Vers de nouveaux maîtres de
l’hyperdocumentation.
Olivier Le Deuff
Congrès Fadben. Limoges. 2015
1
Introduction
2
• Ne pas se contenter d’une
simple alliance ( de façade ?)
des littératies
• Penser le contexte de complexi...
• Rappeler l’importance du concept de
document et ne pas se satisfaire de la seule
présence des mots information et médias...
D’où 2 concepts dans cette lignée
• Documentalité (qui considère que ce sont
les documents qui inscrivent la moindre
de no...
La documentalité
• « Par « documentalité », je désigne la théorie, que je
considère alternative, selon laquelle la règle
c...
L’hyperdocumentation (Paul Otlet)
• L’évolution de la Documentation se développe en six étapes.
• Au premier stade, l’Homm...
• Au sixième stade, un stade de plus et tous les sens
ayant donné lieu à un développement propre, une
instrumentation enre...
L’avantage
• On peut facilement y mettre tous les
thèmes abordés par le maître Pascal
Duplessis ce matin (les 10 thèmes so...
Mais aussi les travaux des
maîtresses
9
1. Quid de tout cela dans l’EMI ?
• Quelle portée de ce produit institutionnel ?
• Rappel : EMI désigne d’abord…
10
Expérience de Mort Imminente…
11
Le risque EMI
Le risque de réduction à
une équation simple
:Médias = contenant et
information= contenu
La formation risque...
Pour une vision longue des médias
Logique médiologique
Archéologie des médias
Eviter la tentation d’une vision essentielle...
Documentation de soi versus
personal branding
Se placer sur
une construction
à long terme.
Culture de soi
versus Culte de
...
Maîtrise de soi versus métries du
moi
Au-delà de la
mise en chiffres
et statistiques de
nos diverses
performances…
Mieux a...
2. Extension des métries
16
• La question des données (ou des
obtenues)
• La compilation et la collecte des
données
• La c...
La science en direct
Logiques de
captations et
d’indicateurs
en temps réel
Analyse
effectuée
simultanément
par
l’applicati...
Automatisation
Robotisation
dans plusieurs
secteurs
d’emploi dont le
tertiaire.
Société de
l’automatisation
(Stiegler)
Per...
Critiquer la gouvernementalité des
algorithmes
• Leur logique produit des chaînes
d’actions et de décisions.
• besoin d’un...
Didactiser l’algorithme
À la sauce infodoc
Travailler sur les notions d’indice et les choix
de classements opérés par les ...
L’extension des maîtrises
21
• Relativité de la maîtrise qui ne peut être
absolue
• Elle repose sur un enseignement par un...
La littératie des données
22
Désigne la capacité à savoir ce qu’on souhaite vraiment
« donner »
Couplage « attention liter...
4. Former les nouveaux maîtres
23
• De l’index…
• Replonger dans l’histoire de
l’indexation depuis l’Antiquité
jusqu’à nos...
Raison digitale versus raison
computationnelle
Adopter une
position
« mesurée »
Trouver l’équilibre
entre les possibilité
...
Une refondation disciplinaire
• En tant que discipline de soi et
prise de soin dans la logique de la
Skholé
• En repensant...
Nouveaux maîtres versus nouveaux
« mètres »
• Le maître est ainsi celui qui ramène
l’histoire et le temps long face à la
t...
Pour l’instant
• Avant de vous y remettre… Il faut déjà
vous en re-mettre…
• Heureusement, il y a vatefairecoter pour
cela...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Vers de nouveaux maîtres de l’hyperdocumentation

3 787 vues

Publié le

[Olivier LE DEUFF - MCF SIC. Labo. Mica. Univ. Bordeaux Montaigne]

La maîtrise de l’information est devenue une expression désuète, tant maîtriser devient illusoire face à une complexité informationnelle et technique. Néanmoins, cette maîtrise doit s’incarner dans la figure de nouveaux maîtres et de nouveaux processus de transmissions des savoirs et des compétences. Il ne s’agit pas de concevoir le maître comme seul dépositaire du savoir qui dispenserait progressivement ce qu’il sait à ces élèves ou étudiants. Même si certains aspects de la fonction magistrale ne sont pas à rejeter, car ils demeurent toujours importants du fait de pouvoir incarner une forme de confiance et une maturité à laquelle l’élève peut se fier, il est évident que les nouveaux maîtres se doivent d’incarner d’autres fonctions. On peut en citer plusieurs comme celle de guide, de tuteur, de conseiller, capable d’intervenir et d’assumer une forme de présence dans une multitude d’environnements présentiels comme numériques, notamment en prenant davantage en compte les pratiques domestiques et quotidiennes des élèves tant la première relation à la documentation, est de plus en plus la documentation de soi. Désormais, on a de plus en plus besoin de maîtres d’armes numériques, et il convient que les professeurs documentalistes en fassent partie, aussi bien grâce à la formation initiale que continue. Car ces maîtres dont nous avons besoin, ce sont ceux qui possèdent une certaine mesure, tout d’abord d’eux-mêmes, mais aussi des choses et notamment des choses numériques, bref une raison digitale et non pas simplement numérique car c’est celle de l’homme dans sa relation à la machine. Cette raison digitale, c’est celle de l’alliance du corps et de l’esprit, mais c’est aussi ce doigt qui montre la voie, cette indexation des connaissances, dont l’index est passé des manuscrits à notre lien hypertexte. Le maître d’armes est celui qui ramène l’histoire face à la tyrannie du présent et de l’instantané, face aux logiques de solutions en temps réel, des algorithmes et des big data qui mettraient la science hors-jeu. Car les «nouveaux mètres» sont déjà à l’œuvre. Les métries de nos existences et de nos actions deviennent des éléments clefs de la nouvelle économie. Or plus nous produisons des données et de métadonnées, plus nous avons à l’inverse besoin de nos capacités d’analyse, si ce n’est désormais que l’analyse documentaire ne fait que se complexifier face à l’infiniment petit documentaire (données, métadonnées) ainsi que face à l’infiniment grand documentaire (big data). C’est bien à ces différentes formes documentaires, infradocumentaires et megadocumentaires auxquelles il s’agit de former désormais. Le rôle des maîtres est toujours instituant, il s’agit de former à une culture de l’information citoyenne en essayant de former des hommes bien documentés, en défendant et en essayant de poursuivre l’axe de l’indexation des connaissances, face à celui de l'indexation des existences.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 787
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2 813
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Vers de nouveaux maîtres de l’hyperdocumentation

  1. 1. Vers de nouveaux maîtres de l’hyperdocumentation. Olivier Le Deuff Congrès Fadben. Limoges. 2015 1
  2. 2. Introduction 2 • Ne pas se contenter d’une simple alliance ( de façade ?) des littératies • Penser le contexte de complexité informationnelle (les 4 types d’infos) • Penser l’enseignement au-delà des sphères médiatiques et informationnelles traditionnelles
  3. 3. • Rappeler l’importance du concept de document et ne pas se satisfaire de la seule présence des mots information et médias. • Le document et la documentation s’inscrivent dans une lignée plus longue, certes en évolution, mais qui apporte un peu de stabilité… 3
  4. 4. D’où 2 concepts dans cette lignée • Documentalité (qui considère que ce sont les documents qui inscrivent la moindre de nos relations et intentions) • Hyperdocumentation 4
  5. 5. La documentalité • « Par « documentalité », je désigne la théorie, que je considère alternative, selon laquelle la règle constitutive des objets sociaux est plutôt : « Objet = Acte inscrit », c’est-à-dire que les objets sociaux sont le résultat des actes sociaux (tels qu’ils engagent au moins deux personnes) caractérisés par le fait d’être inscrits sur un morceau de papier, un fichier d’ordinateur ou même simplement dans la tête des gens. J’appelle cette théorie « documentalité » parce qu’elle fait dépendre la construction de la réalité sociale de documents externes comme internes. » (Maurizio Ferraris) 5
  6. 6. L’hyperdocumentation (Paul Otlet) • L’évolution de la Documentation se développe en six étapes. • Au premier stade, l’Homme voit la Réalité de l’Univers par ses propres sens. Connaissance immédiate, intuitive, spontanée et irréfléchie. • Au deuxième stade, il raisonne la Réalité et cumulant son expérience la généralisant, l’interprétant, il s’en fait une nouvelle représentation. • Au troisième stade, il introduit le Document qui enregistre ce que ses sens ont perçu et ce qu’a construit sa pensée. • Au quatrième stade, il crée l’instrument scientifique et la Réalité paraît alors grandie, détaillée, précisée, un autre Univers décèle successivement toutes ses dimensions. • Au cinquième stade, le Document intervient à nouveau et c’est pour enregistrer directement la perception procurée par les instruments. Documents et instruments sont alors à ce point associés qu’il n’y a plus deux choses distinctes, mais une seule : le Document-Instrument. 6
  7. 7. • Au sixième stade, un stade de plus et tous les sens ayant donné lieu à un développement propre, une instrumentation enregistreuse ayant été établie pour chacun, de nouveaux sens étant sortie de l’homogénéité primitive et s’étant spécifiés, tandis que l’esprit perfectionne sa conception, s’entrevoit dans ces conditions l’Hyper-Intelligence. « Sens-Perception- Document » sont choses, notions soudées. Les documents visuels et les documents sonores se complètent d’autres documents, les tactiles, les gustatifs, les odorants et d’autres encore. À ce stade aussi l’« insensible », l’imperceptible, deviendront sensible et perceptible par l’intermédiaire concret de l’instrument-document. L’irrationnel à son tour, tout ce qui est intransmissible et fut négligé, et qui à cause de cela se révolte et se soulève comme il advient en ces jours, l’irrationnel trouvera son « expression » par des voies encore insoupçonnées. Et ce sera vraiment alors le stade de l’Hyper-Documentation. 7
  8. 8. L’avantage • On peut facilement y mettre tous les thèmes abordés par le maître Pascal Duplessis ce matin (les 10 thèmes sous leurs formes multifacettes) 8
  9. 9. Mais aussi les travaux des maîtresses 9
  10. 10. 1. Quid de tout cela dans l’EMI ? • Quelle portée de ce produit institutionnel ? • Rappel : EMI désigne d’abord… 10
  11. 11. Expérience de Mort Imminente… 11
  12. 12. Le risque EMI Le risque de réduction à une équation simple :Médias = contenant et information= contenu La formation risquerait alors d’être fortement réduite avec éventuellement un prisme nouveaux médias. 12
  13. 13. Pour une vision longue des médias Logique médiologique Archéologie des médias Eviter la tentation d’une vision essentiellement court-termiste ou basée sur des usages. 13
  14. 14. Documentation de soi versus personal branding Se placer sur une construction à long terme. Culture de soi versus Culte de l’Ego. 14
  15. 15. Maîtrise de soi versus métries du moi Au-delà de la mise en chiffres et statistiques de nos diverses performances… Mieux articuler le qualitatif et le quantitatif. 15
  16. 16. 2. Extension des métries 16 • La question des données (ou des obtenues) • La compilation et la collecte des données • La calculabilité et la probabilité • Le profilage
  17. 17. La science en direct Logiques de captations et d’indicateurs en temps réel Analyse effectuée simultanément par l’application de modèles. 17
  18. 18. Automatisation Robotisation dans plusieurs secteurs d’emploi dont le tertiaire. Société de l’automatisation (Stiegler) Pertes d’emploi et redéfinition du travail 18
  19. 19. Critiquer la gouvernementalité des algorithmes • Leur logique produit des chaînes d’actions et de décisions. • besoin d’une critique qui « porte sur la naturalisation et l’essentialisation de la Statistique, omniscience clairvoyante dans l’Ether des données » (Maryse Carmès, Jean-Max Noyer) 19
  20. 20. Didactiser l’algorithme À la sauce infodoc Travailler sur les notions d’indice et les choix de classements opérés par les algorithmes. « De l’indice dewey à l’indicateur Klout » 20
  21. 21. L’extension des maîtrises 21 • Relativité de la maîtrise qui ne peut être absolue • Elle repose sur un enseignement par un spécialiste. • Nouvelle littératie à ajouter = data literacy
  22. 22. La littératie des données 22 Désigne la capacité à savoir ce qu’on souhaite vraiment « donner » Couplage « attention literacy/data literacy » Logique du don/contre-don Prendre part aux logiques open data et big data. Savoir décoder
  23. 23. 4. Former les nouveaux maîtres 23 • De l’index… • Replonger dans l’histoire de l’indexation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. • Depuis les préfigurations de l’hypertexte jusqu’au moteur de recherche
  24. 24. Raison digitale versus raison computationnelle Adopter une position « mesurée » Trouver l’équilibre entre les possibilité d’évaluation en temps réel et la possibilité de raisonner. 24
  25. 25. Une refondation disciplinaire • En tant que discipline de soi et prise de soin dans la logique de la Skholé • En repensant les institutions de discipline face aux industries de la discipline • En développant une discipline scolaire sur des temps longs 25
  26. 26. Nouveaux maîtres versus nouveaux « mètres » • Le maître est ainsi celui qui ramène l’histoire et le temps long face à la tyrannie du présent et de l’instantané, face aux logiques de solutions en temps réel, face aux algorithmes du quotidien… • Evidemment, la première maîtrise est d’accepter de ne plus tout maîtriser. 26
  27. 27. Pour l’instant • Avant de vous y remettre… Il faut déjà vous en re-mettre… • Heureusement, il y a vatefairecoter pour cela ! 27

×