I . définition/ généralité:I . définition/ généralité:
II. Rappel: anatomo-histologique et physiologique .II. Rappel: anat...
I ) DEFINITION – GENERALITE:I ) DEFINITION – GENERALITE:
• Les végétations adénoïdes est une hypertrophie pathologique de ...
B) ANATOMIQUE :B) ANATOMIQUE :
• L’amygdale pharyngée constitue le segment dorsal de l’anneau de Waldeyer
• C’est une impo...
amygdale pharyngée
Les végétations adénoïdes sont formées par l’hypertrophie
pathologique de l’amygdale pharyngée en éventail (normal )
ou ra...
D) PHYSIOLOGIE:
l’amygdale pharyngée se présente comme un tissu lymphoïde oro-pharyngé
diffus dont le rôle principal est l...
ІІІ )PHYSIOPATHOLOGIE:
Par sa situation à l’entrée des voies respiratoires, le tissu lymphoïde
qui comporte des nodules av...
IV )IV ) EPIDEMIOLOGIEEPIDEMIOLOGIE ::
- Les manifestations pathologiques surviennent par des petites
épidémies a prédomin...
V ) CLINIQUE :
TDD: Forme obstructive des végétations adénoïdes :
* âge de survenue : entre 5 – 6 mois à 7 – 8 ans
* prése...
1- EXAMEN CLINIQUE :
Certains signes indirects ont une valeur d’orientation diagnostique tel que:
- aspect de l’enfant
- c...
2-EXAMEN PARACLINIQUE
 Radiologie: de profil du cavum montre deux aspects:
-Aspect en lunette biconcave (hypertrophie dif...
1- FORMES COMPLIQUÉES :
1-1 – Forme fébrile : risque de convulsion chez le nourrisson
(+rhinopharyngite)
1-2 – Forme suppu...
1- 8 – Forme ventilatoire:
• Syndrome d’apnée du sommeil qui peut entraîner la mort subite
(hypertrophie adénoidoamygdalie...
2) FORMES SELON L’AGE :2) FORMES SELON L’AGE :
2- 1 – FORMES DU N NE :2- 1 – FORMES DU N NE : l’obstruction est plus nasal...
3- FORMES SELON L’ÉTIOLOGIE:3- FORMES SELON L’ÉTIOLOGIE:
1 – Infections ORL: rhinopharyngite à répétition, rhinite aigue, ...
VIII -DGC DIFFÉRENTIEL:VIII -DGC DIFFÉRENTIEL:
A / Les affections du cavum :
1 – L‘imperforation choanale unilatérale
2 – ...
VIII - TRAITEMENT :VIII - TRAITEMENT :
 C’est l’adénoïdectomie
 Le But :
- lutter contre les complications
- traiter les...
L’adénoïdectomie:
• Anesthésie générale: brève (au masque)
- bilan pré-opératoire et consultation pré-anesthésique obligat...
• Complications: rares :- hémorragiques
- inhalation de sang ou des fragments tissulaires
- plaie de la luette
- insuffisa...
CONCLUSION
Les végétations adénoïdes est une
pathologie fréquente qui touche
surtout les nourrissons et nécessite
une cure...
Végétations adénoïdes
Végétations adénoïdes
Végétations adénoïdes
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Végétations adénoïdes

3 598 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 598
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Végétations adénoïdes

  1. 1. I . définition/ généralité:I . définition/ généralité: II. Rappel: anatomo-histologique et physiologique .II. Rappel: anatomo-histologique et physiologique . III. physiopathologie:III. physiopathologie: IV. Épidémiologie:IV. Épidémiologie: V. Clinique : TDD : forme obstructive des VGV. Clinique : TDD : forme obstructive des VG 1- examen clinique:1- examen clinique: 2- examen para clinique:2- examen para clinique: VI. Les formes cliniques :VI. Les formes cliniques : VII. Diagnostic ≠:VII. Diagnostic ≠: VIII. Traitement:VIII. Traitement: IX. Conclusion:IX. Conclusion:
  2. 2. I ) DEFINITION – GENERALITE:I ) DEFINITION – GENERALITE: • Les végétations adénoïdes est une hypertrophie pathologique de l’amygdale pharyngée de LUSCHKA • > 03 mm d’épaisseur chez le nourrisson et 04 mm chez l’enfant. • C’est une maladie fréquente, de bon pronostic. • âge de survenu est entre 6 mois et 7 – 8 ans . • Leur manifestations pathologiques dues aux: - caractère obstructif - insuffisance de synthèse immunitaire II ) RAPPEL :RAPPEL : A ) EMBRYOLOGIQUE :A ) EMBRYOLOGIQUE : L’apparition de l’amygdale pharyngée est très précoce au 2ème mois sous forme de replis sagittaux séparés par un sillon médian.
  3. 3. B) ANATOMIQUE :B) ANATOMIQUE : • L’amygdale pharyngée constitue le segment dorsal de l’anneau de Waldeyer • C’est une importante formation lymphoïde développée dans l’épaisseur de la muqueuse de la voûte du cavum. • Siège: elle occupe la plus grande partie de la voûte mais reste à distance du bord postérieur du vomer. • Elle se développe entre la 1ère et la 2ème année, max vers 4-7 ans. • Aspect: c’est un épais tapis de 3 à 4 mm d’épaisseur ,de couleur rosée, formé de plis séparés par des sillons(6 à 8) en disposition radiaire en demi- éventail. • Régresse à partir de 12-13 ans. 1 - Sphénoïde 2 - Sinus sphénoïdal 3 - Fosse nasale 4 - Cornets 5 - Tonsille ou amygdale pharyngée 6 - Torus ou bourrelet tubaire 7 - Orifice pharyngien de la trompe auditive 8 - Voile 9 - Oropharynx
  4. 4. amygdale pharyngée
  5. 5. Les végétations adénoïdes sont formées par l’hypertrophie pathologique de l’amygdale pharyngée en éventail (normal ) ou ramassée en une formation arrondie d’allure tumorale. • LA VASCULARISATION:LA VASCULARISATION: ▫▫ARTÈRES:ARTÈRES: assurée par 03 artères: - pharyngienne ascendante (+importante) - artère vidienne - ptérygopalatine ▫▫ LES VEINES: sont très développées, groupées en 02 plexus: - sous muqueux: tributaire des plexus péri-pharyngien et ptérygoïdien. -péri-pharyngien: tributaire des jugulaires internes. ▫▫ LYMPHATIQUES: deux voies: - latérale: vers les nœuds lymphatiques cervicaux profonds supérieurs (jugulo-digastriques++). - postérieure: vers les nœuds rétro-pharyngiens.
  6. 6. D) PHYSIOLOGIE: l’amygdale pharyngée se présente comme un tissu lymphoïde oro-pharyngé diffus dont le rôle principal est l’induction d’une réponse immunitaire humorale sérique vis-à-vis des germes potentiellement pathogènes. C) HISTOLOGIE: • dans l’amygdale pharyngée de Luschka : * L’épithélium: est de type: - stratifie cubique au niveau des replis saillants - cylindrique dans les sillons * Le chorion: contient: - Des glandes en grappes de type muqueux et séreux (salivaires). - Des follicules clos groupés (éléments lymphoïdes). - Tissu réticulé: très fin L’amygdale pharyngée présente alor 03 modifications particulières: ◊ hyperplasie de tissu lymphoïde ◊ Le développement de tissu fibreux ◊ La formation des vrais kystes ou des faux kystes
  7. 7. ІІІ )PHYSIOPATHOLOGIE: Par sa situation à l’entrée des voies respiratoires, le tissu lymphoïde qui comporte des nodules avec des centres germinatifs présente le 1er site d’interaction avec les Ag. Germes Ag Centre germinat if Lyse de l’épithélium - Multiplicat on - du volumeHypertrophieadénoïdienne virulence C. spécialisées
  8. 8. IV )IV ) EPIDEMIOLOGIEEPIDEMIOLOGIE :: - Les manifestations pathologiques surviennent par des petites épidémies a prédominance hivernale, en milieu de collectivité d’enfant. - 90 % des enfants qui présentent des végétations adénoïdes ont été sous allaitement artificiel.
  9. 9. V ) CLINIQUE : TDD: Forme obstructive des végétations adénoïdes : * âge de survenue : entre 5 – 6 mois à 7 – 8 ans * présentation de l’enfant :le classiqueclassique facièsfaciès adénoïdien: enfant hébété Aplatissement transversal du nez effacement de plis naso-génien et naso-malaire Saillie des yeux Raccourcissement de la lèvre supérieur Bouche ouverte le profil rappel celui d’un oiseau •MOTIF DE CONSULTATION : c’est l’insuffisance nasale qui se traduit par une respiration buccale avec ronflements nocturnes. -Dans les formes très obstructives on a une voix nasonnée -Les signes associés: * Toux d’irritation nocturne * dyspnée en décubitus * insomnie + somnolence diurne * sommeil agité, réveils fréquents * énurésie
  10. 10. 1- EXAMEN CLINIQUE : Certains signes indirects ont une valeur d’orientation diagnostique tel que: - aspect de l’enfant - congestion tympanique - présence d’ADP cervicale - l’examen pharyngé peut montrer une rougeur. * Rhinoscopie antérieur : Elle apporte surtout des arguments négatifs: - fosses perméables. * Rhinoscopie postérieur: rarement pratiquée chez l’enfant. * Le toucher rhino pharyngien Il met en évidence le paquet des végétations adénoïdes mais il est très douloureux .
  11. 11. 2-EXAMEN PARACLINIQUE  Radiologie: de profil du cavum montre deux aspects: -Aspect en lunette biconcave (hypertrophie diffuse et modérée ) -Aspect concave en haut(hypertrophie très importante pseudo tumorale) Elle permet d’estimer le volume des VG, mais non pas le caractère obstructif ou infecté, ni de diagnostiquer des végétations choanales.  Prélèvement des sécrétions pharyngées: par aspiration ou écouvillonnage avec ATBgr  Sérologie virale  Naso-fibroscopie : l’examen de choix pour évaluer l’infection et/ou le volume des VG -Visualisation les orifices des choanes -Appréciation le degré d’obstruction (hypertrophie du pole ant des VG) - Elle permet de faire des biopsies
  12. 12. 1- FORMES COMPLIQUÉES : 1-1 – Forme fébrile : risque de convulsion chez le nourrisson (+rhinopharyngite) 1-2 – Forme suppurative: a type d’adéno-phlégmon ou phlégmon rétro pharyngien secondaire à la diffusion bactérienne dans l’espace pré vertébral 1- 3 – Forme bronchitique : toux grave nocturne +ronchus et foyer de condensation. 1- 4 – Forme sinusienne : ▫ Ethmoidite : œdème palpébral ▫sinusite maxillaire: latente 1- 5 – Forme otitique bilatérale: ▫ OMA purulente à répétition ou OSM avec retentissement : • fonctionnel: surdité de transmission invalidante (une perte de l'audition de 30 décibels). • anatomique: rétraction tympanique. ▫OMC à tympan fermé , latente et indolore. 1- 6 – Forme laryngée : sus glottique rarement sous glottique(+ grave) 1- 7 – Forme digestive: diarrhée avec déshydratation grave VI- FORMES CLINIQUE:
  13. 13. 1- 8 – Forme ventilatoire: • Syndrome d’apnée du sommeil qui peut entraîner la mort subite (hypertrophie adénoidoamygdalienne) • L’hypercapnie et l’hypoxémie peuvent entraîner : ▫ HTAP ▫ cœur pulmonaire chronique ▫ décompensation cardiaque La respiration buccale est susceptible d’entraîner : - Des perturbations du développement cranio-facial qui a leur tour entraînent une augmentation des résistances des voies aériennes supérieures, - Et une fréquence accrue des infections respiratoires - Troubles du développement qui seraient dus à l’anoxie, à l’hypoglycémie due à l’augmentation des dépenses énergétiques nocturnes. - Trouble du comportement et somnolence 1- 9 – Forme phonatoire : * Rhinolalie fermée * Rhinolalie ouverte peut se révéler après une adénoidectomie sur un voile court. 1- 10 – Forme squelettique : • Le facies adénoïdien • Troubles du développement de la cage thoracique. • Trouble de l’articulation dentaire: ◊ contact molaire exclusif
  14. 14. 2) FORMES SELON L’AGE :2) FORMES SELON L’AGE : 2- 1 – FORMES DU N NE :2- 1 – FORMES DU N NE : l’obstruction est plus nasale que pharyngée quil’obstruction est plus nasale que pharyngée qui peut entraîner une détresse respiratoirepeut entraîner une détresse respiratoire 2- 2 – FORMES DU NOURRISSON :2- 2 – FORMES DU NOURRISSON : * respiration bruyante* respiration bruyante * fréquente avec gravité des poussées infectieuses d’adéoidite* fréquente avec gravité des poussées infectieuses d’adéoidite * complications: otites, laryngite dyspnéisante, abcès rétro-pharyngiens* complications: otites, laryngite dyspnéisante, abcès rétro-pharyngiens 2-3 – FORME DE L’ADULTE : Les reliquats adénoïdiens sont rare chez l’adulte mais peut être à l’origine de crypto-lymphoidite chronique qui peut se manifester par une:  sensation de cuisson ou prurit pharyngé  Un simple gène douloureux L’examen du cavum montre : une zone peu rouge .Surtout des sécrétions muco-purulentes
  15. 15. 3- FORMES SELON L’ÉTIOLOGIE:3- FORMES SELON L’ÉTIOLOGIE: 1 – Infections ORL: rhinopharyngite à répétition, rhinite aigue, amygdalite.1 – Infections ORL: rhinopharyngite à répétition, rhinite aigue, amygdalite. 2 – Rougeole, grippe, coqueluche , tuberculose, syphilis.2 – Rougeole, grippe, coqueluche , tuberculose, syphilis. 3 – Malformation crânienne : petit cavum3 – Malformation crânienne : petit cavum 4 – Thymus hyperplasique4 – Thymus hyperplasique 5 – Torticolis rhino-pharyngiens5 – Torticolis rhino-pharyngiens 6 – Autres: * humidité6 – Autres: * humidité * Froid* Froid * Pollution atmosphérique* Pollution atmosphérique * Insuffisance hypophysaire, hypopituitarismes* Insuffisance hypophysaire, hypopituitarismes * Malnutritions* Malnutritions * Avitaminoses* Avitaminoses
  16. 16. VIII -DGC DIFFÉRENTIEL:VIII -DGC DIFFÉRENTIEL: A / Les affections du cavum : 1 – L‘imperforation choanale unilatérale 2 – Les néoformations du cavum: - fibrome nasopharygien - kystes ou polypes du cavum 3 – Les atrésies du cavum B/ Les infections naso-sinusiennes: ◊ Les allergies naso-sinusiennes ◊ Les déformations de la cloison traumatiques ou congénitales.
  17. 17. VIII - TRAITEMENT :VIII - TRAITEMENT :  C’est l’adénoïdectomie  Le But : - lutter contre les complications - traiter les complications  * moyen : Médical : AINS , ATB Chirurgical : adénoïdectomie Prophylaxie selon les terrains
  18. 18. L’adénoïdectomie: • Anesthésie générale: brève (au masque) - bilan pré-opératoire et consultation pré-anesthésique obligatoire. - le réveil rapide réduisant les risques d’inhalation de sang ou de tissu adénoïdien. • Indication: en cas des complications: - obstruction chronique des voies aériennes respiratoires supérieures. - otites moyennes aigues ou sero-muqueuses récidivantes, ou responsables d’un retentissement scolaire, familial ou social (hypoacousie ). • Contres indications: relatives - troubles de la coagulation - les fentes palatines - divisions sous-muqueuses - état fébrile >38°C (reporter qlq j) • Technique: Exérèse complète du tissu lymphoïde par un curetage réalisé à l’aveugle en introduisant une curette par la bouche et en passant derrière le voile afin d’aller tondre les touffes de VG appendues au cavum. Lorsqu’une partie des VG s’insère sur les choanes, il est préférable
  19. 19. • Complications: rares :- hémorragiques - inhalation de sang ou des fragments tissulaires - plaie de la luette - insuffisance vélaire - infection - récidive • Recommandations pour la période opératoire: - aspirine et AINS: CI 2sem AV et 2sem AP. - Dlr: dure moins de 48h, utiliser le paracétamol oral ou rectal. -les petites pertes du sang peuvent survenir, par la bouche ou par le nez, durant 24h; lavage par SS ou gargarisme. • les soins post-opératoires: - surveillance du risque hémorragique - surveillance de la température L’adénoidectomie dans le syndrome d’apnée du sommeil comporte des risques importants de défaillance respiratoire dans les heures suivants l’intervention et nécessite une surveillance attentive.
  20. 20. CONCLUSION Les végétations adénoïdes est une pathologie fréquente qui touche surtout les nourrissons et nécessite une cure thérapeutique soit médicale ou chirurgicale pour éviter et éradiquer les complications.

×