Troubles de l’olfaction
GENERALITES:
• L’odorat est le sens qui permet de percevoir les
signaux chimiques véhicules par l’air ambiant et
nous rens...
Rappel
anatomophysiologique
muqueuse olfactive
• Tapisse la fente olfactive au sommet des
fosses nasales sur une surface de 2 à3
cm² formé d’un chorio...
Bulbe olfactif:
• Formation paires allongées au contact
bullaire éthmoïdale
• Il est connecté à l’encéphale par deux
pédon...
Centre olfactif
• L’information est transmise vers deux
destinations finales
1- néo corticale: traverse le thalamus se
ter...
Physiologie
• Intéresse toutes les molécules dont le poids est
compris entre 30 et 300 micro gr
• Les particules plus peti...
• L’olfaction rétro narinaire est efficace 100%
ou les choanes sont largement ouvertes sur
le cavum et la fente olfactive ...
Epidémiologie
• Age: à tout âge
de 15 – 65 ans
• sexe : féminin
elles sont plus spécialiste que les hommes
en terme de dét...
Diagnostic positif
• Interrogatoire:
permet d’orienter le diagnostic et surtout guider les
explorations on doit préciser:
...
• Signes physiques
doit comporter un examen clinique général et des
paires crâniennes
-rhinoscopie ant:
Explore le planche...
Endoscopie nasale:
• Rigide en utilise un optique 0°,30°,70°
Permettent d’explorer les cavités nasales
• Le fibroscope opt...
Examen complémentaires
1- Radiologie:
-radio standard: elles sont plus utilisées dans
l’exploration de l’odorat permet de ...
2- exploration fonctionnelles:
La rhinomanométrie peut être ant ou post elle permet
d’objectiver une obstruction nasale so...
• Scratch and sniff:
-Ce test permet d’ analyser les réponses d’un sujet
en utilisant 40 odorants, ces substances sont
pré...
*Détection simple de consultation:
C’est un test simple le flacon contient un odovecteur à une
certaine concentration;
Le ...
Olfactomtrie
• Permet d’exploré l’épithélium olfactif par
l’intermédiaire d’un flux contrôlé de
molécules entraîné par un ...
*POTENTIEL EVOQUEE OLFACTIF:
Exploration centrale du système olfactif par la
méthode des potentiels évoques rencontre
plus...
DIAGNOSTIC DIFFRENTIEL
• Hallucination psychogène: à la
recherche d’une tumeur
frontale
Diagnostic Etiologique
• Pathologie du système olfactif périphérique :
1- pathologie non traumatique:
*affections nasales et sinusiennes:
 Coryz...
pathologie traumatique :
• Sur plus de 8000 patients ,l’incidence anosmie post
traumatique à été évalué
• la probabilité d...
Pathologie centrale ou
lésionnelle
• On sait que chacun des hémisphères est
capable de reconnaître les odeurs mais que le
...
Maladies dégénératives
• Alzheimer :
L’identification des odeurs est perturbé
• Parkinson:
Augmentation du seuil de détect...
Trouble olfactive associe
• Syndrome de Kallmann:
Un hypogonadisme hypogonadotrophie
associé à l’anosmie
Le gène responsab...
conclusion
• Les trouble de l’olfaction est un motif de
consultation peu fréquent mais toute
praticien doit conaitre et ma...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Trouble de l'olfaction

629 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
629
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
26
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Trouble de l'olfaction

  1. 1. Troubles de l’olfaction
  2. 2. GENERALITES: • L’odorat est le sens qui permet de percevoir les signaux chimiques véhicules par l’air ambiant et nous renseigne sur la composition chimique de notre milieu extérieur. • Le sens olfactif se distingue par de très grande variabilité inter individuelle des sensibilités • Les troubles de l’olfaction sont classé selon leurs origine en périphériques ou centrales et selon leurs associations a d’autres pathologies.
  3. 3. Rappel anatomophysiologique
  4. 4. muqueuse olfactive • Tapisse la fente olfactive au sommet des fosses nasales sur une surface de 2 à3 cm² formé d’un chorion vascularisé et d’un neuro épithélium qui contient des neuro récepteurs ,cellules de soutiens, et des cellules basales séparé par une mince lame basale.
  5. 5. Bulbe olfactif: • Formation paires allongées au contact bullaire éthmoïdale • Il est connecté à l’encéphale par deux pédoncules –Externe :le relie au cortex piriforme et au tubercule olfactif –Interne: se termine dans le noyau olfactif ant
  6. 6. Centre olfactif • L’information est transmise vers deux destinations finales 1- néo corticale: traverse le thalamus se termine dans le Néo cortex fronto sus orbitaire 2- sous corticale: se projette vers l’AMG temporale ;l’hippocampe , et hypothalamus ces projection sont toutes ipsilaterales
  7. 7. Physiologie • Intéresse toutes les molécules dont le poids est compris entre 30 et 300 micro gr • Les particules plus petite ne véhicules pas une énergie suffisante pour activer les récepteurs • Les particules plus grosses ne sont pas assez volatiles . • Du fait de l’étroitesse des fosses nasales vers l’avant et le dvpt des cornets inf et moyen ;moins de 10% des molécules aspires par les narines atteignent le neuro épithélium
  8. 8. • L’olfaction rétro narinaire est efficace 100% ou les choanes sont largement ouvertes sur le cavum et la fente olfactive est très proche • Le méssage sort du noyau olfactif est filtré par plusieurs. couches d’inter neurones inhibiteurs ce qui aboutissent à la formation d’une image olfactive nette qui sera interprété par l’étage cortical qui implique un apprentissage préalable de part du sujet. • En cas de stimulation prolongé l’intensité s’attenue en quelque secondes et finit par s’annuler complètement .
  9. 9. Epidémiologie • Age: à tout âge de 15 – 65 ans • sexe : féminin elles sont plus spécialiste que les hommes en terme de détection et d’identification des odeurs
  10. 10. Diagnostic positif • Interrogatoire: permet d’orienter le diagnostic et surtout guider les explorations on doit préciser: - Sexe , poids , profession - Ancienneté des troubles - Mode d’installation brutal ou progressif - Association à des troubles du gout - Le caractère des troubles: anosmie ,hyposmie, - Recherche d’une pathologie pré existante tq un asthme, PNS, infection , trauma crânien , prise médicamenteuse, - L’évolution des troubles
  11. 11. • Signes physiques doit comporter un examen clinique général et des paires crâniennes -rhinoscopie ant: Explore le plancher des fosses nasales , plafond, cornet inf et moyen, et le septum Précise l’état de la muqueuse , du méat surtout le méat moyen âpres rétraction à la xylo naphtazoline Recherche d’une néo formation avec précision de ses caractères -rhino post: Exploration du cavum et des choanes - En complété notre examen par un examen ORL complet a savoir une otoscopie et un LID
  12. 12. Endoscopie nasale: • Rigide en utilise un optique 0°,30°,70° Permettent d’explorer les cavités nasales • Le fibroscope optique souple d’utilisation plus facile permet d’explorer l’ensemble des cavités nasales et le cavum ainsi que l’ensemble des méats • On peut découvrir ainsi les lésions polypodies ,tumorales ,obstructive ou simplement inflammatoires.
  13. 13. Examen complémentaires 1- Radiologie: -radio standard: elles sont plus utilisées dans l’exploration de l’odorat permet de mettre en évidence une pathologie préexistante tel qu’ une sinusite ou tum nasosinusienne -scanner des sinus: avec étude de l’étage ant de la base du crane ainsi que l’ensemble des fosses nasales -IRM: elle est associé ou non a un scanner et surtout pour le diagnostic étiologique À la recherche d’une cause centrale exemple une tumeur cérébrales
  14. 14. 2- exploration fonctionnelles: La rhinomanométrie peut être ant ou post elle permet d’objectiver une obstruction nasale son caractère vasomoteur ou non Elle permet être associé à des tests de provocations 3- explorations objective : Sont les mesures de l’activité olfactive ou acuité olfactive *Rhinomanometrie : ant permet d’enregistrer Des variations du débit respiratoire âpres l’introduction de différentes substances olfactives après un enregistrement En utilise 4 substances pyridine , ammoniac , lavande, eau de rose Il suffit d’observer la variation du rythme respiratoire induit par ces substances
  15. 15. • Scratch and sniff: -Ce test permet d’ analyser les réponses d’un sujet en utilisant 40 odorants, ces substances sont présentés à une concentration unique micro encapsulés sur un papier -Le patient gratte et renifle l’air odorant, le sujet choisit 4 noms de substances odorantes qui correspondent à la sensation olfactive perçue -Les résultats sont examiner par le testeur et correspondent à un chiffre noté dans un tableau Ce tableau est constitués en fonction de l’âge du sujet et de son sens En pourra placer le sujet anosmique pure ,normo osmique , micro osmique ou simulateur.
  16. 16. *Détection simple de consultation: C’est un test simple le flacon contient un odovecteur à une certaine concentration; Le testeur présente 2 flacon d’apparence identique l’un correspond au placebo l’autre à l’odovecteur Le sujet doit préciser celui contenant la substance odorante *l’olfactometrie de Vander Enkhaut: il étudie à l’aide d’un stimuli olfactif les variations des différents paramètres neuro végétatifs Paramètre tensionnel ;fréquence cardiaque, débit respiratoire ;volume respiratoire ; ampliation thoracique .Les résultats expriment d’abord les variations des différents paramètres neurovégétatifs et en donne une notation en fonction des réponses obtenues ces le domaine de l’odorat : absence de réponse ; réponse reflexe dans les résultats sont réponse forte ; faible ; et réponse très intense . *OLFACTOMETRIE DE TOYOTA ET TAKAGI: Il utilise 5 odeurs différentes ces odeurs sont dilués dans l’huile de soja .
  17. 17. Olfactomtrie • Permet d’exploré l’épithélium olfactif par l’intermédiaire d’un flux contrôlé de molécules entraîné par un gaz vecteur indolore.
  18. 18. *POTENTIEL EVOQUEE OLFACTIF: Exploration centrale du système olfactif par la méthode des potentiels évoques rencontre plusieurs sorte de difficultés car stimulation olfactive ne peut être établi avec le temps de montée rapide Ainsi que l’adaptation réduit sensiblement la possibilité de donner de nombreuse réponses individuelles et que le signal recueilli n’est pas contaminé ou l’activation tregiminale Le choix de sulfure d’hydrogène comme stimulus proprement olfactif et dioxyde de Carbonne comme stimuli tregiminale à été recommandé
  19. 19. DIAGNOSTIC DIFFRENTIEL • Hallucination psychogène: à la recherche d’une tumeur frontale
  20. 20. Diagnostic Etiologique
  21. 21. • Pathologie du système olfactif périphérique : 1- pathologie non traumatique: *affections nasales et sinusiennes:  Coryza aigue et rhinite allergique : hyposmie provenant d’ un œdème de la muqueuse nasale et olfactive( syphilis –névrite).  Rhinite chronique en particulier celle comportant des croutes (ozène )  Sinusite maxillaire ou postérieur peuvent bloquer la fente olfactive par un œdème  Polypose ethmoido nasale allergique ou non  Les corps étranger des fosses nasales entrainant une cacosmie  Les tumeurs des fosses nasales et du cavum peuvent entrainer une obstruction nasale uni ou bilatérale .  Les tumeurs de la placode olfactive  Affection nasale d’origine virale . La restauration semble plus lente qu’âpres une lésion traumatique
  22. 22. pathologie traumatique : • Sur plus de 8000 patients ,l’incidence anosmie post traumatique à été évalué • la probabilité d l’anosmie augmente avec la sévérité du traumatisme elle est également en fonction de sensibilité. • Les mécanismes de l’atteinte olfactive traumatique peuvent être classé en trois catégories: -Lésions du noyau olfactif au niveau des perforations de la lame criblé de l’ethmoïde . -Lésions des voies nasales avec les fractures de la base du crane. -lésions cérébrales par contusion, hémorragie et œdème • Une amélioration de l’état olfactive des patients âpres déficit d’origine traumatique à été estimé à 40% des cas.
  23. 23. Pathologie centrale ou lésionnelle • On sait que chacun des hémisphères est capable de reconnaître les odeurs mais que le seul cerveau gauche à en général la possibilité de les nommer • La reconnaissance et l’identification sont atténué par les lobectomie temporale. • Les patients porteurs de lésions frontales présentent aussi des troubles de discrimination et d’identification.
  24. 24. Maladies dégénératives • Alzheimer : L’identification des odeurs est perturbé • Parkinson: Augmentation du seuil de détection et une difficulté d’identification
  25. 25. Trouble olfactive associe • Syndrome de Kallmann: Un hypogonadisme hypogonadotrophie associé à l’anosmie Le gène responsable c’est Kal localisé sur le chromosome X; il produit une protéine KALP qui joue un rôle important dans le développement du système nerveux
  26. 26. conclusion • Les trouble de l’olfaction est un motif de consultation peu fréquent mais toute praticien doit conaitre et maîtrisé sa prise en charge.

×