
86
• De cette optique l’indication résulte d’un
bilan multidisciplinaire comprenant plusieurs
évaluations
**évaluation fon...
87
-un gain prothétique évalué après une
expérience minimale de 3 à 6 mois ;si l’enfant est
au stade préverbal les seuils ...
88
Évaluation otologique
• Les pathologies de l’oreille moyenne (OMA et OSM)
et externe doivent être recherchées et traité...
89
Évaluation orthophonique et
psychologique
• Permet d’apprécier les capacités q’acquisition
;d’intégration et de communi...
90
2-L’atape chirurgicale
L’acte chirurgical permet la mise en place
S/AG la partie interne de l’implant
Le but de l’inter...
91
3-Après l’implantation cochléaire
Le suivi est réalisé par une équipe
multidisciplinaire comprenant phoniatre
orthophon...
92
RESULTATS
A - DANS LES SURDITES PROFONDES
D'une manière générale Les résultats de l'implant
cochléaire chez
1-l'adulte ...
93
RESULTATS
-médiocres (compréhension difficile sans lecture
labiale), mais néanmoins très précieux pour le patient, dans...
94
3 - Chez les enfants qui n'ont jamais entendu
Les résultats sur la compréhension de la parole
et l'apparition du langag...
95
Les facteurs predictis sont
-l’age de l’implantation :la précocité de
l’implantation cochléaire de l’enfant prelingual ...
96
B - DANS LES SURDITES SEVERES
Dans les surdités sévères une amélioration de l'intelligibilité est pratiquement
toujours...
97
2-l’implant du tronc cérébral
.
98
2-l’implant du tronc cérébral
1-definition:
L'implant auditif du tronc cérébral est un petit
dispositif implanté, dans ...
99
2-l’implant du tronc cérébral
rappel anatomique:
Les noyaux cochléaires sont les 1er relais des
voies auditives ils son...
100
les indications
-la neurofibromatose de type 2
-les ossifications cochléaires totales post
méningitiques
-certaines su...
101
structure
L'implant du tronc cérébral se compose:
-un minuscule microphone placé sur l'oreille
externe il transmet num...
102
structure
-Un petit fil électrique relie la puce à l'électrode
implantée dans le tronc cérébral. L'électrode délivre a...
103
fonctionnement
Le principe de l’implant auditif du TC est
directement dérivé de celui de l’implant cochléaire
Le recue...
104
fonctionnement
le porte électrode est placé chirurgicalement
dans le recessus latéral du 1Veme ventricule les
electrod...
105
conclusion
les techniques actuellement disponibles de
l’audio prothèse conventionnelle à l’implant du TC
permettent de...
Fin du cours
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prothèses auditives

1 220 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • La comptabilité générale remplit plusieurs missions essentielles :
    - elle est une source d’informations : elle fournit des informations d’ordre financier concernant l’action de l’État, ses relations avec les tiers (redevables, fournisseurs…), son activité (les produits et les charges de l’exercice), la composition de son patrimoine (ce qu’il contrôle et ce qu’il doit). Les destinataires de cette information sont les autorités de gestion (les administrations centrales et déconcentrées) et les autorités de contrôle (Parlement, Cour des comptes).
    - elle est également un instrument de gestion et de pilotage des politiques publiques. Elle est un outil d’analyse permettant d’effectuer des prévisions, d’améliorer la gestion du patrimoine, et, plus généralement, de rechercher une meilleure allocation des moyens.
    En particulier, la comptabilité générale permettra d’apporter des éléments de réponse aux enjeux de gestion des futurs responsables de programmes, de budgets opérationnels de programme, d’unités d’actions et autres unités de gestion en particulier :
    - une meilleure connaissance des coûts pour réaliser de meilleurs choix (gestion dynamique de l’immobilier, un arbitrage plus facile entre  « faire » ou « faire faire ») ;
    - faciliter les comparaisons entre les différents services ;
    - évaluer les risques et charges que l’État est amené à couvrir (indemnisations, intérêts moratoires…).
  • Prothèses auditives

    1. 1. 1 Les Prothèses auditives Les Prothèses auditives
    2. 2. I- définition –généralités II- Rappel anatomique III- Rappel physiologique IV- classification des prothèses V- structure des PA VI- fonctionnements des PA VII-les differents types de PA a- PA qui produisent un son B- PA qui produisent une vibration C-les prothèses qui produisent un courant VIII- conclusion Plan du cours
    3. 3. -l’aide auditive est une chaîne éléctroacoustique miniaturisée d’amplification sonore -permet la réalisation d’un appareillage dont le but est de restaurer une fonction auditive la plus proche possible de la fonction auditive normale et de procurer une intelligibilité en toute circonstances pour la meilleure tolérance objective et subjective Définition – généralités
    4. 4. -le premier principe de l’aide auditive est l’appareillage précoce -L’aide auditive est indispensable pour qu’un enfant sourd avec l’intervention d’une rééducation… orthophonique puisse développer le langage oral…pour suivre une scolarité normale………………….. ……………………………………………………… -Une aide auditive permet à un adulte de répondre aux exigences des activités sociales et professionnelle…….. Définition – généralités
    5. 5. -chaque appareil auditif est individuellement défini et destiné à une situation auditive particulière d’une personne Définition – généralités
    6. 6. -l’oreille externe-l’oreille externe :est constituée de 2 parties ::est constituée de 2 parties : .. le pavillon en dehorsle pavillon en dehors ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ..le conduit auditif externe qui prolonge le pavillonle conduit auditif externe qui prolonge le pavillon jusqu‘au tympanjusqu‘au tympan -Le conduit auditif externe a la forme d’un cylindre-Le conduit auditif externe a la forme d’un cylindre tortueux de 25 à 30 mm de long il est formé de 2 portions :tortueux de 25 à 30 mm de long il est formé de 2 portions : une portion fibro cartilagineuse :une portion fibro cartilagineuse :elle représente le 1/3elle représente le 1/3 externe du CAEexterne du CAE une portion osseuse:une portion osseuse: représente les 2/3 internes du CAEreprésente les 2/3 internes du CAE -l’oreille externe-l’oreille externe :est constituée de 2 parties ::est constituée de 2 parties : .. le pavillon en dehorsle pavillon en dehors ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… ..le conduit auditif externe qui prolonge le pavillonle conduit auditif externe qui prolonge le pavillon jusqu‘au tympanjusqu‘au tympan -Le conduit auditif externe a la forme d’un cylindre-Le conduit auditif externe a la forme d’un cylindre tortueux de 25 à 30 mm de long il est formé de 2 portions :tortueux de 25 à 30 mm de long il est formé de 2 portions : une portion fibro cartilagineuse :une portion fibro cartilagineuse :elle représente le 1/3elle représente le 1/3 externe du CAEexterne du CAE une portion osseuse:une portion osseuse: représente les 2/3 internes du CAEreprésente les 2/3 internes du CAE rappels anatomique
    7. 7. la cochlée :c’est un tube rigide enroulé en spirale autour d’un axe central ou columelle cette cochlée est séparée en trois compartiments **Rompe vestibulaire :fermée par la fenêtre ovale **Rompe tympanique :fermée par la fenêtre ronde ** Le canal cochléaire :qui contient l’endolymphe Séparé de la rompe vestibulaire par la membrane de REISSNER et de la rompe tympanique par la membrane basilaire qui supporte l’organe de CORTI et la paroi externe est formée par le ligament spiral la cochlée :c’est un tube rigide enroulé en spirale autour d’un axe central ou columelle cette cochlée est séparée en trois compartiments **Rompe vestibulaire :fermée par la fenêtre ovale **Rompe tympanique :fermée par la fenêtre ronde ** Le canal cochléaire :qui contient l’endolymphe Séparé de la rompe vestibulaire par la membrane de REISSNER et de la rompe tympanique par la membrane basilaire qui supporte l’organe de CORTI et la paroi externe est formée par le ligament spiral rappels anatomique
    8. 8. -l’oreille externe joue le rôle de collection de son -le rôle de localisateur de la source sonore du Pavillon concerne surtout les fréquences aigues sup à 2000HZ celui-ci canalise le son vers le CAE -le CAE et la conque jouent un rôle d’amplificateur en Produisant un gain de pression acoustique pouvant Atteindre 10 dB entre les fréquences 1500 et 7000HZ -le rôle principale de l’oreille moyenne est l’adaptation d’impédance par le biais du STO et un rôle de protection de l’OI Par le jeu des muscles - -l’oreille externe joue le rôle de collection de son -le rôle de localisateur de la source sonore du Pavillon concerne surtout les fréquences aigues sup à 2000HZ celui-ci canalise le son vers le CAE -le CAE et la conque jouent un rôle d’amplificateur en Produisant un gain de pression acoustique pouvant Atteindre 10 dB entre les fréquences 1500 et 7000HZ -le rôle principale de l’oreille moyenne est l’adaptation d’impédance par le biais du STO et un rôle de protection de l’OI Par le jeu des muscles - rappels physiologique
    9. 9. L’onde sonore atteint l’organe de l’audition par le conduit auditif externe cette dernière fait vibrer la membrane tympanique et la chaîne ossiculaire qui transmettent les vibrations jusqu’à la fenêtre ovale Au niveau de l’oreille interne le message vibratoire est transformé en message nerveux codé sous forme de potentiels d’action transmis par le nerf auditif jusqu’aux centres auditif Les cellules ciliées externes ont un rôle d’amplification ou au contraire d’amortissement selon le son qui leur parviennent grâce à leur propriétés éléctro- motiles (contractions)Les cellules ciliées internes représentent les cellules réceptrices du système nerveux auditif - L’onde sonore atteint l’organe de l’audition par le conduit auditif externe cette dernière fait vibrer la membrane tympanique et la chaîne ossiculaire qui transmettent les vibrations jusqu’à la fenêtre ovale Au niveau de l’oreille interne le message vibratoire est transformé en message nerveux codé sous forme de potentiels d’action transmis par le nerf auditif jusqu’aux centres auditif Les cellules ciliées externes ont un rôle d’amplification ou au contraire d’amortissement selon le son qui leur parviennent grâce à leur propriétés éléctro- motiles (contractions)Les cellules ciliées internes représentent les cellules réceptrices du système nerveux auditif - rappels physiologique
    10. 10. Classification des prothèses auditives Les prothèses qui produisent une vibration Les prothèses qui produisent un son Les prothèses qui produisent  Les contours d’oreille  Les intra auriculaires  Les contours d’oreille  Les intra auriculaires  Les implants cochléaires  Les implants du tronc cérébrale  Les implants cochléaires  Les implants du tronc cérébrale  Les PA amplificatrices en CO(lunettes et serre tête)  Les implant de l’oreille moyenne  Les BAHA  Les PA amplificatrices en CO(lunettes et serre tête)  Les implant de l’oreille moyenne  Les BAHA
    11. 11. III- structure de la prothèse auditive Le microphoneLe microphone Écouteur ou vibrateur Écouteur ou vibrateur Un microprocesseur Ou amplificateur Un microprocesseur Ou amplificateur l’alimentationl’alimentation l’aide auditive
    12. 12. Le microphone: -transducteur électroacoustique permettant de capter le signal acoustique et de le transformer en signal électrique il en existe 2 types selon leur conception : *l’omnidirectionnel: efficacité identique dans toutes les directions *le directionnel: efficacité maximale pour une direction déterminée par la courbe polaire du microphone
    13. 13. L’amplificateur (analogique )ou microprocesseur (numérique ) -transforme le signal destiné par le microphone et l’adapte en intensité et en fréquence en fonction de la perte auditive à corriger
    14. 14. l’écouteur : -transducteur éléctro magnétique qui transforme le signal électrique modifié par l’amplificateur en signal acoustique Le vibrateur: -transducteur éléctromécanique de conception proche de celle de l’écouteur qui permet de transformer le signal électrique en vibration mécanique il est appliqué sur la mastoïde
    15. 15. L’alimentation: -c’est habituellement une pile -c’est elle qui est responsable des 3/4 du volume de l’appareillage et de son poids -une prothèse use d’autant d’énergie que la surdité qu’elle doit pallier est plus sévère ou plus complexe
    16. 16. Dans toutes les AA le son pénètre à l’aide d’un microphone ; il est ensuite traité et amplifié :puis transmis à un écouteur( haut parleur) ;le résultat est envoyé soit directement par le canal auditif de l’utilisateur par l’intermédiaire d’un embout ;soit par un fil fin à un écouteur placé directement dans l’oreille Il existe 2 types de traitement du signal sonore : Anlogique: l’amplification du signal est realisé par un circuit analogique comme celui compris dans une onde radio Fonctionnement de la PA
    17. 17. numérique -le son est numérisé càd il est transformé en une série de nombres qui est traité et analysé par un algorithme juste après le microphone et l’amplificateur -ceci permet de réaliser une aide auditive exactement adaptée à la perte auditive et aussi des aides intelligentes capables de déceler la présence de bruit (à ne pas amplifier) et de parole (à amplifier) Fonctionnement de la PA
    18. 18. 18 Les prothèses qui produisent un son
    19. 19. 19 Les prothèses qui produisent un son Généralités: • délivrent un signal fait de vibrations aériennes transmises au conduit auditif externe pour agir directement sur les structures de l’oreille moyenne • en général le transducteur de ces prothèses : -écrète le signal d’entré càd qu’il coupe tout ce qui est au dessus de 100dB qui risquent d’être traumatisante pour le malade -il amplifie le signal sonore en tenant compte du recrutement du malade càd qu’à la sortie du haut parleur le signal maximum ne puisse pas dépasser le seuil douloureux du patient
    20. 20. 20 Les prothèses qui produisent un son généralités Effet LARSEN………………………………………………………………………………………. Une prothèse auditive peut être considérée comme un système en boucle fermée du fait du retour acoustique entre l‘écouteur et le microphone. Ce bouclage peut causer un effet Larsen. -lorsque le haut parleur est près du microphone et lorsque l’amplification est assez importante ;le son émis par le haut parleur est entendu par le microphone celui-ci amplifie à nouveau le signal et ainsi s’établit un cercle vicieux créant une boucle infernale aboutissant à un sifflement strident
    21. 21. 21 Les prothèses qui produisent un son Généralités: Effet LARSEN………………………………… Les conditions de réalisation de celui-ci sont très favorisées par : -la proximité entre les transducteurs électroacoustique - la forte amplification appliquée au signal pour compenser les pertes auditives.
    22. 22. 22 Les prothèses qui produisent un son Généralités: • il en existe 2 types selon l’emplacement dans le CAE Les contours d’oreille Les intraauriculaire:-les intra conduit -les intra conques
    23. 23. 23 Les prothèses qui produisent un son 1-Les contours d’oreille : • Sont les aides les plus utilisées :représentent 40% des appareillages •sont placées sur le pavillon de l’oreille et reliées par un tube souple à une pièce moulée sur mesure au CAE appelée embout auriculaire réalisé d’après une empreinte •La coque contient le microphone ;l’amplificateur ;l’écouteur et la pile •Le son est acheminé à travers l’ embout •Les 2 parties sont reliées grâce un tube acoustique
    24. 24. 24 Les prothèses qui produisent un son 1-Les contours d’oreille : **avantages -leur polyvalence permet une adaptation de toutes les baisses d’audition des plus légères au plus profondes **inconvénients: -l’acceptation psychologique et les soucis d’ordre esthétiques seront plus délicats avec ce type de prothèses -effet LARSEN
    25. 25. 25 Les prothèses qui produisent un son Les intra auriculaires : • sont fabriqués à partir d’un moulage de l’oreille dans lequel est installé l’électronique •Sont les PA les plus discrètes •Sont dotés d’un petit fil pour faciliter leur extraction
    26. 26. 26 Les prothèses qui produisent un son Les intra auriculaires : Se divisent en : -intra conduit :que l’on place dans le CAE comme son nom l’indique -intraconque : qui se positionnent à son entré ils sont plus discrets
    27. 27. 27 Les prothèses qui produisent un son Les intra auriculaires : **avantage -leur taille réduite est un avantage indéniable en terme de discrétion et de confort :meilleure acceptation psychologique **inconvénient: -les moins fiables et moins efficaces -déconseillées si: -CAE étroit ;tortueux -sécrétion trop importante de cérumen -perte d’audition trop importante au delà de 50dB
    28. 28. 28 Les prothèses qui produisent une vibration
    29. 29. 29 I- les prothèses amplificatrices en conduction osseuse 1-définition ………………………………… • il s’agit essentiellement de vibrateurs appliqués sur l’arrière de l’oreille contre la mastoïde • réservées aux patient dont on ne peut obturer le conduit auditif: otorrhée •Ces vibrateurs sont généralement fixés sur l’extrémité d’une branche de lunette dont les verres sont factices ou adaptés à la vue du patient
    30. 30. 30 I- les prothèses amplificatrices en conduction osseuse Leur inconvénient : Inesthétique et d’une qualité sonore insuffisante et les possibilités de gain prothétiques sont limitées L’interposition de la peau entre la prothèse et l’os entraînant une absorption importante des sons l’élasticité de la branche de lunette qui applique le vibrateur s’affaiblie et diminue d’autant la transmission sonore
    31. 31. 31 Les implants de l’oreille moyenne
    32. 32. 32 II- Les implants de l’oreille moyenne 1-définition ………………………………… • sont des prothèses auditives mises en place chirurgicalement • ils constituent une solution à la surdité neurosensorielle et s’adressent classiquement aux surdités de perception pure • elles sont fixées directement sur le système tympano ossiculaire mettant en vibration directement la chaîne ossiculaire
    33. 33. 33 I- Les implants de l’oreille moyenne ………………………………… • sont utilisés lorsque les prothèses conventionnelles ne suffisent plus et que la surdité n’est pas assez importante pour justifier un implant cochléaire
    34. 34. 34 4-les indications des IOM: *classiquement les IOM s’adressent à l’adulte porteur d’une surdité: - de perception pure bilatérale et relativement symétrique -non fluctuante moyenne à sévères (ils ne sont pas indiqués pour les surdités inf à 30% ni pour les surdités sévères qui relèvent des implants cochléaires) -ayant une tympanométrie normale -une oreille moyenne saines sans antécédents d’intervention -indemnes de lésions rétrocochleaire -qui ne tirent pas bénéfice suffisant d’une prothèse conventionnelle Les implants de l’oreille moyenne
    35. 35. 35 5-les contres indications: -existence de CI chirurgicales -pathologie de l’oreille moyenne et antécédents chirurgicaux incompatibles avec la mise en place d’IOM -surdité évolutive Les implants de l’oreille moyenne
    36. 36. 36 2-les avantage des IOM: • suppression de l’occlusion du CAE évitant les intolérances cutanées ;la sensation de corps étranger et la résonance . • de plus le capteur d’entrée (microphone)et le transducteur de sortie ( vibrateur mécanique)étant de nature différente :le bouclage n’est pas possible ce qui évite l’effet LARSEN et permet des amplifications fortes • la suppression de la chambre prétympanique par application directe de la vibration sur les osselets limite les distorsions d’entrée • en supprimant l’écouteur les IOM apportent une bonne Les implants de l’oreille moyenne
    37. 37. 37 3-les inconvénients des IOM: • risque propre d’une chirurgie otologique •sur l’audition résiduelle Les implants de l’oreille moyenne
    38. 38. 38 4-structure: On associe deux parties : - La première interne est implantée et augmente la vibration des osselets. - La deuxième, externe et amovible, stimule la partie interne par voie transcutanée. Elle tient par simple aimantation juste en arrière de l'oreille, au niveau des cheveux. Les implants de l’oreille moyenne
    39. 39. 39 Exemple D’IOM a- Le Vibrant soundbridge se compose de deux éléments: 1) l'implant, -appelé prothèse ossiculaire vibratoire -est implanté lors d'une intervention chirurgicale. Il se compose du :Transducteur à Masse Flottante (FMT), d'une liaison conductrice et d'un récepteur interne. Le FMT est attaché à l'enclume du patient. - Les implants de l’oreille moyenne
    40. 40. 40 2- L'Audio Processeur externe - est appliqué sur la tête du patient une fois remis de l'opération. Il comporte un microphone, une électronique de traitement programmable, un système de transmission et une pile pour l'alimentation. -maintenu sur la tête du patient par un aimant et réglé par un audiologiste de manière à commander correctement le FMT. - Les implants de l’oreille moyenne
    41. 41. 41
    42. 42. 42
    43. 43. 43 -Appui osseux, sonde en contact du corps de l’enclume -Transducteur en dehors de l’oreille moyenne, la taille de la bobine peut donc être augmentée Le transducteur du MET : le Middle Ear Transducer
    44. 44. 44 Technique chirurgicale du MET
    45. 45. 45 6-le fonctionnement  l’audio processeur caché sous les cheveux sur le cuir chevelu chargé d’amplifier et de coder le signal sonore Les implants de l’oreille moyenne
    46. 46. 46 le récepteur interne -implanté dans l’os mastoïdien - capte le signal au travers de la peau et le relaie via un fil conducteur jusqu’à la partie magnétique de l’implant fixé sur les osselets -la le signal est transformé en vibrations qui mettent en mouvements les osselets de la même manière que les sons pénétrants naturellement par le conduit auditif Les implants de l’oreille moyenne
    47. 47. 47 6-le fonctionnement: - -Le principe des IOM est basé sur la transmission directe de l'énergie mécanique des vibrations sonores amplifiées à la chaîne des osselets. -le système de conversion du signal électrique en vibrations mécaniques est soit électromagnétique (EM) soit piézo-électrique (PZ). Les implants de l’oreille moyenne
    48. 48. 48 Les IOM EM: -sont semi-implantables -ces prothèse comprennent un aimant implanté et une bobine électromagnétique d’induction -l’aimant implanté peut être rattaché aux osselets ou à la fenêtre ronde -le courant qui parcoure le bobinage crée un champ électromagnétique Les implants de l’oreille moyenne
    49. 49. 49 Les IOM EM: -un barreau aimanté placé dans le champ va subir un déplacement orienté selon les lignes du champ -un courant alternatif générera un mouvement alternatif du barreau aimanté Les implants de l’oreille moyenne
    50. 50. 50 les IOM PZ -sont totalement implantables (avec batteries rechargeables ou de longue durée de vie type pacemaker) -utilise un vibrateur piézo électrique :une céramique bi morphe dont la propriété est de se déformer au rythme des oscillations du courant électrique qui la traverses -ils nécessitent une désarticulation de la chaîne ossiculaire pour éviter le retour de son. -sous l’action d’un courant le cristal se déforme :on utilise donc un cristal PE pour générer une vibration - Les implants de l’oreille moyenne Illustration du comportment d'une pastille piézoélectrique : la contrainte appliquée crée un signal électrique.
    51. 51. 51 II -La prothèse auditive à ancrage osseux Bone anchored hearing aid BAHA
    52. 52. 52 . Définition -est une prothèse auditive qui fonctionne en conduction osseuse fixée sur un petit implant en titane ostéo intégré placé dans l'os temporal -la transmission du son à l’os se fait par l’intermédiaire d’un implant intra osseux mis en place chirurgicalement -La différence avec les prothèses vibratoires classiques (sur serre-tête ou branches de lunettes) est le caractère semi- implantable du système -un essai prothétique en conduction osseuse est un préalable indispensable
    53. 53. 53 . Notion de stéréeophonie: -l’audition stéréophonique est la perception par les 2 oreilles de plusieurs sources situées dans differents points de l’espace -il ne peut y avoir d’effet stréophonique sans audition binaurale -l’information en provenance des 2 oreilles intréragit au niveau des diverses structures le traitement de ces 2 informations droite et gauche permet d’obtenir la sensation de relief du son propre à l’audition stéreophonique -
    54. 54. 54 . Notion de stéréeophonie: -la prothese BAHA permet le transfert transcranien des sons du coté cophosé vers le coté sain :elle apporte aux patients une amélioration de l’intelligibilité surtout dans le bruit avec une meilleure localisation spatiale -l’equilibre auditif ainsi realisé permettra l’acheminement au SNC d’un message le plus juste et exploitable possible
    55. 55. 55 . handicap resultant d’une cophose unilaterale: -mauvaise perception des sons provenant du coté de l’oreille sourde -baisse de l’intensite subjective -degradation de : -de l’orientation auditive -l’identification des structures phonetiques
    56. 56. 56 . Indications de la prothèse BAHA : L'indication de ce type de prothése est. représentée par: *surdités de transmission ou mixte: -non opérable ou opérés à plusieurs reprises sans résultat. - pour les pertes moyennes inférieures à 45 dB en CO et un pourcentage de discrimination supérieur à 60% lorsque l’adaptation d’une PA conventionnelle est impossible ou contre indiquée
    57. 57. 57 . Les situations les plus classiques sont les suivantes : -Aplasie majeure d'oreille avec absence de conduit auditif externe………………………… -Cavité d'évidement pétro-mastoïdien…….. ……………. - Les écoulement d'oreille chroniques…….. (otorrhée): rebelles aux traitements……….. ..conventionnels ………………………………. - Otospongiose sur oreille unique……………. …………………….
    58. 58. 58 . -plus récemment dans le cas de surdité de perception unilatérale profonde ou totale, associée à une audition controlatérale normale ou subnormale dans le but de restaurer une stereo acousie …………………………………………….. Elle aporte aux patients une amelioration de l’intelligibilite surtout dans le bruit avec une meilleure localisation spatiale
    59. 59. 59 .les contres Indications de la prostheses BAHA : -par la surdité de perception pure.
    60. 60. 60 .Les avantages des BAHA:  meilleure compréhension -d’un interlocuteur placé du coté sourd -d’une conversation en groupe ou dans le bruit Recuperation de la capacite de localisation spatiale des sons Aucune distortion liee à l’appareil
    61. 61. 61 . Les avantages des BAHA: La perte de puissance liee à l’effet edredon de la peau lorsqu’on emploie un vibrateur retromastoidien est supprimé puisque le vibrateur est placé directement sur la vis
    62. 62. 62 Description du système BAHA…… …………………. La prothèse BAHA comporte 2 ou 3 parties selon le kit chirurgical utilisé - un implant intra osseux en titane appelé aussi fixture mis en place Chirurgicalement -le pilier de la prothèse en titane qui est fixé à l’implant soit d’emblé soit secondairement -et une aide auditive adaptée secondairement À l’implant……………………………….
    63. 63. 63 Structure::…………………….…: ………………………. -Sur cette vis en titane, vient se fixer un pilier qui traverse la peau, sur lequel viendra se fixer la prothèse proprement dite. Celle-ci se met et se sort à volonté, sans la moindre difficulté. Cette prothèse est ainsi habituellement entièrement dissimulée par les cheveux.
    64. 64. 64 . 1-la prothèse auditive 2. le pilier de la prothèse 3. Implants en titane :fixture
    65. 65. 65 .
    66. 66. 66 Mode d’action -les os de la voute cranienne ont la propriete de transmettre les vibrations osseuses jusqu’à l’oreille interne cette propriete est utilisee par ces protheses -Le principe de la BAHA est de fonctionner par vibration osseuse. - L’information acoustique est amplifiée par l’aide auditive..
    67. 67. 67 . Mode d’action -la transmission de la vibration entre la prothèse auditive elle-même et l’implant en titane se fait grâce au pilier …;;; … -La transmission de la vibration à l’os se faisant par l’intermédiaire de l’implant intra osseux directement à l’oreille interne court circuitant ainsi l’oreille moyenne -Tout repose sur le principe de base qui est l’ostéointégration qui la croissance d’un os normal au contact d’un implant métallique en titane dans ce cas qui va assurer la stabilité de la PA
    68. 68. 68 bilan préopératoire -l’audiométrie vocale en conduction osseuse -l’essai du système BAHA par le « rod test » ou sur serre tête consiste à tester le système BAHA en demandant au patient de serrer avec les dents une baguette « rod » reliée à la prothèse -l’examen tomodensitométrique pour évaluer l’épaisseur de l’os temporal en regard du site opératoire
    69. 69. 69 Les prothèses qui produisent un courant
    70. 70. 70 1-l’implant cochléaire
    71. 71. 71 définition • C’est un transducteur qui transforme le signal acoustique en un signal électrique qui stimule directement le nerf auditif • Cette transduction est normalement assurée par les CCI ;l’implant assure cette fonction • L’implant cochléaire est destinée particulièrement aux sourds profonds qui ne tirent plus bénéfice d’un appareillage auditif conventionnel
    72. 72. 72 Les indications A - LES SURDITES TOTALES ET LES SURDITES PROFONDES • Pendant longtemps elles furent les seules à pouvoir bénéficier de l'implant cochléaire. • si les prothèses amplificatrices les plus puissantes leur donnent une intelligibilité de la parole inf à 30% sans l'aide de la lecture labiale • Lorsque l'atteinte des deux oreilles est identique, on implante généralement l'oreille droite chez les droitiers, ou la gauche chez les gauchers. • Lorsqu'une oreille est moins atteinte que l'autre, il est
    73. 73. 73 Pour envisager la mise en place de cet appareil • la motivation du patient et son information doivent être satisfaisantes. En particulier le futur implanté, ou son entourage familial s'il s'agit d'un jeune enfant ; il doit avoir bien compris que l'audition nouvelle sera différente de l'audition qu'il a pu connaître, et que, pour en tirer partie, des efforts de rééducation devront être poursuivis. Ces efforts chez l'adulte sont comparables à ceux nécessaires pour apprendre une langue étrangère.
    74. 74. 74 Cependant, chez l'enfant l'urgence est de mise. On distingue deux cas: - chez l'enfant qui a déjà entendu et qui a déjà commencé à parler, les indications sont encore plus urgentes que chez l'adulte pour éviter que ne se détériorent les acquis antérieurs. -chez l'enfant dont la surdité, congénitale ou néonatale survient avant l'installation du langage, il est urgent d'implanter avant que ne s'installe une atrophie des centres auditifs du
    75. 75. 75 *En ce qui concerne les surdités congénitales l'âge d'implantation se situe en général entre 18 mois et cinq ans car il est à présent prouvé qu'une intervention précoce donne un meilleur pronostic sur le développement de la communication orale, certains auteurs proposant même une implantation avant l'âge de 18 mois •
    76. 76. 76 - Il n’y a pas d’age limite pour ce type de prothèses mais l’on sait que chez les grands adolescents et les adultes sourds congénitaux les résultats sont très décevants ceci est du à la perte de capacités d’adaptation du système nerveux central qui survient avec l’age
    77. 77. 77 B-LES SURDITES SEVERES actuellement cet élargissement des indications de l'implant cochléaire est limité à celles de ces surdités sévères dont l'intelligibilité apportée par la meilleure oreille avec sa prothèse auditive reste inférieure à 30 % de la normale Dans ce cas l'implant cochléaire est indiqué, et sera bien sûr placé sur l'oreille la moins bonne, au contraire de ce qui est habituel en cas de surdité totale ou profonde
    78. 78. 78 Les contres indications Les CI actuellement retenues sont -une aplasie du nerf cochléaire confirmée par l’IRM - une aplasie cochléaire - Ossification cochléaire
    79. 79. 79 Inconvénients - malgré ces performances auditives les enfants garderont des difficultés de compréhension dans le bruit ainsi qu’en présence de plusieurs interlocuteurs -l’implant se plaçant généralement de façon unilatérale des difficultés de repère spatiaux persistent malgré cette technologie
    80. 80. 80 Structure Il est composé de 2 parties *une partie externe :formée par -le contour d’oreille: comprend -le microphone -le processeur vocal qui analyse le son et qui le transforme en impulsions électriques qui codent les fréquences, l'intensité et la durée de la stimulation -L’antenne émettrice : possède en son centre un aimant qui lui permet d’être tenu en bonne place sur le cuir chevelu grâce à un autre aimant inclus dans le récepteur
    81. 81. 81 Structure *une partie interne :ou récepteur interne • Est une pièce arrondie maintenue en regard du stimulateur implanté dans la région retroauriculaire par aimantation • il se compose d’une antenne réceptrice et d’un porte électrode:8 à 22
    82. 82. 82 Fonctionnement • Le signal sonore capté par le microphone va subir un traitement initial :les sons ayant une intensité audible (entre 30 et 70 db ) sont conservés les sons d’autres intensités amplitudes sont éliminés • Le son capté par le microphone est relié à un microprocesseur qui le convertit en impulsions électriques
    83. 83. 83 Fonctionnement • -Celles-ci sont reçues par une antenne maintenue sur le cuir chevelu au moyen d’un aimant qui les transmet au récepteur implanté à travers la peau au moyen d’ondes radio -Le récepteur produit une série d'impulsions électriques pour les électrodes placées dans la cochlée
    84. 84. 84 Fonctionnement -Les contacts de l'électrode stimulent directement les fibres nerveuses dans la cochlée sans utiliser les cellules ciliées endommagées. • Les électrodes implantées dans la cochlée sont stimulées en fonction de la fréquence du son. Les électrodes plus basales vont coder pour les fréquences plus aiguës et les électrodes plus apicales vont coder pour des fréquences plus graves, comme cela se passe dans l'oreille
    85. 85. 85 Les étapes de l’implantation 1-avant l’implantation cochléaire : la sélection des enfants candidats à un implant cochléaire est soumise à plusieurs impératifs de la part du clinicien ;ils doivent s’assurer que -les enfants et leur parents sont réalistes vis-à-vis des bénéfices et des risques de l’implant -que les modalités de communication soient précisées
    86. 86. 86 • De cette optique l’indication résulte d’un bilan multidisciplinaire comprenant plusieurs évaluations **évaluation fonctionnelle auditive : permet de déterminer le degré de perte auditive et de quantifier le gain prothétique tonal et vocal ;les critères d’implantation actuellement retenus sont: -la présence d’une surdité profonde ou totale
    87. 87. 87 -un gain prothétique évalué après une expérience minimale de 3 à 6 mois ;si l’enfant est au stade préverbal les seuils prothétiques doivent être sup. à 70db sur le 2000 et 4000 Hz ; si l’enfant est au stade verbal l’intelligibilité en liste ouverte doit être inf à 30%
    88. 88. 88 Évaluation otologique • Les pathologies de l’oreille moyenne (OMA et OSM) et externe doivent être recherchées et traitées avant l’implantation Évaluation radiologique • -permet de préparer l’acte chirurgical ;d’aider au choix du coté à implanter ;d’orienter la recherche étiologique de la surdité et de s’assurer de l’absence de pathologie cérébrale • Le bilan comprend une TDM des rochers associée le plus souvent à une IRM des rochers et cérébrale
    89. 89. 89 Évaluation orthophonique et psychologique • Permet d’apprécier les capacités q’acquisition ;d’intégration et de communication de l’enfant • Un examen pédiatrique complet sera réalisé pour rechercher une surdité syndromique et éliminer un handicap associé, ce qui n'est pas toujours une contre-indication à l'implantation
    90. 90. 90 2-L’atape chirurgicale L’acte chirurgical permet la mise en place S/AG la partie interne de l’implant Le but de l’intervention est de placer le récepteur dans la région retromastoidienne et les électrodes de stimulation dans l’oreille interne ;celles-ci une fois réglées pourrons reproduire la tonotopie fréquentielle naturelle de l’oreille le réglage de l’implant survient vers la fin du 1er mois post opératoire
    91. 91. 91 3-Après l’implantation cochléaire Le suivi est réalisé par une équipe multidisciplinaire comprenant phoniatre orthophoniste ;audiologiste ;et psychologues -le rythmer de des réglages de l’implant variable d’un enfant à un autre est le suivant : *5 séances durant le 1er mois puis tous les 02 mois jusqu’à la fin de la 1ere année *tous les 3 mois durant la 2 eme année *tous les 4 mois durant la 4 eme année *tous les 6 mois par la suite
    92. 92. 92 RESULTATS A - DANS LES SURDITES PROFONDES D'une manière générale Les résultats de l'implant cochléaire chez 1-l'adulte qui a entendu sont: -très satisfaisants (usage plus ou moins aisé du téléphone) dans 40 % des cas -satisfaisants (bonne discrimination de la parole sans lecture labiale) dans 40 % des cas
    93. 93. 93 RESULTATS -médiocres (compréhension difficile sans lecture labiale), mais néanmoins très précieux pour le patient, dans 20 % des 2 - Chez les enfants qui ont entendu et qui ont appris à parler Les résultats sont rapidement obtenus, comme chez l'adulte. La voix de ces enfants s'améliore en quelques semaines de façon sensible
    94. 94. 94 3 - Chez les enfants qui n'ont jamais entendu Les résultats sur la compréhension de la parole et l'apparition du langage vont être beaucoup plus longs à s'installer Certe on obtient immédiatement une perception auditive et une ouverture au monde sonore. Mais des semaines sont nécessaires pour que l'enfant commence à comprendre le sens de ce que lui dit son entourage. -il faut plusieurs mois chez le jeune enfant implanté avant d'assister à l'émission de mots, puis de phrases, puis d'un véritable langage
    95. 95. 95 Les facteurs predictis sont -l’age de l’implantation :la précocité de l’implantation cochléaire de l’enfant prelingual est l’un des facteurs prédictifs majeurs vis-à-vis des bénéfices perceptifs ;expressifs et langagiers :ce constat doit inciter à ne politique de dépistage néonatal afin de permettre une prise en charge de la surdité la plus précoce possible -le mode de réhabilitation -les handicaps associes
    96. 96. 96 B - DANS LES SURDITES SEVERES Dans les surdités sévères une amélioration de l'intelligibilité est pratiquement toujours obtenue.
    97. 97. 97 2-l’implant du tronc cérébral .
    98. 98. 98 2-l’implant du tronc cérébral 1-definition: L'implant auditif du tronc cérébral est un petit dispositif implanté, dans les noyaux auditifs situés dans le tronc cérébral d'une personne atteinte de surdité dont les nerfs auditifs sont endommagés.
    99. 99. 99 2-l’implant du tronc cérébral rappel anatomique: Les noyaux cochléaires sont les 1er relais des voies auditives ils sont situés dans la jonction bulbo protubérantielle et sont au nombre de 2: -le noyau ventral :divisé en 2 parties :antéro ventrale et postéro ventrale et il reçoit la quasi-totalité des fibres auditives -le noyau dorsal
    100. 100. 100 les indications -la neurofibromatose de type 2 -les ossifications cochléaires totales post méningitiques -certaines surdités congénitales avec malformation de l’oreille interne -certaines fractures de rocher bilatérales
    101. 101. 101 structure L'implant du tronc cérébral se compose: -un minuscule microphone placé sur l'oreille externe il transmet numériquement les signaux sonores à une puce insérée sous la peau, qui va décoder ces signaux. -un porte-électrode sous forme de ’raquette’, comprenant en général 21 placé, par le récessus du IVe ventricule, en regard des noyaux cochléaires du tronc cérébral.
    102. 102. 102 structure -Un petit fil électrique relie la puce à l'électrode implantée dans le tronc cérébral. L'électrode délivre au tronc cérébral des stimuli qui varient en fonction des sons -
    103. 103. 103 fonctionnement Le principe de l’implant auditif du TC est directement dérivé de celui de l’implant cochléaire Le recueil du message sonore ;son traitement et son acheminement par un récepteur placé au niveau mastoïdien se font selon les mêmes principes La différence principale repose sur la forme du porte électrode qui dans le cas de l’implant du TC doit être configuré pour s’adapter à l’anatomie du TC
    104. 104. 104 fonctionnement le porte électrode est placé chirurgicalement dans le recessus latéral du 1Veme ventricule les electrodes sont dirigés vers les noyaux cochleaires
    105. 105. 105 conclusion les techniques actuellement disponibles de l’audio prothèse conventionnelle à l’implant du TC permettent de proposer une réhabilitation auditive quelle que soit la cause et la sévérité de l’atteinte auditive Pour être efficace cette suppléance doit être adaptée à chaque audition elles peuvent nécessiter de renforcer d’autre modes de communication tel que la lecture labiale La restauration auditive bilatérale doit être privilégier le plus précocement possible
    106. 106. Fin du cours

    ×