Le théâtre de Marivaux et son époque
Marivaux et son temps

Contexte social, politique et culturel

Un esprit formé sous le «joli temps de La Régence»
● La fin...
Marivaux et son temps

Contexte social, politique et culturel
Une société en mutation

● Philippe d’Orléans n’est pas seul...
Marivaux et son temps

Contexte social, politique et culturel

Les domestiques au 18ème siècle

Ils occupent une place imp...
Marivaux et son temps

Contexte social, politique et culturel
L’aube des Lumières
Le discrédit de la monarchie absolue, le...
Marivaux et son temps
Le théâtre au18ème

En accord avec le goût des plaisirs et du
divertissement, le 18ème est un siècle...
Le théâtre de Marivaux
La passion du théâtre

Le succès de LÎle des esclaves

En 1720, il connaît son premier succès avec ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Marivaux et son temps

1 929 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 929
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Marivaux et son temps

  1. 1. Le théâtre de Marivaux et son époque
  2. 2. Marivaux et son temps Contexte social, politique et culturel Un esprit formé sous le «joli temps de La Régence» ● La fin du règne de Louis XIV a été assombrie par la misère du peuple, les famines, les guerres qui ont ruiné l’Etat, un despotisme monarchique et une intolérance religieuse. La mort du «Roi Soleil» est vécue comme une libération. ● Son successeur, Louis XV, est trop jeune pour gouverner. Ainsi de 1715 à 1723, le pouvoir est exercé par Philippe d’Orléans, neveu de Louis XIV. Cette période appelée la «Régence» se caractérise par une réaction des aristocrates contre la monarchie absolue et un désir de liberté des moeurs. Le Régent lui-même est un adepte des plaisirs libertins. En inventant le genre de la «Fête Galante», Watteau traduit l’esprit libertin et raffiné de cette époque. (HDA Pèlerinage à l'île de Cythère, dit L’Embarquement pour Cythère. ) ☞ D’une certaine manière, les comédies de Marivaux témoignent de ce goût du jeu et des plaisirs, mais en même temps elles critiquent ce libertinage en valorisant l’authenticité des sentiments. Quelle scène de L’île des Esclaves offre une parodie de ces stratégies séductrices ? Portrait de Philippe d’Orléans Jean-Baptiste Santerre
  3. 3. Marivaux et son temps Contexte social, politique et culturel Une société en mutation ● Philippe d’Orléans n’est pas seulement un libertin qui s’adonne aux fêtes et aux plaisirs, il s’intéresse particulièrement à l’économie, et La Régence est une période de croissance commerciale et de spéculation. ● Le système de Law innove : il fait circuler du papier-monnaie, réduit les dettes et crée une banque générale. Ce système permet une plus grande liberté financière et favorise largement le commerce colonial. Mais cela ne va pas sans risque et la banqueroute de ce système, en 1720, causera la ruine de Marivaux ainsi que celle de nombreux bourgeois et aristocrates. Parallèlement, certains, qui avaient pu revendre à temps, se sont considérablement enrichis. On prend conscience que la hiérarchie sociale n’est pas immuable et qu’elle peut être bouleversée. D’ailleurs, les fortunes se font et se défont au cours du XVIIème. ● En 1725, Louis XV, alors âgé de 15 ans, règne officiellement même s’il est fortement influencé par son Premier ministre, le Duc de Bourbon. ● L’essor de l’économie et du commerce extérieur surtout va se poursuivre tout au long du siècle. l’enrichissement va profiter à la grande bourgeoisie et à un certains aristocrates. Il provient surtout des compagnies coloniales exploitant le commerce «triangulaire». Le sujet de l’esclavage devient d’actualité et les philosophes des Lumières le dénonceront largement dans la seconde moitié du XVIIème (Montesquieu et Voltaire en particulier). En quoi la pièce de Marivaux porte-t-elle les marques de son époque ?
  4. 4. Marivaux et son temps Contexte social, politique et culturel Les domestiques au 18ème siècle Ils occupent une place importante dans la société française du XVIIIème. Ces hommes et ces femmes issus du peuple sont au service de bourgeois et d’aristocrates qui leur procurent salaire (gages), nourriture et logement en échange de corvées multiples. Cette double relation de dépendance et d’intimité que ces serviteurs ont avec leurs maîtres est mise en scène dans des pièces de théâtre depuis l’Antiquité. En effet, la relation maître-valet est une convention du théâtre comique. Mais le XVIIIème siècle en fait un thème privilégié, en particulier sous le plume de Marivaux et de Beaumarchais. Toutefois, il faut savoir que les domestiques ne sont pas autorisés à assister aux représentations dans les théâtres officiels. Recherchez sur Wikipedia quelques illustrations représentant des domestiques dans les pièces de Marivaux. François Boucher, Dame attachant sa jarretière, et sa servante Huile sur toile de François Boucher. (Collection Thyssen-Bornemisza, Madrid.)
  5. 5. Marivaux et son temps Contexte social, politique et culturel L’aube des Lumières Le discrédit de la monarchie absolue, le désir de liberté et la remise en cause de l’ordre social sont à l’oeuvre au XVIIIème. En effet, dès la fin du XVIIème, un nouvel esprit critique se fait jour. On dénonce l’obscurantisme religieux (Histoire des oracles, B. de Fontenelle, 1687), on s’applique à détruire les préjugés en invitant à regarder sans complaisance les moeurs de l’époque (Les Lettres persanes de Montesquieu, 1721). Une vie intellectuelle et mondaine animée par des femmes brillantes permet la diffusion des idées. Marivaux est un hôte assidu des mercerdis de Mme de Lambert, salon que fréquentent les grands esprits de l’époque. Il n’est certes pas question de parler de climat «prérévolutionnaire» à l’époque de Marivaux, mais les débats s’animent dans les salons mondains où s’élabore une réflexion publique. Montrez que L’île des esclaves se fait l’écho de certaines questions soulevées dans les salons de l’époque. Lecture de la tragédie de l'orphelin de la Chine de Voltaire dans le salon de madame Geoffrin en 1755, tableau ré alisé en 1812 par Lemonnier
  6. 6. Marivaux et son temps Le théâtre au18ème En accord avec le goût des plaisirs et du divertissement, le 18ème est un siècle amateur de théâtre. Les aristocrates et les bourgeois aisés apprécient le théâtre. A Paris, trois formes de théâtre bien différentes sont jouées par des troupes spécifiques. ■ Les «Comédiens-Français» sont les gardiens de la tradition. Ils reprennent le répertoire du XVIIème siècle classique. ■ A l’opposé de ce théâtre prestigieux, se développent les «théâtres de la Foire», qui présentent des spectacles populaires à l’occasion des deux foires parisiennes annuelles. Interdits de parole, les acteurs miment, utilisent des écriteaux et peuvent même chanter. ■ Enfin, Le Régent fait revenir en France en 1716 la troupe des Comédiens Italiens. Talentueux, ils sont capables de jouer aussi bien des farces que des comédies subtiles, et attirent quelques bonnes plumes, dont Marivaux, qui deviendra rapidement l’auteur attitré du Théâtre-Italien. Zoom sur la Commedia dell’arte Prenez des notes à partir de ce site Faites des recherches sur Arlequin et Trivelin Sélectionnez quelques tableaux de Watteau représentant les Comédiens italiens
  7. 7. Le théâtre de Marivaux La passion du théâtre Le succès de LÎle des esclaves En 1720, il connaît son premier succès avec une féerie en un acte, Arlequin poli par l’amour, jouée par les Comédiens-Italiens. Marivaux sera auteur de comédies pendant plus de vingt ans et renouvellera le genre profondément. Les «comédies de l’amour» lui permettent d’explorer les surprises, les secrets et les masques du coeur humain, parfois pris au piège des intérêts matériels et des préjugés. Ses plus célèbres pièces sont certainement les deux Surprise de l’amour (1722-1727), La Double Inconstance (1723), Le Jeu de l’amour et du hasard (1730) et Les Fausses confidences (1737). Dans ses comédies «morales» et «philosophiques», Marivaux développe, dans un cadre utopique, l’analyse sociale et psychologique. C’est le cas avec L’Île des esclaves (1725), L’Île de la Raison (1727) et La Colonie (1729). Huitième pièce de Marivaux, elle est jouée avec succès au Théâtre-Italien à Paris le 5 mars 1725. Donnée à la Cour dès le 13 mars, elle fut la pièce la plus représentée au XVIIIème. Les spectateurs apprécient à la fois le jeu très enlevé, hérité de la Commedia dell’arte, mais aussi le message humaniste délivré par la pièce. C’est aussi une pièce qui s’appuie sur le goût de son époque pour les utopies.

×