COMMENT MIEUX INTÉGRER LE DÉVELOPPEMENT                      DURABLE DANS UN PROJET ?                      HOW TO BETTER I...
AVANT-PROPOSCette publication synthétise le retour d’expériencede 130 projets aquitains soutenus par l’Unioneuropéenne aya...
INTRODUCTIONAvec la hausse des pressions des parties prenantes                                                            ...
MÉTHODOLOGIE UTILISÉE       POUR CES DIAGNOSTICSQu’est ce que la grille RST02 ?                                           ...
BÂTIMENT             Constructions du secteur primaire,                                                secondaire et terti...
ZONE D’ACTIVITÉ ET                                 Pôles de                                                               ...
IMMATERIEL                 TIC, imagerie,                                               étudesBONNES PRATIQUES• Serveur sp...
AMENAGEMENT ET                             Espaces publics,                                                              r...
LOGEMENT                       Réhabilitation                                                     thermique               ...
BILANS                                                 ENVIRONNEMENT                   2,9                   2,8          ...
ENSEIGNEMENTSPrincipales bonnes pratiques repérées sur un échantillon de 71 projets, toutes dimensions confondues :gouvern...
INCORPORATING SUSTAINABLE DEVELOPMENT INTO THE ERDF  EVALUATING THE INTEGRATION OF SUSTAINABLE  DEVELOPMENT CRITERIA ON 13...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Diagnostic de développement durable

3 532 vues

Publié le

Dans le cadre de la mise en œuvre des fonds européens en Aquitaine, l'Etat et la Région ont expérimenté depuis 2007 un dispositif de conditionnalité des aides visant une meilleure prise en compte du développement durable dans les projets. Déjà plus de 130 projets ont bénéficié de ce diagnostic de développement durable.
Cette publication synthétise les retours d'expériences qui pourront être utiles aux futurs porteurs de projet afin de mieux intégrer les bonnes pratiques de développement durable.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 532
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 515
Actions
Partages
0
Téléchargements
25
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diagnostic de développement durable

  1. 1. COMMENT MIEUX INTÉGRER LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS UN PROJET ? HOW TO BETTER INTEGRATE SUSTAINABLE DEVELOPMENT IN A PROJECT ?RETOURS D’EXPÉRIENCEDE 130 GRANDS PROJETS AQUITAINSRETURNS EXPERIENCES OF 130 MAJOR PROJECTS OF AQUITAINEDÉCEMBRE 2012 CE DOCUMENT EST COFINANCÉ PAR L’UNION EUROPÉENNE. L’EUROPE S’ENGAGE EN AQUITAINE AVEC LE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL.
  2. 2. AVANT-PROPOSCette publication synthétise le retour d’expériencede 130 projets aquitains soutenus par l’Unioneuropéenne ayant fait l’objet d’un diagnostic dedéveloppement durable. Elle a été réalisée dans unobjectif pédagogique afin de permettre aux porteursde projet:- de mieux intégrer les bonnes pratiques de Développement Durable- de connaître les difficultés pour mieux les anticiperPour faciliter la connaissance de l’ensemble desbonnes pratiques détectées lors de ces diagnostics,un poster qui présente leur déclinaison par catégoried’activité accompagne ce document. Poster A2 des bonnes pratiques transversales SOMMAIREIntroduction ....................................................................... 3Méthodologie utilisée pour ces diagnostics ....................... 4Bâtiment ........................................................................... 5Zone d’activité et services communs/Recherche & developpement .............................................. 6Immateriel ......................................................................... 7Amenagement et infrastructure ......................................... 8Logement social/ industrie ................................................ 9Bilans ............................................................................. 10Enseignements ............................................................... 11Evaluation of the integration of sustainabledeveloppement issues in 130 aquitaine’s projects .......... 12
  3. 3. INTRODUCTIONAvec la hausse des pressions des parties prenantes 131 diagnostics réalisés(fournisseurs, clients, riverains…) et les exigencescroissantes des textes communautaires en termed’éco-condition, les porteurs de projets ont tout inté- • • Près d’1 milliard € de coût totalrêt à mieux appréhender le développement durable.Adopter de bonnes pratiques développement durableconstitue aujourd’hui un avantage concurrentiel. • 70 du volume financier du programmeC’est aussi un atout de poids pour obtenir le soutien %des pouvoirs publics. mais 10% en nombre de projets1. Tout projet peut prendre en compte le déve- loppement durable dans sa conception et sa mise en œuvre, à travers ses trois dimensions : • Près de 600 participants (dont des environnementale, économique et sociétale. décideurs, des collaborateurs internes2. Cependant, de nombreux porteurs de projets et externes et des spécialistes de s’interrogent sur la manière de mettre en l’environnement) pratique le développement durable.Objectifs de la publication • 7 catégories de projets • plus 140 bonnes pratiques dans lesCette publication a pour but de vous éclairer sur cesujet en présentant des initiatives et des difficultésrencontrées par les porteurs de projets aquitains. 3 dimensions du DD, dont 30 récurrentesQuelle source ?Nous avons choisi de nous appuyer sur une étudemenée dans le cadre de la mise en œuvre des fondseuropéens en Aquitaine sur la période 2007-2013(FEDER). Celle-ci analyse plus de 130 diagnostics • 131 projects analysedde développement durable.Le développement durable est au cœur des politiques • Total value of almost €1 billioneuropéennes. Face à une exigence accrue en matière • 70% of the programme’s total financial value,de qualité-développement durable (DD) des projets,les pouvoirs publics en Aquitaine réalisent des dia- but only 10% in terms of number of projectsgnostics de développement durable pour tout projetdont le coût total dépasse deux millions d’euros.Les enseignements de cette étude concernent des • Almost 600 participants (including localactivités très variées, regroupées dans 7 catégories. decision-makers, internal and external partners(aménagement et infrastructure, zones d’activités et and environmental specialists)services communs, industrie, recherche et dévelop-pement, bâtiment (constructions), logement social(réhabilitation thermique), immatériel). • 7 project categoriesQuels retours d’expériences (REX) ? • Over 140 best practices across all 3 sustainable development fields,-REX : DDD : connaissance issue des diagnostics including 30 recurring practices-REX : 6 porteurs de projet à n+3-REX d’un partenariat régional 3
  4. 4. MÉTHODOLOGIE UTILISÉE POUR CES DIAGNOSTICSQu’est ce que la grille RST02 ? Le principe d’auto-diagnosticC’est l’outil de questionnement utilisé lors des L’intérêt de la démarche réside dans “l’autoévaluation”.diagnostics. Il permet d’analyser et d’améliorer un Les différentes parties prenantes se réunissentprojet sous les trois angles du développement durable. autour d’une table pour décortiquer leur projet etApplicable à tous types de projets, (bâtiment, énergie, confronter des points de vue pluridisciplinairesindustrie, TIC, matériel/immatériel, R&D…) la grille autour d’un thème « inhabituel » : le développementest aussi compatible avec ses différentes phases durable. Coordonnés par un prestataire externe, les(conception, trav a u x , r é a l i s a t i o n / e x p l o i t a t i o n ) acteurs évaluent eux-mêmes la qualité des projetset s’adapte à n’importe quel type de bénéficiaire et s’octroient des notes pour chaque critère, selon(partenariat publ i c / p r i v é , g r a n d e s e t p e t i t e s la règle du consensus. (cf. schéma)structures).Libre de droit d’utilisation, le support peut êtretéléchargé et modifié par ses utilisateurs. GOUVERNANCE, DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE Les interfaces SOCIALE Les dimensions VIVABLE ÉQUITABLE DURABLE ENVIRON- Débat lors d’un auto-diagnostic NEMENTALE ÉCONOMIQUE VIABLE4
  5. 5. BÂTIMENT Constructions du secteur primaire, secondaire et tertiaire DIFFICULTES • Manque de REX sur des bâtiments durables et innovants • Fin de vie des PV(1) non anticipée • Suivi des consommations de la phase chantierEquipement culturel dans un quartier sensible non poursuivie en phase exploitation(rocher de palmer) à Cenon (Gironde). • Usage des écolabels restreint BONNES PRATIQUES aux matériaux-bois et peinture • Démarche environnementale dans • Manque de suivi terrain des engagements le bâtiment HQE / BBC de charte chantier propre • Charte chantier propre • Coût global pris en compte (maintenance, coût de déconstruction, requalification du site) • Clause d’insertion dans les chantiers • Récupération des eaux de pluie • Gestion différenciée du froid (1) Panneaux Photovoltaïques. CENTRE AQUATIQUE DE BAYONNE (PYRÉNÉES ATLANTIQUES) Bâtiment HQE et conception bioclimatique. Façade orientée SUD. Panneaux solaires alimentant 50% de l’eau chaude sanitaire. Insertion du bâti dans la pente pour profiter de l’inertie thermique. Toiture végétalisée (Isolant, ne nécessite pas d’arrosage) 5
  6. 6. ZONE D’ACTIVITÉ ET Pôles de compétitivité, SERVICES COMMUNS ZAC BONNES PRATIQUES • Synergie et mutualisation des moyens collectifs locaux (cantine, crèche…) • Raccordement à des installations de chauffage de la zone (géothermie et réseau de chaleur) cf. principe d’écologie industrielle. • Synergie et mutualisation des moyens humains : Site de Bordes-Assat- Extension de l’usine Turboméca (covoiturage), plan de circulation de la zone, (Pyrénées atlantiques). Secteur aéronautique. maillage piétonnier • STEP (station d’épuration) mutualisée DIFFICULTES • Animation dans les parties communes • Gestion commune des déchets peu développée (journée fédératrice) RECHERCHE & DEVELOPPEMENT BONNES PRATIQUES • Liberté et autonomie dans l’organisation, management souple • Lieux d’échange et de rencontre Recherche appliquée en chimie et environnement (salle de pause, open space) de l’université de Pau et des pays de l’Adour. (Pyrénées atlantiques). • Culture du partage de l’information (revues spécialisées) DIFFICULTES • Développement des visioconférences • Erreurs dues aux risques de rétention • Liens étroits avec les universités et écoles de l’information y compris à l’étranger (dons d’équipement, installation gratuite de logiciels) • Préserver le secret industriel • Forte modularité technologique pour suivre les évolutions du marché et anticiper l’obsolescence des machines6
  7. 7. IMMATERIEL TIC, imagerie, étudesBONNES PRATIQUES• Serveur spécifique à faible consommation électrique• Recyclage des machines• Amélioration de la performance énergétique Projet de plateforme de l’information géographique mutualisée des ordinateurs (label energy star) en Aquitaine. Mené par le GIP ATGéRi : groupement d’intérêt public d’aménagement du territoire et de gestion des risques.• Récupération de la chaleur dégagée par les ordinateurs DIFFICULTES• Utilisation de scanners à éclairages LED • Peu d’intégration de critères DD dans le choix (refroidis par des ailettes en aluminium) des prestataires et du matériel• Note de service sur les bonnes pratiques • Manque de formalisation des plans de gestion d’économie d’énergie de crise, en cas de panne PROJET DE PLATEFORME DE L’INFORMATION GÉOGRAPHIQUE MUTUALISÉE EN AQUITAINE. À BORDEAUX Une base de données géo localisées, permettant d’étudier et lutter contre le risque d’incendie de forêt. Le projet s’est ouvert sur l’aménagement du territoire en mutualisant les moyens, les outils et les compétences de partenaires régionaux. 7
  8. 8. AMENAGEMENT ET Espaces publics, réseaux (transport, INFRASTRUCTURE réseau haut débit) BONNES PRATIQUES • Panneaux sur les éco-comportements aux aires de pique-nique • Panneaux d’informations touristiques et écologiques en rapport avec les sites traversés • Prise en compte du handicap dans la conception du projet (revêtement adapté Pôle intermodal de la gare Saint-Jean à Bordeaux (Gironde). aux fauteuils roulants) • Inventaire faune / flore pour optimiser l’existant DIFFICULTES • Revalorisation des déchets in situ • Évaluation au plan global (politiques publiques) • Articulation avec les politiques DD de la ville • Concertation pour anticiper les risques de conflits (Agenda 21, plan climat “objectif zéro phyto”) d’usage entre les utilisateurs (joggers, habitants, promeneurs, pêcheurs…) • Gestion durable des espaces verts : essences locales, réduction des tontes, des fauchages, • Retranscription des souhaits des usagers des engrais et des phytosanitaires consultés • Dialogue fort avec les autres collectivités, • Risque de rupture technologique exemple pour les réseaux haut débit : • Pollution visuelle et sonore limiter le nombre de points hauts à construire en utilisant au maximum les points hauts • Risques de santé publique inhérents au existants (Eglise, châteaux d’eau…). développement de champs magnétiques • Synergie et REX • Utilisation des travaux d’ouvertures de tranchées pour anticiper les futurs câbles réseaux (fibre optique…) PROJET DE VALORISATION DU PATRIMOINE NATUREL DU PARC DU CYPRESSAT À CENON (GIRONDE) Bonnes pratiques : Mise en valeur des essences naturelles, démarrage d’une collection de cyprès d’intérêt scientifique, recherche, valorisation du caractère sauvage du lieu, aménagement de points de vue sur la ville et le fleuve. Des écoles, des retraités et la population ont été associés.8
  9. 9. LOGEMENT Réhabilitation thermique SOCIAL Etiquette énergie avant( D) / après (A) Projet de réhabilitation thermique de bâtiments à BayonneBONNES PRATIQUES (site caradoc). (Pyrénées atlantiques). Mené par l’office public de l’habitat.• Concertation et prise en compte des avis exprimés dans l’élaboration du projet• Plan de communication auprès des • Gestion durable des espaces verts) locataires avec une personne dédiée. (cf. Aménagement) Supports de communication variés (Internet, médias locaux, blog…) • Conseiller énergie dès l’élaboration du projet• Médiateur pour gérer les relations • Création d’un DPE avant/après agence / locataires• Guide d’utilisation d’un logement BBC DIFFICULTES délivré aux locataires • Pas de bilan à l’échelle du quartier• « Travaux à la carte » selon les besoins • Gérer les réclamations des habitants liées des locataires aux nuisances• Ambassadeurs du tri (porte à porte) • Manque d’anticipation des relogements pendant• Maillage piéton/vélo en alternative à la voiture la période de travaux• Exigence vis-à-vis des prestataires d’expliciter • Risque lié au choix des revêtements et leur démarche DD matériaux intérieurs (qualité de l’air intérieur) INDUSTRIE Machine : la nouvelle presse à cellule fluide permettant leBONNES PRATIQUES formage de plus d’1 million de pièces par an. Investissement matériel innovant de l’entreprise LAUAK (à Ayherre (Pyrénées• Récupération de calories sur le process de atlantiques). Sous traitant direct aéronautique. production (eaux usées, machines…)• Installation d’un régulateur de vitesse sur les moteurs• Instauration d’un SME (système de management environnemental)• Nettoyage des engins et des sols avec des eaux recyclées CENTRALE SOLAIRE EXPÉRIMENTALE (TRAC- KERS - SUPPORTS) À GABARDAN (LANDES) DIFFICULTES Bonne pratique : la production des supports «  trackers » est réalisée au niveau régional pour• Éloignement des matières premières limiter les déplacements. Mise en place de couloirs• Prise en compte des riverains de circulation pour la faune locale. 9
  10. 10. BILANS ENVIRONNEMENT 2,9 2,8 2,9 2,7 2,8 2,6 ÉCONOMIE SOCIAL 2,7 2,5 2,6 2,4 2,5 2,3 2,4 2,3 2,2 2,2 2,1 2,1 2 2 VIABLE ÉQUITABLE GOUVERNANCE VIVABLE ÉCONOMIE ENVIRONNEMENT LES PLUS LES PLUS • Simulations des différents scénarios économiques (évaluation • Charte Chantier propre très courante du coût énergétique, fiscalité) • Démarche HQE quasi systématique, hors bâtiment industriel LES MOINS LES MOINS • Faible intégration du coût global (coût de maintenance, • Manque d’exigence environnementale dans les cahiers des requalification du site, coût de déconstruction) charges (écolabels sur les matériaux) • Manque de vérification sur les chantiers du respect de la charte Chantier propre par les prestataires GOUVERNANCE LES PLUS • Pilotage du projet cadré et parties prenantes clairement définies. SOCIAL • Retours d’expériences d’autres projets exploités LES MOINS LES PLUS • Primauté de la communication (descendante) sur la • Clauses d’insertion très courantes concertation • Visites courantes du site à titre pédagogique • Faible sensibilisation au DD des PP interne et externe LES MOINS (malgré une bonne sensibilisation à l’environnement) • Rareté des postes adaptés aux PMR et donc des recrutements • Peu d’évaluation après la réalisationCe radar global reflète un bilan positif. Notons que le secteur privé maîtrise parfaitement les enjeux économiques (avec une note de 2,95En effet, l’ensemble des dimensions et interfaces est contre 2,78 pour le public) et la gouvernance (noterelativement bien pris en compte par les porteurs de de 2,89).projets (2 : assez bien pris en compte, 3 : bien prisen compte). Concernant le secteur public, l’économie est également un point fort, suivi de l’interface vivableCependant, les aspects sociaux puis environne- (santé, sécurité, cadre de vie et acceptation dumentaux affichent une moins bonne performance projet par les riverains).globale que l’aspect économique.10
  11. 11. ENSEIGNEMENTSPrincipales bonnes pratiques repérées sur un échantillon de 71 projets, toutes dimensions confondues :gouvernance, économie, sociale, environnement.BONNES PRATIQUES LES PLUS COURANTES Influences développement durable sur les PP Energie Matériaux Solidarité Communication projet Déchets Concertation Synergies Eau Paysage / sol Culture / pédagogie Evaluation / suivi des coûts Modularité Sécurité Transport Référentiel environnemental bâtiment Chantier propre Suivi projet Convivialité Conditions de travail Gestion de crise Formation / qualification Evaluation Air Maîtrise / baisse charges usager Santé Action parité F/H Technologies novatrices Intéressement des salariés / promotions internes Fin de vie 0 50 100 150 200 Nombre de bonnes pratiques 11
  12. 12. INCORPORATING SUSTAINABLE DEVELOPMENT INTO THE ERDF EVALUATING THE INTEGRATION OF SUSTAINABLE DEVELOPMENT CRITERIA ON 130 PROJECTS IN AQUITAINE.The aim of this publication is to offers answers to help preserve bio-diversity, economic development andsome important questions: social change. This programme was launched in 2007,• How can a European fund incorporate environmental and will run until 2013 (end of ERDF period). conditions? The purpose of this study is to highlight the ways in which• What are the impacts of a project on biodiversity, project leaders incorporate sustainable development the local environment and people? concerns into their projects. For this reason we have• What initiatives have been taken by project leaders adopted an approach which classified projects into in Aquitaine, and in which sectors? coherent categories. We have thus identified 7 different project categories: development and infrastructure, business parks and shared facilities, industry, researchAllocating public money to a project which fulfils certain and development, building (construction), social housingsustainable development criteria, or which implements (thermal rehabilitation) and immaterial projects.certain best practices or initiatives. The study demonstrates that most of the best practicesAt the European and national levels, environmental identified have uses which transcend these categoryconditions are determined by law (legislation). boundaries. Regardless of the nature of the project or investment, these best practices can be adapted andHow can environmental conditions be applied at the transferred.regional and local levels? General ConclusionsAlthough the concept is clearly understood by localpoliticians and project commissioning authorities, We urgently need to identify a set of indicators to helpsustainable development has yet to be truly integrated with the implementation and long-term monitoring ofinto day-to-day project management (environmental these best practices. These indicators must be integratedmanagement systems). (Lack of concrete measures). with a more comprehensive and cohesive management system in order to drive change and make it last.Project leaders need to adopt a more long-term approach,that is to say they need to consider the whole life cycle Environmental conditionality must develop further in thisof their projects (the principle of total cost – cf. glossary). direction.In Aquitaine a decision has been made to establisha system of environmental criteria which encourage Source: this data is taken from a study which consolidates allproject leaders to rethink their project management information collected by the SGAR between 2007 and 2011.strategy and promote investments and practices which CONTACTS UTILES • CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT • CENTRE RESSOURCE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE -CERDD Construction durable Écologie industrielle http://www.cstb.fr/actualites/batiment- http://www.cerdd.org/spip.php?rubrique340 durable.html Eclairage naturel • AFNOR http://www.cstb.fr/pied-de-page/ RSE telechargements.html http://www.afnor.org/profils/centre-d-interet/ Eau de pluie  rse-iso-26000/la-norme-iso-26000-en- http://www.cstb.fr/actualites/webzine/ quelques-mots/ editions/septembre-2009/systemes- dutilisation-de-leau-de-pluie-dans-le- • INFO ÉNERGIE batiment.html Energie ENR http://www.infoenergie.org/

×