Huile de foie de requin-Eric-2011

728 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
728
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Huile de foie de requin-Eric-2011

  1. 1. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE TOLIARA INSTITUT HALIEUTIQUE ET DES SCIENCES MARINES LICENCE PROFESSIONNELLE DE LA MER ET DU LITTORAL Mémoire de Licence (Final year project) Par: Eric Clayderman CAZOLI Mars 2011 FILIERE  HUILE  DE  FOIE  DE  REQUIN  DANS  LA  COMMUNE RURALE  DE  SAINT-­‐AUGUSTIN,  REGION  ATSIMO  ANDREFANA ABSTRACT:  This  study  concerns  sharks  liver  oil  in  the  village  of  Saint  Augustin.  The  objective  of  this  work  is  to   collect  information  about  captured  sharks,  local  oil  extraction  techniques  and  its  local  uses  in  order  to  assess  its   socio-­‐economic  and  ecological  impacts  in  the  area.   Villagers  to  capture  sharks  use  long  line  fishing  gears  and  gillnet.  Sharks  liver  oil  is  extracted  by  using  traditional   extraction  techniques  such  as  exposure  to  sunlight,  Bain-­‐marie  and  cooking.  Extracted  oils  are  sold  locally  or   exported  outside  of  the  village.  Villagers  use  sharks  oil  to  heal  wounds  and  to  treat  coughs.  Extracted  oils  are   also  used  to  conserve  seafood  and  maintain  woods  for  construction.  Other  common  local  uses  of  the  oils  include   the  following:  edible  oil;  massage  oil,  food  supplement  for  cattle.  When  the  price  of  oil  is  very  high,  some  of  the   local  people  use  sharks  oil  for  their  oil  lamps.     A  lot  of  researches  showed  that  sharks  oil  contain  active  molecules  (alkylglycerols)  that  are  indispensable  for   humans  and  some  of  these  molecules  have  the  propriety  of  anticancer.     Business  of  sharks  liver  oil  contributes  to  socio-­‐economic  development  of  the  village,  but  in  the  other  hand,  this   threatens  population  of  sharks  and  this  might  also  threaten  Coelacanths  existing  in  the  bay  of  St.  Augustin.       Keywords:  marine  lipids,  shark  liver  oil,  local  uses,  St.  Augustin,     Supervisor:  Dr.  Christian  RAHERINIAINA  
  2. 2. REMERCIEMENTS Le présent travail a pu être réalisé grâce aux aides et aux soutiens de quelques personnes à qui je remercie profondément. Mon vif remerciement s’adresse d’abord à Docteur Daniel Kotonirina RAMAMPIHERIKA, Maître de Conférences et Directeur de l’’Institut Halieutique et des Sciences Marines (IH.SM), Université de Toliara. Je ne saurais trop exprimer à Docteur RAHERINIAINA Christian, Maître de Conférences et Enseignant Chercheur à l’IH.SM, Université de Toliara ; combien je lui suis reconnaissant pour son encadrement et les conseils que je tiens vraiment à cœur. Qu’il me permette d’assurer ici toute ma gratitude. Mon remerciement s’adresse aussi à Docteur Jacqueline RAZANOELISOA, Maître de Conférences et Chef de Département Formation à l’IH.SM, Université de Toliara. Vos conseils m’ont permis d’aller vers la bonne direction. Je remercie particulièrement Docteur RAKOTOVAO Jean Marie, Maître de Conférences et Enseignant Chercheur à l’IH.SM, Université de Toliara, pour les aides qu’il nous a donnés. Je remercie également Monsieur VELORIEN Guillaume, Chef de scolarité à IH.SM, Université de Toliara, qui m’a beaucoup aidé sur l’utilisation des outils informatiques. Je voudrais remercier tous les Enseignants de l’IH.SM, Université de Toliara, qui n’ont pas cessé de nous donner des connaissances et des conseils pendant les trois années de formation. Sans leurs interventions, je n’aurais pu arriver à ce stade. Je tiens à remercier chaleureusement mes parents qui n’ont pas cessé d’apporter leur soutien afin que je puisse accomplir ce travail. Que Dieu soit avec eux. Je ne peux pas oublier Monsieur Odon, habitant de Saint-Augustin, et le Chef Quartier d’Ampasinihita du fokotany de Saint-Augustin, ainsi que tous les villageois qui ont bien voulu m’aider durant mon stage. En fin, que tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin à la réalisation de ce travail trouvent ici mes remerciements les plus sincères.
  3. 3.   RESUME La présente étude concerne la filière huile de foiede requin dans la commune rurale de Saint-Augustin. Son but est de collecter les informations relatives à cette filière afin d’évaluer ses impacts socio-économiques et écologiques dans ec lieu. Les filets maillants et la palangre sont les engins de pêche utilisés par les villageois pour capturer les requins. Leurs foies sont utilisés pour produire des huiles à l’aide des techniques d’extraction traditionnelles : exposition au soleil, bain marie et cuisson. Les huiles obtenues sont vendues localement et en dehors de Saint-Augustin. Elles sont utilisées par les villageois pour la guérison - soigner des plaies, traiter la toux -, la conservation des produits de la pêche et l’entretien des bois de construction. Les villageois les utilisent également comme huile de consommation, huile de massage, complément alimentaire pour le bétail, antiparasite voire combustible. Le développement de la filière huile de foie de requin présente des avantages et des inconvénients. Les avantages aillent dans la vie socio-économique des villageois. En parallèle, la population des requins et les cœlacanthes exist ant dans la baie de Saint-Augustin sont menacés à cause de la capture. Mots clés : Lipides marins, huile de requin, usages, Saint-Augustin, Encadreur : Dr RAHERINIAINA Christian
  4. 4. LISTE  DES  FIGURES Page Figure 1 : Localisation de Saint-Augustin.............................................................. 4 Figure 2 : Carte de Madagascar.............................................................................. 4 Figure 3 : Un pêcheur tenant une palangre avec des poissons ccrochésa sur les hameçons................................................................................................. 7 Figure 4 : Un pêcheur tenant un filet maillant ........... .............................................. 7 Figure 5 : Centrophorus granulosus ...................................................................... 9 Figure 6 : Centrophorus uyato .............................................................................. 9 Figure 7 : Pseudocarcharias  komoharai.............................................................. 9 Figure 8 : Deania calcea ....................................................................................... 9 Figure 9 : Foie de requin tranché en petits morceaux ........................................... 10 Figure 10 : Morceaux de foie de requin exposés au soleil ................................... 10 Figure 11 : Bain-marie des morceaux de foie de requin ....................................... 11 Figure 12 : Morceaux de foie cuits dans une marmite .......................................... 11 Figure 13 : Huile de foie de requin dans une cuvette.......................................... 11 Figure 14 : Diagramme de production d’huile de foie de requin .......................... 12 Figure 15: Circuit commercial d’huile de foie de requin ...................................... 14 Figure 16 : Poissons conditionnés avec l’huile de requin ..................................... 16 LISTE  DES  TABLEUAUX Page Tableau 1 : Généralités sur la bio-écologie des requins...................................... 3 Tableau 2 : Description de 4 espèces de requins capturées dans la baie de Saint-Augustin ............................................................................. ………8 Tableau 3 : Comparaison de la teneur en squalène chez différents requins ......... 20 LISTE  DES  ANNEXES Annexe  I  :  SAINT-­‐AUGUSTIN Annexe  II  :  FICHES  D’ENQUETES
  5. 5. SOMMAIRE Page INTRODUCTION ........................................................................................................... 1 1.  MATERIEL  ET  METHODES .................................................................................. 3 1.1.  Matériel  d’étude  :  Requin ..................................................................................... 3 1.2.  Site  d’étude  :  Saint-­‐Augustin................................................................................ 4 1.3.  Méthodes  pour  la  collecte  des  données .............................................................. 5 1.3.1.  Documentation .............................................................................................. 5 1.3.2.  Enquêtes........................................... .............................................................. 5 1.  3.2.1.  Enquêtes  au  niveau  des  pêcheurs ....................................................... 5 1.3.2.2.  Enquêtes  au  niveau  des  producteurs  d’huile  de  requin..................... 5 1.3.2.3.  Enquêtes auprès des collecteurs d’huile de requin.................................. 5 1.3.2.4.  Enquêtes  auprès  des  villageois  de  Saint-­‐Augustin ............................. 6 1.4. Traitement de données............................................................................................ 6 2.  RESULTATS............................................................................................................... 7 2.1.  Pêche  aux  requins ................................................................................................. 7 2.1.1.  Embarcation  et  engins  de  pêche .................................................................. 7 2.1.2.  Requins  capturés  dans  la  baie  de  Saint-­‐Augustin....................................... 8 2.2.  Devenir  des  requins  capturés .............................................................................. 9 2.2.1.  Vente  de  la  chair  et  des  ailerons  de  requin ................................................. 9 2.2.2.  Consommation............................................................................................... 9 2.2.3.  Foie  de  requin................................................................................................ 10 2.3.  Huile  de  foie  de  requin.......................................................................................... 10 2.3.1.  Techniques  d’extraction ............................................................................... 10 2.3.1.1.  Exposition  au  soleil................................................................................ 10 2.3.1.2.  Bain  marie .............................................................................................. 11 2.3.1.3.  Cuisson ................................................................................................... 11 2.3.2.  Qualité  des  produits  obtenus ....................................................................... 13 2.3.3.  Commercialisation  d’huile  de  foie  de  requin .............................................. 13 2.4.  Utilisations  d’huile  de  foie  de  requin................................................................... 15 2.4.1.  Usages  thérapeutiques.................................................................................. 15 2.4.1.1.  Soins  de  plaies........................................................................................ 15 2.4.1.2.  Remède  contre  la  toux........................................................................... 15 2.4.1.3.  Huile  de  massage ................................................................................... 15
  6. 6. 2.4.1.4.  Huile  de  requin  utilisée  contre  les  parasites  des  animaux................. 15 2.4.1.5.  Complément  alimentaire  pour  le  bétail............................................... 16 2.4.2.  Autres  usages................................................................................................. 16 2.4.2.1.  Huile  de  consommation ........................................................................ 16 2.4.2.2.  Conservateur  biologique....................................................................... 16 2.4.2.3.  Huile  de  requin  utilisée  comme  combustible  liquide......................... 17 2.4.2.4.  Huile  de  requin  et  entretien  des  bois  de  construction ....................... 17 3.  DISCUSSIONS............................................................................................................ 18 CONCLUSION................................................................................................................. 22 REFERENCES  BIBLIOGRAPHIQUES ...................................................................... 24 ANNEXES
  7. 7. INTRODUCTION Les mers et les océans sont des écosystèmes trèsichesr en ressources halieutiques notamment les poissons, les crustacés, les mollusques. Les poissons sont des produits marins qui contiennent beaucoup d’éléments nutritifs. Ilssont composés essentiellement par de l’eau (de 66% à 81%), de protéines (de 16% à 21%), de lip ides (de 0,2% à 25%), Hydrates de carbones (< 0,5%), de sels minéraux et quelques vitamines. (http://www.fao.org/ docrep/003/v7180f/v7180f/v7180f05.htm: Principaux composants chimiques de poissons). Les poissons dits semi-gras accumulent leurs graisses dans leur foie et/ou dans leurs muscles. Les requins font partie des poissons semi-gras dont leur foie regorge une quantité significative d’huiles qui les différencient avec les autres types de poissons. Le foie d’un requin peut présenter jusqu’à 25% de son poids total. Actuellement, les requins sont parmi les espèces marines très exploitées dans le monde. En se basant sur les chiffres des captures mondiales et des exportations et importations de requins de l’année 2003, Indonésie, Espagne, USA, Canada, Japon, Royaume-Uni et Nouvelle- Zélande apparaissent comme les principaux acteurs mondiaux de la production et du commerce de requins (Sonja, 2007). A part de l'utilisation de la chair et les ailerons pour l’alimentation humaine, toutes les parties de requins sont utilisables. On peut citer entre autres l’utilisation des huiles de leurs foies dans l’industrie pharmaceutique, de leur peau dans la maroquinerie, la transformation de leurs cartilages en gélatine, etc.…Toutefois, la di sproportion du prix d’achat entre les ailerons et les autres parties du corps fait qu’en pratique, le requin n’est exploité quasiment que pour ses ailerons (www.canal.ird.fr/programmes/recherches:requins ). A Madagascar, notamment dans la Commune Rurale de Saint-Augustin (District de Toliara II, Région Atsimo Andrefana), l’exploitation d’huile de foie de requin fait partie des activités principales des villageois. La quantité mportantei d’huile que l’on peut extraire à partir des foies de requins constitue par conséquent une des motivations pour la pêche au requin dans cette commune. Depuis ces dernières années, l’huile de foie de requin est très recherchée. Un circuit commercial, plus ou moins long suivant le cas, vient donc être apparu. De nombreuses personnes, pêcheurs ou non, s’intéressent actuellement à cette exploitation juteuse. Aussi, pouvons-nous avancer l’existence de la filière huile de foie de requin dans notre site d’étude. 1
  8. 8. Dans le cadre du présenttravail, nous allons contribuer à une étude analytique de cette filière d’où l’intitulé adopté : «Filière huile de foie de requin dans la Commune Rurale de Saint-Augustin, Région Atsimo Andrefana». Notre objet principal est de collecter des informations relatives à cette filière afin d’évaluer ses impacts divers (à court et à long terme) sur la vie socio-économique des villageois et sur l’écosystème marin. Pour bien présenter les informations collectées, nous allons décrire, après cette introduction, le chapitre matériel et méthodes. Ilsera suivi par des résultats obtenus qui seront ensuite discutés. En fin, une conclusion terminerace document. 2
  9. 9. 1. MATERIEL ET METHODES 1.1. Matériel d’étude : Requin Les requins sont des poissons cartilagineux (Chondrichtyens) dont leur squelette est constitué de cartilage. Ils sont généralement de andegr taille, plusieurs espèces sont prédatrices en eau peu profonde. Selon Creagh en 1997, les requins comprennent 8 ordres, 29 familles, 99 genres et plus de 350 espèces. Leur couleur est en général rne,te allant du gris au brun. Cet auteur a donnée la classification des requins suivante : Règne : Animale Phylum : Chordés Sous phylum : Vertébrés Classe : Chondrichtyens Sous classe : Elasmobranches 1.2. Bio-écologie des requins Tableau 1 : Généralités sur la bio-écologie des requins Les requins sont généralement des prédateurs, ce sont des espèces carnivores. Ils se nourrissent de poissons, de pieuvres, d’escargots de mer, Régime etc. Les gros requins comme le requin-pèlerin et le requin-baleine ne se nourrissent que de plancton et de tout petits poissons par un système de filtration. Les requins se déplacent à l’aide de leurs nageoires. Ils n'ont pas de vessie natatoire pour maintenir leur position dans l'eau et contrôler leur flottabilité Locomotion mais ils ont acquis un foie de grande taille, riche en huile appelée squalène de densité moindre que l’eau. Cette faible densité leur aide à flotter. La plupart de requins se reproduisent dans l'océan; cependant certains requins de l'ordre des Pristiophoriformes choisissent les lacs. La maturité Reproduction sexuelle est atteinte tardivement de six à vingt an s (Parnell, 2004). Le nombre d'individus par portée est très faible (quelques individus selon les espèces) et la durée de la gestation est particulièrement longue (de 7 mois à 2 ans). Les requins sont présents dans toutes les mers et tous les océans du globe Répartition (http://fr.wikipedia.org/wiki:Requin). 3
  10. 10. 1.2. Site d’étude : Saint-Augustin Saint-Augustin appelé également Ianantsony ou Anantsono est une Commune Rurale dans le District de Toliara II, Région Atsimo Andrefana de Madagascar. Il a une latitude de 23° 33' 00'' Sud et une longitude de 43° 45' 00''Est. Le tropique du Capricorne passe à quelques kilomètres au nord du bourg de Saint- Augustin. Ce dernier est situé au pied de grandes falaises calcaires blanches, à l'embouchure du fleuve Onilahy, à une trentaine de kilomètres de la ville de Toliara. Le site est formé d'alluvions limoneuses et sableuses. Une partie du sable est remanié en dunes. La population est composée essentiellement par des pêcheurs Vezodont leur activité principale est la pêche traditionnelle (http://fr.wikipedia.org/wiki/discussions:Saint-Augustin ). La Commune Rurale de Saint-Augustin est découpée administrativement en 13 Fokontany à savoir Anantsono, Ampasinihita, Lovokam py, Tanandava, Lavenombato, Ambatobe, Marobika, Amohibory, Fenoarivo, Manoroka, Ankerereaka, Sarodrano et Ankilibe. Figure 1: Localisation de Saint-Augustin Figure 2: Carte de Madagascar (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier (Google earth 2010) Madagascar-location-map-svg) 4
  11. 11. 1.3. Méthodes pour la collecte des données 1.3.1. Documentation La documentation constitue la première étape de notre travail. Ainsi des données relatives à notre thème et d’autres informations pe rtinentes ont été collectées dans de nombreuses bibliothèques de l’Université de Toliara, de l’I.H.S.M et de l’Alliance Française. D’autres données ont été recherchées sur Internet. 1.3.2. Enquêtes Une série d’enquêtes a été réalisée dans la CommuneRurale de Saint-Augustin. Les enquêtes ont été établies, de façon ouverte, à l’aide des fiches (Annexe III). Ainsi, pêcheurs, producteurs et collecteurs d’huile de requin et des villageois ont constitué notre source d’informations. 1. 3.2.1. Enquêtes au niveau des pêcheurs Nous avons recherché auprès des pêcheurs de la baiede Saint-Augustin des informations relatives à la pêche aux requins. Des questions ont donc été posées afin de soutirer d’un maximum d’informations concernant sur tout leurs zones de pêche, le nombre de requins capturés par jour, les espèces et les caractéristiques de requins pêchés, les parties valorisables, le circuit commercial avec le prix de vente… 1.3.2.2. Enquêtes au niveau des producteurs d’huilede requin Ces enquêtes ont été réalisées, au niveau de deuxokotanyf de Saint-Augustin : Ampasinihita et Lovokampy, pour avoir des renseignements relatifs à la production d’huile de foie de requin. En faite, elles y ont été réaliséescar c’est dans ces deux fokotany qu’on trouve essentiellement la production d’huile de foie de requin. Ainsi, les objectifs étaient de connaitre les espèces et les parties de requins utilisées, le diagramme de production avec le rendement, le devenir de leur produit : l’huile de foie de requin. 1.3.2.3. Enquêtes auprès des collecteurs d’huile derequin Les enquêtes réalisées aux collecteurs, dans les uxde fokotany cités précédemment, ont été guidées pour en savoir plus sur la base deleurs choix et critères lors de la collecte d’huile (au sens qualité) et le circuit commercial de ce produit. On leur a demandé également l’éventuel traitement apporté à l’huile brute achetée aux producteurs. 5
  12. 12. 1.3.2.4. Enquêtes auprès des villageois de Saint-Augustin Cette étape d’enquêtes a pour but de collecter desinformations concernant les différents usages d’huile de requin depuis les temps ancestraux. 1.4. Traitement de données Les données brutes collectées pendant nos documentation et enquêtes constituent nos résultats. Il nous reste de les traiter, les trier et les organiser afin de bien rédiger notre mémoire et de bien présenter ce document. 6
  13. 13. 2. RESULTATS 2.1. Pêche aux requins 2.1.1. Embarcation et engins de pêche La pêche aux requins pratiquée dans la baie de Saint-Augustin peut être qualifiée comme étant une pêche traditionnelle. Les pirogues,non motorisées, sont les embarcations utilisées par les pêcheurs. A chaque sortie, le nombre de pêcheurs dans une embarcation varie selon la taille de la pirogue et les techniques de pêche utilisées. En fait, deux techniques de pêche aux requins sont pratiquées dans ce site : lapremière utilise la palangre (des lignes de 2 ou 3,2 mm de diamètre) munie sur toute sa longueur d'hameçons appâtés (Fig. 3) et la deuxième utilise les Jarifa qui sont des filets maillants dont la taille de la maille est de l’ordre de 10 à 20 cm (Fig. 4). La pêche aux requins est pratiquée au large pendantoute l’année sauf durant les mauvais temps, exemple : période de cyclone, fort vent du Sud. Une coopération se trouve entre quelques pêcheurs t e des opérateurs étrangers collecteurs d’huile de requin. Ces opérateurs donnent aux pêcheurs des filets maillants sous réserve que les femmes des pêcheurs bénéficiairesendentv leurs huiles de requin au Chef fokotany d’Ampasinihita et au Chef fokotany de Lovokampy. Les deux derniers collectent ensuite ces huiles pour ces operateurs. Figure  3  :  Un pêcheur tenant une palangre Figure 4 : Un pêcheur tenant un filet maillant avec des poissons accrochés sur les hameçons 7
  14. 14. 2.1.2. Requins capturés dans la baie de Saint-Augustin Quatre espèces de requins, de longueur variant approximativement de 0,5 à 1,5m, sont capturées dans cette zone. La capture, par sortie, par pirogue varie de 0 à 4. Le tableau 1 ci- dessous donne la description de ces espèces. Tableau 2 : Description de 4 espèces de requins capturées dansla baie de Saint-Augustin NOMS NOMS NOMS CARACTERISTIQUES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS LOCAUX -Sa tête est plutôt plate. Ses orbites sont importantes et de forme elliptique. Centrophorus Akio foty -Reconnaissable à ses deux aiguillons. Squale ou Akio granulosus sanguin belidaky -Il mesure environ 1,50 m. (Fig. 5) commun -Observé à des profondeurs allant jusqu'à 1 300 m. La femelle est ovovivipare (http : //www.dinosoria.com/lexique-requin) -Aucune nageoire anale, deux nageoires dorsales avec les colonnes vertébrales, arquée légèrement en arrière avant la première nageoire dorsale, régions plus Centrophorus sombres de coloration au-dessus de branchies et sur les uyato Petit squale Akio nageoires dorsales, et une nageoire caudale encochée. sanguin belidaky -Vit près du fond entre 50 et 1400 m. La femelle est(Fig. 6) ovovivipare (fishbase.org.cn/summary/species/Centrophorus uyato) - Corps svelte et fuseau-façonné; yeux énormes ; les fentes de la lamelle désirent ardemment, mâchoires Pseudocarcharias hautement effrayantes. komoharai Requin Hihahiha -Taille moyenne entre 60 cm et 80 cm. crocodile -Observé du fond entre 500 et 2500 m. Vivipare ou(Fig. 7) ovovivipare (http://www.nova.edu/ocean/sharksandrays.html) -Un long museau aplati qui ressemble à une savate. -Grands yeux jaunes 1,10 m de long et vit entre 75 m et 1 500 m de profondeur. Deania calcea Squale -Corps très fuselé comportant des denticules saillants Soroboay savate qui donnent à sa peau une-texture-épineuse. (Fig. 8) -Un évent sur le côté de sa tête et une forte épineà l’avant de ses dorsales. La femelle est ovovivipare (http ://www.dinosoria.com/lexique-requin) 8
  15. 15. Figure 6: Centrophorus uyato Figure 5: Centrophorus granulosus Source: fishbase.org.cn/summary/species/ Centrophorus uyato Figure 8: Deania calcea Source: http://www.dinosoria.com/ Figure 7:Pseudocarcharias  komoharai lexique-requin 2.2. Devenir des requins capturés 2.2.1. Vente de la chair et des ailerons de requin La chair et les ailerons de requin sont vendus localement et/ou acheminés en dehors de Saint-Augustin. Quelques villageois de Saint-Augustin s’intéressent à la vente de la chair de requin. Ils l’acheminent, sous forme fumée, vers Toliara, Sakaraha et Ilakaky. Par contre, les ailerons intéressent particulièrement des collecteurs étrangers et/ou nationaux. A Saint-Augustin, le prix de la chair varie de 400 à 600 Ar le kilogramme. Les ailerons coûtent environ 50000 à 100000 Ar le kilog ramme. 2.2.2. Consommation La chair de requin fait partie des habitudes alimentaires des habitants de Saint- Augustin et des habitants des villages proches. Ils en mangent souvent avec du riz ou du manioc. La tête de requin et les déchets de préparation sont récupérés pour l'alimentation animale. Ils sont souvent destinés pour les cochons. 9
  16. 16. 2.2.3. Foie de requin Le foie de requin est encore une partie valorisable, son poids varie d’une espèce à l’autre, mais en moyenne il représente le 20% du poids total de l’animal. Il constitue la matière première utilisée par les villageois pourla production de l’huile. Pour ce faire, les producteurs procèdent à des techniques d’extraction . 2.3. Huile de foie de requin 2.3.1. Techniques d’extraction Trois techniques d’extraction d’huile de requin on t été observées : Exposition au soleil ; Bain marie ; Cuisson. 2.3.1.1. Exposition au soleil Le principe de cette technique consiste à exposer a u soleil le foie de requin pour faire fondre l’huile. D’abord, on tranche le foie en peti ts morceaux (Fig. 9) pour que la surface exposée au soleil soit un peu plus grande. Les morceaux ainsi obtenus sont ensuite mis dans une cuvette, puis exposés au soleil (Fig.10) pendant quelques heures selon la température. Après cela, l’huile se fond et on la récolte avec de la cuillère. Figure 9 : Foie de requin tranché en petits morceaux Figure 10 : Morceaux de foie de requin exposés au soleil 10
  17. 17. 2.3.1.2. Bain marie Le principe de cette deuxième technique, comme son nom l’indique, est d’utiliser l’eau bouillie comme source de chaleur pour faire fondre l’huile dans le foie. D’abord, elle consiste, comme la technique précédente, à trancherle foie en petits morceaux. Et au lieu de les exposer au soleil, les morceaux de foie, mis dans une cuvette, sont placés dans une marmite contenant de l’eau bouillie (Fig. 11). Après certains temps, l’huile fond et on la récolte au moyen d’une cuillère. Figure 11 : Bain marie des morceaux de foie de requin 2.3.1.3. Cuisson Le principe d’extraction d’huile à partir de cette dernière technique consiste à cuire les morceaux de foie dans une marmite (Fig. 12). L’huile fond quelques minutes après, et ce suivant la température du feu. L’huile extraite est ensuite transvasée dans une cuvette pour la refroidir (Fig. 13). Figure 12 : Morceaux de foie cuits Figure 13 : Huile de foie de requin dans une marmite dans une cuvette 11
  18. 18. La figure 14 suivant montre le diagramme de production d’huile de foie de requin avec les trois techniques d’extraction décrites précédement. Requin Extraction Foie Tranchage Morceaux de foie Exposition au Bain-marie Cuisson Huile Huile Huile Figure 14 : Diagramme de production d’huile de foie de requin 12
  19. 19. 2.3.2. Qualité des produits obtenus La qualité des produits obtenus varie selon la technique d’extraction adoptée. En effet, les produits obtenus à partir de l’expositio n au soleil et le bain marie prennent généralement la couleur jaune pâle. Par contre, lacouleur des produits issus de la cuisson varie selon la température et la durée de la cuisson. En fait, elle varie de jaune pâle à une couleur très sombre. Plus la durée et la température de la cuisson sont élevées, plus les produits obtenus deviennent très sombres. Les huiles extraites de foie de requin sont très fluides et elles présentent une odeur émétique. Compte tenue de cette odeur, les huilesobtenues par cuisson ont un fumet moins faible que les autres. L’huile de couleur jaune pâle et celle obtenue à p artir de requin du genre Centrophorus sont très recherchées et classées comme huile de onneb qualité. 2.3.3. Commercialisation d’huile de foie de requin L’huile de requin obtenue est vendue localement ou acheminée en dehors de Saint- Augustin. Cette commercialisation commence à partir des producteurs. Le circuit commercial se caractérise par l'existenc d'un ou plusieurs intermédiaires qui interviennent entre les producteurs et les utilisateurs. L’huile produite par les femmes de pêcheurs est vendue aux villageois intéressés, au chef fokotany d’Ampasinihita, au chef fokotany de Lovokampy, aux commerçants venant de Saint-Augustin ou de l’extérieur. Le prix de départchez femmes de pêcheurs est de 3500 Ar le litre. Ces commerçants revendent les produits collectés à Saint-Augustin au marché de SCAMA Toliara. Le prix devient 4000 à 4500 Ar le li tre. Les chefs fokotany d’Ampasinihita et de Lovokampy produisent l’huile de foie de requin, mais ils collectent également les produits des autres producteurs (femmes de pêcheurs). Ils sont donc à la fois producteurs et collecteurs. Ils vendent ensuite leurs produits aux collecteurs étrangers. Un producteur dans le fokotany de Lovokampy fait exception, il achemine ses produits directement vers le capital de Madagascar (Antananarivo). 13
  20. 20. La figure 15 ci-dessous montre le circuit commercial de la filière huile de requin produite dans la Commune Rurale de Sain-Augustin Femmes de Commerçants Toliara ville pêcheurs d’huile de Utilisateurs(Au marché de (Productrices) requin SCAMA) Un habitant d’Ampasinihita Antananarivo(Producteur et collecteur) Chef fokotany d’Ampasinihita (Producteur et collecteur) Collecteurs etrangers Chef fokotany de Lovokampy (Producteur et collecteur) Utilisateurs locaux Figure 15 : Circuit commercial de la filière d’huile de foie de requin produite dans la Commune Rurale de Saint-Augustin. 14
  21. 21. 2.4. Utilisations d’huile de foie de requin 2.4.1. Usages thérapeutiques 2.4.1.1. Soins de plaies L’huile de foie de requin est utilisée pour soigner des plaies et guérir toutes sortes de maladies de la peau. La blessure, la morsure et la gale sont des plaies pouvant être soignées par l’utilisation d’huile de foie de requin. Elle peut aussi cicatriser rapidement la brûlure. Vue sa capacité de cicatrisation, les villageois affirment qu’il vaut mieux l’utiliser, en cas de brûlure, que d’aller à l’hôpital. Ils prennent soin également de leur en fant circoncis avec cette huile. Le mode d’utilisation est très simple, il suffit de mettre une petite quantité d’huile sur toute la surface de la plaie concernée. Du point de vu traitement de plaies, les villageois trouvent que l’huile de requin du genre Centrophorus est la plus efficace par rapport aux huiles des autres espèces de requins. 2.4.1.2. Remède contre la toux L’huile de foie de requin est utilisée dans la médicine traditionnelle de la région pour guérir la toux. Cette pratique est acquise grâce à des expériences vécues par leurs ancêtres. Le traitement consiste à prendre deux cuillères à café par jour (matin et soir) jusqu’à la disparition totale de la maladie. Une over dose peut quand même provoquer des effets indésirables comme à titre d’exemples la colique et la diarrhée. 2.4.1.3. Huile de massage L’huile de foie de requin est utilisée par les « Renin-jaza » ou sages femmes traditionnelles pour faire des massages. Elles utilisent cette huile pour traiter non seulement les femmes enceintes mais aussi des gens ayant des problèmes d’articulation. 2.4.1.4. Huile de requin utilisée contre les parasites des animaux L’huile de foie de requin y est également utiliséeen tant qu’insecticides. Dans ce cas, les villageois l’utilisent pour combattre les parasites des animaux comme la puce des volailles, les poux des chèvres, des moutons, des couchons et des bœufs. Pour ce faire, on met cette huile sur les parties des animaux où se trouvent les parasites. 15
  22. 22. 2.4.1.5. Complément alimentaire pour le bétail L’huile de foie de requin constitue un complément alimentaire pour le bétail, elle est donnée en particulier aux animaux maigres. Les éleveurs leur donnent 250 ml d’huile par jour pendant environ deux semaines. Après le traitement, les animaux se trouvent en bonne santé indiquée en particulier par la repousse de leurs poils. 2.4.2. Autres usages 2.4.2.1. Huile de consommation L’huile extraite du foie de requin est parfois utilisée par les villageois comme huile de table. Elle est utilisée pour préparer certains types d’aliments tels que les poids du cap et les haricots. 2.4.2.2. Conservateur biologique L’utilisation d’huile de foie de requin est un syst ème permettant de conserver les produits de la pêche à exporter hors de Saint-Augustin. Cette pratique consiste à cuire les produits à exporter avec l’huile de requin. Les commerçants de poissons de Saint-Augustin conditionnent leurs marchandises avec cette huile (Fig. 16) avant de les exporter à Sakaraha à Ilakaky…. Les poissons conditionnés avec cette mét hode peuvent être conservés plus long temps : quelques semaines voir quelques mois. Figure 16 : Poissons conditionnés avec l’huile de requin 16
  23. 23. 2.4.2.3. Huile de requin utilisée comme combustibleliquide Dans la vie quotidienne, les villageois de Saint-Augustin utilisent égalementl’huile de foie de requin en alternance avec du pétrole lampant. Ainsi avec cette huile, ils arrivent à allumer le feu et leur lampe pendant la nuit. 2.4.2.4. Huile de requin et entretien des bois de construction Les villageois entretiennent leur maison avec l’huile de requin. Leur pratique consiste à tremper soigneusement les bois de construction av ec cette huile. Les bois conditionnés avec huile de requin peuvent rester en bon état pendantplusieurs années. 17
  24. 24. 3. DISCUSSION A Madagascar, la pêche au requin est pratiquée dans plusieurs sites de pêche notamment au Nord (Majunga, Nosy-Be, Antsiranana, Antalaha jusqu’à Tanjona-Masoala), à l’Est (Tamatave, Saint-Marie, Maroantsetra), au moyen Ouest (entre Morondava et Belo sur Tsiribihina) et au Sud-Ouest (entre Toliara et Morombe). Saint-Augustin est un site de pêche au requin se trouvant dans le Sud-Ouest de Madagascar (Cooke 1997). Selon Parnell en 2004, les techniques et les engins de pêche aux requins varient d’une région à l’autre, de la pêche à la ligne, à la senne tournante ou des palangres de plusieurs kilomètres. Concernant la valorisation de produits dérivés de equin,r la chair, les ailerons, les dents, la peau et l’huile de leur foie sont recherchés à Madagascar. Parmi ces produits, les ailerons ont la plus haute valeur commerciale. Pour le cas de Saint-Augustin, les ailerons de requins et l’huile de leur foie sont les principaux produits très recherchés. A Madagascar, la chair de requin est destinée pour la consommation humaine et les autres produits tels que les ailerons et l’huile de leur foie sont exclusivement destinés aux marchés extérieurs dont Hong Kong, Singapour et Malaisie et une moindre quantité pour la France (Borida 2003 et FARAJAO 2007). L’huile de requin produite à Saint-Augustin a plus ieurs destinations. Elle est utilisée par les villageois pour des raisons thérapeutiques ou non. Aussi, elle est vendue localement et/ou acheminée vers quelques marchés régionaux. Au niveau international, la pêche aux requins devient une activité importante dans plusieurs pays du monde, citons entre autres Indonésie, Espagne, USA, Japon, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, Taiwan, Cuba, Uruguay, Italie, France, Allemagne et Australie (Rudolf 1978 et Sonja 2007). Dans ces pays, les engins de pêche utilisés pour capturer les requins varie d’un pays à l’autre, mais les plus utilisés sont les filets maillants et la palangre. Les valorisations de requin ne sont pas les même pour tous les pays intéressés. A France, Italie, et en Australie, les requins sont recherchés essentiellement pour leur chair. Par contre, à Californie, les requins sont exploités pour leurs ailerons, leur chair, leur peau et leur huile. A Taiwan, les requins pêchés sont utilisés,généralement, comme source de matières premières dans la production de squalène, de vitamine A et D. (Rudolf 1978). 18
  25. 25. Les cartilages de requins peuvent être transformésen gélatine. Actuellement, ils font partie des produits dérivés de requin très recherchés dans les marchés internationaux. Des recherches ont été effectuées dans plusieurs pays, et continuent toujours, sur l’utilisation d’huile de foie de requin et toutes autres parties de requin en tant que matières premières pour les produits pharmaceutiques. Analysée, on constate dans cette huile, encore plusque dans l’huile d’olive, une forte concentration en acides gras appelé squalène. Ces cidesa gras sont des alkyl-glycerols ou alkyglycerols dits AKG (lipides-éthers), éléments ueq l'on trouve chez l'homme dans les organes fortement impliqués dans l'immunité (foie,rate, moelle osseuse, lait maternel : il contient 10 fois plus d'AKG que le lait de vache). Les alkyglycerols activent et modulent le facteur d'agrégation plaquettaire (PAF) qui joue un rôle crucial dans la maîtrise des réponses aux maladies inflammatoires comme l'asthme, les allergies, les rhumatismes (action des acides gras serie n-3 C20 et eicosanoides de la serie n-3). Ces molécules aident à la restauration des tissus (plasmalogènes, c’est à dire qu’ils stabilisent les membranes et évitent l’oxydation des lipides). Donc l’huile de foie de requin a aussi une propriété anti-oxydante. (Bradley, 2000 ; biogassendi.com : squalène, shiitake, maitake, propolis, aloès, Q10, algues.ALLIES DE L'IMMUNITE) L’huile de foie de requin, en tant qu’un antioxydan t, peut diminuer ou empêcher l'oxydation d'autres substances chimiques. L'oxydation fait partie d'une réaction d'oxydo- réduction qui transfère des électrons d'une substance vers un agent oxydant. Cette réaction peut produire des radicaux libres qui entraînent des réactions en chaîne destructrices. Les antioxydants sont capables de stopper ces réactions en chaîne en se réduisant avec les radicaux libres et annihilant ainsi leur action. Les actions des antio-xydants dans notre santé nous permettent de vivre « jeune » plus longtemps. (http://www.helthandfood.be/htm/fr/article/66/Antiox_scores :le « top 20 » des antioxydants). Les usages d’huile de requin ne restent pas uniquement dans les domaines thérapeutiques. Les recherches sur cette filière voluenté et inventent d’autres usages. Les principales utilisations de cette huile sont actuellement les suivantes : ∑ Alimentation humaine ∑ Production pharmaceutique ∑ Alimentation animale 19
  26. 26. ∑ Tannerie ∑ Industrie chimique de spécialités (chimie fine et arachimie)p : produits d'étanchéité, peintures, vernis industriels, lubrifiants, produits hydrofuges, savons, cire de bougie... (http://fr.wikipedia.org/wiki: Huile de poisson). Des analyses sur la teneur en squalène des huiles de certaines espèces de requin ont été faites par des chercheurs. Les résultats de ces analyses sont consignés dans le tableau 2. Tableau 3 : Comparaison de la teneur en squalène chez différents requins Espèce Teneur en Squalène (en %) Centrophorus uyato 85.0 % Centrophorus squamosus 70.0 % Deania calceus 51.5 % Centroscymnus crepidater 49.0 % Dalatias licha 46.5 % Centroscymnus coelolepis 36.2 % Source : (http://mika.dit.kl.pages perso-orange.fr/htm : Requins) D’après le tab. 2, la teneur en squalène de l’huile de foie de requin du genre Centrophorus se trouve en quantité importante. Probablement, les résultats consignés dans ce tableau a une corrélation avec l’affirmation des villageois de Saint-Augustin qui dit que l’huile de belidaky ou les espèces de requins du genre Centrophorus est la plus efficace dans le traitement des maladies. Et peut-être, c’est laraison pour laquelle les collecteurs Chinois dans le village de Saint-Augustin préfèrent acheterles huiles de foie de ce genre de requin. La qualité d’huile de requin ne s’explique pas seulement par sa teneur en squalene, mais on tient compte aussi de sa couleur. En 1978, Rudolf Kreuzer et Rashid Ahmed affirment que l’huile de foie de requin de bonne qualité doit être séparée de l’eau et des impuretés et il faut qu’elle soit de couleur pâle. Les lipides marins en particulier l’huile de foie de requin ont une propriété antiparasitaire. Les expériences réalisées par George et al. en 1969 ont montré que cette huile provoque un disfonctionnement du métabolisme des parasites helminthes. Le résultat de ces expériences coïncide avec le résultat des enquêtesfaites à Saint-Augustin concernant l’usage de cette huile en tant que antiparasite et en tant que complément alimentaire pour le bétail. 20
  27. 27. Les lipides marins suscitent depuis quelques annéesun intérêt croissant en termes de perspectives de recherches et d’applications. Les poissons sauvages, requins, sardines, anchois, maquereau, hareng constituent une excellente source de lipides marins riches en acides gras polyinsaturés (Omega 3 et 6) qui sont connus dans le traitement des maladies cardio- vasculaires. Dans le marché international, ces acides gras essentiels sont vendus, sous forme de capsules gélifiées, en tant que complémentalimentaire. (www.mind1st.co.uk: huile de poisson). Actuellement, l’exploitation de requin intéresse plusieurs pays dans le monde. Ceci s’explique par le fait que les produits dérivés de requins sont très recherchés au niveau international et ils ont une haute valeur commerciale. La pêche et les techniques d’extraction d’huile de foie de requin pratiquées à Saint- Augustin sont encore traditionnelles par rapport à celles des pays développés. Dans ces pays, cette pêche et ces techniques sont industrialisées. A Saint-Augustin, région Antsimo-Andrefana de Madagascar, la peau et les cartilages sont les produits dérivés de requin qui ne sont pasencore valorisés. Les utilisations thérapeutiques d’huile de requin dans la commune de Saint-Augustin sont encore traditionnelles. Les villageois utilisent cette huile à l’état brute, sans avoir passé par une transformation industrielle. La filière huile de requin aurait pour les villageois de Saint-Augustin des impacts socio- économiques divers. Elle crée des emplois éduisantr ainsi le taux de chaumage dans le village. Elle est donc devenue une source de revenu pour les pêcheurs, les producteurs, les collecteurs et les commerçants d’huiles de requin,… .etc. La liste des bénéficiaires dépend du circuit commercial des produits. En outre l’huile de requin facilite la vie quotidienne des villageois. (cf. chapitre 2.4) Malgré les avantages générés par cette filière, eellprésente quand même des inconvénients, surtout au niveau l’environnement marin. L’utilisation des Jarifa, la pèche non- stop et l’absence des lois relatives à la pêche aux requins diminuent progressivement leur population et menacent les Cœlacanthes qui existent dans la baie de Saint-Augustin. De plus, les requins sont des poissons vulnérables puisque leur maturité sexuelle est atteinte tardivement, de six à vingt ans (Parnell, 2004). Le nombre d'individus par portée est très faible et la durée de la gestation est particulièrement longue de 7 mois à 2 ans. 21
  28. 28. CONCLUSION En guise de conclusion, on peut dire que la présente étude est très intéressante dans la mesure où elle nous a permis d’avoir des connaissances essentielles qui nous serviront des données de base pour les prochaines études de filière huile de foie de requin. A la lumière des informations ressemblées dans le présent mémoire, il convient de tirer plusieurs constats. Dans la commune de Saint-Augustin, la filière huile de requin constitue une opportunité de développement socio-économique. Les requins sont actuellement pêchés par les villageois de Saint-Augustin pour l’alimentation humaine et surtout pour la vente de leurs ailerons et des huiles de leurs foies. Trois techniques d’extraction d’huile de foie de re quin ont été observées, mais même s’il en existe plusieurs, le principe reste toujours le même : créer une source de chaleur pour l’extraire. L’huile de requin de couleur jaune pâle et l’huile de foie de requin du genre Centrophorus est qualifiée dans la commune de Saint-Augustin comme étant une huile de bonne qualité. Les principaux usages d’huile de foie de requin sont : soin des plaies, traitement pour la toux, complément de croissance pour le bétail, uileh de massage, antiparasite, huile de consommation, conservation des produits de la pêcheet entretient des bois de construction. On peut donc affirmer que l’huile de foie de requin est un haut précurseur des bio- médicaments assurant la guérison des maladies de’hommel et des animaux. Les résultats des études antérieures sur la filièrehuile de foie de requin ont montré que cette huile contient des substances appelées Alkyglycerols. Ces substances sont des molécules actives qui assurent la guérison des maladies. Vu les utilisations citées précédemment et les propriétés d’Alkyglycerols, nous pourrions donc envisager à la valorisation de cette huile pour des diverses utilisations modernes : antivieillissement, anti-cancer, anti-inflammatoire, anti-tuberculose, antiparasitaires, antimicrobiens, et compléments alimentaires. Comme perspective spécifique, il faut valoriser l’huile de requin, en tant que complément alimentaire, afin de pouvoir contribuer à la lutte contre le mal nutrition dans les pays sous développés. 22
  29. 29. A Saint-Augustin, on peut penser aussi à la valoris ation de la peau de requin comme source de matières premières pour les artisans. Lescartilages doivent être également valorisés pour produire de la gélatine. Néanmoins, il nous faut des connaissances en biochimie pour que ces perspectives puissent être réalisées. Cette matière va nous nousaider à bien connaitre, exploiter et valoriser les lipides marins. Face à la menace que pourrait subir la population d e requins dans la baie de Saint- Augustin, il faut penser à sa conservation et sa p rotection pour que la filière huile de requin reste une activité durable pour les villageois. Dece fait, il faut faire une étude particulière sur la gestion durable des requins dans la baie de Saint-Augustin. La taxation au niveau locale, régionale, nationale et internationale sur le commerce des produits dérivés de requins doit être mise en place pour réduire cette menace. 23
  30. 30. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ∑ BORIDA J., 2003. Projet d’implantation d’une entrep rise de produits halieutiques à Belo sur Tsiribihina-MENABE. Mémoire de maîtrise en gestion, Université d’Antananarivo, Faculté de droit, d’économie, de gestion et de sociologie, Département gestion. p 84. ∑ BRADLEY M. W., Peter D. N., 2000. Lipid composition of the liver oil of deep-sea sharks from the clantham Rise, New Zealand. Comparative Biochemestry and Physiologiy, Part B, Biochimestry and Molecular Biology,Volume 125, Issue 4. pp 511-521. ∑ COOKE A. J., 1997. Survey of elasmobranch ficheries and trade in Madagascar, in shark product in the Western India and South-Est Atlantic oceans. TRAFFIC East/ Southern Africa. pp 101-128. ∑ CREACH C., 1997. « Ce qui se cache derrière un nom » in les Requins. International publishing corporation Ltd. P 35. ∑ FARAJAO C. J., 2007. Projet de collecte et de commercialisation d’ailerons de requin dans le district d’Ambanja : Région DIANA. Memoire de fin d’etude du cycle en gestion, Université d’Antananarivo, Faculté de droit, d’économie, de gestion et de sociologie, Département gestion. p 77. ∑ GEORGE H. B., JOHN E. S., DONAL F., 1969. Lipid metabolism in helminth parasite. Fatty acid composition of shark tapeworms and of their hosts. Experimetal parasitology, volume 26, Issue 2. pp 209-213. ∑ PARNELL R., 2004. La gestion de requins est-elle durable et rationnelle? In CANOPEE n° 24 Mai 2005. pp 10-14. ∑ RUDOLF K. et RASHID A., 1978. Shark utilization and marketing. Food and agriculture organization of the United Nations, international trade centre. p 178. ∑ SONJA V. F., 2007. The shark alliance, Alerte pour les requins. p 16. 24
  31. 31. SITES WEB ∑ http://www.fao.org/docrep/003/v7180f/v7180f/v7180f05.htm : Principaux composants chimiques de poissons ∑ http://www.canal.ird.fr/programmes/recherches: Requins ∑ http://fr.wikipedia.org/wiki: Requin ∑ http://fr.wikipedia.org/wiki/discussions:Saint-Augustin ∑ http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier Madagascar-location-map-svg ∑ http://www.dinosoria.com/lexixue-requin ∑ fishbase.org.cn/summary/species: Centrophorus uyato ∑ http://www.nova.edu/ocean/sharksandrays.html • biogassendi.com: squalène, shiitake, maitake, propolis, aloès, Q10, algues. ALLIES DE L'IMMUNITE ∑ http://mika.dit.kl.pages perso-orange.fr/htm : Requins ∑ http://www.helthandfood.be/htm/fr/article/66/Antiox_scores : le « top 20 » des anti- oxydants ∑ http://fr.wikipedia.org/wiki: Huile de poisson ∑ www.mind1st.co.uk: huile de poisson 25
  32. 32. ANNEXES Annexe  I  :  SAINT-­‐AUGUSTIN Histoire À bord de sa caravelle Nossa Senhora da Esperança , un jésuite portugais, le père Luis Mariano, donna une description du site de Saint-Augustin observé en 1614. Entre 1602 et 1640, Régimont et Goubert, des marins de Dieppe, fréquentent la baie, au même moment que des Hollandais et des Anglais. C'est probablement à eux que l'on doit ce nom de Saint-Augustin. La baie de Saint-Augustin a plus tard étémarquée par le passage de nombreux e e navires pirates et négriers du XVII siècle au début du XIX siècle. En 1644, 140 pères pèlerins, semblables à ceux du Mayflower, établissent un fort. Un an plus tard, il ne resteque 12 survivants qui repartent en Angleterre. Plus tard, des commerçants indiens et français, en relation avec Nosy Ve, s'établissent à Saint-Augustin. Pourtant le site de Tuléar a été préféré par l'administration coloniale française à cette lo calité, du fait d'un site limité en surface et soumis aux inondations. Économie L'activité principale de Saint-Augustin est la pêche à partir de pirogues à balanciers. La baie constitue un site riche en ressources halieutiques. Un peu en amont sur l'Onilahy, on pratique la riziculture apportée par la populationtanosy. S'y ajoute l'élevage des caprins et des bovins.
  33. 33. Annexe  II  :  FICHES  D’ENQUETES ENQUETES AUPRES DES VILLAGEOIS DE SAINT-AUGUSTIN I.  Au  niveau  des  pêcheurs Fokontany  : Date : A.  Renseignements  sur  l’embarcation  et  les  engins  de  pêche  utilisés Quelle Combien Quels  sont  les  engins Comment  les Lesquels  de  ces Pourquoi  faites-­‐vous  la Pêcheurs embarcation d’embarcations engins  sont  les de  pêche  utilisés  ? utiliser  ? pêche  aux  requins  ? utilisez-­‐vous  ? possédez-­‐vous  ? plus  efficaces  ? P  1 P  2 B.  Niveau  de  production Période Nombre  de Quantité  des Que  les  requins  soient  pêchés Quand  faites-­‐ Durée  de jours  de pour Pêcheurs Zones  de  pêche  ? d’abondance produits vous  la  pêche  ? pêche  ? pêche/ de  requin  ? pêchés/Kg/jour  ? Leur Leurs Leurs semaine  ? chaire huiles ailerons P  1 P  2 C.  Renseignements  sur  les  requins  capturés Pêcheurs Noms  locaux  des  requins  capturés? Leurs  caractéristiques  ? P  1 P  2
  34. 34. II.  Au  niveau  des  producteurs  d’huile  de  foie  de  requin Fokontany  : Date : A.  Renseignements  sur  les  matériels  utilisés Matériels  biologiques Matériels  non  biologiques D’où  viennent Quels  types  de Quelles  parties  de Ces  parties  sont elles  utilisées Matériels  nécessaires  lors  de Producteurs les  requins requins  utilisez-­‐ requin  utilisez-­‐vous entant  que  sous l’extraction  ? utilisés  ? vous  ? ? produits  ? Pr  1 Pr  2 Pr  3 C.  Renseignements  sur  les  techniques  d’extraction  et  les  aspects  des  produits Les  étapes Y  a-­‐t-­‐il  des Quantité  d’huiles Requins  présentant Aspects  du Durée  de Problèmes Producteurs ingrédients  à obtenues/Kg  de un  taux  lipidique  plus d’extraction  ? produit  ? l’extraction  ? rencontrés  ? ajouter  ? foie  ? élevé  ? Pr  1 Pr  2 Pr  3 D.  Renseignements  sur  la  commercialisation  des  produits  finis Producteurs Qui  achètent  le  produit  ? Prix/L  ? Destinations  des  produits  ? Pr  1 Pr  2
  35. 35. III.  Au  niveau  des  habitants  locaux  (utilisateurs) Fokontany  : Date : Utilisateurs Utilisations  non  thérapeutiques  ? Utilisations  thérapeutiques    ? Posologie  ? Qui  peut  l’utiliser  ? Efficace  ou  non  ? U  1 U  2 U  3

×