OUTILS DE FINANCEMENT DES
PME: NOUVEAUX MARCHÉS
DE LA DETTE
UN POINT DE VUE BANCAIRE
Rocco Ponzano
1
2014 et 2015s1, en résumé, pour l’activité des Banques
1) la pause réglementaire (après crises 2008-2012 : Bâle 3, Mifid, ...
Les Banques montrent avoir intégré rapidement nouvelles règles/rôle BCE/MSU
1) >90% banques: très bons résultats 2014
2) p...
A la base, 1 conviction éco. forte (des politiques, banquiers centraux, legislateurs)
 Banques UE saines = miroir économi...
Avant les Crises 2008-2012, 1 évidence “historique” forte s’imposait à la structure du
financement économies Occidentales:...
A fin 2014, exemple économie France (investiss. de 145k GE/ETI/PME) > 62% de
l’investiss. financé par banques et (!) 38% p...
1) restructuration rapide des Banques après 2008/réduction effectifs/réduction
capacités analyse/réduction durée des crédi...
1) 1 èconomie mûre/besoins primaires satisfaits/innovation n’est plus moyen pour
rattraper èconomies avancées/où l’investi...
Depuis 2012, en + ds formes financement tradi. (crédit bancaire, actions, obligations,
private equity, venture capital), a...
2. Les “Placements Privés-EuroPP”/Mini-Bonds(ITA)/Schuldschein(GER): ETI et PME non cotées
peuvent y èmettre des Obligs/Bo...
3. La Finance Participative ou Alternative: deux âmes
 la Microfinance, juste dimension “sociale”/redistributive du crédi...
CONCLUSION “OUVERTE”
12
Les ETI/PME (FRA,GER et ITA) disposent auj. d’aux moins 3 new marchés fin. pour se financer
via de...
DERNIERE
13
2012-2015: dans un contexte de fragilité accrue des économies UE, ou la BCE intevient + activement pour
stabil...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

"Outils de Financement des PMEs: nouveaux marchés de la dette"

236 vues

Publié le

Un point de vue bancaire, par Rocco Ponzano - Corporate Relationship Manager – Intesa San Paolo - sur les nouveaux outils financièrs dédiées à les PMEs

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
236
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
41
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

"Outils de Financement des PMEs: nouveaux marchés de la dette"

  1. 1. OUTILS DE FINANCEMENT DES PME: NOUVEAUX MARCHÉS DE LA DETTE UN POINT DE VUE BANCAIRE Rocco Ponzano 1
  2. 2. 2014 et 2015s1, en résumé, pour l’activité des Banques 1) la pause réglementaire (après crises 2008-2012 : Bâle 3, Mifid, Prospectus, …) 2) BCE intervient de + en + sur Marchés Fin. pour préserver Stabilité Financière (des: banques, autres act. Financiers, l’Epargne) 3) Création de l’Union Bancaire Européenne (superviseur unique 120 ets. UE) LE CONTEXTE DU MARCHÉ BANCAIRE 2
  3. 3. Les Banques montrent avoir intégré rapidement nouvelles règles/rôle BCE/MSU 1) >90% banques: très bons résultats 2014 2) paniques/crises 2008-2012 loin derrière (rapport Villeroy de Gahlau) 3) pas de fus&ac entre banques/ banques + minces/ bilans + minces IMPACT SUR LES BANQUES 3
  4. 4. A la base, 1 conviction éco. forte (des politiques, banquiers centraux, legislateurs)  Banques UE saines = miroir économie saine/en croissance > plans de «sauvetage» des banques vs. plus de règles  CC: résultats Banques vs. éco. réelle: banques 2-3 semestres d’avance > tout ira bien (!) (lecture Macro/Classique peu efficace; auj. hui +volatilité/+incertitude/risques nouveaux fragilisent l’éco.) 2008-2012: LE “PARI” REGLEMENTAIRE 4
  5. 5. Avant les Crises 2008-2012, 1 évidence “historique” forte s’imposait à la structure du financement économies Occidentales: 1) Zone Euro ¾ Investiss. par Banques “Universelles” (dette); ¼ Investiss. par Marché Fin. (dette+equity) 2) US ¼ Inv. par Banques; ¾ Inv. par Marché Fin. 3) UK 60% par Banques; 40% Marché Fin. > puis, Sauvetages/Nouvelles Règles sur activités Banque UE (Bâle 3, Mifid 2, MSU=Union Bancaire) : mais avec nouveau cadre règlem. 2009-2013, 1 politique monétaire “classique” (taux bas, pension titres BCE pour rélancer crédit) ne marche plus pour stimuler 1 éco. de + en + atone/fragile; Pourquoi? POURQUOI CETTE LECTURE MACRO/CLASSIQUE NE MARCHE PAS? 5
  6. 6. A fin 2014, exemple économie France (investiss. de 145k GE/ETI/PME) > 62% de l’investiss. financé par banques et (!) 38% par marchés Financiers; dans + détail 1) 70% investiss. des GE par marché Financiers (243 entreprises) 2) 26% investiss. des ETI par marché Fin. (5.000 entreprises) 3) 6% investiss. des PME (+10 salariés) par marché Fin. (138.000 entr.)  pour 3M de TPE France (<10 salariés) donnée non dispo./non significative Même tendence GE/ETI/PME en ITA/GERM/ESP (40%MF/60%Banques) Consequénce visible: 1 politique monétaire BCE moins “classique”, qui semble marcher mieux (Draghi; discretion vs. règles) MAIS COMMENT CE CHANGEMENT STRUCTUREL ECO. UE A ETE POSSIBLE ENTRE 2008-2014? LA NOUVELLE DONNE STRUCTURELLE 6
  7. 7. 1) restructuration rapide des Banques après 2008/réduction effectifs/réduction capacités analyse/réduction durée des crédits/focus sur dépôts-Epargne- liquidités au sens large 2) des taux d’intérêt “trop” (?) bas que, paradoxe, rendent le taux instrument moins efficace pour évaluer 1 risque d’investissement (excés ou «trappe» de la liquidité; moins de pouvoir “signalement” des prix) 3) Règles Fonds Propres ds banques (Bâle 3): frein à investir directement ou trop en projets “trop” risqués (innovation “disruptive” start-ups), ou trop longuement tout ça pose auj’hui bcp questions sur soutenabilité à MT structures/profits banques (on y reviendra), mais n’aide pas à comprendre le fond du problème.. ..comment et pourquoi depuis 2012 “désintermediation” accrue des investissements (+Marchés Fin. - Banques), et tout particulièrement de la Dette “privée”? RAISONS PROPRES AU MARCHÉ DETTE BANCAIRE 7
  8. 8. 1) 1 èconomie mûre/besoins primaires satisfaits/innovation n’est plus moyen pour rattraper èconomies avancées/où l’investissement innovatif est désormais tjrs. disruptif & schumpeterien (comporte tjrs. changement mentalités/modes de vie/perçu comme + risqué et difficile à financer) 2) 1 èconomie vieillissante/Epargne abondant mais prudent (excédent Epargne UE vs. émergents: +200B€)/rendements trop bas des investiss. “sûrs” (pierre, BOT) > nouvelles prétentions de diversifier avec investiss. +innovants et +risqués 3) 1 système bancaire rendu plus sûr: la banque, pour survivre, doit elle même faire profits/innover/mutualiser-syndiquer ds risques avant dans son bilan/avoir mix. diversifié investiss. du – au + risqué CC. Depuis 2012, naissance d’aux – 3 Nouveaux Marchés Financiers * «Dette Privée», qui profitent aussi aux Banques/ils les veulent elles mêmes (intérêts pour elles de mutualiser/diversifier) RAISONS PROPRES A ECONOMIE U.E. 8
  9. 9. Depuis 2012, en + ds formes financement tradi. (crédit bancaire, actions, obligations, private equity, venture capital), aux moins 3 nouveax Marchés Fin. de financement par la Dette > cas Français (mais GERM/ITA/ESP. mêmes tendances/formes) 1. Fonds de Prêt à l’Economie (FPE/Assureurs): depuis Loi Aout 2013 en FRA, Assureurs peuvent faire “prêts directs” à entreprises (“private debt”) / avant obligés à passer par marchés actions/oblig/monet. > taille FPE fin 2014: 8,0B€ (GE/ETI/PME) > upside ++: assurance Vie Fra (1600B€) (impact BCE qui stérilise BOT, pousse Assureurs + de risque) (rapport VdG; consensus pour corriger Solvency 2/pousser fiscal. Ass.Vie Euro Croissance à 7/8 ans,..) 2. …. DES MARCHÉS DE LA DETTE TOUT NEUFS (1/3) 9
  10. 10. 2. Les “Placements Privés-EuroPP”/Mini-Bonds(ITA)/Schuldschein(GER): ETI et PME non cotées peuvent y èmettre des Obligs/Bonds:  dette à bas coût pour qui paye (doc. standard, pas prospectus, pas road show)  dette reservée aux investisseurs professionnels (ex.Mifid2) (donc pas aux Epargnants) Intérêts multiples des EuroPP:  *Investisseur pro: dette bien payée, sur le MT (5/7 ans) (pas garanties réelles, pari passu dette senior)  *Emetteur: (GE aussi, mais surtout ETI/PME) gagne visibilité (mais pas vs. tt le monde; juste avec investisseurs pro; pour ETI/PME imporant ne pas divulguer info. confi); diversifie base créanciers (sortir dialectique patron/banquier); se financent à MT et avec de la dette de marché (+liquide que dette banque), dont le taux (transparent) perçu comme “+juste”  *Sponsors (Banques, asset managers, nouveau type boutiques fin.): diversifient/analyse risque meilleure/gagnent fees Taille marché EuroPP (FRA): 4,0B€ (fin 2014) (Mini-Bond ITA: 5,0B€); semble peu vs. 830,0B€ Crédits Bancaires a 3,15M entrp. FRA en 2014, mais croît vite; utilisé par PME en croissance; il oriente et inspire autres marchés de Dette (Crédit Banc./EuroBonds); bon moyen x financer Innovation DES MARCHÉS DE LA DETTE TOUT NEUFS (2/3) 10
  11. 11. 3. La Finance Participative ou Alternative: deux âmes  la Microfinance, juste dimension “sociale”/redistributive du crédit (mais trs loin du thème “financer PME/innovation” et croissance/profits)  Crowdfunding/Fintech (1 new forme de “very early stage” Venture Capital); encours encore trs petits: 40M€ financemnts via dette (2014), mais en croiss., “à-la-mode” et sourtout trs regardéé par profess. des marché fin. et banque (incumbent): ) banques doivent être innovantes/disruptif/schumpet. > copient/achètent Fintechs ) étudient processus scoring/crédit/big data des Fintechs, pour comprendre new risks DES MARCHÉS DE LA DETTE TOUT NEUFS (3/3) 11
  12. 12. CONCLUSION “OUVERTE” 12 Les ETI/PME (FRA,GER et ITA) disposent auj. d’aux moins 3 new marchés fin. pour se financer via de la Dette “non Bancaire” En tout ça, que font les Banques :  “cannibalisent” leur Crédits et préférent faire pousser/participer aux new marchés de la dette (même si ne peuvent pas monetiser leur info. privilegiée; l’info y est libre)  essayent de se positionner à la frontière de l’innovation sur les marchés financiers (1 levier * profits futurs)  essayent de transformer en opportunité de Marché leurs nouvelles obligations règlement. (Bâle 3, etc..)  diversifient/syndiquent mieux leurs crédits/risques (bcp plus d’investiss.pro en new markets)  font évoluer relations clientèle vers moins d’exclusivité/privilège et +partage/condivision info.  adaptent processus analyse crédit/risques face aux marchés ouverts (où bons/mauvais investiss. existeront tjrs) et face à une info libre, ouverte, non monetisable
  13. 13. DERNIERE 13 2012-2015: dans un contexte de fragilité accrue des économies UE, ou la BCE intevient + activement pour stabiliser/relancer, les Marchés de la Dette “non Bancaire” ont évolué à vitesse grand V (PME doivent le savoir; s’adapter) Comme les “bonnes” PME, les “bonnes” Banques maximisent la valeur de leurs marques, en capitalisant sur leurs méthodologies d’Analyse, qu’elles font èvoluer constamment  dictée par 1. Pratique; 2. Expérience; 3. Savoir-faire; la capacité d’Analyse de l’investiss. est 1 bien restera rare/précieux/montétisable, même face à la multiplication de nouveaux Marchés de la Dette, ouverts et concurrenciels Banques généralistes vs. financements spécialisés: fin du modèle UE des Banques Universelles?

×