LES PETROSITES
• 1/DEFINITION:
• 2/RAPPEL ANATOMIQUE:
• 3/ETIOLOGIES PATHOGENIE:
• 4/ANAPATH:
• 5/CLINLQUE:
• 6/DIAGNOSTIC:
• 7/EVOLUTION...
I. /DEFINITION:
Inflammation post-otitique du tissu pneumatique du
rocher situé au delà des parois de la caisse et de
l’an...
II. /RAPPEL ANATOMIQUE:
Rocher: os qui a la forme d’1 pyramide quadrangulaire
oblique en dedans; en avant; et 1peu en haut...
Le rocher contiens des trainées cellulaires reparties en :
III. /ETIOLOGIES PATHOGENIE :
Petrosite se développe selons1 processus semblable
des mastoïdites dont elle n’est que le pr...
IV. /ANAPATH :
la topographie des lésions dépend de la disposition
des trainées cellulaires dans la pyramide pétreuse.
Les...
A/Ostéite perilabyrinthique: classification de
RAMADIER ( ant ; post)
_ Petrosite ant:
Foyer 1: sus labyrinthique ant :par...
Foyer 5:sus labyrinthique post: siège dans la partie
post de l’antre au dessus et en dedans du premier
coude sinus latéral...
V. /CLINIQUE:
Début:+ souvent insidieux: 1a6mois après 1 otite aigue
par des signes fonctionnels banaux: suppuration;
doul...
Elle siège du coté de l’otite initiale.
Type: -hémicrânie
- temporo-pariétale
-Névralgie du trijumeau totale(avec troubles...
-paralysie du VI: Syndrome de GARDENICO:
-suppuration+douleur+paralysie.
elle survient toujours après la douleur; elle peu...
Signe de VOORTHEYSON: toucher digital de la
région située en arrière du bourrelet tubaire réveille la
douleur(pointe du r...
Examens complémentaires:
 Examen bactériologique: prélèvement de l’otorrhée
ou du site opératoire: retrouve des germes ba...
- TDM:
Examen de choix; met en évidence la destruction
osseuse, fait le diagnostic topographique et guide la
thérapeutique...
VI. DIAGNOSTIC:
DC positif: c’est un DC d’étape :
Otite aigue ou chronique compliquée opérée et
réopérée.
Persistance d’éc...
Mais l’association de ces 3 signes doit faire
suspecter le diagnostic et demander les
examens complémentaires.
DC différen...
-Ostéite sous labyrinthique:
-Abcès posterolat du pharynx: trismus ;dysphagie ;
douleurs laterocervicales.
IL peut s’ouvri...
VIII TRAITEMENT:
Le traitement repose sur une antibiothérapie parentérale
prolongée (petrosite due a 1 OEM)
Le TRT initial...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pétrosite

481 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
481
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pétrosite

  1. 1. LES PETROSITES
  2. 2. • 1/DEFINITION: • 2/RAPPEL ANATOMIQUE: • 3/ETIOLOGIES PATHOGENIE: • 4/ANAPATH: • 5/CLINLQUE: • 6/DIAGNOSTIC: • 7/EVOLUTION COMPLICATION: • 8/TRAITEMENT:
  3. 3. I. /DEFINITION: Inflammation post-otitique du tissu pneumatique du rocher situé au delà des parois de la caisse et de l’antre mastoïdien. Sont éliminées de cette étude: _ les ostéites tuberculeuses et syphilitiques _ l’ostéomyélite de l’os temporal. Très rare :surtout depuis l’avènement des ATB.
  4. 4. II. /RAPPEL ANATOMIQUE: Rocher: os qui a la forme d’1 pyramide quadrangulaire oblique en dedans; en avant; et 1peu en haut. Base :située en arrière et en dehors Apex :dirigé en dedans et en avant. 4 faces :2 sup endocrâniennes: _Antéro-sup : cerveau ; cavum de merckel ; gouttière carotidienne. _ Postéro-sup :cervelet ;encadrée en haut par le sinus pétreux sup ; bord ant du CAI ;sillon du VI 2 inf. exocrâniennes: - Postéro-inf. : surface ext de la base du crane _ _Antero-inf. : déprimée par la gouttière tubaire
  5. 5. Le rocher contiens des trainées cellulaires reparties en :
  6. 6. III. /ETIOLOGIES PATHOGENIE : Petrosite se développe selons1 processus semblable des mastoïdites dont elle n’est que le prolongement au delà de la caisse. C’est une complication rare des : .OMA .OMC cholesteatomateuse (opérée ou non opérée) .OEM Adulte jeune . virulence du germe Conditionnée par la structure du rocher: Rocher pneumatique :++++ Rocher diploique :rare Rocher éburné :jamais atteint.
  7. 7. IV. /ANAPATH : la topographie des lésions dépend de la disposition des trainées cellulaires dans la pyramide pétreuse. Les foyers suppuratifs sont orientés suivant l’axe du rocher et comprend: Extrémité périphérique: paroi profonde de la cavité petro-tympanique. Trajet péri labyrinthique :trainée atteinte. _ Extrémité profonde :pointe du rocher. La suppuration peut toucher tout le trajet ;la partie perilabyrinthique ;ou bien la partie profonde.
  8. 8. A/Ostéite perilabyrinthique: classification de RAMADIER ( ant ; post) _ Petrosite ant: Foyer 1: sus labyrinthique ant :paroi Int de l’attique. Foyer 2: ante-limaçeen : région ant de la CT au voisinage de l’orifice tubaire. Foyer 3:sous-labyrinthique ant :siège dans l’hypotmpanum. _ Petrosite post : Foyer 4:trans labyrinthique :trainée part de la paroi interne de l’antre ;passe au dessus du CSC ext ; s’engage dans la boucle du CSC sup.
  9. 9. Foyer 5:sus labyrinthique post: siège dans la partie post de l’antre au dessus et en dedans du premier coude sinus latéral Foyer 6:sous labyrinthique post: région sous antrale profonde au dessous du CSC post. B/Ostéite de la pointe: L’apéxite peut être isolée ou rattachée a1 foyer perilabyrinthique. La petrosite commence par l’inflammation du mucoperioste ;périostite (par les veinules) ⇒déminéralisation et cassure de la matrice osseuse donnant de larges cavités qui peuvent fistulisées a travers la corticale.
  10. 10. V. /CLINIQUE: Début:+ souvent insidieux: 1a6mois après 1 otite aigue par des signes fonctionnels banaux: suppuration; douleurs persistantes qui s’aggravent . Rarement brutal :fièvre élevée ;suppuration abondante et douleurs violentes . Etat: 2signes capitaux :suppuration et la douleur 1signe inconstant: paralysie Du VI. _ Suppuration :purulente ;abondante ;irrégulière. elle se draine soit par le conduit ou bien par la fistulisation de la cicatrice opératoire. _ Douleur :constante; pulsatile; tenace a paroxysme nocturne. elle permet de suivre l’évolution.
  11. 11. Elle siège du coté de l’otite initiale. Type: -hémicrânie - temporo-pariétale -Névralgie du trijumeau totale(avec troubles cutanés ) ou dissociée :frontale ;dentaire sup ou inf.; ou bien oculo-orbitaire (+++) =signe d’OSTMAN MOULONGUET. Tableau caractéristique : - douleur périorbitaire - rougeur - larmoiement - photophobie - rhinorrhée
  12. 12. -paralysie du VI: Syndrome de GARDENICO: -suppuration+douleur+paralysie. elle survient toujours après la douleur; elle peut régresser après guérison. Elle est constante dans les atteintes de la pointe. Signes généraux: Fièvre a 38° parfois 39° ou 40°. L’état général est peu altéré. Examen clinique:  Examen de l’oreille: otoscopie: état du tympan exploration de la cavité de mastoidectomie ou de l’évidement peut montrer des zones d’os nécrosé
  13. 13. Signe de VOORTHEYSON: toucher digital de la région située en arrière du bourrelet tubaire réveille la douleur(pointe du rocher). Examen des nerfs crâniens: -trijumeau: sensibilité + reflexe cornéen. -Le VI controlatéral : irritatif ou propagation de la suppuration par l’apophyse basilaire -facial: peut s’observer a n’importe quel moment de l’évolution ;transitoire ou définitive. -Fonction cochléo-vestibulaire -Recherche des signes d’atteinte cérébro-méningée
  14. 14. Examens complémentaires:  Examen bactériologique: prélèvement de l’otorrhée ou du site opératoire: retrouve des germes banals aérobie ou anaérobie +antibiogramme Radiologique: - standard: .Stenhius: systématiquement de face: montre la moitié Int des 2pyramides a travers les orbites. .Hirtz: montre les pyramides vues de haut en bas. .Stenvers :+++montre la pyramide de face. .Chaussee III;IV: montrent des lésions de la caisse et de l’antre.
  15. 15. - TDM: Examen de choix; met en évidence la destruction osseuse, fait le diagnostic topographique et guide la thérapeutique. Il est indispensable de faire des coupes au dessus et au dessous du rocher a la recherche de complication. - IRM: utile dans la recherche de complications : thrombophlébite ;abcès cérébral ou cérébelleux. Autres: FNS sensiblement normale Hyperleucocytose+fièvre :rechercher une thrombophlébite. Ponction lombaire Fond d’œil.
  16. 16. VI. DIAGNOSTIC: DC positif: c’est un DC d’étape : Otite aigue ou chronique compliquée opérée et réopérée. Persistance d’écoulement après mastoidectomie. Douleurs insomniantes. Aucun de ces signes n’est pathognomonique: La névralgie faciale doit faire rechercher une cause locale. La persistance de la suppuration après mastoidectomie pose le problème d’intervention incomplète. La paralysie du VI peut se voir au cours de toute HIC.
  17. 17. Mais l’association de ces 3 signes doit faire suspecter le diagnostic et demander les examens complémentaires. DC différentiel: La douleur ;la paralysie du VI ainsi que l’aspect TDM peuvent se voir au cours des tumeurs de la pointe du rocher. Mais les signes otoscopiques d’otite sont absents. VII. EVOLUTION COMPLICATIONS: En l’absence de TRT: la guérison peut se produire par drainage suffisant par les trainées perilabyrinthiques. La suppuration peut se drainer par un abcès secondaire dont la localisation est fonction du siège d’ostéite:
  18. 18. -Ostéite sous labyrinthique: -Abcès posterolat du pharynx: trismus ;dysphagie ; douleurs laterocervicales. IL peut s’ouvrir dans le pharynx ou donner une cellulite avec mediastinite. -Abcès jugal. -Ostéite apexienne : -Extériorisation par la corticale inf. l’abcès peut suivre la trompe auditive et aboutit a la fossette de ROSENMULLER. - Extériorisation par la corticale sup : .abcès extradural .abcès encéphalique .méningites . Thrombophlébite sinusienne. .PFP ; Labyrinthite séreuse ou purulente
  19. 19. VIII TRAITEMENT: Le traitement repose sur une antibiothérapie parentérale prolongée (petrosite due a 1 OEM) Le TRT initial comporte une céphalosporine 3eme génération injectable et de la fosfomycine; associés a un aminoside et du metronidazole. Il est adapté en fonction de l’antibiogramme. TRT parentéral de 2 semaines avec relais per os pour une durée adaptée a chaque patient. Le TRT chirurgical (petrectomie ) est nécessaire en cas de reprise chirurgicale d’une cavité d’évidement pour éliminer les séquestres osseux et faire une large meatoplastie.

×