Écrire, c’est transmettre

une sensation au lecteur
paris j’écris #4 • 09.07.15
Thibault Malfoy
thibault@ecrire.co
On peut écrire avec du sentiment qu’on éprouve,

mais la littérature réussie est de la sensation qu’on transmet.
— Charles...
Auteur Lecteur
Sens
Il n’y a d’art que pour et par autrui. — Jean-Paul Sartre.
Un peu de rétro-ingénierie littéraire
Méthode de composition :

par induction
avertissement
En art, il n’y a pas de règles,

il n’y a que des exemples.

— Julien Gracq.
Les gens ont peur de se retrouver sur les autoroutes de Los
Angeles. C’est la première chose que j’entends quand je revien...
J’en garderai toujours un souvenir précis car cela se passa
très simplement et sans événements annexes.
Un bruit sourd et ...
C’est la ville tentaculaire,
La pieuvre ardente et l’ossuaire
Et la carcasse solennelle.
— Émile Verhaeren, « La Ville »,
...
La défaite et la reddition
La plaine est morne, avec ses clos, avec ses granges
Et ses fermes dont les pignons sont vermou...
la compassion et l’admiration
Je suis un critique de jazz assez sensible pour
sentir mes limites et comprendre que ce que ...
L’amour farouche
Mon amour, à moi, n’aime pas qu’on l’aime ;
Mendiant, il a peur d’être écouté…
— Tristan Corbière, « À un...
Pour résumer
Outils à disposition :
Champ lexical et syntaxe.
Rythme, sonorités et images.
À vous de jouer…
Écrire, c'est transmettre une sensation au lecteur
Écrire, c'est transmettre une sensation au lecteur
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Écrire, c'est transmettre une sensation au lecteur

223 vues

Publié le

Pourquoi et comment (bien) transmettre une sensation quand on écrit de la littérature.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
223
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Écrire, c'est transmettre une sensation au lecteur

  1. 1. Écrire, c’est transmettre
 une sensation au lecteur paris j’écris #4 • 09.07.15
  2. 2. Thibault Malfoy thibault@ecrire.co
  3. 3. On peut écrire avec du sentiment qu’on éprouve,
 mais la littérature réussie est de la sensation qu’on transmet. — Charles Dantzig.
  4. 4. Auteur Lecteur Sens Il n’y a d’art que pour et par autrui. — Jean-Paul Sartre.
  5. 5. Un peu de rétro-ingénierie littéraire
  6. 6. Méthode de composition :
 par induction
  7. 7. avertissement En art, il n’y a pas de règles,
 il n’y a que des exemples.
 — Julien Gracq.
  8. 8. Les gens ont peur de se retrouver sur les autoroutes de Los Angeles. C’est la première chose que j’entends quand je reviens en ville. Blair vient me chercher à l’aéroport de L.A. et marmonne ça pendant que sa voiture gravit la rampe d’accès. Elle dit : « Les gens ont peur de se retrouver sur les autoroutes de Los Angeles. » — Bret Easton Ellis, Moins que zéro, 1985. L’indifférence
  9. 9. J’en garderai toujours un souvenir précis car cela se passa très simplement et sans événements annexes. Un bruit sourd et imprécis comme de chaises renversées sur le tapis, ou un murmure étouffé de voix. Les bruits grandissaient sans se préciser derrière nous. — Julio Cortázar, « Maison occupée », Bestiaire, 1951. L’angoisse d’un cauchemar
  10. 10. C’est la ville tentaculaire, La pieuvre ardente et l’ossuaire Et la carcasse solennelle. — Émile Verhaeren, « La Ville »,
 Les Campagnes hallucinées, 1893. La menace d’une invasion
  11. 11. La défaite et la reddition La plaine est morne, avec ses clos, avec ses granges Et ses fermes dont les pignons sont vermoulus, La plaine est morne et lasse et ne se défend plus, La plaine est morne et morte — et la ville la mange. — Émile Verhaeren, « La Plaine »,
 Les Villes tentaculaires, 1895.
  12. 12. la compassion et l’admiration Je suis un critique de jazz assez sensible pour sentir mes limites et comprendre que ce que je pense est au-dessous du plan où le pauvre Johnny essaie d’avancer avec ses phrases tronquées, ses soupirs, ses rages soudaines et ses pleurs. — Julio Cortázar, « L’Homme à l’affût »,
 Les Armes secrètes, 1959.
  13. 13. L’amour farouche Mon amour, à moi, n’aime pas qu’on l’aime ; Mendiant, il a peur d’être écouté… — Tristan Corbière, « À une camarade »,
 Les Amours jaunes, 1873.
  14. 14. Pour résumer Outils à disposition : Champ lexical et syntaxe. Rythme, sonorités et images.
  15. 15. À vous de jouer…

×