LES SURDITESLES SURDITES
BRUSQUESBRUSQUES
Plan:Plan:
I / INTRODUCTION I / INTRODUCTION 
II/- DONNEES ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE II/- DONNEES ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE 
III/-...
IntroductionIntroduction
C’est une entité clinique idiopathique, caractérisée par une surdité deC’est une entité clinique ...
II/-DONNEES ANATOMO-II/-DONNEES ANATOMO-
PHYSIOLOGIQUES :PHYSIOLOGIQUES :
 La perception des sons :La perception des sons...
 Particularités de la microcirculation cochléo-vestibulaire :Particularités de la microcirculation cochléo-vestibulaire :...
III-EPIDEMIOLOGIE:III-EPIDEMIOLOGIE:
 La surdité brusque représente environ 1% desLa surdité brusque représente environ 1...
IV-ETIOPATHOGENIEIV-ETIOPATHOGENIE
La cause des SB reste mystérieuse malgré lesLa cause des SB reste mystérieuse malgré le...
1)1) hypothèse infectieuse:hypothèse infectieuse:
en particulier d’origine virale, Il ne s’agit ici que de la formeen part...
2)2) hypothèse vasculaire:hypothèse vasculaire:
souvent admise et retenue chez des sujets âgés avec facteurs de risquessou...
33) Origine immunologique:) Origine immunologique:
De multiples études ont trouvé des auto-anticorps spécifiques et nonDe ...
V- ETUDE CLINIQUE:V- ETUDE CLINIQUE:
TDD :TDD : SB unilatérale sans cause évidenteSB unilatérale sans cause évidente
chez ...
2-L’inspection: du pavillon et du CAE: normale
(recherche de lésions vésiculeuses, éruption cutanée)
3-la palpation: norma...
B/Examens complémentairesB/Examens complémentaires
  1-audiométrie tonale liminaire:1-audiométrie tonale liminaire:
réalis...
ASCENDANTE PLATE DESCENDANTEASCENDANTE PLATE DESCENDANTE
SCOTOME SUBCOPHOSESCOTOME SUBCOPHOSE
2- audiométrie vocale :2- audiométrie vocale :
Le seuil d’intelligibilité et le pourcentage maximalLe seuil d’intelligibil...
5-l’épreuve calorique5-l’épreuve calorique (utile dans tous les cas)(utile dans tous les cas)etet
une VNGune VNG avec étud...
7-Bilan biologique, hémodynamique et7-Bilan biologique, hémodynamique et
radiologique:radiologique:
permet d’éliminer une ...
 L’imagerie consiste en une IRM qui devrait être aujourd’huiL’imagerie consiste en une IRM qui devrait être aujourd’hui
s...
VIII- FORMESVIII- FORMES
CLINIQUESCLINIQUES  1.1. forme de l’enfant :forme de l’enfant :
L’origine ourlienne en était la 1...
3) formes évolutives;3) formes évolutives;
Il s’agit d’une aggravation d’une surdité deIl s’agit d’une aggravation d’une s...
VII/ -DIAGNOSTIC :VII/ -DIAGNOSTIC :
A : Diagnostic positifA : Diagnostic positif   : En règle facile :: En règle facile :...
B:Diagnostic différentielB:Diagnostic différentiel  : :
1) Surdités de perception endocochléaires:1) Surdités de perceptio...
*virales :*virales : Les virus les plus fréquemment retrouvés sont leLes virus les plus fréquemment retrouvés sont le
viru...
 Vasculaires:Vasculaires:
*occlusion vasculaire: obstruction de petits vaisseaux*occlusion vasculaire: obstruction de pet...
 Auto-immunes:Auto-immunes: La survenue de surdités brutales estLa survenue de surdités brutales est
décrite dans un cert...
2) Surdités de perception rétro cochléaires:2) Surdités de perception rétro cochléaires:
 MéningitesMéningites :: surtout...

Surdités centralesSurdités centrales :: accident vx cérébraux, encéphaliteaccident vx cérébraux, encéphalite
corticale, ...
VIII/- EVOLUTION ETVIII/- EVOLUTION ET
pronostic:pronostic:
A.A. Évolution:Évolution:
 La récupération spontanée : 60-70%...
B. Pronostic :B. Pronostic :
Les facteurs pronostiques sont :Les facteurs pronostiques sont :
 Le terrain et les antécéde...
 Le délai diagnostique : plus tôt est reçu le patient etLe délai diagnostique : plus tôt est reçu le patient et
meilleure...
IX/ - TRAITEMENT :IX/ - TRAITEMENT :
la surdité brusque est une urgencela surdité brusque est une urgence
neurosensorielle...
2) Moyens2) Moyens::
 augmenter le débit sanguin et la teneur en O2 du sang:augmenter le débit sanguin et la teneur en O2...
 Corticothérapie: seul traitement dont l´efficacité clinique aCorticothérapie: seul traitement dont l´efficacité clinique...
X/-CONCLUSIONX/-CONCLUSION
La surdité brusque est une pathologie peuLa surdité brusque est une pathologie peu
fréquente ma...
Surdité brusque
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Surdité brusque

1 003 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 003
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
18
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Generalement n=2000
  • Surdité brusque

    1. 1. LES SURDITESLES SURDITES BRUSQUESBRUSQUES
    2. 2. Plan:Plan: I / INTRODUCTION I / INTRODUCTION  II/- DONNEES ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE II/- DONNEES ANATOMO-PHYSIOLOGIQUE  III/-EPIDEMIOLOGIEIII/-EPIDEMIOLOGIE IV/-ETIOPATHOGENIE  IV/-ETIOPATHOGENIE   V/- ETUDE CLINIQUE V/- ETUDE CLINIQUE  examen cliniqueexamen clinique examens complémentairesexamens complémentaires   VI/- FORMES CLINIQUES  VI/- FORMES CLINIQUES   VII/ - DIAGNOSTIC  VII/ - DIAGNOSTIC   VIII/- EVOLUTION /PRONOSTIC VIII/- EVOLUTION /PRONOSTIC  IX/ - TRAITEMENT :IX/ - TRAITEMENT :   X/- CONCLUSION :X/- CONCLUSION :
    3. 3. IntroductionIntroduction C’est une entité clinique idiopathique, caractérisée par une surdité deC’est une entité clinique idiopathique, caractérisée par une surdité de perception sans cause décelable d’apparition soudaine ou rapide enperception sans cause décelable d’apparition soudaine ou rapide en quelques secondes, quelques heures, au maximum 72heures.quelques secondes, quelques heures, au maximum 72heures. En général unilatérale et isoléeEn général unilatérale et isolée Touche habituellement l’adulteTouche habituellement l’adulte Plusieurs hypothèses ont été évoquées mais l’étiopathogénie restePlusieurs hypothèses ont été évoquées mais l’étiopathogénie reste floue.floue. La démarche diagnostique est d’abord de rechercher et de savoirLa démarche diagnostique est d’abord de rechercher et de savoir reconnaître une cause car le diagnostic ne sera retenu qu’à partir dureconnaître une cause car le diagnostic ne sera retenu qu’à partir du moment ou l’on n’a pas trouvé une étiologiemoment ou l’on n’a pas trouvé une étiologie.. urgence médicale qui nécessite une prise en charge dans les plus brefsurgence médicale qui nécessite une prise en charge dans les plus brefs délais.délais. Peut évoluer vers la récupération rapide, surdité persistante ou versPeut évoluer vers la récupération rapide, surdité persistante ou vers l’aggravationl’aggravation Le pronostic dépend de plusieurs facteurs: âge, la courbe audiométriqueLe pronostic dépend de plusieurs facteurs: âge, la courbe audiométrique
    4. 4. II/-DONNEES ANATOMO-II/-DONNEES ANATOMO- PHYSIOLOGIQUES :PHYSIOLOGIQUES :  La perception des sons :La perception des sons : oreille interne et son innervation  oreille interne et son innervation   L’oreille interneL’oreille interne est composée du:est composée du: - Vestibule: l’organe de l’équilibre- Vestibule: l’organe de l’équilibre - La cochlée: contient les cellules sensorielles de l’audition (cellules- La cochlée: contient les cellules sensorielles de l’audition (cellules ciliées internes et externes), dont l’innervation participe à la formationciliées internes et externes), dont l’innervation participe à la formation du nerfdu nerf auditifauditif (VIII) qui se termine au niveau des noyaux cochléaires(VIII) qui se termine au niveau des noyaux cochléaires situés dans la protubérance. Les voies centrales desitués dans la protubérance. Les voies centrales de l’auditionl’audition fontfont relais ensuite les corps genouillés avant d’atteindre les aires auditivesrelais ensuite les corps genouillés avant d’atteindre les aires auditives primaire et secondaire au niveau du cortex.primaire et secondaire au niveau du cortex.  La stimulation auditive transmise à la cochlée génère un mouvementLa stimulation auditive transmise à la cochlée génère un mouvement liquidien avec propagation d’une onde de tonométrie grossière, ce quiliquidien avec propagation d’une onde de tonométrie grossière, ce qui entraîne l’excitation des cellules sensorielles; un influx nerveux est néentraîne l’excitation des cellules sensorielles; un influx nerveux est né et acheminé via le système nerveux afférant vers le système nerveuxet acheminé via le système nerveux afférant vers le système nerveux central.central.
    5. 5.  Particularités de la microcirculation cochléo-vestibulaire :Particularités de la microcirculation cochléo-vestibulaire : elleelle estest de type terminal, tout ralentissement ou toute interruption du fluxde type terminal, tout ralentissement ou toute interruption du flux sanguin cochléaire entraîne une anoxie cochléaire.sanguin cochléaire entraîne une anoxie cochléaire. les artères du labyrinthe membraneux proviennent de l’artèreles artères du labyrinthe membraneux proviennent de l’artère labyrinthique née de l’artère cérébelleuse antéro-inferieure le pluslabyrinthique née de l’artère cérébelleuse antéro-inferieure le plus souvent, parfois directement du tronc basilaire.souvent, parfois directement du tronc basilaire. elle se divise dans le conduit auditif interne en trois branches:elle se divise dans le conduit auditif interne en trois branches: --Artère vestibulaire antérieureArtère vestibulaire antérieure -Artère vestibulo-cochléaire-Artère vestibulo-cochléaire --Artère cochléaireArtère cochléaire Dans la cochlée, la vascularisation artérielle a une disposition quiDans la cochlée, la vascularisation artérielle a une disposition qui correspond à deux arcs vasculaires:correspond à deux arcs vasculaires: -arc vasculaire central contenu dans la lame spirale, alimente la-arc vasculaire central contenu dans la lame spirale, alimente la membrane basilaire et le ganglion spiral.membrane basilaire et le ganglion spiral. -arc vasculaire périphérique, alimente le réseau de la strie-arc vasculaire périphérique, alimente le réseau de la strie vasculaire.vasculaire.
    6. 6. III-EPIDEMIOLOGIE:III-EPIDEMIOLOGIE:  La surdité brusque représente environ 1% desLa surdité brusque représente environ 1% des surdités neurosensoriellessurdités neurosensorielles  Incidence : 5-20/100 000 habitants, ces chiffresIncidence : 5-20/100 000 habitants, ces chiffres sont probablement sous-estimés en raison du grandsont probablement sous-estimés en raison du grand nombre de surdités brusques récupérantnombre de surdités brusques récupérant spontanément et des surdités brusques partiellesspontanément et des surdités brusques partielles négligées par les patientsnégligées par les patients  Sexe- ratio =1Sexe- ratio =1  touche toutes les tranches d’âge, mais fréquemmenttouche toutes les tranches d’âge, mais fréquemment dans la tranche d’âge de 30 à 60 ans:56%dans la tranche d’âge de 30 à 60 ans:56% < 30 ans = 13 %, >60 ans: 31%.< 30 ans = 13 %, >60 ans: 31%.  unilatérale dans 9 cas sur 10.unilatérale dans 9 cas sur 10.
    7. 7. IV-ETIOPATHOGENIEIV-ETIOPATHOGENIE La cause des SB reste mystérieuse malgré lesLa cause des SB reste mystérieuse malgré les efforts de recherche et les progrès desefforts de recherche et les progrès des connaissances de la physiologie cochléaire.connaissances de la physiologie cochléaire. L’étiopathogenie reste hypothétiqueL’étiopathogenie reste hypothétique
    8. 8. 1)1) hypothèse infectieuse:hypothèse infectieuse: en particulier d’origine virale, Il ne s’agit ici que de la formeen particulier d’origine virale, Il ne s’agit ici que de la forme infra cliniques de l’infection,infra cliniques de l’infection, cette hypothèse est suspectée surtout chez le sujet jeune,cette hypothèse est suspectée surtout chez le sujet jeune, évoquée en fonction du contexte clinique.évoquée en fonction du contexte clinique. Les micro-organismes susceptibles de provoquer desLes micro-organismes susceptibles de provoquer des surdités brusques sont ceux de la syphilis, de la maladiesurdités brusques sont ceux de la syphilis, de la maladie de lyme et des virus : oreillons, varicelle, zona, herpesde lyme et des virus : oreillons, varicelle, zona, herpes simplex, rougeole, rubéole, para-influenzae.simplex, rougeole, rubéole, para-influenzae. Le mécanisme en est:Le mécanisme en est: -soit une labyrinthite, ou une atteinte du nerf cochléaire-soit une labyrinthite, ou une atteinte du nerf cochléaire par un processus inflammatoire (névrite)par un processus inflammatoire (névrite) -soit une atteinte de la micro vascularisation cochléaire-soit une atteinte de la micro vascularisation cochléaire par œdème endothéliale, hémagglutination oupar œdème endothéliale, hémagglutination ou hypercoagulabilité sanguine.hypercoagulabilité sanguine.
    9. 9. 2)2) hypothèse vasculaire:hypothèse vasculaire: souvent admise et retenue chez des sujets âgés avec facteurs de risquessouvent admise et retenue chez des sujets âgés avec facteurs de risques cardio-vasculaires ou terrain psychologique particulier(stress, anxiété..)cardio-vasculaires ou terrain psychologique particulier(stress, anxiété..) une atteinte de la vascularisation de l’oreille interne qui entraîne unune atteinte de la vascularisation de l’oreille interne qui entraîne un ralentissement ou interruption du flux sanguin cochléaire responsableralentissement ou interruption du flux sanguin cochléaire responsable d’une anoxie.d’une anoxie. L’importance de la perte auditive dépend de l’atteinte des cellules ciliéesL’importance de la perte auditive dépend de l’atteinte des cellules ciliées internes.internes. Mécanisme de l’ischémie:Mécanisme de l’ischémie: -Embolie (microthrombi d’une plaque d’athérome)-Embolie (microthrombi d’une plaque d’athérome) -Thrombose (maladie provoquant des thromboses multiples: LM,-Thrombose (maladie provoquant des thromboses multiples: LM, dysglobulinemie, coagulopathie …)dysglobulinemie, coagulopathie …) -Hémorragie intra labyrinthique(traitements anticoagulants, hémopathie).-Hémorragie intra labyrinthique(traitements anticoagulants, hémopathie). -Ralentissement du flux sanguin capillaire par trouble de la viscosité,-Ralentissement du flux sanguin capillaire par trouble de la viscosité, hypotension, spasme, trouble de la régulation du débit cochléaire, effethypotension, spasme, trouble de la régulation du débit cochléaire, effet slug (agrégation plaquettaire intra vx après stase)slug (agrégation plaquettaire intra vx après stase)
    10. 10. 33) Origine immunologique:) Origine immunologique: De multiples études ont trouvé des auto-anticorps spécifiques et nonDe multiples études ont trouvé des auto-anticorps spécifiques et non spécifiques au cours des surdités brusques :Ac dirigée contre collagènespécifiques au cours des surdités brusques :Ac dirigée contre collagène types II et IX, protéines cochléaires P30 et P80, cardiolipides,types II et IX, protéines cochléaires P30 et P80, cardiolipides, phospholipides,phospholipides, Les anticorps dirigés contre les cellules endothéliales sont importants etLes anticorps dirigés contre les cellules endothéliales sont importants et sont retrouvés dans plus de la moitié des surdités brusques et plussont retrouvés dans plus de la moitié des surdités brusques et plus particulièrement celles qui ne récupèrent pas.particulièrement celles qui ne récupèrent pas. 4)4) Théorie des ruptures membraneusesThéorie des ruptures membraneuses :: Elle repose sur des observations des sujets jeunes ou la SB apparaît à unElle repose sur des observations des sujets jeunes ou la SB apparaît à un moment précis inauguré par un bruit de friture, de cliquetis oumoment précis inauguré par un bruit de friture, de cliquetis ou d’éclatement précédant un ronflement très fortd’éclatement précédant un ronflement très fort Parfois par les manœuvre qui augmente la pression veineuse intraParfois par les manœuvre qui augmente la pression veineuse intra thoracique ou intra crânienne ou la pression du LCR.thoracique ou intra crânienne ou la pression du LCR.
    11. 11. V- ETUDE CLINIQUE:V- ETUDE CLINIQUE: TDD :TDD : SB unilatérale sans cause évidenteSB unilatérale sans cause évidente chez un adulte sans antécédents.chez un adulte sans antécédents. A/Examen cliniqueA/Examen clinique 1 -l’interrogatoire1 -l’interrogatoire  : : le plus souvent c’est une surditéle plus souvent c’est une surdité d’installation brusque, unilatérale, souvent constatée aud’installation brusque, unilatérale, souvent constatée au réveil, isolée. Dans 1/3 des cas elle s’associe à desréveil, isolée. Dans 1/3 des cas elle s’associe à des acouphènes, sensation de plénitude de l’oreille, ou vertige.acouphènes, sensation de plénitude de l’oreille, ou vertige. -antécédents personnels: otologiques( épisode régressif de-antécédents personnels: otologiques( épisode régressif de surdité, chirurgie de l’oreille, barotraumatisme) générauxsurdité, chirurgie de l’oreille, barotraumatisme) généraux (cardiopathies, hémopathies, diabète, dyslepidemie,(cardiopathies, hémopathies, diabète, dyslepidemie, maladies infectieuses), prise de médicaments ototoxiques.maladies infectieuses), prise de médicaments ototoxiques. - Antécédents familiaux de surdité.- Antécédents familiaux de surdité.
    12. 12. 2-L’inspection: du pavillon et du CAE: normale (recherche de lésions vésiculeuses, éruption cutanée) 3-la palpation: normale, pas de douleur declenchée 4-otoscopie: CAE libre, la présence de cérumen en excès ne doit pas faire conclure tropCAE libre, la présence de cérumen en excès ne doit pas faire conclure trop rapidement à une surdité de transmission banale.rapidement à une surdité de transmission banale. tympan normal et intègre, son altération ne doit pas faire méconnaître unetympan normal et intègre, son altération ne doit pas faire méconnaître une surdité brusque neurosensorielle.surdité brusque neurosensorielle. 5-acoumétrie: surdité de perception unilatérale: weberunilatérale: weber latéralisé du coté sain, Rinne+latéralisé du coté sain, Rinne+ 6-examen vestibulaire normal (nystagmus, déviation desnormal (nystagmus, déviation des index, épreuve de Romberg, marche en étoile...).index, épreuve de Romberg, marche en étoile...). 7-examen ORL complet: normal 8-examen neurologique: normal 9-examen cardio-vasculaire avec auscultation des vaisseaux du cou.
    13. 13. B/Examens complémentairesB/Examens complémentaires   1-audiométrie tonale liminaire:1-audiométrie tonale liminaire: réalisé le même jour, confirme l’existence d’une surdité deréalisé le même jour, confirme l’existence d’une surdité de perception d’au moins 30 dB sur trois fréquencesperception d’au moins 30 dB sur trois fréquences consécutives. Elle précise le degré et type ce qui permetconsécutives. Elle précise le degré et type ce qui permet d’attribuer un pronostic et une CAT.d’attribuer un pronostic et une CAT.   il y a 5 types de courbes audio métriques de surdité brusque:il y a 5 types de courbes audio métriques de surdité brusque: Type A : ascendante, première attaque d’hydrops.Type A : ascendante, première attaque d’hydrops. Type B : plate ; atteinte striale ou artériolaireType B : plate ; atteinte striale ou artériolaire Type C : descendante, atteinte virale ou vasculaireType C : descendante, atteinte virale ou vasculaire Type D : scotome ; rupture membraneuseType D : scotome ; rupture membraneuse Type E : cophose ou subcophose , atteinte virale ouType E : cophose ou subcophose , atteinte virale ou bactérienne, thrombose artérielle.bactérienne, thrombose artérielle.
    14. 14. ASCENDANTE PLATE DESCENDANTEASCENDANTE PLATE DESCENDANTE SCOTOME SUBCOPHOSESCOTOME SUBCOPHOSE
    15. 15. 2- audiométrie vocale :2- audiométrie vocale : Le seuil d’intelligibilité et le pourcentage maximalLe seuil d’intelligibilité et le pourcentage maximal d’intelligibilité sont parfois plus altérés que ne laisseraitd’intelligibilité sont parfois plus altérés que ne laisserait attendre les résultats de l’audiométrie tonale, témoignant deattendre les résultats de l’audiométrie tonale, témoignant de distorsion de la sensation sonore.distorsion de la sensation sonore. 3-impedancemétrie:3-impedancemétrie: -réflexe stapédien peut donner des arguments en faveur d’une-réflexe stapédien peut donner des arguments en faveur d’une topographie endocochléaire par le test de Metz : phénomènetopographie endocochléaire par le test de Metz : phénomène de recrutement: l'écart entre le seuil stapédien et le seuilde recrutement: l'écart entre le seuil stapédien et le seuil auditif est inférieur à 80dB.auditif est inférieur à 80dB. -Tympanogramme : normal-Tympanogramme : normal elle ne doit pas être répétée avant le 6eme jour pour ne paselle ne doit pas être répétée avant le 6eme jour pour ne pas induire un traumatisme sonore sur une oreille fragilisée.induire un traumatisme sonore sur une oreille fragilisée. 4-PEA4-PEA  : à faire j21 après pour éviter un traumatisme sonore,: à faire j21 après pour éviter un traumatisme sonore, normaux, permet d’éliminer une SP retrocochléaire.normaux, permet d’éliminer une SP retrocochléaire.
    16. 16. 5-l’épreuve calorique5-l’épreuve calorique (utile dans tous les cas)(utile dans tous les cas)etet une VNGune VNG avec étude des nystagmus spontanés etavec étude des nystagmus spontanés et provoqués, habituellement normales. La découverte d’uneprovoqués, habituellement normales. La découverte d’une aréflexie calorique unilatérale développée à bas bruit,aréflexie calorique unilatérale développée à bas bruit, sans vertige, est évocatrice de neurinome de l’acoustique.sans vertige, est évocatrice de neurinome de l’acoustique. 6-otoémissions acoustiques :6-otoémissions acoustiques : peu utilisées au cours des surdités brusques carpeu utilisées au cours des surdités brusques car disparaissent au-delà de 35 dB dans deux tiers des cas.disparaissent au-delà de 35 dB dans deux tiers des cas. Leur conservation au début est de bon pronostic et leurLeur conservation au début est de bon pronostic et leur réapparition au bout de 1 mois annonce la récupérationréapparition au bout de 1 mois annonce la récupération auditiveauditive
    17. 17. 7-Bilan biologique, hémodynamique et7-Bilan biologique, hémodynamique et radiologique:radiologique: permet d’éliminer une affection susceptible de se révéler parpermet d’éliminer une affection susceptible de se révéler par une surdité brusque et rechercher ensuite une anomalieune surdité brusque et rechercher ensuite une anomalie susceptible de nourrir les hypothèses étiopathogéniquessusceptible de nourrir les hypothèses étiopathogéniques incriminées.incriminées. En pratique, il se limite à la détection d’une maladieEn pratique, il se limite à la détection d’une maladie inflammatoire ou une affection métabolique générale pouvantinflammatoire ou une affection métabolique générale pouvant contre indiquer une corticothérapie.contre indiquer une corticothérapie. On demande :On demande :  FNS(polyglobulie, thrombocytopénie)VS.CRP. Glycémie.FNS(polyglobulie, thrombocytopénie)VS.CRP. Glycémie. bilan hépatique, ionique et lipidique, bilan hemostatique(TP,bilan hépatique, ionique et lipidique, bilan hemostatique(TP, TCK)TCK)  Sérologie: si suspicion clinique d’atteinte virale ouSérologie: si suspicion clinique d’atteinte virale ou immunosuppression(CMV.VIH.VHB.VHS.toxoplasmose.lymeimmunosuppression(CMV.VIH.VHB.VHS.toxoplasmose.lyme
    18. 18.  L’imagerie consiste en une IRM qui devrait être aujourd’huiL’imagerie consiste en une IRM qui devrait être aujourd’hui systématique, surtout s’il existe des vertiges, dessystématique, surtout s’il existe des vertiges, des cervicalgies ou des céphalées associés. Son intérêt:cervicalgies ou des céphalées associés. Son intérêt: -éliminer une tumeur des conduits auditifs internes, angle-éliminer une tumeur des conduits auditifs internes, angle ponto cérébelleux, fosse cérébrale postérieure.ponto cérébelleux, fosse cérébrale postérieure. -rechercher des signes en faveur d’un accident ischémique-rechercher des signes en faveur d’un accident ischémique dans le territoire de l’artère cérébelleuse antéro-inférieure.dans le territoire de l’artère cérébelleuse antéro-inférieure. -rechercher un rehaussement témoignant ;-rechercher un rehaussement témoignant ; *hémorragie intra labyrinthique*hémorragie intra labyrinthique *neurinome intra labyrinthique*neurinome intra labyrinthique *labyrinthite inflammatoire, auto-immune, post*labyrinthite inflammatoire, auto-immune, post méningitique , ou radique.méningitique , ou radique. -étudier le signal liquidien intra labyrinthique. Sa normalité-étudier le signal liquidien intra labyrinthique. Sa normalité constituerait un argument en faveur d’une atteinte virale.constituerait un argument en faveur d’une atteinte virale. Mais si l’examen est demandé après que les signesMais si l’examen est demandé après que les signes inflammatoires ont disparu, l’imagerie est négativeinflammatoires ont disparu, l’imagerie est négative
    19. 19. VIII- FORMESVIII- FORMES CLINIQUESCLINIQUES  1.1. forme de l’enfant :forme de l’enfant : L’origine ourlienne en était la 1ere cause avant laL’origine ourlienne en était la 1ere cause avant la généralisation de la vaccination .le pronostic semblegénéralisation de la vaccination .le pronostic semble identique à celui de l’adulte avec 3O% de récupérationidentique à celui de l’adulte avec 3O% de récupération totale et 30% de récupération partielle.totale et 30% de récupération partielle. 2.2. formes bilatérales :formes bilatérales : 2 % des surdités brusques idiopathiques, les atteintes2 % des surdités brusques idiopathiques, les atteintes peuvent être simultanées ou dissociées dans le temps,peuvent être simultanées ou dissociées dans le temps, habituellement asymétriques. La seule différencehabituellement asymétriques. La seule différence significative avec les formes unilatérales est qu’ellessignificative avec les formes unilatérales est qu’elles surviennent plus fréquemment chez des patients plussurviennent plus fréquemment chez des patients plus âgés et au terrain vasculaire La récupération, lorsqu’elleâgés et au terrain vasculaire La récupération, lorsqu’elle survient, concerne les deux oreilles. Elles n’ont pas unsurvient, concerne les deux oreilles. Elles n’ont pas un meilleur pronostic que les formes unilatérales.meilleur pronostic que les formes unilatérales.
    20. 20. 3) formes évolutives;3) formes évolutives; Il s’agit d’une aggravation d’une surdité deIl s’agit d’une aggravation d’une surdité de perception préexistante ou la récidive d’uneperception préexistante ou la récidive d’une SB. L’évolution vers une surdité fluctuante estSB. L’évolution vers une surdité fluctuante est fréquente en cas d’atteinte sur les fréquencesfréquente en cas d’atteinte sur les fréquences graves.graves.
    21. 21. VII/ -DIAGNOSTIC :VII/ -DIAGNOSTIC : A : Diagnostic positifA : Diagnostic positif   : En règle facile :: En règle facile :   -surdité installée en 24h à 3jours, unilatérale, souvent-surdité installée en 24h à 3jours, unilatérale, souvent isolée.isolée. -Examen otoscopique, vestibulaire et neurologique normal.-Examen otoscopique, vestibulaire et neurologique normal. -Audiogramme : surdité de perception avec une perte d’au-Audiogramme : surdité de perception avec une perte d’au moins 30db sur 3frequences consécutives.moins 30db sur 3frequences consécutives. Parfois, le diagnostic est difficile:Parfois, le diagnostic est difficile: -s’il existe une surdité antérieure méconnue, la chute-s’il existe une surdité antérieure méconnue, la chute auditive peut être interprétée comme une SB alorsauditive peut être interprétée comme une SB alors qu’elle ne constitue que l’aggravation du déficit antérieur.qu’elle ne constitue que l’aggravation du déficit antérieur.
    22. 22. B:Diagnostic différentielB:Diagnostic différentiel  : : 1) Surdités de perception endocochléaires:1) Surdités de perception endocochléaires:  Infectieuses:Infectieuses: *bactériennes:*bactériennes: une labyrinthite secondaire à une OMA ou OMC évolutiveune labyrinthite secondaire à une OMA ou OMC évolutive soit par contiguïté, soit par fistule labyrinthique, peutsoit par contiguïté, soit par fistule labyrinthique, peut provoquer une atteinte neurosensorielle d’aggravationprovoquer une atteinte neurosensorielle d’aggravation rapide. Elle peut être séreuse , permettant d’espérer unerapide. Elle peut être séreuse , permettant d’espérer une récupération auditive, ou suppurée dont la récupérationrécupération auditive, ou suppurée dont la récupération étant rare.étant rare. La syphilis est un diagnostic classique mais rare.La syphilis est un diagnostic classique mais rare. D’autre infections sont possibles : fièvre typhoïde, brucellose,D’autre infections sont possibles : fièvre typhoïde, brucellose, mycoplasme, chlamydia, Rickettsioses, Spirochétoses.mycoplasme, chlamydia, Rickettsioses, Spirochétoses.
    23. 23. *virales :*virales : Les virus les plus fréquemment retrouvés sont leLes virus les plus fréquemment retrouvés sont le virus ourlien, l’herpes virus, la rougeole, la rubéole.virus ourlien, l’herpes virus, la rougeole, la rubéole. autres: zona, varicelle, Parainfluenzae A, B et C, EBV, VIH.autres: zona, varicelle, Parainfluenzae A, B et C, EBV, VIH. Le diagnostic de certitude d’infection virale est difficile.Le diagnostic de certitude d’infection virale est difficile. Il est évoqué devant un contexte épidémiologique associé àIl est évoqué devant un contexte épidémiologique associé à une séroconversion affirmée sur 2 prélèvements réalisés àune séroconversion affirmée sur 2 prélèvements réalisés à 15 jours d’intervalle.15 jours d’intervalle.  Traumatiques:Traumatiques: *Fracture de la membrane cochléaire, fracture de la fenêtre*Fracture de la membrane cochléaire, fracture de la fenêtre ovale et/ou la fenêtre ronde après un traumatisme crânienovale et/ou la fenêtre ronde après un traumatisme crânien ou un barotraumatisme.ou un barotraumatisme. Une fistule péri-lymphatique doit être évoquée devant uneUne fistule péri-lymphatique doit être évoquée devant une fluctuation de l’audition avec trouble de l’équilibre.fluctuation de l’audition avec trouble de l’équilibre. *Postopératoires: chirurgie de l’oreille , Chirurgie dentaire.*Postopératoires: chirurgie de l’oreille , Chirurgie dentaire. *Radiothérapie lésions des structures membraneuses de l’OI.*Radiothérapie lésions des structures membraneuses de l’OI. *électrocution .*électrocution .
    24. 24.  Vasculaires:Vasculaires: *occlusion vasculaire: obstruction de petits vaisseaux*occlusion vasculaire: obstruction de petits vaisseaux (microembolies, embolie gazeuse).(microembolies, embolie gazeuse). - rétrécissement des petits vaisseaux (diabète,- rétrécissement des petits vaisseaux (diabète, athérosclérose)athérosclérose) - thromboembolie de l'artère cochléaire.- thromboembolie de l'artère cochléaire. - micro embolie post chirurgicale.- micro embolie post chirurgicale. -états d'hypercoagulabilité. vasospasme.-états d'hypercoagulabilité. vasospasme. * Hémorragie de l'oreille interne : leucémie, anticoagulants.* Hémorragie de l'oreille interne : leucémie, anticoagulants.  toxiques :toxiques : prise de traitements ototoxiques dont les plus fréquents sontprise de traitements ototoxiques dont les plus fréquents sont les aminosides, Le furosémide (Lasilix), le cisplatine, le 5-les aminosides, Le furosémide (Lasilix), le cisplatine, le 5- fluoro-uracile,fluoro-uracile, La quinine et l’aspirine à forte dose.La quinine et l’aspirine à forte dose. Ces surdités sont bilatérales, symétriques et progressives.Ces surdités sont bilatérales, symétriques et progressives.
    25. 25.  Auto-immunes:Auto-immunes: La survenue de surdités brutales estLa survenue de surdités brutales est décrite dans un certain nombre de maladies auto-décrite dans un certain nombre de maladies auto- immunes :LED, vascularite systémique, polychondrieimmunes :LED, vascularite systémique, polychondrie atrophique, maladie de Kawasaki, de Behçet, artérite deatrophique, maladie de Kawasaki, de Behçet, artérite de Takayashu, périarthrite noueuse, artérite temporale àTakayashu, périarthrite noueuse, artérite temporale à c.géante.c.géante.  métaboliquesmétaboliques: IR, diabète( micro angiopathie de la strie: IR, diabète( micro angiopathie de la strie vasculaire, neuropathie périphérique), hyperlipidémie,vasculaire, neuropathie périphérique), hyperlipidémie, hypothyroïdie.hypothyroïdie.  Maladie de MénièreMaladie de Ménière: La triade symptomatique est: La triade symptomatique est caractéristique : surdité, vertiges et acouphènes évoluantcaractéristique : surdité, vertiges et acouphènes évoluant par crises.par crises.  Pathologie de os temporal:Pathologie de os temporal: Les lésions osseusesLes lésions osseuses de l’os temporal peuvent être la cause de surdité brutale :de l’os temporal peuvent être la cause de surdité brutale : métastase, hystiocytose X, myélomemétastase, hystiocytose X, myélome
    26. 26. 2) Surdités de perception rétro cochléaires:2) Surdités de perception rétro cochléaires:  MéningitesMéningites :: surtout bactériennes à pneumocoque, lasurtout bactériennes à pneumocoque, la surdité est souvent totale et bilatérale.surdité est souvent totale et bilatérale.  Tumeurs de la fosse cérébrale post:Tumeurs de la fosse cérébrale post: le 1er diagnostic àle 1er diagnostic à éliminer devant une surdité d’apparition brutale est leéliminer devant une surdité d’apparition brutale est le neurinome de l’acoustique : 10% des neurinomes deneurinome de l’acoustique : 10% des neurinomes de l’acoustique se révèlent par ce symptôme.l’acoustique se révèlent par ce symptôme. Le tableau typique est celui d’une surdité brusque récidivanteLe tableau typique est celui d’une surdité brusque récidivante Ce diagnostic doit toujours être recherché (Potentiels évoquésCe diagnostic doit toujours être recherché (Potentiels évoqués auditifs, imagerie par résonance Magnétique).auditifs, imagerie par résonance Magnétique). autres tumeurs de la fosse postérieure sont plus rares:autres tumeurs de la fosse postérieure sont plus rares: méningiome,métastases.méningiome,métastases.  Sclérose en plaqueSclérose en plaque: peut donner des épisodes de: peut donner des épisodes de surdités d’apparition brutale. Cette cause est rare, diagnosticsurdités d’apparition brutale. Cette cause est rare, diagnostic évoqué sur l’histoire de la maladie et l’aspect des PEA, quiévoqué sur l’histoire de la maladie et l’aspect des PEA, qui peuvent être désynchronisés, nécessitant la réalisation d’unepeuvent être désynchronisés, nécessitant la réalisation d’une
    27. 27.  Surdités centralesSurdités centrales :: accident vx cérébraux, encéphaliteaccident vx cérébraux, encéphalite corticale, maladies dégénératives.corticale, maladies dégénératives. se manifeste surtout par des troubles gnosiquesse manifeste surtout par des troubles gnosiques (audiogramme vocal altéré).(audiogramme vocal altéré). 3)3)SURDITES DE TRANSMISSION :SURDITES DE TRANSMISSION : Les surdités de transmission sont éliminées d'emblée surLes surdités de transmission sont éliminées d'emblée sur les caractères cliniques acoumétrique et audiométriques.les caractères cliniques acoumétrique et audiométriques. 4)4)Simulation.Simulation.
    28. 28. VIII/- EVOLUTION ETVIII/- EVOLUTION ET pronostic:pronostic: A.A. Évolution:Évolution:  La récupération spontanée : 60-70% cas:La récupération spontanée : 60-70% cas: partielle: 32% à 89%partielle: 32% à 89% complète: 25% à 68%complète: 25% à 68%  récupérations sous traitement: 70 % (complète ourécupérations sous traitement: 70 % (complète ou partielle).partielle). Une amélioration auditive se définit par une amélioration deUne amélioration auditive se définit par une amélioration de 10dB sur les freq 500, 1000, 2000,4000Hz ou une10dB sur les freq 500, 1000, 2000,4000Hz ou une amélioration de 15% du seuil d’intelligibilité .amélioration de 15% du seuil d’intelligibilité .  absence de récupération .absence de récupération .  Aggravation.Aggravation.
    29. 29. B. Pronostic :B. Pronostic : Les facteurs pronostiques sont :Les facteurs pronostiques sont :  Le terrain et les antécédents : âge>40ans, facteurs deLe terrain et les antécédents : âge>40ans, facteurs de risque vasculaire, exposition aux traumatismes sonores sontrisque vasculaire, exposition aux traumatismes sonores sont de mauvais pronostic.de mauvais pronostic.  La sévérité de la perte auditive : elle conditionne surtout laLa sévérité de la perte auditive : elle conditionne surtout la qualité de la récupération.les surdités<45 dB récupèrentqualité de la récupération.les surdités<45 dB récupèrent souvent et laissent peu de séquelles, à l’inverse les surditésouvent et laissent peu de séquelles, à l’inverse les surdité profondes >75 dB récupèrent peu en laissant des sequelles.profondes >75 dB récupèrent peu en laissant des sequelles.  Le type de la courbe audiométrique:Le type de la courbe audiométrique: *type A: bon pronostic.*type A: bon pronostic.    *type B: assez bon pronostic,*type B: assez bon pronostic, *type C: pronostic médiocre.*type C: pronostic médiocre. *type D: pronostic réservé.*type D: pronostic réservé. *type E: Très mauvais pronostic*type E: Très mauvais pronostic
    30. 30.  Le délai diagnostique : plus tôt est reçu le patient etLe délai diagnostique : plus tôt est reçu le patient et meilleures sont les chances de récupération.meilleures sont les chances de récupération.  L’existence de symptômes associés : vertiges, instabilité,L’existence de symptômes associés : vertiges, instabilité, acouphènes, céphalées sont de mauvais pronostic.acouphènes, céphalées sont de mauvais pronostic. En résumé, les surdités qui ont une atteinte importante, uneEn résumé, les surdités qui ont une atteinte importante, une forme audiométrique descendante et des vertiges vontforme audiométrique descendante et des vertiges vont probablement mal récupérer alors que les sujets qui n’ontprobablement mal récupérer alors que les sujets qui n’ont pas de vertiges, une atteinte modérée et une courbepas de vertiges, une atteinte modérée et une courbe horizontale ou ascendante auront une bonne récupération.horizontale ou ascendante auront une bonne récupération. Sur le plan auditif, on estime que la récupération peutSur le plan auditif, on estime que la récupération peut s’effectuer ou continuer à évoluer pendant un an à partir des’effectuer ou continuer à évoluer pendant un an à partir de la date de survenue de la surdité brusque.la date de survenue de la surdité brusque.
    31. 31. IX/ - TRAITEMENT :IX/ - TRAITEMENT : la surdité brusque est une urgencela surdité brusque est une urgence neurosensorielle, l'hospitalisation s’impose,neurosensorielle, l'hospitalisation s’impose, afin de débuter le traitement le plusafin de débuter le traitement le plus précocement possible.précocement possible. 1) But:1) But: *Restituer l’audition(lutte contre l’anoxie et*Restituer l’audition(lutte contre l’anoxie et l’inflammation)l’inflammation) *éviter l’aggravation de la lésion*éviter l’aggravation de la lésion
    32. 32. 2) Moyens2) Moyens::  augmenter le débit sanguin et la teneur en O2 du sang:augmenter le débit sanguin et la teneur en O2 du sang: -Vasodilatateurs systémiques puis relais peros (1 à 2-Vasodilatateurs systémiques puis relais peros (1 à 2 mois)mois) - Inhalation de carbogène: 95%d’02+5%C02- Inhalation de carbogène: 95%d’02+5%C02 (vasodilatateur)(vasodilatateur) - Oxygénothérapie hyperbare: consiste à faire respirer au- Oxygénothérapie hyperbare: consiste à faire respirer au patient de l’oxygène pur dans des conditions d’hyperpatient de l’oxygène pur dans des conditions d’hyper pression. une séance quotidienne de 1 heure pendant 8 àpression. une séance quotidienne de 1 heure pendant 8 à 10 jours.10 jours. - Hémodilution: la diminution du nombre des globules- Hémodilution: la diminution du nombre des globules rouge entraîne une accélération de la perfusion. indiqué enrouge entraîne une accélération de la perfusion. indiqué en cas de signes biologiques d´hyperviscositécas de signes biologiques d´hyperviscosité -Traitement hypolipémiant: si hyperlipidémie supérieur ou-Traitement hypolipémiant: si hyperlipidémie supérieur ou égale à 230 mg/dl.égale à 230 mg/dl. -Antiagrégants plaquettaires, anticoagulants.-Antiagrégants plaquettaires, anticoagulants.
    33. 33.  Corticothérapie: seul traitement dont l´efficacité clinique aCorticothérapie: seul traitement dont l´efficacité clinique a été démontrée (action anti-inflammatoire, action directe surété démontrée (action anti-inflammatoire, action directe sur les récepteurs aux gluco- et minéralo-corticoïdes de lales récepteurs aux gluco- et minéralo-corticoïdes de la cochlée, régulation endoplasmatique et endolymphatique encochlée, régulation endoplasmatique et endolymphatique en cations...)cations...) 1 à 2 mg/kg/j pendant 8 à 10 jours puis dégression1 à 2 mg/kg/j pendant 8 à 10 jours puis dégression progressive.progressive.  antiviraux : aciclovir associé à un corticoïde améliore laantiviraux : aciclovir associé à un corticoïde améliore la récupération.récupération.  Anxiolytiques.Anxiolytiques.  Les mesures hygiéno-diététiques:Les mesures hygiéno-diététiques: -repos au calme: la protection acoustique est justifiée-repos au calme: la protection acoustique est justifiée pendant les premiers jours avec prévention despendant les premiers jours avec prévention des traumatismes sonores.traumatismes sonores. - repos au lit : éviter l’effort qui crée une pression intra- repos au lit : éviter l’effort qui crée une pression intra crânienne.crânienne. - Contre-indiquer les médicaments ototoxiques.- Contre-indiquer les médicaments ototoxiques.
    34. 34. X/-CONCLUSIONX/-CONCLUSION La surdité brusque est une pathologie peuLa surdité brusque est une pathologie peu fréquente mais qui ne doit pas être méconnue,fréquente mais qui ne doit pas être méconnue, son mécanisme reste encore à découvrirson mécanisme reste encore à découvrir l'approche diagnostic consiste à ne pas passerl'approche diagnostic consiste à ne pas passer à côté de pathologies spécifique. le traitementà côté de pathologies spécifique. le traitement doit être instaurer en urgencedoit être instaurer en urgence mais il estmais il est difficile de prouver son efficacité en raison dedifficile de prouver son efficacité en raison de la fréquence des régressions spontanées .la fréquence des régressions spontanées .

    ×