Tumeurs du voile du palais

1 268 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 268
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tumeurs du voile du palais

  1. 1. I/ Introduction :I/ Introduction : - Le voile du palais ou palais mou est une cloison musculo-- Le voile du palais ou palais mou est une cloison musculo- membraneuse, mobile et contractile qui prolonge la voûtemembraneuse, mobile et contractile qui prolonge la voûte palatine, séparant l’oropharynx du cavum.palatine, séparant l’oropharynx du cavum. - 60% des tumeurs salivaires endobuccales sont retrouvées dans- 60% des tumeurs salivaires endobuccales sont retrouvées dans la région palatine dominées par l’adénome pléomorphe pour lesla région palatine dominées par l’adénome pléomorphe pour les tumeurs bénignes et le carcinome adénoïde kystique pour lestumeurs bénignes et le carcinome adénoïde kystique pour les tumeurs malignes.tumeurs malignes. - Les tumeurs malignes des parties molles non salivaires sont- Les tumeurs malignes des parties molles non salivaires sont dominées par les carcinomes épidermoïdes.dominées par les carcinomes épidermoïdes.
  2. 2. II/ Rappel anatomique :II/ Rappel anatomique : Le palais est une cloison séparant en haut les fosses nasales deLe palais est une cloison séparant en haut les fosses nasales de la cavité orale en bas.la cavité orale en bas. Il représente la paroi supérieure de la cavité buccale, constituéIl représente la paroi supérieure de la cavité buccale, constitué de deux parties:de deux parties: 1- Voûte palatine :1- Voûte palatine : appelée aussi palais dur, ou palais osseux.appelée aussi palais dur, ou palais osseux. Située horizontalement à la moitié antérieure.Située horizontalement à la moitié antérieure. Porte l’arcade dentaire maxillaire.Porte l’arcade dentaire maxillaire. Constituée d’un plan osseux recouvert d’une muqueuse et deConstituée d’un plan osseux recouvert d’une muqueuse et de glandes salivaires accessoires.glandes salivaires accessoires. Composée en avant par la face inférieure de l’apophyseComposée en avant par la face inférieure de l’apophyse palatine du maxillaire, en arrière par la face inférieure de lapalatine du maxillaire, en arrière par la face inférieure de la lame horizontale du palatin.lame horizontale du palatin. Perforée en avant par le foramen incisif médian et en arrière etPerforée en avant par le foramen incisif médian et en arrière et latéralement par les foramens grand et petit palatin.latéralement par les foramens grand et petit palatin. L’artère sphénopalatine passe par le foramen incisif.L’artère sphénopalatine passe par le foramen incisif. L’artère palatine descendante par le foramen grand palatin.L’artère palatine descendante par le foramen grand palatin. Le territoire sensitif du palais est sous la dépendance du nerfLe territoire sensitif du palais est sous la dépendance du nerf maxillaire (V2).maxillaire (V2).
  3. 3. 2- Voile du palais :2- Voile du palais : appelé aussi palais mou.appelé aussi palais mou. ** Une structure fibromusculaire, presque perpendiculaire auUne structure fibromusculaire, presque perpendiculaire au palais dur, souple et mobile se poursuivant par l’uvule.palais dur, souple et mobile se poursuivant par l’uvule. ** Situé en arrière du palais dur, centré sur l’uvule palatineSitué en arrière du palais dur, centré sur l’uvule palatine (luette) d’où se détache deux replis, en avant : le repli(luette) d’où se détache deux replis, en avant : le repli palatoglosse, en arrière : le repli palato pharyngien.palatoglosse, en arrière : le repli palato pharyngien. ** Constitué d’une charpente fibreuse, d’une muqueuse et de cinqConstitué d’une charpente fibreuse, d’une muqueuse et de cinq muscles pairs.muscles pairs. -- Une charpente fibreuse : l’aponévrose palatine.Une charpente fibreuse : l’aponévrose palatine. - Muscles :- Muscles : _ Présentant une insertion fixe sur la base du crâne et le_ Présentant une insertion fixe sur la base du crâne et le maxillaire supérieurmaxillaire supérieur _ Disposés de façon symétrique par rapport à la ligne médiane_ Disposés de façon symétrique par rapport à la ligne médiane d’avant en arrière: élévateur du voile, tenseur du voile, muscled’avant en arrière: élévateur du voile, tenseur du voile, muscle uvulaire, palatoglosse, palatopharyngien.uvulaire, palatoglosse, palatopharyngien. _ A l’exception du muscle tenseur du voile (innervé par le V3)_ A l’exception du muscle tenseur du voile (innervé par le V3) tous les autres muscles sont innervés par le (X).tous les autres muscles sont innervés par le (X). _ La sensibilité est sous la dépendance du (V2)._ La sensibilité est sous la dépendance du (V2).
  4. 4. III/ Rappel physiologique :III/ Rappel physiologique : Le palais mou ou voile du palais, joue un rôle essentielLe palais mou ou voile du palais, joue un rôle essentiel dans le premier et le second temps de la déglutition endans le premier et le second temps de la déglutition en orientant les aliments vers le pharynx.orientant les aliments vers le pharynx. Il joue également un rôle dans la phonation en orientantIl joue également un rôle dans la phonation en orientant l’air vers les cavités nasales ou orales.l’air vers les cavités nasales ou orales. En enfin indirectement dans l’audition en participant àEn enfin indirectement dans l’audition en participant à l’ouverture normale de la trompe d’eustache.l’ouverture normale de la trompe d’eustache.
  5. 5. 1- Interrogatoire : - ATCD médicochirurgicaux. - Notion de prise médicamenteuse. - Alcoolisme chronique, tabagisme. - Pathologies d’autres glandes salivaires. 2- Signes fonctionnels : - Une simple gène (contact d’aliments salés, acides, ou épices) - Une sensation de corps étranger à la déglutition de la salive allant parfois à une dysphagie. - Une gène de l’ouverture buccale. - Des troubles de phonation. - Des otalgies réflexes. - Des adénopathies cervicales. IVIV// Diagnostic positif :Diagnostic positif :
  6. 6. 3- Examen clinique : - L’examen de la tumeur du voile du palais est le plus souvent aisé sous un bon éclairage en vision directe pour le palais osseux et la paroi antérieure du voile du palais et le reste de la cavité buccale. - Soit en vision indirecte en déplissant la muqueuse et en s’aidant de la palpation. * L’inspection endobuccale : - Visualiser la tumeur - Apprécier sa localisation, son aspect macroscopique, son étendue au reste de la cavité buccale (joue, gencive, région amygdalienne). - Apprécier la mobilité du voile du palais à la phonation. * La palpation endobuccale : - Apprécier la consistance,la recherche d’une induration (limites), la sensibilité.
  7. 7. * Une endoscopie laryngée, une nasofibroscopie pour visualiser l’étage glottique et les sinus piriformes. * L’examen des autres glandes salivaires (parotide, sous mandibulaire). * L’examen des aires ganglionnaires cervicales à la recherche d’adénopathies cervicales. - Au terme de cet examen clinique, la réalisation d’une biopsiela réalisation d’une biopsie sous une anesthésie de contact assurera seule le diagnostic.assurera seule le diagnostic. - Cette biopsie se fait à la pince ou au bistouri froid, en bordure de la lésion à cheval entre muqueuse saine et muqueuse pathologique.
  8. 8. 4- Examens complémentaires : A- Panoramique dentaire : apprécier l’état dentaire et rechercher une lyse osseuse d’origine néoplasique. B- Pan endoscopie : Hypopharyngoscopie, oesopharyngoscopie, broncho-trachéoscopie à la recherche d’une 2ème localisation. C- TDM cervico-facial : L’acquisition des images est le plus souvent millimétrique. L’injection d’iode est indispensable pour explorer les parties molles. Au niveau tumoral, cet examen permet une excellente évaluation des structures osseuses et la visualisation des adénopathies. D- IRM : Examen beaucoup plus long que la TDM. L’acquisition se fait en séquence pondérée T2, T1 après injection
  9. 9. A/ Lésions précancéreuses : 1/ Lésions blanches :1/ Lésions blanches : - Lichen plan. - Leucoplasie - fibrose sous muqueuse - kératoses congénitales : dyskératose congénitale, de Mibelli. 2/ Lésions rouges :2/ Lésions rouges : -Papillomatose orale floride -Erythroplasie de Queyrat B/ Localisations véliques des maladies spécifiques:B/ Localisations véliques des maladies spécifiques: 1/ Syphilis:1/ Syphilis: - la localisation palatine est la plus rares des localisations buccales. - Dans le chancre syphilitique primaire on trouve une ulcération indolore a base indure avec des adénopathies. V/ Diagnostic différentiel :V/ Diagnostic différentiel :
  10. 10. 2- tuberculose:2- tuberculose: - Ceux sont des localisations secondaires.- Ceux sont des localisations secondaires. - Réalise un ulcère irrégulier blanchâtre exsudatif et douloureux- Réalise un ulcère irrégulier blanchâtre exsudatif et douloureux avec des adénopathies.avec des adénopathies. C/ Extension d’une tumeur de voisinage:C/ Extension d’une tumeur de voisinage: ((tumeurstumeurs mixtesmixtes des prolongements pharyngdes prolongements pharyngéés de las de la parotide)parotide)..
  11. 11. A-A- Tumeur des parties molles non salivaires:Tumeur des parties molles non salivaires: Tumeurs bénignes:Tumeurs bénignes: Origine conjonctive:Origine conjonctive: * Fibrome:* Fibrome: Fréquence:Fréquence: rare, se voit surtout chez l’adulte.rare, se voit surtout chez l’adulte. Clinique:Clinique: tumeur ferme, bien limitée, indolore.tumeur ferme, bien limitée, indolore. Histologie:Histologie: prolifération de fibres conjonctives et collagène.prolifération de fibres conjonctives et collagène. Trt:Trt: eexxéérrèèse chirurgicale complète, guérison sans récidives.se chirurgicale complète, guérison sans récidives. * Angiofibrome:* Angiofibrome: Fréquence:Fréquence: rare, se voit surtout chez les jeunes garçon.rare, se voit surtout chez les jeunes garçon. Clinique:Clinique: tumeur non encapsulée, exophytique, infiltrante.tumeur non encapsulée, exophytique, infiltrante. Histologie:Histologie: tumeur conjonctive hyper vasculaire.tumeur conjonctive hyper vasculaire. Trt:Trt: embolisation des artères afférentes de la tumeur.embolisation des artères afférentes de la tumeur. VIVI// Diagnostic étiologique:Diagnostic étiologique:
  12. 12. •Fibroblastome desmoplastique:Fibroblastome desmoplastique: Fréquence:Fréquence: rare, se voit surtout entre 50-60 ans.rare, se voit surtout entre 50-60 ans. Clinique:Clinique: tumeur bénigne a croissance lente.tumeur bénigne a croissance lente. Histologie:Histologie: réaction positive a la vimentine en immunohistochimie.réaction positive a la vimentine en immunohistochimie. Trt:Trt: eexxéérrèèse chirurgicale complète avec guérison.se chirurgicale complète avec guérison. Origine épithéliale:Origine épithéliale: * Papillome:* Papillome: Fréquence:Fréquence: surtout le bord libre du voile et la luette, surtout lessurtout le bord libre du voile et la luette, surtout les filles.filles. Clinique:Clinique: tumeur exophytique, pédicultumeur exophytique, pédiculéé avec un aspect deavec un aspect de chou-fleur; muqueuses kératinise avec aspect blanchâtre.chou-fleur; muqueuses kératinise avec aspect blanchâtre. Histologie:Histologie: d’origine virale, un papilloma virus, une exagérationd’origine virale, un papilloma virus, une exagération tumorale de la structure papillaire des muqueuse malpighienne.tumorale de la structure papillaire des muqueuse malpighienne. Trt:Trt: eexxéérrèèse chirurgicale complète, guérison sans récidives.se chirurgicale complète, guérison sans récidives.
  13. 13. Origine musculaire:Origine musculaire: ** LeLeïïomyome:omyome: Fréquence:Fréquence: rare.rare. Clinique:Clinique: tumeur nodulaire sessile, durcissant a la palpation et autumeur nodulaire sessile, durcissant a la palpation et au froid.froid. Histologie:Histologie: prolifération de fibres musculaires lisses intriquéesprolifération de fibres musculaires lisses intriquées avec des fibres collagènes.avec des fibres collagènes. Trt:Trt: eexxéérrèèse chirurgicale complète.se chirurgicale complète. * Rhabdomyome:* Rhabdomyome: Fréquence:Fréquence: très rare, surtout le palais mou, chez l’enfant++.très rare, surtout le palais mou, chez l’enfant++. Clinique:Clinique: tumeur nodulaire sous muqueuse, ferme, indolore avectumeur nodulaire sous muqueuse, ferme, indolore avec muqueuse saine.muqueuse saine. Histologie:Histologie: prolifération de fibres musculaires striéesprolifération de fibres musculaires striées anarchiques.anarchiques. Trt:Trt: -- eexxéérrèèse chirurgicale complète avec guérison.se chirurgicale complète avec guérison. - Plusieurs cas de transformation maligne.- Plusieurs cas de transformation maligne.
  14. 14. Origine lipidique :Origine lipidique : * Lipome:* Lipome: Fréquence : rare Clinique: tumeur sous muqueuse bien limitée indolore., de consistance molle, de surface lisse, de coloration jaunâtre sous la muqueuse. Histologie : association de tissu adipeux et fibromateux. Trt : exérèse chirurgicale complète sans récidive. Origine nerveuse :Origine nerveuse : * Schwanomes :* Schwanomes : Fréquence : rare Clinique : petites tumeurs de consistance molle ou dure encapsulées recouvertes de muqueuse normale, pas de signes fonctionnels, pas de douleurs. Histologie : hétérogeneïté structurale, alternance de cellules fusiformes et de zones lâches fibrillaires Trt : exérèse chirurgicale, la récidive est exceptionnelle.
  15. 15. Origine vasculaire :Origine vasculaire : * Hémangiomes :* Hémangiomes : Fréquence : Retrouvé au niveau du palais osseux ou le voile. Origine malformative. Clinique : Angiome plan ou angiomes caverneux violacés Extension appréciée par l’artériographie. * Lymphangiomes :* Lymphangiomes : Fréquence : rare Clinique : Lésion papillaire rougeâtre
  16. 16. Tumeurs malignes :Tumeurs malignes : Origine épithéliale :Origine épithéliale : * Carcinome épidermoïdes : Épidémiologie : - Fréquence : 5-12% des kc de la cavité buccale - Age : 50-70 ans avec prédominance masculine - Facteurs favorisants : alcoolisme, tabagisme, lésion précancéreuses. Anapath: 3 formes: ulcero-infiltrant, erythroplasie maligne, forme serpigineuse. Clinique: SF: Dysphagie, sensation de corps étranger,Otalgie,rhinolalie ouverte, reflux du liquide par le nez. Ex clinique :Tumeur irrégulière, bourgeonnante, avec un centre ulcéré saignant au contact. Évaluation de l’extension tumorale : Latérale : pilier ant, loge amygdalienne. Haute : fosse pterygo maxillaire, paroi latérale du cavum. Antérieure : voûte palatine, Exploration de la mobilité du voile du palais.
  17. 17. Classification :Classification : TNM des cancers de la cavité buccale UICC 2002 Trt :Trt : But :  freiner l’évolution, éviter les récidives. Moyens :  Repose essentiellement sur la radiothérapie. La chirurgie à cause de son caractère mutilant est indiquée pour  les petites tumeurs La chimiothérapie (5Fu, cisplatine) La curiethérapie  Indications :  - Petite tumeur de la luette < 1cm :   curiethérapie ou chirurgie  seule . - autres tumeurs :     irradiation transcutané de la lésion Iaire  et  les ADP (50gray)   - pour les grosses tumeurs une chimiothérapie néo adjuvante.  Résultats :  - Taux de survie à 5 ans est 20-40 % 
  18. 18. * Mélanome:* Mélanome:  Fréquence: une entité rare  Clinique: lésion pigmentée,isolée asymétrique, à bords irréguliers  Trt: exérèse totale large avec une maxillectomie si atteinte du  palais osseux.   Origine conjonctive :Origine conjonctive : * Fibrosarcome :* Fibrosarcome :  Fréquence: surtout l’adulte jeune , un 2ème pic après 5 ans. Clinique: Tumeur  profonde , ferme, mal limitée, indolore  muqueuse érythémateuse puis ulcérée.  Évolution : forme métastatique de pronostic défavorable. Trt : au stade de début = une chirurgie large + radiothérapie. 
  19. 19. Origine musculaireOrigine musculaire   * Myosarcome : * Myosarcome :  Origine lipidiqueOrigine lipidique   * Liposarcome :* Liposarcome :  Tumeur maligne à évolution rapide  Le Trt : une exérèse chirurgicale radiothérapie  Origine vasculaireOrigine vasculaire  * Maladie de Kaposi:* Maladie de Kaposi:  Définition: une hyperplasie endothéliale sans pouvoir métastatique L’implication de l’herpès virus  HHV8  Fréquence: entre dans le cadre d’une atteinte généralisée  Clinique : plusieurs maculés rouges et violacées puis l’aspect  devient populeux, nodulaires, et enfin tumoral. Trt : en fonction du  nombre de lésions et le dvp de la maladie  Exérèse chirurgicale + radiothérapie (lésions multiples) .
  20. 20. Cancers hematopoïetiqueCancers hematopoïetique  Se sont les manifestations palatines des hémopathies.  * Le lymphome de Hodgkin* Le lymphome de Hodgkin  Touche rarement le palais  * Le lymphome non hodgkinien * Le lymphome non hodgkinien  Tuméfaction lisses, ferme, recouverte de muqueuse saine du palis  dur  Régresse spontanément pendant le Traitement général . * Le granulome éosinophile* Le granulome éosinophile : Défect  osseux du palais dur  * Le plasmocytome solitaire* Le plasmocytome solitaire  Tuméfaction palatines * Agranulocytose* Agranulocytose   Angine nécrotique + ulcération de la partie postérieure du voile 
  21. 21. B- Tumeurs salivaires :  Tumeurs bénignes :Tumeurs bénignes : la majorité des tumeurs sont bénignes. * Adénome pléomorphe* Adénome pléomorphe   Fréquence :Fréquence : représente 60 % des tumeurs salivaires buccales  Les adénomes monomorphe sont exceptionnels au niveau palatin  Clinique :Clinique : une tumeur sous muqueuse, ferme , dure, bien limitée Siège sur  la partie latérale du palais Surtout au niveau du palais mou  HistologieHistologie : polymorphisme de prolifération cellulaire  Évolution :Évolution : la croissance est fente La transformation maligne a été décrite  Traitement : Traitement : exérèse chirurgicale Au niveau de la voûte palatine: Excision du lit osseux + électrocoagulation  du lit osseux  Au niveau du voile du palais:  Traitement  chirurgical + exérèse du tissu glandulaire  * Sialadenome  papillifère* Sialadenome  papillifère  Fréquence :Fréquence : tumeur rare de l’adulte  Clinique :Clinique : tumeur e consistance molle, bien limitée non douloureuse  Histologie :Histologie : prolifération d’épithélium canaliculaire  Traitement :Traitement : exérèse chirurgicale complète 
  22. 22. Tumeurs malignes :Tumeurs malignes :  * Carcinome adénoïde Kystique * Carcinome adénoïde Kystique  Fréquence : c’est la forme la plus fréquente de tumeur maligne du  palais, 15 à 20% des tumeurs malignes buccal  Clinique : touche le palais dur (la femme), le palais mou (homme)  tumeur ferme bien limitée avec muqueuse érythémateuse  Histologie : prolifération de petites cellules pauvres en cytoplasme  regroupées en tabulé crémées de cavité à contenu muccoïde   Pas de limitation histologique, extension péri nerveuse  Évolution : récidive après exérèse, métastase  pulmonaire,  hépatique, cérébrale, l’extension général le long des nerfs  Traitement : exérèse chirurgicale + électrocoagulation des tissus  avoisinants .
  23. 23. * Adénome pléomorphe  malin :* Adénome pléomorphe  malin :  Rare au niveau du palais.  Tumeur ulcérée au niveau du voile  érosion de la voûte palatine  * Carcinome mucoépidermoïde :  Fréquence:Fréquence: 10 % des tumeurs salivaires malignes  Clinique :Clinique : tumeurs ovoïde bien circonscrite  Histologie :Histologie : triple composant:  - Cellules malpighiennes                                               - Cellules mucosécrétantes                                        - Cellule intermédiaire à cytoplasme clair  Évolution:Évolution: élément de pronostic défavorable avec extension péri nerveuse.  Métastase et survie à 5 ans de 70 % 
  24. 24. * Carcinomes à cellules acineuses : * Carcinomes à cellules acineuses :  Fréquence :Fréquence : rare 2%  des tumeurs des glandes salivaires  Clinique:Clinique: tumeur bien limitée de consistance rénitente Histologie :Histologie : prolifération de cellules polyédrique  Évolution:Évolution: pronostic favorable après exérèse chirurgicale,  30% de récidive.  une survie globale de 80% à 10 ans .   
  25. 25. C-C- Tumeurs osseuses:Tumeurs osseuses: Tumeurs bénignes:Tumeurs bénignes: * Torus platinus:* Torus platinus:   Fréquence:Fréquence: prédominance féminine après la période pubertaire.prédominance féminine après la période pubertaire. Clinique:Clinique: excroissance osseuse des processus palatins maxillaires.excroissance osseuse des processus palatins maxillaires. Histologie:Histologie: noyaux d’os spongieux recouverts d’os cortical.noyaux d’os spongieux recouverts d’os cortical. Trt:Trt: Exérèse chirurgicaleExérèse chirurgicale en cas de gêne; bon pronostic.en cas de gêne; bon pronostic. * Kyste naso-palatin:* Kyste naso-palatin: Def-:Def-: kyste médian, absence de fermeture de la communicationkyste médian, absence de fermeture de la communication entre la cavité buccale et nasale.entre la cavité buccale et nasale. Clinique:Clinique: une image radiographique en cune image radiographique en cœur de carte, la ponctionœur de carte, la ponction ramène un liquide citrin.ramène un liquide citrin. Trt:Trt: éévacuation de la poche kystique par voie palatine.vacuation de la poche kystique par voie palatine. * Kyste de la papille palatine.* Kyste de la papille palatine. * Kystes lat* Kystes latééraux.raux. * Sialo-m* Sialo-méétaplasie ntaplasie néécrosante.crosante.
  26. 26. Tumeurs malignes :Tumeurs malignes : ** Sarcome:Sarcome: Def-:Def-: tumeur maligne du mesenchyme, la matrice osseuse esttumeur maligne du mesenchyme, la matrice osseuse est produite par les cellules cancereuses.produite par les cellules cancereuses. Fréquence:Fréquence: surtout avant 20 ans, personnes agees.surtout avant 20 ans, personnes agees. Histologie:Histologie: tumeur de grande taille avec aires hemorragiques ettumeur de grande taille avec aires hemorragiques et kystiques.kystiques. Clinique:Clinique: masse palatine douleureuse de croissance rapide.masse palatine douleureuse de croissance rapide. La propagation sanguine responsable de metastase pulmonaire.La propagation sanguine responsable de metastase pulmonaire. * Amyloblastome kystique du maxillaire superieur:* Amyloblastome kystique du maxillaire superieur: Frequence:Frequence: 10% des amyloblastome surtout la region tuberositaire10% des amyloblastome surtout la region tuberositaire Clinique:Clinique: tumefaction palatine plurilobee, laponction ramene untumefaction palatine plurilobee, laponction ramene un liquide claire.liquide claire. Trt:Trt: exerese chirurgicale complète avec fraisage osseux est la regleexerese chirurgicale complète avec fraisage osseux est la regle
  27. 27. VII/ Conclusion:VII/ Conclusion: La composante anatomique du voile du palais à laLa composante anatomique du voile du palais à la fois musculaire et osseuse et la particularité de safois musculaire et osseuse et la particularité de sa muqueuse malpighienne renfermant des glandesmuqueuse malpighienne renfermant des glandes salivaires, sont le reflet de son importancesalivaires, sont le reflet de son importance sémiologique et la diversité des tumeurssémiologique et la diversité des tumeurs intéressant cette région.intéressant cette région.

×