Plan
I. Définition –Généralités
II. Rappel physiologique
III. Indications
A. Dans le but de créer un court circuit
B. Trac...
Définition-généralités
 Intervention pratiquée au niveau de la
trachée cervicale et qui met en
communication l’appareil r...
On distingue la trachéotomie :
 Sus isthmique (entre le 2ème et 3ème
anneau) : dans la dyspnée aigue.
 Sous isthmique (e...
Permet de :
− Palier aux troubles de la ventilation.
− Lever l’obstacle sus trachéal.
− Supprimer les mouvements paradoxau...
Rappel physiologique
 Fonction aérienne : la trachée est la seule
voie de passage de l’air vers les alvéoles
pulmonaires....
A. Dans le but de créer un court circuit : en cas
d’occlusion du carrefour pharyngo-laryngé
1. Laryngite dyspnéisante et œ...
2. Corps étranger du larynx enclavé dans la glotte ou la sous
glotte :
− Accident mortel domestique, très fréquent y pense...
3. Brulures caustiques par :
− inhalation ou déglutition,
− Œdème et dyspnée => trachéotomie.
4. Traumatisme du larynx
Tra...
5. Paralysie laryngée bilatérale :
− Les manifestations respiratoires sont surtout la
conséquence des immobilités bilatéra...
7. Tumeurs compressives :
 Tumeurs thyroïdiennes :
− Goitre simple, multinodulaire.
− Basedow.
− Thyroïdites.
 Tumeurs p...
9. Dans le cadre de la carcinologie cervico-faciale :
 La trachéotomie peut être définitive 1er temps de la
laryngectomie...
B. Trachéotomie de désencombrement :
 Indiquée dans :
− Syndrome d’asphyxie.
− Un encombrement broncho-pulmonaire.
 Plan...
C. Trachéotomie permettant d’assurer un contrôle des pressions
endothoraciques :
1. Perturbation de la ventilation :
− Emp...
A. Complications immédiates :
1. Hémorragie en per opératoire :
− Relève exceptionnellement de la blessure d’un gros vaiss...
B. Complications secondaires :
1. Complications infectieuses :
− L’infection souvent reste locale, modérée mais quelques f...
3. Détresse respiratoire
− Peut survenir dans les heures qui suivent la
trachéotomie.
− Due généralement à un accident méc...
C. Complications tardives :
− Essentiellement représentées par les sténoses qui peuvent faire
l’objet d’une classification...
2. Classifications horizontale : apprécie l’étendue des
lésions :
− Sténose murale : intéresse les cartilages muraux
trach...
Conclusion
 La trachéotomie est une intervention
simple qui permet de redresser un grand
nombre de situations fatales.
 ...
Trachéotomie indications et complications
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Trachéotomie indications et complications

600 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
600
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Trachéotomie indications et complications

  1. 1. Plan I. Définition –Généralités II. Rappel physiologique III. Indications A. Dans le but de créer un court circuit B. Trachéotomie de désencombrement C. Trachéotomie permettant d’assurer un contrôle des pressions endo-thoraciques D. Indications particulières IV. Complications I. Immédiates II. Secondaires III. Tardives IV. Autres V. Conclusion
  2. 2. Définition-généralités  Intervention pratiquée au niveau de la trachée cervicale et qui met en communication l’appareil respiratoire et le milieu extérieur.  Reste avec l’intubation laryngo-trachéale, le traitement de choix de l’insuffisance respiratoire aigue grave.  Se pratique par cervicotomie haute, moyenne ou basse, selon l’endroit de l’ouverture trachéale par rapport à l’isthme thyroïdien.
  3. 3. On distingue la trachéotomie :  Sus isthmique (entre le 2ème et 3ème anneau) : dans la dyspnée aigue.  Sous isthmique (entre le 5ème et le 6ème anneau), dans : − La dyspnée chronique de l’adulte − L’œdème sous glottique chez l’enfant  Trans-isthmique (entre le 2ème et le 5ème anneau) : − Isthme thyroïdien volumineux (constituant un obstacle).
  4. 4. Permet de : − Palier aux troubles de la ventilation. − Lever l’obstacle sus trachéal. − Supprimer les mouvements paradoxaux du thorax. − Aspirer les sécrétions. − Réduire de 150 cc l’espace mort anatomique (bronches, trachée). − Permet une assistance respiratoire.
  5. 5. Rappel physiologique  Fonction aérienne : la trachée est la seule voie de passage de l’air vers les alvéoles pulmonaires.  Fonction de drainage : revêtement muqueux cilié permet l’évacuation des secrétions vers le larynx spontanément ou au cours du reflexe de toux.  Fonction immunitaire : par amas lymphoïdes pariétaux, participe à la défense spécifique des voies respiratoires.
  6. 6. A. Dans le but de créer un court circuit : en cas d’occlusion du carrefour pharyngo-laryngé 1. Laryngite dyspnéisante et œdème du larynx :  Origine infectieuse − Epiglottite de l’adulte (laryngite supraglottique ou vestibulaire). − Laryngite diphtérique. − Laryngite grippale. − Tuberculose laryngée.  Origine inflammatoire − laryngite allergique. − œdème angioneurotique et œdème de Quincke. − Œdème par inhalation de vapeur caustique. Indications
  7. 7. 2. Corps étranger du larynx enclavé dans la glotte ou la sous glotte : − Accident mortel domestique, très fréquent y penser devant toute détresse respiratoire de nature alimentaire ou non. − La fausse route est la conséquence d’une mise en défaut de reflexe protecteur des voies aériennes inférieures (favorisé par l’inspiration brusque et profonde). − Selon le volume, la forme, la consistance, le CE pénètre à des niveaux différents. − Syndrome de pénétration durant les repas ou le jeu :  Accès de suffocation aigue, brutale  Quinte de toux explosive et improductive  Cyanose et gène respiratoire − Signes cliniques :  Bradypnée inspiratoire, stridor  Tirage, modification de la toux N.B : la trachéotomie est réservée surtout aux CE glotto-sous glottiques impactés
  8. 8. 3. Brulures caustiques par : − inhalation ou déglutition, − Œdème et dyspnée => trachéotomie. 4. Traumatisme du larynx Traumatisme externe : − Ouvert ou fermé : accident de la circulation ou du travail, chute, pendaison. − Généralement il s’agit de traumatisme laryngo-trachéal modéré avec œdème. − Lésions : • Simple ecchymose • Hématome et œdème localisé préférentiellement en zone décollable (sous glotte BV, margelle latérale ou postérieure • Rupture ligamentaire et/ou musculaire − Signes fonctionnels : dyspnée, dysphonie, douleur à la déglutition, toux. Traumatisme iatrogène : − Du à l’intubation. − Traumatisme induit par le laser. − Traumatisme par agent physique.
  9. 9. 5. Paralysie laryngée bilatérale : − Les manifestations respiratoires sont surtout la conséquence des immobilités bilatérales en adduction. − Il s’agit souvent de complications opératoires (thyroïdectomie, chirurgie thoracique). 6. Sténoses cicatricielles : − Post intubation. − Traumatisme externe. − Brulures laryngo-trachéales. − Sténose séquellaire du traitement des affections laryngées ex : TRT des paralysies laryngée (utilisation du téflon, laser). − Séquelle de laryngectomie partielle. − Larynx radique, la dose doit être inférieure à 75 gray (Nle 50-55 gray).
  10. 10. 7. Tumeurs compressives :  Tumeurs thyroïdiennes : − Goitre simple, multinodulaire. − Basedow. − Thyroïdites.  Tumeurs pharyngo-laryngées : − Cancer de l’hypopharynx. − Cancer de la bouche de l’œsophage.  Autres tumeurs du cou compressives : − Lymphangiome cervico-facial. − Schwannomes. 8. Tumeurs obstructives : − Papillomatose laryngée. − Cancer du larynx.
  11. 11. 9. Dans le cadre de la carcinologie cervico-faciale :  La trachéotomie peut être définitive 1er temps de la laryngectomie totale.  Ou momentanée après : − Chirurgie partielle du larynx. − Laryngectomie horizontale sus glottique. − Exérèse étendue de la langue ou du plancher buccal. − Cancer thyroïde. N.B : lorsqu’une irradiation complémentaire est effectuée sur le larynx, on doit : mettre en place une canule en matière plastique, prolonger le port de celle-ci tant qu’un œdème post radiation est à redouter
  12. 12. B. Trachéotomie de désencombrement :  Indiquée dans : − Syndrome d’asphyxie. − Un encombrement broncho-pulmonaire.  Plan clinique : − Tirage, cyanose, battement des ailes du nez, pâleur, sueur. − PaO2 < 45 mmHg, PaCO2 > 65 mmHg.  Réalisée au cours : − Affections chirurgicales : • Bronchoplégie post opératoire. • Augmentation des sécrétions post anesthésiques. • chirurgie thoracique. − Affections médicales : • Affections neurogènes : − Coma. − Paralysie du carrefour pharyngo-laryngé. − Paralysie de la musculature abdominale. − Emphysème pulmonaire chronique au cours des affections respiratoires chroniques.
  13. 13. C. Trachéotomie permettant d’assurer un contrôle des pressions endothoraciques : 1. Perturbation de la ventilation : − Emphysème extensif post traumatique. − Volets thoraciques. 2. Insuffisance ventilatoire : − Paralysie thérapeutique − Tétanos − Rage − Hypoventilation d'origine centrale D. Indications particulières : − Chirurgie thoracique :. • Intervention d’exérèse pulmonaire étendue. • Réduction de la surface ventilatoire en post opératoire liée aux multiples complications thoraciques et pleurales. − Chirurgie cardiaque à cœur ouvert. − Neurochirurgie lors des lésions de la fosse cérébrale et de la moelle. − Polytraumatisés et les grands brulés : trachéotomie pour assurer le conditionnement du blessé.
  14. 14. A. Complications immédiates : 1. Hémorragie en per opératoire : − Relève exceptionnellement de la blessure d’un gros vaisseau du cou. 2. Emphysème sous cutané : − Généralement du à la fermeture trop étroite de l’incision autour de la canule. − Se résorbe spontanément. 3. Pneumomédiastin : − Surtout chez l’enfant résulte d’une aspiration d’air à travers de la plaie. − Peut donner un pneumothorax par rupture de la plèvre pariétale. 4. Pneumothorax : − Souvent enfant < 6 ans, peut être du à une blessure du dôme pleural lors d’une intervention, ou de mouvements violents d’inspiration et de toux ou aux efforts inspiratoires. 5. Blessure d’un récurrent : − Exceptionnellement signalé du à une dissection latérale de la trachée, − ou à un déplacement vigoureux de celle-ci. 6. Syncope respiratoire : − Apnée redoutable chez l’enfant l'instillation de quelque goutes de xylocaïne dans la trachée avant son incision peut la prévenir. 7. Arrêt cardiaque : − Peut survenir à n’importe quel moment de la trachéotomie. Complications
  15. 15. B. Complications secondaires : 1. Complications infectieuses : − L’infection souvent reste locale, modérée mais quelques fois peut se compliquer de foyers pulmonaires et pleuraux. − Les germes hospitaliers sont souvent en cause. − L’infection péricanulaire joue un rôle dans la genèse des sténoses. 2. Complications hémorragiques − Hémorragie précoce • Rarement abondante. • Généralement due à une artériole ou à une veinule des parties molles dont la ligature a été omise ou qui a cédé à un effort de toux. • Le saignement cède spontanément ou grâce à un méchage péricanulaire. − Hémorragies secondaires • Peut provenir de l’ulcération d’un gros tronc artériel blessé par le bec de la canule ou comprimé par le ballonnet.
  16. 16. 3. Détresse respiratoire − Peut survenir dans les heures qui suivent la trachéotomie. − Due généralement à un accident mécanique : expulsion complète ou incomplète d’une canule mal fixée. 4. Fistule oeso-trachéale − Liée à une nécrose ischémique de la paroi trachéale (ballonnet). − Signes évocateurs d’une fistule : toux lors de la déglutition, épisode infectieux bronchiques à répétition.
  17. 17. C. Complications tardives : − Essentiellement représentées par les sténoses qui peuvent faire l’objet d’une classification verticale par rapport à l’orifice canulaire et une classification horizontale: 1. Classification verticale : − Sténose ostéale : siège au niveau du trachéostome due à l’effraction de l’ouverture cartilagineuse de la trachée. − Sténose intermédiaire : siège entre l’orifice de trachéotomie et externe de la canule, s’étend sur plusieurs anneaux. − Sténose distale : en regard de l’extrémité de la canule du à l’embrochage de la paroi antérieure par le bec de la canule − Sténose sus ostéale : au dessus de l’orifice, due à un mauvais dessin de l’incision.
  18. 18. 2. Classifications horizontale : apprécie l’étendue des lésions : − Sténose murale : intéresse les cartilages muraux trachéaux qui peuvent être écrasés fracturés et détruits. − Sténose extra murale généralement associée aux précédents elles relèvent de remaniements cicatriciels péritrachéaux aboutissant à la constitution d’une fibrose. − Sténoses intra murales : exagération de la prolifération du tissu conjonctif sous-jacent à l’épithélium trachéal. D. Autres complications, apanage des trachéotomies de longue durée : − Suppuration chronique, infection due à une chondrite (cartilage trachéal). − Troubles de la phonation.
  19. 19. Conclusion  La trachéotomie est une intervention simple qui permet de redresser un grand nombre de situations fatales.  Un suivi post-opératoire et une meilleure connaissance de leurs circonstances d’apparition permet de diminuer la fréquence des complications.

×