Réforme	  des	  Rythmes	  Scolaires	  Proposi5ons	  de	  l’associa5on	  pour	  une	  mise	  en	  place	  réussie	  
Contexte	  •  Dans	  le	  cadre	  de	  la	  consulta5on	  organisée	  par	  la	  Ville	  de	  Paris,	  l’associa5on	  a	  ...
Samedi	  ou	  Mercredi	  •  La	  mise	  en	  œuvre	  du	  Samedi	  est	  plutôt	  soutenue	  par	  la	  communauté	  éduca...
Le	  contenu	  des	  TAP	  •  Les	  proposi)ons	  faites	  par	  la	  mairie	  nous	  semblent	  cohérentes	  à	  l’aPente...
La	  mise	  en	  place	  des	  TAP	  1/2	  •  Les	  créneaux	  de	  ¾	  heure	  sont	  à	  exclure	  car	  ne	  permePent	...
La	  mise	  en	  place	  des	  TAP	  2/2	  •  On	  propose	  de	  bloquer	  10H,	  pour	  l’enseignement	  où	  les	  enfa...
La	  revalorisa5on	  des	  Animateurs	  •  La	  qualité	  du	  projet	  périscolaire	  ne	  pourra	  se	  faire	  sans	  p...
La	  mise	  en	  applica5on	  Maternelle	  •  Les	  rythmes	  scolaires	  en	  maternelle	  sont	  forts	  différents	  des...
Les	  partenariats	  avec	  le	  5ssu	  associa5f	  local	  	  •  Le	  milieu	  associa5f	  local	  nous	  semble	  rela5v...
La	  mise	  en	  place	  du	  projet	  •  C’est	  le	  volet	  qui	  nous	  préoccupe	  le	  plus,	  quant	  à	  sa	  fais...
Conclusion	  •  On	  constate	  posi5vement	  les	  inflexions	  de	  la	  ville	  de	  Paris	  pour	  prendre	  en	  compt...
Annexe	  1	  :	  exemple	  d’emploi	  du	  temps	  •  On	  favorise	  le	  périscolaire,	  sur	  les	  périodes	  où	  les...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Proposition d'aménagement des temps scolaires

229 vues

Publié le

L'associaiton de parents d'élèves des Petits Baudelaire contribue à la remontée des proposition des parents pour une mise en place de la réforme à Paris.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
229
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Proposition d'aménagement des temps scolaires

  1. 1. Réforme  des  Rythmes  Scolaires  Proposi5ons  de  l’associa5on  pour  une  mise  en  place  réussie  
  2. 2. Contexte  •  Dans  le  cadre  de  la  consulta5on  organisée  par  la  Ville  de  Paris,  l’associa5on  a  pris  le  par5  d’accompagner  au  mieux  la  mairie  pour  que  la  mise  en  place  de  la  réforme  soit  un  succès  pour  les  enfants  et  ne  génère  pas  de  charge  supplémentaire  pour  les  parents  •  Au  delà  des  moyens  relevant  de  la  mairie,  nous  remontons  certains  points  liés  plus  largement  à  la  poli5que  na5onale  qui  nous  semblent  des  priorités  pour  que  le  projet  territorial  se  déroule  dans  un  cadre  serein  
  3. 3. Samedi  ou  Mercredi  •  La  mise  en  œuvre  du  Samedi  est  plutôt  soutenue  par  la  communauté  éduca5ve  et  une  faible  majorité  des  représentants  des  parents  d’élèves  à  l’école  Baudelaire.  C’est  l’opportunité  de  faire  plus  de  lien  entre  parents  et  professeurs,  de  garder  une  coupure  salutaire  en  milieu  de  semaine  pour  enfants  et  professeurs,  enfin  cela  ne  désorganise  pas  les  ac5vités  périscolaires  en  place  le  mercredi.  •  La  mise  en  œuvre  sur  le  mercredi  répond  au  décret,  ne  complexifie  pas  la  situa5on  des  familles  dont  les  parents  sont  séparés,  préserve  le  WE  familial.  Cela  n’allonge  pas  le  temps  des  enfants  en  collec5vité  qui  vont  en  centre  aéré  le  mercredi.    La  majorité  des  parents  choisit  le  mercredi,  c’est  la  posi5on  que  sou5endra  l’associa5on  
  4. 4. Le  contenu  des  TAP  •  Les  proposi)ons  faites  par  la  mairie  nous  semblent  cohérentes  à  l’aPente  des  parents:  livres,  informa5que,  musique,  sport,  langues  étrangères,  musée,  théâtre...  •  La  piscine  pour  l’instant  n  ’est  pas  proposée  pour  les  CM1,  on  peut  mePre  une  offre  périscolaire  sur  ce  segment.  •  La  connaissance  autour  de  la  sécurité  domes5que,  rou5ère…  nous  semble  aussi  un  domaine  où  les  moyens  municipaux  sont  plus  adaptés  que  ceux  de  l’éduca5on  na5onale.  •  Le  posi)onnement  avec  le  contenu  des  programmes  n’est  cependant  pas  clair:  est  ce  en  complément  ou  en  déléga5on  ?  Est  ce  que  l’académie  est  d’accord  pour  que  la  ville  prenne  en  charge  une  par5e  des  programmes  na5onaux  comme  c’est  fait  avec  les  PVP  ?  Comment  s’assure-­‐t-­‐on  de  la  complémentarité  des  approches  ?    Ces  contenus  ne  peuvent  pas  être  mis  en  œuvre  sur  ¾  Heure  puisque  certains  nécessitent  du  transport.  Il  faut  a  minima  des  périodes  de  1h30  voire  de  3h  (Musée,  Théâtre…)    
  5. 5. La  mise  en  place  des  TAP  1/2  •  Les  créneaux  de  ¾  heure  sont  à  exclure  car  ne  permePent  pas  de  mePre  en  place  des  contenus  de  qualité.  De  plus  cela  concentre  sur  très  peu  de  temps  la  demande  de  ressources  rares  (locaux  et  animateurs).  L’associa5on  demande  la  mise  en  place  de  temps  minimum  de  1h30  (permePant  le  déplacement  sur  des  locaux  proches)  et  certains  de  3H  (déplacements  longs  pour  les  musées,  théâtre,  équipements  spor5fs..)  •  MePre  en  place  ces  créneaux  sur  toute  la  semaine  lissera  la  demande  des  animateurs,  en  réduira  le  nombre,  et  pérennisera  leur  statut.  •  Cela  permePra  d’avoir  au  pire  2  classes  (sur  les  12)  en  ac)vité  périscolaire  dans  l’école,  ce  qui  est  un  maximum  si  on  exclut  l’occupa5on  des  classes  pour  ces  ac5vités  (revendica5on  jus5fiable  des  enseignants).    •  MeGre  tout  le  monde  en  périscolaire  sur  le  Mardi  et  Vendredi  PM  ne  semble  pas  réaliste  car  l’école  ne  peut  se  transformer  en  centre  aéré  pour  320  enfants  (actuellement  c’est  max  90  personnes  le  mercredi).  En  tout  état  de  cause  cela  saturera  les  locaux  scolaires  et  extra  scolaires  sur  ces  courtes  périodes.     Nous  demandons  la  mise  en  œuvre  des  TAP  sur  une  plage  de  17  H  (cf  page  2),  ce  qui  abou5t  au  maximum  à  4  classes  en  périscolaire  en  même  temps  dont  2  à  l’école.  Charge  au  Conseil  d’école  d’organiser  le  planning  et  les  rota5ons.                
  6. 6. La  mise  en  place  des  TAP  2/2  •  On  propose  de  bloquer  10H,  pour  l’enseignement  où  les  enfants  sont  les  plus  concentrés  •  On  répar5  3h  de  périscolaire  par  classe  sur  le  temps  «  modulable  »  sans  meGre  les  enseignants  en  astreinte          CF  exemple  d’emploi  du  temps  en  annexe  •  On  met  en  place  des  cycles  trimestriels  pour  que  l’offre  puisse  s’adapter  aux  saisons,  et  effectuer  des  permuta5ons  d’ac5vité  entre  les  classes  Au  global  la  demande  d’animateur  pourrait  être  :  •  Demande  de  TAP  courts  (1h30)  sur  les  créneaux  15H-­‐16H30  pour  3  classes  toute  la  semaine  (2  à  l’école,  1  en  sor5e)  •  Demande  de  TAP  courts  pour  3  classes  le  lundi  et  mercredi  ma5n  de  8h30  à  10H  (2  à  l’école,  1  en  sor5e)  •  Demande  de  TAP  Long  (3H)  de  13H30  à  16h30  le  mardi,  jeudi  et  vendredi  pour  1  classe.       On  exclut  les  CP  moins  mobiles  et  focalisés  sur  les  programmes  na5onaux,  cela  nous  permet  d’avoir  les  9  classes  restantes  sur  ce  créneau  avec  les  permuta5ons  trimestrielles.      
  7. 7. La  revalorisa5on  des  Animateurs  •  La  qualité  du  projet  périscolaire  ne  pourra  se  faire  sans  personnel  mo5vé  et  inves5  dans  le  projet  d’école.  •  Aujourd’hui  le  posi5onnement  des  animateurs  les  marginalise,  aucune  sollicita5on  en  amonts  des  projets.  Les  animateurs  doivent  être  intégrés  aux  décisions  des  projets  pédagogiques  qu’ils  auront  à  mener  (les  TAP,  les  passerelles  Crèches…)  et  informés  des  projets  scolaires  pour  établir  une  offre  complémentaire.  •  La  sélec5on  des  animateurs  doit  se  faire  sur  un  minimum  d’appétence  et  de  compétence.  Le  BAFA  pour  tous  nous  semble  une  cible  réaliste  à  horizon  fin  2014.  Plus  largement  la  Mairie  doit  proposer  des  forma5ons  con5nues,  a  minima  1  jour  par  année  à  cePe  popula5on.  •  Leur  statut  majoritairement  vacataire  à  Paris  les  précarise,  et  abou5t  à  un  départ  des  meilleurs  éléments  dès  qu’ils  trouvent  un  temps  plein  ou  un  CDI.    Il  est  donc  urgent  de  déplafonner  les  910  Heures  annuelles,  pour  que  les  vacataires  soient  une  excep)on  (<10%).    Un  plan  de  forma)on  ambi)eux  doit  être  mis  en  œuvre  par  la  ville  pour  proposer  à  tous  d’aGeindre  un  minimum  de  diplôme  et  de  qualifica)on.  
  8. 8. La  mise  en  applica5on  Maternelle  •  Les  rythmes  scolaires  en  maternelle  sont  forts  différents  des  probléma5ques  élémentaires  du  fait  de  l’age  des  enfants  et  de  leur  autonomie  à  se  déplacer  hors  des  locaux.  •  Bien  que  le  créneau  de  3/4h  nous  semble  difficile  à  mePre  en  œuvre  pour  les  animateurs,  l’accueil  progressif  de  8h30  à  9h15  lève  globalement  les  contraintes  iden5fiées  pour  un  effec5f  qu’on  an5cipe  raisonnable  sur  ce  créneau,  donc  supportable  pour  les  enfants.    •  Le  scenario  de  fin  de  journée  nous  semble  contre  produc5f  car  beaucoup  d’enfants  risquent  de  rester  sur  ce  créneau  dans  des  locaux  exigus.  •  On  s’étonne  de  la  mise  en  applica5on  des  TPS  à  Paris  lorsque  :  –  la  ville  a  des  structures  de  crèche  plus  per5nentes  pour  l’accueil  de  la  pe5te  enfance  –  On  a  besoin  de  locaux  scolaires  pour  ouvrir  des  classes    La  priorité  de  la  maternelle  reste  au  yeux  des  parents  d’élèves  une  réduc5on  des  effec5fs  par  classe  et  un  renforcement  des  ASEM.    Ne  faut  il  pas  rapidement  adapter  la  carte  scolaire  pour  occuper  au  mieux  les  locaux  parisiens  ?  Certaines  classes  ferment  dans  le  11ème  et  les  classes  sont  surchargées  dans  le  12ème  limitrophe.  
  9. 9. Les  partenariats  avec  le  5ssu  associa5f  local    •  Le  milieu  associa5f  local  nous  semble  rela5vement  absent  des  concerta5ons  actuelles.  •  L’impact  sur  l’emploi  serait  significa5f  sur  les  pe5tes  structures  si  on  leur  supprime  les  cours  du  mercredi  ma5n,  ce  qui  est  contradictoire  avec  les  objec5fs  du  gouvernement  dans  ce  domaine.  •  Ils  sont  une  source  de  locaux  supplémentaires  à  proximité  de  l’école  qui  nous  semble  nécessaires  à  la  mise  en  place  de  la  réforme.    Il  faut  prendre  en  compte  ce  poten5el  et  non  pas  réduire  leur  presta5on  à    une  offre  de  service  dans  les  locaux  scolaires  ou  municipaux.  
  10. 10. La  mise  en  place  du  projet  •  C’est  le  volet  qui  nous  préoccupe  le  plus,  quant  à  sa  faisabilité  pour  Septembre  2013  •  Le  Maire  s’est  engagé  publiquement  sur  des  efforts  budgétaires,  nous  aPendons  les  arbitrages  municipaux  qui  traduiront  cePe  volonté  nécessaire  à  la  mise  en  œuvre  de  la  réforme.  •  A  ce  jour  que  ce  soit  dans  les  réunions  publiques  ou  dans  les  conseils  d’école,  la  mairie  n’a  pu  clarifier  quelle  serait  l’organisa)on  pour  piloter  la  mise  en  place  du  projet,  et  la  coordina5on  globale  dans  l’exécu5on.  •  L’équipe  enseignante  est  défensive  sur  son  implica5on  dans  le  projet  d’école,  puisque  ce  n’est  pas  leur  revendica5on,  il  y  a  donc  du  travail  et  du  temps  pour  mePre  tous  les  acteurs  dans  la  même  dynamique.  •  Il  nous  reste  moins  de  2  mois  effec)fs  pour  faire  un  projet  sans  «  pilote  »  et  avec  des  par5cipants  en  par5e  démo5vés,  et  non  iden5fiés  (que  fait  on  des  associa5ons  non  publiques  ?)…    Nous  demandons  un  engagement  clair  et  rapide  courant  mars  concernant  la  gouvernance  de  ce  projet  au  sein  des  école  qu’il  soit  appliqué  en  2013  ou  2014  
  11. 11. Conclusion  •  On  constate  posi5vement  les  inflexions  de  la  ville  de  Paris  pour  prendre  en  compte  les  remontés  du  terrain.  Les  budgets  semblent  dégagés  pour  mePre  en  place  les  moyens  rapidement.  •  Le  point  noir  reste  pour  notre  associa5on  le  temps  réduit  de  mise  en  œuvre  dans  un  cadre  non  défini  :  Quels  acteurs  autour  de  la  table?  Qui  va  porter  le  projet  de  mise  en  applica5on  ?    •  Le  deuxième  trimestre  civil  est  une  période  très  chargée  pour  tous,  il  est  nécessaire  que  la  gouvernance  soit  étudiée  et  validée  avec  tous  les  partenaires  très  rapidement,  que  les  premières  proposi5ons  soient  débaPues  en  Mars.  •  Nous  aimerions  plus  de  transparence  sur  les  acteurs  engagés  dans  les  comités  de  pilotage  des  mairies  depuis  quelques  semaines  afin  qu’on  puisse  représenter  les  intérêts  des  parents  d’élèves  qui  ont  volontairement  fait  le  choix  de  délégués  dans  des  associa5ons  apoli5ques  de  terrain.            
  12. 12. Annexe  1  :  exemple  d’emploi  du  temps  •  On  favorise  le  périscolaire,  sur  les  périodes  où  les  enfants  ont  le  plus  de  mal  à  se  concentrer  •  Le  lundi  ma5n  et  mercredi  ma5n  sont  dans  la  période  modulable  •  On  met  un  maximum  de  TAP  de  1h30  entre  le  mardi  PM  et  mercredi  ma5n,  pour  limiter  la  fa5gue  de  milieu  de  semaine  des  sec5ons  les  plus  fa5guées  /antes  •  Pas  de  TAP  après  l’enseignement  le  ma5n  ou  avant  l’après-­‐midi  

×