Rachedi mathieu 2015-recherche semaine savoirs rachedi et mathieu

305 vues

Publié le

Conférence d'ouverture: Le comité d'échanges interculturels et internationaux (CEII) de l'École de travail social à l'UQAM

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
305
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rachedi mathieu 2015-recherche semaine savoirs rachedi et mathieu

  1. 1. Mars 2015 RECHERCHES ET SAVOIRS DU TRAVAIL SOCIAL EN CONTEXTES INTERNATIONAUX ET INTERCULTURELS: ÉVOLUTION DE L’ENGAGEMENT DE L’ÉCOLE DE TRAVAIL SOCIAL DE L’UQAM LILYANE RACHÉDI, PROFESSEURE, ET RÉJEAN MATHIEU, PROFESSEUR RETRAITÉ, MEMBRES DU CEII.
  2. 2. Évolution à partir de trois niveaux  Offre de cours  École-Collectif des professeurs  Émergence de politiques et engagement dans la recherche Un comité d’échanges interculturels et internationaux toujours engagé qui se transforme et se structure au fil des années Une évolution de la place des savoirs sur l’interculturel et l’international Conclusion : des dangers de dissolution d’un des deux I du CEII et des pièges de l’interculturalisme-internationalisme comme nouvelles versions de l’orientalisme INTRODUCTION PRÉSENTATION
  3. 3. 1. Dans l’offre de cours :  Intervention sociale et relations interethniques sous André Jacob. Premier cours obligatoire au Québec alors que les autres universités ne l’offraient pas du tout ou de manière optionnelle.  Activité synthèse. Séjour de coopération internationale : plus en plus de succès depuis 2005. Brièvement, la popularité de cette activité qui consiste à vivre une expérience de coopération internationale est un indicateur d’un intérêt récurrent chez nos étudiants.  Travail social comparé. Il a pour but de comparer la formation et la pratique en travail social avec d'autres pays. Bien que ce cours soit inclus dans le programme du baccalauréat en travail social, il n'a été offert pour la dernière fois qu'en 2005 (Suisse). Les professeurs qui encadraient alors l’activité avaient émis plusieurs critiques, réserves et recommandations pour la bonne réalisation de cette activité exigeante à plusieurs niveaux (importance et lourdeur des demandes de subvention, préparation adéquate du groupe, participation du groupe à la logistique du séjour, manque de suivi de cette activité à l’école, etc.). Riche de ces commentaires Sylvie Jochems et Lilyane Rachédi, nous avons décidé de proposer à nouveau ce cours en 2010 en bonifiant de nombreux éléments. Travail social comparé Québec Bolivie première édition était né….en 2014, la deuxième édition dirigée par S. Jochems est un véritable succès.  TRS coopération internationale et intervention sociale L’interculturel et l’international demeuraient des activités cloisonnées : de la transmission de savoir TROIS NIVEAUX À REGARDER
  4. 4. 2. Au niveau de l’École : plusieurs activités et des plans d’action qui assument des priorités en lien avec l’interculturel et l’ international  Plusieurs activités ont eu lieu à l’ÉTS dont la Journée de réflexion : Comment favoriser la diversification du profil des candidatsEs admis aux programmes de formation de l’ETS (bac et maîtrise en mars 2011)  Plan d’action 2009-2012 : « Travailler à l’élaboration d’un programme de mise à niveau pour les diplômés étrangers en travail social »  Plan d’action 2012-2015 : « Mise en place d’un plan d’action concernant les collaborations de l’École à l’égard des échanges internationaux, Mettre en œuvre un plan d’action en lien avec les dimensions de la politique des échanges internationaux (enseignement et recherche, stage à l’étranger, échanges d’étudiantEs, séjour d’étude et codirection de mémoire et de thèse), Commencer à élaborer une politique interculturelle, Répondre aux besoins spécifiques des étudiants résidents permanents » L’interculturel et l’international monopolisent davantage des échanges-circulations de savoirs ( arrimage avec la formation pratique, comités de programme etc.) TROIS NIVEAUX À REGARDER
  5. 5. 3. Des politiques et engagement dans la recherche  2013-2014 ; élaboration d’une politique internationale  2014-2015 : politique interculturelle en cours Politiques dont Gérald Larose a rédigé les premiers textes martyrs… De plus en plus d’encadrement d’étudiants qui vont ailleurs et font leur mémoire ou essai.  L’ÉTS-la formation pratique et la faculté d’éducation de l’UQAM ont participé à une recherche multisite sour la direction principale de Kanouté, F (FQRSC 2012-2013) Les étudiants récemment immigrés : mieux comprendre le processus d’acculturation et d’adaptation institutionnelle pour soutenir efficacement la persévérance aux études universitaires.  L’interculturel et l’international exhortent à une transformation des savoirs…sommes-nous prêts réellement à confronter nos épistémologies et à nous engager vers une véritable mixité des savoirs…? TROIS NIVEAUX À REGARDER
  6. 6.  Création du comité: La date exacte de la création du CEII m’échappe (au début des années 1990), mais je me souviens très bien du contexte où nous avions de plus en plus de demandes de stages à l’extérieur du pays. André Jacop, un autre professeur du département de l’époque avait une bonne pratique au Chili et sur les questions d’immigration. Lui et moi, nous trouvions étrange que le département et le module n’aient pas de comité de travail sur l’immigration et sur l’interculturel.  1. Nous avons donc créé le CEII, soit le Comité d’échanges internationaux et interculturels, Cette appellation (d’échanges) incluant l’interculturel nous semblait essentielle pour éviter les ambiguïtés du terme ¨coopération internationale”. L’assemblée départementale ayant approuvé l’existence du comité,  2. Dans cette foulée, nous avons également soumis la création d’un cours obligatoire, le TRS 2100 qu’André Jacob a donné pendant plusieurs saisons. Les activités du comité prenaient plusieurs formes: conférences-midi sur les politiques d’immigration ou autres questions apparentées, présentations de type “retours de stages à l’extérieur”, etc. Nous avons également développé certaines implications dans des forums sociaux régionaux (et même à l’international, à Dakar, plus tard) COMITÉ D’ÉCHANGES INTERCULTURELS ET INTERNATIONAUX (RÉJEAN MATHIEU)
  7. 7.  3. Des liens plus formels ont été créés entre autres avec le Mexique (2 Universités), la Belgique, Haïti, etc. Des stages de fin de BAC se sont tenus au Mexique et en Haïti. Un cours a également été donné par Yves Vaillancourt pendant l’été à un groupe du Mexique. Certains de ces étudiant-e-s (deux, je pense) ont poursuivi leurs études au Québec par la suite.  4. Plus récemment, le comité s’est également investi dans la tenue de deux colloques sur “le travail social et les autochtones au Québec”. Ces colloques ont aboûti à la réalisation d’un dossier dans Nouvelles pratiques sociales, portant sur les autochtones dirigé par Lilyane Rachedi, Daniel Thomas de l’UQAT et moi. Un deuxième dossier en ce sens est prévu dans la m,ême revue, mais dirigé cette fois par des chercheur-e-s de l’Université de Montréal. (fin de Réjean) COMITÉ D’ÉCHANGES INTERCULTURELS ET INTERNATIONAUX (SUITE)
  8. 8.  En 2009-2010 : C’est principalement à partir de la priorité concernant l’élaboration d’un programme de mise à niveau pour les diplômés étranger en travail social que le Comité a apporté sa contribution directe au plan d’action de l’ÉTS. Ainsi, suite à un processus de consultation de plusieurs acteurs de l’école et à l’extérieur, un guide pour les étudiants diplômés à l’étranger et inscrits à l’ETS a été élaboré. Ce guide accessible sur le site de l’École a été distribué à l’ensemble du corps professoral et au personnel. COMITÉ D’ÉCHANGES INTERCULTURELS ET INTERNATIONAUX
  9. 9.  Un engagement qui s’assume de plus en plus,  Mise en garde : Ne pas dissocier l’international de l’interculturel, ne jamais perdre de vue les rapports de pouvoir : Orientalisme versus interculturalisme et « internationalisme ». Voir les écrits d’E. Said et J. Métreaux (« la migration comme métaphore ») ÉLÉMENTS DE CONCLUSION OU RÉFLEXION :

×