Traumatisme cranio-maxillo-facial
I. Introduction: 1)définition:
2)généralités:
II. Rappels: 1)anatomique:
2)fonction:
III...
IV. Type de description : fracture du massif facial ppt dit.
V. Fracture de la mandibule
VI. Traumatismes dentaires et alv...
VIII Traumatismes combinés et complexes:
1)Fractures para faciales(fracas facial)
2)Traumatismes balistiques
3)Trauma de l...
I. Introduction:
1) Définition: ensemble des lésions de la face en rapport
avec un trauma intéressant les téguments , part...
Le 1/3 sup et moy forment une structure très complexe qui
comprend:
-charpente osseuse: 5grands os (frontal ,maxillaire
,e...
pilier latéral =console maxillo-malaire: naît de
l’alvéole de la première molaire, suit le corps du molaire
puis se bifurq...
Architecture du massif facial : les piliers et les poutres.
* étage mandibulaire: os en fer a cheval ouvert en arrière
contenant plusieurs parties:
-partie centrale symphysaire(entre...
*Pyramide nasale: le nez est formé de plusieurs
partie:
-l’arête nasale ou dos du nez:sépare les faces
latérale
-la racine...
III. ETIOPATHOGENIE:
1/Frq: croissante malgré les dispositions réglementaires sociales.
2/Age et sexe: homme jeune. enfant...
Dlr spontanée ou provoquée; craquement lors du choc; gène
fonctionnelle manducatrice visuelle ou respiratoire nasale.
2/ ...
-La bouche: lésions muq, osseuse par la palpation de la
mandibule ou du maxillaire par la perte de l’arrondi du cintre
max...
*Radiologie: orientée par la clinique:
-Incidences standards après avoir éliminé une lésion du rachis
.crâne F+P: Fr de l...
Blondeau waters
2/ QUATRES CAS DE FIGURES DE Fractures du
massif facial:
A/Fracture laterofaciales(zygomato
maxillaire):
Clinique:après un...
La radio:les incidences standard suffisent habituellement:
-Signes directs de fracture:décalage osseux sur la margelle inf...
-Signes indirects:asymétrie de forme des contours
orbitaires:opacité due a un hémo sinus. Le scanner n’est
nécessaire que ...
-Ouverture de la fracture a la peau
-Fracture communitive
-Hématome de la cloison surtout chez l’enfant
progressivement ob...
Radio:crâne (F+P) incidence de Blondeau complétée par
un scanner du crâne.
D/Fractures horizontales ou occluso-faciales:
T...
FRACTURE DE Lefort 1 :
Fracture sous-nasale horizontale et tend à séparer le
bloc maxillaire du reste du massif facial. b...
Une ecchymose palpébrale en lunette est habituelle,
évocatrice d’une atteinte des labyrinthes ethmoïdaux
La racine du ne...
LEFORT2
Fracture de Lefort 2 :
Fracture la plus fréquente. Le trait de fracture intéresse
la glabelle et le massif ethmoïdal ainsi...
 En bouche une mobilité de l’ensemble du
maxillaire déclanchant une douleur exquise,
parfois , au fond du vestibule, une ...
LEFORT3
 Fracture de lefort 3 :
Isolée, elle est exceptionnelle. Fracture la plus grave
(vrai disjonction crânio-faciale). sectio...
Clinique:
Enfoncement de la face avec faciès lunaire
Effondrement de la pyramide nasale
Mobilité du massif nasal entier...
V/AUTRES FRACTURES DU SQUELETTE FACIAL:
1/Fractures de la mandibule:
A/Fractures du condyle: cliniquement:
-choc sur le me...
B/Fractures de la portion dentée de mandibule:
Clinique:-choc sur la mandibule
-DLR,stomatorragie,sialorrhée et impotence
...
Confirment la fracture en précisant son siège,les
caractéristiques du trait,sa situation par rapport au
canal mandibulaire...
VI. TRAUMATISMES DENTAIRES:
1/Contusion dentaire: DLR dentaire spontanée ou provoquée par
la morsure le froid sans anomali...
4/Complications précoces:
-L’ingestion accidentelle de dent ne nécessite pas de
suivre sa progression dans le tube digesti...
A la radio:retrouve un élargissement de l’interligne
articulaire et une propulsion du condyle mandibulaire
signent la prés...
-impotence fonctionnelle:la bouche reste ouverte
-Vacuité de la fosse mandibulaire juste avant le tragus
déshabitée le con...
VIII. Traumatismes combines et complexes
1.fractures panfaciales ou fracas de la face:
Ils résultent de la combinaison se ...
2.traumatisme balistique de la face (suicidés de la
face):
Habituellement par arme à feu, il entraîne
d’importantes pertes...
3.traumatisme de la face associé à un traumatisme
du rachis cervical et/ou un traumatisme crânien
Cette association est fr...
IX. Traitement
1.Buts
 Restituer l’anatomie et surtout la fonction manducatrice
 Minimiser les séquelles fonctionnelles ...
En l’absence de plaie , abord des foyers de
fractures par voies endobuccale et transcutanées
dans les plis et les zones p...
-Méthodes de réduction:
Traction instrumentale
Orthopédique : élastiques, arcs de Duclos, ligatures
d’Ivy au fil d’acier...
3.Indication:
Fonction du trait de fracture ( siège et
déplacement), du blessé (état dentaire,
âge )des possibilités techn...
.organes nobles:
Nerf facial: microchirurgie, anastomose
Canal de Sténon: suture sur cathéter
passé par caroncule
Œil+ can...
.Troubles de l’articulé dentaire: blocage intermaxillaire
pendant 30 à 40 jours, usage d’élastiques.
.Fractures des OPN dé...
X. CONCLUSION:
les traumatismes cranio-maxillo-faciaux sont de plus en
plus fréquents, les formes complexes de ces
traumat...
Traumatisme crâniofacial
Traumatisme crâniofacial
Traumatisme crâniofacial
Traumatisme crâniofacial
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Traumatisme crâniofacial

3 858 vues

Publié le

0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 858
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
44
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Traumatisme crâniofacial

  1. 1. Traumatisme cranio-maxillo-facial I. Introduction: 1)définition: 2)généralités: II. Rappels: 1)anatomique: 2)fonction: III. Etiopathogenie: 1)fréquence: 2) age et sexe: 3)étiologies: 4)mécanismes:
  2. 2. IV. Type de description : fracture du massif facial ppt dit. V. Fracture de la mandibule VI. Traumatismes dentaires et alvéolaires: 1)Contusion dentaire: 2)Luxation alveolodentaire: 3)Fracture dentaire: 4)Complications précoces: VII. Traumatismes de l ’ATM: 1)Contusions alvéolaire: 2)Lésion disco-ligamentaire: 3)Luxation T-M: 4)Complications précoces:
  3. 3. VIII Traumatismes combinés et complexes: 1)Fractures para faciales(fracas facial) 2)Traumatismes balistiques 3)Trauma de la face associé a un trauma du rachis cervical et ou trauma crânien: IX Traitement: 1)But: 2)Moyens: 3)Indications: X Conclusion:
  4. 4. I. Introduction: 1) Définition: ensemble des lésions de la face en rapport avec un trauma intéressant les téguments , parties molles et le cadre osteo-cartilagineux. 2) Intérêts: -grande fréquence (accidents de la circulation) -conséquences fonctionnelles et esthétiques. -urgence isolée ou s ’intégrant dans un cadre de poly-trauma II. Rappels: 1) anatomique: la face est classiquement divisée en 3 étages: -1/3 sup ou crânien -1/3 moy: massif facial proprement dit. -1/3 inf ou mandibulaire.
  5. 5. Le 1/3 sup et moy forment une structure très complexe qui comprend: -charpente osseuse: 5grands os (frontal ,maxillaire ,ethmoïde sphénoïde et le malaire) et 5 accessoires(palatin l ’os lacrymal, le cornet nasal inf ,le vomer et l ’os nasal). *le massif facial: structure osseuse fixe mais fragilisée par des cavités(sinus orbite et FN).sa vascularisation est très riche. 3varietés d ’os: -spongieux: voute palatine -papyracé fragile:plancher de l ’orbite et complexe ethmoïdal -compact solide condensé en 2 formations verticales résistantes: pilier ant: console nasofrontale: alvéole de la 1ere incisive-paroi ant du sinus frontal.
  6. 6. pilier latéral =console maxillo-malaire: naît de l’alvéole de la première molaire, suit le corps du molaire puis se bifurque en 2parties:sagittale ou zygomatique et verticale ou fronto-orbitaire externe. La reconstitution anatomique de ces piliers est un élément déterminant lors du traitement d’un trauma mettant en jeu leur stabilité. Lors des dégâts squelettiques maxillo-faciaux; les traits de fracture ont souvent un siége linéaire anatomiquement bien définit dessinant des lignes de faiblesses= lignes de LEFORT:
  7. 7. Architecture du massif facial : les piliers et les poutres.
  8. 8. * étage mandibulaire: os en fer a cheval ouvert en arrière contenant plusieurs parties: -partie centrale symphysaire(entre canines) -partie latérale :branche horizontale -partie angulaire ou gonion -partie post verticale:branche montante surmontée de 2 apophyses :ant c ’est le coroné ou s ’insère le tendon du temporal et post c ’est le condyle articulaire. la mandibule est creusée par le canal dentaire par ou passe le pédicule vasculo-nerveux dentaire inf assurant la vascularisation et l’innervation des dent inf,téguments du menton et la muqueuse vestibulo- jugale ant et labiale inf
  9. 9. *Pyramide nasale: le nez est formé de plusieurs partie: -l’arête nasale ou dos du nez:sépare les faces latérale -la racine du nez:entre les2 arcades sourcilières . -la pointe du nez:partie la plus saillante. Le nez est constitué d’un squelette osteocartilagineux en forme d’auvent : la partie osseuse sup: formée par: l’os nasal;l’os frontal et le processus frontal du maxillaire. la partie cartilagineuse inf formée de 2 cartilages principaux:le cartilage latéral et le grand cartilage alaire. Le cartilage lat. est soudé au cart lat opposé ainsi qu’au cartilage septal. le gd cart alaire a la forme d’1 U ouvert en bas.
  10. 10. III. ETIOPATHOGENIE: 1/Frq: croissante malgré les dispositions réglementaires sociales. 2/Age et sexe: homme jeune. enfant et femme non dispensés. 3/Etiologie: AVP;A domestiques;agressions;guerre; chute; catastrophes;sport ;travail…. 4/Mécanisme:*trauma direct+++ anteropost violent déstabilisant les piliers. *trauma balistiques. IV. Type de description : FRACTURE DU MASSIF FACIAL: 1/ Interrogatoire: après avoir éliminé ou trt une urgence vitale et un trauma du rachis cervical:on précise: - les modalités du trauma: circonstances;point d’impact direction et intensité; - l’existence de signes fonctionnelles:
  11. 11. Dlr spontanée ou provoquée; craquement lors du choc; gène fonctionnelle manducatrice visuelle ou respiratoire nasale. 2/ Examen clinique: *Examen de la face: -inspection: recherche de lésion du revêtement cutané ;de corps étranger ;d’1 hématome extériorisé par 1 orifice,une plaie ;d’1 déformation :enfoncement .asymétrie du visage . -Palpation: a la recherche de signes de farcture:deplacement osseux; mobilité anormale; ou de DLR exquise. Parfois 1 emphysème s/cut ou conjonctival:FR d’une paroi d’une cavité aérienne. *Examen endocavitaire: -les fosses nasales:RA :perméabilité ,plaie muq ,déformation ou déplacement parfois extériorisation du cartilage septal.
  12. 12. -La bouche: lésions muq, osseuse par la palpation de la mandibule ou du maxillaire par la perte de l’arrondi du cintre maxillo-zygomatique en coquille d’oeuf ; lésions dentaires ;d’1 écoulement dégluti ou de corps étranger. *Examen des fonctions: nécessite des examens repetes -Manducation: mvt de l’ATM; trismus… -Ophtalmo:complet. -Neurochirurgical: anosmie,pneumencephalie,rhinorrhée cérébrospinal(brèche dure-mérienne ) -Voies resp. hautes:ON ou gène respiratoires -Sensibilité:V1 cornéenne et cutanée(nez front paupière) V2 cutanée(nez joue lèvre sup.)muq (gencive maxillaire) et dentaire. V3 cutanée(lèvre inf et menton)muq dentaire et mandibulaire.
  13. 13. *Radiologie: orientée par la clinique: -Incidences standards après avoir éliminé une lésion du rachis .crâne F+P: Fr de la voûte .Incidence de blondeau;waters: explore le massif facial de face. .Mandibule défilé et la panoramique dentaire pour explorer la mandibule. Très souvent ces cliché sont suffisants pour explorer les fractures simples. -Incidences spécifiques de complément: .RX des OPN .Incidence axiale dégageant la ligne du plus grand contour de la face pour apprécier le recul d’1 os zygomatique et l’etat du processus temporal de l’os zygomatique. .Clichés stomatologiques:occlusal et retro-alvéolaire des coupes scannographiques :doute ou opportunité
  14. 14. Blondeau waters
  15. 15. 2/ QUATRES CAS DE FIGURES DE Fractures du massif facial: A/Fracture laterofaciales(zygomato maxillaire): Clinique:après un choc sur la pommette parfois avec épistaxis unilatérale;on trouve:-Un effacement de la pommette avec élargissement de l’hémiface traumatisée -Une hémorragie sous conjonctivale en flammèche. La palpation perçoit: -Décalage en marche d’escalier sur le rebord orbitaire inférieur déclanchant une douleur exquise . -Rupture de l’arrondi harmonieux du cintre zygomato maxillaire fracturé en coquille d’œuf avec douleur. -parfois mobilité nette du corps du zygomas avec emphysème sous cutané de la paupière inférieure.
  16. 16. La radio:les incidences standard suffisent habituellement: -Signes directs de fracture:décalage osseux sur la margelle infra orbitaire surtout a hauteur du foramen infra orbitaire,rupture et irrégularité du cintre zygomato maxillaire,diastasis de la suture zygomato maxillaire voir luxation nette.
  17. 17. -Signes indirects:asymétrie de forme des contours orbitaires:opacité due a un hémo sinus. Le scanner n’est nécessaire que si fracture compliquée. B/Fractures centro-faciales: Clinique: choc sur le nez avec parfois craquement douleur parfois syncopale,épistaxis bilatérale sont parfois constatées: -Déformation et ON objectivée au miroir de Glatzell -La RA plaie muqueuse laissant apparaître le cartilage septal fracturé et dévié Radio: incidences OPN et Blondeau suffisent pour l’analyse du déplacement. Complications précoces: -Géne respiratoire nasale uni ou bilatérale
  18. 18. -Ouverture de la fracture a la peau -Fracture communitive -Hématome de la cloison surtout chez l’enfant progressivement obstructif dont l’évacuation constitue une urgence pour éviter la lyse septique du cartilage C/Fractures du complexe naso-ethmoido-maxillo-fronto- orbitaire: Clinique:choc violent sur la région nasale: -Epistaxis + ON -Elargissement du recul entre les orbites et la pyramide nasale -Ecchymoses palpébrales en lunette(FR ethmoïdale) -Oedème palpébral précoce gênant l’appréciation d’un télécontus parfois associé a une diplopie statique accompagnant une enophtalmie et ou dynamique par atteinte de l’oculomotricité,un méplat frontal par embarrure dans les fractures étendues a l’os frontal
  19. 19. Radio:crâne (F+P) incidence de Blondeau complétée par un scanner du crâne. D/Fractures horizontales ou occluso-faciales: Traversant horizontalement a une hauteur variable le massif facial mobilisant l’arcade maxillaire créant ainsi un trouble occlusal LEFORT 1
  20. 20. FRACTURE DE Lefort 1 : Fracture sous-nasale horizontale et tend à séparer le bloc maxillaire du reste du massif facial. basse, au dessus des apex dentaires du maxillaire détachant sa portion dentée,en arrière la fracture intéresse l’os ptérygoïde a sa partie basse Clinique: La région nasale est enfoncée dans la partie moyenne de la face entre les orbites .Elle est parfois mobile avec les mouvements de la déglutition ou lorsque le blessé parle .
  21. 21. Une ecchymose palpébrale en lunette est habituelle, évocatrice d’une atteinte des labyrinthes ethmoïdaux La racine du nez , le rebord infra-orbitaire , le vestibule sont douloureux à la palpation qui retrouve une mobilité, dans leurs ensemble, du maxillaire et de la pyramide nasale désolidarisées du reste du massif faciale , Trouble de l’articulé dentaire avec béance incisive par contacts molaires prématurés. Radiographie: Outres les incidences standards demandées précédemment , un scanner complète les investigations radiographiques . IL permet de préciser la situation des traits de fractures notamment par rapport aux structures ethmoïdales(labyrinthe, lame criblée).
  22. 22. LEFORT2
  23. 23. Fracture de Lefort 2 : Fracture la plus fréquente. Le trait de fracture intéresse la glabelle et le massif ethmoïdal ainsi que les deux sinus maxillaires et les ptérygoïdes. Les traits de fractures sont complexes et l’analyse dans plusieurs plans est nécessaire. clinique: Après un choc sous nasal, ayant entraîné une impotence fonctionnelle (aspect figé, bouche entrouverte) une douleur faciale basse s’exagérant à la morsure , sont retrouvés:
  24. 24.  En bouche une mobilité de l’ensemble du maxillaire déclanchant une douleur exquise, parfois , au fond du vestibule, une ecchymose en fer à cheval .  Un trouble de l’articulé dentaire avec béance antérieure et contacts molaires prématurés par bascule en bas et en arrière du maxillaire. Le reste de la face est normal. Radiographie: - sur le Blondeau, une rupture de l’arrondie harmonieux du cintre maxillo-zygomatique. - sur le profil, un trait sur le processus ptérygoïde confirme le diagnostic.
  25. 25. LEFORT3
  26. 26.  Fracture de lefort 3 : Isolée, elle est exceptionnelle. Fracture la plus grave (vrai disjonction crânio-faciale). sectionne la pyramide nasale a la jonction fronto-nasale ,traverse l’orbite de dedans en dehors,puis détache le malaire du zygoma et de l’apophyse orbitaire externe, en arrière les ptérygoïdes sont fracturées a leur partie sup. C’est une fracture à haut risque neurologique car elle intéresse la lame criblée, l’orbite et son apex. Le diagnostic est plus facile sur les coupes frontales et le scanner à acquisition hélicoïdale . En pratique ce type de fracture résulte de la combinaison de plusieurs fractures: latéro-facial bilatérale,centro-faciale, occluso-faciale de type Lefort 1 ou 2.
  27. 27. Clinique: Enfoncement de la face avec faciès lunaire Effondrement de la pyramide nasale Mobilité du massif nasal entier(os zygomatique compris)par rapport au crâne . En bouche mobilisation difficile, du maxillaire entraînant l’ensemble du squelette facial sus- jacent, désolidarisé de le base du crâne.
  28. 28. V/AUTRES FRACTURES DU SQUELETTE FACIAL: 1/Fractures de la mandibule: A/Fractures du condyle: cliniquement: -choc sur le menton bouche entrouverte. -plaie sous mentonnière fréquente. -DLR et tuméfaction pré articulaire du coté fracturé -ouverture de la bouche et propulsion mandibulaire limitées avec déviation du coté fracturé. -articulé dentaire perturbé A la radio:panoramique, a défaut mandibule défilé et scanner au moindre doute confirme et précise le siège de fracture: -extra articulaire avec bascule en avant et en dedans du condyle et ascension de la branche montante. -Articulaire fracture capitale avec écrasement de la tête exposant l’articulation a l’ankylose redoutable chez l’enfant(trouble de la croissance de la mandibule).
  29. 29. B/Fractures de la portion dentée de mandibule: Clinique:-choc sur la mandibule -DLR,stomatorragie,sialorrhée et impotence fonctionnelle avec trismus antalgique. -Modifications de l’articulé dentaire par chevauchement, angulation ou décalage de fragments dentés dont le déplacement résulte de l’action des muscles abaisseur et élévateur de la mandibule. -Mobilité osseuse anormale avec plaie muqueuse entre les dents bordant le foyer de fracture -Signe de Vincent(anesthésie dans le territoire labiomentonnier du V3)pour fracture très déplacée. A la radio:panoramique et cliché occlusaux,mandibule défilée et face basse bouche ouverte:
  30. 30. Confirment la fracture en précisant son siège,les caractéristiques du trait,sa situation par rapport au canal mandibulaire et au nerf alvéolaire INF(V3) Complications précoces:hémorragie,hématome du plancher de bouche,détresse respiratoire haute par chute de la base de la langue,neurologiques avec signe de Vincent par section ou compression du V3 dans le canal mandibulaire ou a sa sortie au foramen mentonnier a hauteur de la première prémolaire.
  31. 31. VI. TRAUMATISMES DENTAIRES: 1/Contusion dentaire: DLR dentaire spontanée ou provoquée par la morsure le froid sans anomalies cliniques ou radio nécessitent une surveillance de la vitalité dentaire 2/Luxation alveolodentaire: complète: complètement expulsée de son alvéole elle sera précocement réimplanter; ou bien incomplète:dent mobile douloureuse légèrement sortie de son alvéole avec saignement du collet de la dent confirmée a la radio retro-alvelaire qui montre une absence de fracture et l’élargissement du ligament;une contention dentaire est parfois nécessaire et la surveillance de la vitalité est de rigueur 3/Fracture dentaire: de la couronne avec ou sans expulsion pulpaire,la dent est douloureuse surtout quand la pulpe est exposée. la fracture radiculaire suspectée devant la douleur exagérée par la morsure et une mobilité dentaire confirmée par le cliché rétro alvéolaire qui montre le trait de fracture.
  32. 32. 4/Complications précoces: -L’ingestion accidentelle de dent ne nécessite pas de suivre sa progression dans le tube digestif(radio répétées) -Par contre l’inhalation bronchique d’une dent ou d’un fragment de couronne ,de prothèse nécessite une fibroscopie bronchique a visée diagnostique et thérapeutique.les prothèses ou fragment de prothèse peuvent être a l’origine de détresse respiratoire nécessitant parfois une trachéotomie. VII. TRAUMATISMES DE L’ATM: 1/Contusions articulaires: gonflement pré articulaire;DLR spontanée ou a la mastication;impotence fonctionnelle avec trismus antalgique et une difficulté a la propulsion et a la diduction de la mandibule.
  33. 33. A la radio:retrouve un élargissement de l’interligne articulaire et une propulsion du condyle mandibulaire signent la présence d’un hématome et éliminent une fracture 2/Lésion disco ligamentaire: Soit lésion du disque (luxation ou fracture):bruit articulaire avec claquement ou craquement;phénomène de blocage,ou bien étirement ligamentaire. Ces lésions s’accompagnent d’une impotence fonctionnelle manducatrice. 3/Luxation temporo mandibulaire: Uni ou bilatérale suite a un choc sur la symphyse mentonnière alors que la bouche était entrouverte;elle se manifeste par:
  34. 34. -impotence fonctionnelle:la bouche reste ouverte -Vacuité de la fosse mandibulaire juste avant le tragus déshabitée le condyle mandibulaire luxée vers l’avant. -une absence de contact dentaire. -DLR intense de l’articulation qui cède immédiatement après réduction. Un cliché panoramique est immédiatement demander(éliminer une fracture) 4/Complications précoces: La principale complication serait de méconnaître ou de sous estimer ces lésions chez un malade comateux par exemple. La décompensation d’un équilibre articulaire précaire sous forme d’un SD algo-dysfonctionnel est fréquent.
  35. 35. VIII. Traumatismes combines et complexes 1.fractures panfaciales ou fracas de la face: Ils résultent de la combinaison se fractures occluso-faciale, latéro-faciale et CNEMTO,associées ou non à une ou plusieurs fractures mandibulaires. Les patients sont habituellement hospitalisés en réanimation parfois dans le coma et la recherche de complications fonctionnelles dans ce cas s’avère délicate.des lésions dentaires sont habituelles et doivent ne pas être oubliées dans l’inventaire et mentionnées sur le certificat médical descriptif des lésions ( valeur médico- légale).les complications fonctionnelles sont fréquentes.le traitement est délicat.
  36. 36. 2.traumatisme balistique de la face (suicidés de la face): Habituellement par arme à feu, il entraîne d’importantes pertes de substance des parties molles et osseuses. les fractures sont pluri-focales et multi esquilleuses rendant très difficiles la contention de ces fractures et la réhabilitation s’accompagnent de complications fonctionnelles graves touchant la vue, la respiration, la phonation , la déglutition.
  37. 37. 3.traumatisme de la face associé à un traumatisme du rachis cervical et/ou un traumatisme crânien Cette association est fréquente. Les lésions rachidiennes sont généralement des conclusions peu graves (port d’une minerve ou d’un collier) mais parfois il s’agit de fracture ou de luxation aux conséquences redoutables qui doivent inciter à observer une prudence dans le déroulement de l’examen clinique et radiographique de la face.
  38. 38. IX. Traitement 1.Buts  Restituer l’anatomie et surtout la fonction manducatrice  Minimiser les séquelles fonctionnelles et esthétiques 2.Moyens -Médicaux:  Antibiotiques, antalgiques, anti-inflammatoires, bains de bouche, antiseptiques, sérovaccination antitétanique -Chirurgicaux: .Les voies d’abord voie directe  La meilleure voie est celle de la plaie, intervention impérative dans les 72heures (attention à l’infection après 6 heures)
  39. 39. En l’absence de plaie , abord des foyers de fractures par voies endobuccale et transcutanées dans les plis et les zones pileuses. Voie endobuccale: vestibule Orbite: queue du sourcil, sourcilière interne, patte d’oie, sous-ciliaire (sus-orbitaire), canthus interne, conjonctivale, palpébrale inférieure Abord latéral: Voie temporale de Gillies De l’ATM sous angulo-mandibulaire
  40. 40. -Méthodes de réduction: Traction instrumentale Orthopédique : élastiques, arcs de Duclos, ligatures d’Ivy au fil d’acier 4/10mm Sanglante: ostéosynthèse par fil d’acier,3/10 ou 4/10mm , mini-plaques, vis -Reconstruction: greffes osseuses (iliaque, côte) , plasties lambeaux, un traitement des séquelles -Rééducation :mécanothérapie, massage, manducation.
  41. 41. 3.Indication: Fonction du trait de fracture ( siège et déplacement), du blessé (état dentaire, âge )des possibilités techniques, des lésions associées. -Enfants: traitement presque toujours orthopédique. -Adulte: .fracture déplacée: réduction puis contention par ostéosynthèse
  42. 42. .organes nobles: Nerf facial: microchirurgie, anastomose Canal de Sténon: suture sur cathéter passé par caroncule Œil+ canal lacrymal: ophtalmologie Diplopie par incarcération du muscle droit inférieur: désincarcération avec éventuelle plastie du plancher orbitaire.
  43. 43. .Troubles de l’articulé dentaire: blocage intermaxillaire pendant 30 à 40 jours, usage d’élastiques. .Fractures des OPN déplacées: réduction et contention par méchage et attelle plâtré pendant 8 à 15 jours. -Surveillance: Matériel d’immobilisation Bonne hygiène bucco-dentaire, cutanée et organes nobles. Contrôle clinique et radiologique. Rééducation après ablation de la contention orthopédique.
  44. 44. X. CONCLUSION: les traumatismes cranio-maxillo-faciaux sont de plus en plus fréquents, les formes complexes de ces traumatismes doivent faire rechercher des lésions extra-faciales associées. Toutes les lésions traumatiques de la face ont des répercussions esthétiques et fonctionnelles importantes et sont au mieux traitées par une prise en charge la plus précoce possible et la plus complète possible avant la consolidation des fractures.

×