SINUSITES CHEZ
L’ENFANT
PLAN
• I. définition –généralités.
• II. intérêt de la question.
• II. Rappel anatomique.
• III. Physiologie et etiopapath...
I.DEFINITION GENERALITES:
• Réaction inflammatoire aigue ou chronique
localisée à un ou plusieurs sinus .Elle réalise
diff...
II.INTERET
• Anatomique: par les rapports des sinus avec les FN, les
éléments de voisinage comme les orbites, les méninges...
IIIRAPPEL ANATOMIQUE ET
EMBRYOLOGIQUE
Les sinus sont des cavités pneumatiques annexées
aux FN et creusées dans l’épaisseur de l’os qui les
entourent.
Sinus max...
Sinus ethmoïdal : creusant les masses latérales de
l’ethmoïde ,apparaissent au 6eme mois de la vie
fœtale ,faisant 2-5mm ...
IV- PHYSIOLOGIE ET ETIOPATHOGENIE:
A-physiologie:
Les sinus sont tapissés d’une muqueuse ciliée de
type respiratoire; la f...
physiopathologie des sinusites
B-Etiopathogenie:
la rétention puis la surinfection des secrétions
sinusiennes peut relever:
-d’une obstruction ostiale
-d...
-Origine adénoïdienne : cause la + fréquente.
Non infectieuses:
-Déficit en fer.
- Avitaminose A-C-D.
-Déficit immunitaire...
ROLE DE L’ALLERGIE :l’allergie constitue la cause
principale de rhinite chronique chez l’enfant et la
survenue d’une sinus...
• On distingue 3 formes aigues:
 Forme fluxionnaire ou congestive
 Forme catarrhale
 Forme purulente
• On distingue 4 f...
VI-ETUDE CLINIQUE:
A-TDD:Ethmoidite aigue de l’enfant:
• L’ethmoidite représente la complication
classique de la rhinophar...
1-Non extériorisée
• Rhinorrhée claire ou mucopurulente
• Signes généraux: fièvre +++
• Céphalées fronto-orbitaires: vive...
PHASE
FLUXIONAIRE:
oŒdème palpébral
prédominant a la
paupière sup et a
l’ongle interne de l’œil
oExophtalmie
oParfois chem...
PHASE SUPPUREE:
• Fièvre à 40°C , altération de l’état général
• Trois formes sont possibles:
 abcès palpébral.
 Abcès s...
Un élément essentiel :faire la part des choses
entre forme fluxionnaire et collectée
3 signes:
- la mobilité du GO
- L'exo...
B-BILAN RADIOLOGIQUE
• 1-Radiologie standard: NFP met en évidence
une asymétrie des 2 régions ethmoïdales.
N’apporte aucun...
2-TDM
Il a une place
essentielle, permet
de préciser le siège
exacte des lésions
avec une très grande
sensibilité.
3 -IRM:
Elle ne semble pas avoir une place en
dehors des cas ou est suspectée des
complications endocrâniennes.
Elle est e...
C-Diagnostique différentiel
• affections ophtalmologiques (Conjonctivite,
Dacryocystite) l’oedeme siège le plus souvent
au...
VI- FORME CLINIQUE
• A / Sunisite aigue:
1-Fausse sunisite du NRS:
 Simulant une sinusite maxillaire.
 Point du départ d...
2-Sinusite maxillaire:
• Apanage du grand enfant .
• Tableau clinique: proche de celui de l’adulte fièvre,
ON , écoulement...
3-Sinusite frontale:
• Rare avant 12ans isolées ou associées a une atteinte
ethmoïdale antérieur.
• Se traduit par des cép...
4-Sinusite sphénoïdale:
Rare avant 7ans.
Il s’agit le plus svt de l’extension de l’ethmoidite
Se manifeste par des cephalé...
B-Sinusite chronique:
 1-Ethmoido-antrite allergique:
• 25 % des sinusite chez l’enfant.
• Pansinusite bilatérale touchan...
2-Ethmoido-anthrite suppurée:
l’infection isolée d’un sinus maxillaire ou
ethmoïdal représente la+plus fréquente des
mani...
C-Formes associées :
 Sinusite ethmoïdale chronique avec OMC ou otorrhée
tubaire
 Sinusite ethmoïdale chronique avec bro...
Autres :
- sinusite maxillaire chronique.
-sinusite frontale chronique .
- sinusite postérieure chronique.
X –COMPLICATIONS :
• Se voit dans les sinusites aigues et dans les chroniques
réchauffées.
 Complications occulo –orbitai...
VIII- TRAITEMENT:
• A-but:
• Éradiquer l’infection.
• Éviter les complications.
• Rétablir la perméabilité ostial.
B-moyens :
Médicaux :
* Antibiothérapie par voie générale.
* Corticothérapie : toujours associée à
l’antibiothérapie.
* dé...
Chirurgicaux:
* Ponction drainage du SM, utilisée en seconde
intention.
* La méatotomie moyenne : qui a pour objectif de
r...
C-Indications :
• Sinusite aigue éthmoïdale:
• Médical :-hospitalisation de l’enfant
• -ATB a forte dose et large spectre ...
Autres sinusites aigues
• ATB +CTC
• Soins locaux favorisants le drainage:
mouchge ,lavage
• Ponction et drainage: avec mi...
DRAIN DE SINUS
Sinusites chroniques
• Médical: - antibiotique + soin locaux .
• -traitement des facteurs favorisants.
• Chirurgical :
• M...
Sinusite de l'enfant
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sinusite de l'enfant

980 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
980
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sinusite de l'enfant

  1. 1. SINUSITES CHEZ L’ENFANT
  2. 2. PLAN • I. définition –généralités. • II. intérêt de la question. • II. Rappel anatomique. • III. Physiologie et etiopapathogenie. • IV.anapathologie. • V. étude clinique. • VI. Forme clinique :sinusite aigue • sinusite chronique • VII. Complications. • VIII. Traitement.
  3. 3. I.DEFINITION GENERALITES: • Réaction inflammatoire aigue ou chronique localisée à un ou plusieurs sinus .Elle réalise différents tableaux selon la localisation et selon le terrain. Affection méconnue et relativement fréquente survenant a la première enfance et succédant à un syndrome grippal.
  4. 4. II.INTERET • Anatomique: par les rapports des sinus avec les FN, les éléments de voisinage comme les orbites, les méninges et les éléments vasculo-nerveux. • Diagnostique: les sinusites de l’enfant ont sauvant une symptomatologie trompeuse. • Thérapeutique: de fait de leur risque de complications elles imposent un traitement médical adapté et suffisamment prolongé .La chirurgie a une place limitée.
  5. 5. IIIRAPPEL ANATOMIQUE ET EMBRYOLOGIQUE
  6. 6. Les sinus sont des cavités pneumatiques annexées aux FN et creusées dans l’épaisseur de l’os qui les entourent. Sinus maxillaire: creusé dans le corps du maxillaire . A la naissance il est sous forme d’une fente aplatie d’un volume d’une fève, visible à 2-3ans prend une forme définitive à 15ans. Sinus frontal: creusé dans la partie antero-interne de l’os frontal. Ce sont 2 cavités asymétriques séparées par une cloison ,chacune d’elles est en rapport avec la FN correspondante par un canal naso-frontal.ils s’individualisent à 2ans visible à la Rx à 5-6 ans et terminent leur développement a15 ans.
  7. 7. Sinus ethmoïdal : creusant les masses latérales de l’ethmoïde ,apparaissent au 6eme mois de la vie fœtale ,faisant 2-5mm de diamètre à la naissance prennent une forme définitive à l’âge de 15 ans. Sinus sphenoidal:creusé dans le corps du sphénoïde, ce sont 2 cavités asymétriques qui s’ouvrent dans la paroi postéro-supérieure des FN. A 5ans il a le volume d’un pois son développement se termine à 15ans. Le labyrinthe ethmoïdal est le seul sinus bien pneumatisé à partir de la naissance ,c’est donc lui qui risque de s’infecter chez l’enfant
  8. 8. IV- PHYSIOLOGIE ET ETIOPATHOGENIE: A-physiologie: Les sinus sont tapissés d’une muqueuse ciliée de type respiratoire; la fonction mucociliaire résume le processus de drainage et de défense de cette muqueuse. les études sur la fonction mucociliaire réalisées essentiellement pour le sinus maxillaire ont montré que le courant ciliaire dirige le mucus vers l’ostium que celui-ci soit déclive ou non .
  9. 9. physiopathologie des sinusites
  10. 10. B-Etiopathogenie: la rétention puis la surinfection des secrétions sinusiennes peut relever: -d’une obstruction ostiale -d’une altération de la fonction ciliaire -de modification du mucus CAUSES: infectieuses: - essentiellement nasale: survenant au cours de certaines maladies comme la diphterie,la coqueluche, les pneumonies et la grippe avec propagation de la rhinite au sinus maxillaire et frontal. - accessoirement dentaire: les dents dites sinusiennes sont en regard du sinus maxillaire déterminant donc des sinusites maxillaires
  11. 11. -Origine adénoïdienne : cause la + fréquente. Non infectieuses: -Déficit en fer. - Avitaminose A-C-D. -Déficit immunitaire. -Maladie des cils immobiles. -Mucoviscidose. ETUDE BACTERIOLOGIQUE: en général il s’agit d’une infection virale qui fait le lit de la surinfection bactérienne dont les germes les plus fréquents sont l’haemophilus influenzae, le pneumocoque,le streptocoque et le staphylocoque.
  12. 12. ROLE DE L’ALLERGIE :l’allergie constitue la cause principale de rhinite chronique chez l’enfant et la survenue d’une sinusite peur exacerber un asthme sous jacent.
  13. 13. • On distingue 3 formes aigues:  Forme fluxionnaire ou congestive  Forme catarrhale  Forme purulente • On distingue 4 formes chroniques: Forme hyperplasique Forme intriquée Forme atrophique Forme fibreuse V-anatomopathologie
  14. 14. VI-ETUDE CLINIQUE: A-TDD:Ethmoidite aigue de l’enfant: • L’ethmoidite représente la complication classique de la rhinopharyngite aigue chez l’enfant avant 5 ans. • Les signes cliniques sont essentiellement orbitaires. • L’ethmoidite aigue évolue classiquement en 2phases:
  15. 15. 1-Non extériorisée • Rhinorrhée claire ou mucopurulente • Signes généraux: fièvre +++ • Céphalées fronto-orbitaires: vives et paroxystiques. • Les signes physiques ne sont pas spécifiques 2-Extériorisée : • Actuellement rare elle évolue en 02 stades :
  16. 16. PHASE FLUXIONAIRE: oŒdème palpébral prédominant a la paupière sup et a l’ongle interne de l’œil oExophtalmie oParfois chemosis
  17. 17. PHASE SUPPUREE: • Fièvre à 40°C , altération de l’état général • Trois formes sont possibles:  abcès palpébral.  Abcès sous périosté.  Phlegmon de l’orbite.
  18. 18. Un élément essentiel :faire la part des choses entre forme fluxionnaire et collectée 3 signes: - la mobilité du GO - L'exophtalmie - reflexe photomoteur
  19. 19. B-BILAN RADIOLOGIQUE • 1-Radiologie standard: NFP met en évidence une asymétrie des 2 régions ethmoïdales. N’apporte aucun argument pour confirmer une complication oculaire ou endocrânienne.
  20. 20. 2-TDM Il a une place essentielle, permet de préciser le siège exacte des lésions avec une très grande sensibilité.
  21. 21. 3 -IRM: Elle ne semble pas avoir une place en dehors des cas ou est suspectée des complications endocrâniennes. Elle est en revanche utile dans les pathologies chroniques. 4-ECHOGRAPHIE : Permet de mettre en évidence des signes de thromboses du sinus caverneux.
  22. 22. C-Diagnostique différentiel • affections ophtalmologiques (Conjonctivite, Dacryocystite) l’oedeme siège le plus souvent au niveau de la paupière inférieure. • Cellulite cutanée (suite a une plaie de la face…) dans ce cas siège généralement au niveau de l’angle externe de l’oeil • Abcès dentaire. • Piqûre d’insecte. • Une atteinte sinusienne maxillaire ou frontale.
  23. 23. VI- FORME CLINIQUE • A / Sunisite aigue: 1-Fausse sunisite du NRS:  Simulant une sinusite maxillaire.  Point du départ de l’infection est gingivale.  Sauvant NRS de 6mois avec syndrome grippal et des signes oculaires très évocateurs.  A l’examen: gencive tuméfies rouge+coryza mucopurulent unilatéral  Traitement :ATB.  Curetage: il y a risque d’entrainer l’essaimage des germes dentaires.
  24. 24. 2-Sinusite maxillaire: • Apanage du grand enfant . • Tableau clinique: proche de celui de l’adulte fièvre, ON , écoulement postérieur et douleur sous orbitaire • A l’examen :-douleur a la pression maxillaire -pus au méat moyen a la nasofibroscopie • Radiologie: 3 type d’images : -opacités arrondies des sinus . - rétrécissement concentrique de clarté des sinus. - opacité uniforme unilatérale.
  25. 25. 3-Sinusite frontale: • Rare avant 12ans isolées ou associées a une atteinte ethmoïdale antérieur. • Se traduit par des céphalées fronto- orbitaires. • Fibro: ne trouve pas toujours du pus au méat moyen. • TDM: permet le diagnostique et l’éventuelle participation ethmoïdale.
  26. 26. 4-Sinusite sphénoïdale: Rare avant 7ans. Il s’agit le plus svt de l’extension de l’ethmoidite Se manifeste par des cephalées du vertex ou par des complications endocrâniennes. 5-pansinusite :exceptionnelle.
  27. 27. B-Sinusite chronique:  1-Ethmoido-antrite allergique: • 25 % des sinusite chez l’enfant. • Pansinusite bilatérale touchant les FN. • Clinique : rhinite allergique sans symptôme sinusien: toux ,des bronchite a répétition en hiver, ON et rhinorrhée mucopurulente abondante et intermittente • RA:FN rétréciée avec muqueuse le + souvent pale ou rougeâtre • RX: voile en totalité ou en périphérie au niveau du sinus maxillaire et ethmoïdal.
  28. 28. 2-Ethmoido-anthrite suppurée: l’infection isolée d’un sinus maxillaire ou ethmoïdal représente la+plus fréquente des manifestations survenant a l ’enfance. -Chez l’enfant de-de 6ans:ethmoidite chronique. -Chez l’enfant de +de6ans: sinusite maxillaire unilatérale suite a une rhinopharyngite avec rhinorrhée mucopurulente+toux opiatre non calmée par les sédatifs.
  29. 29. C-Formes associées :  Sinusite ethmoïdale chronique avec OMC ou otorrhée tubaire  Sinusite ethmoïdale chronique avec bronchectasie réalisant différent syndrome: - Syndrome de kartagener avec la triade rhino- ethmoidite hyperplasique-bronchectasie-situs inversus. -Syndrome de Munier-Kuhn:ethmoido-antrite + DDB congenitale. -Syndrome de Gerdes:ethmoido-antrite +bronchectasie • -Mucoviscidose +bouchon epidermique.
  30. 30. Autres : - sinusite maxillaire chronique. -sinusite frontale chronique . - sinusite postérieure chronique.
  31. 31. X –COMPLICATIONS : • Se voit dans les sinusites aigues et dans les chroniques réchauffées.  Complications occulo –orbitaires: • Cellulite orbitaire –abcès sous périoste –abcès orbitaire.  Complications cranio-encéphaliques: • Ostéomyélite des os du crane. • Thrombophlébite des veines cérébrales et des sinus durmeriens. • Méningite.  Complications respiratoires : par inhalation et déglutition des secrétions.
  32. 32. VIII- TRAITEMENT: • A-but: • Éradiquer l’infection. • Éviter les complications. • Rétablir la perméabilité ostial.
  33. 33. B-moyens : Médicaux : * Antibiothérapie par voie générale. * Corticothérapie : toujours associée à l’antibiothérapie. * décongestionnement nasaux par voie locale et générale. * Lavage pluriquotidien au sérum salé. * La thérapeutique fluidifiante, l’aérosolthérapie et les cures thermales n’ont pas fait preuve de leur efficacité. * antalgiques et désensibilisation.
  34. 34. Chirurgicaux: * Ponction drainage du SM, utilisée en seconde intention. * La méatotomie moyenne : qui a pour objectif de réaliser une ouverture chirurgicale large et définitive du SM sous contrôle endoscopique. * La technique dite de Caldwell-Luc :qui réalise sous AG, une trépanation du SM par voie antérieure sous labial. Ses indications sont limitées( invasive et séquelles douloureuses)et elle set utilisée en complément de méatotomie moyenne pour aborder le fond, elle est dite « mini Caldwell-Luc ». * intervention de De Lima : ethmoidectomie n’es plus pratiquée de nos jours.
  35. 35. C-Indications : • Sinusite aigue éthmoïdale: • Médical :-hospitalisation de l’enfant • -ATB a forte dose et large spectre (céphalosporines 3 g, aumentin…) par voie iv • -CTC pendant 5jours. • Chirurgical : drainage devant tous signe de souffrance oculaire • - orbitotomie. • - meatotomie moyenne. • Eviter les récidives par une adénoïdectomie a distance.
  36. 36. Autres sinusites aigues • ATB +CTC • Soins locaux favorisants le drainage: mouchge ,lavage • Ponction et drainage: avec mise en place d’un drain d’Albertini
  37. 37. DRAIN DE SINUS
  38. 38. Sinusites chroniques • Médical: - antibiotique + soin locaux . • -traitement des facteurs favorisants. • Chirurgical : • Meatotomie moy : sinusite maxillaire. • Intervention de DELIMA :ethmoidite ou de sphenoidite.

×